Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Troisième partie. « Et le verbe s'est fait chair » : Bretagne, histoire et religion

Regards sur 700 ans de breton écrit

Fañch Morvannou

Texte intégral

1Vers 1350, à l’époque où sévissait la grande peste d’Occident, qui fit 25 millions de victimes en Europe, le scribe Ivonet Omnès était occupé à transcrire le Speculum doctrinale, historiale et morale, vaste encyclopédie composée par le dominicain Vincent de Beauvais (mort en 1264). En guise de récréation, Ivonet s’octroya la permission de porter quelques mots dans la marge de son texte latin (tous les scribes en usaient de même). Les mots du scribe Omnès étaient du breton : sept fragments en tout, dont l’un contient son nom, et d’abord son prénom (Ivonet Omnes so map mat ha quar, « I. O. est un fils bon et aimant »).

2On ignore dans quel scriptorium Ivonet recopiait le texte de Vincent de Beauvais… Qu’il prenne sa récréation en breton et non pas en latin pourrait laisser entendre qu’il est loin du pays bretonnant et qu’il a le mal du pays. En tout cas, il a la tête ailleurs. Et le cœur aussi ; il pense à sa belle : Me am eus vn amoric iolivic indan an del me (« J’ai une amourette gentille, sous les feuilles, moi »). On a presque envie de dire : « La littérature bretonne vient de naître »…

De longs siècles obscurs

31350, c’est bien tard pour un parler celtique qui s’était constitué en langue autonome depuis 800 ans au moins. Le fait est pourtant que les humbles vers d’Ivonet Omnès constituent le tout premier texte breton que l’on puisse apparenter à de la « littérature ». Il n’y a donc rien d’écrit en breton avant 1350 ? Rien de suivi, non, rien de comparable aux Serments de Strasbourg ou à la Cantilène de sainte Eulalie. En vieux-breton (qui va des origines de la langue jusqu’à la fin du xiesiècle, lorsque prend fin l’occupation normande), on ne possède pas la moindre phrase complète. Seuls subsistent des mots ou des bouts de phrase, tel ce fragment d’un traité de médecine bilingue (latinbreton), que Léon Fleuriot (1923-1987) estimait antérieur à l’an 800 ; telles encore les gloses contenues dans quelque 150 manuscrits latins provenant des abbayes bretonnes. Tous ces termes vieux-bretons font le bonheur des philologues, mais ne constituent pas une littérature, même balbutiante.

4Le moyen-breton prend la suite du vieux-breton et va jusqu’en 1659. Entre les gloses du ixesiècle et les vers d’Ivonet Omnès, il n’y a rien ; après lui, nous avons encore un grand siècle de silence. Depuis le début, le breton se parle, mais il ne s’écrit pas. Pour l’écriture, on a recours au latin, et bientôt au français. Comme partout, la mémoire populaire bretonne conserve et transmet légendes, chansons et proverbes, furnezh ar geizh, « la sagesse des pauvres », cette bibliothèque orale si fragile et si exposée. Ce qui sera recueilli par les collecteurs du xixesiècle peut-il avoir une très haute antiquité ? D’une génération à la suivante, la tradition orale à la fois s’enrichit et se développe, en même temps que s’amenuise en partie sa substance antérieure. Seule l’écriture garantit un minimum de pérennité.

Les clartés du moyen-breton

5Les textes écrits du moyen-breton sont presque tous commandés par les besoins de la religion. Les vers guillerets d’Ivonet Omnès représentent, dans leur insignifiance, une notable exception. Il convient d’en ajouter quelques autres. Quand on parle de la « matière de Bretagne », qui englobe toutes les légendes relatives au roi Arthur, et qui fut la pourvoyeuse du grand poète français Chrétien de Troyes, il y a lieu de garder à l’esprit que la Bretagne en question pouvait tout aussi bien désigner l’insulaire que la continentale. Toujours est-il que la langue bretonne n’a pas été le véhicule écrit de cet inépuisable répertoire arthurien. On a bien en breton un dialogue entre Arthur et Guinclaff, qui date de 1450 : le seul intérêt de ce texte de 247 vers, c’est qu’il est véritablement le tout premier poème en breton parvenu à notre connaissance. Ses mérites littéraires et historiques sont extrêmement minces.

6Toujours dans le domaine profane, c’est en 1499 que fut imprimé, à Tréguier, le Catholicon, dictionnaire breton, français et latin. Les Collocou, manuel bilingue pour la conversation courante, furent imprimés pour la première fois en 1626 : ils connurent un succès prodigieux, et furent réédités plus de trente fois dans le seul xixesiècle.

7Dom Le Pelletier (1663-1733) passa les trente dernières années de sa vie monastique à l’abbaye de Landévennec. Il y recopia plusieurs pièces en moyen-breton : elles figurent dans un manuscrit qui a été retrouvé en 1924 par F. Gourvil (1889-1984), et qui contient d’abord le Dictionnaire de la Langue bretonne, de Le Pelletier lui-même, puis le Dialogue entre Arthur et Guinclaff cité plus haut ; viennent ensuite des fragments de deux pièces de théâtre, La Destruction de Jérusalem et Les Amours du Vieillard : 700 vers pour la tragédie, environ 300 pour la comédie. La production profane du moyen-breton s’arrête là : quelques milliers de lignes, peu originales, écrites dans une langue bretonne très francisée quant à son vocabulaire…

8Dans le domaine religieux, les textes en moyen-breton sont plus nombreux. Le manuscrit de Le Pelletier découvert en 1924 contient aussi une copie du Mystère de saint Guénolé, texte complet d’après un manuscrit de 1580. On a ainsi plusieurs mystères en vers, qui respectent l’ancienne métrique bretonne fort savante, avec ses rimes finales et surtout internes, ses allitérations : pareille complexité dans la versification implique un savoir-faire qui, remontant loin dans l’histoire de la langue, a été transmis avec rigueur et recueilli avec un soin jaloux… Citons la Vie de sainte Nonne et de son fils Dewi, et la Vie de sainte Barbe. Leur est antérieur dans le temps, Le Grand Mystère de Jésus, qui date de 1530 ; il contient la Passion, la Résurrection, le Trépas de Madame Marie, les Quinze Joies de Marie, la Vie de l’homme. Ces textes (qui sont souvent des adaptations ou des traductions) sont contemporains de plusieurs grands calvaires bretons (Plougonven, 1554 ; Pleyben, 1555 ; Kergrist-Moëlou, 1578), mais par leur style rigide et gauche, ils s’apparenteraient plutôt aux calvaires les plus anciens (Tronoën, Kerbreudeur en Saint-Hernin, 1450).

9Outre les mystères, d’autres pièces en vers nous sont parvenues : mentionnons seulement Le Mirouer de la mort, texte adapté lui aussi. En prose, la Vie de sainte Catherine reprend le texte de Jacques de Voragine dans sa Légende dorée. Gilles de Kerampuil (env. 1530-1578), recteur de Cléden-Poher, traduit en breton le catéchisme tridentin rédigé en latin par le jésuite Canisius. Livres d’heures, Noëls anciens et dévots, manuels (la Doctrine des chrétiens, le Miroir de la confession) complètent la bibliothèque spirituelle du bretonnant qui sait lire, jusque vers les années où le roi Louis XIV inaugure son règne personnel…

Julien Maunoir, « missionnaire en Bretagne », apprend la langue de saint Corentin

101659 est l’année de naissance du breton moderne. Le breton parlé ne s’est pas modifié subitement cette année-là. C’est la façon de l’écrire qui a changé du tout au tout. L’auteur de cette réforme orthographique est un jésuite, le P. Julien Maunoir (16061683). Né dans le diocèse de Rennes, aux confins de la Normandie, il ignore tout du breton jusqu’à son arrivée à Quimper. En 1641, il prend le relais du prêtre léonard Michel Le Nobletz (1577-1652) dans l’organisation des missions paroissiales bretonnes. En 1659, il publie Le Sacré Collège de Jésus, qui est un catéchisme en « langue armorique », que précèdent « dictionnaire, grammaire et syntaxe en même langue ». C’est dans cet ouvrage que Maunoir explique comment il convient d’écrire le breton : comme il se parle. Ce fut une décision heureuse et salutaire : avant Maunoir, l’orthographe du moyen-breton était un obstacle presque insurmontable pour ceux qui ne savaient pas préalablement la langue.

11Maunoir a posé sur le breton un regard neuf. Ayant besoin de lui comme outil de son apostolat, il améliore cet outil par ses innovations orthographiques. Bien qu’il soit loin d’écrire le breton sans faute et qu’il use lui-même aussi d’une langue passablement francisée, il relève les excès de certains prêtres, bretonnants de naissance pourtant, qui ayant « oublié une partie des mots propres de l’idiome Armorique […], se servent de plusieurs mots François avec la terminaison bretonne, qui ne sont entendus de la plus-part des auditeurs ». Il semble avoir ignoré la production littéraire de ses devanciers, comme aussi la métrique du moyen-breton, qu’il ne met pas en œuvre dans ses compositions en vers (des cantiques essentiellement) : à cet égard aussi, Maunoir représente une rupture. Il ne se soucie pas de faire œuvre littéraire : c’est assez pour lui de prêcher dans la langue que saint Corentin a utilisée pour évangéliser la Cornouaille, et dont il est persuadé que Dieu l’a voulue là pour épargner à la Basse Bretagne l’hérésie calviniste…

Le vannetais s’isole des autres dialectes : livres de piété et cantiques

12Le dialecte vannetais se serait différencié par écrit vers le début du xviesiècle ou très peu avant : 1499 est la date que l’on propose pour le glossaire vannetais du voyageur allemand Von Harff. Les 2 000 vers vannetais des Christmas Hymns (édités à Dublin, d’où ce titre anglais) ont dû être écrits juste avant la proclamation de l’édit de Nantes.

13Ces hymnes de Noël ne respirent guère la paix, ni la joie : il y est davantage question de l’enfer (41 mentions) que du paradis (15…) ; l’enfer où sont expédiés les protestants qui, pendant deux décennies au moins, occupèrent des positions du côté de La Roche-Bernard et de Guérande… Le Formulaire de prône en breton de Vannes (1693) rédigé dans une langue effroyablement francisée (mais c’est la règle générale à l’époque) fait partie d’une série de textes qui, du milieu du xviiesiècle à la fin du siècle suivant, vont tous dans la même direction : il s’agit d’alimenter la piété des bretonnants, dans une sorte de prolongement à domicile du sermon dominical (ceux qui savaient lire étaient peu nombreux, mais, en général, il s’en trouvait un par famille…). Mentionnons, tous dialectes confondus, quelques titres, qui ont eu parfois des tirages surprenants : les Heures bretonnes et latines (1712), de Charles Le Bris (vers 1663-vers 1737), rééditées 15 fois durant le temps où le Concordat de 1801 fut en vigueur ; 15 rééditions aussi pour La Vie des Saints (1752), de Claude Marigo (1693-1759) entre 1790 et 1892 ; d’autres Vies des Saints fleuriront, venant d’autres plumes. Il ne faut pas oublier les Cantiques, ceux, toujours repris, de Le Nobletz et Maunoir, ceux de Pierre Barisy (16591719), recteur d’Inguiniel en l’évêché de Vannes, ceux de Ch. Le Bris, cité plus haut (il fut un auteur très prolifique) ; cette vogue des cantiques (avec des auteurs nombreux, parfois anonymes) s’est prolongée jusqu’au milieu du xxesiècle. L’austère catéchisme tridentin, avec ses demandes et ses réponses à apprendre par cœur, fut çà et là mis en vers et en musique (sur des airs connus) : dès lors, la séance de catéchisme devenait une fête, et les enfants reprenaient ces cantiques entre eux en gardant les troupeaux. S’il y a une littérature de langue bretonne à avoir été populaire, ce fut bien celle des cantiques : on les chantait dans les champs, en trayant les vaches… Sur le plan profane, les chansons sur feuilles volantes connaîtront au xixesiècle la même faveur populaire : les faits-divers (crimes, incendies, naufrages…) seront rapidement versifiés, colportés, chantés et vendus en un tournemain, aux foires et aux pardons ; vite oubliés, vite remplacés.

Avant la Révolution : dictionnaires, pièces de théâtre ; quelques rares écrits gaillards

14Le xviiiesiècle voit l’éclosion de plusieurs dictionnaires, qui sont l’œuvre d’hommes d’Église ; ont été ainsi édités (sans parler des manuscrits) deux recueils breton-français, l’un limité au dialecte vannetais et composé par Pierre de Châlons (1641-1718), recteur de Sarzeau, l’autre, nettement plus substantiel, rédigé par Dom Le Pelletier, bénédictin de la congrégation de Saint-Maur ; le besoin se fait sentir aussi d’ouvrages français-breton, pour faciliter la confection des sermons : ici aussi nous en avons deux, celui du capucin Grégoire de Rostrenen (env. 1670-1750), et celui de Cillart de Kerampoul (1686-1749), prêtre de l’évêché de Vannes et ancien paroissien de P. de Châlons. Le domaine religieux se taille toujours la part du lion dans ce qui s’imprime en breton. Les abbés Pourchasse (1724-1796) et Marion (1759-1824) fournissent d’abondantes traductions et adaptations à leurs lecteurs de dialecte vannetais : le Magasin spirituel de Marion connut un succès extraordinaire. Vers la fin du xviiiesiècle apparaissent quelques écrits profanes, œuvres de dilettantes ; on a ainsi Michel Morin et Le Chien, de l’homme de loi Claude-M. Le Laë (1745-1791), et encore Le clown moqueur, de François-N. Pascal de Kerenveyer (1729-1794), qui traduisit aussi en breton les Métamorphoses d’Ovide. On lui doit encore quelques « récréations » paillardes en instance d’édition.

15En dehors de ces deux noms, n’y a-t-il eu personne d’autre pour écrire en breton des textes de nature à délasser l’esprit et à lui accorder une pause entre deux lectures dévotes ? L’esprit se délassait quand même, et le peuple prenait son divertissement, mais guère par le moyen des livres qui tous, ou presque, tournaient son cœur vers le ciel, ou, plus fréquemment, le ramenaient à ses péchés… Mais il y eut aussi le théâtre, qui est d’abord fait pour être regardé et entendu, et que quelques traces écrites permettent à présent qu’on en lise. Dom Le Pelletier a recopié, comme on l’a dit, des fragments de pièces de théâtre en moyen-breton. Un nombre important de mystères a été recueilli : ils sont d’origine française et restés à l’état de manuscrits. Ce théâtre en est encore au Moyen Âge, à l’instar d’un peuple qui, jusqu’à la Révolution, vit encore comme aux temps de Salaün Ar Foll et de saint Vincent Ferrier ; ce théâtre, a écrit Anatole Le Braz (1859-1926), « a été pendant quatre cents ans, la seule nourriture intellectuelle du peuple breton ». Citons Robert Le Diable, mystère en six actes et deux journées, La Création du Monde qui, comme son équivalent en cornique Gwreans an bys (1611), est une imitation du français, tout comme La Tragédie de saint Alexis. Notons encore les Pastorales, et notamment celle de Poullaouen, mais dont l’esprit est encore celui des mystères, tout comme celui de La Vie des Quatre Fils Aymon, qui connut un succès prodigieux jusqu’à la fin du xixesiècle et au-delà.

Le Gonidec : on va parfois jusqu’à l’appeler « le père de la langue bretonne »…

16En 1807, Le Gonidec (1775-1838) fait paraître sa Grammaire celto-bretonne, et, en 1821, son Dictionnaire. Ce fut un amoureux du breton, dont certains ont pu dire : « Enfin Le Gonidec vint ! » Le fait est que Le Gonidec tourna résolument le dos aux habitudes de ses devanciers et décida d’expulser de la langue bretonne tous les mots d’origine française : « Quelle considération, écrit-il, attribuer à [la] littérature [bretonne] si, pour la traduire, on peut prendre indifféremment un dictionnaire breton ou un dictionnaire français ? » La réforme lexicale de Le Gonidec, doublée d’une réforme orthographique, n’entra que lentement en application. Le Gonidec en déconcerta plus d’un par son purisme excessif : il taillait dans le breton vivant sans mesure ni discernement, l’épuisant par des saignées inutiles, lui imposant des greffes qui ne prenaient pas…

17Il est probable que Jean Conan (1785-1834) ignora tout de l’entreprise de Le Gonidec. Son breton est savoureux et populaire à souhait. Ses manuscrits commencent à être explorés et publiés : ils contiennent notamment ses Aventures (il a beaucoup voyagé), une Vie de saint Yves… Prosper Proux (1811-1877) est lui aussi complètement étranger à la réforme et à l’esprit de Le Gonidec. En 1838 parurent ses Chansons composées par un Cornouaillais. Joyeux drille, Prosper Proux confie au breton, avec un talent parfait, des vers très osés pour l’époque : jamais « la vieille langue de nos pères » ne s’était montrée aussi polissonne dans des textes confiés à l’édition. Dom Le Pelletier avait bien recopié, il est vrai, Les Amours du Vieillard, mais, de son propre aveu, en censurant son manuscrit çà et là. Avec Prosper Proux, tous les verrous sautent : la langue s’acoquine, et en même temps, elle veut paraître belle. C’est assez nouveau. Les écrits de dévotion s’interdisaient, dans les faits, toute préoccupation esthétique. Seuls certains cantiques sont des compositions poétiques réussies.

Le « Barzaz Breiz », ou lorsque claque l’oriflamme identitaire

18Le grand événement qui marqua les lettres bretonnes au xixesiècle, ce fut, en 1839, la parution du Barzaz Breiz, due à l’initiative du vicomte Hersart de La Villemarqué (1815-1895), le plus ardent des disciples de Le Gonidec. Cet ouvrage, couronné par l’Académie française, a pour sous-titre quelque peu trompeur : « Chants populaires de la Bretagne » ; ces pièces, établies sur la base des collectes faites par La Villemarqué, sont en réalité des plus savantes. Les chants recueillis ont été fortement remaniés, parfois vieillis outrageusement, avec des fautes de breton surprenantes. Dans l’édition définitive de 1867, le texte breton figure, en petits caractères, au-dessous du texte français, le tout accompagné d’arguments, notes et éclaircissements très copieux. C’est la partie appelée « chants historiques » qui suscita l’étonnement le plus grand, et parfois l’enthousiasme : George Sand déclara l’un de ces chants (quelques pages) « plus grand que l’Iliade »… Pendant vingt ans, les lettrés bretons se turent (ils n’étaient pas très nombreux), muets d’admiration. Ou d’embarras : dès 1854, Renan (1823-1892) avait suspecté l’authenticité de « la plupart des allusions historiques ». L’orage éclata vraiment en 1867, avec un paroxysme en 1872, quand le folkloriste François Luzel (1821-1895) posa carrément, par-delà la question de l’authenticité du Barzaz Breiz, celle de la méthode de travail de La Villemarqué. Luzel connaissait son sujet : pendant des décennies, et très peu d’années après La Villemarqué, il s’était livré à un énorme travail de collecte de la tradition orale bretonne (chants, poèmes, contes, légendes), et il venait de faire paraître une partie de cette collecte dans ses Gwerziou Breiz-Izel (Complaintes bretonnes) : la production recueillie par Luzel représente un patrimoine d’une valeur tout à fait considérable.

19À prendre La Villemarqué et Luzel, tout était différent dans les deux hommes : leurs méthodes de travail (celle de La Villemarqué fut clairement dénoncée, tout au long de la querelle du Barzaz Breiz, comme n’étant pas véritablement scientifique), leurs opinions politiques (le vicomte était légitimiste, et Luzel, républicain), leur « regard » sur la langue bretonne et la Bretagne (l’auteur du Barzaz Breiz apparaît comme nettement nationaliste, Luzel s’en tient à l’amour de sa « petite patrie »)… Le retentissement du Barzaz Breiz fut considérable dans certaines têtes bretonnes. C’est à cet ouvrage que l’on doit l’intérêt porté au breton par certains lettrés, au point d’écrire dans cette langue des œuvres qu’en d’autres temps ils auraient confiées au français. Le Barzaz Breiz flatta quelque peu la vanité des Bretons ; sans être tous devenus nationalistes, les lecteurs des « chants populaires de la Bretagne » firent mentir le propos de Victor Hugo : « Le fait est que les Bretons ne comprennent rien à la Bretagne »…

20À partir du Barzaz-Breiz, la parution d’écrits en langue bretonne s’apparente à une explosion et depuis, pour satisfaire un lectorat pourtant restreint, mais devenu de plus en plus lettré il est vrai, la source qui a jailli vers 1840 ne semble pas près de se tarir. Brizeux (1803-1858), l’autre disciple chéri de Le Gonidec, après s’être taillé un succès en français avec Marie, s’essaya en breton avec Telenn Arvor (La Harpe d’Armorique). On aime beaucoup écrire en vers à cette époque, et de nos jours encore. Citons quelques noms : Milin (1822-1895), Le Scour (1811-1870), J.-M. Le Jean (1831-1877), N. Quellien (1848-1902). Le prêtre vannetais J.-M. Le Joubioux (1806-1888) fit trois fois le voyage de Rome ad limina Apostolorum à la place de son évêque ; il vit Naples, où il composa une des plus belles pièces de son recueil Doué ha mem bro (Dieu et mon pays). Il poussa son confrère J. Guillôme (1797-1857) à écrire en breton, ce qui nous a valu, entre autres, une imitation fort originale des Géorgiques de Virgile. En 1843, Le Joubioux, avec d’autres confrères vannetais, avait lancé Brediah er Fé, version en breton vannetais des Annales de la Propagation de la Foi. L’année suivante, une version pour le diocèse de Quimper fut mise en route, sous le nom de Lizeriou Breuriez ar Feiz, à l’initiative de La Villemarqué, donc suivant les principes de Le Gonidec. Il faudra attendre 1865 pour que le troisième diocèse bretonnant, celui de Saint-Brieuc, ait sa version propre des Annales…, sous le nom de Keloio prezegerez ar Fe. Ces Annales… en breton ouvraient les yeux des lecteurs bretonnants sur le vaste monde, puisqu’elles donnaient des informations sur les missions de Chine, d’Océanie et d’Amérique…

Des prêtres lettrés, et de plus en plus, des plumes laïques

21Au xixesiècle, les prêtres continuent d’écrire en breton en nombre important, même si, parallèlement, quelques plumes laïques (mais beaucoup d’entre elles sont encore cléricales) laissent prévoir une sécularisation du breton écrit, en attendant une émancipation totale. L’abbé Henry (1803-1880) seconda beaucoup La Villemarqué pour la parution du Barzaz-Breiz ; il était lui-même parmi les plus fervents disciples de Le Gonidec ; ses Cantiques, écrits dans le breton le plus châtié, ne furent guère chantés de ce fait même. Dans Ar Feiz hag ar Vro (Foi et Patrie), dédié à La Villemarqué, l’abbé Durand (1806-1852) dénonce non seulement les excès de la Révolution, mais la Révolution elle-même. En 1877, parut Emgann Kergidu (La Bataille de Kerguidu), roman historique, violemment contre-révolutionnaire lui aussi, dû à la plume de l’abbé Inisan (1826-1891). La revue Feiz ha Breiz (Foi et Bretagne) commence à paraître en 1865 : elle durera, avec des éclipses, jusqu’en 1943. Le pasteur G. Le Coat (1845-1914) appartenait à l’Église baptiste qui s’implanta dans la région de Morlaix à partir de 1834, à l’initiative de quelques Gallois. Le courant protestant portait un grand intérêt à la langue bretonne. Le Coat écrivit quantité d’opuscules en breton ; il réalisa aussi une traduction de toute la Bible (1897), dans une langue très accessible.

22Qu’il s’agisse des auteurs ou des œuvres en langue bretonne, il devient impossible à présent de fournir tous les noms. Il règne, du reste, une grande inégalité dans le niveau atteint par les écrits bretons ; ceux qui tiennent une plume en breton obéissent à des motivations variées. À mesure que la francisation progresse dans le peuple, le besoin d’écrire en breton pour des motifs religieux se fait de moins en moins sentir. Se met en place, au tournant du xxesiècle, une incitation militante passablement virulente : il s’agit de sauver la langue. Et, pour beaucoup de ces croisés, la foi catholique avec et d’abord, cette foi que la langue enveloppe, protège, conserve. L’abbé J.-M. Perrot (18771943), fondateur du mouvement culturel catholique Bleun-Brug (Fleur de Bruyère), et directeur de Feiz ha Breiz, est le type même du prêtre ardemment dévoué à la défense de la foi et de la langue, qu’il associe intimement. Yves Le Moal (1874-1957), paysan de Coadout près de Guingamp, ancien séminariste, œuvre dans le même sens dans son département. Dans le Morbihan vannetais, Louis Henrio (1879-1953) lance en 1905 sa revue Dihunamb (Réveillons-nous) qui tiendra jusqu’en 1944, moins les années 19141918 où il est au front, d’où il rapporte ses carnets de guerre, rédigés au jour le jour en breton vannetais. Mentionnons aussi Émile Masson (1869-1923), le premier des socialistes, sans doute, à écrire en breton dans Brug (Bruyère), sa revue éphémère.

Trois noms, trois différences : Calloc’h, Malemanche, Vallée

23Détachons ici deux noms, étrangers à toute école. Jean-Pierre Calloc’h (1888-1917), né à Groix, doit quitter le séminaire parce que des membres de sa famille sont atteints de troubles mentaux. Chouan de tradition, rebelle à la République, il n’en part pas moins pour le front et meurt au combat, laissant un recueil de poèmes d’une très haute élévation spirituelle, rédigés dans une langue vannetaise très châtiée, Ar en deulin (À genoux). Tanguy Malemanche (1875-1953) est un dramaturge, amoureux du fantastique, qui a voulu ressusciter en plein xxesiècle la naïveté et la ferveur religieuse des mystères du Moyen Âge. Ce jeune homme de bonne famille décida qu’il écrirait aussi dans « le patois de son cœur », que lui avait appris une voisine du manoir où il résidait avec les siens. Sa pièce de théâtre la plus connue est Gurvan, le chevalier étranger, mystère en trois journées, plus l’éternité. Il traduisait volontiers ses œuvres en français : la préface qu’il a donnée à son Salaün qu’ils nommèrent le fou est un modèle de clairvoyance, que pimente l’humour grinçant de cet homme étonnant.

24Un troisième nom : François Vallée (1860-1949). Il eut une longue vie, malgré une santé qui fut toujours chétive. Avec quelques autres, il suivit les cours de celtique de Joseph Loth (1847-1934) à la faculté des lettres de Rennes. Les études celtiques ne prirent vraiment leur essor que vers le milieu du xixesiècle : d’Arbois de Jubainville (18271910), Gaidoz (1842-1932), Ernault (1852-1938) leur firent faire des progrès considérables ; mentionnons encore, parmi les érudits du xxesiècle, F. Falc’hun (1909-1991) et Léon Fleuriot (1923-1987). Vallée fut essentiellement un grammairien et un lexicographe. Il fut à l’origine du tout premier cours de breton, en 1896, au collège Saint-Charles de Saint-Brieuc : parmi ses élèves figurait François Jaffrennou (1879-1959), journaliste et écrivain en langue bretonne des plus féconds. En 1896, Vallée lança l’hebdomadaire catholique Kroaz ar Vretoned (La Croix des Bretons), entièrement en breton. Il fut secondé dans son combat pour une langue bretonne moderne (et parfois fort « chimique ») par René Le Roux (1878-1949), un Vendômois qui, en 1920, vint s’établir près de Saint-Brieuc. À ces noms, il convient de joindre celui de l’abbé Louis Le Clerc (1861-1944), excellent bretonnant de naissance celui-ci : il ouvrit un cours de breton au collège Notre-Dame de Guingamp où il était professeur. Silloniste, en même temps que régionaliste, Louis Le Clerc, outre des ouvrages didactiques, a relaté, dans le meilleur breton qui soit, les deux voyages qu’il fit, l’un à Jérusalem, l’autre à Londres.

Trois petits Bretons en Espagne

25En 1911, trois petits Bretons âgés de onze ou douze ans arrivent en Espagne où s’est replié le petit séminaire de Sarzeau dans lequel les Pères de Picpus formaient les futurs missionnaires de leur institut. C’est à Miranda-de-Ebro, au noviciat, que naît leur vocation d’écrivain bretonnant. J. Kerrien (1900-1992), le seul de ces trois à être devenu prêtre, est l’auteur d’une petite nouvelle Ar Roc’h Toull, parue en 1926 : cette œuvre, tout entière d’imagination, de fantaisie et d’ironie, est exactement une œuvre de divertissement et, quoique due au talent d’un homme d’Église, parfaitement neutre et sécularisée. J. Riou (1899-1937) mourut de la tuberculose, après avoir gagné sa vie comme journaliste, grappillant quelques heures de-ci de-là pour écrire en breton. Deux œuvres surtout rendent compte des facettes contrastées de cet être si attachant : Nomenoe-oe !, où éclatent le rire, la farce et aussi la poésie la plus lyrique, et Geotenn ar Werc’hez (L’Herbe de la Vierge), qui décrit avec sobriété et une immense tendresse les drames des pauvres de chez lui sur lesquels s’acharne le destin… Y. Le Drézen (1899-1972) quitta le noviciat en 1916, mais il avait contracté le virus de la langue bretonne pour toujours. Il fut journaliste et écrivain breton, avec des sympathies nationalistes qu’il ne dissimulait en aucune façon. C’était un artiste, aimant la belle ouvrage. On lui doit, notamment, Notre-Dame Bigouden, L’eau à l’entour des îles ; une petite plaquette, La semaine de frère Arthur, est presque le récit autobiographique de ses quelques mois de noviciat. Après la mort de son ami J. Riou, il écrivit les pages très émouvantes de En souvenir de J. Riou et Nuit de veillée funèbre à la pointe de l’île.

Roparz Hemon et « Gwalarn »

26Roparz Hemon (1900-1978), pseudonyme du Brestois Louis Nemo, professeur agrégé d’anglais, continue de marquer de son empreinte une fraction notable de ceux qui écrivent en breton. Avec lui, la vieille langue quitte la campagne, affronte la modernité et devient plus que jamais un emblème nationalitaire. Le volontarisme de Roparz Hemon est la clé de tout son destin. En 1931, à partir d’articles publiés antérieurement, Nemo fait paraître Eur Breizad oc’h adkavout Breiz (Un Breton qui retrouve la Bretagne), où il expose ses objectifs : la reconquête d’un espace breton souverain, à partir de la seule langue bretonne. En ce sens, l’entreprise de Roparz Hemon est hautement politique, même s’il n’a jamais été inscrit dans aucun parti politique soit français, soit breton. Durant la guerre 1939-1945, Roparz Hemon accepte de collaborer et devient directeur des émissions en langue bretonne de Rennes-Bretagne. Plus tard (1950), de Dublin où il s’est exilé, il emploiera les termes de « quatre années de liberté pour la langue bretonne », pour caractériser la période d’occupation. Dès 1925, Nemo avait créé une revue littéraire entièrement en breton, Gwalarn (Vent de nord-ouest) ; ce nom est donné aussi au mouvement littéraire lancé par Nemo. La production de Roparz Hemon, qui a appris le breton dans les livres, est énorme : romans, pièces de théâtre, poèmes, récits, nouvelles, traductions, ouvrages didactiques, travaux érudits. Sur le plan lexical, il recherche chaque fois qu’il peut les termes d’origine celtique, mais son breton est gravement hypothéqué par les structures de la langue française. Les lecteurs néo-bretonnants ne perçoivent guère cette infirmité : les thèmes débattus, la toile de fond nationaliste, les impertinences du révolté qu’est Nemo emportent l’adhésion de beaucoup. Il sait ficeler un récit et captiver son lecteur. Parfois, son nationalisme semble s’éteindre, et se manifeste seulement dans le fait que le texte est écrit en breton. Perce alors l’émotion, et une réelle sincérité, comme dans le poème Pirc’hirin ar mor (Le pèlerin de la mer). Cet homme accepte d’écrire pour lui tout seul, quitte à ce que, mille ans plus tard, un « petit homme » découvre ses écrits et en fasse ses délices. Roparz Hemon a fait école et continue d’avoir des disciples, souvent inconditionnels. Tel qu’il fut, tel qu’il continue d’exister dans ses écrits, Roparz Hemon demeure un signe de contradiction. À l’instar de leur maître, ses disciples se sont constitués dans la langue bretonne, telle qu’ils la conçoivent, l’écrivent et la parlent, un territoire intérieur : ce dernier, ils ne le partagent qu’avec ceux qui adoptent, au plus petit détail près (orthographe, vocabulaire, prononciation) le code d’accès à ce cercle d’initiés. R. Huon (1922-2003) dirigea pendant 50 ans la revue Al Liamm (Le Lien), qui prit la place de Gwalarn ; il fut aussi un écrivain fécond.

Bien avant Le Cheval d’orgueil, Hélias exorcise la « honte de la langue »…

27Pierre Jakès Hélias (1914-1995) apparaît, sans l’avoir cherché, comme une sorte d’anti-Roparz Hemon. Après la Libération, il devient responsable des émissions en langue bretonne de Radio-Quimerc’h. Professeur à l’École normale de Quimper, il enseigne le français et écrit en breton. En réalité, il semble parfaitement bilingue ; pendant des années, il a alimenté toutes les semaines une chronique en français et en breton dans le quotidien Ouest-France : ce sera la matrice de son fameux Cheval d’orgueil, paru en 1975 et dont la version bretonne suivra en 1986. On lui doit des sketches en breton à la radio, qui ont bien fait rire dans les chaumières et contribué quelque peu, parallèlement, à évacuer la « honte de la langue ». Une de ses pièces de théâtre les plus remarquables est Mevel ar Gosker (Le Grand Valet). Écrivain très prolifique, en poésie comme en prose (citons quelques titres – traduits – : Le Cheval de la nuit, Manoir secret, Les devis d’un temps perdu, La Pierre noire…), Hélias sait marier habilement le pittoresque de la langue parlée avec ce que la langue écrite (savante chez tous depuis Gwalarn) comporte d’abstraction et de dépouillement. Fils du peuple, pur produit de l’école républicaine (Louis Nemo aussi…), Hélias incarne à la perfection le modèle réussi de l’intégration bretonne, loin de toute revendication ; il est l’ennemi de toute révolte et abhorre les conflits. Dans la ligne de Renan, il respire le calme et l’apaisement ; c’est un notable sceptique et souriant qui rassure. Trop, selon Xavier Grall (1930-1981), qui le lui reprochera vivement dans son Cheval couché (1977).

Breton populaire, breton littéraire…

28Dans les listes d’écrivains qui vont suivre ne figureront, et encore de manière très incomplète, que ceux qui ont déposé leur plume pour cause de trépas. Longtemps on n’a écrit en breton que des textes dont la finalité, pour être religieuse, n’en était pas moins exclusivement utilitaire : il en est résulté des écrits dépourvus de la moindre parure littéraire, mais rédigés la plupart du temps dans une syntaxe excellente. Puis sont apparus le souci esthétique, le désir de plaire, en abordant des thèmes actuels, résolument modernes, sans exclure le débat et la polémique : s’est fait jour l’ambition de combiner langue bretonne et universalité. Ce renouvellement de fond en comble a bien eu des allures de révolution. L’opération n’allait pas sans risques. La syntaxe bretonne de beaucoup d’écrivains manque parfois gravement d’authenticité, mais l’actualité des thèmes qu’ils exposent est de nature à retenir, et même à captiver le lecteur peu averti de ce qui constitue le génie de la langue. D’autres écrivains écrivent impeccablement, mais c’est l’inspiration qui leur manque cruellement, avec la fastidieuse réutilisation de clichés surannés. L’écart se réduit entre ces deux tendances, pour une symbiose des plus heureuses. Un autre péril se montre : celui de l’hermétisme. Le prêtre vannetais J. M. Héno (1868-1929), quoique très fidèle à son dialecte, écrit dans une langue richissime, mais parfois obscure. Son breton se différencie considérablement de celui de son confrère J.-M. Le Bayon (1876-1935), qui créa le théâtre religieux de Sainte-Anned’Auray (1909), écrivant lui-même ses pièces qui furent jouées devant des dizaines de milliers de spectateurs catholiques de dialecte vannetais. Avec G. Berthou, dit Kerverzhiou (1909-1951), on retrouve cette veine hermétique si déroutante…

Des écrits des plus variés : souvenirs (fidèles ou romancés), notes de voyage ou de grammaire…

29Quelques auteurs, avec d’autres écrits souvent, ont laissé des mémoires ; ce genre parfois décrié s’apparente pourtant au conte et permet l’embellissement, sans compter toute sorte de notations pittoresques : c’est dans ce cadre que le breton excelle. Chez Y. Le Goff (1897-1966), « le notaire de Gouézec », le souci de fidélité est extrême : son E skeud tour bras Sant-Jermen (À l’ombre du grand clocher Saint-Germain, à Pleyben) est un enchantement, grâce notamment à la qualité de la langue. Charles Trémel, dit Jarl Priel (1885-1965) eut une vie passablement itinérante et attendit d’avoir 57 ans avant de se mettre à écrire en breton : il en est résulté des pièces de théâtre et, surtout, le récit, très vivant, de la première moitié de son existence. F. Le Lay (1859-1937), né et décédé à Locquirec, commença par être mousse à 12 ans ; le professeur qu’il est devenu n’a pas oublié cette tranche de vie qui fut la sienne ; son roman, Bilzig, dont il situe l’intrigue fictivement dans les années qui précédèrent la Révolution, est riche de l’expérience et des observations de son auteur : c’est un hommage aux gens de mer, aux pauvres et aux petits. E. Le Barzic (1917-1977) n’a pas écrit que ses mémoires ; on lui doit aussi des poèmes et des traductions ; il écrit avec vie et chaleur dans une langue qui fleure toujours bon le terroir. À Cléder naquirent au début du xxesiècle deux garçons qui furent prénommés Vincent l’un et l’autre ; le premier devint évêque (V. Favé, 1902-1997) et prit une part active dans la traduction des textes pour la liturgie en langue bretonne ; il voyagea énormément de par le monde, pour rendre visite aux missionnaires originaires du Finistère : les relations de ces voyages ont été réunies sous le titre (traduit) de Sur les traces de nos missionnaires. L’autre Vincent (Séité, 1908-1993) devint, lui, frère enseignant : ses méthodes de breton (par écrit et sur les ondes) ont répandu le meilleur breton du Léon bien loin de son sanctuaire initial ; il a laissé des souvenirs de la guerre 1939-1945, et aussi un Marh reiz (Le Cheval docile, 1985), « rectification dévote d’un Cheval d’orgueil trop fougueux », comme on l’a écrit (F. Favereau). Corentin Riou (19131995) fut lui aussi frère enseignant. Il a écrit dans un breton excellent, avec cet humour bigouden que l’on trouve également chez P. J. Hélias : nos deux auteurs font vraiment honneur à leur terroir. Jules Gros (1890-1992) n’a pas écrit ses propres mémoires, mais il a compilé (au sens noble du terme) ceux du peuple dans les quatre tomes de son exceptionnel Trésor du breton parlé. Le P. Médard Dourmap (1908-1988) fut un capucin qui missionna lui aussi, mais comme prédicateur dans les missions paroissiales en langue bretonne, prenant la plume de surcroît pour traduire en breton des textes de piété ; en 1945, il fit paraître Diwar c’hoarzin (Histoire de rire), lourdement grevé d’un caporalisme clérical tout à fait déplaisant ; 36 ans plus tard, il publiait An Tri Aotrou (Les Trois Seigneurs) et Paotred an ognon (sur les Johnies de Roscoff), où éclatent, à la faveur d’une remarquable métamorphose, les immenses qualités de miséricorde, de sens de la justice, de lucidité de cet homme droit et généreux. P. Trépos (1913-1966) collabora avec P. J. Hélias aux émissions bretonnes de Radio-Quimerc’h. Outre ses travaux de recherche sur la langue bretonne, le professeur Trépos a laissé une nouvelle bien émouvante, Lod all a varv (D’autres meurent)… J.-B. Le Deunff (1901-1987), boucher à Saint-Pol-de-Léon, s’engagea dans la Résistance ; plus tard il rédigea en breton les aventures de Deux combattants bretons FTP. P.-M. Mével (1915-1983) n’a pas laissé de mémoires, mais il s’apparente par sa sensibilité aux cinq ou six auteurs mentionnés immédiatement cidessus. Professeur, il fit la « drôle de guerre », s’évada, fut résistant. Il composa des pièces de théâtre pour la radio, et bien des chansons dictées par l’événement (il avait l’esprit vif et caustique) ; P.-M. Mével était demeuré très fidèle au breton populaire.

Un Léonard révolté : Abeozen. Les Vannetais de Langlais et Le Masson

30La politique linguistique de la IIIeRépublique qui, pour répandre l’enseignement et l’utilisation de la langue française, crut devoir appeler de ses vœux la disparition des langues régionales, suscita un tollé à voix multiples qui, dans le pays breton, se font toujours entendre. Ceux qui écrivent en breton sont au moins d’accord sur un point : les bienfaits qu’apporte la connaissance du français pouvaient être répandus sans la destruction de l’acquis linguistique et culturel préalable représenté par la langue bretonne. La défense du breton parut légitime et nécessaire. Cette légitimité et cette nécessité tiennent toujours, ne serait-ce que pour maintenir vivant un patrimoine, la langue bretonne, qui appartient à toute l’humanité. Autour de Gwalarn, se développa une littérature de révolte et de protestation, avec le danger du repli sur soi nationaliste. F. Eliès, dit Abeozen (1896-1963) incarne bien cette tendance ; l’itinéraire terrestre de ce Léonard passé par le séminaire, gazé pendant la guerre de 14-18, devenu professeur de lettres, fut tout à fait heurté et chaotique sur le plan des idées : il eut des sympathies pour Staline, puis, au moment de l’occupation, il adhéra aux thèses du IIIeReich. Il collabora avec Roparz Hemon aux émissions bretonnes de Rennes-Bretagne et, à la Libération, connut la prison. À la faveur de ces loisirs forcés, il écrivit Pirc’hirin Kala-goañv (Le pèlerin du 1er novembre) où éclate son pessimisme, mais aussi la tendresse de cet être écartelé entre les extrêmes. Pendant la guerre, avaient paru Dremm an Ankoù (Le Visage de la Mort), où passent, toujours lourds, ses souvenirs de poilu, et Hervelina Geraouell, le roman du mariage impossible pour deux jeunes gens du Léon. Avec Argantael, le lecteur quitte le réduit léonard, et même breton, pour retrouver les Bretons de Paris au moment du Front populaire. Dans ces œuvres fortes, Abeozen, bien qu’il ait appris le breton de naissance, est parfois trahi par sa langue. Cet écrivain est aussi un érudit, dont les travaux portent sur le moyen-gallois tout autant que sur le moyen-breton, et sur la littérature bretonne de l’époque moderne.

31Xavier de Langlais (1906-1975) appartient au Vannetais par sa naissance à Sarzeau. Mais il n’apprit pas le breton dès l’enfance, seulement dans les livres, à l’adolescence ; très tôt, il eut le souci d’intégrer le vannetais dans la langue écrite commune. Il fut surtout artiste-peintre, et il a apporté son sourire et sa distinction dans les lettres bretonnes. Avec Enez ar Rod (L’île sous cloche), son Roman du roi Arthur en breton porte témoignage des réflexions de ce spiritualiste à la fois soucieux de ses racines bretonnes et celtiques, et préoccupé par les perspectives immenses qu’ouvrent les découvertes scientifiques. De Langlais eut comme ami Robert Le Masson (1900-1952), officier de marine, disciple de Maritain : il découvrit le breton, et spécialement le vannetais, vers la quarantaine ; on a de lui, entre autres écrits, un long roman d’amour Pour si peu que rien (titre traduit), dont l’intrigue se déroule dans la période de l’Occupation, marquée en Bretagne par la collusion avec les autorités allemandes de bien des militants bretons. Étienne Quigna, dit Sten Kidna (1916-1982), Vannetais lui aussi, a exprimé les révoltes et la tendresse de son cœur dans Kanenn d’ar vuhez (Chant à la vie).

Au pays de saint Yves et de Renan

32Le Trégor a vu l’éclosion de plusieurs talents bretonnants. L’un des plus remarqués est Maodez Glandour, nom de plume de l’abbé L. Le Floc’h (1909-1986), qui fut pendant les trente dernières années de sa vie recteur de Louannec, charge pastorale qu’occupa saint Yves au même endroit. M. Glandour est attiré par les hauteurs, et aussi par les navigations, spirituelles seulement (il était fils du notaire de Pontrieux, et en rien homme de mer) : son long poème Imram (Périple, 1941) donne la mesure de son ambition poétique, comme aussi de son besoin de louer le Créateur. L’œuvre poétique de ce recteur-poète (dont le breton, appris au séminaire, n’est pas toujours sûr) est considérable et contient des morceaux d’une très belle tenue formelle et d’une grande générosité de cœur. Ancré dans la tradition, le recteur de Louannec s’était quelque peu raidi dans ses certitudes. Restent ses vers, sublimes, et dignes pour certains d’être gravés dans le granit, qui lui garantissent l’immortalité dans sa chère Bretagne. Marcel Le Clerc (19121984) fut aussi recteur dans le Trégor ; né dans le pays gallo, il apprit également le breton au séminaire et fut indéfectiblement nationaliste tout au long de sa vie. Directeur de revue, le recteur Le Clerc traduisit un nombre important de textes bibliques pour la liturgie en langue bretonne en collaboration avec M. Glandour. Pierre Bourdellès (19071989) était bretonnant de naissance ; prêtre, professeur, il a fait beaucoup de traductions et fourni bien des articles écrits dans une langue excellente. L’abbé Bourdellès, loin de s’enfermer dans la langue bretonne, orienta ses élèves vers les problèmes économiques : il fut l’un des premiers, à l’intérieur du cercle des militants de la langue, à tenter d’établir un lien entre culture et société. Anjela Duval (1905-1981) est un peu la fille spirituelle de tous ces prêtres du Trégor, ses voisins. Elle a passé toute sa vie dans la ferme de ses parents, qu’elle a continué d’exploiter. Elle ne commença à écrire en breton que vers la cinquantaine. Ses poèmes, comme ceux réunis dans le recueil Kan an Douar (Le chant de la Terre), sont d’une facture très simple, avec parfois bien des images conventionnelles, mais ils sont l’expression d’une âme tendre et délicate, avec, souvent le ton de la révolte, à la fois celle des paysans et celle de l’ardente nationaliste qu’elle fut. F. Kervella (19131992), né en Cornouaille (Dirinon), a épousé une fille du Trégor, et le couple s’installa à Lannion. Il fut l’élève de Louis Nemo, qui était professeur d’anglais au lycée de Brest. Puis il devint le disciple du créateur de Gwalarn. L’étonnant, c’est que le disciple savait bien mieux le breton que le maître : il le parlait et l’écrivait à la perfection. Géologue de profession, il publia une remarquable grammaire bretonne, rédigée entièrement en breton, sans parler de nombreux autres articles, où se trouve déposé le meilleur de la langue.

Le breton, frêle fleur vivante, mais menacée

33Le xxesiècle aura connu une production bretonne écrite tout à fait impressionnante quantitativement. La qualité n’est pas toujours au rendez-vous de ces milliers de pages que l’on dépouille : les poèmes militants et les articles polémiques se fanent vite, mais à défaut de la valeur littéraire, ces textes ont celle des documents d’archives. Quelques centaines de pages excellentes, dégagées d’une actualité éphémère, constituent à jamais l’ornement de la vieille langue. Liorzh ar brezhoneg, « le jardin de la langue bretonne », tel fut le titre donné naguère à une méthode de breton : il suffit de cultiver ce jardin, mais il faut aussi savoir en sortir, et regarder ce qui se fait de beau ailleurs…

34Longtemps l’apanage du seul petit peuple, le breton est en passe de ne plus servir qu’à quelques centaines de militants et d’intellectuels. Jamais la langue bretonne n’a été à ce point en faveur, et pourtant, sous sa forme populaire et traditionnelle, elle se meurt. Prenons le cas de Locmaria-Plouzané, commune rurale (avec une vaste façade maritime) située à 13 km de Brest : vers 1930, on y parlait breton dans la proportion de 95 %. Subissant plus que jamais l’attraction de la ville, la commune compte actuellement (2003) 4250 habitants, dont beaucoup sont des « rurbains ». Sur cet effectif total, on relève à Locmaria-Plouzané environ 60 bretonnants de pratique habituelle, 200 de pratique occasionnelle, et 350 bretonnants « passifs », c’est-à-dire qui comprennent la langue, mais sont tout juste capables d’en prononcer quelques mots. Cela donne 700 personnes pour lesquelles le breton est une langue qui ne leur est point étrangère : le sixième de la population, 16,5 %. Sur les quelque 1 200 000 individus habitant le territoire appelé « Bretagne bretonnante », on peut compter 200000 bretonnants (cette estimation peut être considérée comme basse), presque tous âgés de plus de cinquante ans ; il faut y ajouter les bretonnants de la diaspora bretonne, qui ont très peu l’occasion de parler breton. Le lectorat des écrits bretons est constitué de personnes qui ont un haut niveau d’instruction : aucun texte n’est guère lu, ni lisible, par le peuple. Les élèves des classes bilingues et des écoles Diwan assureront-ils une relève ?

35En 1920, le Breton Yves Le Febvre, libre penseur, très jacobin, fit pousser des cris d’orfraie aux militants bretons quand, parlant de la langue bretonne, il reconnut n’être nullement affligé à la perspective de « l’inexorable disparition de cette vaincue, qui n’a pas su créer un chef-d’œuvre, et qui va nécessairement s’effacer comme s’effacent les vieilles choses usées ». Dans l’autre camp, vers la même époque ou un peu avant, des séminaristes de Quimper, réunis dans une « Académie du breton » (fondée en 1894), s’efforcent d’améliorer leurs connaissances en breton : non seulement ils se préparent à faire de bons sermons, dans une langue bretonne correcte et convaincante, mais ils sont persuadés du lien très fort qui existe entre la foi et la langue. Ils ne font cependant pas l’unanimité parmi leurs condisciples, d’aucuns même leur reprochant de consacrer leurs efforts au service d’une langue qui « a fait son temps », et dont « la disparition n’entraînera nullement celle de la foi »…

36Le défi a été relevé par certains. Utopie ? Il faut des utopies ; seules les chimères sont perverses. Longtemps encore, sans doute, les sonorités de la vieille langue seront répercutées sur un territoire où des milliers de lieux-dits portent son empreinte, sans parler des noms de famille, sans parler des noms des très nombreux saints bretons. Puisse-til s’agir d’une langue authentique ! Puisse la grenouille bretonne éviter l’enflure devant le bœuf français ! Il faut accepter de ne pas tout dire, de ne pas tout écrire en breton, et avoir la sagesse de s’écarter des impasses de l’hermétisme, comme il convient de refuser les contorsions qu’imposent à la langue, et aux locuteurs, des montagnes de néologismes barbares. À ces conditions, le patrimoine entreposé par les siècles sera un trésor à la disposition de tous ; à ces conditions, les sédiments vénérables que représentent les meilleures pages écrites en breton continueront à être la source d’un bonheur toujours renouvelé pour le cœur, cependant que l’étude de la langue elle-même, de ses structures si originales, contribuera de manière permanente à l’enrichissement de l’esprit.

Vers l’an 2236…

37En 1836, l’auteur d’une grammaire bretonne pronostiquait au breton une durée supplémentaire de vie « d’au moins 400 ans ». Ce bon prêtre vannetais (il s’agit de Joachim Guillôme, mentionné plus haut) se rangeait par là sans le savoir à l’avis d’Augustin Thierry qui écrivait à la même époque : « Il y a, dans la langue des peuples celtiques, un principe de durée qui paraît se jouer des efforts des peuples et des hommes. » Pour ce qui concerne le breton, cette formule semble garder, malgré bien des démentis, une partie de sa vertu incantatoire. Presque éteinte dans le peuple, la langue bretonne continue à mobiliser étonnamment dans certains milieux cultivés.

38Le breton est peu présent dans les médias, mais, si l’on peut dire, il prend sa revanche dans les livres et les revues : on n’a jamais tant publié en breton, pour un lectorat nécessairement restreint, mais déterminé. Il y a peu, le ton qui dominait, c’était celui de la révolte et de l’affirmation identitaire. Celui qui lui fait suite à présent est plus ironique, sceptique et clairvoyant, volontiers guilleret et gaillard, parfois paillard. En breton aussi le roman policier se porte bien, avec une forte influence anglo-saxonne. La dimension religieuse paraît presque bannie, non pas tant par ostracisme que comme conséquence de la sécularisation profonde de la société. Plusieurs des œuvres écrites en breton se lisent avec un réel plaisir : des prix littéraires leur donnent parfois le lustre qui convient. C’est qu’écrire en breton de nos jours tient assez du paradoxe et de la performance : il n’est pas aisé de s’épanouir à l’ombre des arbres puissants que sont le français et l’anglais.

39De nos jours, la pratique du breton, et le plaisir qu’il entraîne, ne se conquièrent que de haute lutte : après tant de siècles de honte, le breton est à présent une langue du dimanche et de la fête. Idiome exclusif du petit peuple de la Basse Bretagne pendant des siècles, la vieille langue n’est pas un enclos verrouillé : s’ils échappent à la tentation nationaliste, locuteurs, auteurs et lecteurs de langue bretonne se feront une joie d’admettre dans leur cercle tous ceux-là qui désirent partager avec eux l’une des composantes de leur bonheur.

Auteur

Ancien professeur de celtique, université de Bretagne occidentale, Brest

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540