Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Troisième partie. « Et le verbe s'est fait chair » : Bretagne, histoire et religion

Plounévez-Lochrist et les œuvres militaires de la fin des années 1880 à la Grande Guerre

Marie-Thérèse Cloître

Texte intégral

Pour qui s’intéresse à l’histoire religieuse de l’époque contemporaine, les Semaines religieuses diocésaines constituent une source essentielle dont l’importance a été mise en évidence par Émile Poulat et l’apport, plus particulièrement en ce qui concerne la Bretagne, par Michel Lagrée. De nombreux travaux menés en histoire à l’université de Bretagne occidentale font référence à La Semaine religieuse du diocèse de Quimper et de Léon mais ils sont loin d’avoir épuisé la richesse de son contenu. De nouveaux questionnements en alimentent la constante relecture et celle-ci permet à son tour des constats passés auparavant inaperçus. Alors que je menais une autre recherche fondée sur cette source, le thème de ma collaboration aux Mélanges en l’honneur d’un natif de Plounévez-Lochrist s’est imposé. Cette paroisse occupe en effet une place remarquable dans les premières années de publication de l’hebdomadaire diocésain. Elle y apparaît comme pionnière et exemplaire en matière d’œuvres militaires et son évocation permet de redécouvrir un domaine qui ne semble pas avoir fait l’objet d’une étude systématique.
En quoi Plounévez-Lochrist se signale-t-elle ? Que révèlent les manifestations qui s’y déroulent sur les préoccupations catholiques de l’époque ? Quelle y est l’évolution perceptible entre la fin des années 1880 et 1914, année de mobilisation sans précédent ? La Semaine religieuse permet d’apporter quelques éléments de réponse et de replacer Plounévez-Lochrist dans le temps des œuvres que fut la fin du xixe siècle.
Introun Varia en armeou karet et Guinevez diouallit ho pugale ! (SRQL, 26 juillet 1889, p. 469.)

Une paroisse pionnière : 1888-1890

1La Semaine religieuse du 9 novembre 1888 consacre presque deux pages à l’inauguration d’une statue de Notre-Dame des Armées dans l’église de Plounévez-Lochrist le dimanche précédent. Les fidèles qui venaient de suivre les offices du jour de la Toussaint et du jour des Morts s’étaient à nouveau retrouvés pour une grand-messe « célébrée avec la pompe des grandes solennités ». Elle avait été chantée par l’abbé Goasguen, curé-doyen de Plouescat, et marquée, après l’Évangile, par le dévoilement et la bénédiction de la statue et du trophée lui servant de piédestal avant que l’abbé Kervennic, vicaire à Lesneven, n’explique « le but, les avantages et l’opportunité de la dévotion à Notre-Dame des Armées ». Après les vêpres, la statue portée par des conscrits et le trophée soutenu par quatre vétérans médaillés avaient été menés en procession jusqu’au nouveau cimetière avant d’être placés sur un trône et la journée s’était achevée par la bénédiction du saint sacrement.

2Quelques mois plus tard, La Semaine religieuse du 31 mai évoque la fête de Notre-Dame des Armées qui s’est déroulée à Plounévez-Lochrist avec « un concours de fidèles encore plus grand ». Il faut toutefois attendre le numéro du 26 juillet pour apprendre que, par autorisation de l’évêque du 17 novembre 1888, la confrérie de Notre-Dame des Armées, affiliée à l’archiconfrérie de Versailles dont le père Gueusset, eudiste, est le directeur général, a été érigée en l’église de Plounévez. Ses membres s’engagent à suivre la messe le premier samedi du mois à l’autel de Notre-Dame des Armées, à participer à la messe du tirage au sort et à celle du départ « où sont convoqués les conscrits », enfin le mois de mai tout entier est consacré à Notre-Dame des Armées, ce qui explique l’allusion précédente à la fête. La paroisse est à nouveau à l’honneur dans le numéro du 15 novembre en raison du zèle des quinze conscrits et seize jeunes gens ayant devancé l’appel qui ont chanté avec « enthousiasme… [le] cantique Sourdadet christen Breiz-Izel devenu populaire à Plounévez-Lochrist » et déposé au pied de la statue une « couronne de perles blanches […] à côté de plusieurs couronnes que les militaires ont apportées à leur retour ». Dès 1890, la fête est devenue « le pardon » de Notre-Dame des Armées, « comme toujours magnifique » lit-on dans La Semaine religieuse du 30 mai. « Rien de beau comme de voir les soldats si nombreux porter les deux nouvelles statues (saint Michel et saint Roch) avec celle de Notre-Dame des Armées et les marins groupés ensemble porter un navire, pendant que tous les hommes de la paroisse […] suivaient en chantant les cantiques d’Hor man santez Anna et Soudardet. » La célébration de la grand-messe par l’abbé Roull, principal du collège de Lesneven, rehaussait aussi la cérémonie.

3D’emblée, trois caractéristiques se dégagent de ces comptes rendus. Ces manifestations religieuses concernent essentiellement les conscrits, elles n’ont, par bien des côtés, rien de spécifique au diocèse, elles sont particulièrement exemplaires à Plounévez. Sur ce dernier aspect, il ne fait pas de doute que l’abbé Le Goff, recteur de la paroisse d’août 1886 à février 1891, ait joué un rôle essentiel. Sa notice nécrologique, publiée dans La Semaine religieuse du 20 janvier 1904, rappelle que ce prêtre, originaire de Châteauneuf-du-Faou, avait été ordonné à Rome, où il achevait ses études théologiques, en 1865. Après quelques postes de vicaire, il était entré au noviciat des Jésuites en 1873, puis à nouveau en 1881, mais avait dû y renoncer pour raison de santé. Que ce soit la véritable et seule raison ou non, il s’agit là d’un parcours qui a pu amener l’abbé Le Goff à nouer des contacts et à favoriser une dévotion à Notre-Dame des Armées. De façon générale, son esprit d’initiative en matière d’œuvres et son goût pour « les belles cérémonies du culte, les grandes manifestations en faveur de la foi et de la piété » sont soulignés et la suite de sa carrière le confirme lorsqu’il devint curé-archiprêtre de Saint-Polde-Léon à partir de 1898 et y donna toute sa mesure pendant six ans. L’abbé Le Goff appartient bien à l’élite ecclésiastique du diocèse et ses ouailles de Plounévez, alors que se maintient « la civilisation paroissiale » chère à Yves Le Gallo, ont répondu à ses directives. Il est aussi représentatif de la mobilisation catholique de la fin du xixe siècle pour maintenir ou retrouver une société chrétienne. Précisément, la généralisation, à la suite de la défaite de 1870, du service militaire qui éloignait les jeunes hommes de chez eux et les regroupait dans les casernes de la Troisième République ne pouvait qu’attirer l’attention et conduire à la mise sur pied d’œuvres qui leur étaient spécifiquement destinées.

Un diocèse de pointe dans les années 1890

4Le cas de Plounévez-Lochrist illustre la montée de telles œuvres dans un diocèse où plusieurs facteurs pouvaient renforcer la sensibilisation à cette question : une forte croissance démographique alimentant la conscription ; un éloignement d’autant plus sensible qu’il signifie l’entrée dans un monde urbain, francophone et laïcisé différent du milieu rural, bretonnant et pratiquant dont sont originaires la très grande majorité des conscrits finistériens. Dès ses premiers numéros, La Semaine religieuse laisse entendre que des mesures ont déjà été prises ou sont en cours d’adoption dans le diocèse. Le numéro 5, du 30 octobre 1886, évoque l’appel lancé dans le Bulletin de l’union des associations catholiques en faveur de l’œuvre de la messe du départ et cite « un curé du diocèse » qui se propose de la fonder tandis que commence à paraître dès novembre un mémento de l’apostolat des armées, c’est-à-dire les noms et adresses des aumôniers des lieux de casernement. Toutefois, selon le numéro du 5 décembre, la messe du départ à la chapelle Notre-Dame des Portes à Châteauneuf-du-Faou serait « un pieux usage déjà ancien ». Cette messe est alors pratiquée, entre autres, à Guipavas, Pluguffan ou Saint-Jean-du-Doigt et elle ne cesse d’être présentée comme de plus en plus nécessaire. Il faut rappeler qu’une modification du service militaire se prépare alors. La loi de 1872 avait en effet maintenu le tirage au sort en ce qui concernait la durée, 5 ans pour les mauvais numéros, six mois à un an pour les autres, mais beaucoup des premiers revenaient aussi au bout d’un an, le budget alloué ne permettant pas de les maintenir tous sous les drapeaux. Ceci paraît insuffisant et trop inégalitaire aux yeux des républicains, toutefois la mobilisation catholique concernant les conscrits précède dans le diocèse le vote de la nouvelle loi en 1889. Ainsi, avec l’appui de Mgr Lamarche, aumônier militaire en Crimée puis à la guerre de 1870 où il accompagne des prisonniers français en Silésie, arrivé au siège de Quimper en octobre 1887, La Semaine religieuse appelle à la généralisation de la messe de départ « comme dans le diocèse de Saint-Brieuc », lit-on dans le numéro du 15 octobre 1887. Ce dernier aurait donc de l’avance mais son voisin occidental ne tarde pas à l’égaler sinon à le dépasser, si l’on en croit les constats faits dans les années suivantes.

5La loi de 1889, établissant le service personnel, obligatoire et universel, d’une durée habituellement de trois ans, a certainement stimulé le zèle pastoral et ce n’est pas un hasard si la confrérie de Notre-Dame des Armées est érigée au grand séminaire en mars 1889 « pour la protection et les prières de Marie, la conservation de la foi et des mœurs parmi nos soldats et nos marins ». L’objectif est bien de « sauver les âmes » mais aussi d’assurer la solidarité communautaire, « d’adoucir les douleurs de la séparation » et d’éviter l’isolement du conscrit bas-breton en le recommandant, par lettre du recteur, à l’aumônier concerné. Dès 1891, une traduction de la brochure du père Gueusset sur Notre-Dame des Armées est faite en breton et, cette même année, la formule de la retraite du départ est adoptée dans le diocèse. Les œuvres militaires prennent donc une forme diversifiée et l’abbé Livinec, rapporteur au congrès des œuvres ouvrières catholiques de La Roche-sur-Yon en 1892, se réjouit que « le Finistère ait donné l’exemple » avant tous les autres diocèses de l’Ouest, la contagion gagnant même le Pas-de-Calais et l’Aveyron selon La Semaine religieuse du 30 septembre de la même année. Le cercle militaire établi à Quimper, ville de casernement et dont l’abbé Livinec est l’aumônier, est présenté comme une référence. Dès 1893, les œuvres militaires sont estimées « en pleine prospérité dans le diocèse », d’autant qu’un cercle s’est aussi constitué à Brest. En écho, les indications sur les prêches assurés en breton à Paris ou à Laval témoignent d’une organisation qui se fait bien à l’échelle nationale. Faute de comparaison, il n’est pas, à ce point de la recherche, possible de situer exactement le diocèse de Quimper et de Léon par rapport à d’autres, mais il est certain que l’impulsion donnée aux œuvres militaires, comme aux autres, fut forte et que l’accent fut mis, à partir des années 1890, sur la retraite de départ.

6La formule de la retraite n’est pas originale mais sa systématisation et son ampleur lui donnent un accent de terre de chrétienté que vient confirmer un succès d’abord léonard. Lancée à Lesneven du 5 au 8 octobre 1891 sous la direction de l’abbé Grall, curé de Plouguerneau, l’un des « grands curés » du Léon, la première retraite a un tel écho qu’elle doit être doublée quinze jours plus tard. Évoquant dans son numéro du 28 octobre 1892 les retraites organisées à Quimper et à Quimperlé, La Semaine religieuse constate « le réveil de la Cornouaille [qui]… n’aur[a] bientôt rien à envier au pays de Léon » et, selon le numéro du 3 novembre 1893, la retraite des conscrits « est désormais une des pratiques religieuses les plus importantes de notre pays ». En 1898, un quatrième centre de retraite est établi à Notre-Dame de la Salette près de Morlaix, permettant de mieux couvrir la partie trégorroise du diocèse. En 1910, la création du centre de Châteaulin permet de pallier l’insuffisance d’espace à Quimper où s’ouvre, en revanche, en 1908, une retraite française destinée aux jeunes urbains. Outre que ceci montre une progression constante des institutions jusqu’à la veille de la guerre de 1914, la précision « française » témoigne, s’il en était besoin, d’une œuvre conçue d’abord pour des conscrits ruraux et bretonnants. Ceci n’a sans doute pas peu contribué à la fréquentation des retraites car il s’agit certes de préserver de jeunes catholiques mais elles ont fait aussi œuvre pédagogique, œuvre de formation par l’appel à des soldats libérés, à des sous-officiers et à des aumôniers pour éclairer les conscrits sur ce qui les attendait. Personne d’autre n’avait estimé nécessaire une telle formation et l’on retrouve ici les constats d’Yves Le Gallo et de Michel Lagrée de la prise en charge par le clergé de l’entrée dans la modernité aussi pour le service militaire.

Une paroisse modèle : 1888-1914

7Ayant donné l’exemple, la paroisse de Plounévez-Lochrist continue-t-elle d’être une paroisse modèle alors que l’abbé Le Goff la quitte au début de 1891 pour Saint-Martin de Morlaix ? Il n’est pas facile de répondre à cette question car La Semaine religieuse ne donne plus de compte rendu particulier à cette paroisse à partir de 1891 précisément. Si l’étude de la confrérie de Notre-Dame des Armées reste à faire, la généralisation des messes de départ sous le patronage de ce vocable ne distingue plus Plounévez des paroisses environnantes, voire de l’ensemble des paroisses du diocèse. Un travail sur les archives paroissiales permettrait peut-être d’obtenir des précisions supplémentaires sur la vie de la confrérie, le pardon du mois de mai ou la pose de couronnes au pied de la statue. Le témoignage d’anciens serait précieux à propos de ces pratiques ou de la mémoire des cantiques spécifiques.

8À défaut, La Semaine religieuse permet cependant d’avoir une idée de l’écho des œuvres militaires dans la paroisse car, selon une pratique valant pour les autres retraites, elle a coutume de fournir le nombre des participants par paroisse aux retraites des conscrits. Par ce biais, une estimation du comportement de Plounévez-Lochrist devient possible. Le mot estimation s’impose car plus de précision supposerait de disposer, outre du montant de la population par paroisse, de celui du nombre exact des conscrits. Il ne s’agit ici que d’un bilan approximatif. Il semble que la fréquentation des retraites, dont on rappellera qu’elles sont rurales, approcherait entre 15 et 20 % des conscrits finistériens autour des années 1900. Le centre de Lesneven qui couvre le canton de Plouescat est le plus fréquenté en données absolues, 476 retraitants sur 1 323 par exemple en 1902, soit 36 % du total. Entre la réorganisation de 1898 et celle de 1909, les conscrits de Plounévez-Lochrist se rendent à la deuxième retraite de Lesneven qui concerne les cantons de Landerneau, Daoulas, Sizun, Landivisiau, Plouzévédé et Plouescat. Ils représentent durant cette période 10 % des conscrits retraitants de ces six cantons. Certes, Plounévez est une grosse paroisse de plus de 4 000 habitants mais on peut estimer qu’après la décennie des années 1890 plus faible, peut-être parce qu’il y a des structures sur place, elle occupe un rang plus qu’honorable. Elle est d’ailleurs en tête en nombre absolu de retraitants de cette circonscription, si l’on peut employer ce terme, neuf années sur quatorze, entre 1900 et 1913. Toutefois, si l’on tient compte du nombre d’habitants et en supposant que la proportion des conscrits soit équivalente d’une paroisse à l’autre, Plounéventer, par exemple, fait preuve de davantage de zèle avec autant ou plus de retraitants certaines années pour une population qui n’atteint pas la moitié de celle de Plounévez. Au total, entre 320 et 350 conscrits de cette dernière ont suivi les retraites du départ et il est probable que bien des combattants morts à la Grande Guerre dont le nom figure sur le monument accolé à l’église ont sollicité la protection de Notre-Dame des Armées.

9Pourtant en ce début du xxie siècle, sa statue n’est plus présente dans l’église et quelques paroissiens interrogés à ce sujet ne se souvenaient pas de l’y avoir vue. Qu’est-elle devenue ? Sur un pilier de la nef, la statue de Jeanne d’Arc, devenue sainte, s’est-elle substituée à celle de Marie ? Il faudrait pousser l’enquête sur ce point. En revanche, l’utilisation des bannières comme décor dans les édifices religieux permet de constater la conservation à Plounévez-Lochrist de la bannière de Notre-Dame des Armées, avec au verso Jeanne d’Arc, trace toujours tangible de l’engagement de la paroisse dans les œuvres qui se sont développées en France avec le service militaire pour tous. Doit-on rêver d’une notice explicative pour les paroissiens ou les visiteurs d’aujourd’hui ?

10Grâce soit rendue en tout cas au père Marc Simon et à ses amis : ils ont permis de renouveler l’intérêt pour une source historique, de l’appréhender sous un angle inédit. À travers le cas de Plounévez-Lochrist, on voit se développer un aspect de la pastorale et de la piété, voire de quasi-rites de conscription, qui ne s’arrêtent pas à la guerre de 1914. L’envie m’a ainsi été donnée de poursuivre et d’approfondir une recherche sur le thème des œuvres militaires dans le diocèse de Quimper et de Léon.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540