Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Troisième partie. « Et le verbe s'est fait chair » : Bretagne, histoire et religion

Aux origines du fonds Oheix

Philippe Guigon

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement de leurs aides et communications Michel Debary, Gérard Lefeuvre (Archives his (...)
  • 2 AAL, Guillon à Ollivier, octobre 1963-août 1965 ; Pax, n° 65, janvier 1966, p. 21 ; Y.Guillon, « L (...)
  • 3 J.-L. Deuffic, « Questions d’hagiographie bretonne. Sources. Bibliographie générale », Britannia C (...)

1Robert Oheix (1845-1904), écrivain, journaliste et avocat originaire de Savenay, était le père d’André Oheix (1882-1915). Après le décès prématuré de son épouse Marie, née Pivert (1856-1883), Robert éleva seul ses trois enfants, faisant partager à André son vif goût de l’histoire et de l’hagiographie bretonnes ; ainsi publièrent-ils l’un après l’autre des travaux en ces domaines1. Leurs dossiers furent cédés par Yves Guillon, neveu d’André, à l’abbaye de Landévennec lorsque le père Grégoire Ollivier y était bibliothécaire2. Nous nous intéresserons ici aux prémices de ce magnifique fonds hagiographique décrit succinctement par Jean-Luc Deuffic puis Michel Debary3 :

« L’ensemble se compose de dossiers classés par ordre alphabétique au nom du saint.
[André] Oheix y a noté, sur de petites fiches, toutes les références relatives aux saints bretons qu’il relevait au fil de ses lectures. Certains dossiers sont très importants, par exemplecelui relatif à saint Maurice, né près de Loudéac, à saint Mars, saint rennais et nantais, saint Martin de Vertou, saint Maudez, etc.
C’est certainement son père qui lui a suggéré ce procédé car on reconnaît de temps àautre dans ces dossiers l’écriture de Robert Oheix. »

2De fait, un certain nombre de chemises cartonnées destinées à enfermer des documents de travail provenant de l’étude du père, datées au jour près dans les années 1879 à 1883, furent réutilisées par le fils. Les fiches des deux auteurs se reconnaissent aisément, outre leurs écritures, grâce aux sujets abordés : Robert, ainsi qu’il ressort des sources documentaires mentionnées et de la correspondance reçue en réponse à ses demandes de renseignements, privilégia davantage qu’André, en revanche bien plus précis, les traditions populaires et les lieux de cultes rendus aux saints en Bretagne.

  • 4 AAL, « Saint Clair », Rochereau à Oheix, 2 novembre 1875.

3Oheix avait-il un moment envisagé une carrière toute différente de celle qu’il suivit par la suite ? L’abbé Jacques Rochereau (1837-1914), vicaire à Châteaubriant après l’avoir été à Savenay d’où était originaire sa famille, lui écrivit le 2 novembre 1875, c’est-à-dire au tout début de ses préoccupations hagiographiques, une lettre qui le laisserait soupçonner4 :

« Avec tout cela, vous ne vous mariez point. Et qui plus est, vous ne parlez même plus de vous marier. Alors, faites vous religieux. Faites vous jésuite. Croyez-vous que l’idée est mauvaise ? Vous parlez d’une joie dans la Compagnie si l’on venait à hériter tout d’un coup d’un hagiographe tel que vous. Il en sera ce que Dieu voudra. En tout cas, vous employez utilement et saintement vos loisirs, et Dieu vous en récompensera… »

Les sources documentaires de Robert Oheix

  • 5 J.Mabillon, Acta Sanctorum Ordinis S. Benedictis in sæculorum classes distributa, 1re éd., Paris, (...)

4Les fiches d’Oheix, petits rectangles de papier vierge ou réutilisant le verso de placards publicitaires, ou des bristols récupérant les si commodes faire-part, mentionnent souvent un dossier intitulé « Généralités », mais ce dernier demeure introuvable. De façon irrégulière, Oheix renvoie à plusieurs périodiques bretons, bulletins annuels de l’Association Bretonne et de la Société archéologique du Finistère, à la Revue historique de l’Ouest et surtout à la Revue de Bretagne et de Vendée dont il fut à partir de février 1876 l’un des fidèles piliers sous la houlette de son fondateur et ami, Arthur de La Borderie (1827-1901). Son intérêt se focalisait sur deux thèmes spécifiques, l’hagiographie et la Bretagne. Pour le premier domaine, ses principales sources proviennent de Jean Mabillon et Edmond Martène, du Martyrologe romain et du Martyrologe de France, revu et augmenté, dans des éditions non précisées mais dérivant probablement de celles de Claude Chastelain en 1705 et 1709, ainsi que des Petits Bollandistes de Paul Guérin. Les pays celtiques insulaires sont représentés par John Capgrave et William Jenkins Rees, la Bretagne par Albert Le Grand et Guy-Alexis Lobineau ; il cite quelques études de détail assez disparates, ainsi celles des abbés Aubert, Mathurin Audo, Hippolyte Le Gouvello ou François Richard5.

  • 6 A. Bouchart, Grandes Croniques de Bretaigne, 1re éd., Paris, 1514 ; H. Morice, Mémoires pour servi (...)

5Les sources historiques utilisées pour la Bretagne sont extraites des ouvrages d’Alain Bouchart, Hyacinthe Morice et Barthélemy Hauréau ; les informations concernant l’archéologie et les arts proviennent presque systématiquement de La Bretagne contemporaine, pour les Côtes-d’Armor de Joachim Gaultier du Mottay, pour la Loire-Atlantique de Nicolas Travers, pour le Morbihan d’Amédée Guillotin de Corson. Fréquemment citées sont des études concernant la littérature bretonne, ainsi celles de Théodore Hersart de La Villemarqué, Frédéric Jouön des Longrais ou Ernest Renan. Notons enfin de rares références éparses, par exemple aux ouvrages de Charles de Montalembert, Frédéric Ozanam ou Charles-Augustin Sainte-Beuve6. En définitive, les livres cités trahissent surtout les accointances idéologiques plutôt archaïques et conservatrices d’Oheix, ainsi Les Petits Bollandistes et non les Acta Sanctorum des authentiques bollandistes, infiniment plus sérieux mais il est vrai moins répandus, ou La Bretagne contemporaine, luxueuse œuvre collective à laquelle participent des personnalités presque exclusivement issues du milieu nobiliaire breton.

La correspondance hagiographique de Robert Oheix

Composition du fonds

6Le fonds Oheix conserve soixante-sept lettres adressées à Robert par divers correspondants, la plus ancienne remontant au 3 février 1873, la plus récente au 7 janvier 1890, une étant non datée. Il existe quatorze missives entre le 3 février 1873 et le 28 avril 1876, aucune en 1877-1878, trente-trois entre le 20 mai 1879 et le 26 novembre 1880, dix-neuf entre le 1er avril 1881 et le 12 avril 1887, aucune en 1888-1889, une le 7 janvier 1890.

  • 7 AAL, A.Oheix, Saint Maurice de Loudéac, abbé de Langonnet et de Carnoët. Documents, ms., p. 15-17, (...)
  • 8 P.Guigon, « Dom François Plaine et l’âme du Trégor autour de la session de l’Association Bretonne (...)

7Ces lettres sont contenues dans les dossiers des saints Benoît, Dulien, Friard, Gildas, Goueznou, Iltud, Just, Paul-Aurélien, Vital (une chacun), Caradec, Victor (trois chacun), Maurice (treize, plus deux dont les originaux n’existent plus dans le dossier mais soigneusement recopiées à une époque indéterminée par André dans un cahier lui appartenant, peut-être dans le but d’une étude demeurée inédite sur ce personnage)7, enfin Clair (trente-sept), plus de la moitié de l’ensemble. Quelques laïcs signent ces lettres, l’érudit morbihannais Ernest de Bréhier (né en 1813 ; deux lettres), Ferdinand Denis (1798-1890), administrateur de la bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris (deux lettres), Louis Prével, architecte nantais (décédé en 1888 ; une lettre), Émile Grimaud (18311901), secrétaire de la Revue de Bretagne et de Vendée (une lettre), René Le Cerf (18461901 ; une lettre), mais la majorité sont des ecclésiastiques bretons, la plupart du temps des membres du clergé séculier, ainsi le chanoine de Nantes Julien Allard (1815-1887), le curé de Besné Pierre Audiger (1824-1887), le vicaire général de Vannes originaire de Réguiny Jean-Marie Flohy (1800-1881), le curé de Lannion Pierre France (1831-1895), le curé de Massérac Jacques Goulet (1820-1889), l’érudit aumônier des Dames de Chavagnes à Châteaubriant Charles Goudé (1822-1881), le curé de Saint-Viaud Auguste-Joseph Lechat (1811-1887), le recteur de Saint-Just Joseph Lefeuvre (décédé en 1877), le recteur de Noyal-Pontivy Julien Le Potvin (1826-1883), le curé de Jans Auguste Ménard (1825-1888), le curé-doyen de la Trinité-Porhoët Julien-Marie Piederrière (1819-1886), le recteur de Croixanvec Vincent Robic (1827-1892), Rochereau (une lettre chacun), le vicaire de Guidel Pierre-Jean Euzenot (1842-1906 ; deux lettres), le vicaire de Réguiny Alphonse Bihel (1848-1900 ; trois lettres), le vicaire de Plœmel Jean-Joachim Collet (1835-1896 ; dix lettres). D’autres sont des réguliers, tels le cistercien d’Aiguebelle Marie Ephrem (1826-1888), le supérieur des Spiritains de Langonnet Hervé Jégou (1838-1906) (une lettre chacun), enfin le bénédictin de Ligugé puis Silos, François Plaine (1833-1900 ; trente lettres). Le moine était depuis 1875 à la tête d’un comité chargé d’éditer l’ensemble des Vies de saints de toute la Bretagne, en collaboration avec l’archiviste de l’évêché de Vannes Louis-Marie Chauffier (1843-1923), La Borderie et l’érudit Sigismond Ropartz (1824-1878) ; la mort de ce dernier, avocat comme Oheix, aurait peut-être pu libérer une place pour ce dernier, mais en fait elle porta un coup sévère au projet, définitivement enfoui par suite des rivalités internes8.

Distribution chronologique des lettres reçues par R. Oheix (3 février 1873-7 janvier 1890).

Les saints de Basse Bretagne

8La correspondance reçue par Oheix sur les saints de Basse Bretagne, si l’on en excepte saint Clair, est plus maigre que pour ceux de Haute Bretagne. Elle débute en septembre 1879 à propos de Maurice de Carnoët, pour lequel Oheix avait une vive dévotion car il habitait à Trévé, non loin de Loudéac, l’un des lieux de naissance présumés du saint. Euzenot lui fournit ainsi de nombreuses informations sur l’état de l’abbaye cistercienne de Carnoët, les reliques de son abbé fondateur et les traditions locales s’y rattachant. En mai 1880, Oheix correspondit avec Jégou, supérieur de Langonnet, pour tenter d’obtenir une relique du saint à propos de la translation d’une parcelle de son humérus ; à cette occasion, signant « Serv. Sanctorum », il lui signala que

« […] dom François Plaine, bénédictin de Ligugé, [avait] retrouvé une vie originale de saint Maurice, encore inédite, et dont j’avais songé à faire mon profit si j’avais mis à exécution mon projet de faire une notice sur l’abbé de Carnoët […].
Comme je ne puis de sitôt m’occuper de la notice projetée, je serais heureux de
pou voir vous fournir des renseignements si je le pouvais, & si vous en aviez besoin. M. de la Borderie ou dom Plaine sauraient s’il y a quelque chose sur votre saint dans les notes du P. Albert le Grand & dans les inépuisables portefeuilles des Blancs-Manteaux. Je crois que la source précise des légendes locales a été mal exploitée à Loudéac & pas du tout à Carnoët. Avez-vous cherché de ce côté ? »

  • 9 AAL, A. Oheix, Saint Maurice de Loudéac, abbé de Langonnet et de Carnoët. Documents, ms., p. 15-17 (...)

9Son correspondant lui répondit immédiatement9 :

« Je n’ai pas l’honneur, Monsieur, de vous connaître, mais je serai cependant heureux de pouvoir faire connaissance avec vous, sur un terrain comme celui que nous parais sons cultiver tous deux en ce moment, je veux dire la vie des saints et les légendes qui s’y rattachent.
[…] nous aurions désiré connaître quelques détails de la vie de St Maurice et c’est dans ce but que j’ai fait dernièrement le voyage de Loudéac. J’ai écrit à quelques ecclésias tiques pour les prier de nous venir en aide. Seriez-vous assez bon vous même, monsieur, pour nous procurer quelques renseignements particuliers […].
PS. Je vais demander quelques renseignements au RP. F. Plaine de Ligugé. J’ose croire qu’il nous satisfera dans la mesure du possible. »

  • 10 AAL,Plaine à Oheix, 1er juin 1880, 15 juin, 22 juin, 6 juillet, 21 août, 6 octobre, Marie Ephrem à (...)
  • 11 AAL, OHEIX, André, Saint Maurice de Loudéac, abbé de Langonnet et de Carnoët. Documents, ms., p. 2 (...)

10En dépit des menaces d’expulsion des congrégations en application des décrets de mars 1880, ce dernier accepta ce projet, qu’il désirait publier initialement dans La Semaine religieuse de Saint-Brieuc et Tréguier en s’honorant du soutien de Mgr Augustin David (1812-1882) et de l’amitié de l’abbé France. Mais en raison de la date impérative de la translation, le 7 août, sa brochure sortit très rapidement, avec quelques gaffes typographiques ; aussi souhaitait-il une publication de meilleure qualité, que semblait pouvoir lui assurer l’abbaye cistercienne d’Aiguebelle, mais que publia en fait celle de Raigern (Autriche) en 188610. En novembre, Oheix reçut de nouvelles informations des abbés Robic et Le Potvin sur leurs paroisses respectives de Croixanvec et de Noyal-Pontivy ; notons enfin, entre juin 1883 et avril 1887, quatre lettres de Plaine, l’une offrant à son correspondant un tiré à part de sa publication de 188611.

11En juillet 1880, Plaine espérait qu’Oheix intervienne discrètement auprès de La Borderie afin d’obtenir une copie de la Vie de saint Goueznou que l’historien avait trouvée « dans un ms du Chapitre de Nantes, qu’il conserve depuis 20 ou 30 années bientôt, et qui, paraît-il, faisait partie de la fameuse collection des Chroniques Annaulx ».

  • 12 AAL, « Saint Goueznou », Plaine à Oheix, 25 juillet 1880.
  • 13 R.Oheix, « Saint Caradec appartient-il à la Bretagne ? », Revue de Bretagne et de Vendée, 24e anné (...)
  • 14 AAL, « Saint Caradec », Le Cerf à Oheix, 7 janvier 1890.

12Nous ne croyons pas qu’il obtint satisfaction12. Dans le même temps, il envoya une longue lettre, apparemment demeurée sans réponse, à propos du récent article d’Oheix sur saint Caradec, ne lui ménageant pas ses critiques ; son correspondant ayant regimbé, Plaine contesta point par point l’ensemble de ses hypothèses, énonçant que le culte de ce personnage étranger à l’Armorique s’y était développé grâce à ses disciples13. L’article d’Oheix en 1880 lui valut dix ans plus tard une information de Le Cerf, alors maire de Mûr-de-Bretagne et député de la droite royaliste pour la circonscription de Loudéac : un parent de son épouse lui avait signalé une chapelle Saint-Caradec dans la commune de Saint-Amour (Jura)14.

  • 15 AAL, « Saint Hiltud, abbé », France à Oheix, 12 décembre 1885 ; ADIV, 1F360, Plaine à Oheix, 12 jan (...)

13Le dossier « Saint Iltud » renferme une lettre de décembre 1885 de l’abbé France relatant de façon amusante le « larcin par trop pieux » du sommet de la calotte crânienne du saint, rapt opéré « vers 1820 » par les paroissiens de Landébaëron au détriment de ceux de Troguéry. Oheix s’était intéressé de près à Iltud, à en croire une lettre écrite par Plaine en janvier 1881, non conservée à Landévennec, évoquant son intention « d’en faire l’objet d’une étude spéciale » et proposant ses commentaires sur trois personnages de ce nom ; ce projet ne vit cependant pas le jour15.

« Les saints inconnus »

  • 16 AAL, « Saint Just, évêque de Rennes », Lefeuvre à Oheix, 3 février 1873.

14Oheix s’intéressait spécialement aux saints des régions où il habitait, à proximité de Savenay et de Trévé. Ainsi s’enquit-il à ses débuts de l’histoire de la paroisse de Saint-Just, dont le recteur s’excusait en février 1873 de ne pouvoir lui fournir que des « faibles renseignements » sur le saint éponyme, citant les écrits de Le Grand, Augustin du Paz et Lobineau ; il se rangeait à l’avis de l’archevêque de Rennes, Godefroy Brossays-Saint-Marc (1803-1878), selon lequel Just était un « confesseur pontife » et non un « martyr16 ».

  • 17 AAL, « Saint Victor de Campbon solitaire & Saint Laumer de Campbon », Denis à Oheix, 17 septembre (...)
  • 18 R.Oheix, « Les saints inconnus », Association Bretonne, 23e session, Quintin, 1880, p. 158-186 ; à (...)

15En septembre 1874, F. Denis lui répondit par la négative à propos de Victor de Campbon, lieu de naissance de son père, Jean Oheix (décédé en 1881) : en dépit d’une double lecture de l’Ordinaire nantais de 1263 conservé à la bibliothèque Sainte-Geneviève, le saint ne figurait pas dans le calendrier. Sur ce personnage, sur lequel Oheix écrivit une petite notice17, et sur d’autres « saints inconnus », titre de sa communication du congrès de Quintin en septembre 1880, Plaine fit part de ses observations en mars 1880, en commençant par une introduction critique des sources hagiographiques d’Ancien Régime18 :

  • 19 P.Ferrari, Catalogue général des saints qui ne sont pas au martyrologe romain, 1625 ; A. du Saussa (...)

« Ferraris [sic] et du Saussay 19 me paraissent de médiocres autorités pour prouver que S. Victor a été évêque. L’Eglise de Nantes aurait dû en conserver le souvenir, puisqu’elle en faisait la fête : toute assertion à cet égard puisées à d’autres sources que celles des documents hagiograph. et liturg. de Nantes, me semble, sans valeur, purement conjecturale… »

  • 20 A.Oheix, « Études hagiographiques. Saint Victor de Cambon », Bulletin de la Société archéologique (...)

16Cette opinion fut reprise en 1903 par André, rouvrant le dossier du saint, dans des termes qui laissent supposer qu’il avait cette lettre en tête20 :

« Saint Victor fut-il évêque de Nantes, comme certains le prétendent ? Cela est fort peu probable. On ne peut appuyer cette prétention que sur Ferrari et sur du Saussay. Quelque autorité que puissent avoir ces deux auteurs, il faut ici les récuser. »

  • 21 AAL, « Saint Dulien & Dulcien, mm », Ménard à Oheix, 1er avril 1881.

17En avril 1881 Oheix reçut une réponse de l’abbé Ménard, curé de Jans, à propos de ses questions sur les jumeaux Dulien et Dulcien, lui annonçant21 :

« Les travaux que j’ai fait faire pour vérifier la tradition orale [souligné par Oheix] n’ont amené aucun résultat. Je vous souhaite un meilleur succès, et je m’associe de tous mes vœux aux travaux que vous entreprenez pour l’éclaircissement d’un point historique qui vous intéresse à un si haut degré ! »

  • 22 AAL, « Saint Vital, solitaire », Lechat à Oheix, 4 avril 1881 ; A. Oheix, « Saint Viau », Bulletin (...)

18Oheix avait certainement l’intention de lancer une vaste enquête hagiographique sur le Nantais, puisqu’il avait également interrogé à propos de son patron le curé de Saint-Viaud, lequel lui apprit qu’existait en ce lieu « un petit manuscrit sur St Vital, qui contient très peu de choses », communiqué environ vingt-cinq ans plus tôt à l’abbé Richard (1819-1908), très probablement pour servir à la nouvelle édition du Propre de Nantes en 1857 : ce manuscrit avait fait l’objet d’une copie de Le Grand publiée par André en 191322.

  • 23 AAL, « Saint Benoît de Macérac, abbé & sainte Avénie, sa sœur », Goulet à Oheix, 13 juillet 1882 ; (...)

19En juillet 1882, l’abbé Goulet, répondant à sa demande de documents sur saint Benoît, l’invita dans sa paroisse de Massérac et le renvoya au « bon Mr Régis », c’est-àdire à L’Estourbeillon (1858-1946), qui habitait en ce lieu et auteur peu après d’une monographie sur le saint, en particulier grâce à une copie de sa Vie appartenant au prêtre ; en 1910 André reprendra l’ensemble du dossier23.

  • 24 AAL, « Saint Friard & Secondel, solitaires », Audiger à Oheix, s. d. ; A.Oheix, « Études hagiograp (...)

20Enfin, Oheix avait reçu d’Audiger, à une date inconnue (entre 1869 et 1887), une invitation à se rendre dans sa paroisse de Besné pour y consulter des documents sur les ermites Friard et Secondel, notamment « la bulle du pape Urbain VIII érigeant une confrérie en l’honneur de nos saints patrons ; bulle où est attaché un gros cachet en plomb » ; en 1899 son fils éditera pour la première fois ce document de 1642 dans son étude sur les deux ermites24.

Saint Clair

  • 25 P. Guigon, « La polémique sur les “monuments de Réguiny” au xixe siècle », Association Bretonne, t. (...)
  • 26 AAL, « Saint Clair », Bihel à Oheix, 23 octobre 1874, 4 février 1875, Rochereau à Oheix, 2 novembr (...)
  • 27 R. Oheix, « Saint Clair, premier évêque de Nantes. Sa mission. – Son tombeau. – Ses reliques », Re (...)
  • 28 AAL, « Saint Clair », Grimaud à Oheix, 6 mars 1876, Piederrière à Oheix, 29 février, Euzenot à Ohe (...)

21La correspondance la plus substantielle reçue par Oheix concerne saint Clair, patron de Réguiny et soi-disant premier évêque apostolique de Nantes, dont l’historicité donna naissance à de vives discussions durant la seconde moitié du xixe siècle. Le dossier de Landévennec montre qu’il en fut l’un des principaux protagonistes, à la croisée de tendances opposées de plusieurs de ses amis, les « clairophiles » en faveur d’une grande ancienneté de Clair, tels le chanoine nantais Abel Cahour (1812-1901) et Plaine, les partisans d’une origine légendaire avec La Borderie et les tenants d’une opinion médiane représentés par Richard, à ce moment coadjuteur de l’archevêque de Paris25. Dès octobre 1874, Oheix s’intéressait à saint Clair : Bihel, vicaire de Réguiny, fut alors son interlocuteur ainsi que celui de l’abbé Goudé, et mit les deux hommes en contact pour éviter une dispersion des publications26. Le dossier comporte encore une lettre chaleureuse du doyen du chapitre de Nantes Allard, félicitant en novembre 1875 son « bien cher Robert » pour son « zèle à étudier nos antiquités chrétiennes » ; dans la notice nécrologique qu’il lui consacra en février 1887, Oheix rendit justice à son ami, venu examiner de visu les monuments de Réguiny, qui ne partagea pas toutes les conclusions de son article paru en février et mars 187627. Par contre ce travail lui amena, par l’intermédiaire de Grimaud, des réactions plus favorables, ainsi celles des prêtres Euzenot, auteur d’articles sur les sarcophages du Morbihan qui lui donna son avis sur la sépulture de Réguiny, Flohy, qui le remercia de l’envoi de son article, et Piederrière. Bréhier, bon connaisseur de la région, rencontré par Bihel au mois de novembre précédent, lui fournit des précisions sur les reliques de saint Clair ainsi que sur les proches retranchements de Radenac. Oheix échangea surtout une abondante correspondance avec l’étonnant abbé Collet, lequel le contacta en novembre 1879 pour lui suggérer d’effectuer des recherches archéologiques pour l’Association Bretonne, puis lui fournissant en décembre une stratégie de demande d’autorisation de fouilles dont nous, modernes archéologues, devrions peut-être nous inspirer pour parvenir à nos fins mieux que par les habituelles procédures administratives28 :

« Je suis désolé de savoir que vous ne pourrez pas vous occuper du projet de fouiller le tombeau de saint Clair durant l’année 1880 qui va bientôt commencer. Si vous ne pouvez pas renoncer à vos obligations, à propos des articles que vous avez promis de publier à époque fixe, vous pouvez, du moins, refuser de prendre d’autres engagements afin de conserver toute votre liberté, et de consacrer tout votre temps à préparer ce grand projet de fouille, qui intéresse tant la religion de notre Bretagne.
Pour réaliser cette entreprise, il faut plusieurs conditions ; je me contente de signaler les suivantes :

  1. 1° La prière. Je suis intimement convaincu que le démon fera tout son possible pour empêcher ce projet d’aboutir. Il suscitera difficulté sur difficulté, mais nous en triompherons par la prière. Retenez bien ceci vous verrez plus tard que je vous dis la vérité. Ne pourrions-nous pas pendant toute l’année prochaine réciter, tous les dimanches, l’hymne de saint Clair, avec verset et oraison du propre de Vannes et de Nantes ? […]
  2. 2° L’autorisation. Avant de procéder à cette fouille, il faudra obtenir le consentement de Monseigneur l’évêque de Vannes. Je crois que, pour l’obtenir, il faudrait lui adresser une pétition signée des principales notabilités de la Bretagne, par ex. de l’évêque de Nantes, Rennes et Saint-Brieuc, l’Association Bretonne, etc. Pour moi, je n’ai absolument aucune influence sur l’évêque de Vannes, et je ne pourrai rien faire à ce sujet.
    Il serait bon peut-être de garder le secret sur cette pétition pour la faire réussir plus facilement.
  3. 3° Des garenties [sic]. Pour réaliser ce projet, il faudra prendre l’engagement de rétablir les lieux dans leur état primitif, c’est-à-dire de réparer le tombeau, et d’élever un monument grandiose sur la tombe du saint.
  4. 4° L’argent. Je laisse à votre sagesse le soin de trouver les moyens les plus convenables, pour obtenir assez de ressources afin de réaliser la fouille projetée.
  5. 5° Étude préliminaire. L’ignorance du mode d’inhumation du corps de St Clair et de l’histoire de son tombeau, nous forcent à travailler sur un terrain inexploré où tout est inconnu. Si saint Clair a été inhumé en pleine terre sans sarcophage, il est évident qu’on ne retrouvera rien de ses ossements. Mais, soit qu’il ait été inhumé avec ou sans sarcophage, quel a été le signe ou le monument primitif à ciel ouvert élevé sur son tombeau pour en perpétuer la mémoire et le désigner au public ? Est-ce le lech du cimetière, ou un édicule avec caveau, ou une petite chapelle, ou une simple pierre plate, une dalle, ou rien du tout ?
    On a dû enterrer dans la chapelle au Moyen Âge pour se mettre sous la protection du saint. Une autre chapelle a pu aussi précéder celle-ci. Pour trancher toutes ces questions, il faudra fouiller profondément à l’intérieur et à l’extérieur de la chapelle. […]
  6. 6° Analyses des reliques de S. Clair.
    Il y a une grande différence entre un corps inhumé en pleine terre et celui qui a été déposé dans un cercueil en pierre ou dans un caveau : En effet, dans le 1er cas, le corps est beaucoup plus altéré et subit une plus grande décomposition que dans le second cas. Pour savoir donc si le corps de St Clair a été enterré en pleine terre ou dans un sarcophage, on pourrait charger un chimiste distingué ou un paléontologue expérimenté de faire l’analyse des reliques de St Clair.
    7° article sur St Clair –
    Avant de procéder à faire cette fouille, vous devriez publier des articles préparatoires, des notices sur le culte et la tombe de ce saint, afin de préparer le public chrétien, l’autorité elle-même, et de provoquer des offrandes et des souscriptions. Quand tout sera mûr, quand toute la Bretagne désirera retrouver et revoir les restes de son grand apôtre, alors vous pourrez commencer la fouille… »
  • 29 J.-J. Collet, « Topographie et distribution des monuments mégalithiques en Bretage », Journal de V (...)
  • 30 AAL, « Saint Clair », Collet à Oheix, 30 janvier 1880, 18 mars, 19 mai, 23 juin, 29 juin, 1er sept (...)
  • 31 AAL, « Saint Clair », Prével à Oheix, 12 mars 1880 ; L. Prével, Notice sur le château du Goust (co (...)

22Entre janvier et septembre 1880, les nombreuses lettres de Collet abordent fréquemment l’archéologie ; sa correspondance est émaillée de renvois à des savants contemporains tels Alexandre Bertrand (1820-1902), fondateur du musée des Antiquités nationales, Charles Cahier (1807-1882), Camille de La Croix (1831-1911) pour sa fouille en 1878-1879 de l’hypogée des Dunes à Poitiers, Henri Martin (1810-1883) pour ses Études d’archéologie celtique (1871) et Giovanni Battista De Rossi (1822-1894). Il connaissait également les travaux les plus récents des chercheurs bretons, tels Cahour pour sa fouille en 1874 de Saint-Donatien-et-Saint-Rogatien de Nantes, Paul du Châtellier (1833-1911) pour ses premières collectes de 1875 sur l’oppidum de Saint-Jean-Trolimon, Alfred Fouquet (1807-1875) pour ses Monuments celtiques et ruines romaines dans le Morbihan (1853), enfin René Kerviler (1842-1907) pour son Étude critique sur la géographie de la presqu’île armoricaine au commencement et à la fin de l’occupation romaine (1873). Ayant lui-même pratiqué des fouilles dans les alignements de Carnac et d’Erdeven qu’il estimait postérieurs à l’époque romaine, il prétendait être le premier à affirmer leur destination funéraire et avoir fait partager cette théorie à James Miln (1819-1881)29. Malheureusement Collet gâchait ses indéniables quoique un peu étranges qualités d’érudition par des a priori théoriques, adoptant en particulier les idées sur l’apostolicité des Églises de Gaule de l’abbé François Arbellot (1816-1900) et de François Chamard (1828-1908), compagnon de noviciat de Plaine à Solesmes ; ce travers était d’ailleurs partagé par Oheix et Plaine, qui échangèrent plusieurs courriers pour préparer le congrès de Quintin, faisant relire leurs communications par Collet30. Interrogé sur la chapelle Saint-Clair du château du Goust en Malville, Prével, qui connaissait bien l’endroit, en profita pour demander à Oheix d’intercéder auprès de son père, médecin et conseiller général de Savenay de 1860 à 1881, afin d’accorder le bureau de tabac de Bouée à l’un de ses fermiers31 ! Lors du congrès de Redon de 1881, La Borderie se montra très réticent sur la théorie de Plaine : lorsque ce dernier envoya en juillet 1882 à Oheix son manuscrit sur saint Gohard pour le congrès de Châteaubriant, il joignit une note intitulée « Quelques mots en réponse aux attaques à M. de La Borderie », demandant à son correspondant de ne pas la présenter « s’il y a lieu de supposer que M. de la Borderie peut en être molesté. Ce que vous me dites de son état d’aigreur, m’afflige sensiblement et je m’en voudrais de contribuer en quelque chose à l’augmenter ».

  • 32 AAL, « Saint Paul Aurélien, évêque de Léon », Plaine à Oheix, 11 juillet 1882 ; « Saint Clair », P (...)
  • 33 A. Cahour, L’apostolat de Saint Clair, premier évêque de Nantes, tradition nantaise, Nantes, Impr. (...)
  • 34 ADIV, 1F1087, Oheix à La Borderie, 9 octobre 1884 ; 1F332, Oheix à La Borderie, 14 octobre 1884 ; (...)

23De fait Oheix conserva cette note à l’abri du dossier « Saint Clair ». En octobre 1883, à en juger par une lettre conservée dans le dossier « Saint Gildas », les relations de Plaine et de La Borderie demeuraient de qualité32. Il en était encore de même en 1884 lorsque la polémique sur l’historicité de saint Clair reprit de plus belle : le moine n’intervint pas directement, conseillant cependant en sous-main Cahour face à un La Borderie très en verve, et regrettant à plusieurs reprises le développement accru de la querelle33. Oheix, quelque peu écartelé entre ses convictions et ses amitiés, se rendit à Réguiny en octobre afin de dessiner pour La Borderie la sépulture de saint Clair ; les originaux de ses dessins et notes sont conservés aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine, mais ses brouillons demeurent à Landévennec34.

  • 35 AAL,« Saint Clair », Plaine à Oheix, 13 janvier 1886, 30 mars, 11 avril, 9 juin, 19 juillet, 29 ao (...)

24Deux ans plus tard la dispute rebondit avec l’entrée en scène de Richard, qui tenta de mettre en difficulté La Borderie ; immédiatement informé par Oheix, Plaine lui proposa de revenir sur saint Clair lors du congrès de Pontivy. Sous le pseudonyme d’Yves Breton, Oheix abonda dans ce sens, mais Plaine ne soupçonna pas le moins du monde le double jeu de son ami avec lequel il échangea encore plusieurs courriers, suggérant qu’Euzenot serait le plus à même de mettre un terme définitif à cette inextricable polémique. De fait, les passions se calmèrent après le congrès de Pontivy, même si Plaine demeura amer devant l’ampleur prise par les débats35.

L’œuvre de Robert Oheix

  • 36 R. Oheix, 1886, op. cit., p. 64.

25Après son travail sur saint Clair de 1876, Oheix amassa d’importantes informations grâce à de multiples interlocuteurs ; cependant il demeura habilement à l’écart de la polémique déclenchée dès septembre 1880, y participant néanmoins de façon indirecte comme ami de plusieurs des principaux protagonistes. Ses articles de 1880 sur saint Caradec puis sur des « saints inconnus » restèrent également à l’écart de désagréables débats, l’intérêt porté à des traditions locales semblant plus inoffensif que l’examen critique de Vies néanmoins tout autant légendaires. La réédition en 1886 de ses « études littéraires » (Oheix dixit), motivée par son propre plaisir, ne comprenait pas celle sur saint Clair, l’auteur ayant choisi d’éliminer tout ce qui avait paru de 1864 à 1878. Il revint cependant avec humour sur cette question dans le post-scriptum rajouté (mars 1886) aux « saints inconnus », avant de poursuivre en rappelant brièvement le déroulement de la question de 1880 à 188536 :

« Il semble commandé par la probité littéraire, quand on réunit en volume des articles imprimés depuis un certain temps, de ne pas profiter des travaux récemment publiés pour effacer soigneusement tout ce que l’on a pu hasarder d’erroné ou de compromettant. Ce serait renouveler l’histoire du geai paré des plumes du paon. »

  • 37 A.Oheix, 1899, op. cit. ; A.Oheix, 1903, op. cit. ; A.Oheix, 1910, op. cit. ; A.Oheix, 1913, op. c (...)

26Quel est l’apport principal de R. Oheix au fonds à son nom, constitué à partir du début des années 1870 ? Les sources documentaires qu’il employa systématiquement sont d’une qualité médiocre, alors que les travaux de détail présentent davantage d’intérêt. Ses correspondants, dans la plupart des cas des ecclésiastiques de bonne volonté, ne disposaient pas davantage de meilleures sources. Les plus prolifiques, Collet et Plaine, diffèrent par leur milieu : le premier, même s’il connaissait bien l’état de l’archéologie de son époque, tout comme Euzenot, apparaît fort candide et coupé des réseaux intellectuels bretons, alors que le second était à ce moment, avant son exil espagnol, au cœur du renouveau des études hagiographiques armoricaines. Il fit profiter son correspondant de ses plus récentes recherches, malheureusement trop souvent entachées d’une redoutable naïveté : mais est-on responsable de ses amis ? Si l’apport personnel d’Oheix semble mitigé, son principal mérite demeure cependant d’avoir su créer un fonds hagiographique de qualité : à ses débuts, il reste largement en deçà de celui utilisé par La Borderie, qui travaillait il est vrai avec des moyens autrement plus importants, employant de nombreux copistes rémunérés. Mais il est déjà probablement beaucoup plus systématique que celui de Plaine, dont les dossiers n’ont pour le moment pas encore été retrouvés, et atteindra grâce à André Oheix, fauché en pleine jeunesse, un niveau exceptionnel : d’ailleurs le fils lui-même reprendra à son compte quelques travaux de son père, publiés dans sa série des Études hagiographiques37.

Notes

1 Je remercie vivement de leurs aides et communications Michel Debary, Gérard Lefeuvre (Archives historiques de l’évêché de Nantes), André Lolicart (Archives historiques de l’évêché de Vannes), Michel Maréchal (ADIV = Archives départementales d’Ille-et-Vilaine), Pascale Morne (ADIV) et Gérard Vieira (Archives générales de la congrégation du Saint-Esprit). Surtout, je n’aurai garde d’oublier Marc Simon (OSB, AAL = Archives de l’abbaye de Landévennec, fonds Oheix), à qui je suis heureux de rendre ici hommage.

2 AAL, Guillon à Ollivier, octobre 1963-août 1965 ; Pax, n° 65, janvier 1966, p. 21 ; Y.Guillon, « La vie et l’œuvre d’André Oheix érudit et historien breton (1882-1915) », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. LXXIX, 1976, p. 111-117.

3 J.-L. Deuffic, « Questions d’hagiographie bretonne. Sources. Bibliographie générale », Britannia Christiana, Bibliothèque hagiographique bretonne, fasc. 1, hiver 1981, p. 34 ; M.Debary, « André Oheix, érudit et historien de la Bretagne », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXXX, 2002, p. 455.

4 AAL, « Saint Clair », Rochereau à Oheix, 2 novembre 1875.

5 J.Mabillon, Acta Sanctorum Ordinis S. Benedictis in sæculorum classes distributa, 1re éd., Paris, 1668-1701, 9 vol. ; E. Martène, Thesaurus Novis Anecdotorum, Paris, 1717, 5 vol. ; P.Guérin, Les Petits Bollandistes […], Paris, 18661869 [= 6e éd. de Vies des Saints, 1re éd. Bar-le-Duc, 1858-1860, 4 vol.] ; J. Capgrave, Nova Legenda Angliæ, 1516 ; W. J.Rees, Lives of the Cambro-British Saints, Londres, 1853 ; A. Le grand, Les vies des saints de la Bretagne-Armorique, 1re éd., Nantes, 1637 ; G.-A. Lobineau, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans la même province avec une addition à l’Histoire de Bretagne, 1re éd., Rennes, 1725 ; P. Aubert, Histoire de Saint-Martin, abbé de Vertou, et de Saint-Jouin-de-Marnes, et de ses fondations en Bretagne, en Vendée et dans les pays adjacents, Poitiers, 1869 ; M. Audo, « Quelques notes sur saint Caradec et son ancien monastère », Bulletin de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, t. V, 1867, p. 10-19 ; H. le Gouvello, Vie et martyre de Saint Méréal ou Méloir prince de Cornouailles patron de plusieurs paroisses bretonnes, Redon, P. Chauvin, 1879 ; F. Richard, Les Saints de l’Église de Nantes. Lectures, méditations, et prières pour leurs fêtes, Nantes, V. Forest et E. Grimaud, 1872.

6 A. Bouchart, Grandes Croniques de Bretaigne, 1re éd., Paris, 1514 ; H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne […], Paris, C. Osmont, 1742-1746 ; B.Hauréau, Gallia christiana […], vol. XIV, Ubi de provincia Turonensi agitur, Paris, A. Firmin-Didot, 1856 ; La Bretagne contemporaine, Nantes, H. Charpentier, 1865, 5 vol. ; J. Gaultier du Mottay, « Répertoire archéologique du département des Côtes-du-Nord », Mémoires de la Société historique et archéologique des Côtes-du-Nord, t. I, 1883, p. 3-357 ; N. Travers, Histoire civile politique et religieuse de la ville et du comté de Nantes, Nantes, V. Forest, 1836-1841, 3 vol. ; A. Guillotin de Corson, Les pardons et pèlerinages de Basse Bretagne. Diocèse de Vannes, Rennes, 1898 ; T. Hersart de la Villemarqué, Les Bardes bretons. Poèmes du vie siècle, Paris, Didier, 1850 ; T. Hersart de la villemarqué, Les Romans de la Table Ronde et les Contes populaires des anciens Bretons, Paris, Didier, 1860 ; F. Jôüon des Longrais, Le roman d’Aquin ou la conqueste de la Bretaigne par le roy Charlemaigne, Nantes, Société des Bibliophiles bretons, 1880 ; E.Renan, « La poésie des races celtiques », La Revue des Deux Mondes, 1er février 1854 ; C. DE Montalembert, Les moines d’Occident depuis saint Benoît jusqu’à saint Bernard, 1re éd., Paris, J. Lecoffre, 1860, 7 vol. ; F.Ozanam, La civilisation au ve siècle, Paris, J. Lecoffre, 1855, 2 vol. ; C.-A.Sainte-Beuve, Port-Royal, Paris, 1840-189, 5 vol.

7 AAL, A.Oheix, Saint Maurice de Loudéac, abbé de Langonnet et de Carnoët. Documents, ms., p. 15-17, Euzenot à Oheix, 4 septembre 1879 ; Robic à Oheix, 24 novembre 1880.

8 P.Guigon, « Dom François Plaine et l’âme du Trégor autour de la session de l’Association Bretonne de Guingamp (1873-1875) », Association Bretonne, t. CIX, 2000, p. 337-374 ; P. Guigon, « Le bénédictin François Plaine et le “bénédictin laïque” Arthur de La Borderie : chronique d’une amitié enfuie », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXXX, 2002, p. 361-421.

9 AAL, A. Oheix, Saint Maurice de Loudéac, abbé de Langonnet et de Carnoët. Documents, ms., p. 15-17, Euzenot à Oheix, 4 septembre 1879 ; Archives Générales de la Congrégation du Saint-Esprit, 2G20. 2b8, Oheix à Jégou, 10 mai 1880 ; AAL, « Saint Maurice, abbé de Langonnet et de Carnoët », Jégou à Oheix, 14 mai 1880.

10 AAL,Plaine à Oheix, 1er juin 1880, 15 juin, 22 juin, 6 juillet, 21 août, 6 octobre, Marie Ephrem à Oheix, 7 novembre ; F. Plaine, Vie de Saint-Maurice (de Loudéac), abbé de Langonnet et de Carnoët (1113-1191), Quimperlé, T. Clairet, 1880.

11 AAL, OHEIX, André, Saint Maurice de Loudéac, abbé de Langonnet et de Carnoët. Documents, ms., p. 20-21, Robic à Oheix, 24 novembre 1880 ; « Saint Maurice, abbé de Langonnet et de Carnoët », Le Potvin à Oheix, 23 novembre 1880, Plaine à Oheix, 2 juin 1883, 3 janvier 1885, 31 janvier 1887, 12 avril ; F.Plaine, « Duplex Vita inedita S. Mauritii, Abbatis Carnoetensis Ordinis Cisterciensis (1114-1191) », Studien und Mittheilungen aus dem Benedectiner und dem Cistercienser Orden, 7e année, 1886, t. I, fasc. 2, p. 375-393, t. II, fasc. 1, p. 157-164.

12 AAL, « Saint Goueznou », Plaine à Oheix, 25 juillet 1880.

13 R.Oheix, « Saint Caradec appartient-il à la Bretagne ? », Revue de Bretagne et de Vendée, 24e année, 5e série, t. VIII, 1re livr., juillet 1880, p. 21-28 ; repris dans R. Oheix, Bretagne et Bretons, 1re série, Saint-Brieuc, L. Prud’homme, 1886, p. 1-17 ; AAL, « Saint Caradec », Plaine à Oheix, 31 juillet 1880, 16 août, 6 octobre.

14 AAL, « Saint Caradec », Le Cerf à Oheix, 7 janvier 1890.

15 AAL, « Saint Hiltud, abbé », France à Oheix, 12 décembre 1885 ; ADIV, 1F360, Plaine à Oheix, 12 janvier 1881.

16 AAL, « Saint Just, évêque de Rennes », Lefeuvre à Oheix, 3 février 1873.

17 AAL, « Saint Victor de Campbon solitaire & Saint Laumer de Campbon », Denis à Oheix, 17 septembre 1874 ; R.Oheix, Saint Victor de Campbon, notice et neuvaines de méditations par un curé du diocèse, Savenay, Impr. Allair, 1875.

18 R.Oheix, « Les saints inconnus », Association Bretonne, 23e session, Quintin, 1880, p. 158-186 ; à part, « 1. Essai de méthode hagiographique [suivi de] 2. Rapport sur les ruines de Bonrepos et de la chapelle St-Jacques », Saint-Brieuc, L. Prud’homme ; repris dans R.Oheix, 1886, op. cit., p. 18-67 ; AAL, « Saint Victor de Campbon solitaire & Saint Laumer de Campbon », Plaine à Oheix, 3 mars 1880.

19 P.Ferrari, Catalogue général des saints qui ne sont pas au martyrologe romain, 1625 ; A. du Saussay, Martyrologium gallicanum, 1638.

20 A.Oheix, « Études hagiographiques. Saint Victor de Cambon », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. XLIV, 1903, 1er semestre, p. 115-153.

21 AAL, « Saint Dulien & Dulcien, mm », Ménard à Oheix, 1er avril 1881.

22 AAL, « Saint Vital, solitaire », Lechat à Oheix, 4 avril 1881 ; A. Oheix, « Saint Viau », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. LIV, 1913, 1er semestre, p. 67-96.

23 AAL, « Saint Benoît de Macérac, abbé & sainte Avénie, sa sœur », Goulet à Oheix, 13 juillet 1882 ; R. DE L’estourbeillon, Saint Benoît de Macérac. Sa vie, sa légende, Nantes, V. Forest et E. Grimaud, 1883 ; A. Oheix, « Saint Benoît de Macérac », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. LI, 1910, 1er semestre, p. 61-80.

24 AAL, « Saint Friard & Secondel, solitaires », Audiger à Oheix, s. d. ; A.Oheix, « Études hagiographiques. Saint Friard et saint Secondel. vie siècle », Association Bretonne, 3e série, t. XVIII, 40e congrès, Guérande, 1899, p. 19-44.

25 P. Guigon, « La polémique sur les “monuments de Réguiny” au xixe siècle », Association Bretonne, t. CXI, 129e congrès, Pontivy, 2002, p. 117-158.

26 AAL, « Saint Clair », Bihel à Oheix, 23 octobre 1874, 4 février 1875, Rochereau à Oheix, 2 novembre, Flohy à Bihel, 27 novembre, Allard à Oheix, 28 novembre, Bihel à Oheix, 29 novembre, Goudé à Oheix, 22 décembre.

27 R. Oheix, « Saint Clair, premier évêque de Nantes. Sa mission. – Son tombeau. – Ses reliques », Revue de Bretagne et de Vendée, 20e année, 4e série, t. IX, 2e livr., février 1876, p. 89-97, 3e livr., mars 1876, p. 179-187 ; R. Oheix, « Nécrologie. M. l’abbé Allard, doyen du Chapitre de Nantes », Revue de Bretagne et de Vendée, 31e année, nlle période, t. I, 3e livr., mars 1887, p. 232-239.

28 AAL, « Saint Clair », Grimaud à Oheix, 6 mars 1876, Piederrière à Oheix, 29 février, Euzenot à Oheix, 12 mars, Flohy à Oheix, 28 avril, Bréhier à Oheix, 20 mai 1879, 29 mai ; Collet à Oheix, 7 novembre 1879, 28 novembre, 28 décembre.

29 J.-J. Collet, « Topographie et distribution des monuments mégalithiques en Bretage », Journal de Vannes, 23 mars 1872 ; J.-J. Collet, « Notes sur des fouilles archéologiques », Journal de Vannes, 13 décembre 1873.

30 AAL, « Saint Clair », Collet à Oheix, 30 janvier 1880, 18 mars, 19 mai, 23 juin, 29 juin, 1er septembre, 8 octobre, Plaine à Oheix, 31 janvier, 2 mars, 21 avril, 14 juillet, 26 novembre ; « Saint Maurice de Carnoët », Plaine à Oheix, 22 juin ; « Saint Goueznou », Plaine à Oheix, 25 juillet ; R. Oheix, 1880, op. cit. ; F. Plaine, « L’apostolat de saint Clair et les origines chrétiennes de l’Armorique », Association Bretonne, 23e session, Quintin, 1880, p. 119-157.

31 AAL, « Saint Clair », Prével à Oheix, 12 mars 1880 ; L. Prével, Notice sur le château du Goust (commune de Malville) et sur ses châtelains, Nantes, V. Forest et E. Grimaud, 1872.

32 AAL, « Saint Paul Aurélien, évêque de Léon », Plaine à Oheix, 11 juillet 1882 ; « Saint Clair », Plaine à Oheix, s. d. ; « Saint Gildas », Plaine à Oheix, 1er octobre 1883.

33 A. Cahour, L’apostolat de Saint Clair, premier évêque de Nantes, tradition nantaise, Nantes, Impr. de l’Ouest, 1883 ; A. de La Borderie, Saint Clair et les origines de l’église de Nantes suivant la véritable tradition nantaise, réponse à M. l’abbé Cahour, Rennes, J. Plihon, 1884 ; AAL, « Saint Clair », Plaine à Oheix, 5 janvier 1884, 23 août.

34 ADIV, 1F1087, Oheix à La Borderie, 9 octobre 1884 ; 1F332, Oheix à La Borderie, 14 octobre 1884 ; AAL, « Saint Clair », dessin d’Oheix, s. d.

35 AAL,« Saint Clair », Plaine à Oheix, 13 janvier 1886, 30 mars, 11 avril, 9 juin, 19 juillet, 29 août, 19 octobre; F.Richard, Étude sur la légende liturgique de saint Clair, premier évêque de Nantes, Nantes, Bloch, Le Gars et Ménard, 1885 ; Y. Breton, « La question de saint Clair », Le Petit Breton, 23 mars 1886 ; A.Oheix, Bibliographie de Robert Oheix 1849-1904, Saint-Brieuc, R. Prud’homme, 1906, p. 13.

36 R. Oheix, 1886, op. cit., p. 64.

37 A.Oheix, 1899, op. cit. ; A.Oheix, 1903, op. cit. ; A.Oheix, 1910, op. cit. ; A.Oheix, 1913, op. cit.

Table des illustrations

Légende Distribution chronologique des lettres reçues par R. Oheix (3 février 1873-7 janvier 1890).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20181/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M

Auteur

Docteur en archéologie, université Rennes 1

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540