Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Troisième partie. « Et le verbe s'est fait chair » : Bretagne, histoire et religion

Des moines à Saint-Mathieu. Période mauriste

Marie-Claire Cloître

Texte intégral

1Après être un peu entrée dans l’histoire de l’abbaye de Saint-Mathieu, nous avions le souhait de connaître les religieux qui avaient habité ce monastère. Quelques personnalités nous étaient familières grâce aux communications du père Marc. Les autres moines nous étaient presque inconnus. Dans la Matricula Monachorum, traduite et éditée par Dom Chaussy en 1978, monsieur l’abbé A. Villacroux avait repéré les noms des prieurs. Les notices des moines décédés à Saint-Mathieu ne présentaient aucune ambiguïté, encore fallait-il pour les trouver parcourir la Matricula page par page.

2C’est au cours de la lecture des archives, en particulier le dossier 6H des Archives départementales du Finistère, qu’entre les feuillets, si l’on peut dire, des moines sont apparus. Leurs noms ont été collectés puis identifiés dans la Matricula qui, pour beaucoup d’entre eux, n’indiquait pas leur présence à Saint-Mathieu.

3La Matricula et le Répertoire biographique, Supplément à la Matricule, de Dom Chaussy, permettent de connaître quelques aspects de la vie des moines qui ont vécu à Saint-Mathieu. Avec l’aimable autorisation du père Hugues Leroy, prieur de l’abbaye Sainte-Marie de Paris, nous reproduisons dans ce tableau les notices identifiées, comme une « couronne de frères » offerte au père Marc.

4Dans la Matricula, Saint-Mathieu est noté « Saint Mahé », forme bretonne. Les mentions de l’abbaye ont été uniformisées. En caractère gras : les numéros de la Matricula.

5Les notices de Dom Chaussy comportent des abréviations, dont plusieurs sont reproduites dans le tableau ci-dessous :

6Adm(inistrateur), Cell(érier), Coll(ège), Dépo(sitaire) Dir(ecteur de Sém(inaire), d’Ac(adémie), M(aître des novices), Philo(sophie), Prédic(ateur), Pr(ieur), Proc(ureur), Prof(esseur), Récol(lection), Rhét(orique, S(ous)-P(rieur), Théol(ogie), Zél(ateur).

7St Fl(orent), St G(ermain), St Gil(das), St J(ulien) de Tours, St Nic(olas), St V(incent). AN (Archives nationales), BN (Bibliothèque nationale, Paris), ADF (Archives départementales du Finistère), Aff Etr (Archives du ministère des Affaires étrangères), Ars 10188 (Bibliothèque Arsenal), UPR (Utrecht, Archives Port-Royal), Charges-Diètes (AN LL 992 et BN Lat 12792), M.-C. (Martène-Charvin, Histoire de la Congrégation de Saint Maur).

8T. I, T. II, ouvrages de Dom Chaussy (cf. : bibliographie).

Remarques concernant ce tableau

9Dans la bibliographie du livre Les Bénédictins de Saint-Maur, t. II, Dom Chaussy écrit que « les deux principales sources de cet ouvrage sont deux registres conservés à la BNF (ms lat. 12792 Electiones superiorum) et aux Archives nationales (LL Dispositions des Diètes) ». Un travail très long a permis à l’auteur d’ajouter beaucoup de renseignements à l’énumération, déjà précieuse, de la Matricula Monachorum. Les deux ouvrages présentent 8743 moines, généralement prêtres, et 436 frères convers. Sur ces nombres, 108 religieux ont pu être identifiés comme ayant vécu à Saint-Mathieu. D’autres découvertes permettront peut-être de compléter la liste.

10La période concernée est celle de la présence mauriste, du 17 mars 1656 à 1791. La liste présentée ne permet pas de connaître avec certitude la composition de la première communauté, venue prendre la relève de Dom Maurice Jézéquel, ancien moine. Les religieux sont classés selon les dates les plus anciennes où ils sont mentionnés à Saint-Mathieu (colonne de droite).

11Sept religieux figurent dans le document 6H2, du 5-9 1734. Six religieux dans le document 6H7 du 14 juin 1766. Il s’agit, les deux fois, de la communauté réunie en chapitre. En 1766 il convient d’ajouter un frère convers présent à cette date. Sur l’ensemble des moines mentionnés dans la Matricula, dix-sept ont terminé leur vie religieuse à Saint-Mathieu. Leurs cendres reposent donc dans l’église abbatiale, le cloître ou peut-être l’espace au sud de l’abbaye. Le premier décès mentionné est celui de Dom Grégoire Prud’homme qui a laissé un renom de sainteté, de même que Dom Pierre Gingatz, décédé à Saint-Vincent du Mans.

12Peu de moines ayant vécu à Saint-Mathieu sont originaires de la région proche. Notons tout de même : Dom Joseph Pohon, du Conquet, Dom Nicolas Adam de Lesneven, Dom Pierre Pitault, de Morlaix. Signalons qu’un religieux a fait profession dans l’abbaye : le frère Jean Lefèbvre, de Guilers, seul frère convers mentionné.

13Cinquante moines venus à Saint-Mathieu ont fait leur profession religieuse à Saint Melaine de Rennes. Certains moines de la liste ont occupé des postes de confiance parmi lesquels ceux de maître des novices, de directeur de séminaire. Plusieurs prieurs de Saint-Mathieu ont exercé la même fonction dans des abbayes importantes de la Province de Bretagne ou au-delà.

14Dans son ouvrage Les Bénédictins de Saint Maur, t. I, p. 63-67, Dom Chaussy nous apprend que certaines abbayes assuraient la formation religieuse, d’autres la formation philosophique ou théologique. Après leurs études les jeunes religieux bénéficiaient d’une année de récollection avant d’accéder à la prêtrise. Les monastères de la Congrégation mauriste étaient répartis en six provinces, portion du territoire français. Un visiteur était responsable de chaque province. Tout ceci apparaît dans les notices du tableau.

15On peut être surpris de voir les passages répétés de moines d’un monastère à l’autre. Les prieurs étaient désignés pour trois ans, conformément aux Constitutions des Mauristes. Certains moines sont restés longtemps dans l’abbaye, comme Dom Félix Chauchart de la Vicomté, mentionné de 1775 à 1791. Il importe de remarquer que les notices et les mentions dans des documents laissent dans l’ombre une grande part de la vie de la communauté et de l’histoire de chaque religieux. C’est encore plus vrai pour quelques moines dont nous avons seulement les noms.

16Certaines notices évoquent des « Appels », appels à un concile à l’encontre de la bulle pontificale Unigenitus du 8-9-1713 qui condamnait les thèses jansénistes. Des moines se laissèrent entraîner dans cette dérive, favorisée par le contexte politique de l’époque. Ce fut une des graves difficultés de la Congrégation au xviiie siècle.

17Les quatre derniers moines quittèrent l’abbaye en 1791 et se dispersèrent. L’abbaye, restée vide, fut vendue le 9 thermidor an IV. Les bâtiments conventuels servirent de carrière de pierre. En 2000 les soubassements et la cave du bâtiment mauriste ont été restaurés. C’est dans ce grand bâtiment que vécurent les moines dont nous avons évoqué la mémoire.

Bibliographie

Sources et Bibliographie

Archives départementales du Finistère, Dossiers 6H1 à 29 et 1Q2484.

Dom Yves Chaussy, Matricula Monachorum Professorum Congr S Mauri.

Bibliothèque d’histoire et d’archéologie chrétiennes, Paris, Librairie Perrée, 1959.

Dom Yves Chaussy, Les Bénédictins de Saint-Maur, t. I : Aperçu historique sur la Congrégation, Études augustiniennes, 1989.

Dom Tves Chaussy, Les Bénédictins de Saint-Maur, t. II : Répertoire biographique, supplément à la Matricule, Études augustiniennes, 1991.

F. Roudaut, « L’abbaye de Saint-Mathieu, de l’introduction de la Réforme mauriste (1656) à la Révolution », Actes du Colloque Saint Mathieu de Fine-Terre, p. 209-236 (liste des prieurs de Saint-Mathieu p. 235).

Auteur

Présidente de l’Association « Les Amis de Saint-Mathieu »

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540