Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Troisième partie. « Et le verbe s'est fait chair » : Bretagne, histoire et religion

La « sainteté » de Charles de Blois : vertus et virtus d’un duc de Bretagne

Laurent Héry

Texte intégral

  • 1 Sur la naissance de cette procédure, instituée par le Saint-Siège vers la fin du xiie siècle et le (...)
  • 2 Parmi les nombreux ouvrages consacrés à Yves Hélori, voir notamment J.-C. Cassard, Saint Yves de T (...)
  • 3 Pour une étude comparative des cultes d’Yves Hélori et de Charles de Blois, voir L. Hery, Le culte (...)
  • 4 La cause, réouverte en 1892 avec l’aval de Léon XIII, aboutit finalement le 14 décembre 1904 : Pie (...)
  • 5 Deux ducs se disputèrent en fait la Bretagne entre 1341 et 1364. En effet la mort de Jean III, le (...)

1Deux Bretons firent chacun l’objet, au xive siècle, d’une enquête en canonisation1 : Yves Hélori (vers 1253-1303) et Charles de Blois (1319-1364). Seul le premier de ces prétendants à la gloire des autels eut, à la suite de cette procédure, l’insigne privilège d’être inscrit au martyrologe2 ; l’ampleur des manifestations, tant culturelles que cultuelles, qui viennent d’être organisées pour célébrer le septième centenaire de sa mort montre par ailleurs tout l’intérêt, et toute la ferveur, que l’ancien official de Tréguier sait encore susciter. Charles de Blois – si tant est qu’on puisse envisager une comparaison avec Yves3 ! – est indéniablement moins chanceux : non seulement sa canonisation ne fut jamais prononcée par la Curie, mais le centenaire de sa béatification, le 14 décembre prochain, risque fort de passer inaperçu4. Le culte éclos sur le tombeau du duc5, à Guingamp, dans les années qui suivirent son trépas, s’est en fait vite essoufflé : il n’a pas su s’enraciner. Ce sont les historiens, bien plus que les fidèles, qui réveillent aujourd’hui le souvenir du prince défunt.

2Pour comprendre l’échec d’une cause dont les zélateurs ne manquèrent pourtant pas, il convient de revenir sur la personnalité du comte de Penthièvre et sur l’image que ses contemporains avaient de lui : l’objectif est en fait de vérifier, au regard des témoignages produits lors de l’enquête, si la sainteté dont ils le paraient répondait aux critères définis par le sacré collège. En somme, Charles de Blois pouvait-il – oui ou non – être jugé digne d’intégrer le sanctoral ?

Les vertus de Charles de Blois

  • 6 Les instruments du procès ont été publiés en 1921 par A. de Serent, Monuments du procès de canonis (...)
  • 7 Soixante témoins ont été réellement questionnés à Angers, en 1371, sur la vie de Charles de Blois, (...)

3Les commissaires délégués à Angers par le Saint-Siège pour instruire le procès de canonisation entendirent cent soixante-quatre personnes entre le 9 septembre et le 18 décembre 1371. L’étude de leurs dépositions – heureusement conservées 6 – nous donne la possibilité d’esquisser un portrait du duc défunt et de mieux cerner les composantes de sa sainteté. Cinquante-six de ces témoignages évoquent plus particulièrement les vertus dont le prince a fait preuve de son vivant : leur analyse s’avère riche d’enseignements7.

Des vertus édifiantes

  • 8 Ce tableau recense, dans chacune des cinquante-six dépositions pro vita, les mentions des différen (...)

4Il est ainsi possible d’élaborer, à partir de ce corpus, un tableau précisant à la fois la nature des vertus attribuées au prince et la fréquence avec laquelle elles sont mentionnées par les témoins (voir tableau 1)8 :

Tableau 1. – Fréquence relative des vertus énoncées par les témoins pro vita dans le procès de canonisation de Charles de Blois.

5Il apparaît de façon évidente, à la lecture de ces résultats, que la postérité retient avant tout de Charles de Blois la perfection de sa vie et de son caractère. Humilité, bienveillance, austérité : tels sont les traits qui paraissent, aux yeux des contemporains, définir le mieux sa personnalité. L’un de ses chevaliers, Thibaud de Béloczac (tém. XXII), se souvient ainsi que le comte de Penthièvre « avait une façon humble et bienveillante de s’adresser à tous, aussi bien aux pauvres qu’aux riches, spécialement aux pauvres ». Le duc se distingue également, selon les dires de ceux qui l’ont côtoyé, par son ardeur pénitentielle : outre les jeûnes commandés par l’Église, Charles s’astreint deux à trois fois par semaine à ne se nourrir que de pain et d’eau, au grand dam de ses médecins. Aux restrictions alimentaires qu’il s’impose, le prince ajoute de nombreuses mortifications : il s’oblige à coucher sur une simple paillasse, glisse du sable dans ses chausses, porte le cilice, entoure sa poitrine, son ventre, ses reins, de cordes qui « le serraient si fort qu’elles lui entraient dans la chair et là grouillaient tant de poux, principalement à l’endroit des nœuds et de l’entrecroisement des cordes, qu’il faisait pitié à voir » précise Olivier de Buygnon (tém. X). Par l’exemplarité de son ascétisme, et par la force qu’il déploie dans cette lutte qui l’oppose à son corps, Charles de Blois sort du lot commun : Thibaud de Béloczac admet ainsi bien volontiers que son maître était « plus humble que tous les princes qu’il lui a été donné de connaître ».

  • 9 Un témoin, Prigent Hamonou, rappelle que Charles de Blois s’entourait de ministres et de sénéchaux (...)
  • 10 Voir aussi à ce sujet B. A. Pocquet du Haut-Jusse, Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur le (...)

6Mais l’aura de sainteté qui entoure le souvenir du prince défunt tient aussi à la piété dont il n’a cessé de faire preuve ; les cinquante-six dépositions pro vita s’en font un large écho. Le quotidien du duc est ponctué de prières et de confessions ; il entend au moins une messe par jour, et parfois trois ou quatre ; il commente, à table, les Évangiles ou la Légende dorée, suscitant d’ailleurs l’agacement d’une partie de ses convives. Comblant les pauvres de bienfaits, soucieux de rendre une justice équitable9, Charles de Blois se montre aussi patient face à l’adversité et aux épreuves de la vie : « dans tout ce qui lui arrivait, succès ou revers, il rendait grâce à Dieu » nous dit Georges de Lesnen (tém. IX). Enfin, le duc de Bretagne se révèle toujours prompt à venir au secours de son peuple accablé par les opérations militaires et les impôts, essayant autant que faire se peut d’en alléger les souffrances. L’écuyer Henri Prévôt (tém. XLIX) se souvient à ce propos que lorsque le trésorier Pierre Poulart et d’autres gens disaient à Charles de Blois : « seigneur, nous n’avons pas d’argent pour continuer les guerres et vous permettre de tenir votre rang. Il convient d’imposer un impôt quelconque ou des tailles à vos sujets », celui-ci refusait, « par compassion et par amour pour son peuple », préférant emprunter au pape, au roi de France ou à d’autres princes et barons10.

7Le comte de Penthièvre, tel qu’il nous est décrit par les témoins réunis à Angers, paraît davantage ressembler à un religieux qu’à un prince. Charles de Blois le reconnaît d’ailleurs lui-même. Se confiant à Jean Galvan (tém. XXXI), son valet de chambre, il admet : « Quand on a fait de moi un duc, si j’avais été frère mineur, cela je crois, eût mieux valu pour moi. » C’est le terrible aveu d’une vocation contrariée et beaucoup, parmi ceux de son entourage qu’indisposait sa profonde religiosité, s’accordaient à penser qu’il aurait effectivement fait un meilleur moine.

  • 11 A. Vauchez, La sainteté…, op. cit., p. 583-584.

8Finalement, l’analyse des témoignages pro vita nous permet de brosser le portrait d’un prince paré des plus précieuses vertus : Charles de Blois est à la fois humble, austère, pieux, bon, juste et patient. Ces qualités sont attendues : on les retrouve dans tous les procès de canonisation et les documents hagiographiques de ce temps. Les témoins d’Angers ne disent en fait rien d’autre que ce qu’attendaient d’eux les commissaires pontificaux. Leurs dépositions s’inscrivent parfaitement dans cette nouvelle façon de concevoir la sainteté qui s’affirme depuis la fin du xiie siècle sous l’égide du Saint-Siège et qui consiste à mettre en exergue les vertus édifiantes des saints afin qu’ils deviennent des modèles pour les fidèles11. À ce titre, il s’avère que le comte de Penthièvre dispose d’atouts suffisamment sérieux pour lui permettre de prétendre à la gloire des autels. Sa cause paraît d’autant mieux engagée qu’à une vie exemplaire répond une mort tout aussi exemplaire.

Une mort exemplaire

9Il ne suffit pas, pour être admis dans le canon des saints, d’avoir durant son existence fait preuve des plus hautes qualités ; encore faut-il au moment de mourir montrer que l’on reste fidèle à ses choix de vie. C’est en ces instants cruciaux que l’homme révèle sa véritable nature : là éclate ou non la sincérité des sentiments, là une réputation de sainteté peut être défaite ou confirmée. Le trépas de Charles de Blois n’a, en la matière, aucun risque de décevoir les attentes de la Curie.

  • 12 La disparition tragique d’un prince suscite une émotion populaire qui finit généralement par se tr (...)

10Le prince breton fait effectivement montre, au jour ultime, des mêmes vertus qui ont guidé son existence : bonté et piété. Le chevalier Geoffroy de Dinan (tém. LVI) nous apprend ainsi que peu avant le début de la bataille d’Auray, le 29 septembre 1364, les troupes anglo-bretonnes proposèrent au duc d’éviter l’affrontement, stipulant qu’en échange le peuple du duché devrait verser des rançons pendant cinq ans. Charles de Blois « répondit qu’il préférait s’en remettre à l’issue de la guerre et y tomber si cela était la volonté de Dieu, que de permettre qu’on alourdisse encore les misères et les difficultés de ce peuple dont il avait pitié ». Ce témoignage nous dresse une fois de plus le portrait d’un prince parfait, mourant pour le bien de ses sujets, auréolé dès lors aux yeux de son peuple d’un prestige qui le transfigure en martyr12.

11À cela s’ajoute l’image d’un duc totalement soumis à Dieu, fidèle jusqu’à la fin à sa foi profonde. Charles de Blois, animé par une extrême dévotion, entend en effet deux messes avant de combattre, se confesse trois fois et communie. Le frère Geoffroy Rabin (tém. XXX), qui a assisté le prince en ses derniers instants, rappelle qu’il lui a dit juste avant de mourir « de se souvenir de Dieu et du bienheureux Jean-Baptiste qu’il avait servi dévotement toute sa vie. C’est alors qu’il proféra ces paroles, qui furent ses ultimes paroles : “Haa, Seigneur Dieu” et aussitôt après il rendit l’âme ». Charles meurt donc en croyant accompli, ayant sur les lèvres le nom de celui qu’il avait aimé et servi.

  • 13 Ibid., p. 598.
  • 14 A. Bourges, Édition et commentaire historique de l’enquête inédite réalisée à Guingamp sur Charles (...)

12Prince parfait et chrétien parfait, le comte de Penthièvre trouve sur le champ de bataille d’Auray une mort exemplaire, véritable apothéose consacrant une vie entièrement vouée à l’exercice des plus édifiantes vertus. En ce sens Charles de Blois s’inscrit encore exactement dans cette nouvelle conception de la sainteté que cherche à développer le Saint-Siège. André Vauchez souligne en effet que, si jusque vers le milieu du xiiie siècle la mort du saint intéresse peu les commissaires des procès de canonisation, « après 1300 en revanche, on a l’impression que la qualité d’une existence se juge à la façon de mourir13 ». Cela transparaît clairement dans les actes qui furent rédigés à Guingamp en vue de la canonisation du prince ; l’un d’eux précise ainsi : « Parce que nous croyons que le seigneur Charles de Blois de bonne mémoire, naguère duc de Bretagne, homme marié, tant qu’il a mené sa vie parmi les hommes, a été parfait en tant de choses et a plu à son Créateur, au point qu’après la course de peu de jours, vu qu’il a été un véritable martyr, nous espérons qu’il l’accueille avec lui dans les cieux14. » Le martyre du prince vient conclure de manière éclatante un parcours terrestre irréprochable : il confirme son élection divine et lui ouvre les portes du ciel. C’est la mort qui fait le saint. Les croyants le savent. Une certaine Jeanne (tém. LXXXIX) révèle ainsi aux délégués du Saint-Siège que, du vivant du duc, bien des gens affirmaient : « Quand ce seigneur Charles sera mort, ce sera un saint. »

13Ce portrait de prince vertueux, à la vie sans faille et à la mort sans défaut, que brossent les témoins réunis à Angers, répond sans aucun doute aux nouvelles exigences de la papauté en matière de sainteté. Il ne saurait cependant expliquer à lui seul la réputation dont jouit Charles de Blois dans le peuple.

La virtus du prince

14Des éléments épars, recueillis au fil des dépositions pro vita et pro miracula, semblent en effet montrer la permanence d’une représentation plus ancienne – sans doute moins élaborée – de la sainteté et nous aident à mieux cerner la nature de l’aura sacrée qui entoure le souvenir du duc défunt.

Une sanctification populaire

  • 15 A. Vauchez, La sainteté…, op. cit., p. 190-193. Cette conception particulière de la sainteté se re (...)
  • 16 Sur la beata stirps, voir A. Vauchez, « Beata stirps. Sainteté et lignage en Occident », G. Duby e (...)
  • 17 Louis d’Anjou (†19 août 1297) fut inhumé dans l’église des frères mineurs de Marseille : de nombre (...)

15Cette sainteté populaire, ancrée au cœur des mentalités, est fondée sur l’idée selon laquelle les détenteurs du pouvoir apportent prospérité et fécondité aux terres dont ils sont les maîtres15. Un halo de sacralité enveloppe les puissants, et cela est encore plus vrai quand le prince en question appartient à une beata stirps16, ce qui est le cas de Charles de Blois dont le lignage compte déjà quelques saints : le comte de Penthièvre est en effet un descendant de saint Louis et un parent de saint Louis de Marseille17.

  • 18 A. Bourges, Édition…, op. cit., vol. I, p. 13 et 15.
  • 19 Sur les liens privilégiés unissant Charles de Blois à Guingamp, voir J.-C. Cassard, « Charles de B (...)

16De fait, les témoignages s’accordent à reconnaître que le temps du « sieur Charles » fut à bien des égards une période de bien-être matériel. Matthieu Rouaud (tém. XLVIII) n’hésite pas ainsi à affirmer, devant les commissaires pontificaux, que du vivant du prince « les gens de son duché ont bénéficié de moissons très abondantes et d’autres biens à foison ». Ce témoin, s’il n’omet pas de signaler que le règne de Charles de Blois fut troublé par le conflit avec les Montforts, ajoute qu’alors pourtant, « malgré les graves embarras causés par les guerres, ils étaient plus riches en biens matériels qu’après sa mort ». Guillaume Anseau (tém. CXLVI), connétable de Guingamp, assure pour sa part que « la Bretagne n’a pas fourni autant de biens depuis sa mort qu’elle en fournit durant sa vie ». D’autres dépositions vont dans le même sens : un habitant de Saint-Malo (tém. CXXVIII) « constate que depuis sa mort les affaires vont moins bien et il fait moins bon vivre en Bretagne que de son vivant ». Les habitants de Guingamp, en 1371, affirment également : « Tant les nobles que les humbles, nous avions, au bon vouloir de notre susdit seigneur Charles, abondance de victuailles, de vêtements et toutes les choses nécessaires. […] Et après la mort de ce dernier, les ravages de la pauvreté, de la misère et de la pénurie nous ont accablés, dans les fruits engendrés par les guerres et les oppressions des ennemis18. » Les Guingampais, qui avaient pris unanimement fait et cause pour Charles de Blois durant la guerre de Succession, continuent donc après sa mort à lui témoigner une réelle fidélité : ils exaltent le souvenir de ce prince qui avait choisi de résider dans leur cité et d’y être inhumé et portent, du même coup, un regard acerbe sur le sort qui leur est depuis réservé19.

  • 20 Ce sentiment peut rencontrer un écho favorable auprès d’une population qui peine à sortir des domm (...)

17Quelle lecture peut-on faire de ces dépositions ? Ne faut-il y voir que le simple reflet d’une nostalgie de bon aloi – ce regard souvent attendri que d’aucuns sont enclins à jeter sur les années enfuies ? Traduisent-elles plus spécifiquement, comme nous venons de le voir, un antagonisme hérité de la guerre, se manifestant par une reconstruction partisane du passé qui tendrait à donner du temps du prince défunt une vision idyllique pour mieux dénoncer le règne présent de Montfort20 ? Ces interprétations – certainement recevables – peuvent en fait être complétées par une autre analyse : les dépositions mentionnées ne seraient-elles pas finalement le témoignage vivant d’une sanctification populaire en marche, s’expliquant par l’aura sacrée dont semblent originellement parés les détenteurs du pouvoir. Indéniablement, certains des témoins interrogés idéalisent rétrospectivement le règne de Charles de Blois. Leurs mémoires conservent de cette époque à jamais révolue l’image d’un âge d’or lié à la présence charnelle du prince et à la force bienfaisante qui, selon eux, en émanait. C’est cette force – ou virtus – qui fait en partie, aux yeux de ceux que questionnent les délégués de la Curie, la sainteté du comte de Penthièvre. C’est elle aussi qui constitue le principe actif des miracles qu’il accomplit et qui attestent avec éclat, une fois encore, son élection divine.

Des miracles

  • 21 Charles de Blois est, de son vivant, moins prodigue de prodiges qu’Yves Hélori : l’étude des enquê (...)
  • 22 Parmi ceux-ci on retiendra les deux prodiges survenus lors du siège de Quimper. L’un, relaté par p (...)
  • 23 Le procès d’Yves Hélori signale un prodige similaire : un témoin précise avoir vu une colombe resp (...)

18Différents prodiges viennent conforter, dès le vivant du comte de Penthièvre, sa réputation de sainteté21. On lui attribue notamment la guérison de cinq aveugles – trois d’entre eux recouvrent la vue au contact de ses gants chargés de la virtus bénéfique. À ces manifestations mettant en exergue, ante mortem, les pouvoirs thaumaturgiques du serviteur de Dieu s’ajoutent d’autres miracles que ne se lassent pas de décrire ceux qui en furent les témoins22. L’un d’eux doit plus particulièrement attirer notre attention dans la mesure où il évoque très directement la nature privilégiée des contacts unissant Charles de Blois à l’au-delà. Le récit en est fait par l’un des serviteurs du duc, Jean Galvan (tém. CXXIV), qui se souvient avoir vu une colombe apparaître, à Lamballe, au-dessus du lit de son maître : Jean s’empresse de préciser qu’elle était « venue là par une grâce de l’Esprit Saint à cause de la sainteté du sieur Charles23 ». Ce dernier phénomène surnaturel prouve, s’il en fallait, les liens étroits qu’entretient avec l’outre-tombe le comte de Penthièvre et souligne déjà son caractère divin.

  • 24 La légende s’est très vite emparée du prince défunt : la première personne sur qui Charles de Bloi (...)
  • 25 A. de Serent, Monuments…, op. cit., témoin CLXII et A. Bourges, Édition…, op. cit., vol. I, p. 30 (...)
  • 26 Olivier Le Codic (témoin CXXXVII) souligne que ce miraculé, qu’il connaissait déjà auparavant – l’ (...)
  • 27 J.-C. Cassard, « Les pèlerins à Charles de Blois. Un enjeu politique dans la Bretagne de l’immédia (...)

19Après la mort du duc d’autres miracles se produisent, confirmant l’efficace de sa virtus. Selon certains témoins, Charles de Blois se serait même très rapidement manifesté24 : la lecture des dépositions pro miracula recueillies à Angers et des instrumenta de Guingamp nous apprend en effet que dès l’année 1364, c’est-à-dire dans les deux mois qui suivent Auray, le prince défunt serait intervenu en faveur de deux malades : une certaine dame de La Grange, qu’une fièvre faisait souffrir depuis deux à trois semaines, est ainsi vouée à Charles de Blois par son époux, le chevalier Pierre Bressin, originaire de Saint-Brieuc. Ce dernier agit sur les conseils de Jean de Beaumanoir dont la femme avait elle-même bénéficié peu de temps auparavant d’une guérison25. Ces deux prodiges restent cependant isolés : rien ne se passe en 1365. Il faut attendre 1366 pour que des miracles soient à nouveau mentionnés. Là, le comte de Penthièvre se manifeste à trois reprises : dans les premiers mois de l’année il aide un écuyer, que les Anglais avaient capturé sur le champ de bataille d’Auray, à s’évader de la forteresse de Derval où ils le retenaient26 ; en août il guérit d’une grave maladie le fils du connétable de Guingamp (tém. CXLVI) ; enfin, le 23 décembre, sa virtus s’exerce au profit du jeune garçon d’un écuyer d’Angers, ébouillanté accidentellement (tém. LXXVI). Ces différentes interventions surnaturelles nous apportent de précieuses indications sur l’écho alors rencontré par le culte de Charles de Blois : les miraculés et leurs proches appartiennent tous au milieu de l’aristocratie blésiste ; c’est le clan des chevaliers fidèles à la mémoire de leur duc et aux intérêts du parti des Penthièvre qui est ici représenté. Il apparaît ainsi de manière évidente que le culte du prince défunt ne trouve, dans les deux années qui suivent sa tragique disparition, qu’une faible résonance auprès de la population : il reste l’apanage de l’élite militaire qui avait côtoyé le saint de son vivant27.

  • 28 Pour l’Église, depuis la fin du xiie siècle, la sainteté d’un personnage ne repose plus uniquement (...)

20Tout pourrait s’arrêter là. À ce stade, en effet, les conditions ne sont pas entièrement réunies pour que Charles de Blois puisse prétendre à la gloire des autels : c’est la multiplicité des miracles qui prouve en dernier lieu la sainteté28. Il faut donc, pour attirer l’attention de la Curie et profiter de son éventuelle sollicitude, que la dévotion – jusque-là très restreinte – dont l’ancien duc est l’objet, sorte de la confidentialité où semble le maintenir un cercle d’initiés. Et pour recueillir ces larges suffrages qui lui font encore défaut, le comte de Penthièvre doit, sans conteste, ne plus réserver à ses seuls partisans sa grâce protectrice. C’est le préalable indispensable, l’étape capitale sur le chemin d’une possible canonisation. Mais comment susciter rapidement cette adhésion populaire ? Comment assurer à ce culte quasiment méconnu la renommée suffisante lui permettant d’éveiller l’intérêt des commissaires pontificaux ? C’est cette gageure que relèvent en 1366 les zélateurs de la cause du prince défunt.

  • 29 A. de Serent, Monuments…, op. cit., témoins CXL, CXLI, CXLIV, CXLVI, CXXXIX. Voir aussi J.-C. Cass (...)
  • 30 Ce tableau donne une vue d’ensemble des pouvoirs attribués à Charles de Blois par ses contemporain (...)

21L’année 1366 marque en effet un tournant dans l’histoire de cette dévotion : les habitants de Guingamp voient alors affluer vers leur cité un grand nombre d’enfants originaires « des régions de Blois ou de France ». Ces jeunes pèlerins – certains avaient six ans, la plupart étaient âgés de huit à quatorze ans – venaient là, nous disent les témoins, dans l’unique intention d’honorer Charles de Blois29. Cet événement agit comme un révélateur : les Guingampais, étonnés, prennent conscience qu’un saint dort près d’eux. Dès lors, le culte prend son plein essor et les miracles attendus se produisent : le martyr d’Auray entend les douleurs du petit peuple qui l’invoque et il distille ses bienfaits (voir tableau 230) :

Tableau 2. – Typologie des miracles accomplis par Charles de Blois.

Tableau 3. – Typologie des guérisons accomplies par Charles de Blois.

22Charles de Blois se fait protecteur (8,2 % des miracles) : il sauve du naufrage les navires en détresse, évite la noyade aux marins infortunés et délivre des flammes ceux qui l’implorent. Le prince compatissant intervient aussi à maintes reprises pour restituer à leurs propriétaires des biens volés ou perdus, pour préserver de la mort et de la maladie les bêtes des paysans ou les montures des hommes d’armes, pour circonscrire les incendies menaçant les maisons (ces différentes interventions représentent 12,6 % des miracles). Il libère les captifs (6,8 %), ramène les morts à la vie (14,9 %) et sait également, à l’occasion, châtier les blasphémateurs ou infliger de sévères punitions à ceux qui, ayant profité de son aide, oublient de le remercier (4,8 %). Mais l’ancien duc est avant tout un thaumaturge (50,7 %) (voir tableau 3).

23Grâce à lui les aveugles recouvrent la vue, les sourds et les muets retrouvent l’usage de leurs sens. Sa virtus s’exerce aussi au profit des goutteux et des paralytiques ; elle calme les fous et les épileptiques ; elle apaise les fièvres et sort de leur langueur des malades dont le sort semblait souvent désespéré. Le serviteur de Dieu répond aux invocations des parturientes, guérit la stérilité, efface les brûlures, panse les blessures des gens de guerre navrés au combat. Charles de Blois se montre polyvalent : en cela il répond parfaitement aux attentes d’une population qu’accablent les malheurs du temps. Le culte du prince défunt rencontre donc un écho favorable et les multiples prodiges ainsi accomplis renforcent l’ardeur des hommes qui œuvrent pour que les mérites de cet intercesseur soient officiellement reconnus par la Curie. Leur action, toutefois, n’aboutira pas.

Les raisons d’un échec ?

  • 31 Si André Vauchez juge le « dossier » hagiographique excellent (voir, de cet auteur : « Canonisatio (...)

24La canonisation peut pourtant paraître bien engagée, au départ, à ceux qui s’en font les zélateurs. Le dossier, à leurs yeux, est en effet complet31. Tout, alors, semble devoir établir la « sainteté » du comte de Penthièvre : une vie fondée sur la pratique d’éminentes vertus, couronnée par une mort édifiante qui le transfigure en martyr et le pare d’une aura sacrée, l’appartenance à une beata stirps, puis – preuve ultime et providentielle – ces miracles produits en grand nombre après la venue de jeunes pèlerins sur le tombeau.

  • 32 L. Hery, Le culte des novi sancti, op. cit., p. 70.
  • 33 Pour plus de précisions sur les doutes qu’exprime une partie de la population, voir L. Hery, « Le (...)
  • 34 M. Jones, Recueil des Actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre, duc et duchesse de Bretag (...)

25La cause de Charles de Blois a cependant ses faiblesses. D’abord le culte a eu un départ laborieux : né dans le cercle restreint de l’élite militaire blésiste, il n’a pris son véritable essor qu’avec ce pèlerinage d’enfants, en 1366, derrière lequel il faut sans doute voir une habile manœuvre de Louis d’Anjou, le propre gendre du prétendant aux autels32. L’engouement soudain, et réel, que suscite à ce moment cette nouvelle dévotion n’est pas, par ailleurs, synonyme d’enracinement : les implications politiques sont ici si évidentes qu’elles nuisent en partie à l’ancrage durable du culte. L’enthousiasme qu’il génère est loin d’être général. Charles de Blois ne fait pas l’unanimité : des signes affleurent, à travers le procès, montrant les réticences et les résistances d’une partie de la population33. En outre le portrait que les témoins nous donnent du comte de Penthièvre ne se confond pas exactement avec celui qu’il est possible de dresser en recourant à d’autres sources. Le recueil de ses actes édité par Michael Jones permet ainsi de nuancer les dépositions qui nous présentent un prince confit dans une piété frisant souvent la bigoterie : il nous offre pour sa part l’image d’un duc actif, assumant sa fonction et exerçant pleinement ses prérogatives34. Les témoins interrogés en 1371 par les commissaires pontificaux ne nous livrent finalement qu’une vision tronquée et orientée de la personnalité de Charles de Blois : la sainteté dont ils le parent semble à bien des égards donnée au forceps. Celle-ci, forgée et forcée, n’a, en sus, rien d’exceptionnel. L’image du comte de Penthièvre, telle qu’elle ressort des pièces de l’enquête angevine, reste en effet très attendue : des vertus qui visent à l’édification des fidèles, une mort exemplaire, des pouvoirs surnaturels… Tout cela dessine une figure conforme, ni plus ni moins, aux exigences de la Curie. Aucun trait réellement spécifique ne vient distinguer le prince défunt au sein de l’imposante cohorte des élus possibles.

  • 35 Sur l’opposition de Jean IV au culte de Charles de Blois et sur le détail de ses manœuvres dilatoi (...)

26La cause de Charles de Blois n’est pas indéfendable, mais les différentes remarques que nous venons de formuler prouvent la difficulté de l’entreprise dans laquelle s’engagent les partisans de la canonisation. Le chemin qu’ils doivent parcourir est loin d’être simple : il leur faut, tout à la fois, convaincre le Saint-Siège que le comte de Penthièvre s’avère digne d’intégrer le sanctoral et contourner les obstacles dressés par le pouvoir montfortiste35. Leurs efforts, on le sait, resteront vains. C’est bien plus tard, en 1904, que l’ancien duc de Bretagne pourra finalement rejoindre les rangs des bienheureux.

Notes

1 Sur la naissance de cette procédure, instituée par le Saint-Siège vers la fin du xiie siècle et le début du xiiie siècle et réservant au Souverain pontife le droit de canonisation, voir A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, École française de Rome, 1981, 756 p.

2 Parmi les nombreux ouvrages consacrés à Yves Hélori, voir notamment J.-C. Cassard, Saint Yves de Tréguier, un saint du xiiie siècle, Paris, Beauchesne, 1992, 150 p.

3 Pour une étude comparative des cultes d’Yves Hélori et de Charles de Blois, voir L. Hery, Le culte des novi sancti bretons du xive siècle, mémoire de TER, Brest, 1994, 150 p.

4 La cause, réouverte en 1892 avec l’aval de Léon XIII, aboutit finalement le 14 décembre 1904 : Pie X proclame alors la béatification de Charles de Blois, récompensant ainsi les efforts déployés par Dom François Plaine et le chanoine Rémi Porcher pour sa réhabilitation. Voir à ce propos J.-C. Cassard, Charles de Blois (1319-1364), duc de Bretagne et bienheureux, Brest, 1994, p. 129.

5 Deux ducs se disputèrent en fait la Bretagne entre 1341 et 1364. En effet la mort de Jean III, le 30 avril 1341, sans fils légitime et sans avoir désigné de successeur, plongea la Péninsule dans une guerre civile où s’affrontèrent deux prétendants : son demi-frère Jean de Montfort et Charles de Blois, marié depuis 1337 à Jeanne de Penthièvre, fille de Guy, le frère cadet de Jean III, cf. ibid., p. 18. Sur les étapes de la guerre de Succession, voir Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, t. II : L’État breton, 1341-1532, Morlaix, Skol Vreizh, 1987, p. 4-17.

6 Les instruments du procès ont été publiés en 1921 par A. de Serent, Monuments du procès de canonisation du bienheureux Charles de Blois duc de Bretagne (1320-1364), Saint-Brieuc, 910 p. Une partie de ces témoignages est aujourd’hui plus facilement accessible : de nombreux extraits en ont été publiés par J.-C. Cassard, L’hermine ensanglantée. Naître et survivre en Bretagne au xive siècle, Morlaix, Skol Vreizh, n° 47, 2000, 84 p.

7 Soixante témoins ont été réellement questionnés à Angers, en 1371, sur la vie de Charles de Blois, mais le manuscrit conservé à Pau qu’a édité A. de Serent est incomplet. Les quatre dépositions manquantes (LVII, LVIII, LIX, LX) ont certes été publiées par P.-H. Morice (Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1742, t. II, col. 25), mais en partie seulement ; elles sont trop lapidaires pour être vraiment utilisables.

8 Ce tableau recense, dans chacune des cinquante-six dépositions pro vita, les mentions des différentes vertus attribuées à Charles de Blois par ceux qui l’ont connu et côtoyé : la « perfection de vie et de caractère » regroupe ainsi les références à l’humilité du prince et à l’ascétisme dont il faisait preuve (port du cilice et mortifications, restrictions alimentaires, austérité…) ; la « profondeur de la foi » recueille les informations relatives aux nombreuses messes, prières et confessions qui ponctuaient les journées du comte de Penthièvre ; le « souci des pauvres du Christ » rassemble les occurrences aux aumônes et aux divers bienfaits du duc à l’égard des plus démunis ; la « patience face à l’adversité » rappelle le calme avec lequel Charles de Blois accueillait l’annonce d’échecs ou d’événements graves et évoque sa sérénité face aux avanies et aux outrages qu’il pouvait subir, notamment lors de sa captivité en Angleterre (1347-1356) ; la « rectitude de conduite » montre enfin à quel point le prince se souciait de rendre dans son duché une justice équitable. Chacun des cinquante-six témoins déposant ainsi à Angers sur la vie de Charles de Blois se fait l’écho d’une ou de plusieurs vertus : ces multiples occurrences donnent une vue d’ensemble des mérites qu’on reconnaissait à ce prince et qui pouvaient lui permettre de prétendre à la gloire des autels.

9 Un témoin, Prigent Hamonou, rappelle que Charles de Blois s’entourait de ministres et de sénéchaux de qualité et affirme « qu’au duché de Bretagne on n’en aurait pu trouver de meilleurs et de plus honnêtes » (A. de Serent, Monuments…, op. cit., témoin LIV). Sur cet aspect, voir J.-C. Cassard, Charles de Blois…, op. cit., p. 73-76.

10 Voir aussi à ce sujet B. A. Pocquet du Haut-Jusse, Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports du Saint-Siège avec un État, Paris, 1928, p. 286-288.

11 A. Vauchez, La sainteté…, op. cit., p. 583-584.

12 La disparition tragique d’un prince suscite une émotion populaire qui finit généralement par se transformer en vénération, notamment lorsque son règne laisse en plus le souvenir d’une période de prospérité (ibid., p. 189-193). Ces conditions sont réunies en ce qui concerne Charles de Blois.

13 Ibid., p. 598.

14 A. Bourges, Édition et commentaire historique de l’enquête inédite réalisée à Guingamp sur Charles de Blois (†1364), mémoire de TER, Brest, 2000, vol. I, p. 25 et 27 (transcription et traduction du ms. Collectorie, 434A). Voir également la présentation de ce travail : idem, « L’enquête préliminaire du procès de canonisation de Charles de Blois à Guingamp : le pouvoir ducal sanctifié (1367-1371) », Britannia Monastica, n° 7, 2003, p. 9-20.

15 A. Vauchez, La sainteté…, op. cit., p. 190-193. Cette conception particulière de la sainteté se retrouve dans les documents hagiographiques concernant les anciens viri dei : voir du même auteur, « Le duc Charles de Blois (†1364) et le culte des saints rois bretons du haut Moyen Âge », Haut Moyen Âge, Culture, éducation et société, Études offertes à Pierre Riché, Paris, 1990, p. 614-615.

16 Sur la beata stirps, voir A. Vauchez, « Beata stirps. Sainteté et lignage en Occident », G. Duby et J. Le Goff (dir.), Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Rome, 1977, p. 397-406.

17 Louis d’Anjou (†19 août 1297) fut inhumé dans l’église des frères mineurs de Marseille : de nombreuses manifestations surnaturelles vinrent confirmer la réputation de sainteté qui l’entourait déjà de son vivant et sa canonisation fut prononcée en 1317. Sur les miracles et le culte de Louis de Marseille, voir J. Paul, « Miracles et mentalité religieuse populaire à Marseille au début du xive siècle », La religion populaire en Languedoc du xiiie à la moitié du xive siècle, Cahiers de Fanjeaux, n° 11, Toulouse, Privat, 1976, p. 61-90.

18 A. Bourges, Édition…, op. cit., vol. I, p. 13 et 15.

19 Sur les liens privilégiés unissant Charles de Blois à Guingamp, voir J.-C. Cassard, « Charles de Blois et Guingamp », Bulletin de l’Association bretonne, t. CIX, 2000, p. 323-336.

20 Ce sentiment peut rencontrer un écho favorable auprès d’une population qui peine à sortir des dommages de la guerre et qui doit de plus s’acquitter d’un nouvel impôt, le fouage, institué par Jean IV en 1365 (voir Histoire de la Bretagne…, op. cit., p. 18). Les haines accumulées durant le conflit se muent, sur ce terreau propice, en une rancœur diffuse, sourde et délétère.

21 Charles de Blois est, de son vivant, moins prodigue de prodiges qu’Yves Hélori : l’étude des enquêtes en canonisation permet de mettre à l’actif de l’ancien official de Tréguier près de 21 miracles in vita (soit 20 % du total des miracles qui lui sont attribués lors du procès) tandis qu’on ne peut en imputer que 10 au comte de Penthièvre (5,3 % des miracles recueillis par les commissaires pontificaux siégeant à Angers). Sur ces chiffres et l’analyse comparée des miracles, voir L.Hery, Le culte des novi sancti, op. cit., p. 25-30. La place assez réduite accordée dans ces deux procès aux miracles in vita, par rapport aux manifestations posthumes, participe d’un phénomène général ; les travaux d’André Vauchez montrent que la part qui leur est consacrée diminue, dans les enquêtes, à mesure que l’intérêt pour la vie des saints s’accroît : voir, de cet auteur, La sainteté…, op. cit., p. 586-590.

22 Parmi ceux-ci on retiendra les deux prodiges survenus lors du siège de Quimper. L’un, relaté par près de neuf témoins, nous révèle que Charles de Blois parvint, le 1er mai 1344 – alors que ses troupes attaquaient la cité du côté de la rivière de l’Odet, moins fortifié – à retarder de six heures le flux de la mer, facilitant ainsi la prise de la ville ; l’autre, narré par un seul témoin, nous apprend que le duc eut, à la veille de l’assaut final, la révélation des agissements d’une espionne. Sur ces miracles de guerre, dont la fonction est essentiellement de faire oublier le massacre perpétré à Quimper par l’armée blésiste, voir particulièrement J.-C. Cassard, « Propagande partisane et miracles engagés dans la guerre de Succession de Bretagne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. CII/2, 1995, p. 17-20.

23 Le procès d’Yves Hélori signale un prodige similaire : un témoin précise avoir vu une colombe resplendissante éclairer l’église de Tréguier, depuis la sacristie où le saint se trouvait, jusqu’à l’autel ; voir la déposition d’Olivier Lannuic dans J.-P. le Guillou, Saint Yves, ceux qui l’ont connu témoignent. Ceux qu’il a guéris racontent, (traduction de l’enquête de 1330), imp. Henry, 1989, témoin CL, p. 118-119.

24 La légende s’est très vite emparée du prince défunt : la première personne sur qui Charles de Blois aurait exercé ses talents posthumes de thaumaturge serait – si l’on en croit Cuvelier – son meurtrier : un Anglais. Celui-ci, devenu fou après s’être vanté de son crime, aurait été amené ligoté sur le tombeau du duc pour y retrouver finalement la raison, voir La vie du vaillant Bertrand Du Guesclin, Chronique de Bertrand Du Guesclin par Cuvelier, publiée par E. Charrière, vol. I, Paris, 1839, p. 236, vers 6439 à 6453. Au xve siècle, une autre légende se greffait à celle-ci : désormais le meurtrier n’était plus un soudard anglais mais un chevalier du parti des Montforts, le sire Jean de Lesnérac, voir R. de L’estourbeillon , « Le serment de Jean de Lesnérac, meurtrier de Charles de Blois », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, t. XIV, 1895, p. 32-42. Ces anecdotes sont sans réel fondement et le procès d’Angers n’en fait, d’ailleurs, aucunement mention.

25 A. de Serent, Monuments…, op. cit., témoin CLXII et A. Bourges, Édition…, op. cit., vol. I, p. 30 et 32.

26 Olivier Le Codic (témoin CXXXVII) souligne que ce miraculé, qu’il connaissait déjà auparavant – l’ayant vu combattre dans la compagnie de Bertrand du Guesclin –, s’est rendu en pèlerinage sur le tombeau du duc un an et demi après la bataille d’Auray, soit au début de 1366, mais le frère Payen de Kelen (témoin CXX) affirme pour sa part avoir vu cet homme à Guingamp pendant l’été 1368. Ce dernier témoin se trompe : deux actes notariés signalent en effet la présence du pèlerin, dans cette ville, au début du mois d’août 1367, voir A. Bourges, Édition…, op. cit., vol. I, p. 49-50 et 51-52 ainsi que p. 73 et 75. Ces actes nous apportent également quelques précisions : l’écuyer, que Le Codic ne connaissait que par son surnom (La Tour), s’appelle en fait Geoffroy Le Son et est originaire du Cap-Sizun.

27 J.-C. Cassard, « Les pèlerins à Charles de Blois. Un enjeu politique dans la Bretagne de l’immédiate après-guerre de Succession », P.-A. Sigal (dir.), L’image du pèlerin au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime, Rocamadour, 1994, p. 27-28.

28 Pour l’Église, depuis la fin du xiie siècle, la sainteté d’un personnage ne repose plus uniquement sur la virtus émanant de son corps et de ses reliques : ce sont ses vertus qui comptent avant tout. Les miracles restent cependant essentiels car ils sont justement l’indice de ces vertus, voir A. Vauchez, La sainteté…, op. cit., p. 583-584.

29 A. de Serent, Monuments…, op. cit., témoins CXL, CXLI, CXLIV, CXLVI, CXXXIX. Voir aussi J.-C. Cassard, « Les pèlerins à Charles de Blois… », art. cit., p. 28-30.

30 Ce tableau donne une vue d’ensemble des pouvoirs attribués à Charles de Blois par ses contemporains. Nous avons, pour le construire, examiné la totalité des miracles posthumes imputés à l’époque au prince défunt : il regroupe les prodiges présentés, à Angers, aux délégués de la Curie (ces miracles sont consignés dans 139 des 195 dépositions entendues entre le 9 septembre et le 18 décembre 1371 : voir l’analyse qui en a été faite par J.-C. Cassard, Charles de Blois…, op. cit., p. 109-116 ; voir également l’étude menée par P. Derrien, Le procès de canonisation du Bienheureux Charles de Blois : les mentalités et le sentiment religieux en Bretagne, Maine, Anjou au xive siècle, mémoire de TER, Rennes, 1971, 125 p.) ainsi que ceux collectés à Guingamp du 6 juin 1367 au 10 novembre 1371 (cela comprend à la fois les instruments publiés par A. de Serent, Monuments…, op. cit., p. 415-444 et ceux édités et commentés par A. Bourges, Édition…, op. cit., vol. I, 134 p., et vol. II, 111 p.) mais également ceux consignés à Périgueux dans un recueil (voir l’édition et le commentaire par A. Vauchez, « Dévotion et vie quotidienne à Périgueux au temps de Charles V d’après un recueil de miracles de Charles de Blois », Villes, bonnes villes, cités et capitales. Mélanges offerts à Bernard Chevalier, Tours, 1989, p. 305-314 ; le manuscrit est incomplet : il devait sans doute compter à l’origine une trentaine de miracles). Le tableau 3 est établi à partir des mêmes sources.

31 Si André Vauchez juge le « dossier » hagiographique excellent (voir, de cet auteur : « Canonisation et politique au xive siècle. Documents inédits des Archives du Vatican relatifs au procès de canonisation de Charles de Blois, duc de Bretagne (†1364) », Religion et société dans l’Occident médiéval, Turin, Bottega d’Erasmo, 1980, p. 248), Jean-Christophe Cassard souligne pour sa part que « la cause de la canonisation de Charles de Blois paraît de prime abord difficile à soutenir devant une Église devenue très sourcilleuse en matière de sainteté estampillée » (cf. Charles de Blois…, op. cit., p. 94 et, pour plus de précisions, p. 94-97 et p. 114-116).

32 L. Hery, Le culte des novi sancti, op. cit., p. 70.

33 Pour plus de précisions sur les doutes qu’exprime une partie de la population, voir L. Hery, « Le culte de Charles de Blois : résistances et réticences », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 103, 1996, n° 2, spécialement p. 50-56.

34 M. Jones, Recueil des Actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre, duc et duchesse de Bretagne (1341-1364), suivi des Actes de Jeanne de Penthièvre (1364-1384), Rennes, 1996. Voir également à ce sujet l’étude menée par S. Loiseau, Un modèle de gouvernement princier. Étude des actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre, duc et duchesse de Bretagne (1341-1364), mémoire de TER, Brest, 2000, 90 p.

35 Sur l’opposition de Jean IV au culte de Charles de Blois et sur le détail de ses manœuvres dilatoires, voir L. Hery, « Le culte de Charles de Blois… », art. cit., spécialement p. 39-46 et A. Vauchez, « Canonisation et politique au xive siècle. Documents inédits… », art. cit., p. 237-260.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Fréquence relative des vertus énoncées par les témoins pro vita dans le procès de canonisation de Charles de Blois.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20176/img-1.png
Fichier image/png, 4,7k
Légende Tableau 2. – Typologie des miracles accomplis par Charles de Blois.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20176/img-2.png
Fichier image/png, 7,1k
Légende Tableau 3. – Typologie des guérisons accomplies par Charles de Blois.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20176/img-3.png
Fichier image/png, 9,7k

Auteur

Doctorant, université de Bretagne occidentale – CRBC

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540