Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Troisième partie. « Et le verbe s'est fait chair » : Bretagne, histoire et religion

La Patience du duc Charles cartographiée. Son intérêt historique

Jean-Christophe Cassard

Texte intégral

  • 1 La déposition de son médecin personnel, Maître Georges de Lesnen, chantre et chanoine de Nantes, e (...)
  • 2 Deus mortuis indulgeat, vivis autem det graciam et specialiter vulneratis ut possint sanari, bened (...)
  • 3 Jean-Christophe Cassard, Charles de Blois (1319-1364), duc de Bretagne et Bienheureux, Brest, 1994 (...)

1Véritable prince souffre-douleur1, Charles de Blois a trouvé le martyre en 1364 sur le champ de bataille d’Auray après avoir traversé une existence frappée de nombreuses avanies – des déroutes militaires, des sièges épuisants, des blessures sérieuses, la captivité, un corps fragilisé par les macérations –, ces difficultés étant toujours accueillies par lui d’un esprit égal puisque Dieu seul préside aux destinées humaines et qu’il convient en conséquence d’accepter les épreuves qu’Il adresse à chacun. « Dieu pardonne aux morts. Qu’aux vivants, et particulièrement aux blessés, Il accorde sa grâce afin qu’ils puissent se remettre. Qu’Il soit béni pour tout ce qu’Il nous accorde2 ! » Telle est du moins la vision doloriste du prince présente à l’esprit des témoins déposant sur sa vie lorsqu’ils en viennent à évoquer ses vertus personnelles devant la commission apostolique siégeant à Angers en 13713.

Une vertu héroïque pour un prince

  • 4 P. C. Charles, témoins XIX, p. 57 et XXVI, p. 85.
  • 5 Son modèle sur ce point est à l’évidence son parent saint Louis de France. Jean-Christophe Cassard(...)

2Dès son enfance et son adolescence Charles fit preuve de patience en supportant sans broncher les réprimandes de ses maîtres, les moqueries de certains compagnons de jeux et d’études, voire, sur un registre déjà plus méritoire dans l’ordre de l’humilité chrétienne, celles de quelques valets outrecuidants excédés par sa conduite trop pieuse, incompatible à leurs yeux avec le comportement d’un jeune prince. Sans jamais s’énerver ni se mettre en colère, à tous il répondait déjà en termes mesurés ; plus tard, devenu duc, il conserve une identique modération verbale à l’égard de l’ensemble de ses interlocuteurs, comme il adopte une attitude de confiance résignée lorsque la maladie le terrasse4. Car la patience, telle qu’entendue par les religieux du xive siècle, englobe une large gamme de conduites et de sentiments, plus vaste en tout cas que notre définition stricte du mot : l’acceptation de son sort vaut pour les désagréments de la vie quotidienne autant que pour les affaires publiques les plus graves. En cette acception élargie, cette patience cousinerait presque avec un stoïcisme de sentiments, elle impose à coup sûr la pureté de bouche5, voile les réactions instinctives.

  • 6 P. C. Charles, témoins XXXI, p. 104 et XLIX, p. 170.

3Cette retenue faite de contrôle sur soi présente un intérêt historique qui va bien au-delà de la simple interprétation chrétienne : elle participe du processus d’élaboration d’une sociabilité mieux régulée chez des puissants capables désormais de refouler leurs pulsions immédiates vis-à-vis de leurs inférieurs, de calquer leur conduite sur un modèle réglé qui accouchera plus tard de la Société de cour chère à Norbert Elias. S’il vouvoie ses serviteurs, ne leur donnant du « tu » qu’en marque de satisfaction singulière, le duc exige en retour que chacun aligne sa conduite sur la sienne à l’égard de ses ennemis : il réprimande ses partisans qui se laissent aller en sa présence à se réjouir de la mort ou de la défaite de l’adversaire, il interdit avec la plus grande sévérité qu’on profère injures contre les hommes ou blasphèmes contre Dieu et ses saints même à l’annonce des pires contrariétés 6 ainsi qu’il s’interdit de le faire en toute circonstance. C’est cela aussi sa patience. Et ce frein mis à l’expression abrupte des sentiments d’animosité n’est pas sans grandeur, convenons-en.

  • 7 P. C. Charles, témoins XXVIII, p. 94 ; XXXVII, p. 129 ; XL, p. 140 ; XLVII, p. 161.
  • 8 P. C. Charles, témoin XII : Maurice du Parc, p. 39 ; témoin XXIII : Pierre de la Chaire, alias de (...)
  • 9 P. C. Charles, témoin XXXII, p. 109 : Jean de Caranlouet, écuyer, redoutable chef de bande par ail (...)
  • 10 P. C. Charles, témoin XLVIII, p. 161 : Dicens eciam iste quod vidit et audivit aliquociens, quod q (...)
  • 11 Jean-Christophe Cassard, Charles…, op. cit., p. 38-44.

4En revanche, dans la conjoncture d’un duché déchiré par une rude guerre civile, le choix de vie du prince dessert ses intérêts objectifs : les hommes d’armes risquent, en effet, de prendre sa patience pour de l’indifférence affichée à l’égard de leurs compagnons tués, faits prisonniers ou simplement décontenancés par une nouvelle déroute de son parti. Il leur aurait assurément fallu un chef à même d’exalter leurs sacrifices et de ranimer leur foi vacillante en la victoire ! Au lieu de quoi, ils ne découvrent en ce prince singulier qu’un dévot prompt à s’isoler avec ses chapelains afin de rendre grâce à Dieu des nouvelles reçues du front des troupes, quelles qu’elles soient 7… « Benoist soit Dieu ! » ou « Loué soit Dieu ! » s’exclame-t-il en chaque occasion8. À demi-mots on perçoit derrière certaines dépositions le désarroi des combattants confrontés à ce duc trop bigot à leur goût, leur désappointement quand les soldes tardent à arriver puisque le maigre argent du Trésor breton est affecté en priorité à des tâches charitables voudrait-on nous faire accroire9, les murmures étouffés des plus sages effrayés de ce que sa patience couvre aussi bien les débordements individuels de tel ou tel capitaine incrusté sans ordre ni autorisation dans l’une de ses places fortes où l’officier lève dorénavant à son seul profit impôts et taxes10, comme dans leurs rangs un manquement général à la discipline pourtant indispensable en ces circonstances difficiles11. Pour une part, Charles creuse ainsi sa propre tombe en s’abandonnant par trop à Dieu, mais rien n’y fait, du moins à suivre les témoins entendus sept années après sa mort.

  • 12 P. C. Charles, témoin XXVI, Alain Raoul, prêtre, recteur de Plouzévédé, p. 84 : […] et audivit dic (...)
  • 13 P. C. Charles, même témoin qu’à la note précédente, même page : […] quod pacienter sustinuit, dice (...)
  • 14 P. C. Charles, témoin XXII, Thibaud de Beloczac, p. 70 : Dicit eciam iste quod pluries in anno in (...)

5Presque tous évoquent cette force de caractère, cette patience qui le définissait dans les pires adversités comme lors de l’annonce des, rares, bonnes nouvelles dont il ne se réjouit alors pas outre mesure, qu’il accueille même avec placidité en tournant aussitôt ses regards vers Dieu seul. Pour lui, la guerre est un fléau abominable suscité par le courroux du Seigneur à l’encontre des pécheurs ; il rêverait de rendre la paix à son peuple12, quitte à devoir y sacrifier sa vie ; mais tant qu’elle durera, la guerre s’impose telle une fatalité avec son cortège de deuils et de revers. Et là, les paroles désabusées du duc sont pour le moins fort mal venues pour qui l’entend de retour du champ de bataille : « Il convient de souffrir ainsi. C’est la loi de la guerre, des fois on gagne, des fois on perd. Et il faut bien qu’à la guerre beaucoup meurent13. » Non que le prince soit un ingrat puisqu’il pleure ses amis disparus et s’inquiète du devenir des prisonniers ou des blessés ; pour le salut de l’âme des défunts, il prie en son privé et fait célébrer des services solennels à la date anniversaire des principales batailles de son règne chahuté14. Non que le prince non plus agisse en indifférent à ses devoirs : après le nécessaire recueillement, il songe à la réplique et donne ses ordres en conséquence.

  • 15 P. C. Charles, frère Jean Lay, Mineur de Guingamp, témoin XXXIV, p. 115.
  • 16 P. C. Charles, Pierre de la Chaire, alias de la Chapelle, témoin XXIII, p. 72 : […] et tunc vocari (...)

6À l’annonce reçue à Nantes de la perte de la ville et du château de Guingamp, par exemple, Charles ordonne que les paroisses de la cité ducale convergent en processions vers l’église Notre-Dame pour y entendre une messe solennelle dédiée à la Vierge15, mais il met aussi sur pied une colonne de secours qui, finalement, n’aura pas à intervenir, Guingamp ayant été reprise dans l’entre-temps par ses hommes16. Le duc réagit donc en chef de guerre responsable, mais avec un léger différé – remarquable ou inepte selon le point de vue que l’on adopte – face à l’urgence : lui, sitôt qu’une mauvaise nouvelle lui est apportée, il accorde toujours la primeur aux gestes de la religion et remet à un peu plus tard – après les prières et les oraisons – les mesures militaires à prendre, tout comme il ne s’abandonne pas à un vain désespoir à l’instar de son entourage plus émotif. C’est ce décalage dans la tonalité des sentiments exprimés et dans l’ordre des priorités qui a frappé ses familiers, ce qui leur permet d’évoquer sa vertu de patience à l’annonce des catastrophes venant frapper son camp.

  • 17 P. C. Charles, témoins XII (mais le témoin, Maurice du Parc, chevalier, se réfère à des deuils l’a (...)

7Le portrait du duc défunt se trouve nécessairement idéalisé et répond à un catalogue préétabli de demandes de la part des commissaires apostoliques : dans la liste des vertus attendues d’un candidat aux autels, la constance d’âme et de comportement est néanmoins la seule à se trouver illustrée le plus souvent d’un exemple original par chaque témoin ou presque (seuls huit, l’ayant connu en Bretagne en son âge mûr, s’expriment à son sujet en des termes généraux17, contre vingt-trois qui rappellent au minimum un fait précis à l’annonce duquel ils l’observèrent ainsi), comme s’ils s’étaient donné le mot afin de varier avec soin leurs attestations sur ce point, le seul aussi facile à suggérer mieux que par la répétition de généralités comme intemporelles.

Le catalogue des revers

  • 18 De même les opérations devant Quimper par les gens de Blois en 1344, ou leurs sièges posés devant (...)
  • 19 P. C. Charles, témoin XXV, p. 82.
  • 20 P. C. Charles, témoin XLVII, p. 161.

8En dehors du rappel consterné des deux batailles perdues, capitales dans la destinée de Charles de Blois (La Roche-Derrien, en 1347, qui voit sa capture, et Auray sa mort en 1364), évoquées par plusieurs témoins sans lien avec sa patience18, vingt-six revers divers survenus dans le duché – défaites, morts ou redditions d’hommes d’armes, pertes de places – sont mentionnés au fil de la procédure puisqu’en chacune de ces occasions le duc fit preuve d’une retenue jugée remarquable et rendit ainsi manifeste sa patience. Le trépas du vicomte Louis de Beaumont dans les rangs de l’armée de Bertrand du Guesclin victorieuse à Cocherel en Normandie 19 quelques semaines avant Auray constitue, en sus des vingt-six attestations bretonnes, le seul événement non directement lié à la guerre de Succession (le naufrage du navire transbordant en Angleterre une partie de la rançon du duc – soit 100 000 florins d’or nous assène-t-on – probablement provoqué par une tempête, soumet lui aussi à rude épreuve sa patience20).

  • 21 P. C. Charles, témoins XIX, XXIII, XXXIII, XXXIV, XXXV, XLV et XLVII.
  • 22 P. C. Charles, Henri Le Prévost, témoin XLIX, p. 170-171 : […] dicit quod sibi vidit, et audivit n (...)
  • 23 P. C. Charles, Colin Audigier, témoin XXV, p. 81 : […] dicit quod semel dum dictus dominus Carolus (...)
  • 24 P. C. Charles, Mathieu Rouaut, écuyer, témoin XLVIII, p. 166 : […] perdicionem castri sui de Ruppe (...)

9Cette litanie des revers subis par ses hommes traduit à sa façon le climat de la guerre de Succession de Bretagne qui donne en général l’avantage aux Anglais et à leurs alliés locaux sur les gens de Blois quoique, avant Auray, nul parti n’ait eu les moyens de conclure des opérations qui se dispersent en une multitude d’escarmouches ou de coups de main. Agresseurs la plupart du temps, les Anglais l’emportent régulièrement sur le terrain. À l’opposé, les gens de Blois ne font preuve d’initiative qu’à deux reprises en se ressaisissant de la ville et du château de Guingamp21, en reprenant de façon temporaire le château de Quimerc’h22, et ne résistent avec succès qu’au Gâvre vers 1363, où ils demeurent maîtres du champ et sauvent ainsi la place après une rude bataille endeuillée par la mort de l’un des écuyers favoris du duc Charles, Jean de Doaerren23. Leur défense du château de La Roche-Périou fut aussi assez longue et déterminée pour persuader leurs assaillants de laisser sortir la garnison blésiste avec armes et bagages24. Soit quatre événements à connotation plutôt positive, sur vingt-six actions remémorées.

  • 25 Trois indications numériques seulement. P. C. Charles, Jean du Fournet, témoin XXI, p. 63 : […] ne (...)
  • 26 P. C. Charles, Jean du Fournet, écuyer, témoin XXI, p. 63 : […] vidit et audivit semel in una sept (...)
  • 27 La mise en défense de Lannion par les Anglais constitue le seul revers affligé à Charles qui n’est (...)
  • 28 P. C. Charles, témoin LII, p. 182. Comme l’événement n’est pas daté, il n’est pas certain qu’il s’ (...)
  • 29 P. C. Charles, témoin XXXI, p. 103 pour Mauron (cf. note 25). Les noms des seigneurs bretons captu (...)

10Les opérations, à notre goût toujours trop brièvement rappelées en une ou deux phrases laconiques, reflètent bien, de par leur nature, les réalités de la guerre au xive siècle, quoiqu’on manque de précisions sur leurs modalités exactes comme d’estimations crédibles sur les effectifs en ligne25. Car la guerre en ce temps ne se résume pas en une poignée d’affrontements spectaculaires : son quotidien apparaît au contraire fort modeste à la lecture de chroniqueurs vite blasés qui, tel Froissart, ne prêtent bientôt plus qu’une attention distraite à des engagements répétitifs, monotones, dans lesquels la poliorcétique, la ruse parfois tiennent un rôle essentiel mais, en définitive, bien peu gratifiant sans doute pour leur lectorat plus volontiers tourné vers les valeurs courtoises et chevaleresques. Dans leur récapitulation de la patience du prince, les témoins n’ont pas de ces préventions idéologiques et restituent mieux la trivialité d’un conflit ordinaire. À les entendre se souvenir, les captures de places assiégées ou surprises l’emportent en nombre sur les rencontres (elles-mêmes conclues souvent par la chute de la place à l’ombre de laquelle s’est déroulé le combat26) : quinze contre dix27, et encore est-il à peu près impossible de discriminer parmi ces dernières le simple coup de main réussi (comme la saisie du vicomte de Léon dans son manoir de Trégarantec au début du conflit28 ?) du choc de véritables corps d’armée, seul mentionné par les chroniqueurs du temps (telle la bataille de Mauron29), en passant par de grosses escarmouches qui ne se signalent que par la capture d’éminents seigneurs fidèles au parti de Blois.

  • 30 La défaite et la capture de Foulque de Laval (P. C. Charles, témoin XXI, p. 63) doivent cependant (...)
  • 31 En l’absence d’une date, dont les témoins ne se souviennent presque jamais, parfois même d’une loc (...)

11Dans ces conditions, les vingt-six exemples allégués devant les procureurs pontificaux ne proposent pas de la guerre civile un tableau exhaustif, loin s’en faut. Les engagements auxquels Charles prit part n’y figurent pas, pas plus que plusieurs autres rencontres importantes connues par les récits des historiens médiévaux (tel le fameux siège de Rennes par le duc de Lancastre en 1356-135730) ou des joutes célèbres mais vaines, voire futiles, à commencer par le combat des Trente : la carte ne restitue qu’une sélection d’exemples au sujet desquels l’attitude du duc fut jugée assez signifiante pour être rappelée, tant elle tranchait sur les réactions usuelles de ses serviteurs et amis. Et ces exemples ne couvrent pas également les vingt-trois années du conflit nobiliaire : la mémoire des témoins interrogés en 1371 se densifie au fur et à mesure qu’on se rapproche de la période la plus récente car la plupart des événements relatés s’inscrivent dans l’avant-dernière phase de la guerre de Succession, juste antérieure à la suspension d’armes impliquée par le traité de Brétigny-Calais de 136031.

  • 32 P. C. Charles, Jean du Fournet, témoin XXI, p. 63 : […] et audivit et fuit presens quando fuit sib (...)
  • 33 P. C. Charles, témoin XXIII, p. 72.

12Cette mémoire sélective devient pourtant d’un intérêt exceptionnel quand les témoins évoquent une poignée de faits d’armes nulle part ailleurs mentionnés : on en voudra pour preuve, en particulier, la saisie du traditionnel château de plaisance des ducs de Bretagne à Suscinio, dans la presqu’île de Rhuys, suivie de la perte probable de tout ou partie des archives du duché 32 – une catastrophe patrimoniale pour l’historien ainsi privé des riches fonds provenant non seulement de l’administration de Blois durant le conflit civil mais encore, très certainement, d’archives intéressant les décennies précédentes. La surprise de Guingamp par les Anglais de Roger David 33 – même si le château et la ville sont récupérés par les Trégorrois fidèles presque aussitôt, du moins avant même le départ de la colonne de secours que le duc rassemblait à Nantes – ou la belle résistance du Gâvre complètent utilement le panorama des opérations militaires à travers le duché. Pour nombre d’autres localités, il s’agit là de la seule mention ou à peu près, dans l’état actuel de la documentation, de leur devenir durant tout le conflit.

  • 34 Pour Guingamp, cf. note 21 ; témoins XXIII (qui nomme le capitaine anglais, Roger David), p. 71, X (...)

13Les contemporains, enfin, tous familiers du duc Charles, s’ils ne portent pas sur l’événement le même regard froid et distancié que l’historien, ont ressenti avec intensité – et leur maître avec eux, sans aucun doute – certains épisodes plus ou moins cruciaux aux yeux de l’histoire : ils sont ainsi sept témoins à évoquer la saisie temporaire de Guingamp, trois celles de La Roche-Derrien et du château de La Roche-Périou, deux la perte des châteaux de Bécherel et de Trogoff, deux encore la défaite de Mauron ou celle de Maurice du Parc dans le pays de Retz34. Ces rappels modulés des diverses occurrences de la patience de Charles traduisent le souvenir que l’on gardait parmi ses proches de l’importance relative de certains des coups reçus et nuancent d’autant le bilan objectif que l’historien peut dresser des événements militaires survenus durant cette guerre confuse, que chacun peinait et peine encore à ordonner.

  • 35 Jean-Christophe Cassard, « Charles de Blois et Guingamp », Association bretonne, t. CIX, 2000, p. (...)
  • 36 P. C. Charles, Pierre de la Chaire, témoin XXIII, p. 71 : […] fuit sibi nunciatum quod Dux Lancast (...)

14À l’époque, et dans l’entourage ducal, l’émoi ressenti à l’annonce de la surprise de Guingamp se comprend : c’est que cette ville forte faisait fonction de capitale de l’apanage de Penthièvre, tout du moins pour sa partie occidentale, trégorroise et bretonnante35. Les deux autres agressions anglaises en Trégor traduisent aussi l’âpreté des luttes dans cette zone symboliquement importante, que le duc de Lancastre souligne à sa façon en s’emparant en personne de La Roche-Derrien36. À l’inverse, ces familiers de la cour ignorent, pour des raisons difficilement restituables, l’essentiel de ce qui se passe tant dans l’intérieur de la Péninsule que sur les marches de la Haute Bretagne tournées vers la Normandie, des terres mieux acquises aux Penthièvre il est vrai et moins disputées, peut-être, à cause des objectifs de guerre anglais dans ce conflit limité, plus alimenté avec parcimonie que poussé par Londres. Du moins l’analyse de la carte le suggère-t-elle.

Les fronts de guerre

  • 37 Jean-Christophe Cassard, « La place des événements maritimes dans la guerre de Succession », Breta (...)

15En dépit de la dispersion apparente des lieux répertoriés, la carte recèle une certaine logique militaire sous-jacente dans une guerre de positions par ailleurs dépourvue de visées stratégiques de haute volée faute des moyens nécessaires – les finances manquent, mais aussi un commandement princier adéquat puisque les prétendants sont empêchés la plupart du temps par leur âge tendre ou la captivité – dans l’un et l’autre camp. Elle vient corroborer ce que l’on subodore des buts de guerre poursuivis par Édouard III dans la péninsule armoricaine37.

  • 38 Référence à une bataille champêtre non localisée en Léon dans P. C. Charles, témoin XL, p. 140.
  • 39 Carte p. 41 de l’Histoire de Brest, Marie-Thérèse Cloître (dir.), Brest, 2000.
  • 40 À l’occasion d’un second siège, qu’il ne faut pas confondre avec celui de 1344 conclu sur la prise (...)
  • 41 P. C. Charles, Michelet Barbelot, témoin XLVII, p. 161 : […] dominus Mauricius de Parcu, miles cum (...)

16L’articulation maritime de la présence des forces anglo-montfortistes autour de Brest et de Vannes (même si ces deux places ne sont pas nommées parce qu’à l’évidence hors d’atteinte des Blésistes) en ressort en premier lieu. Les abords immédiats du grand port de l’Iroise, c’est-à-dire le Léon, doivent être nettoyés par eux place après place 38 jusqu’aux portes de Morlaix afin de sécuriser la région dont dépend en bonne partie le ravitaillement de la garnison brestoise comme de ses annexes établies dans ce qui constitue un véritable complexe portuaire du Ponant39. En Cornouaille, si Quimper leur résiste bien en 134540, les Anglais poursuivent assez méthodiquement leur entreprise de mainmise sur les havres qu’ils ne contrôlent pas encore, comme ils le font sur le littoral vannetais, mais là avec moins de continuité puisqu’ils tiennent déjà la plupart des bons ports de mer et portent leur effort plutôt sur l’intérieur immédiat, arrachant un à un leurs châteaux aux gens de Blois. À l’inverse, le vicomte de Léon s’efforce de résister sur ses terres directement menacées. Ce double front des façades maritimes occidentale et méridionale de la Péninsule peut annexer, enfin, au sud-est – par-delà Vannes, siège de l’administration anglaise, Redon, Guérande la montfortiste et Nantes – les opérations terrestres menées dans un pays de Retz 41 déchiré par la guerre depuis la mise à mort, le 2 août 1343, d’Olivier de Clisson à son retour de captivité en Angleterre, sur l’ordre arbitraire de Philippe VI.

Répartition géographique des exemples attestés.

  • 42 P. C. Charles, témoin XXXVII, p. 130.
  • 43 L’épisode est connu, sans lien avec la patience du duc Charles, par le miracle qui protège le tomb (...)
  • 44 P. C. Charles, témoin XXI, p. 63.
  • 45 Bertrand du Guesclin les en aurait chassés en 1363 d’après Cuvelier. Jean-Christophe Cassard, « Po (...)
  • 46 Soit Concarneau, Suscinio, Lannion, Redon, La Roche-Derrien, le fort du Bloscon (Roscoff ) et Chât (...)

17Un troisième front littoral s’est aussi un temps formé dans le Trégor par-delà le verrou morlaisien. On sait qu’au départ de Carhaix les Anglais se sont emparés de La Roche-Derrien en 1346 ; chassés de la ville peu après la déroute de Charles de Blois sous ses murs l’année suivante, ils reviennent à La Roche-Derrien en 1356 avec le duc de Lancastre, menaçant par intermittences Guingamp puisque le sire de Plusquellec est encore défait dans ses environs alors que Charles est prisonnier en Angleterre42, pillent Tréguier 43 et fortifient Lannion44. Surtout, Roger David s’enkyste dans la région, plaçant une garnison dans les châteaux terriens de Trogoff et de Pestivien 45 qui entretiennent l’insécurité dans le Trégor rural aux approches de Guingamp comme sur le chemin reliant cette ville à Morlaix. Au total, sur vingt places nommées, sept sont des havres de mer46, soit près d’un tiers, ce qui paraît significatif même en l’absence de toute mention de bataille navale.

18En marge de ces fronts côtiers, une dernière zone d’affrontements, inscrite dans la profondeur de l’espace rural péninsulaire, ne présente quant à elle ni continuité géographique ni linéarité. Il s’agit seulement pour les Anglais de gêner au maximum les communications de leurs adversaires en implantant des garnisons dispersées entre les différents membres du domaine ducal contrôlé par Charles de Blois ou entre ceux-ci et les fiefs de ses principaux fidèles. Des remparts solides et une troupe déterminée y suffisent, d’autant que les capitaines d’outre-Manche peuvent toujours espérer gagner ainsi une belle seigneurie en épousant quelque veuve bretonne bien dotée… ce qui constitue un excellent stimulant à leur zèle ! Le hasard des opportunités locales rend compte de la grande dispersion de ces places fortes tournées anglaises – qui sont pourtant loin de toutes figurer sur la carte – d’où l’impression d’un enchevêtrement inextricable entre les dominations territoriales des deux partis, ressentie à l’observation des positions tenues durant cette guerre, encore accentuée dans le détail par le fait que souvent les places ennemies se serrent de près.

  • 47 Michael Jones, « Sir Thomas Dagworth et la guerre civile en Bretagne au xive siècle : quelques doc (...)

19Cependant, du point de vue anglais et malgré les errements de certains capitaines dès lors qu’ils ne sont plus sévèrement tenus en mains par un lieutenant général clairvoyant comme l’était Thomas Dagworth47, cette tactique pouvait se révéler à la fois efficace et économe en hommes comme en frais d’occupation, tout en ne réglant cependant pas leur problème spécifique d’une jonction terrestre sûre avec leurs garnisons établies en Normandie ou dans le Maine (le pays de Retz assure, lui, facilement la liaison avec le Poitou des Plantagenêts). La rudesse même du combat sous les murs du château du Gâvre montre en tout cas l’importance qu’ils attachent à la saisie d’une place susceptible d’entraver encore plus les communications entre les deux capitales historiques du duché, Nantes et Rennes. Seule, en définitive, l’action du grand corps expéditionnaire anglais sous Lancastre n’apparaît guère qu’en filigrane des dépositions recueillies à Angers, mais son échec est flagrant en comparaison de celui remporté par le Prince Noir à Poitiers.

20En temps ordinaire, le duc Charles gère au quotidien le tout-venant des opérations dans son duché et, en pratique, ce sont ses fidèles qui assument pour lui la conduite de la guerre sur leurs propres terres ou sur celles de leurs voisins et amis, avec plus d’échecs que de réussites. À l’échelle infra-régionale cependant, cette guerre éclatée sur tout l’espace armoricain répond, semble-t-il, à au moins une logique certaine, que les capitaines anglo-montfortistes maîtrisent dans les faits s’ils ne l’explicitent pas au travers d’un plan de campagne couché noir sur blanc pour la postérité. Et Blois subit leurs initiatives en fortifiant sans cesse sa patience… digne du moine qu’il aurait désiré être en sa jeunesse ?

Notes

1 La déposition de son médecin personnel, Maître Georges de Lesnen, chantre et chanoine de Nantes, exprime le mieux la charge christique du personnage : dix-sept blessures reçues à La Roche-Derrien en 1347, l’accès de colère de son vainqueur Thomas Dagworth à son encontre, l’humiliation ressentie tout au long de son exhibition par les Anglais à travers la partie du duché qu’ils contrôlaient, une dure captivité outre-Manche durant neuf années, les vexations et les injures subies là-bas, l’incapacité à tenir les termes financiers de sa parole, le sacrifice de ses fils, la mort à Auray…

2 Deus mortuis indulgeat, vivis autem det graciam et specialiter vulneratis ut possint sanari, benedicatur Deus de omnibus que nobis dona t : Colin Audigier, témoin XXV, déposition publiée p. 81 de Albert De Sérent, Monuments du procès de canonisation du Bienheureux Charles de Blois, Saint-Brieuc, 1921 (cités dorénavant sous la forme abrégée P. C. Charles).

3 Jean-Christophe Cassard, Charles de Blois (1319-1364), duc de Bretagne et Bienheureux, Brest, 1994 : les épaves de sa chancellerie, comme les échos de son action politique dans le royaume, ne concordent pas forcément avec la vision piétiste et misérabiliste procurée par les témoins de l’enquête en canonisation…

4 P. C. Charles, témoins XIX, p. 57 et XXVI, p. 85.

5 Son modèle sur ce point est à l’évidence son parent saint Louis de France. Jean-Christophe Cassard, Charles…, op. cit., p. 79.

6 P. C. Charles, témoins XXXI, p. 104 et XLIX, p. 170.

7 P. C. Charles, témoins XXVIII, p. 94 ; XXXVII, p. 129 ; XL, p. 140 ; XLVII, p. 161.

8 P. C. Charles, témoin XII : Maurice du Parc, p. 39 ; témoin XXIII : Pierre de la Chaire, alias de la Chapelle, archidiacre de Tréguier, p. 71 : « Loué soit Dieux » ; témoin LVI : Geoffroi de Dinan, p. 188 : « Loué soit Dieu de ce qu’il nous donne », pour ne retenir que ses mots qui nous ont été transmis en français, tels qu’il les a prononcés devant les témoins.

9 P. C. Charles, témoin XXXII, p. 109 : Jean de Caranlouet, écuyer, redoutable chef de bande par ailleurs, ne sait proférer que des généralités sur son ancien patron. L’écuyer Jean de Carmelou, témoin XVI, p. 47, fut témoin de l’inquiétude du prince qui venait de recevoir 1 000 florins de l’un de ses receveurs et craignait que ses soldats n’apprissent l’existence de cette somme qu’il réservait aux pauvres… Henri Le Prévost, écuyer, témoin XLIX, p. 171, rappelle l’impatience des hommes de guerre à l’occasion de ses trop longues oraisons et le désarroi de son trésorier, Pierre Poulard, quand il voyait détournée à d’autres fins la paye des hommes d’armes…

10 P. C. Charles, témoin XLVIII, p. 161 : Dicens eciam iste quod vidit et audivit aliquociens, quod quando aliqui increpabant seu blasphemabant dominum de Carrimel subditum suum et eius complices qui contra ordinacionem et voluntatem dicti domini Caroli tenebat et occupabat villam et castrum de Rocha Derriani, et redditus ac census dicti castri pertinentis ad ipsum recipiebat, ipse dominus Carolus dicebat : « Taceatis, ipsi sunt bone gentes, adhuc nobis facient multa bona. »

11 Jean-Christophe Cassard, Charles…, op. cit., p. 38-44.

12 P. C. Charles, témoin XXVI, Alain Raoul, prêtre, recteur de Plouzévédé, p. 84 : […] et audivit dici multociens ab ipso domino Carolo quod pacem inter alia affectabat magis pro populo quam alias, et in omnibus missis et horis, quas dicebat, seu dici faciebat et audiebat et orari faciebat pro pace, dicendo sepe et sepius : « Da pacem, Domine, in diebus nostris », cum oracione assueta.

13 P. C. Charles, même témoin qu’à la note précédente, même page : […] quod pacienter sustinuit, dicendo verba ista elevatis oculis versus celum : « Benedictus sit Deus », et paulo post dixit : « Oportet sic pati ; modum guerrarum est iste, aliquando inferius, aliquando superius, et in facto guerrarum oportet quod multi moriantur hic et inde. » Sur le même registre désabusé mais en moins cynique, les témoins XXXV, Alain dou Tenou, prêtre, p. 120 : Et aliquociens : « Laudetur Deus » et dicebat « Amici mei habeamus pacienciam, quia si talis villa vel castrum est capta, seu captum, nos alia vice cum Dei auxilio recuperabimus, et prisonarii liberabuntur. Deus mortuis indulgeat » et XLVI, Jean Moulac, dit des Sommiers, p. 158 : […] dicebat : « Amici mei, quid habetis vos, faciatis bonum vultum et non desolemini, quia alias per Dei graciam meliora nova habebimus, oportet sic pati, quia modus guerrarum talis est. »

14 P. C. Charles, témoin XXII, Thibaud de Beloczac, p. 70 : Dicit eciam iste quod pluries in anno in locis in quibus ipsum esse contingabat ac diebus quibus fuerant conflictus in suo ducatu tempore suo, pro animabus illorum qui decesserant in conflictibus huiusmodi, solemne officium mortuorum celebrari faciebat, et dies dictorum conflictuum habebat apud se registratos. Témoin XXXV, p. 120.

15 P. C. Charles, frère Jean Lay, Mineur de Guingamp, témoin XXXIV, p. 115.

16 P. C. Charles, Pierre de la Chaire, alias de la Chapelle, témoin XXIII, p. 72 : […] et tunc vocari fecit gentes suas armorum et se preparavit ad iter arripiendum pro dictis villa et castro recuperandis, et dum esset preparatus cum suis gentibus ad dictum iter arripiendum, fuit sibi nunciatum quod castrum et villa predicta fuerant recuperata.

17 P. C. Charles, témoins XII (mais le témoin, Maurice du Parc, chevalier, se réfère à des deuils l’ayant touché de près : la mort de ses enfants, Charles et Marguerite, celle de son frère aîné, le comte de Blois), XXVI (mentionne une défaite ni localisée ni datée), XXXII, XXXIX, XLI, XLII, XLIV et LVI.

18 De même les opérations devant Quimper par les gens de Blois en 1344, ou leurs sièges posés devant Hennebont et Carhaix (P. C. Charles, témoins XXXV, p. 119 et XL, p. 141) apparaissent rappelés au fil de certaines dépositions, mais sans rapport explicite avec la patience du duc Charles.

19 P. C. Charles, témoin XXV, p. 82.

20 P. C. Charles, témoin XLVII, p. 161.

21 P. C. Charles, témoins XIX, XXIII, XXXIII, XXXIV, XXXV, XLV et XLVII.

22 P. C. Charles, Henri Le Prévost, témoin XLIX, p. 170-171 : […] dicit quod sibi vidit, et audivit nunciari capcionem ville de Becherello, et castri seu fortalicii de Keynmerch, quod castrum sue gentes recuperaverunt supra suos inimicos, qui ipsum detinebant, et post recuperacionem huiusmodi, dicti sui inimici iterum dictum castrum acceperunt et occuparunt, gentibus ipsius domini Caroli ibidem existentibus partim captis, partim interfectis per inimicos supradictos.

23 P. C. Charles, Colin Audigier, témoin XXV, p. 81 : […] dicit quod semel dum dictus dominus Carolus moram traheret in villa de Dinanno, Macloviensis diocesis, sunt octo anni elapsi vel circa prout recordatur, fuit sibi nunciatum quod alique gentes ipsius, et specialiter Iohannes de Doaerren, qui erat armiger et familiaris ipsius fuerunt interfecte in quodam conflictu qui fuerat in suo ducato apud locum dou Gavre, et aliqui alii vulnerati, et tamen campus et platea aliis suis gentibus vivis remanserat, quo audito ipse dominus Carolus pacienter…

24 P. C. Charles, Mathieu Rouaut, écuyer, témoin XLVIII, p. 166 : […] perdicionem castri sui de Ruppe Periou Venetensis diocesis, quod castrum gentes sue que ipsum tenebant, Anglicis inimicis suis qui contra dictum castrum diu obsidionem fecerant, reddiderant sub tali pacto quod gentes, que dictum castrum custodiebant, dicti inimici exire et abire libere permiserant.

25 Trois indications numériques seulement. P. C. Charles, Jean du Fournet, témoin XXI, p. 63 : […] necnon de capcione domini Fulconis de Lavalle cum quo capti fuerant fere quatuor centum pugnatores de parte domini Caroli, quorum aliqui fuerunt interfecti per hostes supradictos… ; Yves Crénan, témoin XXVII, p. 90 : Item audivit sibi nunciari, dum dictus dominus Carolus erat in Anglia prisonarius, quod barones sui de Britannia et alii sui bellatores […] usque ad numerum quingentorum hominum armorum, per Anglicos fuerant devicti ; Guillaume Anseau, témoin XL, p. 140 : Item alia vice dum erat in castro suo de Lehonnio, fuit sibi nunciatum quod centum homines armorum de parte sua fuerant devicti, et aliqui ipsorum interfecti in conflictu qui fuerat in Leonia sui ducatus predicti.

26 P. C. Charles, Jean du Fournet, écuyer, témoin XXI, p. 63 : […] vidit et audivit semel in una septimana sibi nunciatum fuisse gentes suas fuisse devictas in tribus locis Britannie, videlicet apud Trongo, apud Evran et apud Dervallum. Les deux premières places au moins sont connues pour avoir été aux mains des Anglais dans la période suivante. Jean Galvan, témoin XXXI, p. 103 : […] et similiter in civitate Redonensi vidit iste quod sibi nunciatum fuit quod hostes sui ceperant villam de Morron et quod bellatores sui ibidem devicti fuerant in conflictu. A contrario, la bataille soutenue au Gâvre sauve ce château : témoin XXV, p. 81.

27 La mise en défense de Lannion par les Anglais constitue le seul revers affligé à Charles qui n’est pas d’essence strictement guerrière : P. C. Charles, témoin XXI, p. 63.

28 P. C. Charles, témoin LII, p. 182. Comme l’événement n’est pas daté, il n’est pas certain qu’il s’agisse bien de la surprise du vicomte de Léon dans son manoir telle que relatée par plusieurs sources annalistiques.

29 P. C. Charles, témoin XXXI, p. 103 pour Mauron (cf. note 25). Les noms des seigneurs bretons capturés au temps de la captivité de Charles suggèrent qu’ils furent pris lors de cette bataille rappelée anonymement par Yves Crénan : Item audivit sibi nunciari, dum dictus dominus Carolus erat in Anglia prisonarius, quod barones sui de Britannia et alii sui bellatores, videlicet comes de Rohan, dominus de Bellomanerio, dominus de Monte Albano, dominus de Tornemina et alii plures […] fuerant devicti, et quod aliqui eorum fuerant mortui, et alii erant prisonarii (P. C. Charles, témoin XXVII, p. 90).

30 La défaite et la capture de Foulque de Laval (P. C. Charles, témoin XXI, p. 63) doivent cependant être mises en rapport avec le siège de Rennes puisque ce seigneur avait rassemblé une division en décembre 1356 (Dom Morice, Preuves, t. I, col. 1501-1503) afin de porter secours à la ville en proie au blocus anglais.

31 En l’absence d’une date, dont les témoins ne se souviennent presque jamais, parfois même d’une localisation précise, il s’avère impossible d’être trop affirmatif, d’autant que le même lieu peut avoir fait l’objet de combats à des époques très différentes, la guerre s’étalant sur vingt-trois années. Toutefois la documentation extérieure procure quelques points de repère à défaut de certitudes. Des places sont aux mains des Anglais avant 1355, comme Concarneau, Bécherel, Mauron ou Pestivien. Mais c’est la venue de Lancastre qui relance les opérations en 1356 (reprise de La Roche-Derrien), suivie d’un rapide grignotage des positions blésistes dans les années 1359-1360 avec les chutes de Trogoff, Évran et Derval (dans la même semaine : témoin XXI, cf. note 26), du fort de Bloscon, de Lesneven, de Châteaulin, de Suscinio, etc. Le traité de 1360 explique ensuite une accalmie, jusqu’à la reprise des affrontements, entre les deux prétendants cette fois (affaire du Gâvre en 1363).

32 P. C. Charles, Jean du Fournet, témoin XXI, p. 63 : […] et audivit et fuit presens quando fuit sibi nunciata perdicio sui castri de Suzenioue, quod hostes sui per vim ceperant, in quo erant carte et littere tocius sui ducatus, prout credebat, licet in veritate alique dictarum litterarum erant in castro Meduane, quod pro tunc ignorabat dictus dominus Carolus, super quibus regraciatus fuit, ut prefertur, dicens quod ibi erant omnes littere sue, et quod si esset ibi aliquod, quod pro adversariis seu hostibus suis predictis facere posset hoc videre possent, super quo dicebat…

33 P. C. Charles, témoin XXIII, p. 72.

34 Pour Guingamp, cf. note 21 ; témoins XXIII (qui nomme le capitaine anglais, Roger David), p. 71, XXVIII, p. 94 et XXXVI, p. 127 pour La Roche-Derrien ; XXVII, p. 90, XXXVIII, p. 134 et XLVIII, p. 166 pour La Roche-Périou ; XXVIII, p. 94 et XLIX, p. 170 pour Bécherel ; XXI, p. 63 et XXXI, p. 103 pour Trogoff ; XXVII, p. 90 et XXXI, p. 103 pour Mauron ; LI, p. 179 et XLVII, p. 161 pour la défaite advenue au pays de Retz (possiblement à Prigny en 1358 : p. 93 de René Blanchard, « Le Pays de Rays et ses seigneurs pendant la guerre de Cent Ans, 1341-1372 », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, 1897, p. 87-110).

35 Jean-Christophe Cassard, « Charles de Blois et Guingamp », Association bretonne, t. CIX, 2000, p. 323-336.

36 P. C. Charles, Pierre de la Chaire, témoin XXIII, p. 71 : […] fuit sibi nunciatum quod Dux Lancastrie occupaverat villam et castrum de Roche Deriani, Trecorensis diocesis.

37 Jean-Christophe Cassard, « La place des événements maritimes dans la guerre de Succession », Bretagnes. Art, négoce et société de l’Antiquité à nos jours (Mélanges Jean Tanguy), Brest, 1996, p. 443-458.

38 Référence à une bataille champêtre non localisée en Léon dans P. C. Charles, témoin XL, p. 140.

39 Carte p. 41 de l’Histoire de Brest, Marie-Thérèse Cloître (dir.), Brest, 2000.

40 À l’occasion d’un second siège, qu’il ne faut pas confondre avec celui de 1344 conclu sur la prise de la cité par les forces de Blois.

41 P. C. Charles, Michelet Barbelot, témoin XLVII, p. 161 : […] dominus Mauricius de Parcu, miles cum aliquibus gentibus armorum de parte dicti domini Caroli, devictus fuerat per Anglicos in terra de Radesiis sui ducatus, quod pacienter sustinuit. Cette défaite doit être la même que celle éprouvée par Maurice du Parc, signalée mais non localisée par le témoin LI, p. 179.

42 P. C. Charles, témoin XXXVII, p. 130.

43 L’épisode est connu, sans lien avec la patience du duc Charles, par le miracle qui protège le tombeau de saint Yves dès lors qu’un soldat anglais entreprend de le souiller.

44 P. C. Charles, témoin XXI, p. 63.

45 Bertrand du Guesclin les en aurait chassés en 1363 d’après Cuvelier. Jean-Christophe Cassard, « Politique et fidélité. La guerre de Succession dans le Trégor occidental », Saint-Jean-du-Doigt des origines à Tanguy Prigent, Brest, 2001, p. 59-72, spécialement p. 63-64.

46 Soit Concarneau, Suscinio, Lannion, Redon, La Roche-Derrien, le fort du Bloscon (Roscoff ) et Châteaulin.

47 Michael Jones, « Sir Thomas Dagworth et la guerre civile en Bretagne au xive siècle : quelques documents inédits », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. LXXXVII, 1980, p. 621-639.

Table des illustrations

Légende Répartition géographique des exemples attestés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20175/img-1.png
Fichier image/png, 187k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540