Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Troisième partie. « Et le verbe s'est fait chair » : Bretagne, histoire et religion

Judith de Nantes, très pieuse, très noble, très sage comtesse de Cornouaille

Joëlle Quaghebeur

Texte intégral

Post mortem vero comitis et domini sui, eadem religiosa comitissa Judith
vixit sex annis sepultaque jacet in aecclesia Sancti Guingualoei…

  • 1 Il venait de préciser le lieu d’inhumation du comte Alain Canhiart et rappelait l’abandon par l’év (...)
  • 2 Ibid. : … in ecclesia Beate Virginis Marie que adjacet ecclesia Sancti Courentini.

1Ainsi l’annaliste de Quimperlé, relatant la mort au monde de trois des bienfaiteurs de l’abbaye Sainte-Croix1, voulut-il préciser le lieu voulu par Judith pour son repos éternel. Car il faut, en effet, comprendre ici le choix réfléchi que fit la comtesse de Cornouaille. Elle eut pu (ou dû) rejoindre son époux dans l’église de la Bienheureuse Vierge Marie, située auprès de la cathédrale de Quimper2. La Vierge pour qui elle avait développé, avec Alain, une particulière dévotion, car elle contribua, sans doute, à la dédicace faite à Marie du premier sanctuaire féminin de Cornouaille, l’abbaye de Locmaria confiée à leur fille, Hodiern, qui en devint l’abbesse peu avant 1058. Mais Judith demanda à saint Gwénolé de l’accueillir.

  • 3 Cartulaire de Landévennec, publ. par R.-F. Le Men et E. Ernault, Paris, 1886, acte n° 46 et n° 47, (...)
  • 4 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, n° IX, p. 147-148 : … filia videlicet Judicae (...)
  • 5 On y rédigea le catalogue de ceux qui l’eurent en leur main, Cartulaire de Landévennec, acte n° 54 (...)
  • 6 J.-L. Deuffic, Nécrologe de Landévennec, Britannia Christiana, 1983, fascicule 3/1, p. 6 : Julius, (...)
  • 7 Nécrologe de Landévennec, p. 3, Ouragona, regina de Brest, habet ad obitum suum, v.l., percipienda (...)

2La résidence du comte étant située à Quimper, atteindre l’abbaye nécessitait de parcourir une quarantaine de kilomètres, Judith était-elle souffrante et se sentant très affaiblie effectua-t-elle un ultime voyage, comme avant elle le grand-père et le père de son époux, Budic et Benoît3 ? Probablement pas, car la mort de la comtesse eut amené, dans ce cas, une donation dernière ; en outre aurait-elle été autorisée à venir mourir dans un monastère d’hommes ? Il faut plutôt envisager que, respectant ses dernières volontés, les fils de saint Gwénolé accueillirent simplement sa dépouille. Ce faisant la comtesse de Cornouaille, Judith de Nantes, comme on aima à le rappeler4, inhumée dans le plus prestigieux sanctuaire de sa terre donnait à ce dernier une grandeur encore affirmée, alors que sa puissance était désormais contrecarrée par une spiritualité rénovée, comme à Quimperlé. Mais vouloir pour lieu de sépulture l’église de saint Gwénolé permettait à Judith de renouer avec un temps prestigieux, car carolingien, alors que son fils aîné, Hoel, avait contracté une union matrimoniale d’envergure avec la Maison ducale de Rennes ; peu après, on fut soucieux, à Landévennec, de reconstituer la mémoire des hommes qui avaient dominé la Cornouaille afin d’attester, un peu plus, le passé glorieux du territoire qui donnait une maison ducale à la Bretagne5. Car une autre femme, avant elle, avait noué une relation d’affection et de foi avec le vieux monastère : Aourken, dernière reine de Bretagne, épouse d’Alain le Grand, donnée, au nécrologe, comme membre de la familia de saint Gwénolé6, avait institué une fondation afin que les moines assurent à jamais sa mémoria7. Aussi, avoir désiré pareil lieu de sépulture, était, pour la comtesse, une forme d’union encore plus profonde avec la Cornouaille – une terre que Judith aima sans doute – car Landévennec en était l’âme depuis plusieurs siècles.

  • 8 Judith vivait encore après la mort de Guerech, en 988, la Chronique de Nantes la dit élever ses pe (...)
  • 9 Information donnée par M. Bernard Tanguy que nous remercions.
  • 10 J. Quaghebeur, « Alain Barbe-Torte ou le retour improbable d’un prince en sa terre », Bulletin de (...)

3La date à laquelle Judith épousa le comte de Cornouaille, Alain Canhiart, est inconnue ; tout au plus peut-on la suggérer grâce aux âges respectifs des enfants qui naquirent de cette union, cinq à notre connaissance : Hoel, Guerech, Benoît, Budic et leur sœur Hodiern. L’examen des nomina ainsi donnés permet de constater qu’en devenant l’uxor du maître de la Cornouaille, Judith « reproduisait » onomastiquement l’union de son ancêtre Alain Barbe-Torte qui eut pour concubine une femme noble, Judith8. Judith était-elle amusée ou fière de cette coïncidence ? Elle tint visiblement à préserver cet héritage et, comme son arrière-grand-mère, entendit nommer ses deux premiers nés, Hoel et Guerech. Ce dernier patronyme, variante du nomen Waroc 9 soulignait l’enracinement vannetais du lignage d’Alain le Grand et enfonçait le prestige de sa lignée dans un passé encore plus lointain que le moment carolingien. Hoel, lui, rappelait l’ascendance galloise et royale de Judith, avec laquelle s’était uni l’héritier royal, Alain Barbe-Torte durant son exil10. Ainsi justifiée, la qualité de nobilissima de Judith aux côtés de son comte et seigneur, qui lui n’était que nobilis, fit que les Cornouaillais acceptèrent ce choix avec fierté. La mémoire cornouaillaise s’effaça devant le prestige nantais.

  • 11 Guerech fut élu évêque de Nantes, sans doute en 981 ; sur la route de Tours où il se rendait afin (...)
  • 12 Ibid., p. 113.
  • 13 Pour cette date cf. J.-P. Brunterc’h, « Le diocèse de Nantes entre 936 et 1049 », Mémoires de la S (...)
  • 14 Il assista en cette qualité au sacre de Philippe Ier, le 23 mai 1059, G. D.Mansi, Sacrorum concili (...)
  • 15 H. Guillotel, « La pratique du cens épiscopal dans l’évêché de Nantes. Un aspect de la réforme ecc (...)
  • 16 Une lettre fut écrite au pontife Léon IX par le clergé, le peuple et le comte de Nantes, afin de d (...)
  • 17 Le terme de « neveu » est-il, en effet, pleinement justifié ? Le large écart chronologique existan (...)

4Si Hoel était destiné à une carrière « civile », Guerech, sans nul doute, relevait un patronyme de clergie, car épiscopal11 ; Guerech, fils d’Alain Barbe-Torte avait été initialement nutritus à Saint-Benoît-sur-Loire et donc destiné, en sa qualité de cadet, à une vie de prières12. Les ambitions de la comtesse Judith étaient ici sensibles car elle entendit doter son fils d’un nomen qui lui ouvrirait les portes de la cathédrale de Nantes. Alain Canhiart, héritier d’une Maison fidèle et alliée de celle des comtes de Rennes – devenus ducs de Bretagne – ne pouvait-il, en effet, espérer un soutien actif de ces derniers dans la succession du pontife Gautier II, en charge du Nantais depuis 1004-100813 ? La date de naissance de Guerech peut être envisagée grâce aux différentes étapes qui le virent accéder au siège épiscopal vannetais. Parvenant à l’évêché en 105914, son sacre épiscopal ne se déroula qu’entre le 1er et le 7 janvier 106115. Évêque profondément inséré dans le vaste mouvement de réformes entrepris au sein de l’église, Guerech ne put que respecter l’âge canonique requis, on peut donc avancer qu’il naquit à la fin de 1030. Il succéda à Airard dans des conditions obscures16. L’héritier du comitatus nantais – Mathias, petit-neveu de Judith, car petit-fils de son frère ou plutôt, sans doute, demi-frère Budic17 – avait disparu en 1054, et depuis lors cet honor était passé aux mains des Cornouaille.

  • 18 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, p. 106 : … Benedictus… confectus senio sponte (...)
  • 19 Les annales de Quimperlé notèrent son décès, op. cit., p. 105, il fut donné comme « frère du comte (...)
  • 20 Son père, le comte Budic était mort entre 1008-1019, comme permet de le penser un acte du cartulai (...)

5De même, il est vraisemblable que sa sœur, Hodiern, ne fut bénie à l’abbatiat de Locmaria qu’âgée de trente ans ; elle détenait ce titre avant la mort de son père en 1058, elle put donc naître en 1027-1028. Hoel était probablement né aux mêmes années. Disparu en 1084, il aurait été âgé, à cette date, d’environ cinquante-sept ans. Le grand âge de Benoît précisé par les annales de Quimperlé, quand il abandonna la charge abbatiale en 111418, permet d’avancer qu’il avait vu le jour aux alentours de 1030. Budic quant à lui mourut en 109119. Son nomen témoigne de la volonté de se souvenir de l’ancêtre fondateur de la puissance en Cornouaille, comte de cette terre en l’an Mil ; si Hoel venait à disparaître, un héritier pourrait relever l’honor familial. De tout cela, il peut être déduit que les noces d’Alain et de Judith furent célébrées vers 1025, soit sans doute alors que le comte-évêque Benoît arrivait au terme de son existence20.

  • 21 Benoît accéda à la charge abbatiale en 1066, soit l’année où son frère Hoel devint duc de Bretagne (...)
  • 22 Le 25 mars 1078, Grégoire VII prit sous sa protection le monastère de Sainte-Croix avec toutes ses (...)
  • 23 Dom H. Morice, Preuves …, t. I, col. 395-396.

6Mais il faut souligner que de ces cinq enfants connus, seuls deux d’entre eux furent promis à des destinées laïques, Hoel et Budic, dont les patronymes étaient d’ailleurs fortement symboliques et attachés à un pouvoir politique prééminent. Hodiern, abbesse de Locmaria, rejoignit dans leur destin d’hommes de prières, ses frères Guerech, défenseur de la Réforme en Bretagne, et Benoît, abbé de Sainte-Croix de Quimperlé – il avait pris la robe à Landévennec – qui lui succéda à cette charge en 1081, et cumula deux honores (abbatial et épiscopal) jusqu’en 111421. Benoît perpétua l’œuvre de son frère et sa fidélité à Rome ne se démentit pas22 ; les rapports entretenus avec la papauté attestant que cette double responsabilité était connue et consentie du côté romain, car Benoît appartenait à un lignage qui avait donné toutes assurances quant à sa droiture spirituelle et s’était fait le propagateur des idées défendues par Léon IX, puis Grégoire VII. En 1050, le pontife n’avait-il pas écrit nommément au princeps Eudes, alors en charge du duché breton et au comes Alain Canhiart afin qu’ils le soutiennent dans sa mission23 ? On savait à Rome que l’appel papal avait été entendu en Cornouaille.

  • 24 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, acte n° LIV, p. 191-192, 27 février 1069.
  • 25 Cartulaire de l’Église de Quimper, publ. par le chanoine P. Peyron, Quimper, 1909, p. 41, 1066-108 (...)
  • 26 Dans un diplôme de Charlemagne, en faveur de l’abbaye de Saint-Denis, le roi concéda toutes les pe (...)
  • 27 Ainsi est-il qualifié dans l’acte n° 54 du cartulaire de Landévennec ; il s’agit là d’une addition (...)
  • 28 Marie fut exaltée pour sa pauvreté au sens biblique, son humilité foncière préludant aux béatitude (...)
  • 29 J. Quaghebeur, La Cornouaille…, p. 93.
  • 30 M.-L. Blanc, « Les sépultures de l’abbaye de Landévennec », Chronique de Landévennec-Pax, octobre (...)
  • 31 Cartulaire de l’église de Quimper, p. 40, 12e mention de la pancarte, la disparition d’Orscand – 1 (...)
  • 32 Ce qu’a suggéré J.-C. Cassard, « Houel Huuel, comte de Cornouaille puis duc de Bretagne (circa 103 (...)

7Une approche historique et anthropologique rapide voudrait voir dans cet effacement des héritiers du monde laïque la volonté de les faire « disparaître » afin de préserver la force intacte du lignage, comprendrait également le désir de mainmise de ce dernier sur des ressorts d’autorité spirituels, mais aussi économiques, considérables. Faut-il pourtant exclure la marque de la piété entretenue par la lignée laïque cornouaillaise, désireuse d’expier le souvenir d’un ancêtre – Benoît, père d’Alain – qui avait été évêque et comte ? La ferveur dans la prière est, en effet, sensible au sein de cette parentèle. Ainsi Hoel, abandonnant la terre de Loc-Amand en Fouesnant à Sainte-Croix de Quimperlé, en présence des nobiles de Bretagne qui apposèrent leur seing, choisit de tracer, lui, une croix. Ce n’était pas là impossibilité à transcrire son nom – les membres de sa cour maîtrisaient l’écriture – mais bien la volonté d’engager son honneur en traçant la croix du Roi éternel24. Ego, Hoel, gratia Dei comes Britannie, testis hujus rei sum cum signo crucis aeterni regis, Hoel, désormais prince territorial, reprenait là, en outre, une titulature inaugurée par les Carolingiens, devenus rois sacrés, gratia Dei, car conscients que leur pouvoir ne leur venait que de Dieu, un Dieu incarné venu sauver les hommes par le supplice de la croix. Alain Canhiart, son père, avait eu une particulière dévotion pour la croix du Sauveur, associant ses souffrances passées et sa guérison à ce symbole, il lui avait consacré un monastère à Quimperlé. La piété du prince était encore suggérée lorsqu’il aida à restaurer les livres – comprenons les livres saints – de la cathédrale de Quimper25, toutes les peaux des cerfs abattus dans son fisc de Quiberon devant servir à relier les ouvrages endommagés ; le caractère prestigieux de l’animal choisi par Hoel voulait donc être à la mesure du respect dû à l’Écriture sainte26. Enfin, le surnom donné à (ou choisi par ?) Hoel témoignait bien de la foi du prince cornouaillais : Hoel Huuel, c’est-à-dire Hoel « l’humble27 », connu donc pour avoir exalté une vertu chrétienne et christique, symbole de pauvreté choisie et donc de grandeur spirituelle28. Ce choix ne pourrait-il être une clé nous indiquant la sépulture d’Hoel ? À Landévennec, le westwerk de l’abbatiale abrite une nécropole romane installée face à sa prestigieuse (car sans doute royale29) correspondante carolingienne ; une tombe y barre l’entrée de l’église30, respectant ainsi l’humilité de son occupant foulé aux pieds par les pèlerins venus prier Gwénolé. Hoel alla à Rome, après 106431. Fut-ce la disparition de son épouse Havoise, en 1072, qui l’amena à entamer un pèlerinage32, ou souhaita-t-il se rendre au siège de la chrétienté qui accueillit, en ces années, un nouveau pontife, Hildebrand – abbé de Saint-Paul-hors-les-Murs comme l’avait été Airard, prédécesseur de son frère Guerech au siège nantais – devenu Grégoire VII, en 1073 ? Ces constatations amènent à entr’apercevoir, pour certains des Cornouaille, la trace de vocations préparées et entretenues par un couple comtal qui développa une particulière ferveur religieuse.

  • 33 Indre, arr. Nantes, Con Saint-Herblain, Loire-Atlantique ; Cartulaire de… Quimperlé, acte n° IX, p (...)
  • 34 Sur le contrôle exclusif par la puissance publique de ces territoires, J. Quaghebeur, « Puissance (...)
  • 35 En 1008, au plus tard, le comte Judicael avait fait de nouveau entrer le Nantais dans la mouvance (...)
  • 36 H. Guillotel, « Le premier siècle du pouvoir ducal breton (936-1040) », Actes du 103e Congrès nati (...)

8Une mention laconique du cartulaire de Quimperlé précise que les noces de Judith et d’Alain furent célébrées sur l’île d’Aindre, en Basse-Loire33. Leur déroulement suscite quatre remarques. Il fut demandé à Alain de venir chercher en Nantais la future épousée : le prestige de la Maison de Nantes surpassant celui des Cornouaillais, ce voyage serait, déjà, la reconnaissance par Alain de l’honor qui lui était fait en lui confiant pareille héritière. Le mariage fut, en outre, célébré sur une terre publique – une île 34 – lui conférant ainsi un caractère éminemment « public », il s’agissait moins d’unir Alain et Judith que le (futur ?) comte de Cornouaille et la fille du comte de Nantes. Le choix du monastère insulaire soulignait, sans doute, les relations, encore difficiles, entretenues en ces années par l’évêque Gautier II et le comte Budic35, tuteur de Judith. Pareille union eut pu se dérouler dans la cité de Nantes. Enfin la réconciliation intervenue avant le 5 avril 1030 36 entre les Maisons de Rennes et de Nantes, ne fut-elle pas une conséquence de l’alliance contractée avec la Maison de Cornouaille, fidèle soutien du pouvoir rennais depuis au moins l’an Mil ?

  • 37 Ph. Guigon, Les églises du haut Moyen Âge en Bretagne, t. II, Les dossiers du Ce.R.A.A., supplémen (...)
  • 38 Monasterium Antrum cum omnibus sibi pertinentibus…, Dom H. Morice, Preuves…, t. I, col. 547-549.
  • 39 Ph. Guigon, Les églises du haut Moyen Âge…, p. 92.
  • 40 Ph. Guigon envisage également une église à deux nefs parallèles (ibid., p. 93).

9Le monastère d’Aindre fut donc choisi – fondé à la fin du viie siècle, par Hermeland, moine de Fontenelle-Saint-Wandrille – il avait été en partie détruit par les Scandinaves lors de l’attaque du 29 juin 84337 ; mais il avait été restauré comme en témoigne sa mention dans un diplôme de Louis VI, rédigé en 1123, reprenant trois préceptes carolingiens38. La vita de Hermeland, d’époque carolingienne, mentionnait deux églises, dédiées respectivement à saint Pierre et saint Paul39. Qu’en était-il au xiesiècle ? Pierre, dont le nom apparaît attaché à celui de Rome, fut-il choisi car symbole éminent d’une chrétienté universelle ? La cérémonie déploya peut-être un certain faste car l’hagiographe mentionnait, à la fin du viiie siècle, une abside méridionale suggérant une construction importante40.

  • 41 Encore que certains actes demeurent impossibles à dater avec précision, tels ceux contenus dans la (...)
  • 42 Cartulaire de Landévennec, n° 48, p. 574, Alain respectait ici une des obligations attachées au se (...)
  • 43 Cartulaire de l’église de Quimper, p. 38.
  • 44 La situation de l’épouse noble de haut rang a été étudiée par K. F.werner entre autres dans : « Le (...)
  • 45 Cartulaire de l’église de Quimper, p. 39.
  • 46 K. F.werner, op. cit.

10Revenu en Cornouaille, ce ne fut, semble-t-il, que dans le courant des années 1040 que le couple comtal entendit doter les sanctuaires de son pagus41. Il s’agissait, dans certains cas, d’une cession conjointe, indice probable de la nature des biens abandonnés et sur lesquels la comitissa avait un droit de regard, car relevant de l’honor de son époux, et donc étant une part d’un patrimoine « public » désormais cédé ou confié à l’Église. Ainsi en fut-il lors de la fondation de Sainte-Croix de Quimperlé, installée dans un domaine comtal, de la donation faite à Landévennec avec l’affirmatio de Judith42, et de celle du domaine de Langonilly en Plonévez-du-Faou, à la cathédrale de Quimper. Alain souffrant de maux d’yeux, Judith, mulier prudentissima, très affectée des souffrances de son dominus et consul, accompagna Alain à l’église de saint Corentin afin de le prier43. C’était là son rôle d’épouse, mais également de comitissa, car associée par ce titre aux responsabilités comtales, donc soucieuse et responsable d’une bonne gestion du comté. L’honor d’Alain était aussi l’honneur de la comtesse Judith. Car si elle devait sa fides à Alain – comme celui-ci la devait à son duc et à Dieu – cette fidélité jurée au seigneur, induisant des obligations réciproques, excluait la dépendance complète face à son dominus. En outre, Judith était de façon naturelle domina de tous les vassaux du comte Alain, elle avait, en effet, rang supérieur car uxor d’un prince héréditaire44. Aussi faut-il comprendre, dans ces attitudes successives, outre le désarroi d’une épouse face aux souffrances endurées par Alain, la place occupée par Judith c’est-à-dire les droits de la comitissa dans le contrôle de l’honor de Cornouaille. Droits bien réels car sensibles dans certains patrimoines. À la veille de sa mort, Judith voulut richement doter saint Corentin en lui abandonnant domaines, chevaux, bœufs, une domus sur un marché, moulins, etc., en Plonévez-du-Faou, Quimper et Fouesnant. Mais le chanoine qui rédigea la pancarte rappela que la comitissa Havoise avait ôté inrationabiliter tout cela aux chanoines45. Havoise de Rennes, épouse d’Hoel, devint comitissa de Cornouaille en 1063, après la disparition de Judith. Elle rentra alors en possession de biens relevant, en Cornouaille, du douaire des épouses des comtes, soit des biens traditionnellement dévolus aux femmes des Cornouaille afin qu’à la mort de leur époux, elles aient la possibilité financière et institutionnelle de continuer de tenir leur rang. Havoise eut ainsi capacité – juridique, au sens plein du terme, car ne s’agissait-il pas de biens « publics » car attachés au titre de comitissa ? – à contester l’ultime donation de celle qui l’avait précédée dans cette fonction. Pareille constatation suggère une question : Judith après la disparition d’Alain, en 1058, conserva-t-elle un pouvoir institutionnel en Cornouaille ? Car si Alain avait un fils en âge de lui succéder – Hoel – la comtesse se vit-elle ôter ce titre et cette qualité ? Probablement pas, car les sources continuent de la qualifier ainsi. Veuve du comte, Judith avait, en effet, capacité à exercer le pouvoir de ce dernier46, tout comme en Nantais, où elle était l’héritière du comitatus depuis 1054. Mais si le rôle politique et institutionnel de la comtesse demeure difficile à cerner, il apparaît plus nettement dans le domaine spirituel. À deux occasions au moins, en effet, Judith entendit (ou fut sollicitée pour) aider son époux dans la charge qui était également sienne : mener le populus de Cornouaille au salut.

  • 47 Cartulaire de l’église de Quimper, p. 42-44 et The Charters of duchess Constance of Brittany…, pub (...)
  • 48 Orscand déjà pour obtenir l’autorisation de se marier avait dû céder des biens (ibid.).
  • 49 J. Quaghebeur, La Cornouaille… p. 211 sqq.

11À une date indéterminée, la comtesse s’opposa à l’episcopissa Onwen – compagne de l’évêque de Quimper Orscand, frère d’Alain – car celle-ci avait refusé de se lever à l’entrée de Judith dans la cathédrale. La comtesse obtint, en réparation de l’affront public ainsi subi, des biens de l’église cathédrale et le monastère de Locmaria47. Si l’anecdote peut faire sourire, elle n’en est pas moins révélatrice de la place que Judith entendait occuper dans le comté ; en outre, qui était Onwen au regard de l’héritière de sang royal ? Judith prenait ainsi des mains d’un couple épiscopal 48 un sanctuaire ancien ; ce fut sans doute à ce moment et sans doute, également, pour effacer ce que les « réformateurs » qu’ils étaient comprenaient comme une souillure, qu’Alain et Judith choisirent d’installer là une communauté féminine consacrée à « la Bienheureuse Vierge Marie », symbole de la pureté absolue, au culte très lié à la diffusion des idéaux romains ; ils furent particulièrement généreux de leurs biens, plus que pour tout autre sanctuaire cornouaillais49. Leur fille Hodiern, abbesse du lieu, avait vraisemblablement pris l’habit à l’extérieur du comté, aussi fit-on appel pour constituer la communauté à des jeunes filles venues du duché ou d’ailleurs, comme en témoigne leur patronyme germanique ou roman.

  • 50 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, n° I, p. 130-132. Orscand venait s’y explique (...)
  • 51 J. Quaghebeur, La Cornouaille…, p. 246 sqq.
  • 52 Lors du concile romain d’avril 1050.
  • 53 Gautier II évêque de 1004-1008 à 1041-1047, était un partisan de la maison de Rennes, son fils Bud (...)

12Mais déjà en 1050, Judith avait assumé un rôle spirituel majeur en lieu et place de son époux. Elle avait, en effet, accompagné son beau-frère Orscand à Verceil dans le Piémont ; il allait participer au concile qu’y tenait Léon IX50. La mention de ce voyage lointain ne peut être suspecte et l’on voulut s’en souvenir à Quimperlé, car il montrait que l’abbaye de Sainte-Croix était née sinon d’une volonté papale du moins d’un ferme conseil ; le monastère comtal revendiquait encore un peu plus, et avec fierté, sa stricte obéissance au pontife qui commençait de réformer l’Église, et par là à la Métropole de Tours, en un temps où la querelle de Dol était loin d’être éteinte. Judith apparaît ici investie, par son époux et seigneur, d’une mission de représentation, tout à la fois pour le chrétien qu’était Alain et pour le comte de Cornouaille désireux d’être guidé spirituellement après le miracle dont il avait été l’objet51. Alain était sans doute dans l’incapacité de se déplacer jusqu’en Italie, mais nobilisssima et religiosissima, Judith, saurait parfaitement recueillir et comprendre les conseils du pape. L’ambassade cornouaillaise – à l’esprit très carolingien : il s’agissait de deux missi du comte, l’une laïque, l’autre ecclésiastique – était donc à Verceil le 1er septembre 1050. De plus, Alain avait, probablement, chargé Judith d’une autre tâche, celle de défendre son frère, car marié celui-ci était, en effet, au bord de l’excommunication. Enfin, l’origine nantaise de Judith ne l’aiderait-elle pas dans l’approche diplomatique qui lui était demandée ? Le pontife saurait se souvenir que quelques mois auparavant52, il avait nommé au siège de Nantes, Airard. Ce diocèse avait, sans doute, été choisi en raison de l’accueil favorable qui serait fait au projet romain. Enfin, dans quelle mesure le comte de Nantes, petit-neveu de Judith, avait-il aidé à l’installation du prélat venu de Saint-Paul-hors-les-Murs ? Les lignages comtaux et épiscopaux du Nantais entretenaient, en effet, des relations difficiles depuis le début du xie siècle53.

  • 54 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, acte n° IX, p. 147-148 : … et concessit uxor (...)
  • 55 Ibid. : … quas villas prius inter cetera sibi dotalicia.
  • 56 Ibid., p. 104, le comte Alain disparu en 1058, fut donné comme « fondateur et père » du monastère (...)
  • 57 Cartulaire de Landévennec, acte n° 48, p. 574.
  • 58 J. Quaghebeur, La Cornouaille…, p. 96-100.

13L’indéniable piété de la comtesse de Cornouaille jointe à son rôle d’ambassadeur spirituel, pour son époux et le comté dont il avait la charge, interdisent donc de penser que l’hospitalité éternelle qu’elle demanda à saint Gwénolé et à ses fils ne voulut pas avoir un sens profond et mesuré. Car outre la nécropole peut-être rejointe par Alain, Judith eût été la bienvenue à Sainte-Croix de Quimperlé où elle était considérée comme mater54, car elle avait richement doté l’abbaye, en lui abandonnant une partie de son douaire55, et avait assisté le comte lors de la fondation du monastère à la fin des années 1040. Sa mort fut d’ailleurs notée dans les annales de Quimperlé en l’année 106356. Par contre, Judith ne figure pas au nécrologe de Landévennec, sanctuaire pour qui elle ne fit, il est vrai, qu’approuver une donation effectuée par son époux le noble comte de Cornouaille, Alain, qui se hâtait de rejoindre le duc de Bretagne en proie aux Normands57. Le rédacteur de l’acte précisa la qualité de Judith : nobilissima. La jeune femme était, en effet, de sang royal, car arrière-petite-fille d’Alain Barbe-Torte et donc descendante d’Alain le Grand. Cette parenté directe avec le premier dux de Bretagne peut donc seule justifier la volonté de Judith de dormir à Landévennec, Alain Barbe-Torte y reposant58.

  • 59 Avait-on gardé la mémoire à Landévennec, qu’après l’accession du cornouaillais Nomenoe, aux années (...)

14Judith avait disparu lorsque Hoel, grâce à l’héritière de la Maison de Rennes qu’il avait reçue pour femme, devint duc de Bretagne en 1066. N’aurait-elle pas vu dans la dévolution de cette charge suprême sinon la main de Dieu du moins l’action de la Providence qui avait choisi pour la Bretagne un prince plein de piété, de modestie et de compassion ? Sa fille et deux de ses fils étaient au service direct de l’Église, Hodiern veillait sur le sanctuaire marial existant désormais dans l’ancienne cité épiscopale – Locmaria, siège premier de l’évêché –, Guerech se faisait l’ardent défenseur du retour aux strictes règles ecclésiales dans son diocèse nantais, Benoît, enfin, comme le prédisposait son nomen, priait à Landévennec59. Ce fut lui, sans doute, auprès de son père abbé et entouré de ses frères, qui accueillit une ultime fois, à l’entrée de l’église de saint Gwénolé, sa mère qui, venue en Cornouaille jeune épousée, avait influé, avec patience et détermination, sur le destin politique et spirituel de cette terre pendant près de quarante ans.

Notes

1 Il venait de préciser le lieu d’inhumation du comte Alain Canhiart et rappelait l’abandon par l’évêque Orscand de son jus episcopale au monastère, Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, publ. par L. Maître P. de Berthou, 2e éd., Paris-Rennes, s. d., p. 122.

2 Ibid. : … in ecclesia Beate Virginis Marie que adjacet ecclesia Sancti Courentini.

3 Cartulaire de Landévennec, publ. par R.-F. Le Men et E. Ernault, Paris, 1886, acte n° 46 et n° 47, p. 573-574.

4 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, n° IX, p. 147-148 : … filia videlicet Judicaelis Nannetensium comitis

5 On y rédigea le catalogue de ceux qui l’eurent en leur main, Cartulaire de Landévennec, acte n° 54, p. 576-577.

6 J.-L. Deuffic, Nécrologe de Landévennec, Britannia Christiana, 1983, fascicule 3/1, p. 6 : Julius, VI nonas Julii, obierunt… et Ouragona, regina de Brest, familiaris nostra ; J. Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle : Mémoire, pouvoir, noblesse, publié par la Société archéologique du Finistère, s. l., 2001, 2e éd., Rennes, PUR, 2002, p. 64-66 et p. 96-100.

7 Nécrologe de Landévennec, p. 3, Ouragona, regina de Brest, habet ad obitum suum, v.l., percipiendas apud Landeg, videlicet de super domo veteri regis XII den., de super domo nova regis XII den., etc.

8 Judith vivait encore après la mort de Guerech, en 988, la Chronique de Nantes la dit élever ses petits-enfants Hoel et Judicael, ce dernier étant le père de la comtesse de Cornouaille, La Chronique de Nantes (570-1049), publ. Par R. Merlet, Paris, 1896, p. 126.

9 Information donnée par M. Bernard Tanguy que nous remercions.

10 J. Quaghebeur, « Alain Barbe-Torte ou le retour improbable d’un prince en sa terre », Bulletin de l’Association bretonne, t. CXII, 130e congrès, Dol, 2003, p. 143-168. Il convient de souligner que la comtesse de Cornouaille faisait prononcer son nom Judeth, ce dont témoignent les graphies adoptées par les rédacteurs des cartulaires de Landévennec et Quimper ; ainsi adoptait-elle la version sinon bretonne du moins celtique de ce nom. Était-ce volonté de perpétuer un usage connu pour son arrière-grand-mère ? En outre, le patronyme de Judith apparaissait certainement, encore à cette époque, comme « carolingien » car connu pour être celui d’une impératrice, mère de l’empereur Charles le Chauve qui lui-même nomma ainsi sa fille donnée en mariage au roi de Wessex, royaume qui accueillit une cinquantaine d’années plus tard, Matuedoi et Alain.

11 Guerech fut élu évêque de Nantes, sans doute en 981 ; sur la route de Tours où il se rendait afin d’être consacré, il apprit la mort de son frère Hoel. Il reprit les responsabilités occupées par ce dernier, tout en conservant l’évêché jusqu’à sa disparition vers 988, Chronique de Nantes, p. 118-121.

12 Ibid., p. 113.

13 Pour cette date cf. J.-P. Brunterc’h, « Le diocèse de Nantes entre 936 et 1049 », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXI, 1984, p. 29-82, p. 58, note 185.

14 Il assista en cette qualité au sacre de Philippe Ier, le 23 mai 1059, G. D.Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, Venise, 1774, t. XIX, col. 923-924.

15 H. Guillotel, « La pratique du cens épiscopal dans l’évêché de Nantes. Un aspect de la réforme ecclésiastique en Bretagne dans la seconde moitié du xie siècle », Le Moyen Âge, t. 80, 1974, p. 5-49, p. 17, note 44.

16 Une lettre fut écrite au pontife Léon IX par le clergé, le peuple et le comte de Nantes, afin de demander la déposition d’Airard, Dom H.morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, Paris, 1742, t. I, col. 397-398 ; la comtesse de Cornouaille, héritière du Nantais depuis 1054, ne fut-elle pas, avec son époux, à l’origine directe de cette démarche qui permettrait à leur fils de recouvrer les droits à cet honor que son sang et son nom lui donnaient, elle qui avait rencontré le pontife romain en 1050 ?

17 Le terme de « neveu » est-il, en effet, pleinement justifié ? Le large écart chronologique existant entre la mort de Budic (1038) et celle de Judith (1063) pourrait suggérer que celle-ci naquit d’un second lit : Judicael, son père, mourut à une époque similaire à celle de Budic, le grand-père de son époux. Qui fut, dans ce cas, la femme que Judicael prit en premières noces ? Le patronyme de Budic, très nettement cornouaillais dès l’époque carolingienne, pourrait permettre d’avancer une hypothèse quant à l’origine géographique de cette femme. Le comte de Cornouaille de l’an Mil donna-t-il l’une de ses soeurs au comte de Nantes, afin de sceller la paix ? Le mariage d’Alain Canhiart avec une Nantaise sanctionnerait donc également des liens initiaux entre les deux Maisons comtales.

18 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, p. 106 : … Benedictus… confectus senio sponte dimisit ; il mourut l’année suivante.

19 Les annales de Quimperlé notèrent son décès, op. cit., p. 105, il fut donné comme « frère du comte Hoel » et non comme fils du fondateur Alain Canhiart, c’était là manière de rappeler au duc Alain IV la fidélité du monastère. Budic appartenait à la cour de son neveu Alain, en témoigne sa présence lors d’un conflit qui opposa la duchesse Constance à l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, Cartulaire de l’abbaye de Redon, publ. par A. De courson, Paris, 1863, acte n° CCXC, p. 238-240, 30 décembre 1089.

20 Son père, le comte Budic était mort entre 1008-1019, comme permet de le penser un acte du cartulaire de Landévennec ; il faut privilégier ici la datation haute, situant par ailleurs la naissance d’Alain Canhiart.

21 Benoît accéda à la charge abbatiale en 1066, soit l’année où son frère Hoel devint duc de Bretagne, car son rang et celui de son lignage désormais ne lui permettait plus de demeurer un simple moine ; il était donc âgé d’au moins trente ans. On nota au Nécrologe de Landévennec son décès, op. cit., p. 5 (38)(6) : – Pridie nonas Maii – obiit Benedictus, episcopus Nannetensis, qui fuit monachus Sti Wingualoei et abbas Sancte Crucis ; N.-Y. Tonnerre, « Un grand évêque nantais : Benoît de Cornouaille », publ. du Centre de recherches sur l’histoire de la France atlantique.

22 Le 25 mars 1078, Grégoire VII prit sous sa protection le monastère de Sainte-Croix avec toutes ses possessions, il devint dans les années qui suivirent un monastère censier de l’église romaine, Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, acte n° CXXXII, p. 293-295.

23 Dom H. Morice, Preuves …, t. I, col. 395-396.

24 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, acte n° LIV, p. 191-192, 27 février 1069.

25 Cartulaire de l’Église de Quimper, publ. par le chanoine P. Peyron, Quimper, 1909, p. 41, 1066-1084.

26 Dans un diplôme de Charlemagne, en faveur de l’abbaye de Saint-Denis, le roi concéda toutes les peaux des animaux abattus dans une foresta afin de relier les ouvrages de la bibliothèque monastique.

27 Ainsi est-il qualifié dans l’acte n° 54 du cartulaire de Landévennec ; il s’agit là d’une addition d’une autre main, sans doute du xiie siècle. Le mot breton Huuel – ce qualificatif permet de penser qu’Hoel était encore bretonnant – est un dérivé du latin humilis. Nous remercions vivement B. Tanguy de nous avoir récemment donné le sens de ce terme, car grâce à cela nous avons pu entamer cette réflexion sur la spiritualité du prince cornouaillais.

28 Marie fut exaltée pour sa pauvreté au sens biblique, son humilité foncière préludant aux béatitudes de Jésus, modèle absolu d’humilité se disant lui-même « doux et humble de coeur » (Mt 11, 29), une humilité d’obéissance à Dieu, son père et de fraternité envers les hommes, pleine de compréhension, de modestie et de douceur, allant vers un esprit de service à l’égard de tous. Le monde monastique fut particulièrement réceptif à ce message : saint Benoît, après Jean Cassien, développa, dans sa Règle, 12 degrés d’humilité (chap. 7), de même Bernard de Clairvaux rédigeant un traité essentiellement relatif à l’orgueil, conçut une théorie de l’humilité, pour ne citer que les premières réflexions de l’époque médiévale.

29 J. Quaghebeur, La Cornouaille…, p. 93.

30 M.-L. Blanc, « Les sépultures de l’abbaye de Landévennec », Chronique de Landévennec-Pax, octobre 1992, n° 72, p. 127-132. Le moine qui voulut, postérieurement, compléter la liste des maîtres de la Cornouaille se souvenait-il des contraintes amenées, par cette inhumation, à l’édification de l’église bâtie à l’époque romane, sous le principat du fils d’Hoel, le duc Alain IV ou de son petit-fils Conan III ? L’abbaye de Saint-Denis abrite la tombe de Pépin III – élevé et sacré dans ce sanctuaire – qui choisit d’être inhumé dans cette même position d’humilité, face contre terre, c’est-à-dire dans une position – quasi monastique – de prière absolue et éternelle ; cette attitude de prière fut d’ailleurs nommée, au Moyen Âge, humiliatio.

31 Cartulaire de l’église de Quimper, p. 40, 12e mention de la pancarte, la disparition d’Orscand – 1064 – est mentionnée à la 7e.

32 Ce qu’a suggéré J.-C. Cassard, « Houel Huuel, comte de Cornouaille puis duc de Bretagne (circa 1030-1084) », BSAF, t. CXVII, 1988, p. 95-117.

33 Indre, arr. Nantes, Con Saint-Herblain, Loire-Atlantique ; Cartulaire de… Quimperlé, acte n° IX, p. 147-148 : … quas villas prius inter cetera sibi dotalicia, celebratis ex more nuptiis apud Antrum, insulam in flumine Ligeris positam.

34 Sur le contrôle exclusif par la puissance publique de ces territoires, J. Quaghebeur, « Puissance publique, puissances privées sur les côtes du comté de Vannes (ixe-xiie siècles) », Pouvoirs et littoraux du xve au xxe siècle, Rennes, 1999, p. 11-28. La vita de Hermeland précise que l’abbaye fut installée dans une maison élevée par l’évêque, le monastère fut, par un praeceptum, placé peu après sous la protection du roi, J. Mabillon, Acta sanctorum…, Solesmes, 3 t., 1935-1950 (ré-impression de l’éd. de Paris 1668-1671), t. III, p. 383-403.

35 En 1008, au plus tard, le comte Judicael avait fait de nouveau entrer le Nantais dans la mouvance angevine, J.-P. Brunterc’h, « Le diocèse de Nantes… », p. 58, note 190.

36 H. Guillotel, « Le premier siècle du pouvoir ducal breton (936-1040) », Actes du 103e Congrès national des sociétés savantes, Paris, 1979, p. 63-84, p. 80.

37 Ph. Guigon, Les églises du haut Moyen Âge en Bretagne, t. II, Les dossiers du Ce.R.A.A., supplément 1998, p. 92-95, p. 93.

38 Monasterium Antrum cum omnibus sibi pertinentibus…, Dom H. Morice, Preuves…, t. I, col. 547-549.

39 Ph. Guigon, Les églises du haut Moyen Âge…, p. 92.

40 Ph. Guigon envisage également une église à deux nefs parallèles (ibid., p. 93).

41 Encore que certains actes demeurent impossibles à dater avec précision, tels ceux contenus dans la pancarte de Quimper ou celle de Locmaria, le scribe rassemblant des chartes éparses en une unique narration.

42 Cartulaire de Landévennec, n° 48, p. 574, Alain respectait ici une des obligations attachées au serment de fidélité prêté au duc de Bretagne, son seigneur.

43 Cartulaire de l’église de Quimper, p. 38.

44 La situation de l’épouse noble de haut rang a été étudiée par K. F.werner entre autres dans : « Les femmes, le pouvoir et la transmission du pouvoir », La femme au Moyen Âge, Maubeuge, 1990, p. 365-379.

45 Cartulaire de l’église de Quimper, p. 39.

46 K. F.werner, op. cit.

47 Cartulaire de l’église de Quimper, p. 42-44 et The Charters of duchess Constance of Brittany…, publ. M. Jones et J. Everard, Woodbridge, 1999, C 28, p. 59-60.

48 Orscand déjà pour obtenir l’autorisation de se marier avait dû céder des biens (ibid.).

49 J. Quaghebeur, La Cornouaille… p. 211 sqq.

50 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, n° I, p. 130-132. Orscand venait s’y expliquer et tenter d’échapper à l’excommunication, H. Guillotel, « Bretagne et papauté au xie siècle », L’Église de France et la papauté (xe- xiiie siècle), Bonn, 1993, p. 265-286, p. 269-270.

51 J. Quaghebeur, La Cornouaille…, p. 246 sqq.

52 Lors du concile romain d’avril 1050.

53 Gautier II évêque de 1004-1008 à 1041-1047, était un partisan de la maison de Rennes, son fils Budic lui succéda, les comtes avaient eux, bien souvent regardé du côté de l’Anjou.

54 Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, acte n° IX, p. 147-148 : … et concessit uxor ejusdem consulis, religiosa domina et mater nostra Judith comitissa.

55 Ibid. : … quas villas prius inter cetera sibi dotalicia.

56 Ibid., p. 104, le comte Alain disparu en 1058, fut donné comme « fondateur et père » du monastère de Quimperlé, p. 103.

57 Cartulaire de Landévennec, acte n° 48, p. 574.

58 J. Quaghebeur, La Cornouaille…, p. 96-100.

59 Avait-on gardé la mémoire à Landévennec, qu’après l’accession du cornouaillais Nomenoe, aux années 830, à la charge de missus de l’empereur Louis, des prières avaient dû s’élever du sanctuaire breton afin que le Carolingien et les siens, dont sa bien-aimée épouse Judith, fussent protégés par Dieu ?

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540