Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Troisième partie. « Et le verbe s'est fait chair » : Bretagne, histoire et religion

Généalogies et secrets de famille

Bernard Merdrignac

Texte intégral

  • 1 M. Simon, L’abbaye de Landévennec de saint Guénolé à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1985, p. 17.
  • 2 La date de 1985 retenue pour cette célébration se référait à celle de 485 avancée au xixe siècle p (...)

1« Tel a été le destin de Landévennec, d’être uni pour le meilleur et pour le pire à celui de la Bretagne. Dans son histoire et dans son visage d’hier se sont reflétés d’étape en étape l’histoire et le visage de la Bretagne et c’est pourquoi, dans son visage et son histoire d’aujourd’hui, la Bretagne aime encore à retrouver les siens1. » Le père Marc Simon clôturait en ces termes l’avant-propos de l’ouvrage historique qu’il a fait paraître pour célébrer le quinzième centenaire de la fondation de son abbaye2.

  • 3 J.-C. Poulin, « Le dossier hagiographique de saint Guénolé de Landévennec (Province de Bretagne) » (...)
  • 4 Sur la portée du terme vulgus chez les auteurs de l’époque carolingienne, cf. M. Baniard, Viva voc (...)
  • 5 Cf. B. Merdrignac, « L’Énéide et les traditions anciennes des Bretons », Études Celtiques, 1983, 2 (...)

2Onze siècles plus tôt, alors que celle-ci connaissait un rayonnement incontestable dans la Bretagne carolingienne, l’abbé de Landévennec Wrdisten édifiait une œuvre hagiographique à la gloire de son patron saint Guénolé puisqu’on lui attribue au moins trois versions de la Vie de ce saint3. Les premiers chapitres de la Vita major qu’il a composée dans les années 870 s’inscrivent dans une perspective providentielle de l’histoire de la Bretagne qui ne dénoterait pas de celle qui ressort des lignes précédemment citées de son lointain successeur bénédictin. Avant d’enchaîner sur les malheurs de la Bretagne d’après Gildas, le premier chapitre s’ouvre sur une formule décalquée du dernier chant de l’Énéide (XII, 166) : « L’île de Bretagne d’où vint autrefois, à ce qu’on rapporte [ut vulgo refertur4] l’ancêtre de notre race [stirpis nostrae origo]. » En écho, le chapitre II enchaîne sur l’émigration de Fracan « illustre espoir d’une sainte lignée [spes prolis beatae] ». Si l’abbé de Landévennec reste volontairement discret « sur l’ancêtre de notre race », il est, par contre, plus disert sur Fracan qu’il présente comme le cousin de Catov, « roi de Bretagne5 ».

  • 6 Ibid., p. 200, remarque que, par contre, l’allusion n’est pas reprise dans l’Omelia pour la fête d (...)

3L’origine illustre des saints constitue, bien entendu, un cliché qui n’a rien de spécifique ni à l’hagiographie celtique, ni même à l’époque médiévale. Toutefois, en se contentant de faire simplement allusion à une tradition orale, Wrdisten laisse entendre que celle ci n’apporterait rien à son propos édifiant. En parant néanmoins cette tradition de la gloire virgilienne, l’hagiographe montre qu’il ne la rejette pas et qu’elle était alors suffisamment familière aux destinataires de la Vita major de saint Guénolé pour qu’il ne puisse s’abstenir d’y renvoyer6. Les mêmes précautions ne sont plus de mise à l’époque moderne dans les Vies de la Bretagne Armorique (1636) d’Albert Le Grand. Dans les pages consacrées à saint Guénolé, celui-ci va jusqu’à faire de Fracan le neveu de Conan Mériadec :

« Le valeureux et magnanime Prince Conan Meriadek qui avec son beau frère Derdon et son neveu Fragan, ieune seigneur de grande attente […] choisit pour son séjour ordinaire la cité de Nantes & en récompense des services que luy avoit faits son beau frère Derdon (naguère lors décédé) fit à son fils Fragan espouser une noble et riche dame nommée Gven, c’est-à-dire Blanche, leur donnant le gouvernement des contez de Leon & Cornoüaille… »

  • 7 A Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, Rennes, Ouest-France université, (...)
  • 8 B. Merdrignac, « L’Énéide et les traditions anciennes des Bretons », op. cit., p. 199-204 ; id., « (...)

4Rien n’autorise cependant à extrapoler en avançant que les traditions légendaires développées par le dominicain du xviie siècle étaient celles qui avaient cours du temps de Wrdisten, d’autant que les sources mises ici en œuvre par Albert Le Grand ne proviennent sans doute pas de Landévennec. En effet, les archives de l’abbaye conservaient un Cartulaire compilé milieu du xie siècle (1048-1057) qui rassemble à côté de la Vita de son fondateur une sélection de matériaux hagiographiques, liturgiques, diplomatiques et historiques. Celui-ci inclut notamment une liste généalogique [acte 54] des comtes de Cornouaille depuis les origines jusqu’au milieu du xie siècle. Ni Fracan, ni Derdon ni, à plus forte raison, Conan Mériadec ne figurent dans ce document. La même liste a été recopiée avec des variantes dans le Cartulaire de Quimperlé (fin xiie siècle) et dans celui de Quimper (milieu xive siècle), mais dans la mesure où « son contenu coïncide plus particulièrement avec le milieu documentaire » de l’abbaye de Landévennec, on peut supposer que c’est la version conservée dans le Cartulaire de cet établissement qui a servi de modèle aux deux autres7. C’est pourquoi, en hommage amical au père Marc Simon, je me propose de poursuivre ici une réflexion amorcée depuis plusieurs années sur la finalité de telles listes généalogiques8. Il ne s’agit pas de s’interroger sur l’historicité de ces constructions, pas plus que de revenir sur la figure légendaire de Conan Mériadec. C’est plutôt l’occasion de se demander quel « visage de la Bretagne » les moines du xie siècle qui ont juxtaposé parmi les actes du Cartulaire de Landévennec cette liste et le dossier hagiographique de saint Guénolé entendaient associer, « pour le meilleur et pour le pire », à leur perception du passé.

  • 9 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois…, op. cit., p. 78 ;B. Tanguy, « (...)
  • 10 B. Tanguy, « Les premiers temps médiévaux (ve-xiiie siècle) », op. cit., p. 94.
  • 11 J. Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle…, op. cit., p. 40-43.
  • 12 Comme l’a montré A.-Y. Bourgès, Le dossier hagiographique de saint Mélar. Textes, traduction, comm (...)
  • 13 Le début de cette liste a précédemment été commenté par A. Chédeville, dans A. Chédeville et H. Gu (...)

5Les spécialistes qui ont étudié les diverses versions de la « liste des comtes de Cornouaille » (comme est intitulé ce document dans le Cartulaire de Quimperlé) s’accordent en effet pour considérer celles-ci comme la juxtaposition de pièces d’origines disparates et pour souligner qu’elles sont incomplètes puisqu’elles ne mentionnent pas, notamment, Rivalon et Gourmaelon, pourtant attestés à la tête du comté de Cornouaille par des sources diplomatiques des ixe-xe siècles9. Bernard Tanguy établit que la première partie de la liste comtale devait se présenter sous forme de généalogie descendante 10 tandis que Joëlle Quaghebeur estime qu’il s’agit plutôt de la recension des titulaires successifs du pouvoir en Cornouaille sans qu’un lien de parenté biologique ait forcément existé entre eux11. Ces deux chercheurs conviennent qu’avant la mention de Gradlon Ploneour qui a sans doute été le protecteur de Landévennec au ixe siècle, les personnages mentionnés ne sont que des noms dont l’historicité ne peut être établie par aucun recoupement avec d’autres sources12. C’est pourtant cette première partie de la généalogie qui va nous retenir ici13.

– I –

  • 14 L. Fleuriot, « Old Breton Genealogies ans Early British Traditions », Bulletin of the Board of Cel (...)
  • 15 Sur la présence de tels personnages à la cour comtale de Cornouaille à la fin du xie siècle, cf. J(...)
  • 16 B. Tanguy, « De la Vie de saint Cadoc à celle de saint Gurthiern », EC, 26 (1989), p. 159-185.
  • 17 C. Thomas, And Shall These Mute Stones Speak ? Post-Roman Inscriptions in Western Britain, Woodbri (...)

6Il est à peine nécessaire de rappeler que ce type de source est particulièrement délicat à manier ne serait-ce qu’à cause des corruptions, interversions voire omissions qui ont dû intervenir au cours de leur transmission orale14. Ces généalogies médiévales ont d’abord été récitées ou chantées par des bardes. La Vita de saint Gurthiern (un avatar du chef breton Vortigern), compilée dans le Cartulaire de Quimperlé entre 1118 et 1127 par le moine Gurheden s’ouvre sur une Généalogie composée bénévolement (« non pour un bénéfice terrestre, mais céleste ») par un « chanteur d’histoire » nommé Juthaël. Il s’agit donc d’un barde, « professionnel de la mémoire15 », qui a dû, à titre gracieux pour la circonstance, communiquer ces informations historico-légendaires à l’auteur de la Vita. Mais ce dernier livre le nom de cet informateur : « Juthaël, fils d’Aidan ». On doit remarquer que si Juthaël est un nom porté aussi bien en Bretagne qu’au pays de Galles, par contre le nom du père de celui-ci, Aidan, emprunté à l’irlandais, est totalement inconnu en Bretagne au xiie siècle, alors qu’il est courant au pays de Galles. Juthaël était probablement originaire d’outre-Manche et s’est inspiré d’éléments qui se retrouvent dans diverses généalogies insulaires (dont celles de saint Cadoc et de saint Kentigern)16. En effet, à la source de telles listes généalogiques se décèle une pratique funéraire et liturgique répandue dans toute l’Église dès le ive siècle : l’inscription des défunts aux dyptiques qui étaient lus par le célébrant durant la messe équivalait à une sorte de canonisation avant la lettre. Cet usage est attesté, en Bretagne, dès le viie-viiie siècle, par la Vita Ia Samsonis dont l’auteur présente les noms du père et de la mère de Samson en affirmant avoir « maintes fois entendu lire près de l’autel de saint Samson dans la messe chantée le nom de ses deux parents, chacun une fois (I, 1) ». Il ne restait qu’à établir des liens de parenté entre tous ces noms pour qui on priait à l’église. Charles Thomas démontre qu’un des plus célèbres et des plus anciens documents généalogiques gallois, la Cognatio Brychan est l’aboutissement d’une telle démarche. Cette généalogie qui dote Brychan, le roi éponyme du Brycheinog, d’une nombreuse descendance, aurait été confectionnée à partir de dyptiques qui associaient aux noms de Brychan et de son fils Cynog, les noms des notables et héros chrétiens du royaume17.

  • 18 Cf. B. Merdrignac et A. Chédeville, Les sciences annexes en histoire médiévale, Rennes, PUR, 1998, (...)
  • 19 P. C. Bartrum, Early Welsh Genealogical Tracts, Cardiff, 1966. Cf. R. Bromwich, Trioedd Ynys Pryde (...)
  • 20 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois…, op. cit., p. 81.

7De telles listes généalogiques relèvent donc à la fois de la mythologie du pouvoir et de sa transmission. En amont, elles le légitiment par le mythe ; en aval, elles en suivent la transmission18. À condition de ne pas chercher dans ces sources généalogiques davantage que ce pour quoi elles sont faites, la démarche qui semble s’imposer est de comparer les listes généalogiques de Cornouaille avec celles qui ont été conservées pour la Domnonée continentale mais aussi insulaire, britannique. Dans cette optique, il vaut la peine de mettre en rapport des extraits de la liste princière de Cornouaille [I] présentée dans le Cartulaire de Landévennec, la généalogie de saint Winnoc [II] qui entend (à tort ou à raison) associer ce saint à la dynastie de Domnonée armoricaine, et les listes des rois de Domnonée insulaire transmis par deux documents généalogiques gallois tardifs : l’Ach Morgan ab Owain du Jesus College ms. 20 [III] dont la source est antérieure à 1200 et le Bonedd Y Saint [IV], compilé au xiie siècle. Ces deux documents ont été examinés tour à tour par Rachel Bromwich, Suzan Pearce et Charles Thomas19. Une première lecture de ce tableau permet de constater que les différentes listes qu’il associe sont indépendantes les une des autres. Les chevauchements entre elles que notre présentation tente de faire ressortir amènent donc à nous interroger sur leur signification. Au préalable, il faut étendre à l’ensemble de la documentation réunie ici, les conclusions qu’a tirées André Chédeville de l’étude des généalogies de Cornouaille : c’est une « liste artificielle qui a regroupé de manière suivie des personnages dont l’existence et le titre paraissaient certains, d’autres qui ont été de simples chefs locaux dont la tradition garda le souvenir, d’autres enfin purement légendaires 20… ».

  • 21 P.-C. Bartrum, Early Welsh Genealogical Tracts, Cardiff, 1966, p. 2 : « + BRITU A<U>T<E>M FILIUS GUARTI (...)
  • 22 P.-R. Giot, Ph. Guigon et B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, op. cit., p. 79-80.
  • 23 Cf. A.-Y. Bourgès, Le dossier hagiographique de saint Mélar…, op. cit., p. 138.

8Certaines généalogies galloises pourraient avoir été consignées dès la première moitié du ixe siècle. Ainsi le Pillar of Elyseg (Llandysilio-yn-Iâl), érigé par le roi de Powys Cyngen (†855), fait remonter cette dynastie à « Britu, fils de Gorthigirn (Vortigern) que bénit saint Germain et que lui produisit ( ?) Severa, la fille de Maxime, le roi qui tua le roi des Romains21 ». L’usurpation de Maxime (383-388) est un événement bien attesté historiquement. Ce général d’origine espagnole placé à la tête de l’armée de Bretagne s’est soulevé contre l’empereur Gratien en 383. Il franchit la Manche avec ses troupes et prit le pouvoir à Trèves. Théodose, occupé en Orient, toléra durant quelque temps l’usurpation de son compatriote, tant que celui-ci se contenta de la préfecture des Gaules. Mais lorsqu’en 388 Maxime menaça Rome, il fut vaincu et tué à Aquilée et son armée fut dispersée22. Cette inscription constitue donc un témoignage précoce de l’impact de la mémoire de cet événement dans les traditions bretonnes de part et d’autre de la Manche. Toutefois, une double difficulté vient compliquer la présente enquête. En effet, d’une part, à la différence des plus anciennes généalogies conservées au pays de Galles, les documents généalogiques proprement dits dont on dispose tant pour la Bretagne que pour la Domnonée insulaire ne sont guère antérieurs au xiie siècle, époque où ce genre littéraire fleurit partout en Occident. D’autre part, à l’exception précisément de la liste cornouaillaise, ces sources sont extérieures aux régions concernées. Les listes des rois de Domnonée insulaire ne sont connues que par des documents rédigés au pays de Galles et les plus développées des généalogies bretonnes n’interviennent que dans quelques Vitae tardives de saints bretons soit composées loin de la Péninsule (Vita Winnoci), soit inspirées de sources insulaires (Vita Gurthierni)23.

– II –

  • 24 A chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, op. cit., p. 79.
  • 25 J. Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle…, op. cit., p. 40, n. 126 et p. 43.
  • 26 Cette étymologie est fantaisiste. Il vaut mieux rétablir Mur Marchou : « le grand chevalier ».

9À la base de la liste des princes de Cornouaille [I] se trouve Rivelen Mor Marthou (« le grand chevalier ») dont, selon André Chédeville24, Rivelen Marthou constitue probablement un doublet. Sous diverses formes (Rivelen, Riwalon), ce nom a été porté à plusieurs reprises durant le haut Moyen Âge par les détenteurs du pouvoir en Cornouaille, mais paradoxalement, les mieux connus d’entre eux, Riwalon (sans doute beau-frère de Nominoé) et Rivelen (frère de Salomon) ne sont pas mentionnés dans la dernière partie de la liste qui concerne la période carolingienne25. Si l’on se fie à l’auteur anonyme de la Chronique de Saint-Brieuc (xive siècle), le Rivelen Mor Marthou qui ouvre la liste cornouaillaise pourrait être assimilé à Riwal que diverses sources hagiographiques du haut Moyen Âge donnent comme le premier prince de Domnonée. Il mentionne, en effet, « l’arrivée de Rivallon ou Rival Meurmarzou (nom breton qui se traduit par “de grandes merveilles 26”) qui fut par la suite roi des Bretons » (c. 104). Or, à Landévennec même, au ixe siècle, la Vita de saint Guénolé (I, 18) qualifiait Rivalus de « chef du pays de Domnonée » (Domnonicae partis ducem) tandis que la seconde Vita de saint Guénaël (à peu près contemporaine) fait de lui, sous la forme Rigimalus (Ragmialus), un roi de Cornouaille. La Vita de saint Lunaire (écrite au ixe-xe siècle ?) attribue à Riwal la fondation d’un royaume double : « Il y eut en Bretagne, de l’autre côté de la mer, un homme nommé Riwal qui, le premier, vint habiter dans notre province, de ce côté-ci de la mer, et qui fut le chef [dux] des Bretons des deux côtés de la mer » (c. 28). Riwal aurait donc été revendiqué à la fois comme ancêtre fondateur par les dynasties domnonéenne et cornouaillaise. Une tentative pour concilier les deux traditions pourrait rendre compte de la liste abrégée qui introduit la Chronique de Dol au xie siècle. Elle présente Riwal comme le premier des quatre souverains qui, au-dessus des princes locaux, auraient régné sur l’ensemble de la Bretagne.

  • 27 P. Le baud, « La genealogie des Roys, Ducs et Princes de Bretaigne » (éditée par J. Kerhervé), G. (...)
  • 28 L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, Payot, 1980, p. 185. Cf. M. Planiol, Histoire des (...)

10Une précision chronologique est apparemment apportée par une généalogie (sans doute en provenance de l’abbaye de Saint-Méen de Gaël) qui a été insérée au xie siècle, par un moine de Bergues, au début de la Vita de saint Winnoc, le patron (de souche bretonne ?) de son abbaye [II]. « Riwal duc de Bretagne était le fils de Deroch, fils de Withol, fils d’Urbien, fils de Catov, fils de Gerenton. Ce Riwal, venant de Grande-Bretagne avec une multitude de navires prit possession de toute la petite Bretagne, à l’époque de Clotaire, roi des Francs qui était le fils de Clovis. » Cette même liste (aux formes des noms près) est reprise par l’historien du bas Moyen Âge Pierre Le Baud dans la Généalogie des Roys, ducs et princes de Bretaigne (1496) qui expose le « lignaige royal » de Rinvallons Murmazou, confirmant ainsi l’identité de celui-ci avec Riwal dans l’esprit des lettrés médiévaux27. Le synchronisme fourni par la Vita de saint Winnoc permettrait-il de situer chronologiquement la venue de Riwal en Bretagne continentale ? Léon Fleuriot, à la suite de Marcel Planiol, rapprochait cette citation de la Vita d’une entrée du Chronicon Britannicum : « En l’an 513, du temps de Clotaire, les Bretons d’Outremer vinrent en petite Bretagne. » Il citait aussi l’Histoire de Bretagne du même Pierre Le Baud (1505) qui précisait que « Riwallus, comte royal, pria Clotaire en son palais a Paris quil lui laissast posseder et exercer en paix ladite province avec tous ceux qu’il avoit amenez deça la mer et que Clotaire lui donna congé de lhabiter, cultiver, se posseder, donner et vendre SOUS SA PAROLE… ». L’historien médiéval se référait ici à une source (perdue) rédigée par Ingomar, grammaticus de Saint-Méen de Gaël durant le premier tiers du xie siècle. La formule « sous sa parole », comme l’a remarqué Marcel Planiol, est la transposition de l’expression sub uerbo des diplômes mérovingiens28. Il n’est donc pas à exclure que cette tradition, quelle que soit sa valeur historique, s’appuie sur des sources remontant au haut Moyen Âge.

  • 29 L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne…, op. cit., p. 189.

11Ce n’est pas le lieu de détailler les querelles de succession entre les premiers mérovingiens. En bref, à la mort de Clovis (511) le royaume de celui-ci a été partagé entre ses quatre fils : Thierry (511-534) reçut le royaume de Reims ; Clodomir (511-524), celui d’Orléans ; Childebert (511-558), celui de Paris et Clotaire (511-561), celui de Soissons. C’est pourquoi, on peut être surpris de voir intervenir dans cette documentation Clotaire, qui avait hérité du royaume salien primitif, plutôt que Childebert, plus familier aux auteurs bretons et dont le royaume était limitrophe de la péninsule armoricaine. L’explication qui vient d’abord à l’esprit est que le moine de Bergues auteur de la Vita de saint Winnoc a jugé bon d’adapter sa source à la situation locale, son établissement étant situé dans l’ancien royaume de Soissons. Mais le plus probable est que l’on a simplement affaire à une confusion. En effet, il avait échappé à Léon Fleuriot que Pierre Le Baud situe le palais de Clotaire à Paris, où siégeait, en fait, Childebert. Sans doute ne faut-il pas demander aux sources hagiographiques plus de précisions qu’elles ne prétendaient en apporter ? D’ailleurs, une version de la Vita de saint Lunaire qui a eu cours dans le diocèse d’Arras confond, quant à elle, Childebert et Childéric (457-481) le père de Clovis, prenant l’un pour l’autre, et indiquant qu’alors « Childéric roi de France commandait simultanément en Bretagne d’outre-mer », là où une autre version de la même Vita présente « le roi Gilbert [= Childebert] qui en ce temps-là régnait en France ainsi qu’en Bretagne ». Il semble hasardeux de déduire de cette dernière assertion, à la suite de Léon Fleuriot, que « Childebert (et d’autres rois francs peut-être) ont pu prétendre un moment dominer la Grande Bretagne29 ».

  • 30 Sur les rapports entre Landévennec et Gradlon, cf. à présent les développements suggestifs de J. Q (...)
  • 31 J.-L. Deuffic, Le Cartulaire de Landévennec (« notes et commentaires sur les chartes »), Britannia (...)
  • 32 A Chédeville et H Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, op. cit., p. 78.
  • 33 G. Lagarigue (éd.), « Salvien de Marseille », Œuvres, t. II : Du Gouvernement de Dieu, Paris, Cerf (...)

12Parmi les premiers des successeurs de Rivelen Meur Marthou (alias Riwal), Concar (Congar) est inconnu par ailleurs en Cornouaille, mais il peut être rapproché de Kyngar, fils de Iestin (Justinus), d’après l’Ach Morgan ab Owain [III]. Par contre, Gradlon Mur est le roi légendaire de Cornouaille qui fait de la figuration dans la Vita de saint Guénolé. Au même titre que celui de Rivelen, le nom a été porté jusqu’au xie siècle dans la famille des comtes de Poher et de Cornouaille, puis des seigneurs de Châteaulin. Il ferait à lui seul l’objet d’un autre article30 ! Par ailleurs, on a jugé invraisemblable la précision qui fait de Daniel Drem Rud (« au visage rouge ») un « roi des Alamanni31 ». Mais s’il était possible de corriger Alamanni en Albani (pour Albiones, « les habitants d’Albion »), on pourrait comprendre que Daniel a dirigé un royaume double sur les deux bords de la Manche32. La restitution n’a rien d’acrobatique dans la mesure où elle peut être étayée par un passage du Gouvernement de Dieu (De Gubernatione Dei, v. 440-450) de Salvien de Marseille. Cet auteur énumère les « sobriquets » de certains peuples barbares impliqués dans les Bagaudes qui ont soulevé contre la fiscalité impériale les populations d’entre Loire et Seine (mais aussi d’autres régions) à trois reprises durant la première moitié du ve siècle. À côté de l’« impudicité » des Huns, de la « perfidie » des Francs ou de l’« intempérance » des « Alamans » (ou plutôt des « Alains »), il dénonce la « rapacité » des Albani (D.G.D., IV, 68). Les copistes médiévaux n’ont manifestement pas compris cette dernière proposition33. La plupart des éditeurs ont préféré ici restituer le mot Alani (« Alains ») à la place de la lectio difficilior Albani. Cette apparente incohérence des manuscrits peut être résolue si l’on suppose que Salvien désignait ainsi des populations originaires d’Albion, c’est-à-dire des Bretons incorporés dans l’armée romaine en Gaule aux côtés des autres mercenaires barbares et passés du côté des révoltés. Dès lors, une erreur de transmission du même ordre pourrait rendre compte de la curieuse précision concernant Daniel Drem Rud en lui restituant un semblant d’historicité.

  • 34 Le même processus intervient simultanément en Vannetais dont le nom de Bro Erec vient de celui du (...)

13On a, évidemment, aussi mis en cause l’existence de Maxenri (corrigé en Maxenti), sous prétexte que les reliques de saint Maixent ne sont arrivées en Bretagne qu’au ixe siècle. En fait, à la suite d’André Chédeville, il faut sûrement rétablir Maxen Ri (« Le roi Maxime ») et faire le rapprochement avec Maxen Wledic, avatar gallois de l’usurpateur du ve siècle, Maxime dont la carrière a été retracée plus haut. Quant à Budic, dont l’historicité est attestée par Grégoire de Tours et dont le nom revient à plusieurs reprises dans le Cartulaire de Landévennec, il a été proposé de l’assimiler au « Budic, filius Cybrdan, natus de Cornugallia », qui figure dans le Livre de Llandaff. Comme on l’a rappelé plus haut à propos de la Vita de saint Gurthiern, il est évident que des traditions généalogiques et hagiographiques ont circulé tardivement entre la Cornouaille et le pays de Galles, avec tous les risques de confusions et d’erreurs que cela implique. Au milieu xiie siècle, la Vita de saint Oudocui, successeur de son oncle Teilo sur le siège épiscopal de Llandaff, fait de son héros le fils de Budic. Celui-ci, natif de Cornouaille armoricaine (Cornugallia), aurait été « expulsé de son pays » et se serait réfugié « avec sa flotte » en Dyfed où il se serait marié. À la mort de leur roi, les habitants d’Armorique l’auraient rappelé à leur tête. « Il emmena sa femme enceinte et toute sa famille, dirigea sa flotte vers son pays, et régna sur toute l’Armorique. » À plus forte raison que les rédacteurs des généalogies cornouaillaises tardives, les clercs gallois médiévaux ont dû confondre et combiner approximativement les bribes de traditions continentales dont ils avaient vent. L’auteur de la Vita de saint Oudocei ne va-t-il pas jusqu’à affirmer que l’Armorique du temps de Budic « s’étendait jusqu’aux Alpes », ce qui suppose qu’il avait sans doute lu Nennius ? Par contre, il est beaucoup plus intéressant d’apprendre de sa part, un peu plus loin, que « la Cornouaille fut ensuite appelée Cerniu Budic ». Équivalent de la forme bretonne Kerneo ce terme gallois (Cernyw) démarque directement le nom latin Cornovia qui s’applique indifféremment à la Cornouaille bretonne et au Cornwall britannique. Le fait que le nom d’un chef (Budic) soit apposé à la dénomination ethnique (Cerniu) de son territoire laisse à penser que l’hagiographe a transmis ici une appellation qui a toutes les chances de remonter au haut Moyen Âge34.

– III –

  • 35 B. Merdrignac, « L’Énéide et les traditions anciennes des Bretons », op. cit., p. 201 et n. 20.

14Tournons-nous à présent vers l’ascendance de Riwal, comme y incite la généalogie de Domnonée continentale transmise par la Vita de saint Winnoc [II]. Une première suture s’effectue au niveau d’Urbien qui peut être rapproché d’Erbin, donné dans les deux généalogies galloises comme le père de Gereint. Plutôt que de tenter d’expliquer les inexplicables incohérences qui résultent des chassés-croisés entre générations, il vaut mieux en déduire deux remarques. D’une part, le récit arthurien Gereint vab Erbin dont le titre évoque ces deux personnages fait écho au roman d’Érec et Énide de Chrétien de Troyes. Il a été montré que le nom d’Érec dérivait de celui de Waroc, l’éponyme du Broërec, tout comme celui d’Énide venait de Gwened (= Vannes). À un moment ou un autre de son élaboration, la légende s’est donc développée aussi en Vannetais, zone d’expansion des chefs bretons de Cornouaille au cours du vie siècle, comme l’atteste l’Historia Francorum de Grégoire de Tours. D’autre part, ce nom de Gereint, repris sous la forme Gerentonus dans la généalogie de Bergues, est attesté à plusieurs reprises parmi les chefs de Domnonée insulaire. Dès lors, il n’est pas aventuré de voir dans les porteurs de ce nom, des membres de la famille de Gerontius, le général breton de Constantin III (407-411) qui usurpa le pouvoir impérial dans le Sud de la Gaule et en Espagne à la fin de la première décennie du ve siècle. Au siècle suivant, ce même nom de Gerontia est porté par la mère, très probablement de souche bretonne, de sainte Geneviève. Encore à la fin du viie siècle Aldhelm, abbé de Malmesbury, correspond (vers 675-705) avec un certain « Gerontius, roi de Domnonée ». Le Livre noir de Carmarthen reprend des chants (ixe-xe siècles) célébrant la mort héroïque de Gereint, « à la tête des braves de la terre de Dywneint [Domnonée] », lors de la bataille de Llongborth (Langport, Somerset ?) et ce personnage figure aussi bien dans la Vita de saint Teilo (xiie siècle) que dans la Vita doloise de saint Turiau35.

  • 36 La Vita de celui-ci a circulé en Bretagne puisque la généalogie de saint Gurthiern s’inspire – ent (...)
  • 37 S. Kelly, « A note on Arthur’s round table and the welsh life of saint Carannog », Folk-Lore, vol. (...)
  • 38 B. Merdrignac, « L’Énéide et les traditions anciennes des Bretons », op. cit., p. 201-202.

15Catovius (Cado ou Cadwy) le fils de Gerenton (Gereint) selon la généalogie de saint Winnoc recoupée par le Bonedd Y Saint [IV] porte le même nom qu’un saint panceltique36. Il a sans doute dû aussi bénéficier de poèmes épiques à sa gloire puisqu’il est mentionné dans la liste des héros du Rêve de Rhonabwy et du Rêve de Mascen Wledig. Une Vita galloise de saint Carantoc (xiie siècle) le présente comme régnant avec Arthur sur la Domnonée alors que ce dernier s’empare de l’autel du saint pour tenter d’en faire une table dont certains chercheurs ont supposé qu’elle pourrait être à l’origine du mythe de la Table ronde37. Des traditions avaient cours sur son compte en Bretagne dès l’époque carolingienne, puisque Wrdisten le présente comme apparenté à saint Guénolé38.

16Au niveau de Custennin Gornev (« de Cornouaille »), qui serait le grand-père de Gereint selon les généalogies galloises, on rencontre un personnage dont l’historicité est un peu mieux établie. Celui-ci peut, en effet, selon toute vraisemblance être assimilé au Constantinus de Domnonée qui figure au premier rang des tyrans admonestés par Gildas dans le De Excidio (28). « Le roi Constantin, lionceau tyrannique de l’immonde lionne de Domnonée » se voit reprocher sans ménagement ses meurtres et ses nombreux adultères. Custennin serait lui-même fils de Kynfawr. Ce dernier nom est l’équivalent de celui du « comte » breton Chonomoris dont l’existence historique durant la première moitié du vie siècle est attestée par Grégoire de Tours. Il a donc très probablement exercé son pouvoir de part et d’autre de la Manche. Sous la forme Conomorus/Commorus, le nom de ce personnage revient fréquemment dans l’hagiographie bretonne où il joue le plus souvent le mauvais rôle, tout comme, dans les mêmes textes, Childebert incarne le bon souverain franc. La Vita de saint Paul Aurélien composée à Landévennec en 884 par Wrmonoc, disciple de l’abbé Wirdosten, donne la forme complète du nom du roi de Domnonée insulaire Marcus Quonomorus que rencontre le saint avant de passer sur le continent. Or il existe en Cornwall, à proximité du fort de Castel Dore, à Carhays (appelé localement « château du roi Marc ») une inscription qui a été déchiffrée :

Drustanus hic iacit Cunomori filius
(« Ci-gît Drustanus, fils de Cunomorus »)

  • 39 A.-Y. Bourgès, « Commor entre le mythe et l’histoire : profil d’un chef breton du vie siècle », MS (...)
  • 40 L. Pape, La Bretagne romaine, Rennes, Ouest-France Université, 1995, p. 257-258 et 263-264.
  • 41 A.-Y. Bourgès, « Commor entre le mythe et l’histoire… », op. cit., p. 427.

17Le premier nom est une forme primitive de Drystan (le Tristan dont les romans bretons font le neveu du roi Marc). Le fait que celui-ci soit mis en rapport avec Conomor par l’inscription cornique suggère que l’équation établie par l’hagiographie breton du ixe siècle entre Marc et Conomor n’était pas de son cru. Sinon, il faudrait supposer non seulement qu’il avait connaissance de l’inscription (ce qui est probable), mais aussi qu’il était au courant de l’existence à Fowey d’un « château du roi Marc » sur qui avaient déjà cours des traditions orales attestées ultérieurement dans la littérature profane. L’identification de Conomor au roi Marc de la légende a conduit André-Yves Bourgès à avancer l’hypothèse séduisante selon laquelle Conomor aurait pu porter les tria nomina de *Marcus Aurelius Commorus et être le descendant de Marcus Aurelius Carausius39. À l’extrême fin du iiie siècle, ce dernier, chargé de la défense des côtes de la Manche, s’était proclamé empereur (287) et était parvenu à s’imposer en Bretagne et sur une portion de la Gaule jusqu’à son assassinat (293) par un de ses officiers. Constance, césar de l’empereur Maximien chargé de la Gaule, ne parvint à rétablir l’ordre qu’en 29640. Il est séduisant de rechercher dans ces événements l’origine de la puissance de la famille brittoromaine des Aurelii dont « l’instrument essentiel de l’exercice du pouvoir aurait été la maîtrise du mare Britannicum depuis le Bas-Empire jusqu’au haut Moyen Âge41 ».

  • 42 R. Bromwich, « First transmission to England and France », R. Bromwich, A. O. H. Jarman etB. F. R (...)
  • 43 B. Tanguy, « De la Vie de saint Cadoc à celle de saint Gurthiern », op. cit.

18Le fait que les généalogies galloises fassent de Kynwawr l’arrière petit-fils de « Cynan [Kynan] m. Eudaf hen [ap Evdaf] » place le floruit de celui-ci dans le dernier tiers du ive siècle, c’est-à-dire, effectivement, à l’époque de l’usurpation de Maxime. Pourtant, force est de constater que les sources hagiographiques de Bretagne continentale du haut Moyen Âge dans lesquelles Conomor tient une place importante, ne font aucune allusion à son ancêtre historico-légendaire Conan Mériadec. À l’inverse, le surnom de Meriadec n’apparaît pas dans la littérature prophétique du pays de Galles, notamment dans l’Armes Prydein, composée vers 930. Cynan y est cité avec Catwalad(y)r, comme l’un des « deux libérateurs promis qui reviendront un jour pour conduire les Gallois à la victoire contre les Saxons42 ». Dans la Généalogie de saint Gurthiern, première source bretonne à mentionner Kenan (« à peine démarqué du gallois Kynan43 »), celui-ci fait donc figure de produit d’importation. Ce texte présente son héros comme le lointain descendant de

  • 44 Ibid., p. 356-358.

« […] Beli, fils d’Outham Senis [Eudaf Hen dans l’Ach Morgan ob Owain et le Bonned y Saint ; Octavius, chez Geoffrey de Monmouth], fils de Maximianus, fils de Constantinus, fils d’Hélène qui eut, dit-on, la croix du Christ […] Beli et Kenan [Conan Mériadec], fils d’Outham Senis. Kenan lui-même exerça le pouvoir quand les Bretons allèrent à Rome. Là-bas, ils tinrent la Laeticia [la péninsule Armoricaine] et le reste 44… »

19Même si interfèrent confusément ici des éléments empruntés à plusieurs anciennes généalogies galloises, cette généalogie compilée avant la rédaction de l’Historia Regum Britanniæ de Geoffroy de Monmouth témoigne de la popularité de Conan Mériadec (Kenan) en Bretagne et se réfère à une tradition distincte de celle imposée ultérieurement par Geoffroy. Tout ce que l’on peut déduire de la mention de Kenan dans la Vita de saint Gurthiern, c’est qu’il n’était pas alors totalement inconnu en Bretagne, sinon Gurheden n’aurait eu aucun intérêt à reprendre les données le concernant pour glorifier saint Gurthiern, le patron de Sainte-Croix de Quimperlé. On tient peut-être ainsi une éventuelle explication au silence apparent des sources bretonnes continentales du haut Moyen Âge à propos de Conan. Leur fiabilité historique est restreinte, on ne le répétera sans doute jamais assez. Mais si Conan et Conomor étaient alors considérés (à juste titre ou non) comme appartenant au même lignage, il est évident que la mauvaise réputation qui s’attachait à ce dernier dans les documents hagiographiques ne pouvait que rejaillir sur son ancêtre présumé.

20Un récit légendaire, consigné au xiie siècle au pays de Galles, Le Songe de Maxime (Breuddwyd Maxen) vient compléter le puzzle en racontant l’union de l’empereur Maxime avec Elen Luydawc, fille d’Eudaf et sœur de Cynan Meiriadoc qui sauve l’Empire avant de se fixer en Armorique. Curieusement, la généalogie de la dynastie domnonéenne fait de Cynan le fils d’Eudaf Hen alors que le Breuddwyd Maxen associe celui-ci à Cærnarvon (pays de Galles).

  • 45 Cf. R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècles). Essai d’anthropologie soc (...)
  • 46 Cf. P.-R. Giot, Ph. Guigon et B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, op. cit., p. 100-10 (...)

21Le Pillar of Elyseg au milieu du ixe siècle atteste, comme on l’a vu, de la prétention des rois de Powys à se rattacher à Maxime par l’intermédiaire de Gorthigirn (Vortigern), devenu Gurthiern de ce côté-ci de la Manche45. D’autres dynasties du Nord du pays de Galles ainsi que celle du royaume de Dyfed prétendaient aussi remonter à Maxime46. À ce degré, la généalogie relève donc davantage de la mythologie du pouvoir que de sa transmission historique Ce sont des secrets de famille que nous livrent ces sources confuses. Toutefois, les points de suture que l’on s’est efforcé ici de faire ressortir entre les bribes de généalogies qui nous ont été transmises pour la Bretagne continentale et la riche documentation conservée en Grande-Bretagne laissent à penser que les familles dominantes se targuaient des mêmes origines pour asseoir leur pouvoir. Des chefs comme Riwal, Conomor et des saints prestigieux comme Samson, Paul Aurélien et peut-être Guénolé lui-même, sont censés se rattacher à la famille des Aurelii-Aureliani qui a pu effectivement jouer un rôle historique important à l’époque de la migration bretonne. Ces filiations sont bien entendu totalement invérifiables en termes de parenté biologique et là n’est sans doute pas le propos des clercs qui ont compilé ces fragments forgés artificiellement. Mais les traditions historiques ou mythiques auxquelles ils se réfèrent, de part et d’autre de la Manche, figurent la légitimité d’un pouvoir fondé, en définitive sur la mémoire de Rome.

Notes

1 M. Simon, L’abbaye de Landévennec de saint Guénolé à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1985, p. 17.

2 La date de 1985 retenue pour cette célébration se référait à celle de 485 avancée au xixe siècle par l’historien de la Bretagne Arthur Le Moyne de La Borderie pour situer la fondation de Landévennec. Les recherches archéologiques menées par Annie Bardel sur le site de l’ancienne abbaye ne viennent pas infirmer cette datation qui reste néanmoins très conjecturale.

3 J.-C. Poulin, « Le dossier hagiographique de saint Guénolé de Landévennec (Province de Bretagne) », Francia, band 23/1 (1996), p. 167-205.

4 Sur la portée du terme vulgus chez les auteurs de l’époque carolingienne, cf. M. Baniard, Viva voce. Communication écrite et communication orale du ive au ixe siècle en Occident latin, Paris, 1992, p. 420-421.

5 Cf. B. Merdrignac, « L’Énéide et les traditions anciennes des Bretons », Études Celtiques, 1983, 20/1, p. 199-205.

6 Ibid., p. 200, remarque que, par contre, l’allusion n’est pas reprise dans l’Omelia pour la fête du saint, ni dans la version abrégée de la Vita destinée à Jean d’Arezzo.

7 A Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, Rennes, Ouest-France université, 1984, p. 77-82 ; B. Tanguy, « Les premiers temps médiévaux (ve-xiiie siècle) », Y. Le gallo, Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean d’Angely, Bordesolles, 1991, p. 93-94 ; J. Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle. Mémoire, pouvoirs, noblesse, Rennes, PUR, 2003, p. 40 et n. 121 remarque que la Chronique de Dol (seconde moitié du xie siècle) donne une suite de rois proche du Cartulaire de Landévennec « sans que l’on puisse déterminer si elle procède de cette dernière liste ou d’un autre état antérieur ».

8 B. Merdrignac, « L’Énéide et les traditions anciennes des Bretons », op. cit., p. 199-204 ; id., « Ut uulgo refertur… : tradition orale et littérature hagiographique en Bretagne au Moyen Âge », C. Laurent, B.Merdrignac et D. Pichot (éd.), Mondes de l’Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes, pur-shab, 1998, p. 105-114 ; id., « Les listes généalogiques insulaires et continentales », P.-R. Giot, Ph. Guigon et B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, Rennes, PUR, 2003, p. 97-100.

9 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois…, op. cit., p. 78 ;B. Tanguy, « Les premiers temps médiévaux (ve-xiiie siècle) », op. cit., p. 94 ; J. Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle…, op. cit., p. 43.

10 B. Tanguy, « Les premiers temps médiévaux (ve-xiiie siècle) », op. cit., p. 94.

11 J. Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle…, op. cit., p. 40-43.

12 Comme l’a montré A.-Y. Bourgès, Le dossier hagiographique de saint Mélar. Textes, traduction, commentaires, Britannia Monastica, 5, 1997, p. 138-141, et contrairement à une idée reçue, la généalogie qui ouvre la Vita de saint Méloir provient, d’une tradition (domnonéenne ?) indépendante de la liste qui figure dans le Cartulaire de Landévennec. Elle a été alignée plus ou moins habilement sur celle-ci par un remanieur postérieur. Sur ce document, cf. A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, op. cit., p. 79-81 et B. Tanguy, « Les premiers temps médiévaux (ve-xiiie siècle) », op. cit., p. 94.

13 Le début de cette liste a précédemment été commenté par A. Chédeville, dans A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois…, op. cit., p. 77-82.

14 L. Fleuriot, « Old Breton Genealogies ans Early British Traditions », Bulletin of the Board of Celtic Studies, XXVI-1 (1974), p. 1-6.

15 Sur la présence de tels personnages à la cour comtale de Cornouaille à la fin du xie siècle, cf. J. Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle…, op. cit., p. 145.

16 B. Tanguy, « De la Vie de saint Cadoc à celle de saint Gurthiern », EC, 26 (1989), p. 159-185.

17 C. Thomas, And Shall These Mute Stones Speak ? Post-Roman Inscriptions in Western Britain, Woodbridge, The Boydell Press, 1994, p. 150-151.

18 Cf. B. Merdrignac et A. Chédeville, Les sciences annexes en histoire médiévale, Rennes, PUR, 1998, p. 178-179.

19 P. C. Bartrum, Early Welsh Genealogical Tracts, Cardiff, 1966. Cf. R. Bromwich, Trioedd Ynys Prydein. The Welsh triads, Cardiff, 2e ed., 1978 ; S. M. Pearce, The Kingdom of Dumnonia, Padstow, 1978 ; C. THOMAS, And Shall These Mute Stones Speak…, op. cit.

20 A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois…, op. cit., p. 81.

21 P.-C. Bartrum, Early Welsh Genealogical Tracts, Cardiff, 1966, p. 2 : « + BRITU A<U>T<E>M FILIUS GUARTI
GIRN> QUE(m) BENED>IXIT> GERMANUS QUE(m)
<QU>E PEPERIT EI SE<V>IRA FILIA MAXIMI
<RE>GIS QUI OCCIDIT REGEM ROMANO
RUM +… »

22 P.-R. Giot, Ph. Guigon et B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, op. cit., p. 79-80.

23 Cf. A.-Y. Bourgès, Le dossier hagiographique de saint Mélar…, op. cit., p. 138.

24 A chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, op. cit., p. 79.

25 J. Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle…, op. cit., p. 40, n. 126 et p. 43.

26 Cette étymologie est fantaisiste. Il vaut mieux rétablir Mur Marchou : « le grand chevalier ».

27 P. Le baud, « La genealogie des Roys, Ducs et Princes de Bretaigne » (éditée par J. Kerhervé), G. Le menn et J.-Y. Lemoing (éd.), Bretagne et Pays Celtiques. Langues, Histoire, Civilisation. Mélanges offerts à la mémoire de Léon Fleuriot, Saint-Brieuc-Rennes, 1992, p. 539.

28 L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, Payot, 1980, p. 185. Cf. M. Planiol, Histoire des Institutions de la Bretagne (droit public et droit privé), Rennes, 1953, t. I, p. 268, n. 39.

29 L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne…, op. cit., p. 189.

30 Sur les rapports entre Landévennec et Gradlon, cf. à présent les développements suggestifs de J. Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle…, op. cit., p. 39-57. La mention de plusieurs Gradlon (historiques ou légendaires) lui paraît impliquer que ce nom était associé symboliquement à la légitimité du pouvoir en Cornouaille. Elle restitue ainsi (à la suite de B. Tanguy) son historicité à Grallon Plounéour en qui elle incline à voir (p. 45) l’un des « comtes voués à la défense des côtes à la fin du ixe siècle ».

31 J.-L. Deuffic, Le Cartulaire de Landévennec (« notes et commentaires sur les chartes »), Britannia Christiana – Bretagne Monastique, fasc. 5/2, printemps 85, p. 12, fait remarquer que Pierre le baud, Histoire de Bretagne, p. 91, cite la Chronique des rois bretons armoricains : « Daniel Drem-ruz se fist roi des Allemans et espousa à Pavie la fille de l’empereur des Romains […] eut en dot Tuscanne et Lombardie et fut en son temps le plus superbe et le plus puissant des rois d’Occident. »

32 A Chédeville et H Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, op. cit., p. 78.

33 G. Lagarigue (éd.), « Salvien de Marseille », Œuvres, t. II : Du Gouvernement de Dieu, Paris, Cerf, 1975, p. 286, retient les leçons : l. 38 « ebrietas Alamani » et l. 39 « rapacitas Alani », mais signale les variantes l. 38 « Alani » et l. 39 « Albani », d’après les deux manuscrits les plus anciens et les plus fiables. Cf. P.-R Giot, Ph. Guigon et B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, op. cit., p. 80.

34 Le même processus intervient simultanément en Vannetais dont le nom de Bro Erec vient de celui du chef breton Waroc à qui l’Historia Francorum de Grégoire de Tours consacre de larges développements. Cf. P.-R. Giot, Ph. Guigon et B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, op. cit., p. 115-116.

35 B. Merdrignac, « L’Énéide et les traditions anciennes des Bretons », op. cit., p. 201 et n. 20.

36 La Vita de celui-ci a circulé en Bretagne puisque la généalogie de saint Gurthiern s’inspire – entre autres – de celle de saint Cadoc, attestant ainsi des contacts entre les scriptoria de Llancarfan et de Quimperlé à la fin du xiie siècle. Cf. B. Tanguy, « De la Vie de saint Cadoc à celle de saint Gurthiern », op. cit.

37 S. Kelly, « A note on Arthur’s round table and the welsh life of saint Carannog », Folk-Lore, vol. 87 (1976), p. 223-225.

38 B. Merdrignac, « L’Énéide et les traditions anciennes des Bretons », op. cit., p. 201-202.

39 A.-Y. Bourgès, « Commor entre le mythe et l’histoire : profil d’un chef breton du vie siècle », MSHAB, t. 74 (1996), p. 419-427.

40 L. Pape, La Bretagne romaine, Rennes, Ouest-France Université, 1995, p. 257-258 et 263-264.

41 A.-Y. Bourgès, « Commor entre le mythe et l’histoire… », op. cit., p. 427.

42 R. Bromwich, « First transmission to England and France », R. Bromwich, A. O. H. Jarman etB. F. Roberts (éd.), The Arthur of the Welsh. The Arthurian Legend in Medieval Welsh Literature, Cardiff, University of Wales Press, 1991, p. 293, n. 31.

43 B. Tanguy, « De la Vie de saint Cadoc à celle de saint Gurthiern », op. cit.

44 Ibid., p. 356-358.

45 Cf. R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècles). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995, p. 40.

46 Cf. P.-R. Giot, Ph. Guigon et B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, op. cit., p. 100-104.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20171/img-1.png
Fichier image/png, 196k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540