Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Troisième partie. « Et le verbe s'est fait chair » : Bretagne, histoire et religion

Le Yaudet-en-Ploulec’h (Côtes-d’Armor) au haut Moyen Âge

Patrick Galliou et Barry Cunliffe

Texte intégral

1Le site du Yaudet, dans la commune de Ploulec’h (Côtes-d’Armor), occupe un promontoire d’environ dix hectares, faisant saillie dans l’estuaire du Léguer (rivière de Lannion), non loin de son embouchure. La vallée de la rivière, formant en ce point une profonde ria, le délimite au nord, tandis que les falaises qui le bordent à l’ouest dominent l’étroite baie de la Vierge. Du côté oriental, enfin, la pente très accentuée d’une vallée, qu’occupe aujourd’hui la route allant du village du Yaudet à celui de Pont-Roux, protège le site du côté de la terre.

2Le substrat géologique, comme celui du terroir environnant, est constitué de granite de Plouaret, dont la décomposition a formé, sur la majeure partie du site, une couche d’arène et de sable, d’épaisseur variable, d’où émergent les trois imposantes masses rocheuses des Rochers de Beaumanoir, des Rochers du Château et de la Pierre-Branlante. C’est également à ce substrat que Le Yaudet doit sa topographie particulière, qui fait se succéder, du nord au sud, un premier plateau d’une altitude moyenne de 3040 m, une zone à forte déclivité, et enfin, au sud, un second plateau culminant à 61 m.

3Le promontoire est aujourd’hui partiellement occupé par ce qui subsiste de l’ancien village du Yaudet, que domine le clocher de la chapelle, et qu’entourent les terres qui en dépendaient autrefois. Le site fut acquis en 1980 par le département des Côtes-d’Armor, à la demande de la commune, afin de le protéger de l’extension de l’urbanisation et de permettre le déroulement de fouilles archéologiques. Les murets de pierres sèches, fermant les parcelles et bordant les chemins creux, ont été préservés et soigneusement entretenus, mais sur le reste du site la végétation naturelle a repris ses droits.

  • 1 Sur les céramiques du Sud-Ouest : B. Cunliffe, Iron Âge Communities in Britain, Londres, 1978 (2e (...)

4Fréquenté dès la préhistoire et peut-être fortifié à la fin de l’âge du bronze (vers 800-600 av.), Le Yaudet connut une occupation dense à la fin de l’époque gauloise (iie-ier siècles av. J.-C.), après qu’un fort rempart de terre et de pierres sèches eut été édifié, d’abord sur tout le pourtour du promontoire, puis, dans une seconde grande phase, en travers de l’isthme oriental. À cette époque, Le Yaudet, qui constituait sans doute l’une des principales agglomérations des Osismes, entretenait des relations commerciales avec les régions côtières du Nord de l’Armorique et du Sud de la Grande-Bretagne, comme le montrent les objets provenant de ces régions découverts sur le site (poteries décorées dans le style du Sud-Ouest de l’île, objets de schiste de l’Isle of Purbeck, etc.)1.

  • 2 L. Pape, La civitas des Osismes à l’époque gallo-romaine, Paris, 1978, p. 73.
  • 3 P. Galliou, « L’Ouest de la Gaule au iiie siècle. État de la recherche », Bulletin de la Société a (...)

5Après un déclin au haut Empire romain (ier-iiie siècles apr. J.-C.), dû pour une large part à sa situation excentrée par rapport au nouveau réseau de communications mis en place après la Conquête, qui favorisa le site de Lannion2, Le Yaudet connut un net regain à partir de la fin du iiie siècle. À cette époque, probablement pour répondre aux troubles sociaux et militaires qui menaçaient alors l’Ouest de la Gaule3, on éleva une muraille maçonnée, percée de plusieurs fortes fortifiées – quatre sans doute –, sur les vestiges de l’ancien rempart gaulois. La remarquable superposition du bâti romain aux structures gauloises donne d’ailleurs à penser que cette réoccupation du promontoire renvoie, non seulement à des soucis défensifs, mais aussi à une tentative de réappropriation symbolique d’un lieu chargé d’une histoire collective.

  • 4 Selon les préceptes de Hyginus Gromaticus, De munitionibus castrorum. On consultera, pour la Gaule (...)

6Comme l’exigeaient les règles de l’aménagement des camps et fortifications4, l’espace interne fut organisé selon deux axes principaux, joignant les portes deux à deux et se croisant à angle droit dans les parages de l’église actuelle. Leur tracé a pu être repéré en divers points, et il n’est pas impossible que ces deux « rues » principales aient été complétées par des axes secondaires. Les bâtiments de la fin du iiie siècle apr. J.-C., fouillés en plusieurs endroits du promontoire, sont rigoureusement alignés sur cette trame viaire. Bâties sur un plan rectangulaire standardisé, avec poteaux porteurs aux angles et au long des murs gouttereaux, ces maisons simples, aux parois de torchis et au sol de terre battue, étaient toutefois couvertes de tegulae et d’imbrices et leurs fenêtres étaient munies de vitres. La régularité de cette organisation dénote une implantation militaire plutôt que civile, mais nous ignorons tout de l’unité qui occupait alors le promontoire. Était-elle composée d’éléments de l’armée régulière, ou d’auxiliaires ? Comptait-elle déjà des contingents venus de Bretagne insulaire ? Ce sont là des questions auxquelles l’archéologie seule ne peut apporter de réponse.

  • 5 P. Galliou, L’Armorique romaine, Brasparts, 1983, p. 272.
  • 6 P. Galliou, « La défense de l’Armorique au Bas-Empire : essai de synthèse », Mémoires de la Sociét (...)
  • 7 Vita Constantini, I, 25, 2.
  • 8 L. Langouët, Les Coriosolites, un peuple armoricain, Saint-Malo, 1988, p. 247, fig. 91.

7L’analyse des monnaies recueillies au Yaudet montre un nouveau déclin du site dans les premières décennies du ive siècle apr. J.-C. Ceci ne saurait totalement surprendre, si l’on songe que, dans l’ensemble des provinces occidentales de l’Empire, la Tétrarchie et le règne de Constantin se caractérisent par un réel apaisement des tensions politiques et militaires 5 sans doute dû, pour une bonne part, à la mise en place d’un puissant réseau de forteresses côtières, destiné à arrêter les incursions des peuples riverains de la mer du Nord et des Irlandais6, cette mesure statique étant complétée par des interventions énergiques contre ces pillards. Dans sa Vita Constantini, Eusèbe de Césarée relate de la sorte que « l’empereur soumit les peuples vivant au bord de l’Océan occidental » et qu’il prit à cette occasion le titre de Britannicus Maximus7. Dans ce nouvel environnement, où le renouveau des échanges économiques et du commerce maritime témoigne d’une confiance partiellement retrouvée, le site défensif du Yaudet, géographiquement marginal, ne présentait sans doute plus beaucoup d’intérêt. Le même phénomène s’observe d’ailleurs dans l’histogramme monétaire du site voisin et semblable d’Alet en Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)8.

  • 9 P. Galliou, L’Armorique romaine, op. cit., p. 273-274.
  • 10 S. Frere, Britannia. A History of Roman Britain, Londres, 1967, p. 351-359.

8Ce regain fut cependant de courte durée, et, dès le milieu du siècle, une nouvelle péjoration des conditions militaires entraîna une réoccupation du site, qu’attestent diverses découvertes d’éléments d’uniforme et de harnachement (boucles de ceinture, fibule cruciforme, phalère à décor ajouré, etc.), de monnaies des années 360-400 apr. J.-C., de céramiques importées d’Aquitaine, de la forêt d’Argonne et de la côte sud de la Bretagne insulaire (black burnished ware). Il n’est pas impossible, bien que nous ne puissions le prouver, que cette remilitarisation du Yaudet relève de mesures plus générales, prises à la fin des années 360 par l’empereur Valentinien9. La construction des castella de Brest (Osismis) et d’Alet (Aleto), ainsi que l’installation en Armorique de nouveaux corps de troupes, les Martenses à Alet et les Superventores Iuniores à Nantes, sont, à n’en pas douter, des effets de ces décisions politiques globales, affectant aussi le réseau défensif britannique10. La présence, au Yaudet, d’assez nombreuses importations de black burnished ware du Dorset et peut-être plus encore d’une phalère de bronze, datée d’après 360 et très probablement façonnée dans le Sud des îles Britanniques (Wessex), pose bien sûr la question de l’origine ethnique du contingent stationné sur ce promontoire. L’origine géographique des objets précités incite à penser qu’une partie au moins de ces militaires venait de Bretagne insulaire.

L’époque sub-romaine

  • 11 Des datations radiocarbone du contenu de ces fours seront effectuées sous peu.

9L’un des intérêts majeurs que présente le site du Yaudet pour le chercheur est l’absence de toute solution de continuité entre le Bas-Empire romain et le haut Moyen Âge, alors que les sites ruraux et urbains de l’ouest de l’Armorique sont totalement – les villae – ou presque totalement – les villes – désertés dans les premières décennies du ve siècle. Outre une silique d’Arcadius, datée des années 388-402 apr. J.-C., les fouilles récentes ont en effet exhumé les vestiges d’un ensemble complexe de bâtiments de pierres sèches, comportant au moins deux fours à sécher le grain ou à fumer le poisson, et que la stratigraphie place dans la période 250-550 apr. J.-C. L’absence de mobilier archéologique précisément datable interdit, pour l’instant11, de resserrer cette fourchette, mais la qualité de la maçonnerie, où n’apparaissent ni mortier ni tuiles romaines, tendrait à en placer la construction vers le bas de celle-ci, soit à la fin du ve siècle ou au début du siècle suivant. La destruction partielle de cet ensemble par le parcellaire du vie siècle montre, en tout cas, que ces bâtiments avaient cessé d’être utilisés dès avant les années 550.

Le parcellaire du haut Moyen Âge

  • 12 Les outils utilisés étaient différents de nos bêches actuelles et s’apparentaient sans doute aux « (...)
  • 13 L’utilisation de goëmon afin de fertiliser ces lazy beds est attestée par les nombreux petits gale (...)

10Les fouilles de 1991-2002 ont en effet montré, sur le sommet du plateau, les vestiges d’au moins trois parcelles grossièrement rectangulaires, orientées sur les grands axes de la trame viaire, et fermées par des haies et/ou des murets de pierres sèches, certains de ces derniers montrant les traces de plusieurs réparations ou reconstructions. Ces champs étaient cultivés en lazy beds, c’est-à-dire sous forme de bandes de terre de deux mètres de large environ, encadrées de tranchées larges d’environ 0,60 m, dont la base portait encore les marques arrondies des bêches utilisées lors du creusement12. L’archéologie ne permet certes d’observer que la partie basse de ces tranchées, là où elles entament un substrat plus résistant – sable granitique ou roche friable –, les parties supérieures de cet ensemble ayant été éradiquées par les travaux agricoles médiévaux13. Il n’en reste pas moins vrai que les restes de ce système sont suffisamment complets pour qu’on puisse en définir l’étendue et l’organisation ; on voit ainsi dans la parcelle 1, au sud-ouest, se dessiner, sur des alignements légèrement différents, trois phases successives de ces lazy beds.

  • 14 On s’accorde aujourd’hui à penser que le haut Moyen Âge fut affecté par un épisode climatique froi (...)
  • 15 Ces fours ont aussi pu servir au maltage de l’orge.
  • 16 Livroac’h : J. Peuziat, « Un bâtiment du haut Moyen Âge », Archéologie en Bretagne, 25, 1980, p. 3 (...)

11À cet ensemble agraire étaient associés trois fours, bâtis à l’aide de grandes dalles de pierre dressées de chant dans une tranchée rectangulaire. Situées dans la partie méridionale des parcelles 1 et 2, ces structures étaient stratigraphiquement intercalées entre deux phases de lazy beds. Leur remplissage, étudié par flottation, a livré de nombreux grains de céréales carbonisés, du seigle surtout, mais aussi du froment, de l’avoine et de l’orge. Il y a donc manifestement là des fours à sécher le grain, structures qui, dans un climat plus humide14, servaient à préparer et à faciliter la mouture de celui-ci15. D’autres fours de ce type ont d’ailleurs été fouillés dans le Finistère, à Livroac’h en Poullan, Quélarn en Plobannalec et Créac’h Gwen en Quimper16.

12Stratigraphiquement situé entre la phase sub-romaine décrite ci-dessus et le village médiéval qui s’installa dans la même zone à partir du xie siècle, ce parcellaire et les fours qui lui sont associés peuvent indiscutablement être datés du haut Moyen Âge. Les datations radiocarbone – 605-660 apr. J.-C. pour le four F114, 650-770 apr. J.-C. pour le four F195 – permettent de resserrer cette fourchette en plaçant la totalité de cet ensemble entre le milieu du vie siècle et la fin du viiie siècle, date que ne contredisent d’ailleurs pas celles obtenues pour les fours de Livroarc’h (550-900 apr. J.-C.) et de Quélarn (590-795 apr. J.-C.). On ajoutera que la découverte, dans la partie centrale de la parcelle 3, d’un ferret de bronze des viie-viiie siècles apr. J.-C., orné d’entrelacs asymétriques, vient encore confirmer cette datation globale.

  • 17 Voir, par ex F.., Mitchell, The Irish Landscape, Londres, 1976.
  • 18 T. Gates, « Hadrian’s Wall amid fields of corn », British Archaeology, 49, 1999, p. 6-7. On consul (...)
  • 19 Sur les fours à sécher le grain, voir en particulier R. G. Goodchild, « T-Shaped Corn-Drying Ovens (...)

13Bien connu dans l’Ouest des îles Britanniques (Irlande, Écosse occidentale, pays de Galles), le système des lazy beds a longtemps été considéré comme relativement tardif, certaines communautés s’en servant, pour la culture des pommes de terre, jusqu’au milieu du xixe siècle, sinon plus tard encore17. Des découvertes récentes, faites dans l’Ouest de l’Irlande et sous la muraille et les forts du mur d’Hadrien, ont toutefois prouvé que les tribus celtiques d’Irlande et du nord de la Bretagne insulaire l’utilisaient pour la culture des céréales dès le début de notre ère, et peut-être depuis quelques millénaires18. Ces techniques agraires, associant lazy beds et fours à sécher le grain, inconnues de l’Armorique pré-romaine et romaine alors qu’elles sont bien attestées outre-Manche aux mêmes périodes19, peuvent donc être raisonnablement considérées comme des importations, que tout incite à attribuer aux migrations bretonnes du haut Moyen Âge.

L’enclos nord-oriental

14Vers le nord-est, ce parcellaire vient s’achever sur un fossé de direction NW-SE, que complétait sans doute au nord un autre fossé perpendiculaire au premier, l’ensemble délimitant un enclos rectangulaire mesurant environ 40 m sur 25 m. L’intérieur de cet enclos ne montre aucune trace d’exploitation agricole médiévale et ne fut manifestement mis en culture qu’après l’abandon complet du « village » des xie-xive siècles, s’étendant au sud-ouest, dans la direction des Rochers de Beaumanoir. Dans la partie nord de la zone ainsi définie se voient les derniers vestiges d’un ensemble de bâtiments de pierres sèches, globalement orientés sur les mêmes axes que la trame viaire de la fin du iiie siècle apr. J.-C. Un examen attentif de ces restes, dont ne subsistent qu’une ou deux assises, révèle plusieurs phases architecturales – trois sans doute – mais ne permet pas d’en reconstituer le plan et la fonction, l’épierrement post-médiéval n’ayant laissé de ces édifices qu’un patchwork peu compréhensible.

15À l’intérieur de cet enclos et à proximité de cet ensemble bâti ont été dégagées trois sépultures à inhumation, deux de direction NW-SE et une de direction SW-NE. Les corps – deux jeunes femmes d’environ 18-25 ans, une femme d’environ 30 ans – y avaient été déposés en décubitus dorsal, sans cercueil ni élément de parure. D’autres éléments anatomiques, recueillis isolément, proviennent d’un autre adulte, de sexe indéterminé, et de deux fœtus. On observera que les trois tombes intactes ont été protégées des destructions post-médiévales par leur relative profondeur (F902, F1066) ou par le dépôt du corps dans une fosse creusée dans le substrat granitique (F1023). Si l’on en juge au nom cadastral de la parcelle – « Parc-ar-vered », le champ du cimetière – il est donc vraisemblable qu’il n’y a là que les ultimes restes d’un cimetière plus dense, dont les tombes moins profondes furent détruites par les travaux agricoles post-médiévaux.

  • 20 D. P. S. Peacock et D. F. Williams, Amphorae and the Roman Economy, Harlow, 1986..
  • 21 Voir, en part. Ch. Thomas, A Provisional List of Imported Pottery in Post-Roman Western Britain an (...)
  • 22 P.-R. Giot et G. Querré, « Le tesson d’amphore B2 de l’île Lavret (Bréhat, Côtes-du-Nord) et le p (...)

16Ni les bâtiments de pierres sèches de cet enclos, ni les tombes elles-mêmes – en l’attente des datations radiocarbone – ne nous ont donné d’indices permettant d’en préciser la situation chronologique. Il est toutefois manifeste, si l’on songe à la corrélation entre parcellaire et enclos, que cet ensemble se situe à l’intérieur de la période 550-800 apr. J.-C., datation que confirme d’ailleurs en partie la découverte, dans un dépotoir situé dans l’angle sud-ouest, de plusieurs tessons d’une amphore de type Bi (Peacock 4320) servant au transport du vin de l’île de Chio, au nord-est de l’Égée. Des amphores de ce modèle se rencontrent sur divers sites post-romains d’Irlande et de l’ouest de la Bretagne insulaire (Tintagel, Cadbury-Congresbury, Dinas Powys, etc.), où leur association avec des céramiques sigillées tardives d’origine phocéenne les date de la période 475-550 apr. J.-C. environ21. On notera d’ailleurs qu’un fragment d’amphore de forme voisine (Bii, Peacock 44) fut mis au jour par P.-R. Giot lors des fouilles du monastère de saint Budoc sur l’île Lavret en Bréhat22.

Une communauté du haut Moyen Âge

  • 23 On peut traduire ainsi le passage en question : « En-dessous de la cité située sur le Leguer, un e (...)
  • 24 C. Rynne, « Milling in the 7th century – Europe’s earliest tide mill », Archaeology Ireland, 6. 2 (...)

17Ces diverses données prouvent sans conteste que Le Yaudet fut occupé, dans les premiers temps du haut Moyen Âge, par une communauté dont le statut social relativement élevé est attesté par l’amphore Bi et le ferret de bronze décrits dans ce qui précède. Il est vraisemblable que c’est aussi à ce groupe humain que l’on doit attribuer la construction, dans la baie de la Vierge, qui borde au sud le promontoire, de la muraille localement appelée « mur de pêcherie ». Formé de gros blocs rectangulaires, soigneusement taillés et appareillés, ce mur, long de 130 m, large de 3,2 m et originellement haut de 3 à 4 m, est percé de trois ouvertures, aujourd’hui partiellement masquées par l’effondrement de certains éléments de la muraille. Cette structure est mentionnée pour la première fois dans la Vie latine de saint Efflam, que La Borderie date du xiie siècle ; c’est contre cette muraille que, selon le récit légendaire, serait venu s’échouer le coracle d’Enora, sauvée des flots par l’intervention divine23. Bien que l’on ne puisse dater avec certitude cette impressionnante structure, sa construction est manifestement antérieure à la rédaction de la Vie, le style de son architecture s’accordant mieux à ce que nous savons aujourd’hui de l’occupation du Yaudet au haut Moyen Âge qu’avec l’habitat des xie-xive siècles. On peut, en revanche, douter de la seule fonction que la tradition lui assigne, car les pêcheries anciennes, nombreuses sur les côtes de Bretagne, ne sont jamais bâties de manière aussi massive, que ne justifient, ni la technique de pêche éventuellement utilisée, ni la force de poussée des eaux dans cette partie de l’estuaire. Des pêcheries plus récentes, établies en aval, montrent d’ailleurs des structures beaucoup moins conséquentes. Il est donc probable que ce « mur » ait eu une double fonction, servant essentiellement de fondations à un ou plusieurs moulins à marée, qui nécessitaient manifestement des assises plus solides qu’un simple mur de pêcherie, et secondairement à piéger les poissons à marée montante et/ou descendante. Si les moulins à marée ne sont attestés en Bretagne qu’à partir du xie siècle, une structure de ce type, fouillée à Little Island, dans le comté de Cork (Irlande), a été datée du viie siècle24. Il n’est donc pas impossible que le « mur du pêcherie » du Yaudet appartienne à cette phase de l’occupation du site.

  • 25 Sur ce site, voir en particulier P.-R. GioT, « Saint-Budoc on the Isle of Lavret », The Early Chur (...)
  • 26 S. E. Rigold, « Litus romanum. The Shore forts as mission stations », D. E. Johnston (éd.), The Sa (...)
  • 27 Ch. Thomas, Celtic Britain, Londres, 1986, p. 130, fig. 74 ; p. 132, fig. 77.
  • 28 M. Redknap, The Christian Celts. Treasures of Late Celtic Wales, Cardiff, 1991, p. 36.

18Les données cohérentes, mais parcellaires, recueillies lors des douze années de fouilles ne permettent sans doute pas d’attribuer, avec une absolue certitude, les vestiges du haut Moyen Âge exhumés au Yaudet à une communauté paysanne, une cour aristo-cratique ou un monastère. La nature et l’organisation des vestiges nous feraient plutôt pencher pour la troisième solution, hypothèse que ne contredit pas le peu que nous sachions des établissements monastiques ultramarins, ou, plus près du Yaudet, du monastère de saint Budoc à Lavret25. La réutilisation de sites fortifiés pré-romains ou romains est ainsi attestée dans un certain nombre de cas – les défenses préexistantes permettaient de faire l’économie de la construction d’un vallum 26 – tandis que plusieurs photographies aériennes de monastères du haut Moyen Âge (Shrule, Co. Mayo, Clonard, Co. Meath, etc.) révèlent la même division de l’espace en deux zones, l’une, non cultivée, étant réservée aux bâtiments conventuels et au cimetière, l’autre, contiguë à la précédente, étant exploitée pour l’alimentation quotidienne des résidents27. La présence de femmes et d’enfants sur le site n’exclut pas, enfin, cette solution, car l’on sait, par exemple, que les établissements monastiques gallois abritaient, dès avant le xie siècle, des ecclésiastiques mariés et leur famille28.

  • 29 P. Banéat, Ville de Rennes. Catalogue du Musée archéologique et ethnographique, 1909, p. 153, n° 1 (...)
  • 30 L. Langouet, « Les fouilles archéologiques de la zone des cathédrales d’Alet, en Saint-Malo », Dos (...)
  • 31 J. Savidan, « Fouilles pratiquées au Yaudet en Ploulec’h le 23 novembre 1935 et jours suivants », (...)
  • 32 P.-R. Giot, communication personnelle.

19Que l’établissement du Yaudet ait été occupé par une communauté civile ou strictement religieuse, il reste néanmoins hautement probable qu’un édifice cultuel se soit dressé en un point quelconque du site. La densité des vestiges du haut Moyen Âge dans les environs de l’église actuelle donne à penser que le bâtiment primitif se dressait sur la terrasse qu’occupe actuellement celle-ci, et qui, rappelons-le, se trouve presque exactement à la croisée des deux axes de circulation mis en place à la fin du iiie siècle apr. J. C. C’est sans doute en ce lieu que La Borderie, visitant Le Yaudet en 1853, alors que commençaient les travaux de reconstruction de la chapelle, découvrit des fragments d’enduit peint et de revêtements de marbre et de schiste, qu’il offrit par la suite au Musée archéologique de Rennes29. Ces éléments ornementaux relativement élaborés, qui ne se retrouvent en aucune autre partie du Yaudet, pourraient appartenir à des principia semblables à ceux qui, à Alet, occupaient aussi un des angles du croisement du cardo et du decumanus de la fin du iiie siècle30. Si tel était bien le cas, une réutilisation des vestiges du bâtiment par un édifice religieux du haut Moyen Âge n’aurait rien de totalement surprenant, d’autant que, de l’autre côté de la rue quittant la porte principale en direction du nord-ouest, on découvrit en 1934-1935 un autre cimetière médiéval, qui ne fut malheureusement soumis qu’à une fouille très partielle et dont tout le mobilier, osseux et autre, a entièrement disparu depuis cette date31. Les six squelettes d’adultes et d’enfants qui y furent exhumés avaient été enterrés en décubitus dorsal, sans cercueil ni mobilier, et, selon P.-R. Giot, appartenaient, eux aussi, à un cimetière du haut Moyen Âge32.

  • 33 H. Guillotel, « Le dossier hagiographique de l’érection du siège de Tréguier », Bretagne et pays c (...)

20L’impossibilité de mettre en œuvre des fouilles suivies dans cette zone, occupée par l’actuel village du Yaudet, interdit d’aller plus loin dans l’analyse. Il nous paraît cependant possible de conclure, sans trop prendre de risques, que la partie centrale du promontoire fut occupée, du vie au viiie siècle au moins, par un ensemble de structures associées à des cimetières et à des bâtiments ecclésiastiques. Nous sommes d’avis qu’il faut y voir les éléments d’un monastère plutôt que ceux d’un simple village, de son église et de son champ de repos. Peut-être est-ce d’ailleurs à cette présence ancienne – si du moins le souvenir en était encore conservé dans les traditions locales – que l’on doit rattacher le substrat de la Vie hautement légendaire de saint Tugdual33.

La mort du monastère

  • 34 D’Argentré, Histoire de Bretagne, 1582, p. 63.
  • 35 D. Laurent, Aux sources du Barsaz Breiz. La mémoire d’un peuple, Douarnenez, 1989, p. 18.
  • 36 On consultera N. S. Price, The Vikings in Brittany, Londres, 1989 (Saga Book, vol. XXII, part 6). (...)

21La disparition du monastère du Yaudet, qui n’existait certainement plus à l’époque de la rédaction de la première version de la Vita, pose problème, car nous ignorons à quelle date et pour quelles raisons ce monastère fut abandonné. Une tradition locale ancienne, reprise dès 1582 par d’Argentré dans son Histoire de Bretagne34 et formant l’argument de la gwerz appelée Ar bleidi mor (« Les loups de la mer »)35, veut que Le Yaudet ait été pris et pillé au ixe siècle par les bandes vikings du chef Hasting (Haesten). Il n’y a certes rien d’improbable dans cette tradition, l’Ouest de la Bretagne ayant été attaqué dès le début de ce siècle par ces coureurs des mers36, mais il faut admettre qu’elle n’a, à ce jour, aucun fondement documentaire ou archéologique. Le mystère de cette disparition reste donc entier.

  • 37 Sur les fouilles du Yaudet, voir principalement : B. Cunliffe et P. Galliou, « Le Yaudet, Ploulec’ (...)

22Au xie ou au xiie siècle, la zone autrefois occupée par le parcellaire haut médiéval commença d’être occupée par une série de maisons paysannes, édifiées dans une large bande de terrain courant à l’arrière du rempart gaulois. Une douzaine d’édifices ont été exhumés, ainsi que les cours et courtils qui leur sont associés, et il est remarquable de noter que, jusqu’à la fin de cette phase (xive siècle), l’enclos ecclésiastique du haut Moyen Âge ne fut ni bâti, ni mis en culture, son fossé de séparation servant toujours de frontière entre le monde spirituel et l’univers du quotidien. La seule modification apportée à cet enclos fut la construction d’un mur à sa limite nord-est, de façon peut-être à le séparer du placître de l’église. Ce n’est que lorsque le sommet du plateau fut abandonné par l’habitat et livré à l’agriculture que disparurent dans le paysage et les mémoires les derniers vestiges du monastère du Yaudet37.

1. Plan général du promontoire du Yaudet à la fin du xixe siècle.

2. Plan du bâtiment romain F1001 (fin du iiie siècle).

3. Plan des structures de pierres sèches d’époque sub-romaine (ve siècle ?).

Les phases de strucure F906

4. Structures du haut Moyen Âge de l’enclos « monastique ».

5. L’enclos « monastique », détail.

6. Les structures du haut Moyen Âge au sommet du promontoire

Notes

1 Sur les céramiques du Sud-Ouest : B. Cunliffe, Iron Âge Communities in Britain, Londres, 1978 (2e éd.), fig. A : 25, A : 26 ; sur le Kimmeridge shale de l’Isle of Purbeck (Dorset) ; ibid., p. 300.

2 L. Pape, La civitas des Osismes à l’époque gallo-romaine, Paris, 1978, p. 73.

3 P. Galliou, « L’Ouest de la Gaule au iiie siècle. État de la recherche », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 108, 1980, p. 111-135.

4 Selon les préceptes de Hyginus Gromaticus, De munitionibus castrorum. On consultera, pour la Gaule : M. Reddé, « De la conquête de la Germanie à la garde du Rhin », M. Reddé (dir.), L’armée romaine en Gaule, Paris, 1996, p. 103, 109.

5 P. Galliou, L’Armorique romaine, Brasparts, 1983, p. 272.

6 P. Galliou, « La défense de l’Armorique au Bas-Empire : essai de synthèse », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, LVII, 1980, p. 235-285.

7 Vita Constantini, I, 25, 2.

8 L. Langouët, Les Coriosolites, un peuple armoricain, Saint-Malo, 1988, p. 247, fig. 91.

9 P. Galliou, L’Armorique romaine, op. cit., p. 273-274.

10 S. Frere, Britannia. A History of Roman Britain, Londres, 1967, p. 351-359.

11 Des datations radiocarbone du contenu de ces fours seront effectuées sous peu.

12 Les outils utilisés étaient différents de nos bêches actuelles et s’apparentaient sans doute aux « Cornish shovels » à fer semi-circulaire (P. J. Fowler, The Farming of Prehistoric Britain, Cambridge, 1983, p. 152).

13 L’utilisation de goëmon afin de fertiliser ces lazy beds est attestée par les nombreux petits galets marins retrouvés dans les niveaux du haut Moyen Âge. Il est fréquent, en effet, que les pieds de certaines algues s’attachent à des pierres de ce module.

14 On s’accorde aujourd’hui à penser que le haut Moyen Âge fut affecté par un épisode climatique froid et humide : M. E. Jones, The End of Roman Britain, Ithaca, 1996, p. 186-236.

15 Ces fours ont aussi pu servir au maltage de l’orge.

16 Livroac’h : J. Peuziat, « Un bâtiment du haut Moyen Âge », Archéologie en Bretagne, 25, 1980, p. 33-41 – Quélarn : communication personnelle de P.-R. GiotCréach’ Gwen : Y.menez et M. Batt, « L’habitat du haut Moyen Âge de Créac’h Gwen à Quimper (Finistère) », Revue archéologique de l’Ouest, 5, 1988, 123-140.

17 Voir, par ex F.., Mitchell, The Irish Landscape, Londres, 1976.

18 T. Gates, « Hadrian’s Wall amid fields of corn », British Archaeology, 49, 1999, p. 6-7. On consultera aussi : P. J. Fowler, op. cit. À Carrownalogh (Co. Mayo, Irlande), un ensemble de lazy beds a été daté du début du deuxième millénaire av. J.-C. (Fowler, op. cit., p. 156).

19 Sur les fours à sécher le grain, voir en particulier R. G. Goodchild, « T-Shaped Corn-Drying Ovens in Roman Britain », Antiquaries Journal, 23, 1943, p. 148-153 ; P. J. Reynolds et J. K. Langley, « Romano-British Corn- Drying Ovens : An Experiment », Archaeological Journal, 136, 1979, p. 27-42

20 D. P. S. Peacock et D. F. Williams, Amphorae and the Roman Economy, Harlow, 1986..

21 Voir, en part. Ch. Thomas, A Provisional List of Imported Pottery in Post-Roman Western Britain and Ireland, Redruth, 1981.

22 P.-R. Giot et G. Querré, « Le tesson d’amphore B2 de l’île Lavret (Bréhat, Côtes-du-Nord) et le problème des importations », Revue archéologique de l’Ouest, 2, 1985, p. 95-100.

23 On peut traduire ainsi le passage en question : « En-dessous de la cité située sur le Leguer, un enclos de pierres quadrangulaires avait été bâti dans la mer. Le gardien de cet enclos avait l’habitude de trouver là chaque jour une certaine espèce de poissons. »

24 C. Rynne, « Milling in the 7th century – Europe’s earliest tide mill », Archaeology Ireland, 6. 2 (Issue 20), Summer 1992, 22-4.

25 Sur ce site, voir en particulier P.-R. GioT, « Saint-Budoc on the Isle of Lavret », The Early Church in Western Britain and Ireland, Oxford, 1982, p. 197-210 ; P.-R. Giot, « L’établissement et le cimetière de l’île Lavret près de Bréhat », La Bretagne à l’époque mérovingienne. Actes des VIe journées nationales d’archéologie mérovigienne, Rennes, 1984, Paris, 1987, p. 61-72 ; P.-R Giot, « “Insula quae Laurea appellatur”. Fouilles archéologiques sur l’île Lavret », Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Âge. Actes du colloque de 1985, Landévennec, 1986, p. 219-237 ; P.-R. Giot, « L’île Lavret à l’époque gallo-romaine », Dossiers du CeRAA, 24, 1986, p. 17-37.

26 S. E. Rigold, « Litus romanum. The Shore forts as mission stations », D. E. Johnston (éd.), The Saxon Shore, Londres, 1977, p. 70-75.

27 Ch. Thomas, Celtic Britain, Londres, 1986, p. 130, fig. 74 ; p. 132, fig. 77.

28 M. Redknap, The Christian Celts. Treasures of Late Celtic Wales, Cardiff, 1991, p. 36.

29 P. Banéat, Ville de Rennes. Catalogue du Musée archéologique et ethnographique, 1909, p. 153, n° 1920.

30 L. Langouet, « Les fouilles archéologiques de la zone des cathédrales d’Alet, en Saint-Malo », Dossiers du CeRAA, n° J, 1987.

31 J. Savidan, « Fouilles pratiquées au Yaudet en Ploulec’h le 23 novembre 1935 et jours suivants », Bulletin de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 67, 1935, p. 287-295 ; r.mazères, « Les sépultures de Coz-Yaudet », Bulletin de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 68, 1936, p. 215-221.

32 P.-R. Giot, communication personnelle.

33 H. Guillotel, « Le dossier hagiographique de l’érection du siège de Tréguier », Bretagne et pays celtiques : langue, histoire, civilisation. Mélanges offerts à la mémoire de Léon Fleuriot, Saint-Brieuc-Rennes, 1992, p. 213-226.

34 D’Argentré, Histoire de Bretagne, 1582, p. 63.

35 D. Laurent, Aux sources du Barsaz Breiz. La mémoire d’un peuple, Douarnenez, 1989, p. 18.

36 On consultera N. S. Price, The Vikings in Brittany, Londres, 1989 (Saga Book, vol. XXII, part 6). La plupart des raids se situent entre le début du ixe siècle et les années 950, et l’on pense que le chef Haesten, actif entre 865 et 893, aurait attaqué le nord de la Bretagne en 882 ou 884. On sait que l’abbaye de Landévennec fut détruite par les Vikings de la Loire en 913, et on leur prête aussi la ruine du monastère de Lavret et de l’établissement d’Alet.

37 Sur les fouilles du Yaudet, voir principalement : B. Cunliffe et P. Galliou, « Le Yaudet, Ploulec’h, Côtes d’Armor, Brittany. An Interim Report on the Excavations of 1991-4 », The Antiquaries Journal, vol. 75, 1995, p. 43-70 ; B. Cuniffe et P. Galliou, « Britons and Bretons : Some New Evidence From Le Yaudet », The Archaeological Journal, vol. 157, 2000, p. 200-228 ; B. Cunliffe et P. Galliou, Les fouilles du Yaudet en Ploulec’h, vol. 1 : Le site, Oxford (à paraître). Les rapports de fouilles, annuels ou trisannuels, sont déposés au Service régional de l’archéologie (Rennes) et au Centre de recherche bretonne et celtique (Brest).

Table des illustrations

Légende 1. Plan général du promontoire du Yaudet à la fin du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20168/img-1.png
Fichier image/png, 2,7M
Légende 2. Plan du bâtiment romain F1001 (fin du iiie siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20168/img-2.png
Fichier image/png, 637k
Légende 3. Plan des structures de pierres sèches d’époque sub-romaine (ve siècle ?).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20168/img-3.png
Fichier image/png, 2,3M
Légende Les phases de strucure F906
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20168/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende 4. Structures du haut Moyen Âge de l’enclos « monastique ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20168/img-5.png
Fichier image/png, 199k
Légende 5. L’enclos « monastique », détail.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20168/img-6.png
Fichier image/png, 707k
Légende 6. Les structures du haut Moyen Âge au sommet du promontoire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20168/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M

Auteurs

Professeur à l’université de Bretagne occidentale, Centre de recherche bretonne et celtique (UMR 6038 du CNRS) / Professeur d’archéologie européenne à l’université d’Oxford, Institute of Archaeology
Professeur à l’université de Bretagne occidentale, Centre de recherche bretonne et celtique (UMR 6038 du CNRS) / Professeur d’archéologie européenne à l’université d’Oxford, Institute of Archaeology

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540