Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Deuxième partie. « Parler en langues » : linguistique, philologie et littérature

Trois frères et le Bon Dieu escroc Échos mythologiques en Armorique

Claude Sterckx

Texte intégral

  • 1 Cf. en dernier lieu Carey , 1999, p. 1-38.

1 En Armorique, en Galles, en Écosse…, les plus anciennes traditions indigènes n’ont été conservées, plus ou moins dégradées, qu’à l’état de légendes, de romans, de contes, voire de pseudo-histoire. En Irlande, par contre, les compilateurs médiévaux – essentiellement des moines – ont préservé explicitement une partie du corpus mythologique préchrétien, n’hésitant pas à signaler que les protagonistes des récits qu’ils notent étaient en fait d’anciens dieux 1 .

  • 2 Voir par exemple Mac Cana , 1982.
  • 3 Voir par exemple Rees-Reees , 1961 ; Sergent (...)

2 La véracité de leur allégation est confirmée par la comparaison. Plusieurs des dieux qu’ils citent (Lugh, Nuadha, Oghma…) portent les mêmes noms que des figures « légendaires » de Galles (Lleu, Nudd/Lludd, Efydd…), d’Armorique (Nuz…), et surtout que d’authentiques dieux de l’Antiquité celto-romaine (Lugus, Nodont, Ogmios…) 2 . En outre, les mythes qu’ils racontent correspondent structurellement à des mythèmes bien attestés dans les autres cultures indo-européennes comparables 3 .

  • 4 Cf. Le Roux-Guyonvarc’h , 1960.

3 L’un des mythes majeurs, bien reconnu comme tel, expose comment le dieu-druide du panthéon 4 acquiert l’attribut emblématique de son pouvoir principal :

4Le Daghdha rencontra trois hommes sur sa route, qui portaient des trésors légués par leur père. Il les interrogea et ils répondirent :

5« – Nous sommes trois frères, fils du même père et de la même mère, et nous partageons les trésors de notre père.

  • Quels sont-ils ? demanda le Daghdha.
  • Une tunique, un bâton et un manteau, répondirent-ils.
  • Quel est leur pouvoir ? questionna le Daghdha.
  • Le bâton que tu vois a un bout doux et un bout dur. Le premier ressuscite les morts et l’autre tue les vivants.
  • Et la tunique et le manteau, quelles sont leurs vertus ? questionna le Daghdha.
  • Celui qui s’enveloppe dans le manteau peut prendre la forme, la taille et la couleur qu’il désire, quelles qu’elles soient. Quant à la tunique, elle préserve de tout chagrin et de toute maladie celui qui l’endosse.
  • Montrez-moi le bâton, demanda le Daghdha, et ils le lui prêtèrent.

6Aussitôt il les frappa tous les trois avec le mauvais bout et il les tua, puis il toucha le cadavre de son fils avec le bon bout et celui-là se leva plein de vie. Il se passa la main sur les yeux et interrogea son père :

  • Qui sont ces trois cadavres près de moi ?
  • Ce sont trois frères que j’ai rencontrés, répondit le Daghdha. Ils possédaient trois talismans hérités de leur père, dont ce bâton qu’ils m’ont prêté. Je les ai tués avec un bout et je t’ai ressuscité avec l’autre.
  • Il ne serait pas bien de ne pas leur rendre la vie de la même façon qu’à moi, dit le fils. Le Daghdha les toucha alors du bon bout de la massue et ils se relevèrent aussitôt.
  • Comprenez-vous que je vous ai tués avec votre propre bâton ? leur demanda le Daghdha.
  • Oui, et c’était une méchante ruse, rétorquèrent-ils.
  • Je connais le pouvoir de votre bâton et je m’en suis servi pour vous ramener à la vie : donnez-le moi, dit le Daghdha.
  • C’est entendu, mais comment partager désormais notre héritage ?
  • Vous établirez un tour de rôle, dit le Daghdha, de sorte que chacun de vous ait un talisman puis n’en ait pas jusqu’à ce que son tour revienne 5 . »

7L’importance de ce texte se découvre particulièrement lorsque l’on retrouve ses échos à travers tout le monde celte.

  • 6 Sur l’iconographie de ce dieu : Nagy , 1994.
  • 7 Hull , 1929 ; Macalister , 1938-1956, IV, p. 106 ; (...)

8 Dans l’Antiquité celto-romaine, le dieu Sucellos « le Bon Frappeur » arbore les mêmes attributs que le Daghdha irlandais : une massue ou un maillet démesuré, le « casque d’Hadès » en peau de chien qui permet de se rendre invisible – comme le manteau des trois frères permet de passer inaperçu –, et un récipient alimentaire – olla ou autre – hors du commun 6   : nous savons par d’autres textes 7 que le Daghdha possède aussi un chaudron inexhaustible.

  • 8 Cf. Goetinck , 1995, p. 172-174.
  • 9 Cf. Carey , 1982-1985 (qui cite un parallèle exact en Irlande) (...)

9 En Galles, un « géant noir » anonyme manie d’une part une massue merveilleuse 8 et, d’autre part, fait passer des « moutons » d’une rive à une autre d’un cours d’eau, de telle sorte qu’ils blanchissent dans un sens et noircissent dans l’autre : clairement en les faisant passer de ce monde dans l’autre et en les ramenant du non-être à la vie 9 .

  • 10 Sterckx , 1985-1986, p. 15-17.

10 Encore récemment se perpétuait dans tous les pays celtes le souvenir d’un être surhumain dont le « maillet » – en fait plutôt une tête de massue – servait à faire passer soit les nouveau-nés en ce monde, soit les moribonds dans l’autre : Anghau en Galles, Ancow en Cornouailles, Ankou en Armorique 10

  • 11 Sterckx , 1985.

11 À plusieurs reprises déjà, nous avons eu l’occasion de relever des échos d’un dieu analogue au Daghdha irlandais dans les légendes bretonnes, parfois encore vivantes dans la tradition. Plusieurs vies de saints – Goëznou, Goulven, Hernin, Majan – rapportent à leurs héros des anecdotes similaires à celles racontées sur le dieu irlandais, et en particulier leur attribuent des marteaux, maillets ou gourdins bien proches du sien 11 .

  • 12 Sterckx , 1992. Cf. Déceneux , 2002, p. 34. (...)

12 Un conte (Jozebig ha Merlin) , recueilli à Trébrivan par Jef Philippe, recoupe même de très près le scénario par lequel le Daghdha escroque les trois frères et s’approprie par sa rouerie la fameuse massue qui tue les vivants et ressuscite les morts 12 .

13 Il faut toutefois noter que ce conte ne dit pas comment les trois géants auxquels le héros, par ailleurs propriétaire d’une nappe inexhaustible , escroque leurs biens, ont hérité de ces derniers : le gourdin merveilleux dont le héros se sert pour dépouiller ses trois victimes , un marteau magique et une bombarde capable de ressusciter les morts.

14Le hasard de (saines) lectures nous a récemment fait rencontrer un autre conte, recueilli cette fois à Plouaret en 1871 par François Luzel.

15 Le fond du scénario se montre cette fois très différent : pieusement chrétien et dans l’esprit d’exhortation à la crainte de la damnation éternelle qui a prévalu dans le discours du clergé armoricain depuis les missions du xviii e siècle. Mais le cadre conserve aussi quelques détails qui interpellent :

  • 13 Luzel , 1889, I, p. 153-159.

« Un cultivateur mourut en laissant trois fils. Il n’était pas riche mais il avait pourtant un peu de bien. De ses trois fils, l’aîné était prêtre, le second notaire et le plus jeune était resté à la maison avec son père et il travaillait la terre comme lui. Comme ils ne pouvaient pas s’entendre pour partager entre eux le peu que leur avait laissé le vieillard en mourant, le plus jeune, le laboureur, dit aux deux autres :
— Allons trouver un homme de loi à la ville.
Et ils se rendirent à la ville la plus voisine. Comme ils étaient en route, tous les trois se chicanant, ils rencontrèrent dans un carrefour un vieillard à barbe longue et blanche qui leur dit :
— Où allez-vous ainsi, les gars ?
Nous allons à la ville, grand-père, trouver un homme de loi pour nous faire le partage des biens que nous a laissés notre père en mourant, puisque nous ne pouvons pas nous entendre.
— Cela vous coûtera de l’argent bel et bien et, si vous le voulez, je vous mettrais peut-être d’accord et cela ne vous coûterait rien.
— Nous ne demandons pas mieux, grand-père, répondirent-ils.
— Eh bien, écoutez-moi alors et faites comme je vous dirai. Nous sommes ici dans un carrefour : prenez chacun un chemin différent et continuez d’y marcher jusqu’au coucher du Soleil. Quand le Soleil se couchera, quel que soit le lieu où vous vous trouverez, vous y resterez passer la nuit. Puis, demain, vous reviendrez me trouver ici et vous me conterez ce que vous aurez vu et entendu pendant la nuit, et, quand je vous aurai entendus, je partagerai entre vous les biens de votre père.
C’est très bien ! répondirent les trois frères.
Et ils prirent chacun un chemin et continuèrent d’y marcher jusqu’au coucher du Soleil. Quand le Soleil se coucha, le prêtre se trouvait dans un verger où il y avait beaucoup de pommiers couverts de fleurs. Le temps était beau, l’air tiède […]. Et il s’étendit sous un pommier et s’endormit tôt après. Mais il fut éveillé par un bruit épouvantable. Le tonnerre tomba sur l’arbre sous lequel il était couché et en abattit toutes les branches, à l’exception de celle qui était au-dessus de sa tête, qui resta intacte et conserva toutes ses fleurs […].
Le notaire, au moment où le Soleil se coucha, se trouvait dans un grand bois. Il se coucha sous un arbre pour attendre le jour et s’endormit. Il fut aussi éveillé par un grand bruit et, en ouvrant les yeux, il vit un homme très grand, un géant, qui, avec ses deux mains arrachait les grands arbres un à un et les mettait en tas […].
Le laboureur se trouvait auprès d’un château quand le Soleil se coucha. Il y entra, demanda l’hospitalité pour la nuit et fut bien accueilli […].
Quand les trois frères furent de retour, le vieillard qui les attendait leur dit [une interprétation en termes de péchés commis des nuits qu’ils avaient passées].
Le vieillard reprit :
– Voici maintenant comment il faudra partager l’héritage. Le laboureur, qui est resté à la maison avec son père et qui est charitable envers les pauvres, aura ce qui est dehors et ce qui est dedans, ce qui est vert et ce qui est sec. Quant à vous deux, amendez-vous, faites pénitence et, un jour, vous viendrez avec moi dans mon royaume au Ciel.
Le vieillard disparut alors, ils ne surent comment, et ils comprirent que cet inconnu était le Bon Dieu lui-même 13  ! »

  • 14 La version bretonne du conte n’est pas connue mais l’appellation « le Bon Dieu » n’est (...)

16 Le fait que le vieillard du conte soit « le Bon Dieu » et que ce soit là exactement la traduction de l’épiclèse irlandaise an Daghdha est peut-être une coïncidence 14 .

  • 15 Chotzen , 1948 ; HILY, 2003, p. 17-19.
  • 16 Sterckx , 1991-1995, III, p. 48-51.
  • 17 Nagy , 1994.
  • 18 Sterckx , 1991-1995, IV, p. 27-28.

17 Les faits que la pommeraie – Eamhain Abhlach, île d’Avalon… – soit l’une des localisations les plus fréquentes de l’Autre Monde des morts et qu’une branche en fleurs y joue un rôle important 15   ; le tonnerre soit l’un des effets de l’arme de Sucellos et de ses semblables 16  ; la forêt soit le lieu de résidence habituel du géant noir et que Sucellos soit identifié concurremment à Jupiter, maître du tonnerre, et à Silvain, gardien des forêts et des espaces sauvages 17  ; le château accessible seulement au coucher du Soleil soit un trait qui revient régulièrement dans le dossier 18   ; en sont peut-être d’autres…

18Restent la rencontre entre trois frères héritiers en commun et le dieu père souverain (soit du panthéon préchrétien, soit de la Trinité chrétienne) et l’intervention judicieuse de ce dernier quant au partage de l’héritage.

19Et nous avons la chance de disposer de deux autres versions qui, cette fois, précisent l’origine et le contenu de ce dernier.

  • 19 Une autre version, inédite, a été recueillie auprès de Vincent Le Bail, de Coatascorn  (...)

20 Alors que le conte des « trois frères qui ne pouvaient pas s’entendre au sujet de la succession de leur père » laisse supposer que l’héritage est celui, immobilier et mobilier, de tout bon paysan, « le laboureur, le prêtre et le clerc » s’avère plus explicite. Recueilli en 1869 dans le même bourg de Plouaret, auprès du maçon Hervé Colcana 19 , il correspond sans aucun doute, puisque les métiers des trois frères sont exactement les mêmes que ceux qui sont cités dans le conte recueilli, sans indication de conteur, deux ans plus tard.

21Voici la traduction qu’en donne F. Luzel :

  • 20 Luzel , 1887, III, p. 23-24.

« Il y avait une fois un vieux paysan breton qui avait trois fils. Il avait fait un prêtre de l’aîné, un cultivateur du second et le troisième était clerc. À son lit de mort, il les appela près de lui et leur parla de la sorte :
– Mes chers enfants, Dieu m’appelle, mon heure est venue et je vais vous quitter. je ne suis pas riche, vous le savez bien, et il m’a fallu travailler pour vous élever et vous donner de l’instruction. Je ne m’en irai pourtant pas de ce monde sans vous avoir fait à chacun un présent.
À toi, mon fils clerc, qui es le plus jeune et qui auras souvent besoin d’argent, je donne ma vieille bourse. Elle n’est pas belle mais elle est bonne et chaque fois que tu y mettras la main, tu y trouveras cent écus.
À toi, mon fils cultivateur, qui auras besoin de beaucoup d’hommes pour défricher tes terres incultes et labourer tes champs, je te donne cette serviette… qui te sera utile pour les nourrir. En effet, il te suffira de l’étendre sur une table, ou même par terre, et de dire : “Par la vertu de ma serviette, je désire un repas pour tant d’hommes, composé de tels et tels plats !” Et aussitôt tu verras ton souhait accompli.
Et toi, mon fils prêtre, que les devoirs de ton ministère obligent souvent à voyager de nuit…, je te donne ce manteau… qui possède cette vertu que, quand tu le mettras sur tes épaules, tu deviendras invisible ; de plus, il te transportera à volonté par les airs partout où tu voudras aller 20 . »

  • 21 Luzel , 1887, III, p. 24-49.

22 Dans la suite de l’histoire, le clerc se fait déposséder successivement des trois trésors par la fille du roi. Il découvre dans une île au-delà de l’horizon des pommes qui font pousser ou disparaître des cornes sur le front de qui les mange. Il s’en sert pour punir la voleuse et récupérer son bien 21 .

23Le conte ici paraît moins bien structuré : l’invraisemblance du pauvre paysan ayant dû trimer péniblement pour élever ses enfants, alors qu’il était propriétaire d’objets magiques qui pouvaient lui offrir une vie d’opulence et d’oisiveté, dénote un réarrangement secondaire et maladroit.

  • 22 Ollivier , 1995, p. 111.

24 L’autre version, « Le manteau, la serviette et la bourse », recueillie vers la même époque à Coatascorn (Côtes-d’Armor) auprès de Vincent Le Bail 22 , dévoile l’origine des trésors et, pour le reste, suit presque exactement le même scénario :

« Il était une fois un pauvre homme et une pauvre femme, habitant à la campagne, et qui s’appelaient Jean et Jeanne […]. Un jour, Jeanne dit à Jean d’aller au marché de Pontrieux pour lui vendre son fil, le produit de son travail de quinze jours. Elle le réveilla le lendemain matin avant le jour et lui dit :

  • Allons ! Jean, il faut vous lever avant que le coq ait chanté.
  • Je ne me lèverai pas, répondit Jean, avant que le coq ait chanté. Jean était peureux et il ne voulait pas se mettre en route avant la nuit. Mais Jeanne insista tant qu’il lui fallut se lever et partir. Il n’était guère plus de minuit […]. Quand Jean arriva à Pontrieux, il fut étonné de n’y voir personne dans les rues […] et il s’assit sur un galet rond, à la porte d’une maison et attendit. Peu après, trois chiens blancs s’approchèrent de lui, le flairèrent, puis ils se dirent, parlant en pur bas-breton comme des hommes, ce qui étonna fort Jean :
  • Que ferons-nous de celui-ci ? Il eut très peur et eut bien voulu s’en aller mais il n’osait bouger.
  • C’est Jean de Trézélan, dit le premier, je le connais bien ; un brave homme ; ne lui faisons pas de mal, au contraire : je veux lui donner un manteau qui aura cette vertu que quand il le portera à l’endroit, il sera le plus joli garçon du pays et quand il le portera à l’envers, il deviendra invisible pour tout œil humain.
  • Et moi, dit le second chien, je lui fais don d’une serviette merveilleuse et quand il l’étendra sur une table, ou même par terre, en disant “Serviette, fais ton devoir !”, il se trouvera dessus à l’instant toutes sortes de bonnes choses à boire et à manger.
  • Et moi, dit le troisième chien, je veux lui donner une bourse enchantée dans laquelle il trouvera cent écus chaque fois qu’il y mettra la main.

Et les trois chiens déposèrent à ses pieds un manteau, une serviette et une bourse, puis ils s’en allèrent […].
À partir de ce moment [Jean et Jeanne] ne manquèrent plus de rien. Tout le monde fut étonné de les voir devenir ainsi subitement riches, acheter des terres, des fermes, des bes tiaux, bâtir une belle maison et envoyer leurs enfants à l’école, tout comme les seigneurs du pays. Ils avaient trois fils. L’aîné devint cultivateur et resta à la maison avec ses parents, le second fut prêtre et le troisième, qui n’aimait que le plaisir, le jeu et les joyeuses sociétés, quitta le pays et alla à Paris. Jeanne mourut peu après.
Quand Jean, qui vécut jusqu’à un âge très avancé, sentit s’approcher sa fin, il fit venir ses trois fils et leur dit : “Mon heure est venue de m’en aller de ce monde, mes enfants, et de paraître devant Dieu. Je vous ai appelés pour vous faire mes adieux et partager entre vous le peu que je possède…”

  • 23 Luzel , 1994-2000, IV, p. 131-142. Je remercie Gaël Hily qui m’a procuré c (...)

[Etc. comme dans le conte précédent] 23 . »

25 Outre les métiers des trois frères, leur dépossession par les ruses de la princesse et l’évocation d’une île qui rappelle l’antique pommeraie de l’Autre Monde, la nature des trésors légués correspond à celle des merveilles dans le mythe irlandais et dans le conte de Jozebig ha Merlin qui en est un écho déjà reconnu.

  • 24 L’instrument du Daghdha est une rote, et non une lyre ni une harpe, car l’un de ses no (...)

26 Note 24

  • 25 À côté de la nappe, la tradition armoricaine a aussi conservé le souvenir du chaudron (...)

27 Note 25

  • 26 Le terme breton que Luzel a traduit par « serviette » est vraisemblablement, comme dans Jozebig ha (...)

28 Note 26

  • 27 Bolte-Polivka , 1913-1930, p. 476-478.

29 Il n’est pas douteux qu’il y a dans tout cela des thèmes communs du répertoire international des contes : en particulier les trois talismans dont un assure l’invisibilité 27 .

30Cela n’enlève rien, selon nous, à la valeur des coïncidences entre :

  • les représentations du dieu gaulois au maillet, coiffé d’une peau de canidé qui évoque évidemment le casque d’Hadès rendant invisible, et exhibant régulièrement un chaudron ou un autre récipient alimentaire ;
  • le dossier du Daghdha irlandais ;
  • l’homme noir du légendaire gallois ;
  • les détails rassemblés dans divers contes et légendes armoricains.
  • 28 Cf. Alvino , 1981, p. 50-51, sur le thème du « casque d’Hadès  (...)

31 Les mythes eux-mêmes sont régulièrement construits de thèmes de ce genre sans que cela ôte leur valeur éminente, théologique, pour les peuples qui y croient 28 .

Bibliographie

Bibliographie

A. Alvino , « L’invisibilità di Ades », Studi Storico-Religiosi , V, 1981, p. 45-51.

O. Bergin , « How the Dagda Got His Magic Staff », P. Rajna et al ., Medieval Studies in Memory of Gertrude Schœpperle Loomis , Paris, 1927, p. 399-406.

J. Bolte et G. Polivka , Anmerkungen zu den Kinder- und Hausmärchen der Bruder Grimm , Leipzig, 1913-1930.

J. Carey , « The Valley of Changing Sheep », Bulletin of the Board of Celtic Studies , XXX, 1982, p. 277-280, XXXII, 1985, p. 156.

J. Carey , A Single Ray of the Sun , Andover, 1999.

J. Carey et al . (éd.), Ildánach ildirech. A Festschrift for Proinsias Mac Cana , Andover, 1999.

T. M. T. Chotzen , « Emain Abhlach, Ynys Afallach, Insula Auallonis , île d’Avalon », Études celtiques , IV, 1948, p. 255-274. J.-M. Déceneux , Bretagne celtique , Brest, 2002.

J. R. Gisler et al . (éd.), Lexicon iconographicum mythologiae classicae , Zurich, 1981-1997.

G. W. Goetinck , « Indian Parallels and Belgic Influence on Welsh Mediæval Literature », Ollodagos , VIII, 1995, p. 157-182.

E. A. Gray , Cath Maige Tuired , Naas, 1982.

G. Hily , L’Autre Monde celte ou la source de vie , Bruxelles, 2003.

V. Hull , « The Four Jewels of the Tuatha Dé Danann », Zeitschrift für Celtische Philologie , XVIII, 1929, p. 73-89.

G. Le Menn et J.-Y. Le Moing (éd.), Bretagne et pays celtiques. Mélanges offerts à la mémoire de Léon Fleuriot (1923-1987) , Saint-Brieuc, 1992.

F. Le Roux et Ch.-J. Guyonvarc’h , « Le dieu druide et le druide divin », Ogam , XII, 1960,

p. 349-382.

F.-M. Luzel , Contes populaires de Basse Bretagne , Paris, 1887.

F.-M. Luzel , Légendes chrétiennes de la Basse Bretagne , Paris, 1889. F.-M. Luzel , Kontadennoù ar bobl , Brest, 1984-1994.

F.-M. Luzel , Contes traditionnels de Bretagne , Lesneven, 1994-2000.

R. A. S. MacAlister , Lebor Gabála Érenn , Dublin, 1938-1956.

P. Mac Cana , Celtic Mythology , Londres, 1983 2 .

A. M. Nagy , « Sucellus », J. R. Gisler et al . (éd.), Lexicon iconographicum mythologiae classicae , VII, 1994, p. 1820-1823, 2578-2580.

J. Ollivier , Les contes de Luzel , Lesneven, 1995.

P. Rajna et al ., Medieval Studies in Memory of Gertrude Schœpperle Loomis , Paris, 1927.

A. D. Rees et B. REES, Celtic Heritage , Londres, 1961.

B. Sergent , Celtes et Grecs , Paris, 1999.

E. Souvestre , Le foyer breton , Verviers, 1844 (rééd. 1975).

C. Sterckx , « La théogonie irlandaise », Jahrbuch für Anthropologie und Religionsgeschichte , IV, 1982, p. 67-212.

C. Sterckx , « Survivances de la mythologie celtique dans quelques légendes bretonnes », Études celtiques , XXII, 1985, p. 393-406.

C. Sterckx , « Les têtes coupées et le Graal », Studia Celtica , XX-XXI, 1985-1986, p. 1-42.

C. Sterckx , Histoire brève de la musique celtique des origines à nos jours , Plymouth Meeting, 1987.

C. Sterckx , « Débris mythologiques en Basse Bretagne », G. Le Menn et J.-Y. Le Moing (éd.), Bretagne et pays celtiques. Mélanges offerts à la mémoire de Léon Fleuriot (1923-1987) , Saint-Brieuc, 1992, p. 403-414.

C. Sterckx , « Le Cavalier et l’anguipède », Ollodagos , 1991-1995 : III, p. 1-107, IV, p. 1-126, VI, p. 1-196, VII, p. 231-239.

C. Sterckx , « Sucellos et Valéria Luperca », J. Carey et al . (éd.), ldánach ildirech. A Festschrift for Proinsias Mac Cana , Andover, 1999, p. 255-261.

Notes

1 Cf. en dernier lieu Carey , 1999, p. 1-38.

2 Voir par exemple Mac Cana , 1982.

3 Voir par exemple Rees-Reees , 1961 ; Sergent , 1999.

4 Cf. Le Roux-Guyonvarc’h , 1960.

5 Bergin , 1927, p. 402-404.

6 Sur l’iconographie de ce dieu : Nagy , 1994.

7 Hull , 1929 ; Macalister , 1938-1956, IV, p. 106 ; Gray , 1982, p. 24.

8 Cf. Goetinck , 1995, p. 172-174.

9 Cf. Carey , 1982-1985 (qui cite un parallèle exact en Irlande) ; Sterckx , 1999, p. 256.

10 Sterckx , 1985-1986, p. 15-17.

11 Sterckx , 1985.

12 Sterckx , 1992. Cf. Déceneux , 2002, p. 34.

13 Luzel , 1889, I, p. 153-159.

14 La version bretonne du conte n’est pas connue mais l’appellation « le Bon Dieu » n’est vraisemblablement pas une traduction littérale : la formule bretonne la plus normale est an Aotrou Doue « Messire Dieu » (cf. par exemple Luzel , 1984-1994, IV, p. 31, 57).

15 Chotzen , 1948 ; HILY, 2003, p. 17-19.

16 Sterckx , 1991-1995, III, p. 48-51.

17 Nagy , 1994.

18 Sterckx , 1991-1995, IV, p. 27-28.

19 Une autre version, inédite, a été recueillie auprès de Vincent Le Bail, de Coatascorn : Ollivier , 1995, p. 111.

20 Luzel , 1887, III, p. 23-24.

21 Luzel , 1887, III, p. 24-49.

22 Ollivier , 1995, p. 111.

23 Luzel , 1994-2000, IV, p. 131-142. Je remercie Gaël Hily qui m’a procuré ce dernier texte.

24 L’instrument du Daghdha est une rote, et non une lyre ni une harpe, car l’un de ses noms Cóirceatharchair atteste sa forme quadrangualire ( Sterckx , 1987, p. 45). Elle a le pouvoir « d’endormir » et de « réveiller » à volonté, à comprendre sans doute comme celui de tuer les vivants et de ressusciter les morts ( Sterckx , 1982, p. 111-113).

25 À côté de la nappe, la tradition armoricaine a aussi conservé le souvenir du chaudron inexhaustible et du pouvoir de vie et de mort de l’arme qui l’accompagne. Dans le conte vannetais Perronik l’idiot, publié originellement en 1844, le bassin d’or du géant Rogear « produit à l’instant les mets et les richesses que l’on désire : il suffit d’y boire pour être guéri et les morts eux-mêmes ressuscitent en le touchant des lèvres ; quant à [sa] lance de diamant, elle tue et brise tout ce qu’elle touche » ( Souvestre , 1975, p. 236).

26 Le terme breton que Luzel a traduit par « serviette » est vraisemblablement, comme dans Jozebig ha Merlin, doubier, que nous traduisons plus volontiers aujourd’hui par « nappe ».

27 Bolte-Polivka , 1913-1930, p. 476-478.

28 Cf. Alvino , 1981, p. 50-51, sur le thème du « casque d’Hadès ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20165/img-1.png
Fichier image/png, 13k

Auteur

Chargé de cours à l’Institut des hautes études de Belgique

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540