Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Deuxième partie. « Parler en langues » : linguistique, philologie et littérature

Le suffixe -ako- du gaulois au breton. Esquisse d’une approche matricielle

Erwan Vallerie

Texte intégral

  • 1 Joseph Loth, L’émigration bretonne en Armorique, Rennes, 1883.
  • 2 . Cette thèse est malheureusement restée inédite mais nous avons pu, grâce à l’obligeance du père (...)
  • 3 Joseph Loth, L’émigration bretonne en Armorique, Slatkine Reprints, Paris-Genève, 1980.
  • 4 Bernard Tanguy, « La limite linguistique dans la péninsule armoricaine à l’époque de l’émigration (...)

1On connaît le schéma élaboré par Joseph Loth à propos des toponymes terminés en -ac en Bretagne, schéma exposé dans son ouvrage fondateur L’émigration bretonne en Armorique1 et sur lequel s’appuyait pour l’essentiel sa vision d’une Armorique totalement romanisée lors de l’immigration bretonne d’outre-Manche. Ce schéma, qui fit longtemps autorité, n’est plus admis aujourd’hui, particulièrement depuis la thèse soutenue en 1973 par M. Bernard Tanguy sous le titre Recherches autour de la limite des noms gallo-romains en -AC en Haute Bretagne2. La réfutation du schéma de Joseph Loth y est synthétisée, à partir d’une étude exhaustive des toponymes bretons présentant un réflexe du suffixe -ako-(p. 15-255), dans une Introduction qui occupe les pages 3 à 14. M. Bernard Tanguy en a d’ailleurs repris les grandes lignes, d’une part dans la Présentation rédigée par lui pour la réédition en 1980 de l’ouvrage de Joseph Loth3, d’autre part et surtout dans un long article des Annales de Bretagne en 19804 sous le titre La limite linguistique dans la Péninsule armoricaine à l’époque de l’émigration bretonne (ive-ve siècles) d’après les données toponymiques, ce qui a permis de donner à son analyse l’écho qu’elle méritait et que sa thèse, on a lieu de le craindre, n’aurait pas connu par elle-même, faute de publication.

2Il n’est pas dans notre propos de revenir sur ce débat et nous nous contenterons donc, pour rester dans les limites d’une brève contribution, de reprendre dans ce dernier texte de M. Bernard Tanguy, quelques phrases qui permettront de situer sommairement le problème pour les lecteurs qui n’en seraient pas familiers.

« Pour Loth, écrit M. Bernard Tanguy, il ne fait donc pas de doute que l’Armorique était tout entière romanisée à l’arrivée des Bretons et que la receltisation de la Péninsule est leur œuvre. […] L’anthroponymie et la toponymie suppléent en la circonstance aux silences de l’histoire et viennent même en corriger les données. Aux toponymes portant “l’estampille bretonne”, critère vague et subjectif retenu par de Courson, Loth va joindre un critère nouveau et plus déterminant puisque phonétique : la conservation, à l’ouest d’une ligne peu différente de la limite séparative proposée par de Courson, du suffixe -ac dans la toponymie. Pour lui, cette conservation est imputable à la présence bretonne qui, figeant le suffixe, en a empêché l’évolution en -é comme dans le domaine de langue d’oïl. »

3Il s’ensuivait que Joseph Loth, fidèle en cela à l’enseignement de son maître d’Arbois de Jubainville, voyait dans les noms en -ac des formations gallo-romaines associant ce suffixe celtique au nom (plus précisément : au gentilice) du propriétaire du fundus, tandis que, disait-il, « les Bretons ne tirent pas […] des noms de lieux en -ac de noms d’homme ». Et M. Bernard Tanguy ajoute :

  • 5 Il va de soi que cette présentation des termes de la controverse est, par nécessité, déplorablemen (...)

« La conséquence majeure qui découle, en effet, de cet a priori est d’établir une ségrégation arbitraire entre des toponymes actuellement en -ac (ou en -é) et leurs correspondants bretons en -ec, -euc ou -oc (en vieux breton -oc, -uc, de -aco). En d’autres termes, en vertu de ce principe, cela revient à assigner une origine différente à des toponymes comme : L’Avallac (en Muzillac, Morb.), L’Avaleuc (en Plémy, C.-du-N., Avaloc en 1279), Avalec (en Pluméliau, Morb.). […] Les noms à finales en -ac procéderaient [du] nom d’homme *Aballos. […] Au contraire, les toponymes à finale en -oc, -euc, -ec auraient pour radical des noms communs : aval “pomme”5… »

4Au terme de son analyse critique, M. Bernard Tanguy propose (mais ce n’est pas l’objet de notre réflexion) de voir dans les noms de lieu en -ac les témoins, non pas, comme le pensait Loth, de l’expansion du breton, mais du recul du gaulois.

  • 6 Sur cette divergence, cf. notamment notre Traité de toponymie historique de la Bretagne, Le Relecq (...)

5Si nous jugeons opportun d’apporter une contribution supplémentaire à cette controverse, ce n’est certes pas pour réhabiliter le schéma de Joseph Loth, que les arguments de M. Bernard Tanguy ont, nous semble-t-il, définitivement frappé de péremption. Mais ce n’est pas non plus, il faut le dire, pour conforter simplement les conclusions que M. Bernard Tanguy déduit de son analyse critique, si convaincante que soit celle-ci (conclusions, auxquelles, personnellement, et pour des raisons indépendantes de la question des noms en -ac, nous n’adhérons pas6). C’est plutôt pour proposer un éclairage spécifiquement linguistique sur l’évolution du suffixe -ako-, sans préjuger des implications qui peuvent découler de cette approche quant à la situation des langues en Armorique à l’époque où celle-ci devenait la Bretagne. Nous n’évoquerons donc pas dans ces pages de telles implications qui nous paraissent relever d’un débat ultérieur, dont nous espérons tout au plus que notre apport sera de nature à lui fournir quelques éléments nouveaux, dans un sens ou dans l’autre.

6Le suffixe -a¯ko-, à valeur notamment adjectivale, était commun au celtique insulaire, appelé brittonique, et au celtique continental, couramment désigné sous le nom de gaulois. En dépit de la latinisation, il survécut à sa langue d’origine dans la quasi-totalité de la Gaule (et même au-delà) et fut utilisé en combinaison avec des anthroponymes indiscutablement latins pour former des noms de lieu.

7En breton, ce suffixe conserva sa quantité vocalique (a long), mais subit d’abord la lénition intervocalique, qui l’amena à -a¯go-, puis la chute des syllabes finales, d’où -a¯g, et enfin une évolution vocalique qui, par un stade intermédiaire -åg (où å représente une voyelle mal définie, mais généralement considérée comme un o long et très ouvert, d’où la transcription fréquente du suffixe, à l’époque du vieux-breton, par la graphie -oc), l’amena à -œg (transcrit -euc).

8Au-delà de ce stade /œ/, le réflexe de /a¯/ celtique subit encore des évolutions dialectales. Dans l’ouest de la Péninsule (domaine des dialectes désignés aujourd’hui par le sigle KLT), la remontée de l’accent sur la pénultième au XIe siècle entraîna une réduction de /œ/ à /e/ dans les syllabes finales où la voyelle était désormais atone (ce qui était par définition le cas d’un suffixe), d’où le passage de la graphie -euc à la graphie -ec ; /œ/ se maintint au contraire en position tonique, c’est-à-dire dans les monosyllabes (meur, breur) et dans les pénultièmes des polysyllabes (eured).

9Indépendamment de cette évolution – et sans doute plus précocement –, /œ/ évolua en /e/ en toute position dans une zone bien circonscrite, au sud-est du domaine bretonnant actuel, correspondant à ce que l’on désigne aujourd’hui sous l’appellation de haut-vannetais. Qu’il s’agisse là d’un phénomène dialectal sans lien avec celui que nous venons d’évoquer pour le KLT, c’est ce que démontrent les considérations suivantes :

  • le dialecte du sud-est n’a pas connu jusqu’à nos jours la remontée de l’accent sur la pénultième, remontée qui fut le fait générateur du passage de /œ/ à /e/ en KLT ;
  • l’évolution de /œ/ à /e/ dans ce dialecte s’effectue en toute position, dans les monosyllabes (mer, brer), comme dans les pénultièmes (atones) des polysyllabes (ered) et surtout, pour ce qui nous intéresse ici, dans les finales (restées toniques) : beleg ;
  • enfin cette évolution ne paraît pas avoir débordé le domaine du haut-vannetais : elle n’est évidente ni en bas-vannetais (malgré l’influence du standard littéraire de Vannes), ni en breton de Guérande, ni dans les régions jadis bretonnantes de la Haute Bretagne où la voyelle paraît s’être maintenue au stade /œ/ jusqu’à la disparition de la langue (alors pourtant que l’évolution de /œ/ à /e/ était déjà acquise en haut-vannetais)7.

10Aujourd’hui, le réflexe de -a¯ko-dans les toponymes apparaît donc sous la forme -ec en KLT comme en Vannetais, mais pour des raisons distinctes : en KLT, du fait de la remontée de l’accent, en Haut-Vannetais du fait d’une mutation vocalique indépendante de l’accent, en Bas-Vannetais, du fait d’une normalisation des graphies à partir du standard littéraire de Vannes (normalisation qui n’a pas atteint le vocabulaire courant). Il apparaît sous la forme -euc en Haute Bretagne et, sporadiquement, dans le pays de Guérande.

11Dans le domaine de langue d’oïl, qui s’étend à l’ouest jusqu’aux anciens évêchés de Nantes et de Rennes (incorporés à la Bretagne au ixe siècle seulement) à l’exception de Messac et Pléchâtel dans le Rennais et du pays de Guérande, le suffixe subit d’abord la perte de quantité des voyelles, générale en bas-latin, aboutissant à la confusion de /a¯/ et de /a˘/ en un /a/ indifférencié, soit -ako-, puis la lénition de /k/ intervocalique, soit -ago-, avant d’aboutir, par un stade intermédiaire, à /j/. C’est le stade /ajo/ qui explique les répliques -é, -y, voire -ai (Cambrai < Cameraco) du suffixe en français moderne.

12Le réflexe -ac qui apparaît fréquemment en Bretagne orientale et beaucoup plus rarement en Bretagne occidentale est donc nécessairement le produit d’un emprunt, pour lequel, à ce stade de la réflexion, il convient d’envisager trois modalités possibles :

  • emprunt par des immigrants de langue bretonne à des autochtones de langue romane (on reconnaît là la position de Joseph Loth) ;
  • emprunt par des immigrants de langue bretonne à des autochtones restés de langue gauloise ;
  • emprunt par des autochtones de langue romane à d’autres autochtones restés de langue gauloise.

13Pour autant, il n’est pas suffisant de constater la nécessité de l’hypothèse d’un emprunt : encore faut-il établir le processus qui a abouti à la conservation d’une forme -ac. Or l’identification de ce processus suppose une étude chronologique des états de langue en présence.

14Autant dire que les données du problème à résoudre peuvent s’exprimer sous forme de dates, à commencer par :

  • la date de l’arrivée des immigrants insulaires en Armorique ;
  • et la date de l’extinction du gaulois dans cette même région.

15Mais la question est beaucoup plus complexe, d’une part, du fait que ces deux dates, loin d’être des acquis indiscutables, qui pourraient servir de socle à l’investigation, sont elles-mêmes très mal assurées, au point que le débat sur les toponymes en -ac a souvent été abordé précisément pour tenter de les établir, d’autre part, du fait que, quand bien même on parviendrait, à partir d’autres indices, à les fixer de manière irréfutable, il faudrait encore parvenir à la même précision et à la même sûreté pour l’ensemble des phénomènes phonétiques mis en cause, ce qui supposerait, a minima, que soient établies aussi :

  • la date de la lénition intervocalique chez les immigrants brittoniques ;
  • la date du passage, chez ces mêmes immigrants de /a¯/ à /å/ ;
  • la date de la confusion entre longues et brèves dans le latin parlé en Armorique ;
  • la date de la lénition intervocalique de /k/ en /g/ dans le bas-latin parlé en Armorique ;
  • la date du passage de /ago/ à /ajo/ dans le roman parlé en Armorique.

16Est-il nécessaire d’ajouter que le terme de date, ici, ne doit pas faire illusion? Il ne s’agit évidemment pas de rechercher un millésime, mais une époque au cours de laquelle le fait historique ou le changement linguistique s’est produit. Sauf à retomber dans l’erreur de l’histoire événementielle qui prétendait fixer la fin du Moyen Âge à la prise de Constantinople par les Turcs en 1453, il convient de garder à l’esprit que chacun des phénomènes, historiques ou linguistiques, qui viennent d’être évoqués s’est nécessairement étalé sur plusieurs générations. À titre d’exemple, on rappellera que le passage de la prononciation /we/ à la prononciation /wa/, pour ce qui s’écrit encore -oi-en français moderne, était déjà entamé dans la bourgeoisie parisienne au xve siècle et qu’en dépit de son officialisation par l’accession de cette classe au pouvoir lors de la Révolution française, il n’est pas certain que la prononciation nouvelle ait à ce jour totalement évincé l’ancienne (nous pouvons au moins attester que tel n’était pas le cas dans les campagnes berrichonnes il y a trente ans).

17Cela veut donc dire qu’il serait vain, s’agissant de phénomènes qui sont tous intervenus entre la fin du Haut-Empire et l’époque carolingienne, de spéculer sur l’antériorité de tel d’entre eux par rapport à tel autre. En aucun cas, on ne peut exclure des chevauchements.

  • 8 M. K. Pope, From Latin to modern French, Manchester, 1952, § 341.
  • 9 Henri d’Arbois de Jubainville, Études grammaticales sur les langues celtiques, Paris, 1881, p. 5.

18Mais il y a plus grave – ou plus délicat – encore : la tentation est forte, à propos d’un fait linguistique, de postuler que l’évolution constatée en un point du domaine à une date déterminée, a affecté l’ensemble du domaine à cette même date. Tentation d’autant plus forte que, même pour une langue aussi bien connue, et par des documents si nombreux, que le latin, la datation des évolutions linguistiques ne repose le plus souvent que sur des indices extrêmement ténus et plus fréquemment relatifs au centre du domaine qu’à sa périphérie. C’est ainsi que tel linguiste s’appuiera sur la forme Rotomaus pour Rotomagus relevée chez Grégoire de Tours pour avancer que le passage de -ago-à -ajo-doit être daté de la fin du vie siècle8, que tel autre soulignera que, chez Properce, au début de l’ère chrétienne, le nom gaulois Virdumari est déjà scandé avec un a bref dès les premières décennies de l’occupation romaine9

19L’exemple mentionné précédemment du sort de -oi-en français et de la coexistence, plusieurs siècles durant, de deux prononciations, l’une archaïque, l’autre moderne, ne permet pas d’exclure, particulièrement dans cette région périphérique de l’Empire qu’était l’Armorique, le maintien d’archaïsmes pendant un, deux ou trois siècles après leur abandon par la bonne société romaine. Si donc les spécialistes s’accordent à peu près pour considérer que la perte du système quantitatif des voyelles latines était déjà en cours dans la Rome du Haut-Empire et n’était plus, en tout cas, qu’un souvenir au ive siècle, cela ne permet pas d’exclure le maintien d’un a long dans le suffixe -acus parmi des populations armoricaines récemment romanisées (à supposer qu’elles aient été déjà romanisées) et dont la langue d’origine pouvait fort bien avoir conservé cette longue, puisque le brittonique, lui, ne l’avait pas perdue.

  • 10 Cf. entre autres A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine, Paris, 1933, p. 241 sq.

20A contrario – et c’est là, sans doute, le point le plus vulnérable du schéma de Joseph Loth, encore qu’il n’ait guère, nous semble-t-il, été évoqué –, on ne peut s’interdire d’envisager que la phonologie du gaulois finissant ait été influencée par celle du bas-latin qui, même dans l’hypothèse d’une persistance générale du gaulois, n’en était pas moins présent en Armorique dans les centres urbains10 : si les ouvriers de l’usine de salaisons de Plomarc’h à Douarnenez parlaient sans doute encore gaulois à la fin du iiie siècle, les maîtres d’œuvre, quant à eux, parlaient certainement latin. Il est donc concevable que, de même que, sous l’influence du français, dans une large partie du domaine bretonnant actuel, le r apical (dit roulé) a été remplacé par le r uvulaire (dit parisien), ou le l mouillé par le yod, certains parlers gaulois aient perdu, à l’instar du latin, la distinction entre longues et brèves ou aient subi la lénition intervocalique (qui n’allait pas tarder à affecter aussi le brittonique lui-même).

21En d’autres termes, il ne suffirait pas de prouver que tel toponyme a été reçu par les Bretons des Armoricains autochtones au stade /a¯ko/ pour conclure que ces Armoricains parlaient encore gaulois, ni que tel autre a été reçu au stade /ago/ pour conclure qu’ils parlaient déjà latin.

  • 11 Nora K. Chadwick, The colonization of Britanny from Celtic Britain (Proceedings of the British Aca (...)

22Quand on considère enfin que l’immigration brittonique en Armorique s’est déroulée, non pas sur environ deux siècles, comme le pensait encore Joseph Loth (qui donne pour titre à sa thèse L’émigration bretonne en Armorique du ve au viie siècle de notre ère), mais au moins sur quatre, voire cinq (en la faisant commencer, comme on l’admet généralement aujourd’hui à la suite des travaux de Nora K. Chadwick, dès le ive, voire dès la fin du iiie siècle11) et qu’en outre il est raisonnable de poser l’hypothèse que tous les points du territoire armoricain n’ont pas été concernés simultanément (et que donc, pour prendre un exemple, il n’est sans doute pas pertinent de raisonner comme si l’environnement linguistique était le même quand les Insulaires se sont implantés à Saint-Pol-de-Léon ou à Guérande), on arrive à la conclusion qu’aucune éventualité n’est à exclure a priori quant au processus de passage de toponymes autochtones contenant le suffixe -ako-dans la langue des immigrants.

23Il s’agit donc d’une équation du Nième degré à N inconnues. Il n’est évidemment pas illégitime, pour tenter de réduire l’incertitude, d’affecter à certaines des inconnues des valeurs conventionnelles tenues pour les moins improbables et de déduire ainsi une valeur supposée pour l’inconnue (voire les inconnues) que l’on s’attache plus particulièrement à établir, mais à condition de ne pas perdre de vue que ce n’est qu’un pis-aller.

24Une autre méthode, que notre article vise à proposer ici, et qui n’est pas a priori moins féconde ni moins rigoureuse, consiste à admettre l’incertitude et à recenser exhaustivement les configurations possibles, fussent-elles improbables ou incompatibles entre elles, puis à examiner une à une les éventualités ainsi dégagées, quitte à en récuser certaines après coup pour défaut de vraisemblance.

25Il s’agit donc de croiser les différents états imaginables du suffixe -ako-dans les toponymes armoricains autochtones avec les différents stades d’évolution de la langue des insulaires immigrants.

26En ce qui concerne le suffixe -ako-dans les toponymes autochtones, deux états sont possibles pour la voyelle a : maintien d’une voyelle longue ou passage à une voyelle indifférenciée ; trois états sont possibles pour la consonne : maintien d’une sourde k, passage à une sonore g, passage à une fricative j. Soit au total six configurations : a¯ko, ako, a¯go, ago, a¯jo et ajo.

27En ce qui concerne le stade d’évolution du brittonique, il paraît suffisant, pour ce qui n’est qu’une première approche, de ne retenir que le seul critère de la lénition intervocalique, en se contentant donc d’examiner deux hypothèses : l’emprunt intervient avant le passage de k intervocalique à g, ou il intervient après.

281er cas : le suffixe -ako-dans les toponymes autochtones est encore au stade /a¯ko/ :

  • si la lénition n’est pas intervenue en brittonique, la résultante est nécessairement conforme à celle du même suffixe dans cette langue, soit /œg/ avant la différenciation dialectale, et donc transcrite aujourd’hui, du fait de l’assourdissement général des finales absolues en breton, par -euc ou -ec ;
  • si la lénition est déjà intervenue, la résultante est /œk/ avant la différenciation dialectale, et elle apparaît donc aussi aujourd’hui transcrite par -euc ou -ec.

292e cas : la perte de la quantité vocalique est intervenue dans la langue des autochtones, mais non la lénition intervocalique ; le suffixe -ako-dans les toponymes autochtones est donc au stade /ako/ :

30– si la lénition n’est pas intervenue en brittonique, la résultante est /ag/, transcrit aujourd’hui, du fait de l’assourdissement des finales en breton, par -ac ;

  • si la lénition est déjà intervenue, la résultante est /ak/, aboutissant évidemment aussi à une transcription par -ac.

313e cas : la lénition intervocalique est intervenue dans la langue des autochtones, mais non la perte de la quantité vocalique ; le suffixe -ako-dans les toponymes autochtones est donc au stade /a¯go/ :

  • si la lénition n’est pas intervenue en brittonique, la résultante est /ou/, comme dans l’emprunt au latin pa¯gus > vieux-breton pou, transcrit aujourd’hui, du fait de la réduction de /ou/ à /u/ en position finale, par -ou (en KLT) ou -o (en Vannetais et en Haute Bretagne)12 ;
  • si la lénition est déjà intervenue, la résultante est /œg/ avant la différenciation dialectale, et donc transcrite aujourd’hui par -euc ou -ec.

324e cas : la lénition intervocalique et la perte de la quantité vocalique sont toutes deux intervenues dans la langue des autochtones ; le suffixe -ako-dans les toponymes autochtones est donc au stade /ago/ :

  • si la lénition n’est pas intervenue en brittonique, la résultante est /au/, comme dans le brittonique dago-> vieux-breton dau, aujourd’hui dav, et transcrite -au dans un toponyme13 ;
  • si la lénition est déjà intervenue, la résultante est /ag/, transcrite aujourd’hui, du fait de l’assourdissement des finales en breton, par -ac.

335e cas : l’évolution de k intervocalique s’est poursuivie dans la langue des autochtones jusqu’au stade j, mais la perte de la quantité vocalique n’est pas intervenue ; le suffixe -akodans les toponymes autochtones est donc au stade /âjo/ :

  • que la lénition soit intervenue ou non en brittonique, la résultante est /ui/, comme dans le brittonique *majo-> mui, transcrite aujourd’hui par -ui.

346e cas : l’évolution de k intervocalique s’est poursuivie dans la langue des autochtones jusqu’au stade j et la perte de la quantité vocalique est intervenue ; le suffixe -ako-dans les toponymes autochtones est donc au stade /ajo/ :

  • que la lénition soit intervenue ou non en brittonique, la résultante est /ai/, comme dans le brittonique *kajo-> vieux-breton cai, breton moderne kae, transcrite aujourd’hui par -ay ou -é.

35Il est évidemment plus expédient de présenter ces différentes éventualités sous la forme d’un tableau carré, ou matrice, d’où le sous-titre donné à cet article : Esquisse d’une approche matricielle.

36Ainsi que nous le prévoyions plus haut, il convient, avant de poursuivre, d’éliminer pour défaut de vraisemblance certaines des éventualités théoriques ainsi dégagées. C’est pourquoi nous proposons de ne pas retenir :

  • les éventualités I et J, au motif qu’un maintien de la quantité de la voyelle jusqu’à l’époque de l’achèvement de l’évolution de k en j n’est pas concevable : la contre-épreuve est d’ailleurs fournie par l’absence dans le corpus toponymique breton de finales en -ui14 ;
  • l’éventualité K, au motif que le passage de g à j en Armorique à une époque où la lénition n’était pas encore intervenue en brittonique, c’est-à-dire, même si nous ne recourons à de telles datations qu’avec réticence, avant le ve siècle, n’est guère envisageable ;
  • les éventualités B, D et F, pour des raisons analogues : il n’est pas plausible que la quantité vocalique de a se soit maintenue jusqu’au ve ou vie siècle (éventualité F), non plus que la sourde intervocalique (éventualité D) et encore moins l’une et l’autre à la fois (éventualité B).

37Ce travail d’élagage effectué, il reste néanmoins (dans la seule hypothèse, rappelons-le, d’un emprunt effectué par les immigrants à un parler autochtone) six éventualités qui ne sauraient être exclues a priori et qui nous montrent :

  • que certains toponymes gaulois ou gallo-romains peuvent nous être parvenus avec une finale -uc ou -ec (éventualité A) ;
  • 15 Cette possible équivalence de la terminaison -ac avec -au ou -ou pourrait conduire à reconsidérer (...)

38– qu’il peut exister des doublets en -ou ou en -au à des toponymes gaulois ou gallo-romains, connus également avec des finales en -euc ou en -ac (éventualités E et G)15 ;

  • que certains toponymes, connus aujourd’hui avec une finale en -é (Séné, Saillé, Taulé, Rédené… ?) peuvent résulter d’un emprunt par les immigrants qui serait intervenu non pas au terme d’une évolution romane complète, mais au stade -ajo-(éventualité L) ;
  • qu’enfin et surtout les toponymes aujourd’hui terminés en -ac ne forment pas un corpus homogène et que certains peuvent résulter d’un emprunt précoce (avant la lénition dans les parlers autochtones : éventualité C), d’autres d’un emprunt tardif (après la lénition dans la langue des immigrants : éventualité H).

39Cette dernière remarque pourrait bien rendre compte de l’opposition entre certains toponymes en -ac, en Bretagne occidentale, où se décèle une évolution par ailleurs bretonne, tel Irvillac (qui présente une lénition spécifiquement brittonique de m en v : Ploe Ermeliac, xie siècle), et d’autres, en Bretagne orientale, où l’assibilation spécifiquement romane est difficilement contestable, tel Marsac (Marczac, 888, de *Martiacum).

40Au terme de ce qui n’est qu’une tentative pour dégager de nouvelles pistes, certains lecteurs jugeront peut-être que nous ne faisons qu’ajouter à la complication dans un écheveau déjà particulièrement emmêlé. Il nous semble pourtant que, précisément parce que l’écheveau est emmêlé, c’est en identifiant de nouvelles variables discriminantes, en discernant des catégories nouvelles, difficilement repérables a priori, que l’on contribuera à y mettre de l’ordre. C’est dans cet esprit que nous avons rédigé cette contribution.

Notes

1 Joseph Loth, L’émigration bretonne en Armorique, Rennes, 1883.

2 . Cette thèse est malheureusement restée inédite mais nous avons pu, grâce à l’obligeance du père Marc Simon OSB, la consulter d’après l’exemplaire dactylographié déposé à la bibliothèque de l’abbaye de Landévennec.

3 Joseph Loth, L’émigration bretonne en Armorique, Slatkine Reprints, Paris-Genève, 1980.

4 Bernard Tanguy, « La limite linguistique dans la péninsule armoricaine à l’époque de l’émigration bretonne (ive-ve siècle) d’après les données toponymiques », Annales de Bretagne, t. 87, n° 3, p. 429-462.

5 Il va de soi que cette présentation des termes de la controverse est, par nécessité, déplorablement succincte et nous ne pouvons qu’engager les lecteurs tant soit peu exigeants à se reporter à l’exposé très circonstancié qu’en fait M. Bernard Tanguy dans son article.

6 Sur cette divergence, cf. notamment notre Traité de toponymie historique de la Bretagne, Le Relecq-Kerhuon, 1995, § 5.25-5.28.

7 Pour plus de détails, cf. à ce sujet notre Traité de toponymie historique de la Bretagne, Le Relecq-Kerhuon, 1995, § 2.1-2.17.

8 M. K. Pope, From Latin to modern French, Manchester, 1952, § 341.

9 Henri d’Arbois de Jubainville, Études grammaticales sur les langues celtiques, Paris, 1881, p. 5.

10 Cf. entre autres A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine, Paris, 1933, p. 241 sq.

11 Nora K. Chadwick, The colonization of Britanny from Celtic Britain (Proceedings of the British Academy), 1965, p. 258 et Early Brittany, Cardiff, 1969, p. 172-192, ainsi que Léon Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, 1980, p. 47-50.

12 Cf. à ce sujet notre article « Les terminaisons -ou et -o dans la toponymie bretonne », BSAF, CXXX, 2002.

13 Curieusement, cette éventualité avait été envisagée par J. Loth dans un article du Bulletin de la Société polymathique du Morbihan cité par B. Tanguy dans les Annales de Bretagne, op. cit., p. 447 : « Si les Bretons n’avaient pas trouvé ces noms sous la forme -aco, ils les eussent changé en -ao, car le g intervocalique chez eux devenait spirant et disparaissait au viie-viiie siècle », mais comme on le voit, c’était seulement à ses yeux dans le cadre d’une démonstration par l’absurde.

14 Le nom de Pleurtuit ne peut être invoqué ici, du fait de la présence, dans toutes les formes anciennes, du -t final ; ainsi que nous l’avons proposé dans notre Traité…, § 2.294, il faut y voir une hyper-correction amenée par l’équivalence gallo fru, pu = français fruit, puits.

15 Cette possible équivalence de la terminaison -ac avec -au ou -ou pourrait conduire à reconsidérer le cas de certains doublets où ces suffixes paraissent interchangeables. Il ne s’agit pas de remettre en cause l’explication classique du passage de Pledeliau à Plédéliac par une fausse régression : il est clair que ce toponyme est formé sur l’hagionyme breton Teliau et que la terminaison -ac actuelle est à mettre au débit de l’analogie, à partir de la prononciation gallèse Pledelia (il en va de même pour Saint-Uniac et Saint-Suliac). En revanche, cette équivalence pourrait expliquer certaines « coïncidences », telle la proximité, signalée par B. Tanguy dans sa thèse (p. 219), entre Kerscrignac et Kerscrinou en Plestin.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20163/img-1.png
Fichier image/png, 5,2k

Auteur

Docteur en histoire et civilisation, université Rennes 2 – Haute Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540