Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Deuxième partie. « Parler en langues » : linguistique, philologie et littérature

Le bruit de l’odeur Notes sur un idiomatisme poétique

Aziliz Bourgès

Texte intégral

1La discipula simplissima que je suis doit en grande partie au père Marc Simon son intérêt pour la recherche historique bretonne, la littérature hagiographique en particulier. Je le remercie infiniment de nos conversations stimulantes et soumets ici, à travers cette modeste notule, une nouvelle problématique à sa sagacité.

  • 1 Iannnik Scolan, in Th. La Villemarqué, Chants populaires de la Bretagne. Barzaz Breiz, Paris, 1867 (...)
  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid, p. 345, « j’entends l’odeur de cornes brûlées ».
  • 4 Ibid, p. 348, « c’houez an tin ha lore a glevann » (« j’entends l’odeur du thym et du laurier »).
  • 5 Ibid., p. 349.
  • 6 La vie de sainte Radegonde dans les Acta Sanctorum, Augusti III, p. 74, édition de 1737.
  • 7 Ph. Depreux, Les sociétés occidentales du milieu du vie à la fin du ixe siècle, Rennes, PUR, 2002.
  • 8 Y. Chauvin et G. Pon, in R. Favereau (éd.), La vie de sainte Radegonde par Fortunat, Poitiers, BM, (...)
  • 9 Cf. note 7, p. 203.
  • 10 Cf. note 6.
  • 11 A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Brepols, Turnhout, 1967.
  • 12 A. Blaise, Lexicon Latinitatis Medii Aevi, Brepols, Turnhout, 1975.
  • 13 La vie de saint Cuthbert dans les Acta Sanctorum, Martii III, p. 119, édition de 1668.
  • 14 […] venerunt statim post vestigia eius duo pusilla animalia maritima, humiliter proni in terram, l (...)
  • 15 Cette anecdote est également attribuée au Hodja (Maître) Nasreddin (1208-1285), sage réputé en Tur (...)

2Au hasard de lectures croisées, nous avons fini par suivre une même piste sur les traces d’un idiomatisme breton pour le moins poétique : « c’houez an ti ha lore a glevann1 » ou « j’entends l’odeur du thym et du laurier », entendre l’odeur d’une fleur, quelle figure de style ! La gwerz de Iannik Scolan répertoriée dans le Barzaz Breiz par la Villemarqué2 mentionne par deux fois ce brittonisme : à la première occasion pour évoquer l’odeur du Mal, « c’houez karno rostet a glevann3 », à la seconde pour exprimer l’inspiration d’un parfum apaisant4. Cet idiomatisme (klevet c’hwezh un dra bennak, « entendre » l’odeur de quelque chose) est encore bien vivant dans la langue populaire bien que tendant à s’effacer sous l’influence du gallicisme « santout ar c’hwezh » (sentir l’odeur). À quand remonte la première occurrence de cette expression ? Doit-elle son apparition à l’influence d’une autre langue ? Retrouve-t-on pareille image dans d’autres idiomes, fussent-ils d’une autre origine que celtique ? Autant de questions qui, faute de connaissances et de recherches approfondies, restent pour nous sans réponse. La Villemarqué, dans le Barzaz Breiz5, fait allusion à un texte gallois, composé avant le xiie siècle et copié entre 1104 et 1159, lequel présenterait un canevas et un thème similaires au texte de Iannik Scolan. Qu’en serait-il alors d’une expression galloise équivalente à « klevet ar c’hwezh ? ». La datation de la gwerz bretonne préciserait-elle une possible première apparition de cet idiomatisme ? La datation du texte gallois comme terminus ad quem et les velléités antiquisantes du comte de la Villemarqué ne peuvent nous conduire qu’à une datation approximative, voire hasardeuse de la gwerz de Iannik Scolan, dans les brumes d’un Moyen Âge breton déclinant (xvie siècle ?). Le mystère du bruit de l’odeur reste entier. Le trouble s’accroît encore lors de la découverte, dans un texte de Venance Fortunat6 de ce que nous nous accordons à considérer comme une licence poétique de la part de l’auteur de la Vie de sainte Radegonde : nous donnons ici la traduction, citée dans le livre de Philippe Depreux, Les sociétés occidentales du milieu du vie à la fin du ixe siècle7, proposée par Yves Chauvin et Georges Pon8. Sainte Radegonde, s’adressant à l’une de ses moniales qui aimait à composer des chansons, s’étonne de son goût pour le siècle : « C’est un peu fort que toi qui es liée à la vie monastique, tu prennes plaisir à entendre l’odeur du siècle9. » Retournant à la source du texte10, nous trouvons : Grande est, si te delectat conjuncatam religioni audire odorem seculi, entendre l’odeur du siècle, voilà qui rappelle étrangement notre brittonisme. Loin de nous l’idée d’attribuer une quelconque influence brittonique sur l’esprit classique d’un aristocrate italien du vie siècle… mais la confusion des sens, propre à l’expression bretonne, pourrait-elle remonter à l’époque de l’italo-celtique avant la divergence linguistique entre les langues celtiques et italiques ? La notice « clueo, ere » dans le dictionnaire étymologique de la langue latine d’Ernault-Meillet ne propose que le sens « entendre », verbe remplacé rapidement en latin par « audio, ire ». Entendre l’odeur du siècle, voilà une traduction littérale qui, dans l’esprit du latin classique, peut poser problème à moins de comprendre « odor » comme « parfum » (au sens « spirituel », note A. Blaise11), auquel cas la confusion des sens (dans tous les sens du terme) ne fait qu’accroître plus encore le mystère de cette figure stylistique et poétique. Dans son Lexicon Latinitatis Medii Aevi12, A. Blaise nous apporte un éclaircissement à travers une autre définition d’« odor ». La notice donne le sens de « souffle, respiration » et renvoie le lecteur pour référence à la Vie de saint Cuthbert13 (Vie quasi contemporaine du saint, composée par un moine de Lindisfarne vers 700 et copiée quelques années plus tard par Bède, vers 710) : il est question d’otaries réchauffant le saint sur une grève « odoribus suis », par leurs souffles respectifs14. « Odor » non comme « odeur, parfum », mais comme « souffle, respiration » : ceci nous encourage à considérer la licence poétique de Fortunat sous un nouveau jour. Sainte Radegonde s’étonne donc de ce qu’à travers les compositions musicales de la moniale elle prenne plaisir à entendre la respiration du siècle, comme l’on entendrait le cœur du monde en mouvement. Certes, cela ne résoud pas la question et de l’origine et de la confusion des sens (ouïe et odorat) dans l’expression « klevet ar c’hwezh » mais ces quelques notes peuvent éclairer un même rapprochement entre ces deux sens et en breton (« c’hwezh », respiration, transpiration et odeur) et en latin (« odor », souffle, respiration et odeur). Se pourrait-il qu’un jour la recherche historique nous permette de vérifier les propos que sa légende dorée attribue à Yves Hélori lorsqu’il prétendait pouvoir payer l’odeur appétissante d’un fumet par le son trébuchant d’une pièce de monnaie15 ? « Klevet’peus ar c’hwezh ? », si l’argent n’a pas d’odeur, l’odeur, elle, a un bruit…

Notes

1 Iannnik Scolan, in Th. La Villemarqué, Chants populaires de la Bretagne. Barzaz Breiz, Paris, 1867, reprint Paris, 1963, p. 348.

2 Ibid.

3 Ibid, p. 345, « j’entends l’odeur de cornes brûlées ».

4 Ibid, p. 348, « c’houez an tin ha lore a glevann » (« j’entends l’odeur du thym et du laurier »).

5 Ibid., p. 349.

6 La vie de sainte Radegonde dans les Acta Sanctorum, Augusti III, p. 74, édition de 1737.

7 Ph. Depreux, Les sociétés occidentales du milieu du vie à la fin du ixe siècle, Rennes, PUR, 2002.

8 Y. Chauvin et G. Pon, in R. Favereau (éd.), La vie de sainte Radegonde par Fortunat, Poitiers, BM, ms. 250 (136), Paris, 1995, p. 109 (chap. 36).

9 Cf. note 7, p. 203.

10 Cf. note 6.

11 A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Brepols, Turnhout, 1967.

12 A. Blaise, Lexicon Latinitatis Medii Aevi, Brepols, Turnhout, 1975.

13 La vie de saint Cuthbert dans les Acta Sanctorum, Martii III, p. 119, édition de 1668.

14 […] venerunt statim post vestigia eius duo pusilla animalia maritima, humiliter proni in terram, lambentes pedes, volutantes tergebant pellibus suis, et calefacientes odoribus suis […] (ibid., p. 119).

15 Cette anecdote est également attribuée au Hodja (Maître) Nasreddin (1208-1285), sage réputé en Turquie pour ses jugements impartiaux et ses réponses lumineuses.

Auteur

Centre international de recherche et de documentation sur le monachisme celtique (CIRDoMoC), Landévennec

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540