Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Deuxième partie. « Parler en langues » : linguistique, philologie et littérature

Évolutions phonétiques du nom de saint Guénolé dans un contexte plurilingue (avec des commentaires sur les saints Tudwal, Winhael, Winniau, Wincar, Woednou)

Jean-Yves Le Moing

Texte intégral

1Le nom de saint Gwennolé comprend, sous sa forme d’origine Winwaloe vers le vie siècle, les deux syllabes Uuin (ou Win), et Uual (ou Wal) suivies d’un suffixe qualificatif « oe ». On retrouve ces deux syllabes dans les noms de deux autres saints bien connus, qui ont déjà fait l’objet de présentations lors des rencontres annuelles du CIRDoMoC à Landévennec : saint Tutwal et saint Winhael, plus souvent notés aujourd’hui sous les formes écrites « modernes » Tugdual et Gwennaël. Ces trois noms ont subi des évolutions phonétiques et graphiques importantes, souvent liées aux circonstances de l’exil des reliques des saints vers 900 et donc à un contexte où plusieurs langues, y compris le latin, étaient en usage.

Évolution du W ou UU

  • 1 Breton poull, gallois pwll, anglais pool, français mare.

2Première remarque, le double-u est identique au double-v, la différence ne provenant que de conventions orthographiques ; mais seul le double-v est devenu la lettre « w » de l’alphabet en français, tandis que le même symbole orthographique est qualifié en anglais de double-u. C’est en breton une semi-voyelle, ainsi qu’en gallois, où il peut aussi représenter une voyelle : d’où ces noms comme « pwll » que certains n’hésitent pas à qualifier d’imprononçables, alors qu’il ne l’est pas plus que sous la forme bretonne « poull1 ».

  • 2 Léon Fleuriot, Le vieux breton – éléments d’une grammaire, Paris, 1964.

3Ce double-u ou double-v reçoit dans les textes bretons les plus anciens l’écriture « uu » (et même parfois « u » seul). Puis, vers le milieu du ixe siècle, il est souvent noté « gu ». Ceci est dû à une évolution phonétique, que l’on peut dater de la fin du viiie siècle ou du début du ixe siècle en Bretagne. Léon Fleuriot, dans sa « Grammaire du vieux breton2 », nous précise que cette évolution de « w » en « gw » se fait uniquement à l’initiale du mot, mais que les habitudes orthographiques entraînent bientôt l’apparition d’un « g » parasite en position interne. D’où des formes comme Guingualoe et Tutgual, où ces « g » internes ne sont a priori pas prononcés.

  • 3 Joseph Loth, Les noms de saints bretons, Paris, 1910, p. 55.

4Il faut noter que cette évolution phonétique w > gw n’existe pas en gaélique, où elle est remplacée par une évolution w > f, ce qui fait que les saints irlandais ayant des noms commençant par Fin- peuvent avoir des équivalents bretons commençant par Win- ou Guin. D’où par exemple ce nom de saint irlandais Fingar, dont J. Loth a réfuté l’identification3 avec un saint breton Gwinier, supposé présent dans le nom de Pluvigner (Morbihan) ; nous rencontrerons plus loin le correspondant breton correct, qui ne peut être que Guingar.

  • 4 Le fortin de la Couarde à Castennec (Morbihan) noté Coarda en 1224 dans le cartulaire de Redon.

5L’évolution phonétique w > gw ne se poursuit pas plus loin en breton, avec, en cas de mutation par adoucissement, la réduction de « gw » à « w » à l’initiale. Mais cette évolution w > gw n’est pas spécifiquement bretonne et galloise : elle arrive aussi en langue romane à partir du viie siècle. Ce qui fait que le latin vad(um), « le gué », devient gwaz (écrit parfois gois – cf. le passage du Gois à l’île de Ré) puis gué ; de même, le germanique ward- devient gward- puis garde (avec une forme secondaire Couarde connue en Bretagne4).

6On peut probablement supposer en Bretagne une évolution simultanée w > gw en breton et en roman au ixe siècle. De plus, au Xe siècle, « gw » se trouve réduit à « g » sur une partie du domaine roman. Il s’ensuit que le « u » du mot gué n’est plus prononcé, et que gward- devient garde. Mais cette évolution diffère selon les régions, et des noms de lieux peuvent contenir des formes figées ; à l’île de Ré par exemple, le passage du Gois contient toujours la semi-voyelle, et il se trouve sur l’île une commune nommée la Couarde dont le nom dérive de gward.

7Il faut aussi remarquer que l’évolution w > gw n’a pas affecté de la même manière toute la France du Nord : en particulier, les dialectes normanno-picards n’ont pas été touchés : le y est toujours le nom traditionnel du gué, le mot wagon, d’origine germanique, y garde la prononciation de la semi-voyelle, etc.

L’influence des formes écrites sur la prononciation

8Il reste à expliquer les formes phonétiquement aberrantes que sont Guingalois et Tugal, que l’on trouve dans le Maine et en Normandie. La forme franco-bretonne Tugdual peut aider à donner la réponse, puisqu’elle est elle-même aberrante : elle résulte d’une permutation initialement graphique du « t » et du « g », après introduction de cette dernière consonne parasite (et donc non prononcée) dans la forme Tutgualus ; elle entraînera l’apparition de la forme Tugdualus, qui finira par créer une prononciation fautive, probablement due à l’absence de connaissance de la langue bretonne par ceux qui lisent un texte latin contenant le nom du saint.

9Cette nouvelle prononciation ne résulte donc pas d’une évolution phonétique, mais d’une interprétation vocale de l’écrit. Et l’erreur devenue habitude, voire usage, a pris force de tradition, pour subsister encore aujourd’hui, en dépit des protestations sans cesse réitérées des rigoristes… Cette erreur est probablement à mettre au compte des dirigeants ecclésiastiques de l’époque ; on peut même imaginer que l’origine de la nouvelle appellation soit étrangère à la Bretagne, et y ait été réimportée par les nombreux contacts entre religieux, et probablement par l’intermédiaire du latin.

10Lors des transferts des reliques de Guingualoe et Tutgual hors de Bretagne (fin du ixe siècle ou début du xe siècle), des textes écrits devaient les accompagner. Les noms ont probablement été exprimés vocalement avec le « gu » interne tôt ou tard (et sans doute après le décès des Bretons exilés), puis soumis à la réduction gw > g en cours dans le domaine roman.

11D’où les formes Guingalois (où le « s » parasite n’est pas prononcé) à Château-du-Loir (Sarthe) et Tugal à Laval (Mayenne) et l’île anglo-normande d’Herm. Ces évolutions sont donc le fait de personnes ne parlant plus breton, ce qui suppose un séjour assez long sur les lieux en question, avec une implication forte des habitants de ces lieux, puisque le culte des saints devenus locaux aboutit au moins à l’usage du prénom Tugal en Mayenne (mais il n’y a pas d’évidence de l’usage du prénom Guingalois dans la Sarthe : avec trois syllabes, il était compliqué).

12Notons pourtant que l’évolution « normale » de Tudwal en gallo aboutit en Haute Bretagne à la forme Tual, qui est aussi la forme ultime de l’évolution en breton. D’où les formes écrites des noms des communes Saint-Thual et Landudal (issues de formes parlées), etc., à côté d’un Saint-Tugdual dans le Morbihan (issu d’une forme écrite).

  • 5 Marc Simon, L’abbaye de Landévennec, Ouest-France, 1985, p. 296.
  • 6 BNF, ms. fr. 4901.
  • 7 Marc Simon, op. cit., p. 292.

13Quant aux moines bretons, ils ne pouvaient que constater que les noms des saints avaient évolué, ce qui fait que, même dans les textes latins, les formes écrites avaient aussi changé. Ainsi, on peut lire dans les bréviaire et psautier de Château-du-Loir la forme latine Guingaloei5 datant du xiie ou xiiie siècle, et dans un ancien antiphonaire6 d’Auville (Manche) la forme Guingaloé7 qui donnait son nom à l’ancienne église Saint-Guingaloué. Cette dernière mention est pourtant contraire à la phonétique locale, puisque la citation précise « l’église d’Auville de Carentan sur le bord du petit Wé ». La réduction w > gw > g ne s’applique donc pas à Auville. D’où la probabilité forte d’importation du culte, sans doute à partir de Château-du-Loir ou du Mans.

Guignolet

  • 8 René de Laigue, La noblesse bretonne aux xve et xvie siècles – réformations et montres, Évêché de (...)

14On peut essayer d’appliquer le même essai d’interprétation à Aumale (Seine-Maritime), où le culte de saint Guignolet est connu : son nom n’est pas compatible avec la phonétique locale. Il faut donc rechercher son origine ailleurs, par exemple à Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique), où l’église était à la titulature de saint Guignolay, « rectifiée » à l’époque moderne en Guénolé. Une frairie de Guignolay (notée Guenolay8 en 1427) est aussi connue à Ploeren (Morbihan).

  • 9 Marc Simon, op. cit., p. 302.

15Guignolet est aussi le nom traditionnel du titulaire de l’église de Pierric9 (Loire-Atlantique), où une tradition non datable affirme que les moines fuyant Landévennec y sont passés, laissant probablement quelques reliques. Le prénom Guignolet a été en usage dans la paroisse, mais aujourd’hui la dédicace de l’église est faite à saint Guénolé.

16La mouillure du « n » semble bien de type vannetais, et en dehors de toute implication de lettrés écrivant le nom du saint sous la forme Guingualoe. Il faudrait donc admettre la disparition précoce du « w » interne ou la transformation du groupe « wa » en « oa » et réduction à « o ». La finale « ay » n’est qu’une forme écrite de la réduction de « oe » à « e ». La forme Guignolay ou sa variante équivalente Guignolet (où le « t » n’est pas prononcé) est une forme parlée évoluée, sans influence apparente d’une forme écrite, contrairement à la forme Guingalois.

La tour Saint-Guénolé à Batz (44).

17Faut-il supposer une influence du roman guine, guigne, « cerise » et son dérivé guignolet, la liqueur du même nom étant réputée au pays d’Angers ? L’apparition de la mouillure du « n » serait à dater de l’époque du moyen breton au pays de Vannes et de Guérande.

Walloy, Vallée et Galo

18Reste une troisième forme (double), connue à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) : saint Wallois ou saint Walloy (les deux semblent employées indifféremment). Toutes deux procèdent effectivement du mot Waloe seul, et le dialecte normanno-picard refuse naturellement son évolution en Gallois, ce qui aurait pu arriver dans le centre de la Francie. Une petite incursion est nécessaire en langue germanique, où le suffixe « -isk » a été emprunté par le français pour former les noms d’ethnie (français, gallois, etc.). Avec « -ard » et « -ald/aud », c’est un suffixe germanique à succès en français. Il donne donc des formes comme Waleisk, réduit ensuite à Walois, qui devient Gallois en dehors du dialecte normanno-picard. Au xiiie siècle, la diphtongue « oi » s’ouvre en « wè », puis le w disparaît ou bien le è devient a ; d’où les formes parallèles Gallais/Gallois et Français/François. Peut-on parler à Montreuil d’une influence du nom des habitants du pays de Galles ? Au xe siècle, les bonnes relations des Bretons et des Gallois avec le roi anglais Athelstan le font supposer. Wallois est donc un nom ethnique connu. Et l’influence du nom du pays de Valois français, région proche, n’a pu que contribuer à la fixation du nom du saint sous la forme Wallois. Rien de surprenant à ce que les archives de la ville signalent un personnage nommé Josse Le Wallois à l’hôpital de Montreuil au Moyen Âge. Et pourtant, il n’avait peut-être rien de breton ni de gallois, mais simplement des nom et prénom qui étaient ceux de deux saints bretons connus dans la ville de Montreuil, l’un y ayant vécu et ayant construit son ermitage à proximité, l’autre étant représenté par ses reliques arrivées après la fuite des moines de l’abbaye de Landévennec devant les ravages des Normands.

  • 10 Ibid., p. 293.

19Le nom de saint Walloy sera aussi recopié à Beaumerie10, également dans le Pas-de-Calais. La simplification du nom Winwaloe en Waloe n’est pas simple à justifier, si l’on considère que le nom de l’abbaye de Landévennec, issu de LanToWinnoc, ne comprend que le premier terme du nom, transformé en hypocoristique. Waloe ne conserve que le second terme, avec le sens de « valeureux », tandis que le premier terme Win, en plus du sens « blanc », signifiait aussi « pur, béni, bienheureux ». Sens tellement évident pour notre saint qu’on pouvait le considérer comme désormais implicite ? Ou faut-il considérer que le nom d’origine est simplement Waloe, et que Win est un qualificatif (qui finit par donner son nom à l’abbaye) ?

  • 11 Marc Simon, op. cit., p. 282.

20On peut aussi y rattacher saint Vallée11, vénéré au pénity de Landévennec : ce nom paraît issu, par une évolution phonétique de type léonard, du nom Waloe réintroduit de Montreuil-sur-Mer, qui aurait abouti à Valay et aurait été francisé en Vallée.

  • 12 J. Loth, op. cit., p. 42.

21De même saint Galo12 à Plumieux (Côtes-d’Armor) dans l’ancien évêché de Saint-Brieuc est aussi issu de Waloe et conforme à la phonétique du gallo.

Guignolay et Guénolé

22L’apparition de la forme Guénolé ou Guénolay en Bretagne ne semble pas remonter avant le retour des moines de Montreuil vers 950. Elle pose problème, car si elle est assez proche de Guignolay, l’évolution de « wa » en « o » ne semble pas naturelle ; ainsi, le vieux breton Riwal et ses dérivés Riwalon, Riwalen vont aboutir à des formes Rival, Rivoal, Rivoalan, Rivalan, Rivalain, Riallan, Riallain, etc. mais aucune forme en Rivol- ; il est encore plus évident de voir que Tudwal ne donne jamais de formes Tudol, Tuol, etc. De même, rien ne permet d’affirmer que Lanvollon (Goëlo) a pour origine un personnage appelé Walon. Donc Winwaloe aurait dû donner régulièrement Guénalé ou Guénalay, ce qui n’arrive pas. L’évolution de « wa » en « o » est pourtant connue en Bretagne, dans le pays de Vannes, où gwalc’hiñ « laver » se dit golheiñ, et gwalarn « nord-ouest » devient golern. Cette forme golern s’oppose à la forme gallo connue, [le vent de] galerne. On pourrait aussi en rapprocher l’évolution de Noalwen en Nolwenn à Noyal-Pontivy (Morbihan), mais la forme ancienne Noyal montre que le contexte est différent.

23La forme bretonne Gwennole serait donc le résultat d’une réintroduction du nom à Landévennec ; il semble que cette réintroduction se fasse à partir d’une zone vannetaise, ce qu’était linguistiquement le pays de Guérande.

24L’examen de l’évolution de la finale apporte son lot d’informations complémentaires ; en effet, les formes bretonnes Guénolé et Guignolay diffèrent de celles de Normandie, du Maine et de Picardie, où le vieux breton « oe » se conserve mieux dans Walloy, Wallois, Guingaloué ou Guingalois ; ceci n’est pas valable pour le pays gallo, où l’église de Pierric (Loire-Atlantique) est sous l’invocation de saint Guignolet. Cette dernière forme pose encore un problème, puisque logiquement la voyelle « i » interne évolue en « e » au ixe siècle en breton : le maintien du « i » résulte peut-être de l’influence déjà mentionnée des mots romans guigne et guignolet.

  • 13 Contenant le nom d’homme vieux breton Nominoe.

25Par ailleurs, en Bretagne, l’évolution de « oe » en « ay » est fréquente, comme dans Coray (Finistère), issu d’un ancien Coroe. Parfois la finale « oe » est maintenue en « oy », mais c’est plus rare, comme dans le nom de lieu Kernevenoy13 devenu aussi nom de famille, avec une forme secondaire Kernavanois. Ceci conforte donc la proposition que la finale est bien bretonne.

Timbre de l’abbaye de Landévennec (1985).

  • 14 Marc Simon, op. cit., p. 74-75.

26Il y a donc un problème dû à la concurrence entre deux formes distinctes à Landévennec lors de la réintroduction du culte : Waloe vient de Montreuil où il s’est imposé ; pourtant il va devenir secondaire (sous la forme Vallée) et même disparaître dans la mémoire populaire comme variante du nom complet Winwaloe ; celui-ci se réinstalle à Landévennec sous une forme *Gwinolay qui semble venir de Batz-sur-Mer (où elle va évoluer vers Guignolay). Lors du retour des moines à Landévennec vers 950, Alain Barbetorte donne à l’abbaye l’île de Bath14 dans le pays de Guérande. Grâce au commerce du sel, elle fournit les revenus nécessaires à la reconstruction de Landévennec. Batz-sur-Mer eut donc certainement une influence importante sur l’avenir de l’abbaye. Il n’est pas aberrant d’imaginer aussi une influence linguistique sur le nom même du fondateur, en particulier l’évolution du « wa » interne en « o ».

Substitutions de noms

  • 15 Aurélien de Courson, Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, 1863 ; le document ayant (...)

27Revenons à Pierric : dans le cartulaire de Redon l’église de Pierric est notée « Ecclesia sancti Guengari in parrochia Pirric » vers 113315. Faut-il en déduire que ce saint Guingar s’est vu substitué saint Guénolé désormais plus connu ? Cela supposerait aussi que le passage du nom de l’église à saint Guénolé est postérieur à 1130, et donc que la mention du passage des moines fuyant Landévennec par Pierric n’aurait été qu’une légende créée opportunément à une époque ultérieure ; cela implique aussi que la substitution s’est opérée par attraction paronymique : on remplace un saint inconnu par un saint plus connu ou à la mode : peu importe qu’ils soient tous deux bretons ou l’un breton et l’autre non ; c’est le fait d’être connu qui seul compte pour réaliser le mécanisme de substitution. La substitution de Guingar aurait dû se faire vers Guingalois plus proche phonétiquement, et logique en Haute Bretagne. C’est peut-être ce qui s’est passé, mais ensuite l’influence de Batz dans le même évêché a dû imposer la forme Guignolet.

  • 16 Marc Simon, op. cit., p. 308.
  • 17 J. Geslin de Bourgogne et A. DE Barthélemy, Les anciens évêchés de Bretagne, Saint-Brieuc, 1855-18 (...)
  • 18 Marc Simon, op. cit., p. 306.

28Pourtant, saint Guénolé ne va pas briller beaucoup dans ce type de substitutions : trois autres cas connus font partie de ce contexte : Trévou-Tréguignec (Trégor), Vildé-Guingalan (évêché de Saint-Malo) et la Ville-Ginglin à Saint-Brieuc, tous trois dans les Côtes-d’Armor. Si la paroisse de Vildé-Guingalan était dédiée à saint Guénolé anciennement16, C’est bien Guengalan qui est noté en 118217 ; ce nom est connu dans le cartulaire de Redon sous la forme plus classique Wincalon. La notoriété relative de saint Guénolé n’a donc pas permis de substituer son nom à Guingalan ; mais on voit aussi une parenté plus poussée de ce dernier nom avec la forme Guingalois, qui a pu jouer en faveur de saint Guénolé. Pour la Ville-Ginglin, l’ancienne chapelle dédiée à saint Gilles18 avait peut-être profité de la très faible parenté phonétique pour installer ce saint. Ginglin semble être une forme très évoluée de Guincalon, avec chute de la voyelle non accentuée, palatalisation du « g » initial après réduction du groupe « gw », et affection vocalique de la voyelle finale. Une substitution moderne par saint Guénolé ne repose pas sur la tradition, mais sur une recopie de la dédicace de Vildé-Guingalan.

  • 19 Régis de Saint-Jouan, Dictionnaire des communes – département des Côtes-d’Armor, Saint-Brieuc, 199 (...)

29À Trévou-Tréguignec (enclave de l’évêché de Dol dont l’église était dédiée à saint Samson), il existe une chapelle dédiée à saint Guénolé au village du même nom ; c’était la chapelle principale de la trève de Tréguignec, qui ne semble pas avoir atteint le statut de paroisse, sinon épisodiquement, pour qu’elle en soit l’église19 ; le nom Tréguignec suppose un Treb Winnoc ancien, dont l’anthroponyme est similaire à celui du nom d’origine de l’abbaye de Landévennec, « LanToWinnoc ». Cette similitude a peut-être été suffisante pour installer le culte de saint Guénolé, sans que l’on puisse prétendre que le nom Winnoc de Tréguignec soit bien le sien sous sa forme hypocoristique, pas plus que celui de saint Winnoc, qui quitta la Bretagne pour fonder un monastère en Flandres, près de Bergues-Saint-Winnoc (Nord). La mouillure du « n » de Tréguignec est à mettre au compte d’une influence vannetaise qui s’est étendue vers le Trégor au Moyen Âge.

30Saint Guénolé ne semble donc pas avoir acquis une popularité suffisante au cours des siècles pour se substituer abondamment à des saints inconnus aux noms proches ; il est vrai que les noms à trois syllabes étant rares, il existait peu de cas de noms susceptibles d’être remplacés.

31Il faut noter que dans trois de ces quatre substitutions, le nom remplacé débute par Guingal- ou est Guingar : ces noms sont plus proches de la forme Guingalois que de la forme Guénolé ; ceci impose que la substitution soit postérieure à l’époque de la réduction gw > g en roman, c’est-à-dire le xe siècle. Mais une datation précise de ces substitutions reste difficile par défaut de documents.

Gwennaël, Gildas, Gwinniau et Gouesnou

  • 20 Jacques Le Goualher, « La translation des reliques de saint Guenhaël au Xe siècle », Britannia Mon (...)
  • 21 Marie-Thérèse Morlet, Dictionnaire étymologique des noms de famille, Perrin, 1991.

32Le terme Win est celui que l’on rencontre aussi dans Winhael, devenu Gwennaël : ce nom va subir en Francie la transformation w > gw > g, et le remplacement du terme Hael « noble, généreux » par le suffixe germanique « -ald » (ou la réduction à « hal » suivie de la vocalisation du « l », qui ne pouvait avoir lieu que si une consonne le suivait, ce qui revient à introduire la forme « -ald »). d’où les formes Guénault, Guinault20 et accessoirement Guinaud. Arrivé à ce stade, on peut se demander s’il n’y a pas eu confusion avec des noms d’origine germanique ? Marie-Thérèse Morlet21 cite les noms Guénaud et Guinaud issus du germanique (Wanwald et Winwald). Mais c’est bien saint Guenhaël dont les reliques étaient vénérées au prieuré de Saint-Guénault à Corbeil (Essonne).

33L’évolution du w en gw et sa réduction à g s’est évidemment déroulée pour le gallo en Haute Bretagne à la même époque que dans le Maine proche, qui subit les mêmes évolutions phonétiques. C’est ainsi qu’un autre saint breton, connu sous la graphie française Gildas, a une forme ancienne probable *Wiltas en vieux breton, qui va devenir Gwiltas puis évoluer vers Gweltas en moyen breton et breton moderne ; mais en parallèle il va devenir Gildas en gallo, et le « g » dur va subir une palatalisation qui va aboutir à une prononciation en « j ». Ce qui aboutit à opposer aujourd’hui le breton Gweltas et le roman Jilda (c’est la prononciation française aujourd’hui) ; une forme intermédiaire Guedas a existé aussi en gallo, probablement héritière d’une forme *Gueudas résultant de la vocalisation du « l ». Cette forme était aussi connue à Saint-Gildas-de-Rhuys, probablement par les relations de l’abbaye avec son prieuré de Saint-Gildas-des-Bois (Loire-Atlantique) distant d’environ 60 km.

34D’autres saints ont des noms contenant un « w » à l’origine : c’est le cas de Winniau, dont la forme ToWinniau a donné Saint-Uniac, près de Montauban. La réduction du groupe « wi » en « u » est connue en vannetais, où gunéh « froment » correspond au classique gwinizh. Et il y a un bon nombre d’indices qui montrent que le breton de Haute Bretagne était assez proche du vannetais ancien.

35La diphtongue « au » de Winniau s’est trouvée réduite très tôt à « a », car elle avait disparu en latin dès le ve siècle en devenant « o ». Son maintien en breton pose problème lorsque celui-ci n’est plus parlé. D’où une identité de prononciation avec la finale « -ac », où le « c » final n’est pas prononcé, et une fausse régression vers la forme Uniac où le nom d’origine n’est plus guère apparent.

36Une forme Guin moderne peut avoir une origine différente de Win vieux breton : c’est le cas de Saint-Guinoux, au bord de la mer dans l’évêché de Dol ; il est noté Sancti Guisno au xiiie siècle, ce qui le rapproche de saint Gouesnou, à l’origine des communes de Gouesnou (Léon) et Saint-Gouéno (évêché de Saint-Brieuc) ; la forme en vieux breton est Woednou. C’est bien la diphtongue « ou » qui termine le nom, et non la diphtongue « au », ce qui montre que le nom ne peut être rattaché à saint Winniau. La forme Guicenous au xive siècle montre seulement qu’à cette époque le « c » devant « e » était prononcé « s », et que le « e » pouvait être muet.

37Cette brève étude s’est tout naturellement recentrée sur le nom de saint Guénolé et ses nombreuses variantes, parfois déconcertantes. Les pages ci-dessus ont essayé d’y apporter une réponse dans le temps et dans l’espace, montrant la multiplicité des influences possibles.

38Trois formes différentes du nom de saint Guénolé ont été examinées : Guénolé, Vallée, Winnoc, toutes trois issues du prototype vieux breton Winwaloe.

  • La première présente des caractères de type vannetais qui lui font proposer une origine à partir de Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique) ;
  • La seconde est une forme francisée issue du nom réduit Waloe, devenu en breton (sant) Vale et (saint) Galo en… gallo ;
  • La troisième, hypocoristique formé avec le mot Win seul, se retrouve dans le nom de lieu Landévennec, où, sous la forme Vennec, elle s’identifie avec la forme mutée moderne de Guethenoc, à la chapelle de Saint-Vennec en Briec (Finistère) : on y vénère sainte Gwenn et ses triplés Guénolé, Jacut et Guennec ; ce dernier saint, contrairement à ses deux frères, est totalement inconnu et dépourvu de référence historique, et on peut se demander s’il ne résulte pas d’une création entièrement légendaire : Gwenn Teirbronn aux trois mamelles, allaitant ses trois fils. Mais ceci est une autre histoire…

Notes

1 Breton poull, gallois pwll, anglais pool, français mare.

2 Léon Fleuriot, Le vieux breton – éléments d’une grammaire, Paris, 1964.

3 Joseph Loth, Les noms de saints bretons, Paris, 1910, p. 55.

4 Le fortin de la Couarde à Castennec (Morbihan) noté Coarda en 1224 dans le cartulaire de Redon.

5 Marc Simon, L’abbaye de Landévennec, Ouest-France, 1985, p. 296.

6 BNF, ms. fr. 4901.

7 Marc Simon, op. cit., p. 292.

8 René de Laigue, La noblesse bretonne aux xve et xvie siècles – réformations et montres, Évêché de Vannes, 1900.

9 Marc Simon, op. cit., p. 302.

10 Ibid., p. 293.

11 Marc Simon, op. cit., p. 282.

12 J. Loth, op. cit., p. 42.

13 Contenant le nom d’homme vieux breton Nominoe.

14 Marc Simon, op. cit., p. 74-75.

15 Aurélien de Courson, Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, 1863 ; le document ayant disparu du cartulaire, il en rétablit le texte à partir de la citation de Dom Morice, Preuves, t. I, col. 568-569.

16 Marc Simon, op. cit., p. 308.

17 J. Geslin de Bourgogne et A. DE Barthélemy, Les anciens évêchés de Bretagne, Saint-Brieuc, 1855-1879.

18 Marc Simon, op. cit., p. 306.

19 Régis de Saint-Jouan, Dictionnaire des communes – département des Côtes-d’Armor, Saint-Brieuc, 1990.

20 Jacques Le Goualher, « La translation des reliques de saint Guenhaël au Xe siècle », Britannia Monastica, n° 6, 2002.

21 Marie-Thérèse Morlet, Dictionnaire étymologique des noms de famille, Perrin, 1991.

Table des illustrations

Légende La tour Saint-Guénolé à Batz (44).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20158/img-1.png
Fichier image/png, 773k
Légende Timbre de l’abbaye de Landévennec (1985).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20158/img-2.png
Fichier image/png, 104k

Auteur

Docteur ès lettres, université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540