Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Deuxième partie. « Parler en langues » : linguistique, philologie et littérature

Les brittonismes au crible des concordances La préposition cum dans les vitae composées à Landévennec au ixe siècle

Catherine Le Hénaff-Rozé

Texte intégral

  • 1 Le Vieux Breton, éléments d’une grammaire, Paris, Klincksieck, 1964, p. 290-297.

1Dans le cadre de l’étude des brittonismes dans les Vies de saints armoricaines, les prépositions constituent un champ d’investigation particulièrement intéressant : en effet, omniprésentes dans les textes latins comme en vieux-breton (en témoigne l’inventaire qu’a pu en dresser L. Fleuriot à partir des seules gloses1), elles sont souvent caractérisées par une polysémie qui s’est développée à partir d’une valeur originelle, et aussi par le côté figé de certaines constructions (en association avec tel ou tel mot, verbe le plus souvent). Or les champs sémantiques des prépositions qui se « répondent » d’une langue à l’autre se recouvrent rarement en totalité, et le caractère figé de certaines constructions réduit le libre jeu des synonymes ; d’où une difficulté à maîtriser le système des prépositions d’une langue seconde (voire de la sienne propre).

  • 2 J.-M. Picard fait de même observer à propos de textes hagiographiques irlandais du VIIe siècle que (...)

2Ce domaine sensible est donc particulièrement susceptible de présenter chez un auteur dont le latin n’est pas la langue maternelle un certain nombre de particularités, comme la réduction ou l’extension du champ sémantique d’une préposition, ou un certain flottement concernant des emplois consacrés. À la faveur de cette moindre maîtrise du système, l’influence de la langue maternelle peut se faire sentir. Les remarques déjà faites par les chercheurs sur la présence d’éventuels brittonismes dans tel ou tel texte portent d’ailleurs souvent sur les prépositions2.

  • 3 En particulier Le Vieux Breton, éléments d’une grammaire, op. cit., et Dictionnaire des gloses en (...)

3L’une des difficultés majeures est alors de distinguer ce qui est simple écart par rapport à la norme (nous reviendrons plus loin sur cette notion de norme à propos des vitae témoins), et ce qui est réellement influencé par le substrat vieux-breton ; c’est là qu’intervient d’une part ce que nous savons du vieux-breton, d’autre part la comparaison avec les textes témoins extérieurs au domaine étudié. Pour ce qui est du vieux-breton, nous avons la chance, alors que notre connaissance de cet état de langue est dans l’ensemble très limité (du fait qu’aucun texte suivi ne nous est parvenu), d’avoir pour les prépositions une somme d’informations importante, grâce principalement aux travaux de L. Fleuriot3. Et cela est essentiel : car si c’est inévitablement souvent notre connaissance du breton moderne qui nous met « la puce à l’oreille » à la lecture de telle ou telle formulation curieuse, on ne saurait s’appuyer uniquement sur la mise en relation de deux états de langue aussi décalés dans le temps sans risquer l’anachronisme (même le breton moyen ne nous est connu par des textes suivis que plusieurs siècles après la période du vieux-breton).

La préposition cum

4Parmi les quarante-cinq prépositions différentes figurant dans notre corpus sept, dont cum, sont très bien représentées ; mais l’étude de cette préposition s’annonce intéressante pour d’autres raisons :

  • quand on fait l’inventaire des cum prépositionnels, on s’aperçoit que, dans les textes armoricains, la préposition est surreprésentée par rapport à la conjonction. Nous allons y revenir pour tenter une explication ;
  • plusieurs chercheurs ont déjà fait des remarques sur certains emplois de cum où ils voient l’influence possible du breton. Nous avons ici l’occasion de revenir sur ces hypothèses et d’apporter de nouveaux éléments au dossier.

Notre champ d’investigation : les vitae composées à Landévennec (ixe siècle)

  • 4 Nous n’entrons pas ici dans les discussions relatives à la datation de certains de ces textes (des (...)

5Nous avons retenu comme champ d’étude l’ensemble des vitae écrites à Landévennec au ixe siècle4, ou plus précisément avant le départ des moines en 913, pour deux raisons :

  • l’une est d’ordre matériel : comme nous allons le préciser, nous sommes partie de relevés effectués à partir des concordances ; or nous ne disposons de toutes les concordances que pour ce corpus5 ;
  • l’autre concerne le substrat ; s’agissant des Vies écrites à Landévennec, le fait que les auteurs de nos différents textes aient été bretonnants de naissance peut être considéré comme acquis, si l’on se réfère aux noms bretons d’Wrmonoc ou d’Wrdisten, à la situation géographique de Landévennec, au contenu même des textes enfin ; notons tout de même ici que l’un de problèmes auxquels on se heurte très vite lorsque l’on veut étudier l’influence, au haut Moyen Âge, de tel ou tel substrat sur le latin des auteurs, c’est la quasi impossibilité dans laquelle on est souvent de déterminer avec certitude la langue maternelle de ces derniers ; ce sont des hommes d’Église et ce que l’on parvient éventuellement à savoir de leur vie, y compris bien souvent leur nom, se rapporte à la période de leur existence qui a suivi leur entrée en religion. Nous reviendrons sur ce point à propos des textes témoins ; la question se pose aussi pour certaines vitae armoricaines. Et même à propos des textes de notre corpus, on pourrait objecter que certaines sont anonymes, et que les moines de Landévennec pouvaient être venus d’ailleurs, et peut-être de loin. Le plus probant est sans doute le contenu des textes (forme et fond), mais ces derniers arguments eux-mêmes sont-ils absolument imparables ?

Les textes témoins

6Le problème du substrat se pose de façon particulièrement nette quand il s’agit de choisir, à des fins de comparaison, des textes témoins étrangers au domaine bretonnant, en distinguant ceux qui ont été écrits par des auteurs dont la langue maternelle était le germanique, continental ou insulaire, le roman, en Gaule et hors de Gaule (là où le substrat gaulois n’a pas influencé le roman), l’irlandais.

  • 6 Pour cette dernière, nous nous sommes finalement contentée de relever directement dans le texte le (...)
  • 7 Sur la base des informations données par F. Brunhölzl, Histoire de la littérature latine du Moyen (...)
  • 8 À propos de ce mot, Niermeyer (Mediae Latinitatis Lexicon minus, 1993) ne donne que trois référenc (...)

7L’établissement de concordances, qui suppose la saisie préalable des textes, est un travail long ; aussi nous en sommes-nous tenue, dans un premier temps, à deux textes seulement, écrits par des auteurs du ixe siècle, dont la langue première était vraisemblablement le roman de Gaule : la Vie de Benoît d’Aniane par Ardon d’Aniane, et la Vie de saint Hubert par Jonas d’Orléans6. Nous voulions éviter les auteurs pour lesquels le latin était une langue seconde vraiment étrangère, et chez lesquels un substrat non roman aurait pu jouer ; cela n’a pas été sans mal : trouver un auteur dont on sache quelque chose qui soit antérieur à son entrée en religion, et dont la langue maternelle ne fût ni le germanique ni l’irlandais, ne va pas de soi. Ardon et Jonas nous ont paru convenir7, mais nous avons finalement des doutes pour Ardon ; on ne sait pas grand-chose de lui ; il peut très bien être venu à Aniane de fort loin (des moines d’Aniane se sont bien installés à Inden). La présence du mot germanique latinisé schillam dans la Vie de Benoît d’Aniane8 et le fait que la proportion entre les cum prépositionnels et les cum conjonctifs n’y est pas, nous allons le voir, celle que l’on rencontre en pays roman mais celle que l’on trouve dans nos textes bretons, ces deux éléments pourraient indiquer une origine germanique.

  • 9 Et J. Fontaine (Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, Paris, Cerf, 1967) a bien montré que Sulpice (...)

8À ces deux textes médiévaux, nous avons ajouté un troisième texte témoin, appartenant à l’Antiquité tardive : la Vita Martini de Sulpice Sévère (ive siècle) Il s’agissait d’avoir un texte repère, dont le latin soit encore du latin vivant « classique9 », et qui appartienne en même temps à la littérature chrétienne, parce que cette dernière a enrichi la langue latine, et que c’est ce latin que l’on a imité au Moyen Âge. De plus nous savons que cette œuvre était connue de nos auteurs : qui lisaient dans son intégralité ce texte extrêmement célèbre pendant toute la période médiévale ; qui y trouvait un modèle, voire le modèle, du genre hagiographique, puisque c’est ce texte qui fonde l’hagiographie occidentale ; qui y puisait en même temps une petite part de leur connaissance du latin, langue étrangère qu’ils apprenaient à l’aide de quelques ouvrages scolaires, mais surtout au contact de textes d’inspiration essentiellement religieuse.

  • 10 On pourrait toutefois faire une objection à ce choix : Sulpice Sévère vivait en Gaule ; son latin (...)

9Le texte de Sulpice peut être considéré comme un texte qui répond aux normes du latin classique enrichi des apports chrétiens, et comme un texte dont les auteurs du ixe siècle imitaient la langue, qu’ils reconnaissaient donc eux-mêmes comme un représentant de la norme à imiter. Ce texte sera donc pour nous une sorte de texte de référence par rapport auquel nous pourrons mesurer les écarts des uns et des autres, apprécier plus justement les différences entre des textes susceptibles d’avoir été influencés par des substrats différents, mais aussi écarter d’emblée comme non significatives des particularités (absences, fréquences faibles ou au contraire élevées…) qui apparaissent déjà chez Sulpice10.

Méthode suivie. Résultats obtenus

Les chiffres fournis par les concordances

  • 11 Les textes courts présentent surtout un intérêt au niveau de l’analyse de détail : le nombre globa (...)
  • 12 Rappelons que le même phénomène d’enchâssement se retrouve avec la Vie d’Idunet et la Vie brève de (...)

10Nous sommes partie des concordances des textes du corpus dans lesquelles nous avons, dans un premier temps, relevé toutes les occurrences de cum (y compris cum postposé), avant de les passer en revue pour écarter la conjonction de subordination ; ce premier ensemble de données fait apparaître un fait remarquable : si, chez Sulpice Sévère, la conjonction est omniprésente, et la préposition beaucoup moins employée, la proportion s’inverse nettement dans les trois textes armoricains longs11 ; notons que pour le texte de la Vie longue de Guénolé, composée pour moitié environ du texte presque intégral de la Vie brève12, les chiffres sont à peu près doublés par rapport à ceux de cette dernière, ce qui prouve que le phénomène s’observe aussi dans la partie non commune aux deux textes : les deux séries de chiffres sont donc également significatives.

  • 13 Nos textes étant de longueur très variable, il est indispensable de relativiser les chiffres en le (...)

11On sait qu’une confusion s’est établie au Moyen Âge entre cum et dum, dum étant souvent employée pour cum. Sans entrer dans le détail des valeurs de dum, nous avons recensé ses emplois pour les ajouter en totalité à ceux de cum (même si une partie seulement aurait dû l’être) : or, même alors, on observe toujours une préférence pour les emplois prépositionnels dans les vitae armoricaines. Voici sous forme de tableau les données chiffrées obtenues13, avec en gras les textes armoricains longs (on voit que la proportion est à peu près de 1 pour 2) et en grisé la Vita Martini et le texte de Jonas. Nous allons revenir sur les chiffres de la Vie de Benoît d’Aniane.

  • 14 B. Merdrignac, Recherches sur l’hagiographie armoricaine du viie au xve siècle, t. 1, Dossiers du (...)
  • 15 L. Fleuriot, VBEG, p. 305-307.
  • 16 Ibid., p. 326-327.

12Plusieurs explications sont envisageables : nous passerons rapidement sur une première hypothèse pouvant expliquer la désaffection pour cum conjonctif, cette question étant extérieure à notre sujet. Elle s’expliquerait par la difficulté à maîtriser les temps du subjonctif et l’alternance indicatif/subjonctif. B. Merdrignac a déjà attiré l’attention sur ce point en s’appuyant sur divers faits observés avant lui par d’autres chercheurs. Selon lui, le fait que le système des modes et des temps en breton ne correspond pas au système latin expliquerait peut-être certaines particularités des textes hagiographiques bretons, comme la confusion des temps du subjonctif mais aussi le goût pour ce mode (perçu comme typiquement latin par rapport au breton ?)14. Dans nos textes on observerait plutôt une tendance à l’éviter, mais la cause pourrait être la même. De fait L. Fleuriot ne distingue que deux temps du subjonctif en vieux-breton : le présent et l’imparfait (avec une seule forme attestée pour ce dernier)15. En ce qui concerne la syntaxe des modes et des temps, nous savons peu de chose, vu l’absence de textes et la rareté des phrases complexes : notons que le subjonctif, à côté de valeurs qui nous sont familières, pouvait aussi exprimer le futur (le futur du breton moderne en est d’ailleurs issu)16. La difficulté à manier le système des modes et des temps vaudrait peut-être aussi pour la Vie de Benoît d’Aniane, si l’auteur est d’origine germanique, ce qui expliquerait que la proportion prépositions/conjonctions soit la même chez lui que chez les auteurs bretons. Il faudra multiplier les comparaisons avec des textes témoins pour en avoir confirmation.

  • 17 Ibid., p. 311-313.

13On peut avancer une autre hypothèse, qui va nous ramener à la préposition : ne pour-rait-on voir là une préférence pour des tours nominaux prépositionnels, plus proches des constructions bretonnes constituées d’un infinitif introduit par une préposition ? l’infinitif, forme « nominale » du verbe (dit aussi « nom verbal », notamment quand il s’agit de grammaire bretonne) échappe aux variations des formes conjuguées, et son fonctionnement se rapproche souvent de celui du nom : c’est le cas avec les constructions prépositionnelles que nous évoquions à l’instant. L’infinitif était très employé en vieux-breton : L. Fleuriot en donne de nombreux exemples, affectés de diverses désinences17, et précise : « Le nom verbal est un véritable substantif et l’on note que dans les gloses, un nom verbal (ou infinitif) sert souvent à rendre un substantif latin. » Suit une liste de dix exemples qui prouve que le fait est parfaitement attesté. On peut lire enfin :

  • 18 Ajoutons : et en latin.
  • 19 L. FLEURIOT, VBEG, p. 328-329.

« Le nom verbal, le plus souvent précédé d’une préposition, pouvait remplir le rôle qui est normalement joué en français18 par une subordonnée contenant un verbe à un mode personnel. Les exemples de ce genre sont rares en vieux-breton, mais ceci est dû à la pauvreté des sources en véritables phrases […]. Par contre les textes du breton moyen sont riches en exemples de tournures remontant à la période du vieux-breton et même au-delà, car les concordances avec le gallois et le cornique sont souvent frappantes19. »

14Nous ne nous étendrons pas davantage ici sur l’emploi ou le non-emploi de la conjonction cum, mais l’étude détaillée des emplois de la préposition nous ramènera à cette hypothèse d’un procédé de substitution.

Le détail des emplois

  • 20 Les vitae sont désignées par les abréviations suivantes : Guénolé, Vie brève GB, Vie longue GL, Ho (...)

15Dans un deuxième temps, nous avons replacé chaque occurrence dans son contexte pour distinguer les différents emplois de la préposition (valeurs et constructions), et, au fil de cette analyse, tenter de repérer les particularités éventuelles. Nous donnons les résultats de ce travail dans le tableau suivant20, avant de revenir sur un certain nombre de points.

  • 21 Cum relie deux noms ayant la même fonction, ou qui auraient la même fonction s’ils étaient reliés (...)

16Note21

Analyse des cas particuliers

Les compléments du passif

  • 22 A. Graur, « A, ab, apud et cum en latin de Gaule », Bulletin de la Société de linguistique de Pari (...)
  • 23 F. Kerlouégan, Les destinées de la culture latine dans la Bretagne du vie siècle. Recherches sur l (...)
  • 24 Apud, cum et ab
  • 25 J.-M. Picard, « Les celticismes des hagiographes irlandais du VIIe siècle », art. cit., p. 355-373
  • 26 L. Fleuriot, VBEG, p. 291-292 ; Annales de Bretagne, 1971, p. 658 ; Études celtiques, 1972, p. 211 (...)

17De nombreux chercheurs se sont déjà intéressés à la question de savoir si le complément d’agent introduit par cum était ou non un celticisme. A. Graur22 constatait qu’il y a souvent confusion entre ab, ad, apud et cum (entre autres cum pour ab au passif pour introduire l’agent) chez les écrivains de Gaule. Il démontre que « l’irlandais, de même que le brittonique, emploie les mêmes prépositions pour introduire le lieu, l’instrument et l’agent », et que d’autre part les langues germaniques autres que l’anglais (langue « qui s’est développée sur un fond celtique »), de même que les langues romanes hors de l’ancienne Gaule (en Italie, en Espagne, au Portugal) ne connaissent pas ces confusions. Il s’agit donc selon lui d’un fait celtique général et ancien, qui devait déjà exister en gaulois. F. Kerlouégan se range à cet avis uniquement pour ce qui est de la confusion cum/ab : « C’est un fait cependant que cum = ab ne présente, au contraire des autres cas de confusions, de bons exemples que dans la latinité gauloise et insulaire : il est alors possible que pour ce seul cas l’usage celtique ait en Gaule et en Irlande favorisé la confusion23. » J.-M. Picard va dans le même sens : « Si la plupart des confusions entre ces trois prépositions latines24 sont bien attribuables à des tendances du latin tardif, d’autres […] ne peuvent s’expliquer que par l’influence de l’irlandais, comme les cas où apud et cum introduisent un complément de personne qui est l’agent effectif de l’action25. » D’autres (L. Fleuriot, L. Lemoine, P. Flobert26) ont vu dans l’emploi de cum introduisant un complément d’agent l’influence du vieux breton cant (par déduction, car nous n’avons aucun exemple attesté de cant employé comme préposition).

  • 27 F. Kerlouégan, « Une mode stylistique dans la prose latine des pays celtiques », Études celtiques, (...)

18À partir de notre relevé nous pouvons faire les observations suivantes : tout d’abord cette construction n’apparaît pas dans nos textes rédigés en latin de Gaule ; en élargissant ce corpus on pourrait voir si le fait observé par Graur, essentiellement semble-t-il à partir d’auteurs des vie-viie siècles, est toujours observable au ixe siècle. Si tel n’était pas le cas, cela voudrait dire qu’en Bretagne continentale, à cette époque, le phénomène avait été réactivé d’une façon ou d’une autre : éventuellement par l’imitation de textes latins anciens influencés par le celtique (et notamment par le gaulois), mais peut-être aussi sous l’influence directe d’une langue celtique : soit l’irlandais (par l’intermédiaire des textes écrits), soit le breton (et nous aurions bien là un brittonisme), soit les deux à la fois. On remarquera que les deux véritables compléments d’agent figurent dans la Vie de Paul Aurélien : or F. Kerlouégan a montré que les constructions entrelacées qui caractérisent le style contourné de ce texte apparaissent d’abord dans les œuvres insulaires (d’Irlande ou de Bretagne), avant d’apparaître dans la Vita Pauli27. Il ne serait pas étonnant que cette influence se soit aussi exercée sur la langue d’Wrmonoc.

19Autre remarque : si le phénomène apparaît dans nos textes, il reste rare : deux compléments d’agent proprement dits dans la Vita Pauli (cum eadem […] hospitatus est et cum eo panem non esurum) et deux compléments du passif (un dans l’Homélie : […] quibus nouus cum rudi fonte imbueretur cuneus, et un dans la Vie longue de saint Guénolé : terraque cum precibus fundo moueatur ab imo), qui sont en fait des compléments de moyen, dans la mesure où il ne s’agit pas d’êtres animés (ces deux derniers exemples se rapprochent de ce fait des emplois courants de cum instrumental). La rareté du fait n’enlève cependant rien à la possiblité qu’il s’agisse d’un brittonisme ou d’un hibernicisme ; nos auteurs ont une haute idée de la langue latine, cultivent et surveillent leur propre latin ; et un brittonisme ne peut être qu’involontaire : il n’est donc pas étonnant qu’il soit rare.

Un complément de temps : cum binis aut ternis diebus

  • 28 Citations tirées de la Syntaxe latine d’A. Ernout et F. Thomas, Paris, Klincksieck, 1972, p. 87, e (...)
  • 29 L. Lemoine, op. cit., p. 296.
  • 30 L. Fleuriot, VBEG, p. 297.

20On a des exemples anciens de cum introduisant un complément de temps (chez Plaute : cum diliculo, ou chez Cicéron : cum prima luce, ces deux expressions signifiant « au point du jour28 »), mais ces compléments désignent un moment précis. Dans notre exemple (tiré de la Vie longue de Guénolé, II, 1), le sens est « pendant deux à trois jours chaque fois », il s’agit donc d’exprimer la durée. Dans quelle mesure cet emploi est isolé, repris de façon localisée, ou au contraire présent un peu partout, pour le savoir il faudra une fois de plus multiplier les comparaisons avec des textes d’origines diverses. On peut, en attendant, risquer une hypothèse : L. Lemoine relève dans le manuscrit de Leyde (Cod. Voss. Lat., 96A, f° 2a) trois expressions latines dans lesquelles per traduirait le vieux breton trei ou tre, avec le sens de « avec », « au moyen de29 ». Per serait donc là l’équivalent de cum instrumental (qui s’est répandu à partir du latin tardif), et tre pouvait être synonyme de cant. Or L. Fleuriot de son côté indique que la préposition tre (ou trei) pouvait exprimer la durée : trei dou mis, « par deux mois30 ».

21Peut-être avons-nous donc ici un exemple de glissement, à la faveur d’une double synonymie partielle : en breton entre cant et tre, et en latin entre cum et per (qui pouvaient tous les deux exprimer le moyen ou la manière). Parce que dans certains cas tre est synonyme de cant et cant équivalent de cum, cum se voit attribuer une valeur temporelle (« pendant ») exprimée en breton par tre (extension du champ sémantique). Ce qui ne veut pas dire que l’auteur ne connaît pas cette valeur de per, préposition que l’on attendait : simplement per et cum sont pour lui interchangeables ici (confusion favorisée par le fait que cum et per sont effectivement interchangeables dans certains cas). Finalement on aurait ici un phénomène symétrique de celui que L. Lemoine observait dans le manuscrit de Leyde, où per est employé pour cum instrumental (ou pour l’ablatif seul).

Complément de lieu

  • 31 Ibid., p. 296.

22Nous en avons deux exemples différents, dont un commun aux versions brève et longue de la Vie de Guénolé : pacem hic quaerere cum mundo, « chercher la paix en ce monde » (GB et GL) et cum omnibus membris tuis debilitatus, « estropié dans tous tes membres » (GL). On peut à la rigueur imaginer un glissement de secum, « avec toi-même », d’où « en toi-même », à cum omnibus membris tuis, qui fait également référence à « l’intériorité de la personne » ; mais cette notion disparaît avec cum mundo ; on peut peut-être chercher une explication ailleurs et suggérer de nouveau ici une confusion cum/per, liée cette fois au breton tro/tra, « à travers31 » ; on aurait une interférence des champs sémantiques similaire à celle analysée ci-dessus (tro/tra pouvant être l’équivalent de per avec le sens de « à travers », et per pouvant dans certains cas être l’équivalent de cum, cum serait utilisé comme un synonyme de tro/tra).

Comitari cum

  • 32 P. Flobert, op. cit., p. 72.
  • 33 K. Strecker, Introduction à l’étude du latin médiéval, Paris, Droz, 1946, p. 38.

23Nous en avons trois exemples dans la Vita Pauli : comitante secum sorore (X, 4) ; comitantibus secum […] discipulis (III, 3) ; comitantibus secum suis duodecim presbiteris (VIII, 3). S’agit-il d’un brittonisme ? P. Flobert se posait la même question à propos de l’expression voisine comitantibus cum illo plerisque monachis, figurant dans la Vita prima Samsonis (I, 52)32. On pense inévitablement à l’emploi redondant de gant, « avec », très fréquent en breton moderne ; mais la Vie de Benoît d’Aniane fournit un exemple similaire : alio secum comitante fratre, et K. Strecker en donne également un : nobiscum comitatur, malheureusement sans référence33. Il semblerait donc que l’on ait affaire à une expression largement répandue, sinon fréquente, le plus souvent sous la forme relativement figée d’un ablatif absolu. En multipliant les relevés dans d’autres vitae armoricaines et non armoricaines on pourrait peut-être observer une fréquence globalement plus élevée en Bretagne qu’ailleurs, auquel cas on pourrait considérer qu’il y a tout de même influence du substrat breton, mais il semble qu’il faille pour l’instant renoncer à cette interprétation.

Secum portare

  • 34 L. Lemoine, op. cit., p. 412, note 12.
  • 35 Gw. Le Duc, Vie de saint Malo, évêque d’Alet, CeRAA, B-1979, p. XXIX.

24On est amené à faire le même constat pour les expressions de ce type, si forte que soit la tentation de considérer comme des brittonismes. L. Lemoine avait ainsi relevé dans la Vie de saint Malo, entre autres expressions influencées par le breton, « ego uadam, lapidem mecum tollens34 » ; Gw. Le Duc notait aussi comme des tours influencés par le breton parlé ceux qui montrent des « personnages » qui « apportent quelque chose avec eux35 ». Nous avons deux expressions de ce type dans notre corpus breton (toutes deux figurent dans la Vie longue de Guénolé) : secum portare (II, 26) et tollite hinc uobiscum ; c’est peu, surtout au regard de la Vie de Benoît d’Aniane, deux fois plus courte, où l’on en compte sept (sur 59 occurrences de cum prépositionnel) : secum adtulit/tulerunt/tulit (deux fois)/detulit/perferens, et tecum adtulisses. À moins qu’un substrat germanique opère ici, et que des causes différentes donnent les mêmes effets.

La préposition cum substituée à la conjonction de coordination et

  • 36 Nous considérons que la Vie brève est bien antérieure à la Vie longue (ce qui a son importance pui (...)

25Nous en avons 44 occurrences réparties entre la Vie brève et la Vie longue de saint Guénolé, la Vita metrica et la Vita Pauli Aureliani ; trois auteurs au moins sont donc concernés36 (quatre si la Vita metrica n’est pas de Gourdisten) ; en revanche nous n’avons relevé qu’un exemple dans notre corpus non armoricain. Une telle formulation n’est évidemment pas impossible en latin ; ce qui surprend, c’est la fréquence des emplois dans nos textes. Il serait long et peu utile de reproduire ici tous les passages concernés ; nous nous contenterons de citer quelques exemples : pedes meos cum manibus circumligantes, corda dolor cum trepidatione tenebat (GB et GL) ; mundus cum amatoribus suis, una tantum tunica cum melote (GL) ; cum pedibus caput (VM) ; euangelium cum cymbalo, cum benedictione pergendi licentia, clericos cum episcopo (PA).

  • 37 Pour hac, voir L. Fleuriot, VBEG, p. 283 et 291.

26En dehors des cas, assez nombreux, où cette construction est employée pour des parties du corps (six fois), et où l’on peut considérer qu’il y a peut-être automatisme, on observe une grande diversité d’application : personnes, objets, actions ; le tour paraît donc bien vivant. Qu’est-ce qui peut motiver ce choix ? le goût du style recherché, de la formule qui sort de l’ordinaire ? celui des formules bien rythmées, cum donnant plus de relief au groupe binaire ? le désir d’enrichir le texte, et par là d’en valoriser le contenu, en utilisant toutes les ressources du latin ? à côté de ces motivations plus ou moins conscientes, et qui ont dû jouer, on peut peut-être risquer une explication par le vieux breton. Il se trouve que le mot hac/ac (ha/a devant consonne) pouvait fonctionner tantôt comme une préposition avec le sens de « avec » (bed a te, « sera avec toi »), tantôt comme une conjonction de coordination avec le sens de « et » (un tre hac un lanu, « un reflux et un flux37 »). Cette double fonction de hac, qui leur était familière, ne peut-elle avoir amené les auteurs à « abuser » inconsciemment d’un emploi de cum possible, mais sans plus, en latin ?

Cum avec un nom d’action

27Nous avons classé dans cette dernière catégorie des mots comme precibus, hymnis, uigiliis, labore, consilio, etc. qui constituent avec cum des formules banales, simples (deux mots seulement), couramment et anciennement attestées, notamment dans des textes d’inspiration religieuse (même cum iuramento, plus rare, est attesté dans la Bible, Mt 14, 7). Nous ne nous y intéresserons donc pas ici (nous aurions pu y ajouter planctu, lacrimis… que nous avons classés avec les compléments exprimant un sentiment). Restent quelques tournures, souvent plus complexes : cum increpatione (GB, 11 ; GL, I, 16) ; cum administratione dans cum alimenti corporalis administratione diuini pabuli refocillatione coepit nutrire (GB, 7 ; GL, I, 9) ; cum humillima supplicatione (GL, I, 21) ; cum ieiuniorum uigiliarumque continuata […] moderatione (GL, I, 20) ; prophetica cum magna attestatione (PA, III, 1). On peut se demander si certaines de ces expressions au moins (celles dans lesquelles le nom d’action reçoit un complément de détermination qui serait le complément d’objet du verbe correspondant) n’ont pas été préférées à un gérondif (forme qui n’existe pas en breton), le groupe nominal prépositionnel équivalant une fois de plus à l’infinitif prépositionnel breton ; notons que dans nos exemples, le nom est toujours un déverbatif en -tio, -tionis.

28Quelques hypothèses donc, et rien de spectaculaire ; on observe très peu d’écarts par rapport à l’usage latin courant, ce qui confirme que nos auteurs le maîtrisent bien ; un fait notable toutefois : les emplois de cum prépositionnel sont proportionnellement près de quatre fois plus nombreux dans les vitae armoricaines longues que dans la Vita Martini (la Vie de Benoît d’Aniane étant elle-même loin d’atteindre ce chiffre). Et cela ne tient pas à un manque de vocabulaire : pour ne prendre que cet exemple, Gourdisten, dans la version longue de la Vie de Guénolé, utilise trente-sept prépositions différentes (Sulpice Sévère, dans un texte plus court il est vrai, en utilise trente-trois). Il semble donc permis d’attribuer ce fait à une préférence qui s’expliquerait, même au travers d’emplois apparemment « normaux », par l’influence du substrat breton (qui peut très bien être cumulée avec la recherche stylistique par exemple).

29En ce qui concerne cum, nos hypothèses nous ramènent à deux types de faits : glissements de sens à partir des emplois de prépositions latines (cum, per) ou bretonnes (tro, tre, hac) partiellement équivalentes, et emploi de tournures se rapprochant de l’infinitif prépositionnel breton. La « preuve » de la présence de brittonismes viendra alors autant de la comparaison de fréquences que du repérage d’« anomalies ».

30À l’issue de cette étude, il est bon enfin de préciser les limites de la méthode suivie et les perspectives qu’elle ouvre : en partant d’un relevé opéré sur les concordances, nous ne décelons pas les cas où la préposition n’apparaît pas ; nous ne pouvons donc pas analyser les substitutions éventuelles (cas où la préposition a été remplacée par une autre, ou bien où le tour prépositionnel a été remplacé par une construction syntaxique différente). Certains de ces phénomènes pourront néanmoins apparaître ultérieurement, par recoupement, à la faveur d’analyses portant sur d’autres points. Il faudra d’autre part multiplier les témoignages des Vies non armoricaines pour confirmer ou infirmer telle ou telle hypothèse, et en émettre d’autres.

31Mais les données chiffrées obtenues ici peuvent à tout moment être comparées à d’autres, établies ultérieurement selon les mêmes principes. Et si les chiffres ne sont pas tout (qui saura jamais avec certitude ce qui a pu se passer, consciemment ou inconsciemment, dans l’esprit d’un auteur du ixe siècle ?), ils devraient fournir une base solide à de nouvelles investigations et contribuer, pour leur part, à une meilleure connaissance des brittonismes.

Notes

1 Le Vieux Breton, éléments d’une grammaire, Paris, Klincksieck, 1964, p. 290-297.

2 J.-M. Picard fait de même observer à propos de textes hagiographiques irlandais du VIIe siècle que « la plupart des confusions syntaxiques porte sur les prépositions », ce qu’il explique par le fait « que leur emploi en latin tardif est extrêmement libre et qu’il devait être difficile pour un étranger à la Romania de maîtriser la multiplicité des emplois idiomatiques » (« Les celticismes des hagiographes irlandais du VIIe siècle », Études celtiques, n° 29/2, 1992, p. 355373).

3 En particulier Le Vieux Breton, éléments d’une grammaire, op. cit., et Dictionnaire des gloses en vieux breton, Paris, Klincksieck, 1964 (en abrégé VBEG et DGVB).

4 Nous n’entrons pas ici dans les discussions relatives à la datation de certains de ces textes (des chercheurs plaçant la rédaction de la Vie brève de saint Guénolé ou celle de la Vie de saint Idunet ailleurs qu’à Landévennec et après la période considérée ici). Nous avons retenu six textes : quatre Vies de Guénolé, à savoir la Vie brève, la Vie longue, l’Homélie, et la Vita metrica ; la Vie de saint Idunet ; la Vie de Paul Aurélien par Wrmonoc. Nous n’avons pas retenu la Vie adressée par Gourdisten à Jean d’Arezzo, qui est composée des chapitres II, 9-14 de la Vie longue de Guénolé suivis du texte presque intégral de l’Homélie (même si d’éventuelles variantes peuvent avoir leur intérêt). Rappelons enfin ici que tous nos manuscrits sont des copies postérieures à l’exil des moines, et que les textes originaux sont donc susceptibles d’avoir été quelque peu modifiés.

5 Il nous paraît important d’indiquer ici quels documents nous avons utilisés pour l’établissement des concordances, et donc en fait pour la saisie des textes : en effet cela n’est pas allé de soi, d’abord parce que la façon dont les textes ont été édités ne répond pas toujours à nos critères actuels, mais aussi parce que faute de temps nous ne pouvions intégrer dans les textes toutes les variantes signalées dans l’apparat critique. Il fallait donc faire des choix : les nôtres peuvent ne pas être les meilleurs ; il importe qu’au moins chacun sache à quoi s’en tenir. Guénolé. Vie brève : R. Latouche, Bibl. des Hautes Études, fasc. 192, 1911 et C. de Smedt, Anal. Bolland., VII, 1888 ; les deux textes ne coïncidant pas toujours nous nous sommes servie de l’apparat critique de De Smedt pour rester au plus près du ms. Cotton ; Vie longue : de Smedt, op. cit., texte du ms. 5610A (sans les corrections figurant sur le ms.) ; Vita metrica : DE SMEDT, op. cit. ; Homélie : R. Fawtier, Mélanges d’histoire et d’archéologie, École française de Rome, XXXII, fasc. I-II, 1912 (en complétant ce qui figure dans la Vie adressée à Jean d’Arezzo à l’aide des notes dans lesquelles Fawtier donnent les variantes par rapport à l’Homélie). Idunet : AASS, oct. VIII. Paul Aurélien : texte dactylographié établi et aimablement communiqué par M. Kerlouégan, que je remercie vivement. Vie de saint Martin par Sulpice Sévère : éd. du Cerf, coll. « Sources chrétiennes » (texte établi par J. Fontaine), 1967. Vie de Benoît d’Aniane : texte édité par G. Waitz, Monum. German. Histor., Scriptores, XV, 1887. Vie de saint Hubert par Jonas d’Orléans : AASS, nov. I, 1887 (texte établi par C. DE SMEDT).

6 Pour cette dernière, nous nous sommes finalement contentée de relever directement dans le texte les occurrences de dum et de cum, faute de temps.

7 Sur la base des informations données par F. Brunhölzl, Histoire de la littérature latine du Moyen Âge, Brepols, 1996.

8 À propos de ce mot, Niermeyer (Mediae Latinitatis Lexicon minus, 1993) ne donne que trois références : le texte d’Ardon, les Consuetudines Cluniacenses (xie-xiie s.), et Hariulf (d’origine germanique ?), biographe d’Angilbert.

9 Et J. Fontaine (Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, Paris, Cerf, 1967) a bien montré que Sulpice est un auteur classique : par sa formation (celle d’un « avocat lettré […], ancien élève de rhétorique sorti de “l’université de Bordeaux” »), par les modèles qu’il imite (notamment Cicéron et surtout Salluste), par la qualité de sa langue enfin (son oeuvre s’inscrivant dans le cadre de ce que l’on a appelé la « renaissance théodosienne »).

10 On pourrait toutefois faire une objection à ce choix : Sulpice Sévère vivait en Gaule ; son latin n’a-t-il pas pu s’en trouver, même légèrement, influencé par le substrat gaulois ?

11 Les textes courts présentent surtout un intérêt au niveau de l’analyse de détail : le nombre global d’occurrences est trop réduit pour être vraiment significatif (notons que les données de l’Homélie donnent une proportion inverse de celle des textes longs).

12 Rappelons que le même phénomène d’enchâssement se retrouve avec la Vie d’Idunet et la Vie brève de Guénolé qui contiennent toutes deux, avec des variantes, l’épisode de la guérison du lépreux ; ce récit constitue à peu près la moitié de la Vie d’Idunet.

13 Nos textes étant de longueur très variable, il est indispensable de relativiser les chiffres en les rapportant au volume de chaque vita. Nous donnons donc ici dans la deuxième colonne le nombre de mots contenus dans chaque texte, calculé à partir des concordances (une ligne = un mot) après déduction d’un certain nombre d’éléments (variantes signalées dans le texte…). Est considéré comme un mot tout groupe de lettres isolé par des blancs : adusque compte donc pour un mot, et ad usque pour deux ; un même mot utilisé x fois compte pour x mots. Précisons que pour la Vie brève de Guénolé, nous n’avons pas pris en compte les mots signalés comme des restitutions par Latouche ou par De Smedt ; or on sait que le ms. Cotton est très endommagé : le nombre de mots du texte s’en trouve considérablement réduit. Les pourcentages figurant dans les colonnes 3 et 6 sont calculés par rapport au nombre de mots. Enfin pour plus de lisibilité, le nombre obtenu a été arrondi à la dizaine la plus proche.

14 B. Merdrignac, Recherches sur l’hagiographie armoricaine du viie au xve siècle, t. 1, Dossiers du CeRAA, H-1985, p. 183.

15 L. Fleuriot, VBEG, p. 305-307.

16 Ibid., p. 326-327.

17 Ibid., p. 311-313.

18 Ajoutons : et en latin.

19 L. FLEURIOT, VBEG, p. 328-329.

20 Les vitae sont désignées par les abréviations suivantes : Guénolé, Vie brève GB, Vie longue GL, Homélie Ho, Vie métrique GM ; Idunet Id ; Paul Aurélien PA ; Benoît d’Aniane BA ; Hubert Hu ; Martin Ma.

21 Cum relie deux noms ayant la même fonction, ou qui auraient la même fonction s’ils étaient reliés par la conjonction de coordination et, comme le veut le sens.

22 A. Graur, « A, ab, apud et cum en latin de Gaule », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, Paris, 1932, t. 33, fasc. 1, p. 225-298.

23 F. Kerlouégan, Les destinées de la culture latine dans la Bretagne du vie siècle. Recherches sur le De excidio Britanniae de Gildas, thèse (Paris IV), 1977, p. 456 (le chapitre d’où est tiré ce passage ne figure pas dans l’édition de 1977).

24 Apud, cum et ab

25 J.-M. Picard, « Les celticismes des hagiographes irlandais du VIIe siècle », art. cit., p. 355-373

26 L. Fleuriot, VBEG, p. 291-292 ; Annales de Bretagne, 1971, p. 658 ; Études celtiques, 1972, p. 211. L. Lemoine, Recherches sur l’enseignement et la culture dans la Bretagne du haut Moyen Âge, thèse dactylographiée, Rennes 1985, p. 297-299 et note 12, p. 412.

27 F. Kerlouégan, « Une mode stylistique dans la prose latine des pays celtiques », Études celtiques, Actes du IVe congrès international, vol. I, 1972, p. 275-297.

28 Citations tirées de la Syntaxe latine d’A. Ernout et F. Thomas, Paris, Klincksieck, 1972, p. 87, et du Dictionnaire de F. Gaffiot.

29 L. Lemoine, op. cit., p. 296.

30 L. Fleuriot, VBEG, p. 297.

31 Ibid., p. 296.

32 P. Flobert, op. cit., p. 72.

33 K. Strecker, Introduction à l’étude du latin médiéval, Paris, Droz, 1946, p. 38.

34 L. Lemoine, op. cit., p. 412, note 12.

35 Gw. Le Duc, Vie de saint Malo, évêque d’Alet, CeRAA, B-1979, p. XXIX.

36 Nous considérons que la Vie brève est bien antérieure à la Vie longue (ce qui a son importance puisque les six exemples relevés dans la Vie brève se retrouvent dans la Vie longue).

37 Pour hac, voir L. Fleuriot, VBEG, p. 283 et 291.

Auteur

Doctorante, université Rennes 2 – Haute Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540