Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Deuxième partie. « Parler en langues » : linguistique, philologie et littérature

Un nouvel hispérisme dans le De Excidio Britanniae de Gildas1

François Kerlouégan

Texte intégral

  • 1 J’ai déjà eu l’occasion d’étudier la question des hispérismes chez Gildas dans Le De Excidio Brita (...)

1Au chapitre 6 du De Excidio, Gildas nous apprend que les Romains, après avoir conquis l’île de Bretagne, sont contraints de revenir sur le Continent, faute de ravitaillement sur place, en laissant derrière eux les rectores que la lionne trompeuse trucide sans attendre. Le récit continue : Quibus ita gestis cum talia senatui nuntiarentur et propero exercitu uulpeculas, ut fingebat, subdolas ulcisci festinaret, non militaris in mari clasis parata fortiter dimicare pro patria nec quadratum agmen neque dextrum cornu aliiue belli apparatus in litore conseruntur. Rome renvoie les troupes mais les Bretons n’ont rien pour se défendre : ils tournent le dos, se laissent égorger et enchaîner de sorte qu’on disait partout : Britanni nec in bello fortes… nec in pace fideles.

2Ce qui attire mon attention, c’est le contraste lexical entre militaris classis d’une part et d’autre part quadratum agmen et dextrum cornu. En effet, militaris classis est une expression attendue pour désigner une flotte de guerre, tandis que quadratum agmen et dextrum cornu au lieu tout simplement d’exercitus ou de milites causent une petite surprise.

3Si on regarde du côté des traductions modernes du DEB, on relève :

  • 2 H. williams, De Excidio Britanniae, Fragmenta, Liber de Paenitentia, accedit et Lorica, 2 vol., Lo (...)
  • 3 M. Winterbottom , Gildas, The Ruin of Britain and other works, Londres-Chichester, 1978, p. 18.

4H. Williams : « nor a marshalled army or right wing » ; « ni une armée en rang ni aile droite2 ». M. Winterbottom : « no orderly square, no wright wing » ; « ni carré en ordre ni aile droite3 ».

  • 4 Chr. Kerboul-Vilhon, Saint Gildas, De excidio Britanniae. Décadence de la Bretagne, Sautron, 1996, (...)

5Chr. Kerboul-Vilhon : « pas d’armée bien ordonnée, pas d’aile droite4 ».

  • 5 E. Benoist et S. Dosson, Jules César. Commentaires sur la Guerre des Gaules, Paris, 10e éd. revue (...)

6Ces traducteurs sentent bien que quadratum agmen signifie plutôt « armée bien en ordre » que « marche en carré » alors que dextrum cornu est traduit par son sens courant d’« aile droite ». En effet quadratum agmen, en latin classique, c’est l’armée en marche (agmen) en formation carrée (quadratum). Au centre, les bagages, protégés par les fantassins et les cohortes ; les auxiliaires couvrent l’avant et l’arrière, le flanc gauche est gardé par les frondeurs et les archers, tandis que la cavalerie est en pointe à l’aile droite. Ce n’est pas le seul ordre possible. Quand il n’y avait rien à craindre, on marchait longissimo agmine, par exemple César, B.G., 2.17.2. En cas de danger, une formation expedita (« sans bagages ») prévoyait une mise en ligne rapide des légions : César, B.G., 2.19.3. Dextrum cornu, en revanche, s’emploie dans le contexte de l’armée rangée pour la bataille (acies), la cavalerie occupant les ailes : César, B.G., 6.8.55.

7Il y a donc chez Gildas, entre quadratum agmen et dextrum cornu employés normalement dans deux contextes différents, une certaine incohérence, comme dans l’Eunuque de Térence, v. 774-775 :

Thrason : In medium huc agmen cum uecti, Donax,

Tu, Simalio, in sinistrum cornu ; tu, Syrisce, in dexterum.

« Ici au centre de la colonne, avec ta barre, Donax !

  • 6 J. Marouzeau, Térence, Comédies, t. 1, Paris, 4e tirage, 1967. Il note, p. 284, note 4 : « Il s’ag (...)

Toi, Simalion, à l’aile gauche, toi, Syriscus, à droite6. »

  • 7 M. Herren, The Hisperica Famina : I. The A-Text, A New Critical Edition with English Translation a (...)
  • 8 Au cours d’une séance (29 mars 2003) de l’Atelier médio-latin (Centre Lenain de Tillemont) dirigé (...)

8Aurait-on chez Gildas l’incohérence inverse : le terme correct pour la formation de bataille, avec dextrum cornu, et le terme qui ne convient pas pour les lignes d’infanterie avec quadratum agmen ? Mais, comme J. Marouzeau, nous sommes embarrassés pour expliquer ce désaccord. Je pense tout simplement que Gildas veut dire ceci : les Bretons n’ont pas de marine, ni d’armée de terre, infanterie et cavalerie, nec pedites, nec equites. Mais il n’emploie pas les termes habituels. À pedites il substitue quadratum agmen et à equites, dextrum cornu. Cela, à mon avis, n’a pas lieu de surprendre. Si l’on connaît l’usage hispérique, bien défini par M. Herren7, qui est d’employer des termes de sens spécialisé pour des termes de sens général à partir de l’usage d’un glossaire où l’on retrouve par exemple zephyrus uentus, le glossaire ramenant le particulier au général, comme chlamys,• uestis, pelta scutum, on peut imaginer un glossaire où figuraient agmen quadratum pedites, dextrum cornu equites et notre Gildas, amateur d’élégance contournée, utilisant les deux expressions en question au lieu des banals pedites et equites. Nous n’avons pas l’exemple précis de ces deux gloses supposées mais avons-nous à notre disposition la totalité des glossaires rédigés au cours de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge8 ?

Notes

1 J’ai déjà eu l’occasion d’étudier la question des hispérismes chez Gildas dans Le De Excidio Britanniae de Gildas.

Les destinées de la culture latine dans l’île de Bretagne au VIe siècle, Paris, 1987, p. 275-288. C’est la fréquentation des glossaires, en particulier de G. Goetz, Corpus Glossarium Latinorum, Leipzig, 1888-1923, 7 vol., et des études sur ces recueils et les écoles du haut Moyen Âge qui m’a amené à considérer cet exemple avec un autre oeil.

2 H. williams, De Excidio Britanniae, Fragmenta, Liber de Paenitentia, accedit et Lorica, 2 vol., Londres, 1899-1901, p. 21.

3 M. Winterbottom , Gildas, The Ruin of Britain and other works, Londres-Chichester, 1978, p. 18.

4 Chr. Kerboul-Vilhon, Saint Gildas, De excidio Britanniae. Décadence de la Bretagne, Sautron, 1996, p. 27.

5 E. Benoist et S. Dosson, Jules César. Commentaires sur la Guerre des Gaules, Paris, 10e éd. revue par P. Lejay, 1903-1914, p. 615-617 et 621. Aux exemples donnés on peut ajouter Bellum Iugurthinum, 100.1-2, où Salluste décrit l’armée en marche : Marius…, pariter atque in conspectu hostium quadrato agmine incedere. Sulla cum equitatu apus dextumos [l’extrême droite], in sinistra parte A. Manlius cum funditoribus et sagitariis.

6 J. Marouzeau, Térence, Comédies, t. 1, Paris, 4e tirage, 1967. Il note, p. 284, note 4 : « Il s’agit bien d’une colonne (agmen) et non d’une ligne de bataille ; que signifient alors les termes « aile gauche » et « aile droite » ? Incohérences prêtées intentionnellement à un chef pour rire ?

7 M. Herren, The Hisperica Famina : I. The A-Text, A New Critical Edition with English Translation and Philological Commentary, Toronto, 1974, p. 45-49.

8 Au cours d’une séance (29 mars 2003) de l’Atelier médio-latin (Centre Lenain de Tillemont) dirigé par F. Dolbeau, J. Fontaine et M. Perrin, j’ai soumis ce passage à examen. Les intervenants ont maintenu la traduction proposée au début de cet article. Marie-Pierre Arnaud-Lindet, par lettre, avait aussi avancé « ordre carré » ou « formation serrée » d’une part et d’autre part développait dextrum cornu en « pas d’escadron à l’aile droite » ou « rien à droite ». Il est probable, ai-je pensé après coup, que les spécialistes du haut Moyen Âge latin ne fréquentent pas les Hisperica amina et en ignorent les malices, ce qui pourrait expliquer le maintien de la traduction littérale.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540