Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Deuxième partie. « Parler en langues » : linguistique, philologie et littérature

Sur quelques éléments du vocabulaire des scribes gallois et irlandais

Pierre-Yves Lambert

Texte intégral

I. Les antécédents du gallois enghraifft « exemple »

1Il y a une longue histoire derrière ce mot, très courant en gallois moderne, notamment dans l’expression er enghraifft « par exemple ». C’est un emprunt au latin antigraphum, « modèle (du copiste) ». Cet mot latin est lui-même un emprunt au grec ἀντίγραφος, ou ἀντίγραφον, qui d’ailleurs signifie plutôt la « copie » que le modèle. Il ne faut pas s’étonner de cette différence sémantique entre les mots grec et latin. Dans la transmission manuscrite, chaque « copie » est destinée à devenir « modèle ». Et inversement, le latin exemplar « modèle » a donné le français exemplaire, qui signifie plutôt une « copie ».

2Nous voudrions préciser quelques détails de phonétique et de sémantisme concernant enghraifft.

  • 1 Joseph Vendryes, De Hibernicis vocabulis quae a Latina lingua originem duxerunt, Paris, Klincksiec (...)
  • 2 Whitley Stockes, Goidilica, 2e éd., 1872, p. 69 : à propos de la glose du Liber Hymnorum, f° 12a,. (...)
  • 3 Notre collègue Gilbert Lazard a préconisé d’employer l’équivalent français, « exemplier » pour la (...)

3Le même emprunt a été réalisé en vieil-irlandais : mais v. irl. angraib (ou angraif) glose le lat. exemplar « modèle manuscrit », comme on pouvait s’y attendre. Joseph Vendryes 1 rapporte ce mot à antigraphus, on doit citer pour mémoire une étymologie plus ancienne autrefois proposée par Whitley Stokes2, par un emprunt au grec ἀνταγραφή. Or, si angraib présente le sens attendu de « modèle manuscrit », il n’en va pas de même pour enghreifft – moderne enghraifft –, qui signifie « exemple » : le sémantisme est passé de celui d’exemplar à celui d’exemplum. Serait-ce que l’exemplar a été confondu avec le collectif exemplarium3 ?

  • 4 John Rhys, « Welsh words borrowed from Latin, Greek and Hebrew », Archaeologia Cambrensis, IV, 187 (...)

4John Rhys 4 a fondé sa théorie sur le sens particulier du dérivé gallois moyen anghreifftio « accuser, faire grief », var. anghreithio, d’où un nom d’action anghraifft ou anghraith « reproche, grief ». Il a supposé, par conséquent, un emprunt du gall. anghraifft « accusation » au mot latin tardif anagrippa, attesté dans les Lois des Lombards et désignant une faute ou une accusation (« culpa » Du Cange). Il supposait, pour le -t final, une sorte de développement analogique, cf. gall. mod. telegrafft.

  • 5 Bruno Güterbock, Bemerkungen über die lateinischen Lehnwörter im Irischen, Leipzig, 1882, dont Hei (...)
  • 6 Joseph Loth, Les Mots Latins dans les Langues brittoniques (gallois, armoricain, cornique), phonét (...)

5Dans un compte rendu sur une dissertation allemande de l’université de Königsberg, par Bruno Güterborg, consacrée aux emprunts latins en irlandais, Heinrich Schuchardt rapproche les mots irl. angraib et gall. enghraifft comme venant tous deux du latin antigraphus5. Joseph Loth, quant à lui, s’est abstenu de trancher entre la théorie de Rhys (emprunt au latin tardif anagrippa) et celle de Schuchardt (emprunt au lat. antigraphus). Il les cite l’une et l’autre dans son répertoire intitulé « Les Mots Latins dans les Langues brittoniques6 », se contentant de remarquer, en appendice, que « enghraifft remonterait plutôt à lat. antigraphium ».

  • 7 Ifor Williams, « Nodiadau : “anghreifft, anghreith” », Bulletin of the Board of Celtic Studies II, (...)

6Plus tard, Ifor Williams a repris la question 7 en expliquant que anagrippa n’était certainement pas la source de l’emprunt car ce mot doit être d’origine germanique (cf. all. Eingriff). Ifor Williams explique le gall. anghreifftiaw par un emprunt au lat. increpitare (avec syncope du -i- bref prétonique). Pour le traitement -pt- > -fft dans les emprunts, cf. Aegyptus > Eifft. La variante anghreithiaw représente un traitement plus ancien du groupe -pt-. Les deux formes se sont contaminées : increp’tare aurait dû donner *anghrefft ou angreith, la diphtongue de la deuxième forme se serait étendue à la première (d’où anghreifft).

7Ifor Williams estime que lat. increpitare doit expliquer aussi bien anghraifft « exemple » que anghraifft « reproche, accusation ». En effet, il soulève des objections phonétiques et sémantiques contre un emprunt à antigraphus ou antigraphius : si c’est antigraphius, le sens attesté pour antigrapheus « cancellarius », ne convient pas ; si c’est antigraphum, on attendrait une forme angraff sans l’infection par yod… Il remarque par ailleurs qu’il y a des connexions possibles, au niveau sémantique, entre « l’exemple » et la mise en accusation. Ne dit-on pas « faire un exemple » ?

  • 8 Henry Lewis, Yr Elfen Ladin yn yr Iaith Gymraeg, Caerdydd, Gwasg Prifysgol Cymru, 1943, p. 23 (§ 8 (...)
  • 9 Cf. le compte rendu de BBCS, vol. II par Joseph Loth, « L’archéologie et la linguistique dans le p (...)
  • 10 Kenneth H. Jackson, Language and History in Early Britain, Édimbourg, 1953, p. 396. Le même auteur (...)

8À ma connaissance, seuls Henry Lewis, Harald Haarmann et le Geiriadur Prifysgol Cymru, ont accepté cette étymologie8. On ne connaît pas la réaction de Joseph Loth9. Kenneth Jackson10, au contraire, maintient que enghraifft « exemple » vient du latin antigraphum. Il y a en effet trois erreurs de méthode dans le raisonnement d’Ifor Williams :

  • Les raisons pour lesquelles il repoussait l’emprunt à *antigraphius impliqueraient que nous savons absolument tout de la langue latine, et que les mots latins dont dérivent les emprunts celtiques sont tous répertoriés dans les dictionnaires… Or, nous sommes encore très loin de cet état de choses. Bien sûr, il est indéniable que la langue latine est mieux connue que les langues celtiques médiévales, mais cela ne veut pas dire que ses dictionnaires soient parfaits, ni même complets. La description des formes tardives et régionales du latin ne fait que commencer11.
  • Plus grave est de supposer que deux fcormes de même origine ont pu se contaminer l’une l’autre. Cela me paraît contraire aux règles de la dialectologie. Ou bien on utilise *angrefft, ou bien on utilise angreith : les deux formes ne peuvent pas appartenir au même dialecte. À mon avis, le seul moyen d’expliquer la diphtongue de anghraifft « reproche », c’est de supposer une contamination avec un autre emprunt, celui de *enghreiff issu de antigraphium. Il est donc indispensable de supposer la connaissance de ce dernier mot.
  • le troisième reproche qu’on peut faire à Ifor Williams est de ne pas prendre en compte les emprunts irlandais. Or les emprunts sont toujours déterminés par des influences culturelles : les pays celtiques ont partagé le même type de culture, et ont pratiqué le même type de latin.

9Je n’essaierai pas de ramener tous les sens de angraifft à lat. antigraphum – bien qu’il soit tentant de le faire, dans la mesure où antigraphum a eu aussi le sens de « réplique, mémoire écrit en réponse ou en opposition ». Il est possible de détecter cette valeur hostile dans le dérivé du mot simple, vgall. grefiat, dans la note « Surexit » du Livre de Saint Chad :

  • 12 Ainsi, par exemple, Stephan Zimmer, « Vieux-gallois gener et autres problèmes à propos de la minut (...)

grefiat guetig nis minn Tubulc hai cenetl in ois oisou
Traduction traditionnelle : « un écrit, ensuite, Tudfwlch ne le souhaite pas, ni sa famille, pour les siècles des siècles12 ».

  • 13 John Rhys et John Gwenogfryn Evans, The Text of the Book of Llan Dâv, Reproduced from the Gwysaney (...)

10Mais pourquoi insister sur les adverbes de temps, « ensuite », et « pour les siècles des siècles » ? ces deux précisions temporelles n’ont de sens que si grefiat est une action beaucoup plus gênante pour la charte où elle figure. Aussi je traduirais volontiers : « [Quant à] une plainte écrite, ensuite, Tudfwlch n’y pense pas, [non plus que] sa famille, pour les siècles des siècles13. »

11Ifor Williams a sans doute eu raison de rapporter le verbe anghreifftiaw au lat. « increpitare ». Car sinon, nous n’aurions aucune explication pour la variante angreith. Mais il y a des signes d’interaction entre les deux emprunts :

  • Le -t final de enghraifft « exemple », pourrait être un développement « naturel », cf. gryphus > griff > grifft. Rhys citait par exemple le gall. moderne telegrafft… Mais le verbe anghreifftiaw « increpitare » a pu servir de modèle analogique pour cette transformation.
  • À l’inverse, la diphtongue -ei-de anghreifftiaw ne s’explique pas bien sans l’influence analogique de antigraphium > *engreiff.

12On serait donc bien dans un cas de contamination, ou comme disait Vendryes, d’étymologie croisée. Le croisement s’est produit à la faveur d’une proximité phonétique, et aussi d’une certaine proximité sémantique.

13Un dernier problème phonétique : pourquoi les mots celtiques renvoient-ils à une forme latine *antigraphium, avec -yod ? Serait-ce sous l’influence du mot graphium « style, stylet » ? Certes, ce dernier mot apparaît tardivement avec le sens d’écrit, mais trop tardivement, semble-t-il, pour avoir pu exercer une quelconque influence sur le mot latin composé antigraphum. À moins que…

II. Latin classique graphium « stylet », et latin médiéval graphium « charte »

  • 14 J. Gw. Evans (with the cooperation of John Rhys), The Text of the Book of Llan Dâv, voir note préc (...)

14Dans la première charte du Livre de Llandâv 14 (charte de donation de Lann Custenhin Garthbenni in Ercicg à saint Dubricius, par le roi Peibiaw), on trouve la phrase suivante :

tenuitque Peipiau grafium super manum Dubricii sancti ut domus orationis et penitentiæ, atque episcopalis locus in æternum fieret episcopis landauiæ (p. 72).
Traduction littérale : « et Peibiaw a tenu le grafium sur la main de saint Dubricius, comme quoi [cela] deviendrait une maison de prière et de pénitence et un siège épiscopal pour l’éternité pour les évêques de Llandaf ».

  • 15 Gilbert H. Doble, Lives of the Welsh Saints, Cardiff, University of Wales, 1971, repr. 1984, 1986  (...)
  • 16 Dans un cas, la Règle énonce l’interdiction d’avoir aucun bien personnel : neque aliquid habere pr (...)

15Plusieurs auteurs ont estimé que grafium, ici, signifiait « déjà » une charte, un écrit. C’est en premier lieu le chanoine G. Doble, qui écrit : « There are some other interesting details in this document. The kings holds a grafium (i. e. the real charter granting the land) on the hand of S. Dubricius, “that it might be a house of prayer and penitence… and an episcopal locus”15. » Il poursuit en comparant l’expression domus penitentiae au toponyme breton très fréquent, Penity. Mais ce qui nous intéresse ici est sa note en bas de page sur le mot grafium : « The word graphium is found in the Vita Carantoci in Vesp(asianus) A XIV, and in Asser’s Life of Alfred, also in the Rule of S. Benedict. » Ces références sont de qualité variable. On étudiera en détail les deux premières un peu plus loin. Signalons tout de suite que les deux occurrences de graphium dans la Règle de saint Benoît ne peuvent se comprendre qu’avec le sens de « style, stylet16 ».

  • 17 E. D. Jones, « The Book of Llandaff », National Library of Wales Journal, IV, fasc. 3/4, Summer 19 (...)

16Dans son étude paléographique17, le professeur E. D. Jones estime que les copies des chartes faites à l’époque de Dubricius ont été copiées par la main A, la même qui a reproduit ensuite la Vie de saint Dubricius, ou plus exactement, des « Lectiones de uita sancti Dubricii ». Pour le passage qui nous occupe, il retient la traduction traditionnelle, en invoquant, après Seebohm, un usage coutumier : « The first charter is interesting in its reference to the holding by the grantor of the written document upon the hand of St. Dubricius (tenuitque Peipiau grafium super manum Dubricii sancti). Another of the charters was placed upon the Four Gospels. Frederic Seebohm shows that these customs agree with the procedure on the continent. »

17E. D. Jones fait allusion à d’autres passages des chartes de Llandâv, où il est dit que le roi met la main sur les quatre évangiles tenus par saint Dubricius (Rex predictus misit manum super quattuor euangelia tenente beato Dubricio cum predicta tellure…, Llandâv, p. 75) ou bien que la charte de donation est déposée sur les évangiles (coram illis omnibus posuerunt hanc dotem super quattuor euangelia in perpetuo sine herede nisi ecclesia Landauie…, ibid., p. 75).

  • 18 Wendy Davies, The Llandaff Charters, Aberystwyth, The National Library of Wales, 1979, xi + 206 p. (...)
  • 19 Wendy Davies, « La charte celtique », BSAF, CIX, 1981, p. 195-207. W. Davies, « The Latin Charter (...)

18Wendy Davies s’est ici conformée à la tradition : en effet, dans son résumé de la charte18, elle écrit : « King Peibiau gave Mainaur Garth Benni to archbishop Dyfrig and his (suo) cousin Inabwy, and held a charter (grafium) that it be a house of prayer and episcopal place (episcopalis locus) for ever… » Une note nous précise un peu plus loin que le même sens du mot grafium se trouve dans cinq endroits de la Vita Cadoci (VSB, p. 124-134) et, comme il a été déjà relevé, dans la vie du roi Alfred par Asser (édition W. H. Stevenson, 1921, p. 193). D’autres études 19 de Wendy Davies sont venues éclairer la construction et le formulaire de la charte celtique, mais le passage qui nous occupe n’y est pas spécialement étudié.

19Grafium, enfin, apparaît avec le sens de « register » dans la Revised Medieval Latin Word-List from British and Irish Sources de R. E. Latham, The British Academy, 1965 ; on notera cependant que le sens de « charter » n’est assuré qu’à partir du xive siècle et probablement par retour à partir du dérivé graph(i)arius « greffier ».

20La difficulté principale, dans cette formule latine du pays de Galles, c’est de saisir la signification exacte du complément circonstanciel de lieu, « super manum Dubricii sancti ». Si le roi Peibiaw apporte une charte déjà écrite à Dubricius-Dyfrig, il la lui remet en main propre, in manum Dubricii, ou apud manum Dubricii. La préposition super est inattendue ; elle reste inexpliquée. Les usages qui ont été comparés par F. Seebohm et E. D. Jones (dépôt de la charte au-dessus d’un autel, en Germanie ; dépôt de la charte au-dessus d’un évangéliaire) sont des tentatives pour donner un sens à cette préposition super : mais alors, Peibiaw dépose sa charte sur un objet inerte, peut-être le reliquaire du bras de Dyfrig ? Cette supposition doit être rejetée immédiatement, car Dubricius est encore bien vivant, puisqu’il est cité au premier rang des témoins cléricaux…

21Nous allons principalement comparer les textes hagiographiques gallois, puisqu’ils viennent de la même culture que le Livre de Llandâv. Parmi les exemples de grafium en relation avec les « chartes », nous distinguerons deux catégories : les phrases qui sont exactement parallèles à la formule du Livre de Llandav, p. 72, citée plus haut : tenuit X graphium super manum Y, et les autres cas. Nous commencerons par ces derniers.

22I. 1. Graphium peut devenir l’équivalent de « donation, fondation » : ainsi dans les deux exemples auxquels le chanoine Doble faisait allusion.

Vita Prima sancti Carantoci (§ 5), et postulauit rex ab illo, ut reciperet Carrum in sempiterno graphyo (VSBG, éd. Wade-Evans, p. 146).

23Une formule exactement parallèle est attestée dans la Vie du roi Alfred par Asser :

  • 20 Cf. la réédition fournie par Dorothy Whitelock : Asser’s Life of King Alfred together with the Ann (...)

Eodem anno Aethelwulfus rex decimam totius regni sui partem ab omni regali servitio et tributo liberavit, in sempiternoque graphio in cruce Christi, pro redemptione animae suae et antecessorum suorum, uni et trino Deo immolavit (§ 11)20.

24L’exemple tiré de la Vie d’Alfred par Asser n’a rien d’anglo-saxon, malgré les apparences, car en fait Asser est un moine gallois. Le commentaire de W. H. Stevenson comporte une note extrêmement détaillée sur le développement du sens de « charte » pour graphium. Il en détecte les premières manifestations dans les pays celtiques : en particulier dans des chartes du pays de Galles et de Cornouailles. Stevenson a fait observer que la même formule est introduite dans une charte anglo-saxonne datant de 900, sans aucun doute par imitation de la Vie du roi Alfred. Il suggère que l’expression graphium in cruce Christi pourrait être une allusion à une signature en forme de croix, il compare en effet plusieurs chartes du xe siècle qui développent la formule : par ex., Hoc eulogiae fructuosum munusculum in sempiterno graphio cum signaculo sanctae crucis maneat… (Charte de Wilton, datée de 937).

252. Vita sancti Cadoci, § 25, donation du roi Rhain fils de Brychan. Le récit est introduit par cette phrase :

Tertiam nempe uirtutem fecit Deus per sanctum Cadocum in testimonium Graphii refugii generis sui Gundliauc
(« A third miracle God did by saint Cadog according to the evidence of the graphium of the refuge of his stock of Gwynlliog »).

26Saint Cadog était un grand personnage : il commande trois cents personnes, dont cent sont des clercs, cent sont des soldats et cent sont des ouvriers… Son établissement en Gwynlliog est manifestement l’expression d’un pouvoir héréditaire, familial.

27Le refugium generis est un « braint cenedl » (le mot refugium s’applique aussi à la cloche multicolore). Genus, -eris est exactement la traduction de cenedl, « grande famille, tribu ». Je pense qu’une traduction plus exacte ferait de in testimonium un accusatif de but : « pour rendre témoignage » : Dieu par ce miracle se fait témoin de la validité de la charte, le miracle est l’équivalent, en quelque sorte, de sa signature dans la liste des témoins.

28On peut hésiter devant ce texte entre les deux traductions, grafium « donation », ou grafium « charte de donation, souscription de donation ».

29II. La formule tenuit X grafium super manum Y se retrouve plusieurs fois dans les chartes annexées à la Vita Cadoci. On sait que, dans la version de cette vie conservée dans le ms. Vespasianus A XIV (version dûe au moine Lifris de Llancarfan), quatorze chartes provenant de l’abbaye de Llancarfan ont été ajoutées en annexe. Les chartes sont donc des copies du xiiie siècle de documents beaucoup plus anciens.

  • 21 Les ratifications sont d’une rédaction variable. Ces variations sont parfois intentionnelles, ains (...)

30On peut isoler sept exemples, dans six chartes différentes, mais avec des variantes qui sont très intéressantes21 :

§ 55, achat par Coning, abbas altaris sancti Cadoci, du village de Conguoret en Pencenli, à Spois et Rodricus :
Unde prefatus Rodri tenuit cartam siue graphium super manum Conigc, abbatis Nantcarbanan, in confirmationem huius donationis (VSBG, p. 126).
§ 56, don par Bronnoguid de la moitié de la terre d’Idraclis à Dieu et au monastère de saint Cadoc :
Et ipse quidem Bronnoguid et tres filii eius, Guedan et Guobrir et Meuc, tenuerunt scriptum graphii super manum Conigc, principis altaris Cadoci, in sempiterno donationis iure Deo et sancto Cadoco.
§ 62, le roi Morcant confirme une donation faite par son fils « nourri » (alumnus) Guengarth à l’abbé Sulien :
Qua de re Morcant prelibatam donationem ratam habuit atque scripto corroborauit super manum Sulien illa[m] illinc fore liberam et quietam ab omni terreno seruitio, uerum funditus obsequio Dei et sancti Cadoci obnoxia[m].
§ 65, tractations compliquées concernant le village de Reathr, acheté à Mouric par Guorcinn qui donne aussi des compensations à d’autres personnages, notamment les fils de Concenn, puis donné par Guorcinn à l’abbé Iacobus ; la formule est utilisée deux fois) :

  • 1.Post hanc ergo emptionem tenuerunt Mouric et Concen graphiam carte super manum Guorcinn in sempiternam hereditatem sibi et eius progeniei.
  • Ipse uero Guorcinn dedit ha[n]c uillam ecclesie sancti Cadoci in perpetuam possessionem usque in diem iudicii, tenuitque cyrographum donationis super manum Iacobi, Abbatis Carbani uallis, pro commemoratione huius elemosine coram idoneis testibus quorum nomina subscribuntur…

§68, le roi Mouric donne une partie de l’île Tuican, ainsi que les deux tiers d’une terre appartenant à Gorbrith, Gassoc et à leur sœur Sula :
… super quibus Mouricus rex graphium conscriptionis tenuit super manum Iacob, Abbatis cathedre sancti Cadoci, ut ipse liberas et quietas faceret ab omni censu, et ab omni calumpnia, et ab omnibus seruitiis, excepto famulitio sancti Cadoci. … deinde Mouricus rex confirmauit hanc donationem super altare sancti Cadoci coram senioribus suis.

31D’après les exemples de la Vita Cadoci :

  • L’expression « X tenuit graphium super manum Y » met en scène deux personnages bien vivants, généralement présents dans la liste des témoins, parmi lesquels X est le donateur et Y l’abbé du monastère bénéficiant de la donation.
  • Cette expression peut être suivie d’une subordonnée infinitive ou d’une complétive en ut, contenant une stipulation supplémentaire.
  • Les variantes d’expression sont les suivantes :
  • graphium est suivi d’un complément de nom, graphiam charte (§ 65.1), graphium conscriptionis (§ 68) ;
  • graphium est complément d’un autre nom : scriptum graphii (§ 56) ;
  • graphium est remplacé par un autre mot : cyrographum donationis (§ 65.2) ;
  • graphium est accompagné d’un équivalent : cartam siue graphium (§ 55) ;
  • graphium tenuit est remplacé par une autre expression, donationem ratam habuit et scripto corroborauit (§ 62), où se retrouve le complément super manum X.

32Il n’y a donc aucun doute : graphium signifie bien la « charte », le contrat (conscriptio), l’acte sous seing privé (chyrographum) ; il concurrence charta, qui de « papyrus » est déjà passé à la signification d’« écrit », quel qu’en soit le support. Il serait tentant d’expliquer l’évolution sémantique de graphium en supposant que graphium a remplacé un ancien chyrographum, « écrit autographe, olographe », « acte sous seing privé », « signature ». Mais est-ce vraiment la bonne explication ?

33En fait, cette explication n’éclaire pas l’expression tenuit… super manum. Or ce sont ces contextes les plus anciens qui doivent à la fois expliquer le sens nouveau de grafium, et qui doivent s’expliquer par lui.

Super manum X

34On se doute qu’il y a eu autrefois des gestes de la main, liés aux serments, aux engagements. C’était le cas pour la manu-missio, affranchissement d’un esclave, et pour le mancipium, acquisition d’un bien. Des expressions parallèles existaient dans les langues celtiques.

35Or super manum a un correspondant exact en gallois : ar llaw « entre les mains de, possédé par ». Pour être exact, ce n’est que l’un des sens de l’expression ar (l)law. Le Geiriadur Prifysgol Cymru donne pour cette expression les significations suivantes (p. 2104)

36(i) from the hand(s) of, at the hand(s) of, by the hand of ;

37(ii) in the hands of, in the power of, in the possession of ;

38(iii) at hand.

39On note aussi l’expression talaf : talu ar law, to pay cash, « payer comptant ».

40La poésie ancienne fournit plusieurs exemples assez clairs pour le sens littéral (entre les mains de) et le sens figuré (au pouvoir de) :

  • Un poème du Livre Noir de Caerfyrddin/Carmarthen illustrera le sens figuré :
  • 22 C’est un passage de l’un des poèmes prophétiques de Myrddin, le poème des Afalennau Myrddin. J’ai (...)

Och Iessu, na dyffv wy nihenit, kyn dyffod ar wi llaw e lleith mab Guendid22.
« Hélas, Jésus, dommage que ma fin ne se soit pas produite, avant que ne vînt en mon pouvoir la destruction du fils de Gwendid. »

  • Plusieurs poèmes de Cynddelw Brydydd Mawr illustrent le sens littéral : ainsi ses englynion offerts à Owain Cyfeiliog23 :

Ar llaw Ewein hael, hawl dilin, – gwrualch Y mae gorulwch eurin
« Entre les mains d’Owain, le généreux, attaché à ses droits, très fier, il y a une coupe dorée » – les autres englynion font l’éloge de la boisson distribuée par Owain, gwirawd Owein.

  • Autre poème probablement écrit par Cynddelw, le long éloge de la corne à boire de Owain Cyfeiliog, surnommée Hir-Las (Longue et bleue)24 :

… A dydwc o vragawt wirawt worgret
Ar llaw Wgawn draws dros y weithret (Hirlas Owein, v. 17-18).
« Et apporte un supplément de bière gwirawt (= épicée) entre les mains de Gwgawn le fort, pour ses exploits ». Autres exemples dans le même poème (v. 41, 43, 81).

41La même formule existait en irlandais ancien : for láim signifie, de même, « au pouvoir de, entre les mains de ». On lit, dans le prologue du Féilire Oenguso :

  • 25 Whitley Stokes (éd.), Félire Óengusso Céli Dé, The Martyrology of Oengus the Culdee, Londres, 1905 (...)

ro beó-sa fort láim-siu
isind fhlaith i mbí-siu (Fél. Prol., § 273).
« Puissé-je être en ton pouvoir, dans le royaume où tu seras » (traduction édulcorée chez Stokes25 : « may I be on thy hand »).

  • 26 E. Windisch, Irische Texte, I, Leipzig 1880, p. 80 (et p. 652, glossaire : in die Gewalt Eogan’s)  (...)

42L’expression peut même s’appliquer au fait de livrer une femme à un homme, ainsi dans Longes mac n-Uislenn, § 19, Conchobhar vient de demander à Deirdre veuve d’Uisliu quels sont les hommes qu’elle déteste le plus. Elle lui a répondu : « Toi et Eoghan. » Et Conchobhar la remet entre les mains dudit Eoghan, dosbert iarom for láim Eogain « il la livra ensuite à Eogan, m. à m. sur la main d’Eogan26 ». Le caractère violent et dégradant du procédé ne laisse aucun doute, puisque la malheureuse se supprime quelque temps plus tard. Ici encore, le dernier éditeur, Vernam Hull, a tenté une traduction très édulcorée (« beside Eogan »), et peu convaincante.

43Il en va de même pour un autre passage du même texte : ocus rucad-si innunn co Conchobor combaí fora láim ocus ro-cumrigthe a lláma iarna cúl (§ 15), « et elle fut amenée jusqu’ici auprès de Conchobar, si bien qu’elle fut en son pouvoir, et les mains lui furent attachées dans le dos ». Au lieu de cela, V. Hull traduit : « and she was brought over to Conchobor so that she was beside him (tautologie atterrante), and her hands were bound behind her back ».

Tenuit

44Quant à tenuit, il me semble que pour le comprendre, il faut revenir au sens d’origine du lat. graphium : le « style », ou « stylet », pointe avec laquelle on écrivait sur les tablettes de bois et cire. Le mot était bien connu dans les pays celtiques, puisque nous avons l’emprunt gallois graiff (moyen-gallois greiff).

45Comme il arrive souvent dans le formulaire légal, la tradition est si forte que l’on conserve les mêmes mots en les réinterprétant selon les circonstances. Il est probable que l’expression graphium tenuit devait au départ s’appliquer au geste du donateur qui apposait lui-même sa signature, « en tenant le style ». Tenuit graphium devait s’entendre au pied de la lettre : il a lui-même signé, il a tenu l’instrument d’écriture. C’est pourquoi nous avons aussi scripto corroborauit super manum X, « confirma par écrit ».

46Mais le complément super manum X indique la localisation ultérieure de l’écrit : « pour rester en la possession de X ». Du fait de cette destination, on a eu tendance à comprendre le noyau de la phrase, tenuit graphium, non plus comme « il a écrit ou signé (la charte) », mais « il a transmis (la charte) ». Cette modification d’aspect a entraîné un changement de sens pour graphium, qui n’est plus l’instrument d’une action en cours, ni même l’action proprement dite, mais le résultat de l’action achevée. Le verbe, de son côté, a sans doute été réinterprété comme un factitif : « il a fait tenir, il a remis ».

III. Vieil-irlandais desimrecht « exemple »

  • 27 Glose éditée dans : Whitley Stokes et John Strachan, Thesaurus Palaeohibernicus, t. I, Cambridge 1 (...)

47Ce mot n’a pas encore reçu d’étymologie. Il est couramment employé dans les gloses de Saint-Gall pour décrire les « exemples » utilisés par Priscien, c’est-à-dire en fait les citations d’auteurs destinées à illustrer tel ou tel mot latin qui fait l’objet du discours grammairien. Mais le mot peut aussi prendre, très rarement il est vrai, le sens d’exemple moral, de modèle de conduite. Pour ce dernier sens, il vaut la peine de commenter la glose de Wurzbourg 26 b 18 à propos du texte de saint Paul, iie épitre aux Thessaloniciens III.9, ut nosmet ipsos formam daremus uobis ad emidandos nos (lire : ad imitandos nos). Le commentaire vieil-irlandais 27 est le suivant : id est commimmis (= combimmis) angraib dúib-si do-gabaal desimrechta díin-ni, « so that we may be a pattern to you to take example from us » (Wh. Stokes), « pour que nous soyons pour vous un modèle, afin de prendre exemple sur nous ». L’anglais et l’irlandais disent exactement, « prendre exemple de nous ». Je me demande s’il n’y a pas, derrière ce mot irlandais, la métaphore d’une « copie manuscrite », à considérer comme le produit, le rapport ou le profit que l’on peut tirer du modèle.

  • 28 C’est ce que j’avais supposé dans le Lexique étymologique de l’irlandais ancien, lettre D, Paris, (...)

48Sans doute est-il possible de supposer un calque du latin exemplum28. Car le lat. exemplum pouvait être analysé dès cette époque comme un dérivé nominal du verbe exem-o, avec un suffixe en -lo-(*ex-em-lo-> exemplum) : au sens de « ce qui est pris, extrait ». Vieil-irlandais desimrecht, cependant, semble faire allusion plus précisément à ce qui est arraché aux animaux : leur toison, par exemple. Le thème verbal en effet paraît être *rig-cf. do-rig « il dénude, dépouille » (nom verbal dírech). Nous aurions ici un composé *di-eks-imb-rig-, avec suffixe de nom d’action -tu-.

  • 29 Pierre-Yves Lambert, « Étymologies », Études celtiques, XVII 1980, p. 169-180 (voir p. 172-174). S (...)

49On doit noter que l’image sous-jacente est celle du lommrad « fait de dépouiller, de tondre », thème qui a servi aussi à former les équivalents celtiques des excerpta (extraits, sorte d’abrégés très à la mode dans les pays celtiques) : cf. vieil-irl. dolommrad et vieux-bret. dilembretic, dirlimprosuni, que j’avais commentés autrefois29.

  • 30 A O’Kelleher et G. Schoepperle, Betha Colaim Chille, Life of Columcille, compiled by Manus O’Donne (...)
  • 31 Voir le texte dans : Tómás Ó Cathasaigh, The Heroic biography of Cormac mac Airt, Dublin Institute (...)

50Or, effectuer la copie d’un manuscrit c’est en tirer un certain bénéfice, comme il apparaît nettement dans l’hagiographie. Dans la Vie de Colmcille par Manus O’Donnell30, nous apprenons que le saint se serait exilé pour avoir fait la copie d’un manuscrit sans l’autorisation de son propriétaire. Pour régler cette affaire, il y eut un jugement du roi Dearmaid Mac Cearbhaill déclarant : la copie est au modèle ce que le veau est à la vache, donc elle lui appartient… Voilà un argument pour défendre les éditeurs modernes menacés par le « photocopillage ». La sentence de Dearmaid Mac Cearbhaill n’est pas sans rappeler le jugement de Cormac concernant les moutons qui étaient allés paître dans un pré étranger : plutôt que de déclarer les moutons perdus (au profit du propriétaire du pré), il jugea qu’il suffisait de rendre « une tonte » des moutons (lommrad) en échange de la tonte de l’herbe31

IV. L’irlandais auraicept et ses antécédents…

51Le mot vieil-irlandais Uraiceacht/Auraiceapt a la particularité d’avoir deux variantes très bien différenciées :

  • Dans le titre de plusieurs traités de lois, Uraiceacht au sens de « manuel » présente l’évolution attendue du groupe -pt- passé à -xt- lorsqu’il s’agit d’un mot indigène (cf. secht « sept », uachtar « sommet » de *oupstero-, etc.).
  • Mais les emprunts ne subissent pas tous cette transformation : ainsi precept, proicept « prédication, enseignement religieux » du latin preceptum. Aussi trouve-t-on la forme hypercorrecte auraicept dans le titre d’un traité grammatical, Auraicept na n-Éces « Le manuel des savants ». Ce traité se présente comme la première grammaire irlandaise ; il a été conçu selon les catégories des grammaires hiberno-latines du haut Moyen âge. L’hypercorrection auraicept est en accord avec le contenu même de cet écrit, résolument sophistiqué.

52Néanmoins il ne faudrait pas trop opposer la culture des grammairiens et celle des juges : on a montré en effet que l’Auraicept na n-Éces est souvent conservé dans des manuscrits de textes de lois, comme une introduction linguistique à la compréhension des textes juridiques. Aussi trouve-t-on occasionnellement la forme savante auraicept utilisée à propos de textes juridiques, ainsi dans le titre suivant :

  • 32 Il s’agit d’une série de maximes ou de conseils au prince, émanant du milieu des juges. Il en exis (...)

Incipit auraiccept Moraind, no teccosca Moraind,
« Incipit la leçon de Morand, ou les enseignements de Morand » (ZCP, XI 81.4 ; c’est le texte connu aussi sous le titre Audacht Morainn « Testament de Morand »)32.

53De même, le mot simple aiccecht « leçon » apparaît parfois sous la forme aiccept. La forme la plus courante devait être bien sûr aiccecht, d’où l’on a tiré, par apocope, le moderne ceacht « leçon ».

  • 33 Texte édité par Scott Gwara, Latin Colloquies from Pre-Conquest Britain : edited from Oxford, St J (...)

54Pour aiccecht, Pedersen a proposé de le tirer du lat. accepta (VKG, I p. 236) ; Vendryes quant à lui avait proposé le latin acceptum. Il ne s’agit pas de décider seulement en fonction du genre du mot irlandais (qui d’ailleurs est incertain). Il vaut la peine de préciser le sens et l’emploi du latin tardif acceptum « leçon », ou acceptus (sous-entendu, textus). Nous le rencontrons effectivement employé dans ce sens dans un « colloque », l’un de ces textes de lecture élémentaire dont on a plusieurs témoins remontant aux débuts du Moyen Âge : le colloque d’Aelfric Bata33. Dans cette description de la journée de l’écolier – texte inspiré par des manuels de conversation bilingues grecs-latins de l’antiquité tardive (les Hermeneumata Pseudo-Dositheana) –, nous apprenons que le premier exercice intellectuel consiste à lire la leçon :

O tu frater, porrige mihi meum librum et sede hic mecum super scabellum istum, et lege tuum acceptum, ut possis reddere cito (§ 3).
« O mon frère, passe-moi mon livre et assieds-toi ici près de moi sur cet escabeau, et lis ta leçon, pour que tu puisses la réciter bientôt. »

55L’expression acceptum reddere, ou simplement reddere, signifie « réciter la leçon ». Au début du § 4, on apprend que le mot est masculin : O mei socii desiderantissimi, petite libros uestros cito, et in scamnis uestris sedentes legite et firmate acceptos uestros, ut properanter reddere ualeatis cras in primo mane (« O mes très chers camarades, allez vite chercher vos livres, et assis sur vos tabourets, lisez et retenez fermement ( ?) vos leçons, pour que vous puissiez (les) réciter rapidement demain à la première heure »).

56Au § 6 du même texte, on demande si tout le monde a récité la leçon. L’un des écoliers répond : Pro certo ego reddidi meum acceptum sine libro (« assurément j’ai récité ma leçon sans l’aide du livre »). S’en suit une scène de genre, le bon élève estimant que ses camarades sont trop stupides pour pouvoir réciter chaque jour, d’autres élèves suppliant pour remettre au lendemain leur récitation, et le répétiteur menaçant tout le monde d’une « correction » (emendatio).

Le modèle d’écriture élémentaire.

  • 34 Pierre Flobert, La vie ancienne de saint Samson de Dol, Sources d’Histoire Médiévale publiées par (...)

57L’acquisition de l’écriture est un exercice auquel les grammairiens latins, Varron, Quintilien, etc., ont accordé beaucoup d’attention. Il en est fréquemment question dans les vies des saints celtiques. Cette étude continuait en droite ligne les pratiques de l’enseignement prodigué dans la Rome classique. Ainsi pour apprendre le nom des lettres, on utilisait une sorte de dé à vingt faces, comme l’a fait remarquer Pierre Flobert dans son édition de la Vie de saint Samson34.

  • 35 Cf. scripsit elementa Cerpano, Vie de Patrice par Tirechán, p. 132, § 13 ; et scripsit ei elementa(...)
  • 36 Cf. mon étude sur les alphabets latins, à paraître dans la revue Gallia.

58Saint Patrice donnait aux jeunes princes irlandais des tablettes de bois et cire de format réduit (pugillares) sur lesquelles il avait inscrit les elementa, c’est-à-dire la série des lettres35. Bizarrement, nous ne rencontrons jamais de témoignage archéologique de cet usage, hormis un exemple étrusque bien antérieur à la culture latine classique36. Mais comment appelait-on en latin ce modèle d’écriture ?

59Les Hermeneumata Pseudo-Dositheana nous en donnent le nom, dans le passage où l’on voit l’esclave accompagnateur donner tout le matériel à l’élève :

  • 37 A. C. Dionisotti, « From Ausonius’ schooldays ? A schoolbook and its relatives », Journal of Roman (...)

sedente me porrigit puer meus scriniarius pugillares et thecam graphiorum, praeductale (=νταράγραϕον), tabulam et lupinos
« Quand je suis assis, mon esclave chargé de la boîte me tend les petites tablettes de bois et cire, le plumier des styles, le modèle d’écriture, un tableau (abaque) et des graines de lupin » (A. C. Dionisotti37, p. 99).

  • 38 Une recension dûe au grec Hermonyme, citée par A. Boucherie, donne la variante : describo ad exemp (...)

60Puis l’enfant se met au travail : … praeduco ad superpostum (paragrav ; παραγρἀφω πρòς τòν ἐπίγαµµον. pigrammon)38

61Ainsi, praeductale, superpostum, sont des modèles d’écriture élémentaires ; exemplar, antigraphum, des modèles d’écriture avancés.

62Il y aurait encore beaucoup à dire sur les modèles d’écriture ; dans certains cas, c’était un alphabet tracé dans l’argile molle d’une tuile. Au xixe siècle, on emploie occasionnellement le mot gallois peithyn « ardoise » pour désigner un alphabet : cela ne peut venir que du nom du support, l’ardoise ; mais il se pourrait que le gall. peithyn (emprunt au lat. pecten), ait désigné d’abord la tuile, avant d’être appliqué plus tard à d’autres types de couverture (la plaque d’ardoise). En tout cas, on peut sans regret renoncer à toutes les hypothèses échafaudées par les celtomanes à propos de ce mot.

63On remarquera enfin que les emprunts celtiques au latin abecedarium, vieil-irl. Aibgitir (apgitir, mod. Aibidil, etc., cf. Brian Ó Cuív, Ériu, 31, 1980, p. 100-110) et gallois moyen egwyddaur (mod. Egwyddor, gwyddor) ont subi l’influence sémantique du latin elementa et adopté le sens plus général de « principes, rudiments ».

Notes

1 Joseph Vendryes, De Hibernicis vocabulis quae a Latina lingua originem duxerunt, Paris, Klincksieck, 1902, p. 112. Plus tard, Vendryes propose une forme plus exacte : « un latin antigraphium », Lexique étymologique de l’irlandais ancien, lettre A, Paris, CNRS Éditions, 1959, p. 78.

2 Whitley Stockes, Goidilica, 2e éd., 1872, p. 69 : à propos de la glose du Liber Hymnorum, f° 12a,.i. o na engraifib gl. exemplaribus – dans ce cas, le mot est pris au sens d’exemple, modèle de conduite (ne malis exemplaribus imbuti…) –. On doit signaler que le latin exemplar a lui aussi été emprunté : vieil-irlandais eisimláir.

3 Notre collègue Gilbert Lazard a préconisé d’employer l’équivalent français, « exemplier » pour la traduction du mot anglais désignant une collection d’exemples ou de citations diffusée à l’auditoire au début d’une conférence scientifique (angl. hand out).

4 John Rhys, « Welsh words borrowed from Latin, Greek and Hebrew », Archaeologia Cambrensis, IV, 1873, p. 262.

5 Bruno Güterbock, Bemerkungen über die lateinischen Lehnwörter im Irischen, Leipzig, 1882, dont Heinrich Schuchardt a donné un compte rendu dans la Revue celtique, V, 1881-1883, p. 489-495 (voir p. 490). Schuchardt reprochait à Güterbock de n’avoir pas tenu compte des parallèles brittoniques.

6 Joseph Loth, Les Mots Latins dans les Langues brittoniques (gallois, armoricain, cornique), phonétique et commentaire, avec une introduction sur la romanisation de l’Île de Bretagne, Paris, 1892, paru d’abord par livraisons dans les ABr., du t. VI, fasc. 4 (juillet 1891) au t. VII, fasc. 4 (juillet 1892). La notice enghraifft est : ABr., VII, 2 (janvier 1892) p. 241 ; la note en appendice est au t. VII, 4, p. 481.

7 Ifor Williams, « Nodiadau : “anghreifft, anghreith” », Bulletin of the Board of Celtic Studies II, 1923-1925, p. 4446 (la note est parue exactement dans le fascicule 1, de novembre 1923).

8 Henry Lewis, Yr Elfen Ladin yn yr Iaith Gymraeg, Caerdydd, Gwasg Prifysgol Cymru, 1943, p. 23 (§ 85), p. 38 ; Harald Haarmann, Der lateinische Lehnwortschatz im Kymrischen, Bonn, 1970, p. 52.

9 Cf. le compte rendu de BBCS, vol. II par Joseph Loth, « L’archéologie et la linguistique dans le pays de Galles (1921-1923) », ABr, XXXVIII, 1 (1927), p. 134-170.

10 Kenneth H. Jackson, Language and History in Early Britain, Édimbourg, 1953, p. 396. Le même auteur souligne, p. 395, que le traitement -pt- > -fft est très tardif (postérieur à la disparition du groupe -xt- en brittonique : vie siècle).

11 Des entreprises internationales s’occupent de publier, pays par pays, un nouveau Du Cange : Novum Glossarium Mediae Latinitatis. Mais pour les îles Britanniques, il faut se contenter, en attendant, des recueils de Baxter, Johnson et Latham, (Revised) Medieval Latin Word-List from British and Irish sources, dont la documentation est notoirement lacunaire.

12 Ainsi, par exemple, Stephan Zimmer, « Vieux-gallois gener et autres problèmes à propos de la minute “Surexit” », Études celtiques, XXXIII, 1997, p. 143-158 (p. 157 : « un document écrit, Tutbulc et sa famille n’en veulent pas pour les siècles des siècles »).

13 John Rhys et John Gwenogfryn Evans, The Text of the Book of Llan Dâv, Reproduced from the Gwysaney Manuscript, Oxford, 1893, Series of Old Welsh Texts : vol. IV, li + 428 p. : introduction, p. xliii. Ce texte a été réétudié en dernier lieu par Stefan Zimmer, Études celtiques, XXXIII, 1997, 143-158 qui traduit grefiat simplement par « document écrit ».

14 J. Gw. Evans (with the cooperation of John Rhys), The Text of the Book of Llan Dâv, voir note précédente.

15 Gilbert H. Doble, Lives of the Welsh Saints, Cardiff, University of Wales, 1971, repr. 1984, 1986 : p. 77-78 et note 58 p. 78 ; cela fait partie du chapitre Saint Dubricius, qui avait été publié à part dès 1943.

16 Dans un cas, la Règle énonce l’interdiction d’avoir aucun bien personnel : neque aliquid habere proprium, nullam omnino rem, neque codicem neque tabulas neque graphium sed nihil omnino (XXXIII.3), où les instruments de l’écriture s’inscrivent dans une liste allant du plus grand au plus petit (« ni un codex, ni des tablettes, ni un style »). Dans le deuxième cas, on énumère les objets qui peuvent être confiés par l’abbé : dentur ab abbate omnia quae sunt necessaria, id est cuculla, tunica […] cultellum, graphium, acum…(LV, 18-19) : « que soient donnés par l’abbé tous les objets nécessaires, une capuche, une tunique […] un couteau, un style, une aiguille ». Dans ce deuxième cas il n’y a aucun doute : comme cultellus et acus, graphium est un objet métallique pointu. Texte cité d’après Regula S. Benedicti, Rudolf Hanslik (éd.), CSEL, LXXV, Wien, 1960.

17 E. D. Jones, « The Book of Llandaff », National Library of Wales Journal, IV, fasc. 3/4, Summer 1946, p. 1-35 : p. 8 ; la note 3 page 8 précise la référence à Frederic Seebohm, The Tribal System of Wales…, 2e éd., 1904, p. 194, et elle en extrait la comparaison suivante : « The Leges Alamannorum Hlotharii require the charters to be placed on the altar of the church to which a grant is made. »

18 Wendy Davies, The Llandaff Charters, Aberystwyth, The National Library of Wales, 1979, xi + 206 p. : p. 92 et note 3 p. 130.

19 Wendy Davies, « La charte celtique », BSAF, CIX, 1981, p. 195-207. W. Davies, « The Latin Charter Tradition in Western Britain, Brittany and Ireland in the Early Mediaeval Period », D. Whitelock, R. Mckitterick et D. Dumville (éd.), Ireland in Early Medieval Europe, Cambridge, 1982, p. 258-280 (pour le sens de grafium, cf. p. 268, 270). Voir aussi W. Davies, « Property Rights and Property Claims in Welsh Vitae of the Eleventh Century », E. Patlagean et P. Riché (éd.),Hagiographie, Cultures et sociétés, Paris, 1981, p. 515-533.

20 Cf. la réédition fournie par Dorothy Whitelock : Asser’s Life of King Alfred together with the Annals of Saint Neots… edited by William Henry Stevenson, Oxford, Clarendon Press, 1959 (texte p. 8-9, commentaire p. 191-193).

21 Les ratifications sont d’une rédaction variable. Ces variations sont parfois intentionnelles, ainsi dans la Vita Cadoci, § 24, Rhun confirme et augmente la donation de son père de la façon suivante : Rex adauxit refugium eius utpote Arthurius et genitor premissi Run constituerunt, ratum illud faciens, sententiam diuerse qualitatis exerens, « si quis, inquit, refugium tuum infregerit, sit excommunicatus. Qui uero custodierit, a Deo et hominibus exstat dilectus ».

22 C’est un passage de l’un des poèmes prophétiques de Myrddin, le poème des Afalennau Myrddin. J’ai suivi le texte de a. O. H. Jarman, Llyfr Du Caerfyrddin…, Caerdydd, 1982, p. 27 (poème n° 16, vers 52-53). Correspond à l’édition diplomatique, p. 50, ligne 14. Lire : ar fy llaw i.

23 Référence du texte du Livre Rouge (Red Book Poetry, col. 1403.8) dans le Geiriadur. Se reporter au texte édité dans la Cyfres Beirdd y Tywysogion, t. III : Nerys Ann Jones et Ann Parry Owen, Gwaith Cynddelw Brydydd Mawr, I, Caerdydd, 1991 : pièce 17, Mawl Owain Cyfeiliog, texte édité p. 224, vers 25-26.

24 Red Book Poetry 1432.30 ; = Cyfres Beirdd y Tywysogion II, Gwaith Llywelyn Fardd I ac Eraill o Feirdd y Ddeuddegfed Ganrif, ouvrage collectif sous la direction de Morfydd Owen, Caerdydd, 1884 ; se reporter à la section Canu Owain Cyfeiliog, par Gruffydd Aled Williams ; le texte de Hirlas Owein est édité pages 221-252 ; le passage cité est édité p. 226. Sur ce même poème, cf. l’étude de G. A. Williams, « The feasting aspects of Hirlas Owein », J. Carey, J. T. Koch et P.-Y. Lambert (éd.), Ildánach, Ildírech, A Festschrift for Proinsias Mac Cana, Andover (Mass.) – Aberystwyth, 1999, p. 289-302.

25 Whitley Stokes (éd.), Félire Óengusso Céli Dé, The Martyrology of Oengus the Culdee, Londres, 1905 (coll. Henry Bradshaw Society), reprint 1984, p. 28, § 273.

26 E. Windisch, Irische Texte, I, Leipzig 1880, p. 80 (et p. 652, glossaire : in die Gewalt Eogan’s) ; = Longes mac n-Uislenn, Vernam hull (éd.), New York, 1949, p. 51 (texte), p. 69 (traduction), et p. 157 (commentaire).

27 Glose éditée dans : Whitley Stokes et John Strachan, Thesaurus Palaeohibernicus, t. I, Cambridge 1901, p. 668.

28 C’est ce que j’avais supposé dans le Lexique étymologique de l’irlandais ancien, lettre D, Paris, CNRS Éditions, 1996, p. 61.

29 Pierre-Yves Lambert, « Étymologies », Études celtiques, XVII 1980, p. 169-180 (voir p. 172-174). Sur le lommrad dans la geste du roi Cormac et notamment dans Cath Magha Mucraimhe, cf. Tómás ó Cathasaigh, Éigse XVIII, 1980-1981, p. 211-234.

30 A O’Kelleher et G. Schoepperle, Betha Colaim Chille, Life of Columcille, compiled by Manus O’Donnell in 1532, University of Illinois, Urbana, 1918 : § 168-169, p. 176-179.

31 Voir le texte dans : Tómás Ó Cathasaigh, The Heroic biography of Cormac mac Airt, Dublin Institute for Advanced Studies, 1977, p. 122, l. 85-94 = traduction p. 126, avant-dernier §.

32 Il s’agit d’une série de maximes ou de conseils au prince, émanant du milieu des juges. Il en existe deux versions principales : l’une (B) a été éditée et traduite par Fergus Kelly, Audacht Morainn, Dublin Institute for Advanced Studies 1976. L’autre (version A) avait été éditée par Rudolf Thurneysen, ZCP, XI, 1917, 56-106 : Anders Ahlqvist en a donné une traduction française avec commentaire, Études celtiques, XXI, 1984, p. 151-170 ; corrections XXIV, 1987, 325.

33 Texte édité par Scott Gwara, Latin Colloquies from Pre-Conquest Britain : edited from Oxford, St John’s College, Ms. 154 and from Oxford, Bodleian Library, Ms. Bodley 865, Centre for Medieval Studies, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Toronto, 1996 (Toronto Medieval Latin Texts, n° 22). Les citations sont aux pages 40 (§ 3), 42 (§ 4) et 45 (§ 6). Voir aussi Scott Gwara et David w. Porter, Anglo-Saxon Conversations, The Colloquies of Aelfric Bata, The Boydell Press, 1997. Le même colloque avait déjà été édité par William Henry Stevenson, Early Scholastic Colloquies, Oxford, Clarendon Press, 1929 (Analecta Oxoniensia, Med. and Mod. Series, XV) chap. IV : cf. p. 28.1, p. 29.6-8, et p. 31.16.

34 Pierre Flobert, La vie ancienne de saint Samson de Dol, Sources d’Histoire Médiévale publiées par l’Institut de recherche et d’histoire des textes, Paris, CNRS Éditions 1997, p. 162-163, uicenas eleas : peut-être pour uicenas aleas, comme le suggère David Howlett, Cambrian Medieval Celtic Studies, 40, Winter 2000, p. 24.

35 Cf. scripsit elementa Cerpano, Vie de Patrice par Tirechán, p. 132, § 13 ; et scripsit ei elementa, ibid., p. 150, § 33, in Ludwig Bieler, The Patrician Texts in the Book of Armagh, Dublin Institute for Advanced Studies, 1979 (Scriptores Latini Hiberniae, X). Sur toute la question de l’apport de la culture latine en Irlande au moment de l’évangélisation, cf. Elena Malaspina, Patrizio e l’acculturazione Latina dell’Irlanda, Roma, L’Aquila, Japadre editore, 1984. On sait que le mot elementa avait aussi une valeur philosophique (depuis Lucrèce et Sénèque), cf. Françoise Desbordes, Cahiers de Philosophie ancienne, n° 5, p. 339-355 (université des sciences sociales de Grenoble).

36 Cf. mon étude sur les alphabets latins, à paraître dans la revue Gallia.

37 A. C. Dionisotti, « From Ausonius’ schooldays ? A schoolbook and its relatives », Journal of Roman Studies, LXXII, 1982, 83-125, pl. I-III. On trouvera dans cette étude toute la bibliographie nécessaire. Le texte retrouvé par A. C. Dionisotti est une copie préparée pour l’impression par l’érudit Conradus Celtes vers 1504.

38 Une recension dûe au grec Hermonyme, citée par A. Boucherie, donne la variante : describo ad exemplar, περίγρἀφω προς τον ὐπογραµµòν. Cf. l’édition du ms. de Montpellier 306, par A. boucherie, dans les Notices et Extraits des Mss de la Bibliothèque [Royale] [Impériale] Nationale, XXIII (2), 1872, p. 277-611.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540