Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Première partie. « L'échelle de Jacob » : le monachisme celtique du ciel à la terre

Autour du scriptorium de Landévennec

Louis Lemoine

Texte intégral

1Le nombre d’évangéliaires copiés en Bretagne au ixe siècle et qui sont parvenus jusqu’à nous – une trentaine environ – montre que cette province de l’Europe carolingienne possédait des scriptoriums florissants. De nombreux ouvrages scolaires existent également, ainsi que des glossaires, des grammaires des ouvrages de comput, des collections canoniques : parviendra-t-on à reconstituer nos anciennes bibliothèques ? Nous avons quelques éléments de départ qui laissent penser que l’entreprise mérite d’être tentée. Il faut cependant considérer que les principaux témoins – et on ne parle ici que des seuls évangéliaires – ne sont en aucune manière les pièces d’une sorte de puzzle complet dont il suffirait, en somme, de retrouver l’agencement pour avoir un catalogue des bibliothèques monastiques de la Bretagne carolingienne. Les manuscrits qui sont parvenus jusqu’à nous, même s’ils sont relativement nombreux, ne représentent que les épaves de naufrages successifs dus aux invasions normandes, à la guerre de Cent Ans, à la Révolution… Les évangéliaires bretons, dont nous ne connaissons que quelques dizaines d’inestimables témoins durent se compter par centaines aux ixe et xe siècles : la tentative de reconstituer l’activité d’un scriptorium tel que celui de Landévennec, si elle ne tient pas totalement de la gageure, doit, pour le moins, inciter à la plus grande prudence.

  • 1 The gospel book of Landévennec, Cambridge, Harvard University Press, 1931.

2En bonne méthode il convient de partir du connu et, armé de cette lumière, de tenter d’apporter un éclairage dans les zones d’ombre : il se trouve qu’un manuscrit breton a été étudié de manière fort complète par trois érudits incontestables, C. R. Morey, E. K. Rand et C. H. Kraeling1. Il s’agit du ms. New York, Public Libr. De Ricci 115, également connu sous le nom de Harkness Gospels (ici NY) du nom de celui qui en fit don à la grande bibliothèque de New York en 1929. On verra que si nous n’adoptons pas toutes les conclusions de ces auteurs, il n’en reste pas moins que ce travail pluridisciplinaire marque une date dans l’étude des manuscrits bretons – et pas seulement les évangéliaires –, qu’il s’agisse de la codicologie, de l’iconographie, de la paléographie ou de la philologie.

3En premier lieu il convient de présenter rapidement quelques manuscrits dont certains – cinq très précisément – constituent l’objet de cet article mais aussi quelques autres dont la structure, l’iconographie, les variantes permettent de tenter une reconstitution de la tradition scripturaire de la Vulgate en Bretagne.

Paris BNF Nal 1587 (sym. gat, vl. 29)

  • 2 Ce manuscrit était à Tours au xixe siècle, volé par Libri, il fut vendu au duc d’Ashburnham puis r (...)

4Le plus vénérable de nos évangéliaires est le manuscrit de Saint-Gatien, viiie siècle. Ce codex, le plus ancien des manuscrits breton, est décoré à la façon insulaire et contient un texte de la vetus latina dans la version africaine. Il ne porte aucune préface non plus que les Canons d’Eusèbe2.

Londres, Brit. Libr. Royal I. A. XVIII

  • 3 Description par E. M. Thompson, Catalogue of Ancient manuscripts in the British Museum, Londres, 1 (...)

5Appelé Athelstan’s Gospels parce que ce roi (925-940), le reçut en cadeau de la part de Bretons réfugiés en Angleterre lors de l’épisode normand. Lui-même en fit don à l’abbaye Saint-Augustin de Canturbury3. Le texte est très proche de celui de Saint-Gatien. Du moins en ce qui concerne les évangiles et à l’exclusion des préfaces.

Londres, Brit. Libr. Ms. Egerton 609 (sym. E, mm)

  • 4 J. Wordsworth et H. J. White, Novum Testamentum Domini nostri Iesu Christi latine. Quattuor evange (...)
  • 5 H. Glunz, History of the Vulgate in England, Cambridge, 1933, p. 89 sq.

6Cet évangéliaire du tout début ixe porte un texte « irlandais » assez proche des deux manuscrits cités plus haut. Il provient de Marmoutier et se trouvait encore à Tours au xixe siècle. Il a été collationné par Sabatier ainsi que par Wordsworth et White4. Le texte contient de nombreuses variantes dont l’origine doit être cherchée chez les Pères et dont H. Glunz a donné la liste5.

Londres Brit. Libr. Add. 9381 (Bodmin Gospels) (ici Bod)

  • 6 Description dans E. M. Thomspson, op. cit., p. 34.

7Ce manuscrit porte, sur les premiers folios, de nombreuses manumissions, ou lettres d’affranchissement, de serfs de Cornouaille. Il appartint à Saint-Petroc avant de séjourner à l’abbaye de Bodmin. Son origine est mal connue. B. Fischer l’attribue à la Cornouaille britannique tout en en envisageant qu’il puisse avoir été copié sur le continent6. Il y a changement de scribe et de modèle depuis le début de Luc jusqu’à la fin.

Londres, Brit. Libr. Add. 40 000 (ici 40)

8Selon H. Glunz ce manuscrit pourrait être de la fin du ixe siècle ou du début du xe. Il est connu sous le nom de Thorney Gospels. C’est Athelwold, évêque de Winchester et premier abbé de Thorney qui en fit don à cette abbaye lors de sa fondation. H. Glunz le dit originaire du centre de la France sans, toutefois, justifier cette assertion.

  • 7 H. Glunz, op. cit., p. XIV et 137. J. Alexander, « A note on the Bretons Gospel books », An early (...)

9J. Alexander, en revanche, envisage une origine bretonne possible7.

Berne, Burgerbibl. 85 (ici Be)

10Cet évangéliaire, comme de nombreux manuscrits bretons, provient de Fleury. Il appartint aux humanistes Daniel et Bongars, puis à Gravisset, Électeur palatin de Strasbourg, puis passa à Berne. Il porte des représentations anthropozoomorphiques des évangélistes sur lesquelles nous reviendrons.

Oxford, Bodl. Libr. ms. Auct. D. II. 16 (ici Ox)

  • 8 R. Shilling, « Two unknown Flemish Miniatures of the eleven Century », Burlington Magazine, 1948, (...)

11Ce manuscrit, qui, lui aussi, porte des figures à têtes animales, se termine par un Comes ou Capitulare où sont indiquées les trois fêtes de saint Guénolé. Il n’est pas douteux qu’on doive l’attribuer au scriptorium de Landévennec. Il a séjourné dans le Nord de la France et peut-être dans l’actuelle Belgique où furent ajoutés quelques folios8.

  • 9 Outre l’ouvrage collectif mentionné au début de cet article citons C. R.Morey, « The Landévennec g (...)

12Abordons à présent le manuscrit de New York ou Harkness Gospels puisqu’il constitue, en somme, le pivot de cet article. Cet évangéliaire est extrêmement bien documenté9. On devra se limiter à rappeler brièvement les conclusions auxquelles les trois auteurs cités plus haut sont parvenus.

13Du point de vue méthodologique Kraeling distingue deux étapes dans l’étude d’un évangéliaire. La première consiste à situer celui-ci par rapport à une famille ou groupe de codex selon la classification établie par WW.

14AH*SY : famille northumbrienne. Le Nord de l’Angleterre recevait ses modèles d’Italie. Ce groupe offre l’un des meilleurs textes de la Vulgate ;

15JMP : version italienne ;

16CT : version espagnole ;

17DE ept LQR : tradition celtique, à laquelle il convient d’ajouter aur ;

18KMtV : révision d’Alcuin ;

19W : texte mixte du xiie siècle contenant de nombreuses variantes celtiques.

20La deuxième étape consiste à comparer le manuscrit étudié avec d’autres dont la collation n’a jamais été faite. Kraeling nous signale que son travail porte uniquement sur le premier pas de la démarche. Notre étude concerne la deuxième étape c’est-à-dire la comparaison du manuscrit de New York, avec les autres évangéliaires brièvement décrits plus haut. Ce faisant on sera amené à discuter quelques conclusions de Kraeling.

21Cet auteur remarque tout d’abord que l’ordre des textes n’est pas tout à fait celui que l’on trouve habituellement dans les évangéliaires carolingiens, soit de manière canonique :

  • Nouum opus, Lettre de Jérome au pape Damase ;
  • Sciendum etiam, Préface du même sur les Canons ;
  • Plures fuisse, Prologue des quatre évangiles ;
  • Lettre d’Eusèbe à Carpien sur l’usage des Canons ;
  • Table des dix Canons ;
  • Argument ou Préface de Matthieu ;
  • Capitula ou Table des chapitres de Matthieu ;
  • Évangile de Matthieu ;
  • Argument de Marc ;
  • Capitula de Marc ;
  • Évangile de Marc ;
  • Argument de Luc ;
  • Capitula de Luc ;
  • Évangile de Luc ;
  • Argument de Jean ;
  • Capitula de Jean ;
  • Évangile de Jean ;
  • Comes ou Capitulare, lectures pour chaque jour de l’année liturgique.

22Dans NY l’ordre des textes est assez différent, en particulier, la place des Arguments varie continuellement par rapport aux Capitula. En ce qui concerne Matthieu et Jean la disposition habituelle est respectée, en revanche en Marc et Luc l’ordre est inversé. Autre particularité, les tables de Canons ont été situées après l’Argument et les Capitula de Matthieu. La raison de ce relatif désordre doit s’expliquer, selon Kraeling, par les circonstances particulières qui ont entouré la copie du Harkness : l’auteur pense que la transcription de ce manuscrit a été effectuée d’après deux modèles de traditions différentes. Dans un premier temps on a copié l’évangile de Matthieu jusqu’au ch. XII inclus puis on a décidé de placer, en tête du manuscrit, différentes préfaces, très exactement les textes 1 à 7 de la liste ci-dessus. D’une manière toute pratique ce choix a nécessité un changement d’exemplaire si bien que la copie s’est poursuivie du ch. XIII jusqu’à la fin Matthieu d’après un modèle dont le texte était de tradition insulaire. Le premier modèle, quant à lui, était nettement alcuinien. Disons tout de suite que la thèse de Kraeling est séduisante si l’on considère le Harkness dans son unicité mais qu’elle soulève de sérieuses objections dès lors que l’on compare ce manuscrit avec d’autres évangéliaires bretons. Cette comparaison, pour reprendre la terminologie de Kraeling, constitue la deuxième étape. Notre étude comprendra deux phases. D’abord on analysera la structure des manuscrits, c’est-à-dire l’agencement des textes, puis, dans un deuxième temps on relèvera en NY, Ox, Be, 40, quelques variantes significatives.

Disposition des textes dans huit évangéliaires bretons.

  • 10 Ce Comes a été édité par C. B. Morey, op. cit., p. 41-64. La comparaison du texte de NY avec celui (...)

23Il est généralement admis que le Harkness et le manuscrit d’Oxford viennent du scriptorium de Landévennec ; dans le Comes ou Capitulare de ces deux évangéliaires figurent, en effet, les trois fêtes de saint Guénolé (3 mars, 28 avril, 13 mai). Le texte des évangiles offre, on le verra, de grandes similitudes, cependant il convient de noter que le Comes d’Ox est d’une autre main que le texte qui le précède, c’est-à-dire l’évangile de Jean. L’écriture, plus petite, montre que ce Capitulare n’existait pas dans le manuscrit primitif10. En fait, le jumeau de NY, du point de vue de la structure, mais pas des variantes, celles des évangiles du moins, c’est le Bodmin Gospels. Les textes y sont disposés dans le même ordre et, de plus, présentent les mêmes incipits et explicits (voir annexe).

24Ce qui apparaît à la lecture du tableau ci-dessus c’est que le désordre concernant la place des Arguments et des Capitula n’est en aucune manière une particularité du Harkness, sorte d’accident lié aux circonstances de la transcription de cet évangéliaire comme le pensait Kraeling, mais que, tout au contraire, il semble caractériser une tradition scripturaire typique d’un – plusieurs – scriptorium(s) bretons. Si l’Argument et les Capitula de Matthieu et Jean sont à leur place habituelle en NY, Bod, Ox, Be, 40, ils sont intervertis en Marc et Luc dans les mêmes manuscrits. Il faut par ailleurs noter que l’Argument de Matthieu et les Capitula du même sont absents en Be et 40 et qu’ils étaient également absents en Roy : dans ce dernier manuscrit ils se trouvent, en effet, de manière excentrique, placés en quinzième et seizième position. Les textes 12 à 16 du tableau sont d’ailleurs d’une autre main et, par conséquent, n’appartiennent pas au manuscrit primitif. Nous pouvons donc avancer l’hypothèse selon laquelle l’Argument et les Capitula de Matthieu ont été tout simplement ignorés d’une certaine tradition armoricaine. L’étude des variantes des différents Arguments et Capitula donnera corps à cette impression, comme on le verra plus loin. Le fait que dans NY et Bod les canons soient placés après l’Argument et les Capitula de Matthieu va dans le même sens : l’un des antigraphes de ces deux manuscrits ignorait ces deux textes, il en va de même pour Ox, Be, 40 et Roy. On ajoutera que si NY et Bod montrent une structure identique, il en va de même pour Be et 40, jumeaux, eux aussi.

La tradition manuscrite

25La deuxième étape, selon Kraeling, consiste à comparer, les uns après les autres, les textes que portent nos évangéliaires, qu’il s’agisse des préfaces ou des évangiles eux-mêmes.

26La préface Nouum opus est de tradition insulaire dans les manuscrits qui nous occupent, soit NY, Bod et Ox.

27La préface Sciendum etiam est extrêmement rare : WW ne la rencontre qu’en K. Variantes : discrepantes devient discrebans, on lit positi sunt pour sint. en NY, Bod, Ox, mais le texte est fort court et ne permet guère de conclusion. Kraeling remarque que dans le Harkness, cette préface se termine par la formule finale de Nouum opus : opto ut in xpo ualeas et memineris mei papa beatissime + amen. Même formule dans Bod, avec inversion des deux derniers mots dans les deux manuscrits.

28Plures fuisse. Ici il semble que l’accord se fasse plutôt entre Bod et Ox. Dans ces deux manuscrits praesentiarum devient praesentia rerum, ajouts de hoc après qui dicunt, et de eorum à primati, etc. Aucun des manuscrits celtiques ne portant cette préface il s’agit, en ce qui concerne les évangéliaires bretons, d’influence continentale.

29Lettre d’Eusèbe à Carpien. Cette préface est-elle aussi une rareté : parmi les témoins collationnés par WW elle n’apparaît que dans Y. Les autres membres, AH*S, de la famille northumbrienne l’ignorent. Il faut donc conclure, avec Kraeling, qu’ici encore, la présence de ce texte révèle une influence continentale. Sur quinze variantes remarquables neuf sont communes à NY et Bod : quas pour quasi, euangelium pour euangeliorum, tres pour tertio, notas pour notatas, etc. En revanche Ox présente des variantes qui lui sont propres congregatos pour congestos, reuolutio pour euolutio, etc. Ici encore NY et Bod sont jumeaux.

30Les Arguments. À leur sujet il y a peu à dire : les conclusions de Kraeling s’appliquent à nos manuscrits, c’est-à-dire que nous avons à faire à des textes continentaux, y compris dans E, qui est pourtant de tradition celtique. Cela semble indiquer que les antigraphes bretons ont ignoré les Arguments. L’absence de l’Argument de Matthieu en Be et 40 semble conforter cette hypothèse.

31Les Capitula présentent un cas particulier en effet les Préfaces, les Arguments, en dépit de multiples variantes représentent, quant au fond, des textes identiques. Les évangiles également, bien sûr, même si, depuis la Vetus latina, ils ont connu des révisions, celle de Jérôme, d’Alcuin ou de Théodulphe. Il en va tout autrement pour les Capitula : WW dénombre onze textes différents pour Matthieu, neuf pour Marc, huit pour Luc et sept pour Jean.

32Be et 40 n’ont pas les Capitula de Matthieu. En Ny et Bod nous trouvons la version de K, texte continental, par conséquent. En Ox les Capitula de Matthieu sont ceux qu’on lit dans le ms. Londres, Brit. Libr., Harley 2790. Dans ces trois évangéliaires c’est donc des traditions continentales qui sont représentées. On peut en inférer que les antigraphes de nos cinq manuscrits ignoraient les Capitula de Matthieu dont pourtant la tradition insulaire se lit dans les mss D ept Q et aur. Pour ce qui de Marc, Luc et Jean, tous nos manuscrits reproduisent les Capitula insulaires très exactement ceux du codex aureus de Stockholm. Les variantes sont, à très peu de chose près, les mêmes. Jusque dans les bourdes : le ch. XL dit : Et cum diceret de lapidibus templi designauit nouissimum tempus. Les scribes de nos cinq manuscrits n’hésitent pas à comprendre designauit nouissimam temptationem ! L’archétype portait sans nul doute temp., abréviation de tempus, qu’un copiste a développé à sa manière et dont la fantaisie a fait école.

Le texte des évangiles

  • 11 B. Fischer, op. cit., t. I, p. 401 cite cette « variante » qui, bien sûr, n’existe que dans nos de (...)

33Arrivés à ce point nous trouvons dans une situation paradoxale : les manuscrits NY et Bod présentent des ressemblances si frappantes, qu’il s’agisse de la structure, des incipits et des explicits, du texte de certaines préfaces, des Capitula de Matthieu et, on le verra plus loin, de l’iconographie, qu’on est tenté de voir dans ces deux manuscrits des évangéliaires jumeaux, or la collation des évangiles de Matthieu, Marc, Luc, et Jean montre, qu’en ce qui concerne ces textes, NY et Bod ressortissent à deux traditions différentes. Bodmin présente un texte nettement insulaire alors que NY, Kraeling l’a démontré, nous offre un texte alcuinien conservant, cependant, un bon nombre de variantes celtiques. Autre constatation : NY, Be, Ox, 40 forment, du point de vue des variantes des quatre évangiles, un ensemble homogène, comme on pourra le vérifier plus bas. Ce divorce entre NY et Bod est d’autant plus surprenant que la preuve existe d’un archétype commun à NY et Bod : l’un et l’autre manuscrits présentent en Matthieu, XXVI, 47 une leçon – on ne peut plus ici parler de variante – totalement aberrante : ecce iudas unus de duodecim uenit + qui dicebatur iudas et cum eo turba multa. Qui dicebatur iudas se trouve bien au même ch. XXVI de Matthieu, mais au v. 14 : tunc abiit unus de duodecim qui dicebatur iudas scarioth. L’explication ne peut être que la suivante : le f°, appelons-le (b), de l’antigraphe de NY et Bod était troué à la place où l’on a copié le v. 47 et laissait voir trois mots du v. 14 figurant au verso du f°, appelons-le (a). On ne peut ici parler, stricto sensu, de variante, non plus que d’interpolation mais cette heureuse bévue dont l’origine est codicologique, est tout de même très précieuse en ce qu’elle nous prouve l’existence d’un ancêtre commun à NY et Bod11.

34On trouvera ci-dessous quelques variantes propres aux manuscrits NY, Ox, Be, 40, après collation d’une quinzaine d’évangéliaires bretons. Certaines d’entre elles apparaissent dans d’autres manuscrits, bretons pour la plupart, mais pas uniquement.

Évangile de Matthieu

35V. 25 es cum eo in uia (pour es in uia cum eo). WW : EW.

36V. 12 gaudete + in illa die, NY, Ox. En Be on trouve seulement in illa. Ici le texte a été contaminé par Luc, VI. 23. Selon Sabatier c’est une leçon de la Vetus latina que l’on trouve aussi en BNF lat. 13169, Bretagne xe. Rien en WW.

37X. 3 duodecim autem discipulorum pour apostolorum.

38XVI. 2 at ipse (pour at ille).

39XVIII. 16 adhibe tecum adhuc, om. adhuc. WW : Mt.

40XXIII. 34 mitto ad uos prophetas et sapientes, omis et. WW : X*Z*. Il s’agit de deux manuscrits préalcuiniens. 40 a été corrigé : ajout du symbole insulaire de et (7).

Évangile de Marc

41III. 11 cum illum uidebant : omis illum. WW : K. Ox et 40 ont été corrigés.

42IX. 2 et transfiguratis est coram ipsis (pour ante eos). Rien en WW. Il semble que l’on ait à faire à un hapax. Cette variante n’existe pas en 40.

43IX. 15 et accurantes salutabant eum : omis et. Hapax sans doute. 40 a été corrigé.

44XIII. 2 et respondens iesus ait illi. Omis iesus. WW : KV. Correction isulaire en 40.

45XIII. 32 nemo scit neque angeli in caelo neque filius nisi pater. Omis : neque filius. WW : J. correction insulaire en 40.

46XIV. 21 et filius quidem hominis uadit. Uenit pour uadit : Ox NY. Correction insulaire en 40.

47XIV. 27 et ait iesus : dicit. B. Fischer signale quatre autres manuscrits ayant la même leçon, mais dans quatre traditions différentes. C’est – presque – un hapax de Landévennec.

Évangile de Luc

48I.56 mansit autem maria cum illa quasi tribus mensibus pour : mensibus tribus. Rien en WW.

49II. 36 et uixerat a uirginitate sua cum uiro suo annis septem pour et uix. cum uiro suo a. sept. a uirg. Bod a la même leçon que les quatre autres évangéliaires. Cette variante semble propre à Landévennec.

50III. 9 iam enim securis ad radicem arboris posita est. Arboris pour arborum se trouve en KXZ. C’est une variante alcuinienne qui a été corrigée en 40.

51IX. 5 et quicumque non receperit uos (pour receperint). Correction insulaire en 40.

52IX. 47 adprehendens petrum statuit eum secus se. 40 a la bonne leçon. Petrum pour puerum est ce genre de sottise qui met en évidence la parenté entre manuscrits NY, Ox, et Be.

53XVII. 2 utilius erat illi, pour est. WW : Mt. Correction insulaire en 40.

54XVII.4 et septies in die conuersus fuerit. Omis in die. WW : Mt.

55XVII. 28 similiter sicut factum est in diebus loth. Omis sicut. WW : MtX*Z.

56XVIII. 3 et ueniebat ad illum. Pour eum. WW : R.

57XIX. 40 quibus ipse dixit. Pour ait WW : K.

Évangile de Jean

58VII opera tua quae tu facis tu : + tu se trouve également dans Angers 24 avant correction et dans gat. WW et Sabatier ne trouvent cette variante que dans Saint-Gatien. Il semble donc que nous ayons ici un hapax breton.

59VII. 28 iesus docens in templo et dicens, devient docens in t. iesus et d. Se trouve également dans l’évangéliaire de Baltimore W. I. Walters Art Galery, Bretagne ixe.

60VII. 47 Omission de responderunt ergo eis pharisaei numquid et uos seducti estis. Correction en Ox et 40. WW : aur.

61XIV. 3 et si abiero et praeparauero uobis locum, membre de phrase omis en NY, Ox, Be, mais pas en 40.

62XVIII.1 haec cum dixisset iesus egressus est + iesus. Correction insulaire en 40. WW : E. Ce doit être une variante armoricaine.

63Ce qui apparaît clairement à la lecture de ces quelques exemples c’est l’homogénéité des quatre manuscrits New York, Oxford, Berne et Add. 40 000. Ce qui apparaît de manière toute aussi évidente c’est que le Bodmin Gospels, très proche du Harkness par la structure et pour le texte de certaines préfaces est très différent des manuscrits NY, Ox, Be et 40 dès lors qu’il s’agit des quatre évangiles. Il y a là une situation paradoxale qui pose un problème d’autant plus irritant que la décoration du Bodmin Gospels offre, on va le voir, des similitudes avec celle du Harkness.

Note sur la décoration

  • 12 The gospel book of Landévennec, op. cit., p. 36-40.

64C. R. Morey dans son étude de l’iconographie du Harkness Gospel12 remarque que les figurations du frontispice, f° 14, ainsi que les portraits de Luc f° 75 v°, et Jean, f° 115 v°, sont encadrés par un rinceau composé de boucles en crochets et entrecroisées (interlocking crocketed loops). Ce rinceau ressemble à celui qui borde les représentations de Marc et de Jean dans le manuscrit Egerton, f° 45 v° et 78 v°. Plus remarquable encore, dans le Bodmin, l’évangile de Jean est précédé, f° 108b, d’un frontispice tout à fait semblable à celui du Harkness. Dans ce dernier manuscrit, à l’intérieur du cadre, on peut voir quatre cercles, à chacun des angles, dans lesquels sont représentés les évangélistes Marc, Luc et Jean portant la tête de leur animal emblématique. Au centre, dans un cercle plus grand, un Christ en majesté. Or voici ce qu’écrit E. M. Thompson dans sa description du Bodmin :

« f° 108 v°. En face du début de l’évangile de Jean, un dessin en pleine page consistant en cinq cercles, l’un au centre, avec de chaque côté un panneau d’entrelacs et autres décorations, le tout entouré d’un rinceau formé de nœuds. Les dessins figurant dans les cinq cercles ont été presque entièrement grattés. Mais, d’après les quelques traces qui subsistent, il apparaît que trois des cercles au moins contenaient les symboles des évangélistes avec des formes semi-humaines. »

  • 13 R. Crozet, « Les premières représentations antropozoomorphiques des évangélistes, vie-ixe siècles  (...)

65Il est intéressant de noter que les formes « semi humaines » ont été grattées : les représentations anthropozoomorphiques sont ignorées de l’art insulaire13. On peut conjecturer qu’elles ont été effacées de Bod en Angleterre, sans doute au xe siècle, parce qu’elles surprenaient et même choquaient.

66Berne, Burgerbibl. 85. Cet évangéliaire porte lui aussi des évangélistes à têtes animales. Ce qui surprend c’est la disposition, dans le manuscrit lui-même, de certaines de ces figurations. En Matthieu rien qui doive retenir l’attention : les Canons se terminent au f° 6 v°, le f° 7 r° a été laissé blanc et c’est au f° 7 v° que figure l’apôtre, en vis-à-vis de Liber generationis. De la même manière, pour ce qui est de Jean, les Capitula s’achevant au recto du f° 118, le portrait de l’évangéliste a trouvé naturellement sa place au verso, en vis-à-vis du début du quatrième évangile. En ce qui concerne Marc et Luc nous trouvons une situation très différente : au f° 47 v° s’achève le texte des Capitula et commence celui de l’Argument, or, au lieu que la copie se poursuive au f° 48 v°, la page est blanche. C’est au verso de ce folio qu’on peut voir la représentation de Marc, puis la copie de l’Argument se poursuit au f° 49. Même disposition chez Luc. La conclusion qui s’impose est la suivante : là où l’artiste disposait d’un espace libre (Matthieu, Jean), il a pu placer son dessin, en revanche, dans le cas de Marc et de Luc il a dû insérer un folio. Ces figurations sont-elles contemporaines de la copie ou bien ont-elles été ajoutées à l’occasion d’une nouvelle reliure ?

  • 14 Une piste semble ouverte : il est remarquable que dans le Add. 40 000, de nombreuses leçons alcuin (...)

67Cet article n’est qu’un survol ; bien des problèmes restent en suspens. Comment se fait-il, par exemple, que le texte des évangiles de Bod, manuscrit par ailleurs si proche du Harkness, semble être resté à l’écart de la révision d’Alcuin14 ? Pourquoi le Harkness porte-t-il un texte insulaire depuis le ch. XII de Matthieu jusqu’à la fin ? En tout cas nos cinq manuscrits présentent suffisamment de traits communs pour que l’on puisse y voir des productions de Landévennec ou, tout du moins, de scriptoriums en relation avec cette prestigieuse abbaye. Ainsi, si je ne me suis pas trompé, aurai-je eu le plaisir d’enrichir – mais seulement de manière toute virtuelle, hélas ! – la bibliothèque dont le frère Marc est l’attentif et dévoué conservateur.

Annexes

Annexe

Incipits et explicits des mss Harknes et Bodmin

Nouum opus : Beatissimo papae damaso hieronimus

Sciendum : Item hieronimus damaso papae / opto ut in xpo ualeas et memineris mei beatissime papa amen Eusèbe : Eusebius carpiano fratri in domino salutem

Plures : Incipit prologus IIII euangeliorum / Explicit prologus IIII euangeliorum

Arg. Mt : Incipit argumentum secundum Mattheum / Explicit argumentum

Cap. Mt : Incipiunt capitula sancti euangelii secundum Matheum

Mt : 0 / Explicit euangelium secundum Matheum Habet uersos ÎÎDCC 15

Cap. Mc. : Incipiunt capitula sancti euangelii secundum marcum

Arg. Mc. : Incipit argumentum euangelii secundum / Explicit praefatio

Mc : Incipit euangelium secundum marcum / Explicit euangelium secundum marcum

Cap. Lc : Incipiunt capitula sancti euangelii secundum lucam / Expliciunt capitula secundum lucam

Arg. Lc : Incipit prologus sancti euangelii secundum lucam / Explicit praefatio

Lc : Incipit euangelium secundum lucam / Amen Explicit euangelium secundum lucam

Arg. Jn : Incipit prologus sancti hieronimi in iohannem / Amen explicit prologus

Cap. Jn : Incipiunt capitula sancti euangelii secundum iohannem / Expliciunt capitula

Jn : Initium euangelii secundum iohannem / Explicit euangelium secundum iohannem gratias amen

Notes

1 The gospel book of Landévennec, Cambridge, Harvard University Press, 1931.

2 Ce manuscrit était à Tours au xixe siècle, volé par Libri, il fut vendu au duc d’Ashburnham puis racheté par Léopol Delisle. Le texte est proche de Londres, Brit. Libr. Egerton 609.

3 Description par E. M. Thompson, Catalogue of Ancient manuscripts in the British Museum, Londres, 1884, p. 37.

4 J. Wordsworth et H. J. White, Novum Testamentum Domini nostri Iesu Christi latine. Quattuor evangelia, Oxford, 1889-1898. Édition désignée ici par WW.

5 H. Glunz, History of the Vulgate in England, Cambridge, 1933, p. 89 sq.

6 Description dans E. M. Thomspson, op. cit., p. 34.

7 H. Glunz, op. cit., p. XIV et 137. J. Alexander, « A note on the Bretons Gospel books », An early breton gospel book, F. Wormald, Cambridge, 1977, p. 14. B. Fischer, Die lateinischen evangelien bis zum 10. jahrhundert, Fribourg, 1989-91, p. 17*, reprend l’opinion de Glunz.

8 R. Shilling, « Two unknown Flemish Miniatures of the eleven Century », Burlington Magazine, 1948, XC, p. 312-317.

9 Outre l’ouvrage collectif mentionné au début de cet article citons C. R.Morey, « The Landévennec gospels », Bulletin of the New York Public Library, vol. 33, September 1929, n. 9, p. 643-653. K. D. Hartzell, « The Early Provenance of the Harkness Gospels », Bulletin of Research in the Humanities, Spring 1981, p. 85-97. M. Huglo, « Les évangiles de Landévennec », Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Âge, Bannalec, 1985, p. 244-252.

10 Ce Comes a été édité par C. B. Morey, op. cit., p. 41-64. La comparaison du texte de NY avec celui d’Ox fera l’objet d’une étude particulière. Notons brièvement que dans NY certains mots, certaines phrases ont été soulignés (effacés). On ne les retrouve pas dans Ox, preuve, entre autres, que ce dernier est postérieur au Harkness. Dans les deux mss on relève des variantes remarquables dans les citations évangéliques : mentionnons seulement celle-ci qui vient de Matthieu XXI, 17 : ibique mansit + et docebat eos de regno dei. Cet ajout est extrêmement rare et ne se rencontre que dans certains missels (WW, p. 127). En Bretagne je la trouve dans Boulogne Bibl. mun. 8, Montpellier Bibl. de l’École de médecine H 115, Egerton 609.

11 B. Fischer, op. cit., t. I, p. 401 cite cette « variante » qui, bien sûr, n’existe que dans nos deux mss.

12 The gospel book of Landévennec, op. cit., p. 36-40.

13 R. Crozet, « Les premières représentations antropozoomorphiques des évangélistes, vie-ixe siècles », Études mérovingiennes, Poitiers 1953, p. 53-63. Du même « Les représentations anthropozoomorphiques des évangélistes dans l’enluminure et dans la peinture murale aux époques carolingienne et romane », Cahiers de civilisation médiévale, Poitiers, 1958, p. 182-187.

14 Une piste semble ouverte : il est remarquable que dans le Add. 40 000, de nombreuses leçons alcuiniennes ont été corrigées en Angleterre, au xe siècle. Le texte fut, en quelque sorte « receltisé ». Il est bien possible que le modèle du Bodmin Gospels ait été beaucoup plus alcuinien, et donc plus proche du Harkness, que le Bodmin lui-même, mais que des leçons insulaires y furent substituées à des variantes continentales. C’est en tout cas ce que semble suggérer L. J. Hopkins-James : « This manuscript contains a quantity of Celtic variants and a large percentage of Alcuinian readings. The mixture of the two types evolved in the ninth century, the infusion of the Celtic elements into the continental text was further increased by the presence of colonies of Celtic scolars at Laon and Auxerre » (The Celtic Gospels, Oxford, 1934, p. LXV). La localisation à Laon ou Auxerre de la « révision celtique » du Bodmin est sujette à caution mais, sur le fond, l’hypothèse de l’auteur est très suggestive et invite à des recherches ultérieures.

15 Cette indication stichométrique – très rare selon Kraeling (p. 27) – se trouve verbatim à la fin de l’évangile de Matthieu, mais pas en Marc, Luc et Jean, dans nos cinq évangéliaires.

Table des illustrations

Légende Disposition des textes dans huit évangéliaires bretons.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20150/img-1.png
Fichier image/png, 10k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540