Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Première partie. « L'échelle de Jacob » : le monachisme celtique du ciel à la terre

Association du cercle et de la croix sur les croix monumentales de Bretagne

Yves-Pascal Castel

Texte intégral

1L’iconographie chrétienne, on le sait, a attendu de longs siècles pour représenter le Christ autrement que par de purs symboles. On doit au concile « in Trullo », encore appelé Quinisexte, qui s’est tenu en 692, d’avoir levé les dernières réticences qui s’exerçaient face à un sujet qui était loin de faire l’unanimité, la représentation du Fils de Dieu sous forme humaine. Mais pour être en accord avec sa transcendance on accorda aux images de Jésus d’avoir la tête nimbée d’une auréole constituée d’un cercle et d’une croix. L’observation de ce seul point, qui pourrait paraître de détail, suffit pour justifier, tout en l’orientant, le regard que nous allons porter sur les croix monumentales de Bretagne, où l’association du cercle et de la croix, qui pourrait être considérée comme substitut symbolique du nimbe, prend des formes variées.

2Le cercle, figure géométrique élémentaire, domine la nature de manière universelle. Disque solaire des crépuscules, matins et soirs, disque lunaire de l’astre des nuits en son plein. Regard circulaire de l’homme appréhendant le tour de l’horizon. Geste du primitif qui mouline, bras tendu, la torche enflammée face à la bête sauvage. Orbes concentriques s’élargissant sous la pierre jetée dans l’eau du lac ou du bord de mer. Rond frileux du groupe serré autour du feu primordial… Autant de figures où le cercle exprime la relation de l’homme et du cosmos. Du point de vue des religions, si l’Égypte honorait Aton, le dieu au disque solaire, la liturgie chrétienne exalte le Christ sous un aspect analogue : Sol salutis, Sol invictus, Sol Justitiae, Soleil du Salut, Soleil Invaincu, Soleil de Justice.

3La croix de son côté, si profondément ancrée dans la culture occidentale chrétienne, qu’elle suffit à son signalement, plonge aussi ses racines dans les civilisations antérieures et se perd dans la nuit des temps. Le sigle cruciforme, réduit aux deux barres de sa plus simple expression, traduit, idéogramme primitif, la station verticale du « quadrupède humain », bras étendus à l’horizontale, une position statique accordée au profil stylisé de l’homo erectus. La figure cruciforme s’accorde aussi à la dynamique du geste dans le double mouvement de la main traçant dans l’air un trait vertical avant de le barrer d’un second qui croise le premier. Les branches de la croix tendues vers les quatre horizons désignent la plate terre des hommes, avant qu’on ait compris qu’elle était ronde.

4L’association du cercle et de la croix va composer un ensemble qui exprime la totalité du cosmos ramené à la mesure de l’homme sans pour autant en abolir l’infinitude. L’étude qui suit, sans ignorer la croix « celtique » qui s’offre d’emblée à l’esprit de tout un chacun, quand on évoque le cercle et la croix, s’essaye à élargir le champ de vision à partir des monuments de Bretagne en se fondant sur un classement typologique, une entreprise dont on ne méconnaît pas le caractère arbitraire. Pour les lieux-dits marqués dans le texte par un astérisque *, on se reportera à la planche dessinée « Le cercle et la croix ».

Les croix à panneau circulaire ou croix disques

5La conjonction cercle-croix est radicale dans les croix à panneaux circulaires ou « croix disques ». En haut d’un fût et faisant corps avec lui se dresse un cercle parfait taillé dans une pierre d’une épaisseur moyenne. Le principe qui anime le tailleur de pierre est simple. Pour faire du disque une croix il lui suffit de creuser quatre échancrures fines de forme ovale allongée. On pourrait d’ailleurs aussi bien donner à ce type de croix le nom de « croix pattée curviligne » puisque les extrémités pointues des pattes se rejoignent à se toucher. Telle est la croix de Dolivet à *Saint-Abraham, dans le canton de Malestroit, un monument dont la fraîcheur de taille indique une création relativement récente. Léo Goas, architecte de Breiz Santel, qui en donne un ingénieux tracé régulateur, appelle les croix de ce type « taillées dans le schiste, simples et très plates » des « croix-disques ». Les encoches s’élargissent à *Monterrein, croix du chemin de la Quesbois, à Saffré, croix Carcouet, à Jans, croix de Quilevrant. La croix de Guélin à *Saint-Martin-sur-Oust, a son sommet agrémenté d’un amortissement en forme de téton. Assez courantes en haute Bretagne, particulièrement dans le pays de Châteaubriant, les croix disques couvrent un secteur qu’il serait intéressant de cartographier. Dans d’autres régions où elles fleurissent en grand nombre, Cantal, Corrèze, Creuse, Languedoc, Lauragais, Larzac, Pyrénées, cimetières basques, la croix à panneau circulaire est volontiers appelé « croix discoïdale ». Selon Jacques Baudoin (dans son ouvrage Les croix du Massif central, Issoire, 1989, p. 100), elles seraient tributaires des fondations templières ou hospitalières. Pour ce qui est des pays étrangers, nous nous bornerons à signaler les croix du cimetière de Feock, en Cornouaille anglaise.

Les croix juliennes

6Un des avatars des croix panneaux circulaires sont les « croix juliennes » ainsi nommées pour la raison qu’elles jalonnaient le chemin de pèlerinage vers Saint-Julien-de-Vouvantes. Légèrement différentes des précédentes, leurs branches, horizontale et verticale, s’affirment en traversant le cercle pour dépasser la stricte circonférence. La croix de la Rivière en Saint-Laurent, canton de Malestroit, en est un exemplaire typique. Assuré d’un franc succès un tel profil traverse les siècles, de la croix de l’Aulne, au Petit-Auverné, datée 1597, jusqu’aux nombreuses croix érigées au xixe siècle en des circonstances dont on connaît parfois la raison. La croix de Saint-Patern, à *Soudan, du côté de Châteaubriant, datée du 6 juillet 1858, rappelle le souvenir d’une chapelle détruite. Celle de La Chauvelais, 1861 a été érigée par Jean Brizard, Julienne Bodin et leurs enfants. À la Serfinais, en Saint-Vincent-des-Landes, la croix porte une inscription funéraire : « Cette croix a été placée par Michel Guinel et Lucie Rialland sa femme au souvenir de François Guinel leur fils mort par accident le 29 mai 1876, Vous qui étiez ses amis, priez Dieu pour lui. L.I. » La tradition rapporte que l’enfant avait fait une chute mortelle du haut d’une charrette de foin.

7On classera parmi les croix à panneau circulaire les monuments où la tête de croix se mue en petit calvaire associant au Christ la Vierge et saint Jean. Ainsi Croas-Kerfrancès à *Melgven, dont le panneau est cantonné de quatre motifs ornementaux, la croix hosannière de Plouézoc’h où la Crucifixion s’insère dans un quadrilobe. La croix panneau de Lesneven, rue du Four, se rapproche de la forme circulaire sans l’adopter exactement.

Les croix à disques circonscrits à la croisée

8Une autre association du cercle et de la croix, mais bien plus discrète, se rencontre dans les monuments où le motif circulaire s’inscrit dans la croisée des branches, comme dans une croisée de transept, sans en déborder. Le disque se présente parfois, suite à l’inclémence des temps, en si faible relief qu’il n’est décelable que sous lumière rasante. Citons à Lanfains, Saint-Bihy, à Locronan, la croix de la rue Saint-Maurice, sur le parcours de la petite Troménie, à Plouguerneau, Keryel, à Plounévez-Lochrist, Pont-Kerruz, au Vieux-Bourg, Kerhamon. Le disque s’agrémente de cercles concentriques à Cléder, Croas-ar-Bandu, à Lannilis, rue de Kergroas, à *Pleumeur-Bodou, à Plouégat-Moysan, Kerbabu.

9L’usure du relief circulaire atteste que ces croix sont fort anciennes. Quant à la raison d’un tel ornement connaîtrons-nous jamais les intentions du clerc inspirant le tailleur de pierre liant ainsi, mais fort discrètement, le cercle et la croix ? En l’absence de représentation charnelle du Christ, le nimbe à la croisée des branches pourrait être tout simplement en référence avec lui, le rappel symbolique du « Sol Oriens ».

Les croix à nimbes circulaires circonscrits chargés d’une croix

10Une catégorie issue de la précédente, d’ailleurs plus riche, s’ouvre lorsque le cercle inscrit à la croisée des branches est chargé à l’intérieur d’un signe cruciforme, sur le modèle de la croix grecque aux branches égales. Cela conforterait l’hypothèse qui consistait à voir dans les disques précédents un rappel du nimbe qui orne la tête des Christs. La croix de Kericoul à Cavan en ce sens est typique. Dans le cercle qui ne déborde nullement la croisée, l’ouvrier grave en réserve une croix pattée légèrement curviligne. Ce type où une croix s’inscrit dans un cercle orne le monument de Guissény, naguère transporté sur le parvis de la mairie avant de retrouver sa situation d’origine, de Kernilis, église, Pellan, et Trévéroc-Bihan, de Plogonnec, chapelle Notre-Dame de Lorette, de Ploudaniel, Keramazé, de Plouédern, Keriléoc, de Plouguerneau, Leuré, de Plourivo, Lancerff, de Plouvien, Porz-ar-Groaz, de Tréflaouénan, Kerugel. La liste pourrait s’allonger. Saint-Méen, en Finistère, est particulièrement riche : pas moins de quatre sur les onze recensées sur la commune, quatre monuments fort anciens.

11Participe de la même catégorie, la Croas-Pilo de *Plovan, épaisse croix de schiste récemment déplacée de son « plantement » originel vers le carrefour voisin. Les cercles s’y multiplient. Le disque de la croisée, travaillé en réserve, est incontestablement lié à la création du monument. Cinq cercles simplement tracés en creux sont un travail plus récent, tout comme le Christ rudimentaire, silhouette issue de la même main fruste. La croix inscrite dans le cercle est portée par une longue haste au Folgoët, Lannuchen, le lieu présumé de la sépulture de Salaün ar Foll, à Kerlouan, Croas-Hourbon, à Plouguerneau, Mesquéau. Autant de monuments anciens mais dont on ne peut guère faire plus, pour leur datation, que de leur appliquer un large « haut Moyen Âge ».

Les croix aux quatre cercles

12Certains monuments au profil élaboré associent les portions du cercle aux branches de la croix de manière originale, selon une manière issue des schémas gothiques rayonnants. La circonférence éclatée en quatre segments forme ainsi la croix du cimetière de *Camoël. Cela rappelle la croix irlandaise fleurie de Devenish Lough Erne, pour citer un exemple d’outre-Manche. Les quatre portions de cercle constituent elles-mêmes la croix. Plus souvent ces quatre portions de cercle viennent se caler dans les angles du pal et de la potence. Une des croix les plus significatives de ce type est Croaz-Iliz-Coz, à Poulscavennou en Cléder. Une autre manière issue d’un principe analogue, mais fort différente de la « manière gothique » consiste à refouiller chacun des angles de la pierre au niveau des branches. Ainsi, à Landévennec, la croix du cimetière des moines qui provient du pays bigouden, à Locronan, croix de la rue Saint-Maurice, citée plus haut, à La Martyre, croix de Keravel et Croas-ar-Priol, à Plobannalec, croix de Kerstaloff. Toutes croix anciennes auxquelles on pourrait accorder le qualificatif de croix pattées. Un avatar curieux, issu du style gothique, est à *Thehillac, où la tête de croix présente sept larges échancrures en demi-cercle, la croix elle-même étant à rechercher dans les quatre lobes médians qui repercent la pierre.

Les croix au grand nimbe

13Dans les croix au grand nimbe, le cercle et les branches, nettement distincts, semblent appliqués l’un sur l’autre. Les portions d’arc relient les bras de la croix, composant un large cercle prenant toute sa dimension par rapport aux branches. *Bain-de-Bretagne, La Garottais, 1937, Le Conquet, Kerangoff, xixe siècle, Dinéault, Delliec, croix de métal, Elliant, cimetière, 1937, Lampaul-Ploudalmézeau, Croas-an-Aber, 1917, Saint-Juvat, Le Paradis, une croix qui pourrait remonter au début du xve siècle. Le cercle se module en accolade à Néant-sur-Yvel. À Loyat, le large nimbe est dentelé. Sur ces grands nimbes on trouve toutes les variations dues à des charpentiers, car beaucoup sont en bois, et rarement anciennes à cause de la fragilité d’un matériau exposé aux intempéries. La croix de Pertuis-Néant, à Paimpont, datée 1942-1944, porte une inscription parénétique destinée au passant : « Aime Dieu, va ton chemin. »

Les croix « celtiques »

14Certains voient volontiers dans les croix au grand nimbe que nous venons d’évoquer des « croix celtiques ». Nous réserverons ce nom à une première catégorie de croix anciennes souvent massives dont le profil fruste résulte d’une dégradation séculaire. En Auvergne, on les appelle simplement « croix cerclées ». À *Brusvily dont le fût est orné d’entrelacs, le profil « celtique » provient de l’élargissement du cercle inscrit à la croisée dont on a parlé plus haut et dont le disque déborde aux angles. En voici une petite liste : Lampaul-Ploudalmézeau, Kergounan deux croix, Ploudalmézeau, place Charles de Gaulle et Porastel-Ruz, Plouarzel, Kergougnan, et Croaz-Ménez-ar-Ras, Plouguin, Kérénes, Porspoder, chapelle de Larret, dressée sur une stèle de l’âge du fer. La Croix Plate de Plouasne, cercles concentriques et entrelacs sur le fût, est des plus remarquées. Mais il en est qui ne sont pas très anciennes, comme la croix de Monterblanc. Ces monuments dont beaucoup sont fort anciens sont à distinguer des croix néo-celtiques qui sont d’un tout autre type.

Les croix « néo-celtiques » ou « irlandaises »

15La présence d’un nimbe circulaire ne suffit pas pour faire une croix celtique ou néo-celtique. Pour s’en convaincre il suffit de voir le monument érigé, au xxe siècle, par la famille Lefebvre à Lomenven, dans la paroisse de Guiclan, base classique à colonnes avec fronton et acrotères.

16Les croix dignes du qualificatif néo-celtique empruntent en général leurs éléments aux croix irlandaises. Authentique, l’irlandaise dressée au cimetière de Boismoreau à Vannes. Elle honore la mémoire de Gérald Fitzerald Lentaigne de Tallag, qui, élève au collège Saint-François Xavier, mourut, âgé de seize ans, le 26 février 1867. Le type « irlandais » qualifié de « néo-celtique », fleurira après la Première Guerre mondiale dans l’effort rénovateur de l’art breton auquel l’aventure des Seiz-Breur n’est pas étrangère. Témoins, à Scrignac, le monument de Kervoazou, érigé en 1928 à la suite du décès accidentel de Georges Le Hars, maire de Quimper, sénateur du Finistère et conseiller général. Toujours à Scrignac, la croix de Toul-ar-Groas, près de la chapelle Sainte-Barbe, érigée en 1931. Au Tréhou la croix celtique de Ty-ru, appelée Croas-Bizer, date de 1932. Elle a été construite à l’emplacement du calvaire ancien transporté à Maissin, dans les Ardennes belges, pour honorer les tombes des soldats bretons tombés au cours de la guerre 1914-1918. À Plouégat-Guerrand, Pont-Menou, 1942, la croix néo-celtique porte une inscription mi-latine mi-bretonne : O crux ave spes unica. Zavet ani a viz kerdu 1942, war goulen Marie Josephe Nedelec marvet an 3 a viz kerdu 1941, gant e fried Jean Tassel hag ho bugale (« Salut, ô croix notre unique espérance. Élevée au mois de décembre 1942, au désir de Marie-Joseph Nédélec, morte le 3 décembre 1942, par son époux Jean Tassel et ses enfants »). La croix de Bodon à Plougastel-Daoulas, 1947, est justement appelée Croas-nevez, la croix neuve, à cause d’un style qui rompt avec les croix traditionnelles de la Presqu’île. À Châteaulin, la croix érigée dans la Grand-rue, 1950, se ressent de l’influence de Jos Le Doaré, le photographe de la Bretagne. Elle porte une inscription en breton : O Jesus Salver ar bed ho pet truez ouzomp (« O Jésus, Sauveur du monde, ayez pitié de nous »).

17À Scrignac, la tombe de l’abbé Perrot, s’orne d’une croix d’inspiration irlandaise. Dessinée par Caouissin, elle a été taillée chez Donnard à Landerneau et porte l’inscription : An Ao. Iann-Vari Perrot, 3 gwengolo 1877-12 kerzu 1943. Hadet en deus en daelou hag er goad. Pa veuloc’h Mari an Helez, va eskern a drido em bez ! Doue ha Breiz (« Monsieur Jean-Marie Perrot, 3 septembre 1877-12 décembre 1943. Il a semé à genoux et dans le sang. Lorsque nous verrons Marie des Anges, nos os tressailliront dans le tombeau »). À *Beuzec-Cap-Sizun, la Croix de Bicestre qui portait depuis 1885, un Christ en bois a été remplacée par une croix néo-celtique en 1979, due au sculpteur Godec de Pont-Croix.

18Le néo-celtique a toujours ses adeptes. Une telle croix a été érigée en novembre 2000, à l’occasion de l’année jubilaire, sur les hauteurs de Santec à Kéradennec. Elle porte les inscriptions : Jesuz Krist, Deac’h, Hirio, Da viken (« Jésus-Christ, Hier, Aujourd’hui et toujours ») Jubilé 2000, Ph. Leost, P. Le Guen.

Des cercles tracés sur les fûts ou sur les branches

19On ne peut négliger les ornements qui sur les croix évoquent le cercle, anneaux ou boutons. Cinq boutons sur les branches symbolisent les évangélistes groupés autour du Maître : à Cléder, Brélévénez, à Loc-Brévalaire, Le Ruat, à Plabennec, Kereozen, à Plogastel-Saint-Germain, Kermoguer, où le bouton central est remplacé par une petite croix. Le fût ancien de la croix de la Tricherie, à Noyal-sur-Bruz, route de Châteaubriant à Martigné-Ferchaud, orné de croix grecques et de cercles sur deux de ses faces, a été conservé dans le monument reconstruit vers 1910.

Bases et socles circulaires

20Jusqu’ici notre enquête du binôme cercle-croix ne s’est guère préoccupée de la base du monument lui-même. Or, un certain nombre d’entre elles affectent un plan circulaire, simple socle monolithe ou base plus ou moins développée.

21Les socles monolithes sont des sortes de meules larges et épaisses où se plante le fût selon un schéma fort simple. Ce sont souvent des monuments anciens. Le procédé s’est répandu dans l’ensemble du Finistère que nous partagerons en deux secteurs correspondant à la distinction ancienne des anciens évêchés, le nord du département paraissant plus riche en ce domaine que le sud. Dans le Nord-Finistère, Ploudaniel, compte au moins cinq croix de ce type : Sainte-Pétronille, Créac’h, Keramazé, Kergavellan et Kernévez-Botillo. Plouguerneau qui tient le record avec cent trente monuments en a au moins sept : Corréjou, Enez-Cadec n° 1, Enez Cadec n° 2, Enez-Cadec n° 3, Gavré, Kerbérénes, Keridaouen. Et puisque le Léon est le pays du frère Marc Simon, il aura plaisir à voir la liste s’allonger. Guissény, Lizouré et Poultossoc, Kernouès, Keraméal et Le Run, Plabennec, Scaven, Plouarzel, Dorguen et Erragounan, Plougoulm, Plouguin, Plouider, Goasla et Kermabon, Plouzévédé, Kervingant, Plouvien, Lannaneyen et Le Minihy, Saint-Pabu, Mezmérot, Saint-Thonan, Saint-Herbot, Sibiril, Kersaliou, Taulé, Lanc’hoat.

22Le Sud-Finistère semble moins riche en socles monolithes circulaires. Plomeur y tient la palme avec cinq croix du type : chapelle de la Tréminou, Kerfland, Kerlannbacol, Lestrigiou et Trémillec. Citons-en d’autres : Combrit, Kergaradec, Plobannalec, Kerbrizien et Kervignon, Pouldergat, Le Couédic, Le Créac’h et Kerlivit, Pouldreuzic, Lababan, Treffiagat, Kergroès et Merlot, Trégunc, vestige de Kervren.

23Remarquons que le plan circulaire qui frappe au premier coup d’œil dans ces socles monolithes ne leur est pas réservé. Des bases circulaires plus ou moins complexes sont le fait de monuments plus élaborés. À Plonévez-Porzay, le monument aux morts de la Grande Guerre, dû à l’artiste Hortense Tanvet-Béard de Mésanger, réutilise un petit calvaire qui se dresse sur une base de plan circulaire. On peut en trouver d’autres. À Cast, Saint-Gildas, à Esquibien, Keraudierne et Kervéoc, à La Forêt-Fouesnant, Kerstrat, à Landudec, croix du cimetière, à Plomelin, Kerbernès et Saint-Roch, à Plougonven, Keralivet, à Plouguerneau, Kerriec et Saint-Cava, à Ploumoguer, à Plozévet, croix de Brumphuez et croix de la rue de Quimper, à Pont-l’Abbé, croix du cimetière, à Pouldergat et Lanriec, à Saint-Yvi, Locmaria-an-Hent, croix n° 1 et n° 2, à Tréguennec, Kerbastanet…

24La brève réflexion au sujet de l’association du cercle et de la croix, fondée sur une enquête somme toute limitée, invite à évoquer le globe que tient en main le Père éternel ou son Fils. Lorsque la croix est plantée au sommet de la boule l’équivoque est impossible. Mais lorsqu’il s’agit du dessin tracé sur le globe lui-même, cela prête à méprise. Les deux barres qu’on prendrait volontiers pour une croix en tau, évoquent en réalité la partition des continents connus avant la découverte de l’Amérique : Europe, Asie et Afrique. Lorsque le symbolisme géographique d’un tel dessin n’est plus compris, la division tripartite devenant quadripartite, la référence aux continents est occultée au profit de la croix. Le détail n’est pas négligeable lorsqu’il s’agit, par exemple, de la restauration d’une statue antérieure à 1492, afin de ne pas tomber dans l’anachronisme.

Le cercle et la croix

Le cercle et la croix

Bibliographie

Bibliographie

Goas L., « Les croix de chemin en pays gallo », Breiz Santel, n° 174, printemps 1999.

Castel Y.-P., Atlas des croix et calvaires du Finistère, Société archéologique du Finistère, 1980.

Gauthier J.-S., Croix et calvaire de Bretagne, Plon, 1944. Harbison P., Irish high crossess, 1994.

Le Scouezec G. et Masson R., Pierres sacrées, Seuil, 1982.

Table des illustrations

Titre Le cercle et la croix
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20149/img-1.png
Fichier image/png, 228k

Auteur

Prêtre, membre de la Commission du Patrimoine

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540