Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Première partie. « L'échelle de Jacob » : le monachisme celtique du ciel à la terre

Les anciens fours à cloches de l’abbaye de Landévennec

Annie Bardel et Ronan Pérennec

Texte intégral

« Il revient à l’abbé d’annoncer lui-même l’heure du service de Dieu, de
jour comme de nuit. Qu’il s’en charge lui-même ou qu’il charge de cette
fonction un frère assez vigilant, pour que tout se fasse aux heures
appropriées. »
(Règle de Saint Benoît, chap. 47-1.)

  • 1 L. Cochou, OSB, « Marie-Gwenolé », Chronique de Landévennec, 3e série, octobre 2000, n° 4, p. 145- (...)

1Cette charge, le père Marc l’a assurée pendant de longues années. Cela nous est revenu en mémoire lorsqu’en octobre 2000, le clocher abbatial s’est enorgueilli de la présence de « Marie-Gwenolé ». Ce gros bourdon est venu compléter la gamme de sons des trois cloches qui, depuis le retour à Landévennec, scandaient la journée monastique1.

2La plus ancienne des trois, déjà en activité à Kerbénéat, atteignait en 2000 sa centième année d’existence. Mais qu’est-ce qu’un centenaire comparé aux quinze siècles de l’abbaye ? Peut-on savoir combien de cloches ont précédé le carillon moderne ? Que reste-t-il de leur présence, séculaire ou éphémère ? Quelles traces archéologiques ont-elles pu laisser sur le site même de l’abbaye ?

3Ce sont ces restes, obligatoirement incomplets, plus ou moins éloquents, mais concrets et proches du quotidien que nous voulons présenter ici.

  • 2 Datation Radiocarbone calibrée : intervalle 606-760 apr. J.-C. ; Ly-4972. Les datations proposées (...)

4Les vestiges les plus anciens ont été retrouvés sous l’église. Ils sont datés par le radiocarbone du milieu du viie siècle et sont donc antérieurs à l’édifice carolingien2. Il ne s’agit pas d’un moule à cloche à proprement parler, mais d’un complexe de fourneaux métallurgiques, pour autant qu’on puisse en juger par les vestiges restés en place. Ces installations, qui occupent tout l’emplacement compris sous la nef et le bas-côté sud de l’église du ixe siècle, ont été implantées sur une sorte de terrasse naturelle au-delà de l’oratoire du viie siècle.

5Elles comportent un ensemble de fosses reliées entre elles par des rigoles plus ou moins larges, le tout ayant été creusé dans le soubassement de schiste naturel. Côté sud, cinq fosses alignées selon un axe est-ouest sont reliées à une vaste excavation de 2,50 m de long. Celle-ci occupe l’espace central, sous la nef, et se prolonge vers le nord par une longue rigole, qui débouche sur une autre cavité, sous la limite du bas-côté nord. La profondeur originelle de l’excavation centrale ne peut être évaluée, puisque le rocher a été recreusé et nivelé par la suite. Toutes les fosses et rigoles ont d’ailleurs été comblées avec le cailloutis de schiste provenant de ce nivellement.

6C’est là le moindre des maux qui ont atteint successivement ces vénérables ateliers, recouverts et recoupés à plusieurs reprises par les constructions postérieures. Les fondations de l’église carolingienne, celles de trois piliers romans, un puits et un caniveau ont précédé deux larges tranchées de plantation, qui ont achevé au xixe siècle de faire disparaître les jonctions entre les différents éléments de ce complexe.

7La cavité la plus occidentale, scellée par l’angle sud-ouest de l’église carolingienne, a été en partie conservée et fouillée. Elle est creusée en voûte dans le rocher et forme la chambre d’un four vaguement quadrangulaire délimité sur son pourtour par des pierres plantées sur chant. Ce four de petite taille s’ouvre vers le nord par un alandier, malheureusement coupé par une des tranchées de plantation.

8Une seule structure a été réellement épargnée par toutes ces interférences postérieures : elle est située entre les deux premiers piliers sud de l’église romane (fig. 1). Il s’agit d’une fosse à peu près carrée de 0,80 m de côté dont les parois, creusées dans le schiste délité, sont renforcées par quatre grandes dalles verticales. Le fond est percé d’une cavité plus petite, parementée aussi par des dalles plantées. L’ensemble est rempli de terre charbonneuse sur du cailloutis. Deux rigoles profondes relient cette structure aux deux fosses voisines, respectivement « emprisonnées » sous les piliers est et ouest.

9Cet aménagement correspond-il à un four ou plutôt à un dispositif de coulée ou de moulage ? C’est difficile à déterminer. La cavité occidentale, décrite plus haut, apparaît logiquement comme un four, avec une bouche en alandier. Elle est aussi la plus élevée, si l’on considère la pente du terrain.

10Quel était le rôle, dans ce cas, des deux fosses intermédiaires ? On a pu constater que l’une d’entre elles était cloisonnée. Elles pouvaient constituer d’autres dispositifs de coulée ou des moules, installés en batterie à partir d’un fourneau unique, le long d’un canal qui semble desservir tout l’alignement.

11On peut aussi envisager une alternance de fours et de moules, auquel cas la structure fouillée pourrait être un fourneau d’un type différent, communiquant avec les deux fosses contiguës. Faute d’indices suffisants, la question reste actuellement en suspens.

12L’époque du fonctionnement de ces fourneaux s’inscrit dans une période de travaux et d’extension du monastère, dont les bâtiments commencent, au milieu du viie siècle, à occuper les deux versants du ruisseau, exactement sous le site actuel. Il n’est pas étonnant dans ce contexte de retrouver des traces d’installations artisanales, comme pour toutes les phases de grands travaux de l’histoire de l’abbaye. Il est plus difficile, dans la plupart des cas, d’identifier l’utilisation précise de ce genre de dispositif. Et cela d’autant plus qu’ils ont souvent eu plusieurs usages successifs : métallurgie et verrerie par exemple.

13Cette incertitude laissant le champ libre à toutes les hypothèses, il n’est pas exclu a priori que cette installation ait pu servir entre autres à mouler une petite cloche en bronze, semblable à celles qui figurent dans l’iconographie préromane.

  • 3 C. Bourke, « Les cloches à main de la Bretagne primitive », Bulletin de la Société archéologique d (...)
  • 4 P.-R. Giot, L. Fleuriot et G. Bernier, Les premiers Bretons, Chateaulin, 1982, p. 34. B. Merdrigna (...)
  • 5 J.-M. Abgrall, « Quatre vieilles cloches et deux pierres sonnantes », Bulletin de la Société arché (...)

14L’attribution chronologique de ces structures n’est pas non plus incompatible avec la réalisation d’une cloche à main. Les cloches bretonnes de ce genre sont en effet datées, selon les auteurs, de la période 800-9003, des viie-viiiesiècles4, voire du viesiècle5 !

  • 6 C Bourke, op. cit., p. 341.

15Les exemplaires bretons subsistant encore sont en bronze, coulés au moule6, à l’exception de celui de Locronan, plus tardif.

  • 7 R Rodière, Les corps saints de Montreuil, Paris, 1901, p. 134.

16Bien qu’elle n’ait pas survécu, une cloche attribuée à saint Guénolé (campanula S. Winwaloei) était au nombre des reliques apportées par les moines de Landévennec en exil jusqu’à Montreuil-sur-mer, après la destruction du monastère par les Normands en 9137.

17Dans cette région d’accueil, une iconographie particulière s’est développée autour de saint Guénolé. Ce dernier est représenté avec sa cloche, au son de laquelle il attire les poissons hors de l’eau. Le lien entre cloche et poisson est aussi établi dans la vie de saint Pol : c’est dans le corps d’un poisson que l’on trouve la cloche que saint Pol avait en vain demandé au roi Marc, en Cornouaille britannique.

  • 8 C Bourke, op. cit., p. 348.
  • 9 J-M Abgrall, op. cit., p. 23-24. B. Merdrignac, « Les cloches des saints celtiques », Ar Men, n° 3 (...)

18On ne reviendra pas sur la symbolique de cet animal pour les premiers chrétiens. Ce lien entre cloche et poisson va dans le sens de la réflexion de C. Bourke selon laquelle « on doit certainement associer le développement de la tradition hagiographique à l’expansion des cultes, et il n’est donc pas impossible que certaines des cloches bretonnes aient été importées dans le but avoué de favoriser ce mouvement8 ». Certaines d’entre elles ont aussi pu être fondues sur place. Quelques vitae témoignent en effet de fabrications de cloches opérées par les saints eux-mêmes, au premier rang desquels Gildas, qui en produit même pour l’« exportation » (cadeaux offerts à sainte Brigitte, au pape 9…).

  • 10 Datation Radiocarbone calibrée : intervalle 978-1174 apr. J.-C. ; Gif-6445.

19Le plus ancien moule à cloche réellement attesté date du tout début du xie siècle10. Il a été mis au jour à l’intérieur de la chapelle annexe carolingienne, sous l’emplacement de la sacristie romane. Cet ancien oratoire du ixe siècle, incendié et partiellement détruit par les Normands, avait été simplement restauré au retour des moines, vers 950, et son abside provisoirement refaite sur un plan arrondi.

20C’est donc quelque quatre-vingts ans plus tard, à l’intérieur d’un bâtiment en fin d’existence, peut-être un peu délabré, qu’est installé un dispositif de fonte de cloches. On se situe, là encore, dans une phase de travaux, juste avant la reconstruction de cet oratoire, ou plutôt son remplacement par une nouvelle chapelle à abside ronde, de plan légèrement différent, mais bâtie exactement sur le même emplacement que les précédentes.

  • 11 Pour les techniques de fabrication, cf. J. Nicourt, « Fabrication de cloches fondues. Permanence d (...)

21Les structures mises au jour ne concernent que la base du moule, un cendrier et des canaux de coulée11. L’ensemble est complètement détruit et arasé : les fondations du mur sud ont coupé la fosse d’implantation du moule. Deux pierres plates nivelées par de l’argile cuite constituent les seuls restes de la base de la meule. L’amorce du noyau posé dessus ayant disparu, nous n’avons aucune indication sur les dimensions de la cloche. Le remblai de comblement de la fosse, qui recouvre aussi tout l’intérieur du bâtiment sur une vingtaine de centimètres d’épaisseur, apporte les seuls témoignages vraiment probants : il est mêlé d’une quantité de fragments de moule sous forme d’argile brunie, à demi cuite, mais aussi de parcelles de charbon et de particules et gouttelettes de bronze. Les fragments de moule, provenant du noyau et de la chape, sont très brisés et les résidus ne permettent pas non plus de reconstituer, même approximativement, les dimensions de la cloche.

22Elle est un peu antérieure à la grande phase de travaux de l’époque romane et pouvait être destinée à la vieille église carolingienne, même si celle-ci devait être remplacée, à plus ou moins court terme, par la reconstruction romane.

23En ce qui concerne l’installation proprement dite et ses caractéristiques techniques, les éléments conservés sont trop partiels pour que l’on puisse en reconstituer le dispositif : l’emplacement du four n’a pas été repéré et l’identification des rigoles de coulée reste très douteuse.

  • 12 Cette technique est habituelle à l’époque. Cf. J. Nicourt, op. cit., p. 68 et 76. L. Guerra, « Una (...)

24La présence d’un alandier, rempli de charbon et situé juste devant la meule, permet de supposer que le moule a été fabriqué à l’extérieur et séché sur place, après son installation dans la fosse12.

25Ce qui est certain en revanche, c’est la faible profondeur de l’excavation, une vingtaine de centimètres tout au plus sous le sol, ce qui peut s’expliquer par l’affleurement du rocher naturel. De ce fait, au lieu de la traditionnelle fosse enterrée pour maintenir la chape et son remplissage périphérique, les fondeurs ont dû être contraints d’adopter, pour cet usage, un bâti en élévation.

  • 13 Datation Radiocarbone calibrée : intervalle 961-1165 apr. J.-C. ; Gif-6444.

26Comment s’est comporté ce dispositif, obligatoirement plus fragile ? L’opération a-t-elle été menée à terme ? Il est permis d’en douter si l’on tient compte des données archéologiques. Un incendie a ravagé tout le secteur oriental du monastère à une période qui apparaît parfaitement contemporaine13. Contrairement au feu allumé par les Normands, dont les dégâts avaient été nettoyés, ne transparaissant que dans la rubéfaction des enduits muraux, celui-ci a laissé des traces durables. En effet, l’aile orientale semble avoir été pratiquement désaffectée après le sinistre, et les décombres sont restés en place. Lors de la réoccupation, les sols ont été surélevés par-dessus les remblais chargés de gravats où l’on retrouve des cloisons de clayonnages brisées, cuites par l’incendie, et des blocs de murs vitrifiés en surface.

27On a même dégagé un petit ossuaire, constitué de crânes sans mâchoires et de quelques os longs, en partie brûlés, empilés dans l’angle sud-est de la chapelle. L’oratoire annexe ayant une fonction funéraire, l’installation du moule a naturellement dérangé un certain nombre de tombes. L’ossuaire peut représenter les restes de ces sépultures, réenfouies trop superficiellement et touchées par l’incendie. Le feu a pu aussi, tout simplement, atteindre des inhumations peu profondes, en place sous le sol de l’oratoire. Dans un deuxième temps, ces restes ont été coupés par l’implantation du mur sud de la nouvelle chapelle et partiellement reconcentrés en un petit ossuaire.

28Des arbustes ont poussé dans l’extrémité sud de cette aile orientale, par-dessus les gravats et surtout, des cochons ont été « hébergés » dans la salle contiguë au chapitre. Cet abandon provisoire de toute une aile de bâtiment peut s’expliquer par la coïncidence avec l’amorce des grands travaux de l’époque romane, qui se sont poursuivis ensuite, en rotation continue, jusqu’au xiiie siècle.

  • 14 J-P Legua, « Un aspect du travail dans les villes armoricaines au Moyen Âge : la fabrication des c (...)
  • 15 J-B Faivre, « Fondeurs de cloches ambulants du Bassigny : leur production en Gironde », Revue arch (...)

29Il n’existe évidemment aucune preuve irréfutable du lien de cause à effet entre la fonte de la cloche et l’incendie. Mais si l’on tient compte des risques que représentait ce type d’opérations, de la fréquence des feux accidentels occasionnés par les travaux métallurgiques 14 et des conditions dans lesquelles cette cloche a été coulée, la probabilité devient acceptable. Il faut ajouter les risques liés à des ruissellements éventuels qui compromettent dangereusement toute opération de coulée de métal15. Ces risques sont loin d’être exclus en ce qui concerne l’emplacement choisi ici.

  • 16 Datation Radiocarbone calibrée : intervalle 1050-1256 apr. J.-C. ; Ly-4971.

30On a pu mettre au jour dans l’église les vestiges de la fonte d’une autre cloche datant d’une époque relativement proche, puisqu’elle se situe vers la fin du xie siècle 16 (fig. 3). Ces vestiges sont localisés exactement sous l’escalier d’accès à l’intérieur de l’église romane, qui ne pouvait donc exister à ce moment. Quoi qu’il en soit, la fabrication de la cloche se situe chronologiquement pendant les travaux de construction de l’édifice roman, avant même l’implantation des piliers de la nef.

31La structure conservée serait plutôt le four que le moule, contrairement à ce que l’on observe généralement. En effet le four, obligatoirement placé plus haut que le cerveau de la cloche, est la plupart du temps au-dessus du sol et disparaît plus facilement que le moule, installé au fond d’une fosse.

  • 17 J Nicourt, op. cit., p. 72 : selon le moine Théophile, De diversiis artibus, fin XIe siècle ou déb (...)
  • 18 Il n’a pas été fait d’analyses métallographiques des gouttelettes de bronze pour déterminer si l’a (...)
  • 19 Restitution effectuée par Stéphanie Rominger.

32En fait, une excavation quadrangulaire, creusée à 1 m du four et dont le fond aplani, taillé dans le schiste, est à environ 0,70 m en contrebas, pourrait très logiquement avoir enfermé le moule : la distance four-moule est « réglementaire17 ». Mais les fondations du pilier sud-ouest de l’église romane se sont implantées dans cette fosse, annihilant toute trace utilisable. Il faut toutefois signaler que cette fosse est comblée, avant la construction de la pile, par un remblai mêlé de parcelles de charbon, de fragments de terre brunie à demi cuite et de particules et gouttelettes de bronze18. On retrouve le même remplissage dans ce qui reste du four, par-dessus un amoncellement de tessons provenant du noyau et de la chape, empilés dans la bouche du four, sur une couche de végétaux noircis mal brûlés. Certains de ces fragments, suffisamment grands, ont permis de restituer les dimensions du corps de la cloche et du départ de la pince 19 (fig. 4).

  • 20 P.-R. Giot et J.-L. Monnier, « La cloche de Saint-Saturnin », Archéologie en Bretagne, n° 5, 1er t (...)

33On constate qu’il s’agit d’une petite cloche : son diamètre varie entre 0,26-0,30 m à sa partie médiane et 0,31-0,34 m avant le départ de la pince. Un très gros fragment de chape d’une vingtaine de centimètres de hauteur amorce le profil de la pince, mais nous n’en connaissons pas l’ouverture qui peut se situer aux environs de 0,39-0,40 m. On peut évaluer le poids de la cloche à une quarantaine de kilogrammes si l’on se fie aux estimations faites sur des découvertes comparables mais cela reste très hypothétique puisque nous ne connaissons précisément ni sa hauteur ni son épaisseur20.

34Le four, d’un diamètre de 0,80 m, a été creusé dans le schiste naturel sur une profondeur d’environ 0,40 m, du moins côté nord où le rocher affleurait plus haut. La paroi sud est creusée dans l’argile schisteuse du substrat. Le four était aménagé en voûte, mais le sommet en a été arasé (fig. 5). Le fond de schiste nivelé recouvert d’argile est renforcé en périphérie par des dalles complètement tapissées d’argile, aussi cuite et complètement rubéfiée que les parois du four.

35Il se prolonge côté est par un alandier dont l’entrée est délimitée par deux grosses pierres. La paroi sud est interrompue par une rigole creusée dans le schiste et communiquant directement avec la fosse quadrangulaire.

36Ce canal de coulée est peu évident : il a été recoupé et comblé par une tombe postérieure. Le creusement du four et de la rigole avait lui-même détruit une sépulture antérieure dont il ne reste en place qu’un fémur, un humérus et quelques fragments de côtes (fig. 3).

37Au milieu des tombes et à proximité de la grande fosse quadrangulaire, un canal résiduel, creusé dans le schiste, très rubéfié et charbonneux, est difficile à interpréter. Il semble en relation avec un dispositif de coulée, mais la rigole ayant été coupée à ses deux extrémités par des tombes ou tranchées postérieures, le raccord avec les autres structures est impossible à établir (fig. 3).

38La chronologie de ce four peut poser quelques problèmes : si la cloche est destinée à la nouvelle église, ce qui paraîtrait logique, celle-ci est inachevée puisque les piliers de la nef n’ont pas encore été construits. A-t-on édifié un clocher provisoire ? Ou bien les piliers du chœur étaient-ils déjà en place, ainsi que le clocher ? Les deux hypothèses sont possibles. On peut aussi imaginer que la cloche coulée ici n’était pas destinée à l’église abbatiale. On en verra un exemple plus loin. Mais cela paraît moins probable en cette période où s’édifie la grande église romane, et où le monastère dans son ensemble s’apprête à faire « peau neuve ».

39Si l’on en croit les deux installations de fonte mises en évidence sur le site à une cinquantaine d’années d’intervalle, la nouvelle église romane était desservie par un ensemble d’au moins deux cloches. À moins que la première ait réellement été avortée au moment de sa fabrication, auquel cas la seconde aurait pu être fondue en remplacement de cet échec.

40Aucun autre témoignage de four à cloche n’a été découvert sur le site pour tout le reste de la période médiévale, ce qui ne correspond probablement pas à une réalité concrète, on le verra.

41Le dernier dispositif de fonte correctement conservé a pu être daté du milieu du xviie siècle et se situait, assez bizarrement, sous la cellererie du monastère (fig. 6). Une fosse ronde, d’un diamètre de 1,30 m et profonde de 0,70 m y a été creusée à travers tous les sols et remblais médiévaux accumulés, en écornant au passage la façade de l’aile occidentale romane, arasée et enfouie depuis longtemps.

42Le remplissage de cette fosse, fait de remblais successifs bien aplanis et tassés est mêlé de quelques scories de bronze et de fragments de moule en argile brune, très petits et peu nombreux. Il recouvre la meule, conservée en place, qui porte encore l’amorce d’un noyau creux, aux parois très rubéfiées (fig. 7).

43Une couronne d’argile jaune pure, très plastique, d’une épaisseur de 6 cm, et d’un diamètre de 0,60 m, parfaitement aplanie sur le dessus, supportait la chape et la fausse cloche, complètement disparues, et formait la base des parois du noyau, épaisses de 4 cm et moulées dans le même matériau. Le remplissage central, d’argile sableuse, est renforcé sur sa périphérie par une couronne de petites dalles, tapissées d’une galette d’argile cuite (fig. 8). Celle-ci représente le foyer qui a servi à sécher et cuire l’intérieur du noyau, au début des opérations, au fur et à mesure de son montage (fig. 2). L’ensemble est posé sur un pivot d’argile jaune et de pierres, installé en cuvette dans les niveaux sous-jacents, manifestement destiné à assurer la stabilité du moule (fig. 8). Il ne restait aucune trace du support central du gabarit de façonnage du moule, ou « calibre ». Celui-ci pouvait être soutenu par un bâti surélevé, accroché dans les parois du noyau (fig. 2).

44Les vestiges de ces parois sont à demi cuites et très noircies par le contact du métal au moment de la coulée. Elles indiquent le diamètre interne de l’ouverture de la cloche, soit 0,46 m. La fosse était donc largement assez profonde pour enfermer complètement une cloche de cette dimension et son moule.

  • 21 J. Nicourt, op. cit., p. 72.

45Le fourneau qui devait l’alimenter n’a pas été vraiment conservé, mais on a pu mettre en évidence les traces de son implantation. À son ouverture supérieure, la fosse se prolonge en effet par un creusement ovale, superficiel, dans lequel a été implantée une pierre quadrangulaire épaisse et bien taillée, probablement un réemploi. Une pastille de bronze y est restée accrochée. La dalle est entourée de quatre fosses rondes peu profondes, d’un diamètre moyen de 0,30 m, fondations de supports non conservés. Deux autres fosses similaires, un peu plus éloignées, apparaissent en rapport avec ce dispositif, qu’elles devaient compléter. Quels supports étaient implantés ? Le moine Théophile parle de poteaux de bois21. La pierre était-elle intégrée dans le dispositif de coulée ou ne constituait-elle aussi qu’un support ? Elle pouvait être horizontale à l’origine et porter le creuset par exemple. Les deux fosses plus éloignées étaient-elles en rapport avec le soufflet ? Nous ne disposons pas des éléments suffisants pour répondre à ces questions.

46D’autres problèmes en revanche peuvent trouver des éléments de réponse, concernant par exemple l’emplacement de l’atelier. Pourquoi l’avoir fait dans l’intérieur du monastère et pourquoi sous le cellier ? On peut remarquer que celui-ci est situé dans la partie la plus élevée du monastère, dans une zone où les ruissellements sont peu abondants, ce qui est assez rare à Landévennec, surtout au xviie siècle où la nappe phréatique s’est largement répandue. Cette condition est indispensable si l’on doit creuser une fosse, surtout pour une opération métallurgique. En ce qui concerne l’implantation en intérieur, on peut constater, encore une fois, que le chantier correspond à une phase de travaux. Quelques mois plus tard, le cellier est en partie reconstruit et réaménagé. La fonte est effectuée dans un bâtiment déjà ancien, édifié au xve siècle, qui n’était peut-être plus en utilisation, mais qui pouvait fournir un abri pour le chantier de la cloche. Les poutres du plafond étaient en outre utilisables pour les opérations de levage de la chape. Nous n’avons en effet mis en évidence aucune trace d’utilisation d’une « chèvre », comme ce serait en principe le cas en extérieur.

47En fait, tel qu’il apparaît, cet atelier de fondeur de cloche présente tout de même un intérêt certain, ne serait-ce que par les indications qu’il fournit sur les techniques et les habitudes de l’époque, même si elles restent incomplètes. Mais cet intérêt s’étend au plan anecdotique, sinon historique, puisque nous avons la chance qu’il soit parfaitement bien daté.

  • 22 Mémorial de Landévennec, manuscrit latin 12703 de la Bibliothèque nationale, traduction père Marie (...)

48On peut en effet, dans ce cas précis, croiser les données archéologiques et les données archivistiques. En effet, « le 28 janvier de l’année 1653, la cloche, qui avait été précédemment brisée, de la chapelle du Folgoat fut refondue sous le magasin du monastère et on y apposa les armoiries tant du seigneur abbé que de la congrégation de Saint Maur avec cette inscription : Pierre Tanguy abbé et les moines de la congrégation de Saint Maur22 ».

  • 23 M. Simon, OSB, L’abbaye de Landévennec, de saint Guénolé à nos jours, Ouest-France, 1985, p. 93-94
  • 24 Mémorial de Landévennec., op. cit.
  • 25 Ibid.

49La chapelle Notre Dame du Folgoat, à laquelle était destinée la cloche, avait été édifiée au xive siècle sur la tombe d’un innocent, « Salaün ar fol23 ». Bien que le culte de Notre-Dame du Folgoët ait été exporté avec beaucoup de succès près de Lesneven, la modeste chapelle de Landévennec, berceau du culte, finit quant à elle par être « détruite […] et presque complètement tombée dans l’oubli24 ». En 1644 les moines la relevèrent, puis procédèrent à son agrandissement avec construction d’un campanile, de 1647 à 164925.

  • 26 Dom N. Mars, « Histoire du Royal Monastère de S. Guénolé de Landévennec » (1648), Pax, n° 41, janv (...)

50On ne sait pas bien sûr si la cloche brisée qui fut refondue avait été coulée pendant la campagne de travaux 1647-1649, ou si elle était plus ancienne : en 1648, Dom Noël Mars évoque le « lieu où avoit esté autresfois la chapelle ». En effet, celle-ci « ayant estée ruinée du temps des guerres civiles de fond en comble, il n’y paroissoit presque aucune marque qu’il y en eut eu une26 ». Une cloche ancienne a pu subir le même sort que sa chapelle.

  • 27 Ibid. L’Histoire… et le Mémorial divergent sur la date du renouveau de la piété au Folgoat : 1644 (...)

51D’un autre côté, le réveil de la piété explique aussi parfaitement qu’on ait songé à doter le campanile d’une voix pour célébrer les fêtes. Noël Mars rapporte en effet que la dévotion populaire n’avait jamais tari au Folgoat. En 1643 ou 1644, un moine eut l’idée d’y placer une statuette de cuivre de Notre-Dame. Ce que voyant « le simple peuple, croyant que c’estoit une image trouvée, y veint en si grande foulle de tous costez qu’il est presque incroyable de descrire la dévotion de ce peuple, lequel apportoit en ce lieu de grandes offrandes tant en argent qu’en fil, fillace, et en bled ». Qui plus est, lors des terrassements précédant la reconstruction « on trouva des ossements parmy la chaux que l’on croyoit estre ceux de S. Salun27 ». Ossements qui firent des miracles…

52Dans ce contexte, il est plausible qu’on ait songé à couler une cloche pour un édifice neuf. La réalisation a-t-elle un peu tardé, ou bien la cloche neuve ayant été brisée (défaut de fabrication, fausse manœuvre lors de l’installation dans le clocher ?), les moines l’ont-ils remplacée quelques années plus tard ?

53Le fait que les fondeurs aient travaillé dans l’abbaye, c’est-à-dire à trois ou quatre kilomètres du Folgoat et non sur place comme de coutume, ne doit pas surprendre.

54C’est en hiver qu’on a procédé à la coulée. Or la chapelle est située dans un lieu naturellement très humide. En cette saison, il arrive, particulièrement au moment de marées importantes, qu’elle ait littéralement les pieds dans l’eau. Le ruisseau qui passe tout près, gonflé par des pluies abondantes, ne pouvant s’évacuer du fait du niveau élevé de la rade et de l’Aulne, inonde alors les prés et marécages qui bordent la chapelle, derrière la retenue d’un moulin à marée.

55La présence d’eau, on l’a déjà signalé plus haut, pouvait être particulièrement désastreuse au moment de la coulée.

56Malheureusement, la cloche fondue en 1653 n’est pas parvenue jusqu’à nous. Le Folgoat, n’étant pas église paroissiale, pouvait sans doute difficilement justifier de la conservation d’une cloche, alors même qu’après la Révolution celles-ci étaient réquisitionnées pour être transformées en menue monnaie ou en canons. La cloche qui orne actuellement le clocher est plus petite que ce que laisse entrevoir le moule archéologique : 37,5 cm de diamètre à la pince, au lieu de 46, pour une hauteur de corps de 32 cm. D’autre part, elle est exempte des inscriptions signalées dans le Mémorial. Il s’agit sans doute là d’une fabrication du xixe siècle.

57Si la cloche contemporaine de la « résurrection » du Folgoat ne nous est connue que par les traces archéologiques de sa fonte, ce n’est pas le cas de toutes les cloches que les moines ont fait fondre. Même si certaines ont connu une longévité importante, il est évident en effet que les vestiges conservés sont très en dessous du nombre de cloches utilisées par la Communauté, depuis le xie siècle. Le bilan des découvertes archéologiques fait ressortir en tout et pour tout l’existence certaine d’une cloche romane. Elle était peut-être associée à une seconde cloche légèrement antérieure, si la fabrication de celle-ci n’a pas échoué. La troisième cloche attestée n’était pas destinée au monastère.

58Comment expliquer un tel écart ?

59Si l’on tient compte des recreusements de toutes sortes occasionnés par les réaménagements successifs du monastère, ainsi que des surfaces encore occupées par les murs et leurs fondations, donc inaccessibles à la fouille, la conservation et la découverte d’un vestige archéologique, quel qu’il soit, apparaît très aléatoire. C’est encore plus flagrant lorsqu’il s’agit de structures provisoires, détruites en grande partie après usage, comme c’est le cas pour les moules à cloche. Il a été mis au jour, depuis 1978, un certain nombre de traces artisanales d’activité métallurgique, et même des dépôts contenant des scories ou gouttelettes de bronze et des parcelles d’argile brune correspondant à des restes de moules. Mais ils ne sont pas associés à des structures ; or des fosses isolées de leur contexte ne sont pas toujours datables ni même simplement identifiables. Elles ne sont prises en compte éventuellement que comme des fours potentiels complètement détruits.

60Les fouilles n’ont pas été exhaustives non plus sur toute l’étendue du monastère. Des ateliers de fonderie ont pu être installés dans les Communs, hors des périodes de grands travaux. Cela paraît même assez logique, bien que les installations de fonte retrouvées jusqu’à présent soient concentrées dans l’église ou à proximité. Aucune découverte de ce type n’a été faite dans le réfectoire ou aux alentours, ni dans la partie sud de la cour du cloître.

  • 28 F. Michaud-Fréjaville, « Naudin Bouchard, une carrière de fondeur Orléanais pendant la guerre de C (...)

61On peut aussi considérer que certaines cloches ont été fabriquées ailleurs et apportées ensuite au monastère. Il existe des exemples de cloches coulées à l’atelier et transportées jusqu’à leur clocher de destination, dès le début du xve siècle28. Cette pratique ne semble pas avoir été courante, et la plupart des fondeurs sont restés traditionnellement itinérants jusqu’au milieu du xixe siècle.

  • 29 ADF, 100J, sous-série 2H, « Procès-verbal du 13juillet 1603 de l’état dans lequel ont réduit l’abb (...)

62Quoi qu’il en soit, on sait par un procès-verbal de 1603 que, dans le dernier tiers du xvie siècle, l’abbaye possédait au moins trois grosses cloches29. On n’a pas de vestiges repérables de leur fabrication, ni d’ailleurs de celles qui les ont directement précédées.

  • 30 En mai 1993, profitant des échafaudages d’un chantier de restauration, nous avons eu la possibilit (...)

63Et pourtant, l’une d’entre elles, coulée pour l’abbaye, est conservée dans le clocher de l’église paroissiale : c’est la plus petite des deux cloches qu’il supporte30.

64D’un diamètre de 0,62 m à la pince pour une hauteur de corps de 0,55 m, elle est particulièrement décorée (fig. 9 et 10). Aux moulures du cerveau et de la partie basse de la jupe s’ajoute en effet une inscription se développant sur un double registre encadré de filets. L’écriture, de style gothique, est agrémentée de décorations : ostensoir encadré de deux colombes… Les lettres s’inscrivent dans un registre de 4,5 cm de hauteur. Bien que leurs gabarits aient été très raffinés et ornementés, elles sont bien formées, ce qui en facilite grandement la lecture. On peut ainsi lire :

† LAN MVCTXIIIPOR LABAIE DE LANTEGVENEC FAICTAU TEPS DE LP IEHAN DV VIELCHATEAU ABE DVDIT LIEV S GVENOLLOAY

  • 31 Dom N. Mars, op. cit., dans Pax, n° 44, octobre 1960, p. 96.

65Jean du Vieux-Châtel (†1522), fut le dernier abbé régulier du monastère avant l’introduction du système de la Commende : ses successeurs sont nommés par le roi et non plus élus par leurs frères. En 1648, Dom Noël Mars en parle ainsi : « Religieux de Landévennec dès l’an 1477, [il] fut eslu environ l’an 1497. Il semble que comme cet abbé devoit estre le dernier de la robbe, que la divine Providence l’inspira de faire travailler à plusieurs réparations, tant de l’abbaye de Landévennec qu’en ses Prieurez31. »

66Ses armoiries sont apposées à deux reprises sur la cloche de 1513, sur deux sceaux de 4 cm de largeur pour 6,8 cm de hauteur. On y voit, sous un dais, un personnage en robe, auréolé, tenant une crosse dans la main droite et un livre ouvert sur sa poitrine. Le traitement iconographique s’accompagne d’une inscription difficilement lisible :

ABATIS DE LANVENEC / IO DE VETERI CASTRO

67Les deux sceaux encadrent un médaillon rectangulaire de 7 cm de hauteur pour 5,4 cm de largeur. Ce dernier représente une Vierge à l’Enfant sous un dais gothique ornementé.

68Par ailleurs, le sceau de l’abbaye figure lui aussi sur la cloche. Il est circulaire (5 cm de diamètre), et représente une église sur fond d’hermines. Les inscriptions figurant autour des armes de l’abbaye sont difficilement déchiffrables, hormis (O) ? SB MONASTERIUM.

69L’usure de la pince donne visuellement à la cloche l’aspect d’un bord ébréché. Ce phénomène est sans doute aggravé par la corrosion due au milieu marin : la deuxième cloche du campanile, qui fut réalisée pour la paroisse, bien que plus récente (1703), présente le même aspect.

70Quand et comment cette cloche, coulée pour l’abbaye, a-t-elle été récupérée par la paroisse de Landévennec ? Cette dernière dépendait de l’abbaye, le « vicaire perpétuel » qui la desservait étant à nomination directe de l’abbé. Du reste, jusqu’à la construction de l’actuelle église paroissiale au milieu du xviie siècle près de Port-Maria, en bord de mer, le siège de la paroisse se trouvait juste à côté de l’entrée du monastère : si les vestiges de l’église ne sont plus visibles actuellement, le dernier état de l’enclos cimétérial est donné par les parcelles 1170 et 1171 du cadastre.

71Si l’on ne connaît pas de façon certaine la date du transfert, on peut émettre des hypothèses, qui sont loin d’être exclusives.

  • 32 Dom N. Mars, op. cit., dans Pax, n° 45, janvier 1961, p. 16-17.
  • 33 33. Ibid.

72La première consiste à envisager le don ou la vente d’une cloche à la paroisse sous l’abbatiat d’Arnoult ou Arnulphe Briant. Ce dernier fit en effet refaire la lanterne et « le grand clocher d’aprésent couvert d’ardoize, accompagné de plusieurs petits tourellons de mesme ». La date des travaux est connue par une inscription portée sur un pilier neuf à la croisée du transept : « L’an mil cinq cent quarante hoict ce pillier cy fut faict et construict avec ses arches, tour, et tout ce qui suit par honeste32. » La reconstruction du clocher nécessitait au préalable la dépose des cloches. Pourquoi ne pas envisager que cet abbé ait pu en profiter pour en offrir une à la paroisse ? Il se pourrait d’ailleurs que la raison première ait été la volonté de faire de la place pour une cloche qu’il aurait lui-même fait fondre, et portant ses armoiries. L’intérêt porté par cet abbé au clocher de l’abbatiale est manifeste : Noël Mars relate que « ses armes sont de tous les costez tant sur les murailles que dedans les vitres, qui sont d’azur à trois guidons d’or ». Il se fit de plus « enterrer dans un grand sépulcre de pierre, dessous le clocher33 ».

73Le fait que dans ce cas de figure ce soit une cloche neuve qui ait été offerte ou vendue, puisqu’elle n’avait que 35 ans, ne doit pas forcément surprendre. Les abbés n’étaient pas toujours très respectueux des travaux de leurs devanciers ou des signes de leur activité. Témoin le blason d’Henry Morillon découvert enfoui dans les fondations d’un mur postérieur.

74Cette hypothèse du transfert de la cloche du temps d’Arnulphe Briant pourrait être corroborée par l’histoire postérieure du monastère. En effet, un procès-verbal de 1603 nous apprend que les Mesgouez, bénéficiaires de l’abbaye entre 1577 et 1606, « auroienct prins aussy faict rendre et fondre en leur mannoir de Trevalet pour en servir de canon deux des plus grosses cloches de la dicte abbaye depuis peu des jours auroict ledict sieur Marquis faict abattre du clocher une aultre grosse cloche quy restoict à mesme dessein de la faire fondre et en servir de canons ».

75Un des témoins entendu par le Sénéchal de Carhaix, Hervé Le Magadur, maçon, dépose d’ailleurs avoir vu le « sieur de C/moalec faire descendre de la tour de ladicte abbaye une grosse cloche faire briser en pièces et porter au mannnoyre de Trevalet en des charrestes ».

76On ne peut exclure, cependant, que certaines en aient réchappé : on ignore en effet leur nombre initial. Dans cette seconde hypothèse, la cloche aurait été donnée à l’occasion de la construction de l’actuelle église paroissiale, bâtie dans les années 1652-1659, sous l’abbatiat de Pierre Tanguy, dont elle porte d’ailleurs les armes. Or celui-ci, avant d’accéder à la charge abbatiale, était vicaire perpétuel de Landévennec. On peut donc imaginer qu’il s’en soit souvenu, d’autant plus facilement que ses relations avec les moines, à qui aurait été retirée la cloche, étaient plutôt mauvaises…

77La cloche de Jean du Vieux Châtel, vieille de cinq siècles, est quasiment miraculée. Elle aurait pu être refondue, comme c’était souvent l’usage pour économiser le métal au moment de la fonte d’une cloche plus neuve. Lors des exactions des frères Mesgouez, elle a échappé à la fonte quand ceux-ci transforment en canons les cloches de l’abbaye. Elle a traversé sans dommages les guerres de la Ligue, puis la Révolution. Depuis cette époque, et malgré les avatars de la Communauté monastique, elle est restée une parcelle « vivante » de l’abbaye. À travers elle, la voix des moines n’a jamais cessé de se faire entendre à Landévennec.

ANNEXE

Sauf mention contraire, les photos et dessins sont l’œuvre des auteurs.

Sauf mention contraire, les photos et dessins sont l’œuvre des auteurs.

Fig. 1. – Structure métallurgique du viie siècle.

Fig. 2. – Technique de fabrication d’une cloche (dessin Véronique Bardel).

a : fabrication du noyau ;

b : séchage du noyau ;

c : ajustage du calibre ;

d : tournage de la fausse-cloche, puis de la chape ;

e : composition du moule ;

f : levage de la chape ;

g : enlèvement de la fausse-cloche ;

h : après remise en place de la chape, la fosse est remblayée et tassée, puis on procède à la coulée.

Fig. 3. – Emplacement du four à cloche du xie siècle.

1 : four ; 2 : fosse quadrangulaire ; 3 : canal de coulée ; 4 : rigole. La vignette de localisation indique les deux ateliers romans.

Fig. 4. – Restitution de la cloche du xie siècle, à partir d’un fragment de chape (d’après Stéphanie Rominger).

Fig. 5. – Coupe nord-sud du fourneau.

1 : substrat schisteux ; 2 : substrat argileux ; 3 : argile jaune ; 4 : argile ou schiste rubéfiés.

Fig. 6. – Emplacement du moule à cloche et base du four du xviie siècle.

Fig. 7. – Base du moule ou « meule » : la galette d’argile cuite qui recouvrait les pierres a été démontée lors de la fouille.

Fig. 8. – Coupe nord-sud de la base du moule.

1 : argile jaune ; 2 : argile cuite ; 3 : argile sableuse.

Fig. 9. – Cloche abbatiale de 1513.

Fig. 10. – Détail (médaillon).

Notes

1 L. Cochou, OSB, « Marie-Gwenolé », Chronique de Landévennec, 3e série, octobre 2000, n° 4, p. 145-147.

2 Datation Radiocarbone calibrée : intervalle 606-760 apr. J.-C. ; Ly-4972. Les datations proposées dans le texte sont toutes établies à partir des résultats du laboratoire, précisées et resserrées en fonction des données stratigraphiques.

3 C. Bourke, « Les cloches à main de la Bretagne primitive », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. CX, 1982, p. 347. Bourke date les cloches de bronze irlandaises de 700-900. Pour lui l’usage des cloches en Bretagne s’est répandu à partir de l’Irlande, via le pays de Galles, d’où l’important décalage chronologique qu’il propose.

4 P.-R. Giot, L. Fleuriot et G. Bernier, Les premiers Bretons, Chateaulin, 1982, p. 34. B. Merdrignac, « La vie quotidienne dans les monastères bretons du haut Moyen Âge à partir des Vitae carolingiennes », Landévennec et le monachisme Breton dans le haut Moyen Âge, Bannalec, 1986.

5 J.-M. Abgrall, « Quatre vieilles cloches et deux pierres sonnantes », Bulletin de la Société archéologique du Finistère t. XXII, 1895, p. 17-33. Y.-P. Castel, « Hir-Glaz, la cloche de Paul Aurélien », B. Tanguy, J. Irien, S. Falhun et Y.-P. Castel, Saint Paul Aurélien. Vie et culte, Minihi-Levenez, 1991, p. 143. Le point de départ de la datation est la remarque pertinente selon laquelle l’anneau de la cloche de saint Pol est déjà abîmé à la fin du IXe siècle (cf C Bourke, op. cit., p. 348). La datation avancée paraît cependant un peu trop étroite sur cette seule base.

6 C Bourke, op. cit., p. 341.

7 R Rodière, Les corps saints de Montreuil, Paris, 1901, p. 134.

8 C Bourke, op. cit., p. 348.

9 J-M Abgrall, op. cit., p. 23-24. B. Merdrignac, « Les cloches des saints celtiques », Ar Men, n° 35, p. 38.

10 Datation Radiocarbone calibrée : intervalle 978-1174 apr. J.-C. ; Gif-6445.

11 Pour les techniques de fabrication, cf. J. Nicourt, « Fabrication de cloches fondues. Permanence des techniques », Ethnologie française, nouvelle série, t. I, n° 3-4, 1971, p. 55-82. J. Proust, L’Encyclopédie Diderot et D’Alembert : planches et commentaires, Hachette, Paris, 1985, p. 525-527. Cf. aussi la figure 2 qui résume les principaux éléments caractéristiques d’une installation.

12 Cette technique est habituelle à l’époque. Cf. J. Nicourt, op. cit., p. 68 et 76. L. Guerra, « Una struttura per stampi di campana a San Daniele Del Friuli », Aquileia Nostra, Anno LXI, 1990, 312-322 et fig. 13. T. Gonon, « De l’intérêt de l’étude des structures campanaires (moules à cloche, four de fusion du métal) », Pages d’Archéologie médiévale en Rhône-Alpes, III-1996, p. 90.

13 Datation Radiocarbone calibrée : intervalle 961-1165 apr. J.-C. ; Gif-6444.

14 J-P Legua, « Un aspect du travail dans les villes armoricaines au Moyen Âge : la fabrication des canons et armes blanches », P. Benoît et D. Cailleaux, Hommes et travail du métal dans les villes médiévales, Paris, 1988, p. 195 et note 47 p. 209-210.

15 J-B Faivre, « Fondeurs de cloches ambulants du Bassigny : leur production en Gironde », Revue archéologique de Bordeaux, t. LXXXVI, 1995, p. 130 et 135. Relate entre autres un accident spectaculaire survenu en 1850 à cause d’infiltrations d’eau : lors de la coulée, le bâtiment abritant les fondeurs est soufflé par une explosion.

16 Datation Radiocarbone calibrée : intervalle 1050-1256 apr. J.-C. ; Ly-4971.

17 J Nicourt, op. cit., p. 72 : selon le moine Théophile, De diversiis artibus, fin XIe siècle ou début XIIe siècle, la distance entre moule et creuset ne doit pas dépasser cinq pieds.

18 Il n’a pas été fait d’analyses métallographiques des gouttelettes de bronze pour déterminer si l’alliage correspond à la composition d’une cloche (environ 78 % de cuivre, 22 % d’étain). L’identification a été faite à partir des fragments de moule.

19 Restitution effectuée par Stéphanie Rominger.

20 P.-R. Giot et J.-L. Monnier, « La cloche de Saint-Saturnin », Archéologie en Bretagne, n° 5, 1er trimestre 1975, p. 21. La cloche trouvée à Landévennec est en tous points comparable à celle de Saint-Urnel qui fait l’objet de l’article ci-contre, par sa datation, sa taille globale et le type de four utilisé.

21 J. Nicourt, op. cit., p. 72.

22 Mémorial de Landévennec, manuscrit latin 12703 de la Bibliothèque nationale, traduction père Marie maymard, OSB.

23 M. Simon, OSB, L’abbaye de Landévennec, de saint Guénolé à nos jours, Ouest-France, 1985, p. 93-94.

24 Mémorial de Landévennec., op. cit.

25 Ibid.

26 Dom N. Mars, « Histoire du Royal Monastère de S. Guénolé de Landévennec » (1648), Pax, n° 41, janvier 1960, p. 21.

27 Ibid. L’Histoire… et le Mémorial divergent sur la date du renouveau de la piété au Folgoat : 1644 pour l’un, 1643 pour l’autre.

28 F. Michaud-Fréjaville, « Naudin Bouchard, une carrière de fondeur Orléanais pendant la guerre de Cent Ans », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, 1991 (11) (92), p. 24.

29 ADF, 100J, sous-série 2H, « Procès-verbal du 13juillet 1603 de l’état dans lequel ont réduit l’abbaye les sieurs de Mesgouez et de la Roche ».

30 En mai 1993, profitant des échafaudages d’un chantier de restauration, nous avons eu la possibilité d’avoir accès aux cloches de l’église paroissiale dans de bonnes conditions. Les inscriptions mentionnées ci-après ont été déchiffrées par le père Filibert Guernalec, OSB, Loïc Bellec et Ronan Pérennec. Un descriptif des cloches a été publié par R. Lars, Landévennec, les cloches de l’église paroissiale, dactylographié, juin 1993.

31 Dom N. Mars, op. cit., dans Pax, n° 44, octobre 1960, p. 96.

32 Dom N. Mars, op. cit., dans Pax, n° 45, janvier 1961, p. 16-17.

33 33. Ibid.

Table des illustrations

Titre Sauf mention contraire, les photos et dessins sont l’œuvre des auteurs.
Légende Fig. 1. – Structure métallurgique du viie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-1.png
Fichier image/png, 7,2M
Légende Fig. 2. – Technique de fabrication d’une cloche (dessin Véronique Bardel).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Fig. 3. – Emplacement du four à cloche du xie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-3.png
Fichier image/png, 2,7M
Légende Fig. 4. – Restitution de la cloche du xie siècle, à partir d’un fragment de chape (d’après Stéphanie Rominger).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-4.png
Fichier image/png, 347k
Légende Fig. 5. – Coupe nord-sud du fourneau.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-5.png
Fichier image/png, 264k
Légende Fig. 6. – Emplacement du moule à cloche et base du four du xviie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-6.png
Fichier image/png, 129k
Légende Fig. 7. – Base du moule ou « meule » : la galette d’argile cuite qui recouvrait les pierres a été démontée lors de la fouille.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-7.png
Fichier image/png, 3,4M
Légende Fig. 8. – Coupe nord-sud de la base du moule.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-8.png
Fichier image/png, 437k
Légende Fig. 9. – Cloche abbatiale de 1513.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-9.png
Fichier image/png, 395k
Légende Fig. 10. – Détail (médaillon).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20146/img-10.png
Fichier image/png, 546k

Auteurs

IGE Laboratoire d’archéologie Pierre Merlat – CNRS UMR 6566 / Architecte départemental
IGE Laboratoire d’archéologie Pierre Merlat – CNRS UMR 6566 / Architecte départemental

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540