Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Première partie. « L'échelle de Jacob » : le monachisme celtique du ciel à la terre

Pental, saint Samson et saint Thuriau

Michel Debary

Texte intégral

  • 1 Jean Fournée, « Le culte populaire des saints bretons en Normandie », Questions d’Histoire de Bret (...)

« Le séjour de Saint Samson sur le territoire de la future Monarchie s’est concrétisé en plein vie siècle par la fondation du monastère de Pental dans la vallée de la basse Risle, près de l’estuaire de la Seine, grâce à une concession territoriale du roi Childebert. Non loin de là fut créé un autre monastère breton à Pennante, dont la localisation est imprécise. L’un et l’autre disparurent au ixe siècle, détruits par les Vikings. Ils ne furent pas rétablis, mais ce qui subsista jusqu’à la Révolution ce fut l’exemption de Dol autrement dit une enclave de l’évêché de Dol, situé au nord de Pont-Audemer et comprenant les paroisses de La Roque-sur-Risle, Saint-Samson-sur-Risle, le Marais-Vernier et Conteville, l’ensemble correspondant sans doute au Domaine de l’abbaye de Pental (et peut-être de celle de Pennante). Par contre la tutelle de Dol sur les îles de la Manche disparut quand fut rétabli au xie siècle l’évêché de Coutance1. »

  • 2 Ibid., p. 315.

1Ces quelques lignes du docteur Fournée sont à rapprocher de celles qu’il a consacrées2 à saint Thurien :

« Pour saint Thurien, alias Thuriau, ou Turiaf, évêque de Dol au viiie siècle, je ne connais d’autre implantation normande de son culte que la paroisse qui porte son nom et qui est précisément située en pleine zone doloise : Saint-Thurien (Eure, canton de Quillebœuf). Il est de tradition que ce saint termina sa vie au monastère de la CroixSaint-Leufroy (Eure, canton de Gaillon). »

2À partir de ces quelques lignes, il a paru intéressant de poursuivre une enquête sur la diffusion du culte de ces deux saints hors la Bretagne, tant à partir de Dol que de son enclave. L’histoire de cette dernière n’a jamais été élucidée de façon complète : les Bretons, bien que connaissant son existence, répugnaient à étudier l’évolution de l’enclave dolaise en Normandie et les Normands avaient tendance à considérer les moines bretons installés dans l’enclave comme des intrus.

  • 3 Dom Jean Laporte, OSB, « Saint-Wandrille. Saint Germain, Childebert et saint Samson », Mémorial du (...)

3Pental a constitué un relais extrêmement important : les moines de Dol y faisaient escale avant de remonter la Seine. Dans une étude fort intéressante intitulée « Saint Germain, Childebert et Saint Samson3 », Dom Jean Laporte écrit :

« Pental formait une escale obligée ; le bateau pouvait “poser” en attendant l’heure de la marée, au port des moines situé au bas de la vallée de la Risle, à deux kilomètres environ du monastère primitif appelé aujourd’hui Saint-Samson-sur-Risle, et où avait été fondé un nouveau monastère appelé Pennante, dont il est question dans le Testament de saint Ansegise et le Martyrologe hieronymien. Un peu plus loin dans l’estuaire du fleuve, les Bretons pouvaient s’ancrer de nouveau au port de Logium, à un mille à peine de l’abbaye de Saint-Wandrille qui paraît avoir volontiers frayé avec les religieux de leur nation. »

4Ces quelques lignes ont le mérite, non seulement de permettre une identification de Pennante, mais encore d’expliquer pourquoi l’abbaye de Saint-Wandrille a possédé très anciennement des reliques de saint Samson et aussi comment des relations suivies ont pu exister avec l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, fondée par le roi Childebert, celui-là même qui avait fait don à Saint-Samson du territoire de Pental.

  • 4 Lucien Musset, « La question du Pentale ou de Saint-Samson-sur-Risle », Annuaire des cinq Départem (...)

5Elles justifient pleinement l’opinion émise par le professeur Lucien Musset selon lequel « la question de Pental (ou de Saint-Samson-sur-Risle) est sans doute l’une des plus intéressantes et des plus complexes qui se posent à l’histoire et à l’archéologie ecclésiastiques du Moyen Âge normand4 ». De plus la présence de Baudry de Bourgueil en ce lieu vers 1129 lors de la triple dédicace renouvelée à Notre-Dame, saint Pierre et saint Samson ne fait que rehausser l’intérêt du site. C’est sans doute à partir de celui-ci que s’est réalisé, non seulement en Normandie, mais également en Île-de-France, l’essor du culte des saints Samson, Thuriau, Malo et autres saints bretons.

  • 5 Pierre Flobert, La Vie ancienne de saint Samson de Dol – texte édité, traduit et commenté, Paris, (...)

6Dans la présente étude nous nous sommes borné à examiner quelques points relatifs à l’extension des cultes de saint Samson et de saint Thuriau, très conscient du caractère forcément fragmentaire et incomplet d’une telle approche, d’autant que la documentation ancienne fait fréquemment défaut. L’édition récente la Vie ancienne de saint Samson de Dol, réalisée par monsieur Pierre Flobert et ses commentaires nous a été d’un grand secours5.

Saint Samson

7Il n’entre pas dans notre propos d’examiner un par un les divers lieux où saint Samson a été l’objet d’un culte hors de Bretagne. Une telle étude dépasserait les limites d’un simple article. Nous nous contenterons de retenir quelques lieux qui nous ont paru particulièrement significatifs.

  • 6 F.Duine, Catalogue des sources hagiographiques pour l’histoire de Bretagne jusqu’à la fin du xiie (...)

81) Il existe dans le diocèse de Beauvais (Oise) une ancienne paroisse qui porte le nom de Saint-Germer-de-Fly. D’après la vie de ce saint, Duine, qui la situe antérieurement à 851, nous rappelle6 qu’en 649, à l’invitation de Clovis II, saint Ouen, archevêque de Rouen, tonsura Germer et lui donna l’abbatiat de Pental. Les moines bretons étaient nombreux mais indisciplinés et Germer dut se retirer dans une grotte d’où Samson avait chassé un serpent. Ce document a l’avantage de nous montrer que le culte de Samson était vivace dans la région de Pental bien que la seule autorité épiscopale qui s’exerçait sur le monastère était celle de l’évêque de Rouen.

  • 7 Les textes sur l’abbaye durant le haut Moyen Âge, pour incomplets qu’ils soient, nous permettent d (...)
  • 8 Jacques Henriet, « Un édifice de la première génération gothique : l’abbatiale de Saint-Germer-de- (...)

9Saint Germer quitta Pental et vint fonder l’abbaye qui porta son nom. Elle prospéra rapidement mais lors des invasions normandes les moines vinrent se réfugier à Beauvais, à la cathédrale Saint-Pierre apportant avec eux les reliques de leur saint fondateur. Le retour à Saint-Germer d’une partie des reliques du saint intervint sous l’abbatiat d’Eudes qui occupait cette charge depuis 1126 et qui avait déployé de grands efforts pour cette restitution. Un an plus tard, en 1133 l’abbé Eudes devenait évêque de Beauvais7. C’est alors que l’abbaye fut reconstruite, bénéficiant de circonstances exceptionnellement favorables8.

10À la faveur de ces événements que nous avons brièvement relatés, le culte de saint Samson, introduit par Germer dans l’abbaye fondée par lui, se développa dans toute la région. Un exemple significatif est celui de Clermont : un château existait très anciennement en ce lieu. Pendant longtemps il n’y eut pas d’autre église que celle de la collégiale, située à l’intérieur du château et dédiée à Notre-Dame. La nouvelle église paroissiale, dont la date de construction est incertaine, a été consacrée par l’évêque de Beauvais Jean de Marigny sous le vocable de saint Samson, évêque de Dol en 1327.

  • 9 Claude Teillet, Histoire de Clermont en Beauvaisis, Paris, 1995, p. 161.

11Le chapitre fondateur assura le service. Les chanoines en avaient la charge à tour de rôle, puis ils élurent comme curé l’un d’entre eux et obtinrent en 1489 une bulle du pape Innocent VIII qui consacra l’union de la cure à la vineuse. Incendiée pendant la guerre de Cent Ans, elle fut restaurée en 1495. Il en résulta une deuxième dédicace en 1506 par Louis de Villiers-de-l’Isle-Adam, évêque de Beauvais qui fixa la célébration de la fête de saint Samson le 28 juillet. On y faisait mémoire le 7 juillet de la translation des reliques du saint patron, obtenues en 1652 par Mgr Choart de Buzenval, évêque de Beauvais, qui les avait lui-même reçues du supérieur de Saint-Magloire de Paris9.

12Par ailleurs il faut savoir que, selon deux chartes datant respectivement de la fin du xie siècle et du milieu du xiie siècle, Hugues de Clermont et Renaud son fils, avaient donné à l’abbaye de Saint-Germer-de-Fly le prieuré et l’église de Breuil le Vert, village limitrophe de Clermont, et il en résulte que les terres de cette paroisse touchaient aux murs de la forteresse de Clermont, car toute l’actuelle ville basse était alors comprise dans la paroisse de Breuil-le-Vert. Le culte de saint Samson à Clermont y a donc été introduit par l’intermédiaire de Saint-Germer-de-Fly.

132) Il serait intéressant de rechercher s’il en a été de même en ce qui concerne les autres lieux de culte de saint Samson dans le Beauvaisis. Cette quête n’est malheureusement pas toujours aisée, faute de documents anciens. Citons, à titre d’exemple, l’église Saint-Samson à La Roche-Guyon (Val d’Oise). Elle a été implantée certainement à une époque ancienne mais le monument actuel ne remonte pas au-delà du xve siècle. Près de cet édifice il existe la rue du cloître Saint-Samson. Ce nom a pour origine le fait que l’église possède dans un reliquaire un bras de notre saint. Comment cette relique est-elle parvenue en ce lieu ?

  • 10 Josiane Toussaint, Saint-Germer-de-Fly. Histoire et petites histoires, Lumeray, 1990, p. 18.

14Je n’ai pas encore trouvé l’explication de ce mystère. J’ai toutefois constaté un fait troublant. Dans la vie de saint Germer il est indiqué que celui-ci, avant de devenir moine, dévote. Tous deux auraient fondé le monastère de Saint-Pierre-au-Bois10, devenu par la suite l’abbaye de Saint-Germer-de-Fly. La présence du bras de saint Samson à La Roche-Guyon aurait-il un rapport avec ce mariage, ou faut-il y voir un apport de reliques à partir de Saint-Magloire de Paris ?

Saint Thuriau

  • 11 F. Duine, Vie antique et inédite de saint Turiau, Rennes, 1912, p. 27.

15Duine expédie promptement la question du transfert des reliques de saint Thuriau hors de Bretagne en écrivant11 : « Le culte de saint Thuriau en diverses parties de la France tient purement à l’exode du corps saint et à son entrée, au xe siècle, dans l’illustre abbaye de Saint-Germain-des-Prés. » Or précisément cet exode mérite d’être étudié avec attention. Duine lui-même a vu le problème qui se posait concernant le trajet suivi par les reliques de notre saint dès lors que celles-ci n’ont pas gagné directement Paris mais ont, avant l’exode dû aux invasions normandes, séjourné à l’abbaye de la Croix-Saint-Leufroy dans l’Eure, non loin d’Évreux. Cette abbaye, peu connue en Bretagne, avait été fondée dans les circonstances suivantes, selon la tradition.

16Un soir de 649 saint Ouen, archevêque de Rouen, revenait en chariot d’un concile tenu à Clichy. Il s’égara dans la région boisée et marécageuse de la vallée de l’Eure ad fines Madriacensis ; il pria et alors lui apparut une croix lumineuse qui le guida : en reconnaissance, il fit élever à cet emplacement une croix de pierre, enrichie de reliques, devant laquelle la foule prit l’habitude de se rendre en pèlerinage. Or un pieux ermite nommé Leufroy, originaire de la région, fut encouragé par saint Ansbert, évêque de Rouen, quelque temps après, à aller évangéliser la contrée. Leufroy s’arrêta à la CroixSaint-Ouen et y fonda un ermitage en l’honneur de la sainte Croix, des saints Apôtres et de saint Ouen, lequel s’appela bientôt la Croix-Saint-Ouen. Par la suite il prit le nom de son fondateur. Leufroy serait mort en 738. Son frère Agofroi lui aurait succédé. Le cercueil de saint Leufroy fut transféré de l’église paroissiale Saint-Paul dans l’abbatiale en 851.

17En 872, sous le cinquième abbé, arrivèrent les Normands. Les religieux de la Croix-Saint-Leufroy durent s’enfuir et aller trouver refuge dans Paris à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés où ils apportèrent, entre autres reliques, celles des saints Leufroy et Thuriau. Comment les reliques de ce dernier se trouvaient-elles à la Croix-Saint-Leufroy ?

18Deux versions contradictoires existent à ce sujet. Selon Duine

  • 12 F. Duine, Inventaire liturgique de l’hagiographie bretonne, Paris, 1922, p. 261-262.

« […] à Saint-Germain-des-Prés, postérieurement à la secunda vita Turiavi, s’est établie la légende de la retraite de Turiau au monastère de la Croix-Saint-Leufroy, et cette légende s’est conservée jusque dans le bréviaire de Chartres de 1873. Elle est née du fait que, dans la première moitié du ixe siècle, un évêque de Dol fut abbé de la Croix-Saint-Leufroy et que des reliques de saint Turiau furent probablement vénérées en ce lieu, et les deux saints, Leufroy et Turiau, avaient la même chapelle à Saint-Germain-des-Prés12. »

19Que Thuriau ait fini ses jours à la Croix-Saint-Leufroy ou que ses reliques y aient été apportées après sa mort, peu importe. Ce qui est certain, c’est que cette abbaye possédait ses reliques. Il est avéré également que lors des invasions normandes elles quittèrent ce monastère et furent apportées avec celles de saint Leufroy à l’abbaye Saint-Germain-des-Prés à Paris.

  • 13 Dom Bouillart, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Germain-des-Prez, Paris, 1724, p. 60.

20Selon Dom Bouillart, historien de ce prestigieux monastère, elles arrivèrent à Paris en compagnie de celles de saint Ouen et de saint Agofroy13. Dom Bouillart raconte que bien des années après, une fois la paix rétablie dans le pays, les religieux de la CroixSaint-Leufroy

  • 14 Ibid., p. 62.

« […] voulurent s’en retourner dans leur monastère pour le rebâtir et y demeurer comme auparavant. Les religieux de Saint-Germain ne voulant pas les retenir contre leur gré, les laissèrent aller et cédèrent les biens dont ils jouissaient avant leur union, mais pour conserver le souvenir de l’hospitalité qu’ils leur avaient rendue ils retinrent les corps de saint Leufroy et de saint Thurieu, à l’exception d’un bras de leur saint patron qu’ils leur permirent d’emporter14. »

21Ces quelques phrases ne semblent pas correspondre entièrement à la vérité. Certes, l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés a conservé jusqu’à la Révolution des reliques de saint Leufroy et de saint Thuriau. Dom Bouillart nous fournit d’ailleurs des précisions intéressantes à cet égard. Dans sa description du Trésor des saintes Reliques il nous dit que

« […] le Trésor est placé dans la sacristie située au septentrion de l’église. Les saintes Reliques y sont conservées excepté les corps saints, c’est-à-dire le corps de saint Germain, évêque de Paris et patron de l’abbaye qui est exposé comme on l’a déjà dit, sur le grand autel ; ceux de saint Droctové, premier abbé du monastère, de saint Venant, abbé de Saint-Martin de Tours, de saint Amand, évêque de Mastric, de saint Leufroy, abbé de Saint-Thuriade, archevêque de Dol en Bretagne et des saints martyrs Georges et Aurèle dont les châsses de bois doré sont placées aux piliers du chœur et de la croisée qui couronnent le grand autel ».

  • 15 Ibid., p. 313.

22Dans l’ouvrage de Dom Bouillart figurent des planches. Sur la quatrième, on peut lire : « C- autre reliquaire d’argent où est enchâssé un os du bras de saint Thuriau par Madame de Champ en 1633. […] G- Petit reliquaire d’argent où sont des petits ossements de saint Blaise, de saint Thuriau, de sainte Madeleine et un petit fragment de son tombeau (15).15 » Le même auteur nous explique que les reliques de saint Amand, évêque de Mastric, dont il a été question plus haut, furent découvertes par les moines de Saint-Germain derrière l’autel de la chapelle de saint Thuriade où elles avaient été cachées.

  • 16 Philippe Plagnieux, « L’abbatiale de Saint-Germain-des-Prés et les débuts de l’architecture gothiq (...)

23Ce qui est plus intéressant, c’est qu’il a été possible de localiser dans l’église abbatiale de Saint-Germain la chapelle de saint Thuriau, grâce à un plan de l’église abbatiale et de ses aménagements avant 1644, levé par les Mauristes avant les transformations qu’ils réalisèrent dans l’église. Cette chapelle était située derrière le maître-autel, juste à côté de la chapelle de la Sainte Vierge. Le plan a été reproduit dans un article que monsieur Philippe Plagnieux a consacré à l’abbatiale de Saint-Germain-des-Prés et les débuts de l’architecture gothique16. Un autre plan, légèrement postérieur au premier puisqu’il date de 1656, nous montre que des transformations furent opérées dans l’église entre ces deux dates.

24L’ouvrage de Dom Bouillart contient un plan selon lequel la chapelle de saint Thuriau, à l’époque à laquelle son ouvrage fut rédigé, soit en 1724, était désormais consacrée à saint Félix. Néanmoins saint Thuriau était devenu célèbre à Paris où sa fête était de précepte. Albert le Grand nous raconte que l’on avait coutume, quand la sécheresse était excessive, de porter en solennelle procession le corps de saint Thuriau et par son intercession les Parisiens obtenaient la pluie. Cette faveur se rattache à la croyance selon laquelle Saint Thuriau avait le pouvoir d’éteindre les incendies. Albert le Grand relate qu’une hôtellerie parisienne où se trouvaient entreposés du foin et de la paille avait pris feu une nuit. On alla à Saint-Germain-des-Prés « d’où les moines apportèrent révéremment les saintes châsses, lesquelles ils opposèrent au feu qui, en leur présence (chose merveilleuse), s’éteignit entièrement, dont tous les assistants rendirent grâces à Dieu et au Saint Prelat et fut rapporté son Saint Corps à Saint-Germain et posé dans son reliquaire sur l’autel de Saint Michel ».

25Un miracle analogue est encore rapporté par le bon chroniqueur qui nous narre l’accident d’un architecte qui avait prétendu faire travailler des ouvriers parisiens le jour de la fête de saint Thuriau. L’édifice s’effondra, les ouvriers parisiens, sains et saufs, promirent de ne plus recommencer mais l’architecte, qui les avait induits à mépriser la célébration de la fête, se rompit le cou et demeura brisé sous les ruines. Voilà donc les preuves du culte assidu rendu à saint Thuriau à Paris jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

  • 17 Michel Debary, « Les transferts des reliques de saint Tugdual hors de Bretagne », Brittania Monast (...)
  • 18 Chanoine Yves Delaporte, « Les vitraux de la chapelle saint Piat », Mémoires de la Société archéol (...)
  • 19 Dom Bouillart, op. cit., p. 216.

26Une question se pose alors : le culte du saint a-t-il rayonné autour de Paris ? On serait tenté de répondre négativement mais la présence à Chartres dans la chapelle Saint-Piat, située derrière le chœur de la cathédrale, d’un vitrail représentant saint Thuriau, à côté d’un autre vitrail où figure saint Tugdual, pose problème. En effet, si le vitrail de saint Tugdual s’explique par la présence très ancienne de reliques de ce saint dans le Trésor de la Cathédrale17, celui de saint Thuriau n’est pas conforté par la présence de reliques de ce saint à Chartres. On ne peut rien affirmer concernant l’origine du culte de saint Thuriau à Chartres, il faut seulement retenir que son vitrail a été fabriqué vers 135018. En revanche, Dom Bouillart19, toujours lui, nous apprend qu’

« […] au mois de juin 1661, le curé et les habitants de Landivisiau en basse Bretagne présentèrent une requête aux religieux de Saint-Germain pour avoir quelque relique de saint Thuriane, archevêque de Dol et patron de leur église. On leur accorda le 15 mars 1662 l’os du bras appelé humérus qui fut enchâssé au bas d’un reliquaire d’argent qu’ils avaient fait faire pour ce sujet ».

  • 20 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère, Tours, 1990, (...)

27Et voilà comment l’humérus de saint Thuriau arriva à Landivisiau, dans une ville dont le nom n’a rien à voir avec notre vieux saint, selon Bernard Tanguy20.

28Nous avons dit que les reliques de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, profanées à la Révolution, ont disparu. Mais, heureusement, il n’en va pas de même des reliques revenues à la Croix-Saint-Leufroy. L’abbaye a disparu mais dans l’église paroissiale j’ai découvert, en juillet 2003, négligemment posée sur le dessus d’une armoire dans un bras du transept, une série de bustes reliquaires portant les noms de saint Ouen, saint Agofroi, saint Thuriau et saint Barsenor (ancien abbé de la Croix-Saint-Leufroy), à côté d’une chapelle reliquaire contenant les reliques de saint Leufroy. Il en résulte que les moines de la Croix-Saint-Leufroy avaient réussi à obtenir de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés la rétrocession de quelques reliques de notre vieux saint breton.

29En conclusion, nous souhaitons que cette approche très imparfaite puisse inciter les lecteurs à poursuivre et à compléter cette recherche des souvenirs du culte de nos saints bretons hors de Bretagne et nous serions heureux de recevoir toute précision complémentaire, voire toute observation critique permettant d’améliorer cette étude.

Notes

1 Jean Fournée, « Le culte populaire des saints bretons en Normandie », Questions d’Histoire de Bretagne, 107e Congrès national des sociétés savantes, Brest, 1982, p. 301-322.

2 Ibid., p. 315.

3 Dom Jean Laporte, OSB, « Saint-Wandrille. Saint Germain, Childebert et saint Samson », Mémorial du XIVe centenaire de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Revue de l’histoire de l’Église de France, t. 93, 1957, p. 33 sqq.

4 Lucien Musset, « La question du Pentale ou de Saint-Samson-sur-Risle », Annuaire des cinq Départements de Normandie, congrès de Pont-Audemer, 1961, Caen 1962.

5 Pierre Flobert, La Vie ancienne de saint Samson de Dol – texte édité, traduit et commenté, Paris, 1997.

6 F.Duine, Catalogue des sources hagiographiques pour l’histoire de Bretagne jusqu’à la fin du xiie siècle, Paris, 1922, p. 35-36.

7 Les textes sur l’abbaye durant le haut Moyen Âge, pour incomplets qu’ils soient, nous permettent de saisir quelques-unes des étapes de son histoire : fondation au viie siècle par saint Germer qui fut, dans sa jeunesse, le compagnon de saint Ouen, de saint Wandrille et de saint Philibert, et reconstruction au début du ixe siècle par Anségise (807-833), l’un des proches de Charlemagne. Confiée par Charles le Chauve à Hincmar avant que celui-ci n’accède à l’archevêché de Reims en 845, ravagée par les Normands en 851, l’abbaye fut donnée à l’évêché de Beauvais en 863 par le même Charles le Chauve et elle en dépendit, ce qui est très important, jusqu’à la Révolution.

8 Jacques Henriet, « Un édifice de la première génération gothique : l’abbatiale de Saint-Germer-de-Fly », Bulletin monumental, Société française d’archéologie, t. 143-II, 1985, p. 93-142.

9 Claude Teillet, Histoire de Clermont en Beauvaisis, Paris, 1995, p. 161.

10 Josiane Toussaint, Saint-Germer-de-Fly. Histoire et petites histoires, Lumeray, 1990, p. 18.

11 F. Duine, Vie antique et inédite de saint Turiau, Rennes, 1912, p. 27.

12 F. Duine, Inventaire liturgique de l’hagiographie bretonne, Paris, 1922, p. 261-262.

13 Dom Bouillart, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Germain-des-Prez, Paris, 1724, p. 60.

14 Ibid., p. 62.

15 Ibid., p. 313.

16 Philippe Plagnieux, « L’abbatiale de Saint-Germain-des-Prés et les débuts de l’architecture gothique », Bulletin monumental, Société française d’archéologie, t. 158-I, 2000, p. 7-86.

17 Michel Debary, « Les transferts des reliques de saint Tugdual hors de Bretagne », Brittania Monastica, n° 7, Rennes, 2003, p. 46.

18 Chanoine Yves Delaporte, « Les vitraux de la chapelle saint Piat », Mémoires de la Société archéologique d’Eure-et-Loir, t. XV (1915-1922), p. 33-58.

19 Dom Bouillart, op. cit., p. 216.

20 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère, Tours, 1990, p. 105.

Auteur

Magistrat honoraire à la cour d’appel de Versailles

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540