Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Première partie. « L'échelle de Jacob » : le monachisme celtique du ciel à la terre

Deux ermites du pays nantais au VIe siècle : Friard et Secondel

Noël-Yves Tonnerre

Texte intégral

  • 1 Sur Nantes antique, capitale de la cité des Namnètes mais aussi ville frontière puisque Rezé est e (...)
  • 2 Sur les informations apportées par Grégoire de Tours sur les luttes entre Bretons et Francs on lir (...)
  • 3 Il apparaît bien comme le défenseur de la cité. Son rôle est tout à fait comparable à celui de ses (...)
  • 4 En relation avec le bassin de la Loire et l’Aquitaine, Nantes s’ouvre aux relations commerciales, (...)

1L’historien aborde toujours le vie siècle nantais avec un vif intérêt. Certes, dès le ive siècle l’estuaire de la Loire est vraiment entré dans l’histoire en devenant un centre stratégique majeur du Tractus Armoricanus et nervicanus mais en dehors de quelques documents administratifs du Bas-Empire nos sources restent pauvres et essentiellement archéologiques1. Les débuts de la période mérovingienne nous offrent par contre une convergence exceptionnelle de sources en attendant de nouveau une période obscure de deux siècles. Grégoire de Tours est ici le témoin irremplaçable. Évêque de Tours, il défend son autorité sur toute la troisième Lyonnaise et ses rapports avec Félix sont loin d’être excellents. L’essentiel pour nous est qu’il soit bien informé sur ce qui se passait dans la province ecclésiastique qu’il dirigeait. C’est grâce à lui que nous connaissons les démêlés entre Francs et Bretons à partir de la mort de Childebert (558), conflit qui touche le comté nantais du fait des offensives de Waroc à partir du Vannetais2. Autre écrivain de l’époque, Fortunat, le grand évêque de Poitiers, d’origine italienne dépeint avec admiration et préciosité l’œuvre de Félix qui a gouverné l’Église de Nantes de 549 à 582. Au passage il replace Félix dans un lignage aristocratique qui a dominé pendant près de deux siècles l’episcopatus nantais. On comprend par là l’autorité dont dispose l’évêque3. À côté de ces sources écrites le vie siècle nous offre aussi les témoignages archéologiques d’une véritable prospérité économique. On peut en effet parler ici d’un essor et non d’une renaissance car il n’est pas du tout sûr que la cité des Namnètes ait connu une dynamique comparable au temps de la Paix romaine. Nous retiendrons bien sûr ici les traces laissées par l’exploitation des minerais, en particulier des mines d’étain autour d’Abbaretz, les tiers de sous fabriqués par l’atelier monétaire de Nantes sans oublier les pièces provenant d’autres ateliers parfois lointains ou encore les enquêtes palynologiques qui témoignent partout d’un renouveau des cultures4.

  • 5 Ces premiers édifices chrétiens datent du ive siècle. L. Maitre, « De la forme et de l’âge des pre (...)
  • 6 On sait que ce martyr milanais a fait l’objet d’une grande vénération en Gaule méridionale. C’est (...)
  • 7 Une basilique devait immortaliser sa mémoire sur une colline dominant l’Erdre, à l’ouest de la cit (...)
  • 8 Parmi ces évêques du ve siècle, il faut mentionner la figure de Léon qui serait venu de Grèce. Il (...)

2Cette richesse, relative bien sûr, du comté nantais et ce dynamisme des échanges expliquent que le diocèse de Nantes ait été le premier foyer du christianisme de l’Armorique. Les découvertes archéologiques du xixe siècle ont montré des lieux de culte précoces tout autour de la Basse-Loire : à Anetz, à Nantes et à Rezé5. Sans aucun doute la vallée de la Loire et les principales voies romaines ont été des axes d’évangélisation, Tours et Poitiers ayant été des relais essentiels. Mais le pays nantais a bénéficié de relations encore plus lointaines. La présence d’une basilique dédiée à saint Nazaire au nord de l’estuaire de la Loire prouve des relations avec l’Italie du Nord, au moins au ve siècle6. Plus nettement encore les briques quadrangulaires, appelées improprement estampées, se retrouvent en Afrique romaine. C’est sans doute après l’édit de Milan de 313 que l’évêché a été définitivement établi. Si les deux premiers évêques de la liste épiscopale, Clair et Ennius, sont totalement inconnus, le troisième évêque Similien qui a dû diriger l’évêché au cours du deuxième tiers du ive siècle a fait l’objet d’une grande vénération. Grégoire de Tours en témoigne7. Au ve siècle les évêques participent aux conciles de la province de Tours8.

  • 9 Parmi les premiers vici ayant reçu une église baptismale signalons Guérande, Béré, Campbon, et au (...)

3Quand Félix devient évêque de Nantes en 549 l’évangélisation a commencé depuis deux siècles et on peut penser que des lieux de culte sont déjà établis dans plusieurs vici9. Félix fut donc à la fois un organisateur et un évangélisateur. Son rôle dans la mise en place des structures de l’Église est bien connu. C’est lui qui acheva la première cathédrale dont le chantier avait été lancé par son prédécesseur. Il participa à plusieurs conciles, à Paris en 556-572 et 573 ainsi qu’à Tours de 567 ; il rencontre fréquemment les évêques voisins de son diocèse. On le voit également s’intéresser au monachisme et avec ses collègues de Paris, Tours, Le Mans, Rennes et Angers écrire à Radegonde, femme de Clotaire devenue moniale à Poitiers.

  • 10 Comme on va le voir plus loin, il est venu jusqu’en Brière assister aux derniers moments de Friard (...)
  • 11 Vita Martini vertaviensis MGH SRM, t. III : Hanovre, 1896, p. 564-575. Sur Martin de Vertou, J.-P. (...)
  • 12 Le pagus de Tiffauges doit son nom aux Taifales, mercenaires barbares d’origine iranienne, install (...)

4L’action de Félix pour l’évangélisation des campagnes est, elle, connue indirectement. Il a certainement circulé à l’intérieur de son diocèse10 mais il n’a pas dû participer lui-même à l’évangélisation. Il a confié cette mission à des clercs qu’il connaissait. Le plus célèbre est Martin de Vertou mais c’est aussi le moins connu car sa Vie a été écrite au xe siècle par Liétaud de Micy et elle contient de nombreux épisodes légendaires11. Incontestablement Martin a été ordonné diacre par Félix. Envoyé par lui au sud de la Loire, il fonde dans le diocèse de Poitiers les monastères de Vertou et de Durinum (Montaigu). Comme il n’est pas mentionné par l’évêque de Tours on peut présumer que son activité missionnaire s’est surtout déroulée dans le dernier quart du vie siècle et qu’il est mort au début du viie siècle. Le nombre élevé de paroisses dédiées à Martin laisse penser que l’apostolat du saint a couvert un espace assez étendu : le pagus de Tiffauges et celui des Mauges où la présence de mercenaires barbares a pu favoriser un retour au paganisme12, le nord-ouest du Nantais autour de Lavau et une zone au cœur de l’Anjou autour du Lion-d’Angers.

5Deux autres personnages, Friard et Secondel, également proches de Félix, ont une existence historique beaucoup plus clairement attestée car leur Vie a été écrite par un contemporain célèbre : Grégoire de Tours. Malheureusement leur mémoire est restée réservée à une petite paroisse du Nantais : Besné.

  • 13 La vita de Friard, comme l’ensemble des Vitae patrum de Grégoire de Tours, a été éditée dans les M (...)
  • 14 Vita Friardi, p. 256.
  • 15 C’est sans doute au cours du vie siècle que le cordon de terre séparant la Brière de la Loire a ét (...)
  • 16 C’est la paléobotanique qui nous offre les renseignements les plus sûrs. Parallèlement à l’invasio (...)

6Friard est issu d’une famille de cultivateurs. La vita13 ne mentionne aucun séjour dans la ville épiscopale, ce qui laisse présumer une éducation très rudimentaire. Très vite il fut appelé aux travaux des champs mais, déjà animé d’une foi profonde, il consacrait beaucoup de temps à la prière. Une telle attitude lui vaut de nombreuses railleries de ses voisins visiblement encore proches du paganisme. Méprisé, Friard reste inébranlable dans sa foi et est réconforté par un premier miracle. Lors d’une chaude après-midi d’été qui avait vu tous les paysans se rassembler pour couper le blé, il réussit à chasser un essaim de guêpes qui s’étaient abattues sur les moissonneurs14. Parvenu à l’âge mûr, Friard renonce complètement au monde et s’installe sur l’île de Vindunita. Un texte postérieur identifie ce lieu comme étant Besné au nord-ouest de la Brière. Ce choix de la Brière n’est certainement pas dû au hasard. La Brière est, à partir du début du vie siècle, régulièrement envahie par l’eau de mer du fait de la destruction du cordon littoral qui la séparait de l’estuaire de la Loire. Elle offre donc un grand nombre d’îles propices à la vie solitaire15. Mais en même temps la Brière est devenue un espace stratégique puisqu’à l’ouest la péninsule guérandaise est en cours de colonisation par les Bretons. On peut donc penser que l’implantation monastique a aussi pour but de renforcer le contrôle d’une zone frontière. On peut d’ailleurs ajouter que les rives de la Brière connaissent un accroissement démographique important au cours de cette période. Ce qui montre bien que la notion de désert est finalement relative16.

  • 17 Jusqu’en 558 le comté nantais fait partie du royaume de Childebert : c’est à la mort de celui-ci q (...)

7Friard n’arrive pas seul, il est accompagné de Secondel, un diacre nantais ordonné par Félix, ce qui suppose dès le départ un lien avec le pouvoir épiscopal, et puis il y a un officier de Clotaire, Sabaudus qui quittera assez vite la Brière17. Même si le terme monasterium est employé par Grégoire de Tours, ne voyons pas un établissement monastique très organisé. Imaginons plutôt quelques huttes de bois et de branchages disséminés sur l’île et un modeste oratoire au milieu de l’espace. Friard est bien le chef de cette communauté mais les moines ont chacun leur propre habitation avec un jardin pour travailler la terre. La communauté se retrouve pour les moments forts, en particulier la messe dominicale. Signalons aussi que la plupart de ces moines, y compris Friard, ne sont pas prêtres, ce qui est le cas de la plupart des moines avant la réforme de Benoît d’Aniane au ixe siècle.

  • 18 Vita Friardi, p. 257.

8Friard consacre son temps à la prière et à la méditation mais Secondel ne peut se contenter de vivre en reclus, il cherche à évangéliser les campagnes environnantes qui manifestement sont restées païennes. Le succès qu’il rencontre, miracles à l’appui, provoque la réprobation de Friard mais, gonflé par l’orgueil que lui procurent ses succès missionnaires, Secondel poussé par le diable repart visiter les communautés paysannes. Nouvelle réprobation de Friard mais le diacre sera de nouveau poussé à la désobéissance à la suite d’une troisième intervention du diable soutenu par quelques comparses18.

  • 19 On pense ici à Siméon le Stylite, isolé sur une colonne de plus en plus élevée au fur et à mesure (...)
  • 20 Sur le modèle représenté par Martin de Tours : L. Pietri, La Ville de Tours duive au vie siècle, N (...)
  • 21 Comme l’a bien montré Pierre Riché, Lérins a d’abord été un centre d’ascèse. L. Christiani, Lérins (...)
  • 22 Faust de Riez, d’abord proche de Pélage, succédera à Honorat en 433. Sur son opposition à Euric et (...)
  • 23 Ibid., p. 140-141. Riochatus avait caché le livre à Sidoine. L’apprenant après le départ du saint, (...)

9L’épisode, calqué sur la Tentation du Christ, est intéressant car il montre deux traditions monastiques. D’un côté, on retrouve l’érémitisme oriental pratiqué par les moines d’Égypte et de Syrie. Pratiquant une ascèse rigoureuse et une prière perpétuelle le moine s’éloigne du monde mais peut avoir quelques disciples et maintient des liens avec la ville, ne serait-ce qu’en donnant quelques conseils spirituels à des visiteurs19. De l’autre côté, la tradition de saint Martin de Tours : le moine est toujours un ascète et consacre beaucoup de temps à la prière mais en même temps il évangélise les populations paysannes, détruit les idoles païennes20. On peut s’étonner qu’une influence de spiritualité orientale ait pu être sensible dans l’Ouest de la Gaule. Nous avons cependant déjà signalé la permanence des échanges entre le monde méditerranéen et le Nord-Ouest de la Gaule au vie siècle mais il y a aussi des échanges spirituels. On peut d’abord penser à l’influence de Jean Casssien et de ses Institutions cénobitiques. Cependant le refus du monde s’accompagne ici d’une préférence pour une vie cénobitique assez éloignée des objectifs de Friard. Il vaut mieux tourner son regard vers Lérins. Le monastère de Lérins, fondé vers 400 par Honorat sur le modèle égyptien, a exercé une profonde influence sur toute la Gaule21. Parmi les disciples qui affluèrent sur l’île on trouve des Provençaux mais aussi des conversi du Nord de la Gaule comme Loup, issu vraisemblablement d’une des provinces belges, et Faust, originaire de l’île de Bretagne, qui arriva à Lérins peu avant la mort d’Honorat (433). Devenu en 452 évêque de Riez, Faust s’opposera violemment au roi wisigoth Euric et entrera en contact avec des Bretons installés en Armorique22. Un de ses disciples, Riochatus, a sans doute vécu en Cornouaille continentale. En retournant en Armorique, après avoir vécu près de Faust, il s’arrêta trois mois chez Sidoine Apollinaire qui fit copier un ouvrage récent de l’évêque de Riez ramené par le moine armoricain23. Il faut aussi ajouter que l’évêque de Poitiers, Fortunat, est originaire de Trévise et qu’il a pu servir de relais entre l’Italie du Nord et l’estuaire de la Loire. Fortunat est attiré par la spiritualité monastique et conseillera Radegonde, femme de Clotaire, fondatrice du monastère Sainte-Croix de Poitiers.

10Friard termine sa longue existence sur son île. Il opère plusieurs miracles qui concourent à sa sainteté. Un jour, Friard trouve une branche d’arbre que la violence d’un ouragan avait brisée, il la ramasse et s’en sert comme bâton pour marcher. Un beau jour il décide de s’en séparer et plante le bâton en terre. Aussitôt, le bâton devient tronc et rapidement un bel arbre sort de terre. L’arbre s’élevant vers le ciel évoque irrésistiblement la sainteté de plus en plus grande de l’ermite, mais c’est aussi un symbole du paganisme. Friard, troublé par la foule de paysans qui vient admirer l’arbre, décide de l’abattre et de le brûler. Une autre fois, Félix récupère dans l’enclos d’un de ses disciples un jeune arbre chargé de fruits que le vent avait déraciné et renversé sur le sol. Friard prend l’arbre, en coupe les racines et l’enterre. En peu de temps, l’arbre reprend toute sa vigueur.

11Brûlant de fièvre, il est sur le point de mourir mais il demande à voir absolument Félix. Mais celui-ci accaparé par ses affaires épiscopales ne peut lui rendre visite immédiatement. Friard, bien décidé à attendre l’évêque, fait stopper sa fièvre et reprend ses occupations. Mais dès que l’évêque arrive, la fièvre reprend et le saint homme ne tarde pas à mourir.

12Bien que très courte cette Vita Friardi offre trois enseignements :

  • On peut passer rapidement sur la persistance du paganisme. Il faut cependant insister sur le fait que la Basse-Loire est déjà bien évangélisée au milieu du vie siècle mais, comme partout, les superstitions païennes sont restées très vivaces. Bien entendu, plus on s’éloigne du chef-lieu de la cité, plus la conversion est superficielle, mais il faut aussi envisager le cas de populations allogènes, mercenaires barbares comme les Taifales ou encore Saxons de la Basse-Loire, qui ont pu favoriser une renaissance du paganisme24.
  • L’autorité épiscopale est très forte. L’évêque est bien le chef du diocèse et contrôle l’activité monastique de même qu’il doit diriger le premier réseau d’Églises baptismales. L’autorité épiscopale est sans doute renforcée par l’origine sociale de l’évêque. Le pouvoir épiscopal est encore considéré comme une véritable magistrature. L’évêque, critiqué par ailleurs pour son népotisme25, montre son intérêt pour le développement du monachisme. À noter cependant que Félix, comme ses prédécesseurs et continuateurs, ne sera pas à l’origine d’une fondation monastique urbaine ou péri-urbaine et c’est ce qui fait l’originalité du diocèse de Nantes26.
  • La Vita Frardi montre l’existence d’une expérience de vie érémitique proche des expériences orientales. D’une manière plus précise, le sud de l’Armorique a connu des expériences monastiques comparables à ce que l’on voit dans le Sud de la Gaule. C’est une preuve supplémentaire de la vitalité du christianisme ligérien au ve et au vie siècle dont nous avons de multiples preuves dans les trois diocèses de Nantes, d’Angers et de Tours. Il est tout à fait vraisemblable que l’hostilité des évêques à l’arianisme goth a entraîné un renforcement des liens avec la Provence, elle aussi menacée par l’expansion wigothique d’Euric. Il faut aussi mettre en évidence que les Nonnechii, dont est issu Félix, sont d’origine aquitaine et, plus précisément, de la région de Bourges, encore la preuve d’un relais possible avec le Sud-Est de la Gaule.

13Sanctuaires :
Arthon
Château-Thebaud
Chauvé
Cheix
Machecoul
La Chevrolière
Pont-Saint-Martin
Barbechat
La Renaudière

Notes

1 Sur Nantes antique, capitale de la cité des Namnètes mais aussi ville frontière puisque Rezé est en territoire picton, on lira la synthèse faite par Gérard Aubin dans La Loire Atlantique des origines à nos jours, p. 73-80.

2 Sur les informations apportées par Grégoire de Tours sur les luttes entre Bretons et Francs on lira : A. Chedeville et Hubert Guillotel, La Bretagne des saints et des rois, Rennes, 1984, p. 60-68.

3 Il apparaît bien comme le défenseur de la cité. Son rôle est tout à fait comparable à celui de ses autres collègues, issus de l’aristocratie sénatoriale, comme Léonce de Bordeaux. Héritiers de la grande tradition administrative romaine, ils construisent l’Église et assurent un véritable service public en coopération étroite avec le pouvoir franc. Indubitablement, même si on peut discuter de l’importance des travaux réalisés par l’évêque, il a dynamisé le port de Nantes et assuré la sécurité de la ville en négociant avec les Bretons. Sur Félix, notre article : N.-Y. Tonnerre, « Félix et l’Église de Nantes au VIe siècle », Bulletin de la Société archéologique de Nantes, 1983, p. 21-36.

4 En relation avec le bassin de la Loire et l’Aquitaine, Nantes s’ouvre aux relations commerciales, maritimes en particulier. Sur toute cette activité économique voir notre article : N.-Y. Tonnerre, « Le commerce nantais à l’époque mérovingienne », Mémoires de la société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne (MSHAB), 1986, p. 299-321.

5 Ces premiers édifices chrétiens datent du ive siècle. L. Maitre, « De la forme et de l’âge des premières églises chrétiennes de la Loire-Inférieure », Bulletin archéologique du comité des Travaux historiques et scientifiques, 1893, p. 30-32. Rezé, qui a failli devenir un évêché au vie siècle, possédait trois lieux de culte : Saint-Pierre, Saint-Lupien et Notre-Dame-la-Blanche : Y. Durand (dir.), Histoire du diocèse de Nantes, Paris, 1985, p. 11.

6 On sait que ce martyr milanais a fait l’objet d’une grande vénération en Gaule méridionale. C’est vraisemblablement au ve siècle ou au début du vie siècle que la basilique fut construite. Grégoire de Tours mentionne l’édifice à la fin du vie siècle. D’autres relations avec l’Italie du Nord sont probables. On sait que saint Maurille, évêque du diocèse voisin d’Angers, venait de Milan.

7 Une basilique devait immortaliser sa mémoire sur une colline dominant l’Erdre, à l’ouest de la cité. Une autre basilique avait été construite au nord, en l’honneur des Enfants nantais morts martyrs sous Dioclétien (les seuls martyrs armoricains attestés).

8 Parmi ces évêques du ve siècle, il faut mentionner la figure de Léon qui serait venu de Grèce. Il fit venir à Nantes des reliques de saint André pour lesquelles il aménagea un oratoire à l’est de la porte Saint-Pierre.

9 Parmi les premiers vici ayant reçu une église baptismale signalons Guérande, Béré, Campbon, et au sud de la Loire, dans le diocèse de Poitiers, Port-Saint-Père, Saint-Père-en-Retz.

10 Comme on va le voir plus loin, il est venu jusqu’en Brière assister aux derniers moments de Friard. Il possède également une propriété rurale, Cariacus qu’il est difficile d’identifier mais qui se trouvait certainement au bord de la Loire.

11 Vita Martini vertaviensis MGH SRM, t. III : Hanovre, 1896, p. 564-575. Sur Martin de Vertou, J.-P. BRUNTERC’H, L’extension du ressort politique et religieux du Nantais au sud de la Loire, thèse de 3e cycle dactylographiée, Paris, 1981, p. 176-181 ; N.-Y. TONNERRE, Naissance de la Bretagne, Angers 1994, p. 192.

12 Le pagus de Tiffauges doit son nom aux Taifales, mercenaires barbares d’origine iranienne, installés dans la région, sans doute pour lutter contre les Bagaudes.

13 La vita de Friard, comme l’ensemble des Vitae patrum de Grégoire de Tours, a été éditée dans les MGH dans le volume consacré aux œuvres de Grégoire de Tours, p. 255-259. Quelques rares études ont été consacrées à Friard. Elles sont anciennes et peu critiques : Vie de saint Friard et de saint Secondel par l’abbé JOLY, Nantes, 1854 ; A. OHEIX, Saint Friard et saint Secondel, Saint-Brieuc, 1900.

14 Vita Friardi, p. 256.

15 C’est sans doute au cours du vie siècle que le cordon de terre séparant la Brière de la Loire a été rompu du fait de l’élévation du niveau de la mer. Si l’événement perturbe les relations terrestres, il permet aussi un développement de la navigation. S’il y a des îles désertes il y a aussi des zones habitées comme le montrent les analyses palynologiques.

16 C’est la paléobotanique qui nous offre les renseignements les plus sûrs. Parallèlement à l’invasion d’eau de mer venant de l’estuaire, Lionel Visset a constaté, dans les diagrammes palynologiques, un développement des plantes rudérales et des cultures céréalières tout autour de la Brière. L’accroissement démographique qui en a résulté a certainement interdit la progression de la colonisation bretonne :L. Visset, 8000 ans en Brière. La Brière, 1000 ans, Rennes, 1990, Éd. Ouest-France.

17 Jusqu’en 558 le comté nantais fait partie du royaume de Childebert : c’est à la mort de celui-ci que les comtés de Rennes et de Nantes passent sous l’autorité de Clotaire.

18 Vita Friardi, p. 257.

19 On pense ici à Siméon le Stylite, isolé sur une colonne de plus en plus élevée au fur et à mesure de son existence.

20 Sur le modèle représenté par Martin de Tours : L. Pietri, La Ville de Tours duive au vie siècle, Naissance d’une cité chrétienne, École française de Rome, 1984.

21 Comme l’a bien montré Pierre Riché, Lérins a d’abord été un centre d’ascèse. L. Christiani, Lérins et ses fondateurs, Saint-Wandrille, 1946. Le monastère de Lérins exerça aussi une forte influence sur les moines du Jura.

22 Faust de Riez, d’abord proche de Pélage, succédera à Honorat en 433. Sur son opposition à Euric et ses liens avec les Bretons, L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, p. 138-140.

23 Ibid., p. 140-141. Riochatus avait caché le livre à Sidoine. L’apprenant après le départ du saint, l’évêque le fait arrêter sur la route. Sidoine Apollinaire parle, dans une de ses lettres, d’un évêque appelé Nonnechius ; il est possible qu’il s’agisse d’un évêque de Nantes, peut-être un ancêtre de Félix qui appartient, comme l’a montré Martin Heinzelmann, à la grande famille sénatoriale des Nonnechii.

24 D’après Fortunat Félix aurait converti des Saxons établis sur la Loire.

25 Grégoire de Tours est particulièrement sévère. Il reproche à Félix d’avoir choisi son neveu Burgondion comme successeur. Derrière les critiques virulentes de Grégoire de Tours il faut voir aussi la volonté de l’évêque de contrôler la province ecclésiastique qu’il dirige.

26 Le seul monastère péri-urbain sera Saint-Médard de Doulon, mais c’est une fondation carolingienne.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540