Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Première partie. « L'échelle de Jacob » : le monachisme celtique du ciel à la terre

Saint Amand d’Elnone, admirateur et imitateur de saint Colomban. Un exemple de rapprochement des monachismes aquitain et irlandais

Frédéric Kurzawa

Texte intégral

  • 1 La peregrinatio constituait l’une des caractéristiques les plus originales du monachisme irlandais (...)

1Au dire de son hagiographe, saint Amand manifesta très tôt un intérêt pour les pratiques ascétiques des moines irlandais. Comme eux, il souhaitait s’isoler en un lieu désert pour mener une existence érémitique. Dès son adolescence, il fut séduit par la peregrinatio pro Dei amore et c’est au nom de ce principe qu’il a entrepris ses voyages missionnaires1. La venue de saint Colomban en Gaule et l’influence de ses fondations monastiques ont sans doute guidé ce choix. La réputation de sainteté qui entourait saint Colomban a dû séduire le jeune moine aquitain. Les deux hommes partageaient la même conception de la vie monastique. La comparaison de leurs vitae semble indiquer une influence du monachisme irlandais sur le monachisme aquitain. Mais peut-on pour autant en conclure que saint Amand admirait saint Colomban et qu’il a imité son exemple ?

2Avant de répondre à cette question, il est peut-être bon d’esquisser au préalable un rapide portrait des deux hommes.

Saint Colomban

3Colomban naquit en Irlande, dans la province de Leinster, vers 540. Esprit brillant et cultivé, il poursuivit sa formation au monastère de Clúain-Inis (Cleenish Island), sur le Lough Erne, dans la partie sud-ouest de l’Ulster, puis dans le monastère de Bangor, fondé vers 559 par saint Comgall.

  • 2 Dans la seconde moitié du vie siècle, la christianisation de l’Irlande étant quasiment accomplie, (...)

4Ce n’est qu’après plusieurs années passées à Bangor que Colomban ressentit le besoin de s’expatrier, de pérégriner pour l’amour de Dieu. Jugeant que l’Irlande était gagnée à la foi catholique, il prit la résolution de porter le message évangélique aux populations païennes du Continent2. Il exposa son projet à son abbé qui finit par accepter de le laisser partir. Ainsi, vers 590, Colomban, accompagné de douze frères, quitta son île pour débarquer en Bretagne armoricaine et s’installer ensuite dans la forêt vosgienne.

5Un premier monastère fut fondé à Annegray (Anagrates), hameau dépendant actuellement de la commune de La Voivre (Haute-Saône). La nature sauvage, avec ses bois, ses vallées et ses montagnes, lui rappelait la verte Érin. Colomban s’y sentit comme chez lui. Mais une série de prodiges lui valut une réputation qu’il n’avait pas recherchée. Séduits par l’atmosphère de sainteté qui entourait l’homme de Dieu, de nombreux disciples affluèrent, sans oublier les fidèles piqués de curiosité. Le désert se transformait peu à peu en une ruche monastique, grouillante de vie. Il devenait urgent d’essaimer ailleurs.

6Colomban jeta son dévolu sur les ruines d’un ancien camp romain : Luxovium, l’actuelle Luxeuil. Le nouveau monastère fut érigé vers 593, alors que Colomban était âgé de cinquante ans. Mais il ne suffit pas à endiguer le flot des visiteurs. L’afflux de moines et de néophytes constituait une entrave aux exigences de la vie monastique. Une fois de plus, il fallait essaimer. Colomban fixa son choix sur une clairière, à sept kilomètres au nord-ouest de Luxeuil : Fontaine-lès-Luxeuil.

7Pour diriger les trois maisons qu’il avait fondées, Colomban nomma des supérieurs (praepositi) dont l’esprit religieux était conforme à ses principes. À tour de rôle, il visitait chacune d’elles et, avec l’Esprit saint dont il était rempli, il leur laissa une Règle. Inspirée de celle de saint Finnian de Clonard et de celle de Bangor, la Règle de saint Colomban se caractérise par des pratiques pénitentielles rigoureuses et une austérité hors du commun.

8Si les populations rurales appréciaient le moine irlandais pour ses prodiges, son enseignement, sa rigueur et son savoir-faire – il ne faut pas oublier que les moines déboisaient les forêts et travaillaient la terre – d’autres, en revanche, voyaient d’un mauvais œil ce personnage qui bousculait leurs (mauvaises) habitudes.

9Ainsi ne tarda-t-il pas à susciter l’opposition des évêques bourguignons à cause de son attachement à des coutumes irlandaises – à propos de la tonsure celtique, de la fixation de la date de Pâques et de certains usages liturgiques particuliers –. Son audace à dénoncer les débauches du roi Thierry II lui valut également de se brouiller avec la régente mère de ce dernier, l’impitoyable Brunehaut.

10Condamné à retourner dans son pays natal, il fut conduit provisoirement à Besançon d’où il parvint à s’échapper. De retour à Luxeuil, il retrouva ses frères, mais pour peu de temps. Capturé une seconde fois, il dut prendre place à bord d’un navire en partance pour la Bretagne.

  • 3 Il est possible que son arrivée à Tours ait correspondu avec le séjour du jeune Amand dans cette v (...)

11Le périple sur la Loire le conduisit à la cité d’Orléans, que Thierry avait choisie comme capitale, puis à Tours3 où il fut invité par l’évêque Leupaire et parvint à se recueillir sur la tombe de saint Martin, enfin à Nantes où il accomplit plusieurs prodiges.

12La volonté de Dieu s’étant opposée au retour du moine irlandais dans sa patrie, celui-ci reprit ses pérégrinations. Après un séjour à Soissons, à la cour de Clotaire II, roi de Neustrie, il gagna successivement Paris, Meaux, Ussy-sur-Marne, s’arrêta à Metz, résidence de Théodebert, roi d’Austrasie, puis reprit son périple vers l’Allemagne, la Suisse et l’Italie.

13Dans le Vorarlberg autrichien, il érigea un nouveau monastère : Bregenz. Mais de nouvelles épreuves le conduisirent vers l’Italie où il fonda son dernier monastère : Bobbio. C’est le lieu qu’il avait cherché pour attendre la résurrection et c’est là qu’il rendit l’âme à Dieu le dimanche 23 novembre 615.

Saint Amand d’Elnone

14D’origine gallo-romaine, saint Amand naquit vers la fin du vie siècle. Ses parents appartenaient à la petite noblesse et possédaient une propriété dans la Seconde Aquitaine, au sud de l’embouchure de la Loire, dans une région appelée l’Herbauge, l’actuelle Vendée.

  • 4 Édouard de Moreau, Saint Amand, apôtre de la Belgique et du Nord de la France, Louvain, Éditions d (...)

15Après une éducation classique dans son village d’origine, le jeune Amand se sentit appelé à la vie religieuse. Il était encore adolescent, mais déjà l’idéal de vie des moines irlandais l’avait touché. Comme eux, il souhaitait s’isoler en un lieu désert pour mener une existence érémitique, à l’écart du monde. L’île d’Yeu, rattachée à l’Aquitaine, lui offrit ce désert tant espéré. Située à vingt-cinq kilomètres de la côte, l’île abritait un monastère occupé par quelques ascètes. C’est là que « le jeune agneau blanc à la robe d’écarlate, suivant l’expression du poète Milon, fut reçu par le troupeau blanc des moines4».

  • 5 L’opposition parentale aux desseins de Dieu est également manifeste chez Colomban qui dut se contr (...)

16Après un léger différent avec ses parents, à propos de sa vocation religieuse, il décida de s’éloigner d’eux pour ne plus avoir à subir leur influence5. Il se rendit d’abord à Tours où il poursuivit sa formation et reçut la cléricature, puis il s’établit à Bourges où il passera quinze ans retiré dans une cellule, vêtu d’un cilice, couvert de cendres, broyé par les jeûnes et la faim.

17Cette longue retraite lui permit de réfléchir sur sa mission à venir. Il souhaitait devenir un ardent propagateur de la foi, un de ces évangélisateurs intrépides à la manière des moines colombaniens qui n’hésitaient pas à s’enfoncer dans des contrées inhospitalières. Mais avant cela, un voyage à Rome, sur le tombeau de saint Pierre, lui parut indispensable.

18Dans la Ville Éternelle, saint Amand s’empressa de visiter toutes les églises. Au cours d’une nuit passée à se recueillir sur le tombeau du Prince des Apôtres, celui-ci lui apparut et lui ordonna de retourner en Gaule pour y exercer la prédication. C’est ainsi qu’avec la bénédiction du pape et chargé de reliques, il rentra dans son pays. Sa vocation apostolique s’était manifestée à lui. Il restait à choisir un terrain de mission. Il opta pour le Nord de la Gaule.

19Sans siège fixe, Amand remplissait la charge d’évêque itinérant. Afin de mieux gérer ses activités pastorales, il érigea un monastère à Elnone, sur la Scarpe, à l’emplacement de l’actuelle Saint-Amand-les-Eaux, dans le département du Nord. Quelques disciples se joignirent à lui pour lui prêter main-forte, en particulier Jonas de Bobbio, le biographe de saint Colomban.

20Poussé par le désir d’évangéliser les populations païennes, Amand délaissa Elnone pour le pagus de Gand. La région avait mauvaise réputation car le culte des idoles était encore très vivant. Malgré un accueil hostile, Amand persista dans sa mission. Abandonné de ses compagnons, il rachetait les esclaves, les baptisait et les instruisait dans la foi chrétienne. Mais les hommes libres continuaient à se méfier de lui. Ce n’est qu’après qu’il eut ressuscité un pendu que sa notoriété lui attira la sympathie des foules… et de nombreuses conversions.

21Élevé par Dagobert sur le siège épiscopal de Tongres-Maastricht, Amand se voua à l’évangélisation d’une partie du Nord de la France et de la Belgique. Installé dans sa nouvelle résidence, il n’en négligeait pas pour autant les exigences de la pastorale. Confronté à une population encore fortement paganisée, il organisa dans son diocèse des communautés chrétiennes et érigea plusieurs églises sur des temples païens.

22Après trois années d’épiscopat à Maastricht, Amand prit conscience des risques qu’il courait à se cantonner dans une trop grande inertie. L’appel missionnaire le tiraillait à nouveau. Cette fois, il décida de gagner les régions païennes situées au nord du pagus de Gand. C’était le pays des Frisons, un peuple germanique superficiellement christianisé.

23La route qu’il emprunta le conduisit dans la direction d’Anvers, mais c’est dans la presqu’île de Koloès qu’il se fixa, en un lieu-dit appelé Calloo. Du temps de saint Amand, cette localité n’était pas encore rattachée à la terre ferme, mais constituait une île.

24Là aussi, Amand se heurta à l’animosité des indigènes. Il dut se retirer dans une petite chapelle qui est le lieu de culte le plus septentrional de son apostolat. De là peut-être avait-il nourri le dessein d’évangéliser la Toxandrie, plus au nord, région comprise entre Anvers et la Meuse inférieure.

25En dehors des régions du Nord de la Gaule, Amand aurait évangélisé les Wascons (les Basques), populations païennes établies dans le sud des Pyrénées occidentales, et les Slaves du sud, au-delà du Danube. Mais il ne semble pas que ces traditions reposent sur des bases historiques solides.

26Les dernières années de la vie de saint Amand sont mal connues. Après avoir consacré sa vie à l’évangélisation des populations du Nord de la Gaule, le vieil évêque se retira dans son monastère d’Elnone. Le corps usé par les travaux de l’apostolat, il avait atteint la vieillesse la plus avancée. Se considérant comme à moitié mort, il demandait à Dieu « sa sortie de ce monde ». Sa mort est placée au 6 février de l’année 675 ou 676.

27Après cette brève présentation des deux hommes, il reste maintenant à voir par quels intermédiaires saint Amand a pris connaissance de la spiritualité irlandaise et plus particulièrement colombanienne.

Les agents de diffusion du monachisme colombanien

28L’admiration de saint Amand envers le monachisme irlandais, et plus particulièrement colombanien, remonte à son adolescence. Au dire de son hagiographe, il a manifesté très tôt une réelle fascination pour la vie aventureuse et les pratiques ascétiques des moines pérégrins venus de la verte Érin.

29Lors de son périple sur la Loire, Colomban s’était rendu à la cité d’Orléans, puis à Tours où il fut invité par l’évêque Leupaire. Là, il parvint à se recueillir sur la tombe de saint Martin. Or, le jeune Amand avait également fait un séjour dans cette ville à la même époque. Il est possible que les deux hommes se soient rencontrés mais il est difficile d’en avoir la certitude.

30En revanche, la spiritualité colombanienne n’a pas pu être ignorée de saint Amand. On sait que celui-ci s’était installé, vers 610, à Bourges. Or, la Vita Columbani précise que, sous l’abbatiat d’Eustaise († 629), quatre monastères soumis à la règle colombanienne furent érigés à Bourges et aux environs.

31En 636, Amand consacra l’église de l’abbaye de Rebais et, en 636-637, il signa avec d’autres évêques les privilèges accordés à ce monastère. Or, le premier abbé et les premiers moines de Rebais venaient tous de Luxeuil. La législation en vigueur était alors celle de saint Colomban associée à celle de saint Benoît.

32Par ailleurs, d’autres moines colombaniens ont gravité autour de saint Amand. Acharius, évêque de Noyon-Tournai, à qui saint Amand s’était adressé pour obtenir l’autorisation d’évangéliser les Gantois, avait été moine à Luxeuil. Lui-même obtiendra du roi Dagobert la nomination d’un de ses confrères luxoviens, Omer, à l’évêché de Thérouanne.

33Deux anciens fonctionnaires à la cour du roi Dagobert, devenus évêques par la suite, saint Ouen et saint Éloi, avaient décidé saint Amand à baptiser le jeune prince Sigebert. Ouen est connu pour avoir fondé le monastère de Rebais, dans le diocèse de Meaux. De son côté, le grand saint Éloi succèdera à Acharius sur le siège épiscopal de Noyon-Tournai. À ce titre, il entretiendra avec saint Amand une relation suivie. Mais avant d’accéder à l’épiscopat, il avait déjà fondé le monastère de Solignac, près de Limoges, « où non seulement la règle de saint Colomban était observée en même temps que celle de saint Benoît, mais que son fondateur voulut rendre indépendant de l’évêque, conformément aux principes irlandais ». De Solignac partira vers le nord un autre moine colombanien, saint Remacle, fondateur de Stavelot-Malmédy.

  • 6 « Il y a environ trois ans, je m’en souviens, alors que, séjournant dans les campagnes de l’Apenni (...)

34Toutes les conditions étaient donc rassemblées pour qu’Amand s’initie à la vie monastique. Mais c’est pendant le séjour que Jonas de Bobbio fit à Elnone, de 639 à 642, qu’il put en apprendre davantage. Jonas avait d’abord exercé la fonction de secrétaire d’Attale, le successeur immédiat de Colomban. En 639, sur l’ordre de Bertulfe, troisième abbé de Bobbio, il commença la rédaction de la vie de saint Colomban. L’entreprise dura trois ans6. Bertulfe autorisa Jonas à quitter l’enceinte monastique pour recueillir les informations dont il aurait besoin. Attiré par la réputation de saint Amand, il effectua un séjour dans le monastère d’Elnone où il noua des liens profonds. Pendant trois ans, le biographe du moine irlandais eut tout le loisir de conter à son confrère aquitain les faits rapportés dans la première partie de sa Vita Columbani. Il tenait ces renseignements des premiers successeurs de Colomban, l’abbé Attale de Bobbio et l’abbé Eustaise de Luxeuil.

35Ajoutons que le testament de saint Amand mentionne deux personnages gagnés à la spiritualité colombanienne : l’évêque Mummoleus et l’abbé Bertin. Le premier est le successeur de saint Éloi à Noyon-Tournai. Avant de devenir évêque, il avait été abbé de Sithiu. Après son départ, il sera remplacé par Bertin à la tête de l’abbaye. Or, il semble que Sithiu suivait à ses débuts la règle irlandaise.

36De cette énumération, sans doute incomplète, il est clair que saint Amand a vécu dans un milieu tout imprégné de spiritualité colombanienne. Mais peut-on, à partir de la comparaison de leurs vitae, trouver des points communs entre saint Amand et saint Colomban ?

Les points communs entre saint Amand et saint Colomban

37Le caractère des deux hommes offre quelques similitudes. Tous deux ne craignent pas d’affronter les puissants de ce monde quand il s’agit de défendre la loi de Dieu.

38Le roi Dagobert avait manifesté son admiration envers saint Amand et l’avait placé sur le siège épiscopal de Tongres-Maastricht. Mais l’estime dont jouissait Amand auprès du roi ne dura pas ; car comme l’avait fait Colomban envers la reine Brunehaut, il n’hésita pas à reprocher à Dagobert sa conduite indigne. Il est vrai que la vie du roi était loin d’être un modèle de vertu…

39Saint Colomban voyait dans son existence la marque de la Providence ; saint Amand partage cette même conviction d’être poussé par la divine Providence.

  • 7 Édouard de Moreau, op. cit., p. 113.

40Comme beaucoup d’évêques-missionnaires irlandais, saint Amand a été l’un des premiers évêques sans résidence fixe de l’empire franc. C’est de cette façon qu’il entendait exercer librement son apostolat chez les populations païennes. Suivant l’exemple des grands moines irlandais, il ressent le besoin de porter l’Évangile dans les terres lointaines. Il s’aventure en terra incognita dans le pagus de Gand où « tous les ministres du Seigneur avaient renoncé à prêcher l’Évangile », chez les Frisons et jusqu’à la lointaine presqu’île de Koloès. « Presque nonagénaire, il aimera insister sur sa vieillesse, mais plus encore sur ses travaux et sur ses courses apostoliques7. » Comme saint Colomban, il ne conçoit pas une évangélisation sans monastères. Moine dans l’âme, il accorde une place privilégiée aux moines dans la diffusion de l’Évangile.

41À travers ses lettres adressées au pape, en particulier celles qui concernent la controverse pascale, Colomban témoigne de sa fidélité indéfectible envers Rome. Amand manifeste le même respect envers le Siège apostolique lorsqu’il se plaint au pape Martin Ier de l’attitude de clercs infidèles dans le diocèse de Tongres-Maastricht.

42Un autre point commun entre les deux hommes concerne l’emplacement de leurs monastères. Au cours de la seconde moitié du ve siècle et le début du vie, la plupart des monastères, en Gaule, étaient érigés au milieu des agglomérations. Revenant à l’ancienne tradition, saint Colomban privilégie la campagne et recherche les sites les plus isolés pour s’adonner à la prière et aux jeûnes dans les meilleures conditions. Les régions du Nord évangélisées par saint Amand étaient essentiellement rurales. Les villes y étaient fort rares. Tous les sites monastiques se trouvaient sur des zones arides, marécageuses, désertes, dans des forêts, sur des îlots, à proximité de cours d’eau.

43De même que Colomban avait consacré à saint Pierre les oratoires de Luxeuil et de Bobbio, de la même façon Amand dédie au prince des apôtres toutes les églises qu’il a fondées.

44L’adoption de la règle colombanienne dans les monastères fondés par saint Amand constitue une autre affinité avec le moine irlandais. La règle de saint Colomban se caractérisait par l’austérité de la vie monacale et la sévérité des peines infligées aux contrevenants.

45Le premier chapitre de la Règle des moines (Regula monachorum) est consacré à l’obéissance, considérée comme la première des vertus monastiques. Au premier mot de l’ancien, toute la communauté doit se lever pour lui obéir « parce que l’obéissance est offerte à Dieu ».

  • 8 Mt 10, 38.

46L’obéissance doit être inconditionnelle, sans bornes. Pratiquer cette vertu, c’est se conformer à l’exemple du Christ qui a obéi au Père jusqu’à la mort sur la croix. De fait, elle constitue un moyen de s’humilier. Les vrais disciples du Christ ne doivent donc jamais refuser d’obéir, quelles que soient les difficultés éprouvées. Au contraire, ils doivent s’y soumettre avec joie afin d’être agréables au Seigneur qui a dit : « Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n’est pas digne de moi8. »

47Dans son chapitre consacré à la mortification, saint Amand insiste de même sur la nécessité d’obéir au supérieur. Sur la désobéissance à l’autorité de l’abbé, il semble avoir été intransigeant comme en témoigne l’épisode de Chrodebaldus. Celui-ci occupait la fonction de prieur. Un jour qu’il était absent du monastère, Amand lui demanda de trouver des chariots pour rapporter le vin à l’usage des moines. Sans doute parce qu’il trouvait là l’occasion de contester l’autorité de son abbé, Chrodebaldus rentra sans les chariots demandés et la tête remplie de sombres pensées. Mais la justice divine le frappa de paralysie sur le chemin du retour. Conscient de son erreur, le prieur ne cessa de se battre la coulpe tout le long du trajet. Mis au courant des événements, Amand répliqua : « Chrodebaldus courra encore de plus graves dangers, car il s’abandonne vraiment trop à la jactance et à la désobéissance. » Par l’intermédiaire d’un prêtre, il lui transmit ces paroles : « Tu lui diras de ma part que, quand, demain, j’irai le voir, il doit venir à ma rencontre et ne peut me recevoir dans son lit. » Dès qu’il reçut ce message, le prieur fut guéri et, le lendemain, il alla trouver son abbé. Amand saisit l’occasion pour l’exhorter devant les frères présents « à s’amender (sans jeu de mot) et à observer avec plus de ponctualité le devoir de l’obéissance ».

48Avec sa rigueur et ses déficiences, la législation colombanienne finit par ne plus être adaptée à certaines exigences de la vie monastique. Aussi ne tarda-t-elle pas à être supplantée par la règle de saint Benoît, plus complète et moins rigoureuse. Mais entre-temps, il y eut une période pendant laquelle les deux règles cohabitèrent. C’est saint Walbert († 670), second abbé successeur de saint Colomban à Luxeuil, qui fut à l’origine de la symbiose.

49Le passage de la Règle de saint Colomban à la Règle de saint Benoît dut se faire progressivement, jusqu’au jour où celle de saint Benoît finit par devenir prédominante et se substitua à celle du grand moine irlandais.

50Les premiers monastères fondés par saint Amand étaient placés sous la législation colombanienne tandis que les derniers combinaient les législations colombanienne et bénédictine. Le privilège de saint Faron, évêque de Meaux, en faveur de Rebais (636-637), au bas duquel figure la signature de l’évêque Amand, va dans ce sens. De même, la charte de saint Amand en faveur du monastère de Barisis précise qu’il fut construit au lieu-dit Faverolles « en l’honneur des saints Pierre et Paul, et d’autres saints, sous la règle de saint Benoît et de saint Colomban ».

51En conclusion, il ressort de la comparaison de leurs vitae respectives que si saint Amand n’a pas connu directement saint Colomban, du moins a-t-il eu connaissance de son enseignement à travers plusieurs de ses disciples. La présence de Jonas de Bobbio à Elnone, de 639 à 642, constitue un élément déterminant dans le rapprochement des monachismes aquitain et colombanien. Mieux que quiconque, il a pu renseigner le jeune moine aquitain sur la vie de Colomban et sur le genre de discipline qui était en vigueur dans les monastères colombaniens. Pour montrer son admiration envers Colomban, Amand appliqua la législation irlandaise dans la plupart des monastères qu’il avait érigés dans le Nord de la Gaule. Par la suite, elle sera associée à la règle bénédictine comme en témoignent ses dernières fondations. Tous ces indices démontrent qu’à défaut d’avoir été un disciple de saint Colomban, saint Amand d’Elnone lui témoignait une admiration sans bornes et s’efforçait d’imiter sa conception de la vie monastique.

Bibliographie

Bibliographie

Moreau Edouard de, Saint Amand, Apôtre de la Belgique et du Nord de la France, Louvain, Éditions du Museum Lessianum, 1927.

Moyse Gérard, « L’essaimage colombanien : un moment de l’histoire monastique européenne », Bulletin de la Société d’agriculture, lettres, sciences et arts de la Haute-Saône, nouvelle série, n° 22, Vesoul, 1990, p. 25-50.

Riché Pierre, « Amand d’Elnone », Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, t. IV : Les voies nouvelles de la sainteté : 605-814, Paris, Hachette, 1986, p. 58-64.

Rouche Michel, L’Aquitaine, des Wisigoths aux Arabes, 418-781, Paris, EHESS-Jean Touzot, 1979.

Roussel J., Saint Colomban et l’épopée colombanienne, 2 vol., Baume-les-Dames, Imprimerie Jacques et Demontrond, Besançon, et éditions Servir, 1941 et 1942.

Vogüé Adalbert de, Aux sources du monachisme colombanien, vol. I : Jonas de Bobbio : Vie de saint Colomban et de ses disciples, coll. « Vie monastique », n° 19, Bégrolles-en-Mauges, abbaye de Bellefontaine, 1988.

Vogüé Adalbert de, Aux sources du monachisme colombanien, vol. II : Saint Colomban : Règles et pénitentiels monastiques, coll. « Vie monastique », n° 20, Bégrolles-en-Mauges, abbaye de Bellefontaine, 1989.

Walker g. S. M., Sancti Columbani Opera, Scriptores Latini Hiberniae 2, Dublin, Dublin Institute for Advanced Studies, 1970.

Notes

1 La peregrinatio constituait l’une des caractéristiques les plus originales du monachisme irlandais. Plus qu’un besoin d’évangéliser des terres lointaines, elle est avant tout le « désir de mener la vie errante pour l’amour du Seigneur ». En cela, elle se conforme au modèle d’Abraham qui a renoncé à tout pour obéir à Dieu : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t’indiquerai » (Gn 12, 1).

2 Dans la seconde moitié du vie siècle, la christianisation de l’Irlande étant quasiment accomplie, le deorad Dé (celui qui s’exile pour Dieu) ne pouvait réaliser un idéal ascétique qu’en devenant missionnaire outre-mer.

3 Il est possible que son arrivée à Tours ait correspondu avec le séjour du jeune Amand dans cette ville.

4 Édouard de Moreau, Saint Amand, apôtre de la Belgique et du Nord de la France, Louvain, Éditions du Museum Lessianum, 1927, p. 84.

5 L’opposition parentale aux desseins de Dieu est également manifeste chez Colomban qui dut se contraindre à enjamber le corps de sa mère. Cette dernière s’était couchée en travers de la porte afin de l’empêcher de sortir.

6 « Il y a environ trois ans, je m’en souviens, alors que, séjournant dans les campagnes de l’Apennin, je demeurais parmi les frères au monastère de Bobbio, je pris l’engagement à leur invitation unanime et sur l’ordre de l’Abbé Bertulfe, de retracer par écrit la geste de notre glorieux père Colomban. Je le fis surtout parce que ceux qui ont vécu en son temps et qui ont été les témoins de ses œuvres sont encore très nombreux parmi vous. Ils étaient donc en mesure de rapporter non pas ce qu’ils avaient entendu raconter, mais ce qu’ils avaient vu, et que nous-mêmes avons appris de ces hommes vénérables qu’étaient Attale et Eustaise » (Vita Colombani, prologue, trad. Adalbert de Vogüé).

7 Édouard de Moreau, op. cit., p. 113.

8 Mt 10, 38.

Auteur

Docteur en théologie catholique

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540