Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Première partie. « L'échelle de Jacob » : le monachisme celtique du ciel à la terre

Saint Marcouf, de Childebert Ier à Charles X

Pierre Flobert

Texte intégral

  • 1 Le chapitre de Thomas Jarry (II, 2, p. 319-363) dans La Normandie avant les Normands, Rennes, Oues (...)
  • 2 Ses deux Vitae (A et B, BHL, 5 267, 5 268) datent du début du ixe siècle (les mss les plus anciens (...)
  • 3 S’analyse « le loup de la frontière », en allemand Mark « frontière », cf. fr. marche, marquis, ma (...)
  • 4 Un plat d’argent (missorium) porte son nom dans une inscription gravée : Th. Jarry, La Normandie, (...)
  • 5 Saint Vigor, dont les Vies sont tardives (BHL, 8608, 8612), apparaît dans le Martyrologe d’Usuard (...)
  • 6 Th. Jarry, La Normandie, p. 322 ; Bayeux a d’abord administré tout le Cotentin, avant la constitut (...)

1Saint Marcouf, ermite et abbé, occupe une place importante dans la diffusion du christianisme au vie siècle dans la presqu’île du Cotentin1. Natif de Bayeux et issu d’une famille fortunée2, il porte un nom francique qui désignera aussi un siècle plus tard un moine compilateur de formules juridiques latines, que l’on appelle d’ordinaire Marculf3. Bayeux était le siège d’un évêché, fondé par saint Exupère4 (Exuperius) et où saint Vigor, au début du vie siècle, s’était illustré par son zèle iconoclaste5 ; parmi les enclaves du diocèse de Bayeux, il faut mentionner celle de Sainte-Mère-Église dans le Cotentin oriental6.

  • 7 Vita, B, 2, 5 et 4, 19 ; rien à voir avec la mégère qui sévit dans la Vie ancienne de saint Samson(...)

2Saint Marcouf commença par aider les pauvres de Bayeux, puis il passa dans le diocèse de Coutances, appelé par l’évêque Possessor qui l’ordonna. Avec ses compagnons Cariulf et Domard, il se rend auprès de Childebert Ier et de la reine Ultrogothe7. Le roi lui accorde à sa demande, pris sur le fisc, un emplacement près de Coutances, sur le rivage, pour y construire un monastère richement doté ; un deuxième voyage auprès du roi et de la reine lui permet de multiplier les miracles et d’accroître les donations royales. Bientôt l’abbé laisse son monastère et se retire dans une île voisine pour mener une vie d’ascète en pratiquant les macérations.

  • 8 Saint Pair (Paternus) bénéficie d’une Vita, œuvre de Fortunat. Il s’est rendu, lui, auprès de Chil (...)
  • 9 Ce sont les quatre paroisses de Saint-Samson-sur-Risle, de la Roque, du Marais-Vernier et de Conte (...)
  • 10 La figure emblématique de Childebert Ier apparaît dans une quinzaine d’hagiographies bretonnes : s (...)

3Saint Marcouf fait donc partie des protégés de Childebert Ier en Neustrie, au même titre que saint Vigor de Bayeux et saint Pair (Paternus) d’Avranches8. On sait que saint Samson de Dol a bénéficié d’une enclave en Basse-Seine, à Pental, comprenant quatre paroisses, qui ne sera supprimée qu’en 17909 ; cela valut à Childebert Ier un rôle décisif dans toute l’hagiographie bretonne10. Durant son long règne (511-558), Childebert Ier multiplia les fondations pieuses et les constructions, c’est le cas en particulier de l’abbatiale Saint-Vincent, devenue Saint-Germain-des-Prés, destinée à abriter la tunique de saint Vincent rapportée du siège de Saragosse en 542. C’est là que les rois mérovingiens sont enterrés, avant le choix de Saint-Denis comme nécropole royale.

  • 11 Confusion répétée (O. Pontal, J. Gaudemet) du nom latin de Sées (ciuitas Saiorum ; ne pas écrire S (...)
  • 12 Childebert Ier est pourtant responsable du meurtre des enfants de Chlodomir en 524 (Grég.-T., Hist (...)

4Le rôle de Childebert Ier sera déterminant dans la tenue de conciles nationaux, en combinant la piété et la politique, à l’exemple de Clovis à Orléans en 511, année de sa mort, où furent réunis trente-deux participants sous la présidence de Cyprien de Bordeaux ; la province de Rouen avec Godard (Geldaredus), le métropolitain, déléguait quatre évêques : Nepus (Avranches), Leontianus (Coutances), Maurusus (Évreux), Litrardus (Sées)11 ; figuraient aussi Melanius = Melaine (Rennes) et Modestus (Vannes). Devenu en 524 maître d’Orléans à la mort de Chlodomir12, Childebert Ier, suivant la politique ecclésiastique de Clovis, réunit quatre autres conciles à Orléans, en 533 (Rouen : Flavius, Avranches : Perpetuus, Coutances : Lauto = Lô, Sées : Passivus), 538 (Rouen : Flavius, Bayeux : Leucadius, Coutances : Lauto, Évreux : Licinius, Lisieux : Theudobaudis, Sées : Passivus ; pour Avranches, Perpetuus avait délégué Baudastes ; 541 (seulement Évreux : Licinius et Sées : Passivus, outre les représentants d’Avranches, Bayeux, Coutances et Lisieux : Edibius) et 549 (Avranches : Egidius, Coutances/Briovera (Saint-Lô) : Lauto, Évreux : Licinius, Lisieux : Theudobaudis, Sées : Passivus, un délégué pour Bayeux. Ce fut ensuite la grande époque de Paris ; 551-552 (personne pour la province de Rouen) et 562, dans l’interrègne après la mort de Childebert Ier, où furent présents pour la province de Rouen, outre Prétextat le métropolitain, Paternus d’Avranches, Lascivus de Bayeux, Ferrocinctus d’Évreux, Edibius de Lisieux ; la signature (sous forme d’hexamètre) de saint Samson, assimilé à un évêque, vaut pour Dol, mais aussi pour l’enclave de Pental en Basse-Seine. La métropole de Rouen et ses six suffragants sont bien représentés dès le début. La primauté de Rouen est justifiée par l’ancienneté de la christianisation dans cette ville commerçante où l’évangélisation fut facile. Victrice (Victricius), contemporain de saint Martin et qui, comme lui, est un ancien soldat, tient sa place dans la littérature latine, grâce à son De laude sanctorum et à sa correspondance avec saint Paulin de Nole (epist. 18 et 37), à la fin du ive siècle. Deux autres figures émergent : Prétextat, assassiné en 586 sur l’ordre de Frédégonde, et Ouen, très actif au viie siècle (641-684).

  • 13 Sulpice-Sévère, Dial., 1, 4, 6, met dans la bouche de Gallus, en réponse à saint Martin, une remar (...)
  • 14 « Dans le monastère unelle de Nant » ; parfois développé par erreur en Nanteuil ! C’est saint Lô q (...)
  • 15 Cf. P. Flobert, « Le site de la capitale des Vnelli/Venelli : Carentan ou Saint-Côme-du-Mont ? », (...)

5Malgré la solidité de l’organisation chrétienne, il restait des zones d’ombre dans les campagnes du Cotentin et c’est là qu’œuvrèrent au vie siècle, en prêchant la bonne parole, saint Marcouf et saint Pair, et dans le Bessin saint Vigor, un peu avant. Fortunat dans la Vie de saint Pair souligne l’emprise des moines sur l’évangélisation et saint Pair ne consentit à devenir évêque d’Avranches en quittant son monastère de Sesciacum (Sissy, aujourd’hui Saint-Pair-sur-Mer, au sud de Granville), qu’à soixante-dix ans (il est présent à Paris en 562). Les privations de l’érémitisme ne convenaient guère au tempérament gallo-romain13, mais le courant monastique fut irrésistible. Saint Marcouf ne devint pas évêque, mais ses liens furent étroits avec Bayeux d’abord, puis avec Coutances ; ce fut saint Lô qui l’ensevelit dans son monastère. Sa réputation lui valut d’entrer dans le Martyrologe Hiéronymien, au moins dans le sous-groupe de Fontenelle (Saint-Wandrille) où il fut copié et dont le manuscrit W (Wissembourg) est le meilleur représentant. Il porte au 1er mai (Kal. Mai.) : et in Onellico Nanto monasterio depositio Marculfi abbati (sic !)14. On est surpris de voir ce dérivé tardif des Vnelli gallo-romains dont la capitale Crouciatonnum a disparu sans laisser de traces appréciables : on croit la retrouver à Saint-Côme-du-Mont, petit bourg accidenté près de Carentan, dont le nom gaulois décrit clairement une « hauteur » (Croucia-) auprès des « flots » (tonno-)15, ce qui est le cas.

  • 16 Vita, A, 2, 7 in pago Constantino qui Nantus dicitur, dans le Cotentin. Le mot figure dans le glos (...)
  • 17 W. von Wartburg, Fr. et. Wört., VII, Basel, 1955 ; nantus, p. 7B.
  • 18 Chapitre nourri d’Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France, I, Paris, Champion, 1920 (reprod (...)

6Le nom gaulois de Nantus16, où a été construit le monastère, signifie « vallée ». Il est conservé dans les dialectes gallo-romans, nant « précipice, torrent » en Savoie17. La toponymie présente abondamment Nant (Aveyron, Meuse), Nans (Doubs), Namps (Somme), Nan-sous-Thil (Côte-d’Or), prononcé Nansouty, illustré par un maréchal d’Empire et le suffixé – ou composé – Nanteuil (Deux-Sèvres), souvent glosé (Nanteuil-en-Vallée, Cher ; Nanteuil-la-Fosse, Aisne)18, avec son diminutif Nantouillet (Seine-et-Marne). Détruit par les Normands au ixe siècle, le « monastère unelle de Nant » n’est évidemment plus reconnaissable sur le terrain, vu la précarité de ses matériaux : chaume, bois et torchis. Wace au xiie siècle nous en propose l’identification :

  • 19 R. Wace, Le roman de Rou, éd. A. J. Holden II, Paris, Picard, 1971, p. 321 (= Appendice, p. 393-39 (...)

a saint Marcoust en la riviere
riche abeïe et planiere
– Nantes a cel jour avait nom
cele contree d’environ –
Hastainz et Bïer la gasterent,
roberent la, puis l’alumerent19.

  • 20 Le Plain rectiligne n’offre de relief qu’à Quinéville au nord, et une rivière, la Sinope ; on sait (...)
  • 21 Les îles Saint-Marcouf, à 10 km de l’église, se composent, outre le Rocher-Bastin, de l’Île-de-Ter (...)

7Le témoignage est explicite en plaçant Saint-Marcouf-de-l’Isle dans la région de Nant, malgré l’absence d’une vallée dans le paysage20 ; la destruction du monastère supprime (jusqu’à présent !) les preuves archéologiques. L’église – du xie siècle – comprend une crypte très ancienne, fait rare en Normandie et les deux îles de Saint-Marcouf offrent un possible lieu de retraite pour l’anachorète21.

  • 22 C’est le sarcophage du saint avec son corps entier, accordé définitivement par l’évêque de Coutanc (...)
  • 23 Reproduction Paris, Armand Colin, 1961. Jean-Pierre Poly, a repris la question dans une optique an (...)
  • 24 On a cité plus haut le vitrail de Coutances ; la Vita, A, 3, 19, parle plus crûment de testicules (...)

8On abordera maintenant la destinée glorieuse des reliques du saint. Les moines, en effet, avertis du péril normand, enlevèrent le sarcophage de saint Marcouf et le transportèrent en lieu sûr, près de Laon où Charles le Simple, en 906, offrit pour les abriter d’installer un monastère Saint-Pierre, devenu prieuré de Corbeny (Corbiniacum)22, après le passage sous l’autorité de l’abbaye Saint-Remi. Toute la question est lumineusement traitée dans Les rois thaumaturges de Marc Bloch (Strasbourg, 1924)23. Marcouf se prononçait déjà Marcou, fréquent dans l’anthroponymie (cf. Renouf/Renou), et fut réinterprété plus tard mar-« mal, par malheur » et cou (avec le -l de col). Saint Marcouf, en tant que guérisseur, n’était d’abord pas spécialisé et ses Vies (A et B) font état de ses exploits à la cour de Childebert Ier où il guérit en masse les aveugles, les sourds, les muets et les paralytiques, remettant même gracieusement en place les entrailles d’un chasseur qui, après lui avoir reproché grossièrement de cacher un lièvre sous son froc (cappa), était remonté à cheval avec une telle violence qu’il s’était ouvert le ventre, se vidant de ses viscères24.

  • 25 Sur ces calembours, Marc Bloch, Les rois, p. 266, note 3, renvoie opportunément à H. Delehaye, Les (...)

9La guérison des écrouelles (ganglions tuberculeux purulents sous le cou), appelées ensuite « mal royal », morbus regius, lui vint beaucoup plus tard, vers 1200, quand les religieux, pour survivre, furent amenés à promener en procession les reliques du saint, la nature de la guérison dérivant naturellement du nom du saint, par un calembour banal en hagiographie25.

  • 26 Clovis n’avait été que baptisé à Reims ; M. Bloch, Les rois, p. 68-69, montre que l’onction sainte (...)
  • 27 Louis XVI (M. Bloch, Les rois, p. 359), après son sacre, ne toucha pas moins de 2 400 scrofuleux !
  • 28 Charles X, après bien des atermoiements, toucha les écrouelles à Reims, malgré la pétition des hab (...)
  • 29 Au contraire l’enthousiasme se déploya généreusement en 1834, pour la visite de Louis-Philippe, de (...)

10Il reste à établir, en suivant toujours Marc Bloch, la conjonction de la guérison des scrofuleux et du sacre des rois de France, institué par Pépin le Bref26. Les rois de France et d’Angleterre avaient au Moyen Âge des dons de thaumaturges. C’est bien attesté en France à partir de Robert le Pieux ; Jean II le Bon, le premier, vint à Corbeny le surlendemain de son sacre ; l’usage s’instaura désormais peu à peu (déjà Louis X le Hutin) et le contact du chef du saint transporta sur le roi ses vertus thérapeutiques : les guérisons des scrofuleux furent institutionnalisées à partir de Charles VIII. Le roi (de là cette qualification de morbus regius) touchait le cou des malades en disant : « Le Roi te touche, Dieu te guérit » (la foi faiblissant, l’indicatif fut remplacé à partir de Louis XV par le subjonctif de souhait : guérisse), non seulement à la suite du sacre mais sa vie durant. Cette tradition ne fut interrompue que pour Henri IV et Louis XIV (ce qui ne l’empêcha pas, plus tard, de toucher les scrofuleux), pendant les guerres civiles, mais refit surface avec Louis XV et Louis XVI27, qui d’ailleurs évitèrent le détour par Corbeny en faisant venir le reliquaire à Saint-Remi. À cause de la Révolution, elle ne fut rétablie que pour Charles X, le 31 mai 1825, deux jours après son sacre du 29 mai28. Les guérisons miraculeuses s’arrêtent donc avec les Trois Glorieuses et le renversement de Charles X ; sur le chemin de l’exil, le vieux roi déchu, traversant le Cotentin vers Cherbourg pour passer en Angleterre d’où il fut renvoyé en Autriche sans ménagements, rencontra un accueil particulièrement odieux le 13 août 1830 à Carentan, pavoisé de drapeaux républicains, où les boutiquiers de la Garde nationale et les manœuvres surexcités voulurent le contraindre à porter une cocarde tricolore29… Heureusement il put s’arrêter dans le calme à Saint-Cosme-du-Mont et passer trois nuits à Valognes, où il entendit la messe du 15 août. Saint Marcouf avait lié son sort à la monarchie, en étant le protégé de Childebert Ier, puis, sous un autre nom, Marcoul, l’auxiliaire miraculeux des Capétiens jusqu’à Charles X. Son histoire s’arrête là.

Notes

1 Le chapitre de Thomas Jarry (II, 2, p. 319-363) dans La Normandie avant les Normands, Rennes, Ouest-France, 2002, offre la meilleure synthèse. La chronologie se tire des listes épiscopales étudiées par Mgr Duchesne, Les Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, II, Paris, Fontemoing, 1910, 2e éd., et des conciles mérovingiens édités et traduits par Jean Gaudemet et Brigitte Basdevant, I-II, Paris, Cerf, SC, 353-354, 1989. Commentaire historique précis d’Odette Pontal, Histoire des conciles mérovingiens, Paris, Cerf, 1981. L’article de Charles Grosset (v. note 19), fortement documenté mais de style narratif, repose sur les sources hagiographiques, qu’il résume ou traduit commodément. Pascal Vipard à eu l’obligeance de me le procurer.

2 Ses deux Vitae (A et B, BHL, 5 267, 5 268) datent du début du ixe siècle (les mss les plus anciens remontent au xe siècle) ; v. Acta Sanctorum, t. XIII, Mai. I, Bruxelles, Bollandistes (reprod.), p. 71-81. Il se présente ainsi à Childebert Ier : urbis Baiocassinae indigena sum, parentibus non infimis progenitus (B2, 7) ; un détail physique : le saint était de petite taille, statura pusillus (B1, 3), comme saint Paul et saint Martin ! Sa fête est le 1ermai. L’iconographie se réduit à peu de choses : une statue de bois du xvie siècle à Saint-Marcouf (Calvados), un abbé à crosse auprès d’un enfant (Le patrimoine des communes du Calvados, II, Paris, Flohic, 2001, p. 988 A). Un vitrail de la cathédrale, à Coutances, décrit la scène du chasseur puni et guéri. Le souvenir de saint Marcouf survit à Bayeux dans une statuette sur la façade d’une vieille maison, rue de la Poterie. Pour saint Marcoul, v. note 23.

3 S’analyse « le loup de la frontière », en allemand Mark « frontière », cf. fr. marche, marquis, margrave et Wolf « loup », cf. fr. garou. Dauzat, Dictionnaire des noms de famille […] de France, Paris, Larousse, 1951 (s. v. Marcou, p. 415A), confond malencontreusement le premier terme avec le nom gaulois du cheval *marcos ! Dans la toponymie, les anciennes communes de Marcouville (en-Roumois, en-Vexin) se réfèrent à des propriétaires francs : F. de Beaurepaire, Les noms des communes […] de l’Eure, Paris, Picard, 1984, p. 141.

4 Un plat d’argent (missorium) porte son nom dans une inscription gravée : Th. Jarry, La Normandie, p. 320.

5 Saint Vigor, dont les Vies sont tardives (BHL, 8608, 8612), apparaît dans le Martyrologe d’Usuard en 865. Fête le 1er novembre.

6 Th. Jarry, La Normandie, p. 322 ; Bayeux a d’abord administré tout le Cotentin, avant la constitution du diocèse de Coutances.

7 Vita, B, 2, 5 et 4, 19 ; rien à voir avec la mégère qui sévit dans la Vie ancienne de saint Samson, 1, 55-56. L’épisode de la conversion des Bretons de l’île d’Agna, A1, 13-16, semble marqué par la Vie ancienne de saint Samson (1, 59) qui mentionne Angia. L’hagiographe revendique donc pour son saint la conversion des Bretons !

8 Saint Pair (Paternus) bénéficie d’une Vita, œuvre de Fortunat. Il s’est rendu, lui, auprès de Childebert à son expresse demande, multa prece, 14, 41 et devient évêque d’Avranches à 70 ans, après un songe où il voit Melaine, Leontianus et Vigor qui venaient de mourir, 16, 46. Saint Lô, treize ans après, vient l’ensevelir à Sesciacum (Sissy). Les deux abbés, saint Marcouf et saint Pair, sont donc contemporains ; saint Pair est né à la fin du ve siècle ; présent à Paris en 562, il a dû mourir peu après.

9 Ce sont les quatre paroisses de Saint-Samson-sur-Risle, de la Roque, du Marais-Vernier et de Conteville ; v. P. Flobert, La vie ancienne de saint Samson de Dol, Paris, CNRS, 1997, p. 13 ; sur les débris mérovingiens en pierre provenant de Saint-Samson-sur-Risle, voir Jacques Le Maho, Les premiers monuments chrétiens de la France, 3, Paris, Picard, 1998, p. 316-319 ; sur les moulures et les briques décoratives, cf. A. de Caumont, Abécédaire d’archéologie (Architecture religieuse), 5e éd., Caen, 1886, p. 87-90.

10 La figure emblématique de Childebert Ier apparaît dans une quinzaine d’hagiographies bretonnes : saint Samson I et II, saint Malo (Bili), saint Pol de Léon, saint Tudual, saint Magloire, saint Goulven, saint Maudez, saint Hervé, saint Lunaire, saint Méloir, etc. ; v. F. Duine, Memento des sources hagiographiques de l’histoire de Bretagne, I, Rennes, Bahon-Rault, 1918, n° 224, p. 175. Seul le premier texte est historique ; dans sa réfection, le roi est qualifié d’imperator et son nom est bientôt déformé : Filbertus, Philibertus, Gillebertus (le produit français est Heudebert). On notera l’expression rex Christianissimus. La domination franque sur la Bretagne (cf. Grég.-T., Hist., 4, 4) était plus théorique que réelle.

11 Confusion répétée (O. Pontal, J. Gaudemet) du nom latin de Sées (ciuitas Saiorum ; ne pas écrire Séez, qui se trouve en Savoie !), Uxoma, qui correspond à Exmes, avec Saint-Pol-de-Léon, totalement exclu ! Voir L. Duchesne, Fastes, II (2e éd.), p. 244-245, note 1 ; Th. Jarry, La Normandie, p. 322-323.

12 Childebert Ier est pourtant responsable du meurtre des enfants de Chlodomir en 524 (Grég.-T., Hist., 3, 18), même s’il demande à Clotaire II, son complice, inexorable, la vie du second fils, son filleul. On sait que le troisième, Chlodoaldus (saint Cloud), promis à l’état ecclésiastique, échappa seul au massacre.

13 Sulpice-Sévère, Dial., 1, 4, 6, met dans la bouche de Gallus, en réponse à saint Martin, une remarque ironique sur la voracité (edacitas) des Gaulois, qui ne sont pas des anges (cogis exemplo angelorum uiuere).

14 « Dans le monastère unelle de Nant » ; parfois développé par erreur en Nanteuil ! C’est saint Lô qui mit saint Marcouf (comme saint Pair) en terre, Vita, A, 3, 2-3, ce qui pose un problème chronologique (après 562).

15 Cf. P. Flobert, « Le site de la capitale des Vnelli/Venelli : Carentan ou Saint-Côme-du-Mont ? », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 2002 (sous presse).

16 Vita, A, 2, 7 in pago Constantino qui Nantus dicitur, dans le Cotentin. Le mot figure dans le glossaire d’Endlicher, à Vienne : nanto ualle, trinanto tres ualles (P.-Y. Lambert, La langue gauloise 2, Paris, Errance, 2003, 8, p. 206). C’est l’adjectif verbal en *-to-(plutôt que le nom verbal en -*tu-) de la racine *nem-au degré zéro : J.Pokorny, Idg. etym. Wört., I, Berne, Francke, 1959, 2 nem-, p. 764 ; E. Laroche, Histoire de la racine *nem-en grec, Paris, Klincksieck, 1949, p. 263. Le sens est « incliné, penché, en pente » (cf. scr. namati « il courbe » ; gr. νóµος « loi » ?).

17 W. von Wartburg, Fr. et. Wört., VII, Basel, 1955 ; nantus, p. 7B.

18 Chapitre nourri d’Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France, I, Paris, Champion, 1920 (reprod. 1979), p. 5354 ; Ternant (Ain, Char.-Maritime, Côte-d’Or, Nièvre, etc.) doit représenter le trinanto « les trois vallées » d’Endlicher ; v. aussi A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire des noms de lieux de France, Paris, Larousse, 1963, p. 488-489, s. v. Namcel.

19 R. Wace, Le roman de Rou, éd. A. J. Holden II, Paris, Picard, 1971, p. 321 (= Appendice, p. 393-398). Destruction complète après le pillage ; rivier signifie évidemment « rivage » et Nantes représente la francisation de Nantus ; les chefs normands sont Hasting et Björn. La Vita, A, 1, 6, quant à elle, ajoute une localisation bien vague : situs in lit-tore Oceani maris, non ualde procul ab urbe quae appellatur Constantina. Côte ouest du Cotentin ? Ce serait contraire à toutes les indications toponymiques ; la critique du site traditionnel par Charles Grosset, « Hypothèse sur l’évangélisation du Cotentin. IV : saint Marcouf », Revue de la Manche, 21, 1979, p. 39-68, n’a pas convaincu François de Beaurepaire, Les noms de communes […] de la Manche, Paris, Picard, 1986, p. 203 : en effet, il situe le monastère près de Hiégatte, s’autorisant du Bulletin paroissial de Montmartin-en-Graignes ! L’enclave bayeusaine de Sainte-Mère-Église (Th. Jarry, La Normandie, p. 322) nous oriente décidément vers les environs de Saint-Marcouf : le saint devait déjà connaître le pays. Ajouter le passé gallo-romain et mérovingien (monnaies) de Saint-Marcouf, CAG, 50, 1989, 260, p. 66-67, pour ne rien dire de la fontaine miraculeuse.

20 Le Plain rectiligne n’offre de relief qu’à Quinéville au nord, et une rivière, la Sinope ; on sait que les paroisses ne se développaient guère qu’à une certaine distance des monastères. L’archéologie sera la seule à trancher. Il existe une autre église Saint-Marcouf sur le territoire de Pierreville (canton des Pieux), outre celle du Calvados (canton d’Isigny). On cite encore une chapelle Saint-Marcouf à Saint-Germain-de-Varreville.

21 Les îles Saint-Marcouf, à 10 km de l’église, se composent, outre le Rocher-Bastin, de l’Île-de-Terre et de l’Île-du-Large, la plus vaste. La cabane de bois (casula, Vita, B, 3, 12) du saint, servant de chapelle, fut miraculeusement transportée par la mer à Fécamp au viie siècle : Th. Jarry, La Normandie, p. 338. La Vita, A, 2, 10 (texte peu sûr) mentionne deux îles, les Duae Limones (Liniones, Liuiones ?) ; p. Grosjean, Anal. Boll., 65, 1947, p. 150, compare irl. lem « orme ».

22 C’est le sarcophage du saint avec son corps entier, accordé définitivement par l’évêque de Coutances Herleboldus en 906 (diplôme de Charles le Simple). Saint Ouen, comme on sait, n’arriva pas à obtenir le chef du saint, mais il y eut des reliques à Péronne, Tournai, Anvers, Cologne et, aujourd’hui encore, à Saint-Marcouf (Calvados).

23 Reproduction Paris, Armand Colin, 1961. Jean-Pierre Poly, a repris la question dans une optique anthropologique, sous l’influence de J. Le Goff et de Cl. Lévi-Strauss : « La gloire des rois et la parole cachée ou l’avenir d’une illusion », D. Iogna-Prat et J.-Ch. Picard (éd.), Religion et culture autour de l’an Mil, Paris, Picard, 1990, p. 167-185. J’ai du mal à croire à une relation entre les écrouelles et le loup, second élément du nom de saint Marcouf, dont l’analyse n’était plus possible bien avant le xiie siècle ; la substitution d’un loup au chien enragé dans la Vita, B, n’est qu’un enjolivement banal. La variante Marcoul montre clairement l’attraction de col, cou. On verra dans ce volume, p. 186-188, une statue et une peinture du xviie siècle (à Grez-Doiceau) représentant saint Marcoul touchant les écrouelles. On trouve aussi l’abbé portant la mitre (v. Ch. Grosset, p. 68).

24 On a cité plus haut le vitrail de Coutances ; la Vita, A, 3, 19, parle plus crûment de testicules arrachés !

25 Sur ces calembours, Marc Bloch, Les rois, p. 266, note 3, renvoie opportunément à H. Delehaye, Les légendes hagiographiques, Bruxelles, Bollandistes, 1905, p. 54 (= 1927-3, p. 46), et cite, p. 267, saint Clair, vénéré en Basse-Normandie, qui guérit les maladies des yeux. On connaît le mot de Max Müller : « La mythologie est une maladie du langage. »

26 Clovis n’avait été que baptisé à Reims ; M. Bloch, Les rois, p. 68-69, montre que l’onction sainte ne commença qu’avec Pépin le Bref, en quête de légitimité, et les Carolingiens.

27 Louis XVI (M. Bloch, Les rois, p. 359), après son sacre, ne toucha pas moins de 2 400 scrofuleux !

28 Charles X, après bien des atermoiements, toucha les écrouelles à Reims, malgré la pétition des habitants de Corbeny frustrés, à l’hospice Saint-Marcoul ; on n’établit que cinq certificats de guérison (M. Bloch, Les rois, p. 424, note 2), mais il y eut bien davantage de solliciteurs (environ 130). Charles X, à la différence de ses prédécesseurs, ne répéta jamais son geste.

29 Au contraire l’enthousiasme se déploya généreusement en 1834, pour la visite de Louis-Philippe, de la reine et de deux de leurs fils et, en 1858, pour celle de Napoléon III et de l’impératrice Eugénie, qui assurément n’étaient pas encore des exilés.

Auteur

Professeur émérite, université Paris-Sorbonne, ÉPHÉ IV

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540