Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Première partie. « L'échelle de Jacob » : le monachisme celtique du ciel à la terre

Relations entre l’abbaye de Fleury-sur-Loire et les pays celtiques (Xe-XIe siècles)

Pierre Riché

Texte intégral

1En 1923, dans les Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, Dom Louis Gougaud donnait un important article sur les « Relations entre l’abbaye de Fleury-sur-Loire avec la Bretagne et les îles Britanniques (xe-xie siècles) ». Cet article a toujours fait autorité, mais depuis des travaux ont permis d’approfondir cette histoire. En 1984, J.-M. Berland faisait, au Congrès des sociétés savantes de Brest en 1982, une communication sur « L’influence de l’abbaye de Fleury-sur-Loire en Bretagne et dans les îles Britanniques du xe au xiie siècle » qui n’ajoutait pas beaucoup à l’article de Dom Gougaud. En 2004, le millénaire de la mort d’Abbon, abbé de Fleury, sera célébré à Orléans et à Saint-Benoît-sur-Loire. C’est pour nous l’occasion d’étudier à nouveau la question en apportant quelques données nouvelles.

  • 1 P. Riché., Vie d’Abbon, Brepols, 2004, première partie.

2Dans le haut Moyen Âge, le rayonnement de l’abbaye de Fleury est très grand. D’une part, on peut venir y vénérer les reliques de saint Benoît que des moines amenèrent du Mont-Cassin au viie siècle. D’autre part, depuis que l’abbé de Cluny, Odon, imposa une réforme au monastère au milieu du xe siècle, les coutumes fleurisiennes sont un modèle que beaucoup d’abbayes voulurent imiter1.

  • 2 Chronique de Nantes, éd. R. Merlet, Paris, 1896, p. 113.
  • 3 Église portant par la suite le nom de Prieuré Saint-Symphorien, puis chapelle des Jésuites en 1617

3Pendant ce xe siècle les Scandinaves envahirent la Bretagne. Des moines bretons s’enfuirent vers l’intérieur du royaume en emportant leurs reliques et leurs manuscrits. Des liens se nouent entre la Bretagne et Fleury. La Chronique de Nantes nous dit que le duc Alain Barbetorte envoya en 943 son bâtard Guérec, futur comte-évêque de Nantes, passer ses années de jeunesse dans l’abbaye2. Les Annales de Fleury mentionnent, en 952, la mort du duc Alain. La région d’Orléans semble être un pays-refuge pour les Bretons. Les moines de Dol déposèrent les reliques de saint Samson dans l’église Saint-Symphorien d’Orléans3.

  • 4 Cf. A. Vidier, L’historiographie à Saint-Benoît-sur-Loire et les miracles de saint Benoît, Paris, (...)

4Hesdren, évêque de Nantes puis de Saint-Pol-de-Léon, est chassé par les Normands en 963 et se réfugie à Fleury avec les reliques que l’on croyait être celles de saint Maur, l’Africain. Il est bien accueilli par l’abbé Richard (962-978) et finit sa vie dans le monastère4. Enfin Abbon, également évêque de Saint-Pol-de-Léon, arrive à Fleury avec les reliques de saint Pol et des manuscrits dont je reparlerai plus loin.

  • 5 Ch. Vulliez, Des écoles de l’Orléanais à l’université d’Orléans, xe-début du xive siècle, thèse, P (...)

5La date de l’arrivée de Mabbon est très discutée. En 952, selon D. Berland et P. Cousin, entre 958 et 962 selon F. Lot, Cheix et Dom Gougaud. P. Cousin, en signalant la souscription, de Mabbon dans une charte de l’évêque de Chartres, Ragenfroi, pour la restauration de Saint-Père de Chartres (954), suppose que Mabbon était déjà là à cette époque et avait accompagné l’abbé Wulfade qui fut nommé évêque de Chartres en 962. Pourtant, comme le fait remarquer Charles Vulliez, le nom de Wulfrade n’est pas parmi les souscripteurs, alors que celui de l’évêque breton de Redon s’y trouve5. Tout cela demanderait des éclaircissements.

  • 6 A. Vidier, op. cit., p. 101.

6Les restes de saint Pol sont installés dans l’église Sainte-Marie, à côté du tombeau de saint Benoît qui était autrefois dans la crypte. On pensait que le manuscrit d’Orléans n° 60 (57), provenant de Fleury, nous donnait un sermon de Pol Aurélien, mais en fait il s’agit d’un sermon d’Augustin. Par contre on connaît trois fêtes qui rappellent le souvenir de l’évêque breton à Fleury : le 12 mars, dies natalis, le 18 août, date de la consécration de l’autel, et le 19 octobre, souvenir de la translation des reliques6.

  • 7 Cf. note de l’édition d’André de Fleury, Vie de Gauzlin, abbé de Fleury, Paris, 1969, p. 64.
  • 8 Ch. Cuissard, Revue celtique, 1883, p. 414.

7Des Bretons viennent en pèlerinage sur le tombeau de saint Pol. Le plus connu est Félix, abbé de Saint-Gildas-de-Rhuys. Félix, originaire de Cornouaille, commença sa vie en étant ermite à Ouessant. C’est là que saint Pol, venant de la Cornouaille britannique, s’était d’abord installé. Félix, enthousiasmé par les récits de la vie du saint, décide d’entrer au monastère de Fleury et de vivre auprès des reliques de saint Pol. C’était au temps de l’abbé Abbon (†1004). Il en fut récompensé puisqu’il bénéficia là d’une guérison miraculeuse. Il resta plusieurs années à Fleury, jusqu’au moment où le duc Geoffroy Ier de Bretagne (992-1008) demanda à l’abbé Gauzlin, qui succéda à Abbon, de lui envoyer quelques moines pour restaurer les monastères de Saint-Gildas-de-Rhuys et de Locminé qui avaient été dévastés par les Scandinaves. Ces deux monastères étaient dans le diocèse de Vannes dont l’évêque était frère du duc. Félix obéit mais, après la mort du duc, il voulut revenir à Fleury. La veuve de Geoffroy le lui interdit. En 1024, découragé par des troubles dans la région, il décide de revenir chercher le calme de Fleury. Malgré plusieurs appels il refuse de rejoindre Saint-Gildas jusqu’au jour où l’abbé Gauzlin, devenu archevêque de Bourges, lui impose la bénédiction abbatiale et le renvoie dans le monastère breton. C’est là qu’il meurt, le 4 mars 10387. Son épitaphe a été retrouvée dans un manuscrit d’Orléans provenant de Fleury8.

  • 9 R.-H. Bautier, éd. d’André de Fleury, op. cit., p. 65.

8La Vie de Gauzlin parle d’un compagnon de Félix, Thion, qui, lui aussi, fut envoyé de Fleury en Bretagne comme abbé du monastère de Rodonicum. S’agit-il de Redon ou de Saint-Melaine de Rennes (Redonense), on en discute encore9. Ce Thion, nous dit la Vie de Gauzlin, bénéficia d’un miracle pendant son voyage en bateau. Grâce aux prières à saint Benoît il retrouva son bâton pastoral qui était tombé dans l’eau. Les deux moines étaient sans doute partis pour la Bretagne en descendant la Loire, ce fleuve qui permettait les échanges entre la péninsule Armoricaine et l’abbaye de Fleury.

9La Vie de Gauzlin mentionne aussi un autre moine fleurisien qui s’intéressa à la Bretagne. Il s’agit de Vital qui « corrigea, grâce au jugement de son esprit pénétrant et éclairé, la vie de l’éminent Pol, l’illustre évêque des Bretons ». Corriger est le terme qui convient puisque Vital reprit une première Vie de Pol écrite par un moine de Landévennec, Wrmonoc, à la fin du ixe siècle. Cette Vie conservée dans un manuscrit d’Orléans, nous en reparlerons, avait été écrite en partie en vers. Vital l’a reprise et nous dit, dans son introduction, qu’il a voulu supprimer le verbiage breton (garrulitas brittanica). « J’ai trouvé les gestes de ce saint homme écrits, mais dans un verbiage breton si confus qu’ils sont pesants à ceux qui les lisent. » Il réduit donc la longueur des phrases, améliore l’ordre des mots ; et il ajoute « afin que l’esprit du lecteur ne soit pas troublé par des noms bretons discordants… sans utilité pour son travail », il en supprime un certain nombre, particulièrement les noms des frères du saint et de ses compagnons.

  • 10 P. Riché, « Les hagiographes bretons de la Renaissance carolingienne », Actes du 91e Congrès natio (...)
  • 11 F. Lot, Mélanges d’histoire bretonne, Paris, 1907, p. 234.

10Wrmonoc était le disciple de l’abbé de Landévennec, Wurdisten, qui avait écrit une Vie de saint Guénolé. Les hagiographes bretons de l’époque carolingienne se signalent par leur style un peu maniéré, héritage d’une tradition celtique hispérique10. Vital avait découvert cette Vie dans la bibliothèque de Fleury (ms. Orléans 261(217) f° 42-73) et avait décidé d’en faire une seconde version lorsqu’il avait appris que le moine Félix avait trouvé une guérison miraculeuse auprès du tombeau de saint Pol. Pour certains auteurs il aurait même terminé sa vie à Saint-Gildas, où il aurait succédé à l’abbé Félix11. Pourtant cette hypothèse a été combattue avec raison. Alors ce Vitalis serait-il le disciple d’Abbon à qui une lettre concernant le calcul de la date de Pâques avait été destinée en 1004 ? C’est possible.

  • 12 Ch. Vuilliez, op. cit., p. 192 et R.-H. Bautier dans Vie de saint Gauzlin, p. 27.
  • 13 H. Le Bourdellès, « Vie de saint Josse », Studi Medievali, décembre 1993, p. 863-958.

11La bibliothèque de Fleury possédait d’autres Vies de saints bretons, nous en reparlerons plus loin. D’autre part, Isembard, auteur d’un Puerorum speculum, a écrit le récit de l’invention des reliques de saint Judoc ou Josse, à la demande de l’abbé de Saint-Josse-sur-Mer après 97712. Ce prince breton, frère du roi Judicael, contemporain de Dagobert, était mort dans le Ponthieu. Ses reliques avaient été transportées en Angleterre au moment des invasions normandes puis ramenées par la suite dans l’abbaye qui porte son nom13.

  • 14 P. Riché, Vie d’Abbon de Fleury, IIIe partie.
  • 15 L. Fleuriot, Dictionnaire des gloses en vieux-breton, Paris, 1964 et Dictionnaire du vieux-breton, (...)

12En dehors des textes narratifs que nous avons utilisés, que pouvons-nous savoir sur les relations entre l’abbaye de Fleury et les pays celtiques ? Il faut entrer dans la bibliothèque de l’abbaye et repérer les manuscrits originaires de ces pays14. On sait, je l’ai déjà dit, que les moines fuyant les invasions scandinaves ont emporté avec eux des manuscrits. Ils sont partis vers l’intérieur du royaume, vers le nord et vers les régions ligériennes. Le cas de Mabbon, évêque de Saint-Pol-de-Léon, est exemplaire. Il vient se réfugier à Fleury avec les reliques de saint Pol mais aussi avec des manuscrits. Le manuscrit de saint Ambroise conservé à Berne (n° 277) porte à son folio 1 Hunc codicem Mabbo episcopus dedit sancto Benedicto. Tous les manuscrits n’ont pas la chance de donner le nom du bienfaiteur. Il faut donc se contenter des indices, telles les gloses en breton ou les notations neumatiques bretonnes. Les travaux de Léon Fleuriot, Louis Lemoine, Élisabeth Pellegrin, Jean-Louis Deuffic, Michel Huglo, Marco Mostert, ainsi que les répertoires établis par Bernard Bischoff nous permettent ce repérage15. Il peut s’agir soit des manuscrits venus des pays celtiques, soit des scribes celtes ayant travaillé à Fleury. Puisque nous avons commencé, avec le manuscrit de Mabbon, par les textes patristiques, continuons dans cette section. Le commentaire sur saint Luc et un traité du diacre Pélage – Orléans 73(70) – portent aux folios 65 et 176 des noms bretons et des neumes de cette région. Quelques folios du Berne 219 qui contient entre autres textes la chronique de saint Jérôme portent des neumes bretons.

  • 16 Cf. L. Fleuriot, op. cit., I, 4.

13L’Historia adversus paganos d’Orose est contenue dans deux manuscrits, celui qui vient du Vatican (Reg. lat. 296) porte au folio 108 le nom du scribe Lios Monocos et un certain nombre de gloses bretonnes16. Celui de Berne 160, du xie siècle, également des gloses en vieux breton. Le Carmen pascale de Sedulius – Orléans 302(255) – d’écriture de type insulaire, du ixe siècle, a plusieurs gloses significatives. Également à Orléans – 168(145) – de la même époque vient un manuscrit d’Eucher avec une glose en breton au folio 101.

  • 17 Catalogue de l’exposition de 1985, Landévennec : aux origines de la Bretagne, notes 85 et 97.
  • 18 M. Huglo, « Le domaine de la notation bretonne », Acta musicologica, 1964, p. 87.

14Parmi les textes bibliques, il faut faire une place à part au manuscrit de Berne 85. Le début de l’évangile de saint Jean est orné d’une initiale de type celte et, au folio 120, d’un dessin de la même origine. Le dessin des quatre évangélistes en représentation anthropozoomorphique rappelle les manuscrits originaires de Landévennec17. Ajoutons que M. Huglo y a remarqué des notations musicales bretonnes18. Le livre des prophètes conservé dans Orléans 17(14) est décoré de rinceaux d’entrelacs et semble d’origine insulaire. Le manuscrit Orléans 182(159) a des gloses en breton à partir du folio 242. Un commentaire anonyme de l’Évangile (Vatican, Reg. lat. 49) paraît lui aussi venir de Bretagne.

  • 19 P.-Y. Lambert, dans Études Celtiques, 19, 1982, p. 173.
  • 20 L. Fleuriot, op. cit., I, p. 4.
  • 21 L. Lemoine, Recherches…, I, p. 33-34. On trouve ce texte dans les MGH Poet., IV, 1, p. 276.
  • 22 O. Homburger, Die illustrieten Handschriften der Burgerbibliothek Bern, Berne 1962.

15Passons maintenant aux ouvrages classiques. La grammaire de Priscien se trouve dans un manuscrit de la BNF lat. 10290. On remarque jusqu’au folio 39 des gloses en breton. Le manuscrit provient sans doute d’un scriptorium breton, d’après un modèle irlandais19. Des œuvres de Virgile sont dans le manuscrit de Berne 167 (seconde moitié du ixe siècle). On attribuait autrefois ce manuscrit à Landévennec. On y trouve de nombreuses gloses en breton20. Le nom de Lios Monocus, déjà signalé plus haut, se retrouve dans un manuscrit du Libellus sacerdotalis, Paris, BNF lat. 1338621. La Consolation de Philosophie de Boèce (Berne 179), qui porte une illustration au folio 31, vient des pays insulaires22.

  • 23 Cf. L. Fleuriot, op. cit., I, p. 15 et E. Pellegrin, p. 207.
  • 24 J.-L. Deuffic, op. cit., note 60.

16Du pays de Galles vient un manuscrit de Leyde (Voss Q 2) qui contient la fin de l’Isagogue de Porphyre23. Un autre manuscrit contenant des ouvrages de dialectique est celui d’Orléans 263(219), du ixe siècle. On y trouve du pseudo-Alcuin, du pseudo-Augustin, du Cassiodore, du Martianus Capella. La suite se trouve dans le BNF lat. 6638 avec des initiales entourées d’entrelacs. Selon B. Bischoff il vient de Bretagne24.

  • 25 Cf. Catalogue de l’exposition…, note 88.
  • 26 L. Fleuriot, op. cit., I, p.4.
  • 27 Ibid., p. 16.

17Parmi les ouvrages scientifiques nous trouvons un traité de médecine, de comput et d’astronomie (BNF NAL. 1616) qui comporte au folio 6 quelques gloses en breton25. Le manuscrit de la bibliothèque de Leyde (Voss lat. 96A) porte au folio 2 une recette de médecine en texte bilingue latin-breton, avec 70 noms de plantes et de maladies. Peut-être vient-il de Landévennec26. Le manuscrit de Paris (BNF lat. 6400 B) est un recueil composite avec comput, tableaux chronologiques et deux gloses en vieux breton27.

  • 28 Cf. Catalogue…, note 93 et L. Fleuriot, Annales de Bretagne, 1971, p. 601.

18Des collections canoniques proviennent de pays celtes. Un manuscrit d’Orléans écrit par Junobrus – 221(193) – garde la collectio canonum hibernensis avec gloses interlinéaires en breton (332 gloses, dont 109 abrégées). On peut traduire ainsi le colophon : « Junobrus a écrit cette sainte compilation, demandez que son âme repose en paix et qu’il habite le paradis pour l’éternité28. » Notons que nous trouvons d’autres noms bretons : les scribes Maeloc et Arbedoc, dans les collections canoniques (BNF lat. 3182 et 12021) mais qui ne proviennent sans doute pas de Fleury.

19Les manuscrits liturgiques venant de Bretagne ou annotés par des Bretons sont à signaler. Des neumes vieux bretons sont dans les manuscrits d’Orléans 73(70) du ixe siècle au folio 176, dans celui de la même bibliothèque d’Orléans 182(159) à partir du folio 242.

  • 29 Cf. M. Huglo, op. cit., p. 2.

20Au Vatican (Reg. lat. 552) nous trouvons un missel avec notation bretonne29. Mabbon, évêque de Saint-Pol, a donné le texte d’une hymne (Berne 277). Le manuscrit d’Angers 91(63) est un sacramentaire avec notation bretonne qui vient sans doute de Saint-Aubin d’Angers, mais le manuscrit d’Orléans 261(217), lui, conserve l’office de saint Pol, et son voisin 263(219), dont la suite se trouve à Paris BNF lat. 6638 et comporte des extraits du de divinibus officiis du pseudo-Alcuin.

  • 30 F. Kerlouegan, « Le manuscrit Orléans, 261(217) et la Vita Pauli Aureliani d’Uurmonoc de Landévenn (...)

21Enfin, des Vies de saints d’origine celtique se trouvent à Fleury. En premier lieu, redisons-le, la Vie de saint Pol de Léon apportée sans doute par Mabbon avec les reliques. Elle a été écrite par Uurmonoc, moine de Landévennec, à la fin du ixe siècle. Elle est gardée dans le manuscrit assez composite d’Orléans 261(217) folios 42-134. Le manuscrit contient de nombreuses gloses bretonnes et un office de saint Pol30. Une autre Vie de saint Pol, je l’ai dit, a été composée par Vital, moine breton, et elle se trouve dans le manuscrit du Vatican Reg. lat. 458, folios 37-52, complété par le Reg. lat. 646. Un manuscrit d’Orléans, n° 322(272) du xie siècle, mentionne la translation des reliques de saint Pol. Deux folios, 42 et 43 du manuscrit d’Orléans 192(169) sont d’origine bretonne.

  • 31 Cf. P. Flobert, introduction à l’édition de la Vie de saint Samson de Dol, Paris, 1997, p. 41.

22Parmi les autres Vies de saints, mentionnons celle de saint Samson, Reg. lat. 465 folios 63-7531, celle de saint Grégoire (Orléans 340(288)), celle de saint Lunaire (Orléans 343(292) folios 1-94), celle de saint Maur (Berne 48). Aucun manuscrit de la Vie de saint Josse par Isembard n’a été trouvé à Fleury. Lorsque l’abbaye de Saint-Gildas a été restaurée par les moines bretons, nous trouvons là deux antiphonaires bretons avec neumes.

  • 32 L. Gougaud, op. cit., p. 30.

23Enfin Dom Gougaud avait déjà noté qu’une litanie du Libellus precum présente des noms de saints d’Irlande : Colomban, Colomba – dont l’hyme Altus prosator est conservé dans Orléans 169-146 – Fursy, Patrice, Comgall, Adamnan, Ciaran, Brigitte et Ita. Les relations entre Fleury et l’Irlande existent. Un antiphonaire en écriture irlandaise est dans le manuscrit BNF NAL 1628, folios 1-432.

  • 33 M. Simon, « Letald de Micy, historien ou fantaisiste ? », Mélanges Kerlouégan, Annales littéraires (...)

24Tels sont les témoignages de liens entre Fleury et les pays celtiques. Ils étaient étroits. Il n’en est pas de même chez un moine qui eut d’excellents rapports avec Abbon et Fleury, le célèbre Létald de Micy, si vraiment, comme l’avait supposé après d’autres le frère Marc à qui ce volume est dédié, Létald a écrit le Sermo uenerabilis Paulini legionensis Britannicae urbis episcopi de translatione S. Mathaei apostolis33. Les Bretons sont assez malmenés. Souhaitons, pour l’honneur de Létald et de la Bretagne, que cet écrit ne soit pas du moine de Micy.

Notes

1 P. Riché., Vie d’Abbon, Brepols, 2004, première partie.

2 Chronique de Nantes, éd. R. Merlet, Paris, 1896, p. 113.

3 Église portant par la suite le nom de Prieuré Saint-Symphorien, puis chapelle des Jésuites en 1617.

4 Cf. A. Vidier, L’historiographie à Saint-Benoît-sur-Loire et les miracles de saint Benoît, Paris, Picard, 1965, p. 98. Sur le calendrier du xive siècle, les fêtes de Mabbon et d’Hesdren ont lieu le 18 mars. Cf. A. Vidier, op. cit.

5 Ch. Vulliez, Des écoles de l’Orléanais à l’université d’Orléans, xe-début du xive siècle, thèse, Paris X-Nanterre 1993, t. I B (inédite), p. 166-167, qui renvoie à A. Vidier, L’historiographie…, p. 10 ; à F. Lot, « Date de l’exode des corps des saints bretons hors de Bretagne », Annales de Bretagne, 15, 1899, p. 60-76 ; à L. Gougaud, op. cit., p. 4 sq. ; à P. Cousin ?, Abbon de Fleury-sur-Loire, Paris, 1954, p. 45-47 et à J.-M. Berland, « L’influence de l’abbaye de Fleury-sur-Loire… », p. 276.

6 A. Vidier, op. cit., p. 101.

7 Cf. note de l’édition d’André de Fleury, Vie de Gauzlin, abbé de Fleury, Paris, 1969, p. 64.

8 Ch. Cuissard, Revue celtique, 1883, p. 414.

9 R.-H. Bautier, éd. d’André de Fleury, op. cit., p. 65.

10 P. Riché, « Les hagiographes bretons de la Renaissance carolingienne », Actes du 91e Congrès national des sociétés savantes, 1966, t. II, p. 651-659 ; réimpr. dans Instruction et vie religieuse dans le haut Moyen Âge (Variorum Reprint), Londres 1981, XVIII.

11 F. Lot, Mélanges d’histoire bretonne, Paris, 1907, p. 234.

12 Ch. Vuilliez, op. cit., p. 192 et R.-H. Bautier dans Vie de saint Gauzlin, p. 27.

13 H. Le Bourdellès, « Vie de saint Josse », Studi Medievali, décembre 1993, p. 863-958.

14 P. Riché, Vie d’Abbon de Fleury, IIIe partie.

15 L. Fleuriot, Dictionnaire des gloses en vieux-breton, Paris, 1964 et Dictionnaire du vieux-breton, Toronto, 1985. L. Lemoine, Recherches sur l’enseignement et la culture de la Bretagne du haut Moyen Âge, thèse de doctorat, université de Rennes, 1985, 2 vol. (inédite). E. Pellegrin, articles réunis dans Bibliothèques retrouvées. Manuscrits, bibliothèques et bibliophiles du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, 1988, en particulier « Membra disjecta Floriacensia », p. 159-210 et 257-277. J.-L. Deuffic, « La production manuscrite des scriptoria bretons (viiie-xie siècles) », Actes du xve centenaire de la fondation de l’abbaye de Landévennec, 1985, p. 289-321. M. Huglo, « Le domaine de la notation bretonne », Britannia Christiana, 1981. M. Mostert, The Library of Fleury, Hilversum, 1989.

16 Cf. L. Fleuriot, op. cit., I, 4.

17 Catalogue de l’exposition de 1985, Landévennec : aux origines de la Bretagne, notes 85 et 97.

18 M. Huglo, « Le domaine de la notation bretonne », Acta musicologica, 1964, p. 87.

19 P.-Y. Lambert, dans Études Celtiques, 19, 1982, p. 173.

20 L. Fleuriot, op. cit., I, p. 4.

21 L. Lemoine, Recherches…, I, p. 33-34. On trouve ce texte dans les MGH Poet., IV, 1, p. 276.

22 O. Homburger, Die illustrieten Handschriften der Burgerbibliothek Bern, Berne 1962.

23 Cf. L. Fleuriot, op. cit., I, p. 15 et E. Pellegrin, p. 207.

24 J.-L. Deuffic, op. cit., note 60.

25 Cf. Catalogue de l’exposition…, note 88.

26 L. Fleuriot, op. cit., I, p.4.

27 Ibid., p. 16.

28 Cf. Catalogue…, note 93 et L. Fleuriot, Annales de Bretagne, 1971, p. 601.

29 Cf. M. Huglo, op. cit., p. 2.

30 F. Kerlouegan, « Le manuscrit Orléans, 261(217) et la Vita Pauli Aureliani d’Uurmonoc de Landévennec (BHL 6585) », Mélanges Léon Fleuriot, Rennes 1992, p. 149-159.

31 Cf. P. Flobert, introduction à l’édition de la Vie de saint Samson de Dol, Paris, 1997, p. 41.

32 L. Gougaud, op. cit., p. 30.

33 M. Simon, « Letald de Micy, historien ou fantaisiste ? », Mélanges Kerlouégan, Annales littéraires de l’université de Besançon, n° 515, 1994, p. 573.

Auteur

Professeur émérite, université de Paris-Nanterre

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540