Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Introduction

Louis Lemoine et Bernard Merdrignac

Texte intégral

1Voici bientôt vingt ans, en 1985, l’abbaye de Landévennec, nichée sur son promontoire péninsulaire à l’extrême pointe de la Bretagne, fêtait solennellement le 15e centenaire de sa fondation par saint Guénolé.

  • 1 J. d’Ormesson, Le vent du soir, Paris, J.-C. Latès, 1985, p. 145.

2Date symbolique, destinée avant tout à exprimer la filiation spirituelle dont se réclament les moines de notre temps, parés à « endosser » (selon un terme du père Marc Simon) quinze siècles d’histoire, pour le meilleur et pour le pire, tant il est avéré, comme l’a écrit plaisamment quelque part et à un tout autre propos1 Jean d’Ormesson, que « le passé est ce qui empêche l’avenir d’être n’importe quoi ».

  • 2 A. De La Borderie, Histoire de Bretagne, t. 1, Rennes, 1896, p. 316. Cf. contra, H. Guillotel, « Le (...)

3Peu importe au fond, dans cette perspective, que cette filiation soit tout aussi putative que cette date est conventionnelle. D’une part, dès l’an 2000, la communauté monastique célébrait avec autant de ferveur – quoique plus discrètement – le cinquantenaire de la renaissance de la vie religieuse sur ce « lieu de mémoire », après plus d’un siècle et demi d’interruption. D’autre part, la date de 485 prétexte à cette commémoration avait été retenue par défaut. Elle reposait sur l’autorité de l’historien régionaliste du xixe siècle Arthur de La Borderie. Or les arguments avancés par celui-ci pour l’imposer, dans sa monumentale Histoire de Bretagne2, n’avaient rien de décisif.

  • 3 M. Simon (éd.), Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Âge, op. cit., p. 7.

4« Et pourquoi pas ? » écrivait pourtant le père Marc Simon dans l’« Avant-propos » des Actes du colloque international organisé à cette occasion3. Pourquoi pas, en effet ? Depuis lors, les recherches archéologiques menées sur place par Mme Annie Bardel (UMR 6566 CNRS) sont d’ailleurs venues apporter, comme on pourra le constater dans diverses contributions du présent volume, des indications chronologiques qui faisaient alors défaut à l’appui de cette hypothèse d’une datation haute.

  • 4 Cf. P.Riché, « Le réveil de la Belle au Bois Dormant : l’histoire de la Bretagne dans le très haut (...)

5La préparation de ce colloque historique d’avril 1985 a eu pour conséquence – entre autres effets collatéraux (comme on ne disait pas encore en ce temps-là) – la création l’année suivante du CIRDoMoC (Centre International de Recherche et de Documentation sur le Monachisme Celtique) sous la présidence du professeur Pierre Riché. Il aurait été regrettable, en effet, de laisser retomber les contacts fructueux noués en la circonstance, en dépit de la perte irréparable que représentait la disparition prématurée du professeur Léon Fleuriot († 1987). Sans ménager sa peine, le professeur Guénaël Le Duc, secrétaire de l’association, avec l’appui du bureau et d’un conseil d’administration efficaces, s’activait pour développer le Centre en gestation4. Celui-ci édite ses travaux dans la série Britannia Monastica. En outre la Lettre du CIRDoMoC informe deux fois par an ses membres de l’actualité de l’hagiographie médiévale et le site internet du CIRDoMoC (http ://cirdomoc.free.fr) présente les activités et les publications de celui-ci ainsi que les documents de travail indispensables et des liens vers d’autres sites relatifs à l’hagiographie celtique.

6Le CIRDoMoC s’assigne, en effet, pour objectif de promouvoir, dans une perspective de laïcité ouverte, les études concernant le monachisme « celtique » (au sens large) sous ses aspects les plus variés, tant matériels que spirituels, et de favoriser les échanges entre chercheurs et personnes intéressées de toutes nationalités par des rencontres et des colloques. Le professeur François Kerlouégan qui a assumé, à la suite de P. Riché, la présidence du CIRDoMoC durant plus d’une décennie jusqu’en 2004, souligne ici même, dans les pages qui précèdent, l’originalité des journées d’études accueillies à l’abbaye depuis juillet 1988. Celles-ci fournissent aux chercheurs institutionnels relevant des universités et/ou du CNRS et aux chercheurs indépendants ou aux érudits locaux un « lieu privilégié » pour s’exprimer et participer à des débats qui se font l’écho de la vitalité de la recherche en ce domaine.

7Le cadre « paradisiaque » de Landévennec que dépeignent déjà les sources médiévales n’est sans doute pas étranger à l’atmosphère conviviale de ces conférences, fructueuses et chaleureuses à la fois. Mais il n’y a pas de miracle (si l’on peut se permettre cette exclamation sans qu’elle sonne malicieusement ici) ! Le soutien apporté, avec une discrétion toute bénédictine, par la communauté monastique au CIRDoMoC depuis ses débuts est pour beaucoup dans les satisfactions que procurent ces rencontres à ceux qui s’y retrouvent d’une année sur l’autre chaque premier samedi de juillet. L’hospitalité accordée par l’abbaye aux intervenants, l’accueil que reçoivent les participants, la salle de réunion et le local mis gracieusement à la disposition du Centre permettent le déroulement de ces réunions dans des conditions idéales… Et le beau temps est toujours au rendez-vous, comme par surcroît ! Il revient à François Kerlouégan le soin – et le plaisir – d’exprimer dans son avant-propos la reconnaissance de tous au père Marc Simon qui est la véritable cheville ouvrière de ces journées, dans le prolongement de l’aide compétente et désintéressée qu’il apporte aux chercheurs de profession comme aux érudits amateurs (au plein sens du terme).

8En gage de gratitude, plus d’une trentaine d’intervenants aux journées du CIRDoMoC ont tenu à présenter au père Marc Simon à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, de nouvelles contributions qui reflètent la diversité des perspectives envisagées lors de ces sessions. D’autres à qui il n’a pas été possible de participer à cet hommage collectif s’associent cependant à celui-ci par la richesse des échanges intervenus lors de ces rencontres qui trouvent ici leur écho. On nous permettra d’évoquer tout particulièrement le souvenir du professeur Hubert Guillotel dont les interventions percutantes ont souvent contribué à animer ces séances. Quelques semaines encore avant son décès brutal, ce dernier faisait part à l’un des coordinateurs de l’ouvrage de son espoir d’être à même d’y contribuer dans les délais, en dépit de sa santé chancelante. Le temps, hélas, lui aura manqué !

9La pluralité des démarches spécifiques à l’hagiographie, l’histoire, l’archéologie, la philologie, la linguistique, concourt à éclairer le rôle joué à travers les siècles par le monachisme dont Landévennec représente l’un des foyers éminents en Bretagne, dans les échanges culturels et les relations sociales depuis le haut Moyen Âge jusqu’à nos jours. L’intérêt de cet ouvrage a amené les PUR à en accueillir une version remaniée dans la prestigieuse collection « Histoire » à destination d’un public, peut-être moins spécialisé que celui du CIRDoMoC mais néanmoins tout autant concerné par la diversité des questions abordées ici. C’est pourquoi, à la demande du comité de lecture, certaines communications n’ont pas été reprises : on les retrouvera dans le numéro 8 de Britannia Monastica qui constitue l’édition originale de la Corona Monastica dédiée au père Marc Simon. L’économie de l’ouvrage a, en conséquence, été quelque peu modifiée afin de faire ressortir la cohérence interne de ces approches croisées. La présente introduction n’a pas vocation à s’ériger en compte rendu critique de la version précédente de ces Mélanges. Ses signataires auraient atteint leur objectif s’ils parvenaient à esquisser ici les lignes de faîte de ce recueil à la réalisation desquels ont prêté la main, à des titres divers, les membres du conseil d’administration du CIRDoMoC dans une ambiance cordiale soutenue par leur commune sympathie pour le dédicataire.

  • 5 M. Simon, L’abbaye de Landévennec de saint Guénolé à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1985.
  • 6 G.-H. Doble, « St Winwaloe, patron of Gunwalloe, Landewednack and other places », The saints Cornw (...)
  • 7 V. major Winwaloei, II, 26. Cf. trad. par Marc Simon in Landévennec et le monachisme breton…, op. (...)

10Le père Marc Simon s’est chargé, au nom de ses frères, de rédiger l’histoire de leur abbaye5. Longtemps avant lui, dans la seconde moitié du ixe siècle, l’abbé de Landévennec Wrdisten composait plusieurs versions de la Vie de saint Guénolé. Dans l’une d’entre elles, il rapportait la tradition des Immortels de Landévennec que le chanoine Doble présentait comme l’une des plus belles légendes de l’hagiographie celtique6. Selon l’hagiographe, du temps du saint fondateur, personne ne pouvait mourir en cet endroit, quoique la vieillesse y fasse naturellement son œuvre, En effet, le ciel était ouvert juste au-dessus du monastère et des anges « montaient et descendaient comme dans la vision de Jacob ». Il fallut donc déplacer un peu les bâtiments vers la rivière pour que les premiers compagnons de Guénolé puissent accéder au ciel auquel ils aspiraient7. Le recours de la part de l’auteur du ixe siècle à ce motif biblique (Gen. 28, 12) qui présente le monastère comme le seuil du paradis a aussi des implications archéologiques et vient rappeler paradoxalement que les moines ont toujours eu les pieds sur terre.

11Le thème de l’« échelle de Jacob » confère donc son unité à la première partie du présent ouvrage collectif. La portée des sources hagiographiques de la Bretagne présentées ici ne peut se saisir que dans le contexte d’une production à large échelle qui permet des rapprochements significatifs. Elle doit être replacée dans un réseau d’échanges dont plusieurs contributions laissent entrevoir l’extension. L’on perçoit ainsi l’une des fonctions essentielle de cette littérature destinée à alimenter les offices et la liturgie que rythment la Règle et le son des cloches.

12À l’exemple des clercs médiévaux qui ne se privaient pas d’user (dans tous les sens du terme) des citations bibliques afin d’illustrer leur propos, le sous-titre « Parler en langues » qui fait écho à la mission de saint Paul à Éphèse a ici été emprunté aux Actes des Apôtres (Act. 19, 6) pour réunir dans une seconde partie un ensemble de contributions axées sur les apports de la linguistique, de l’onomastique ou de la sémantique à notre perception de la culture médiévale. Ces communications sont sans doute celles qui risquent de paraître les plus ardues. Le modeste effort qu’elles demandent aux non-spécialistes de ces disciplines vaudra à ceux-ci d’« entendre » le parfum de la langue selon une superbe figure de style (élégamment évoquée ici) dont la hardiesse n’est peut-être pas spécifique au breton et est susceptible d’avoir traversé les siècles.

  • 8 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, rééd. A. Colin, 1997, p. 51.

13Les mots ont une histoire ; l’histoire s’écrit avec des mots. Ce n’est donc pas forcément du détournement de sens que de placer le verset du quatrième Évangile « Et le verbe s’est fait chair » (Jn 1, 13) en regard de la célèbre formule de Marc Bloch : « Le bon historien, lui, ressemble à l’ogre de la fable. Là où il sent la chair humaine, il sait que là est son gibier8 ? » Celui-ci n’affirmait-il pas par ailleurs, cum grano salis, que le « christianisme est une religion d’historien » ? C’est pourquoi la dernière partie regroupe des études consacrées à l’histoire religieuse de la Bretagne depuis les origines, durant le haut Moyen Âge, jusqu’au siècle qui vient de s’achever. Il a paru judicieux de terminer l’ouvrage par un gros plan sur la paroisse léonarde de Plounévez-Lochrist (d’où est originaire le père Marc Simon) qui contraste avec le « pays pagan » limitrophe avant d’élargir les perspectives à un plan d’ensemble sur des siècles de breton écrit dédié par le professeur Fanch Morvannou au conservateur de la bibliothèque bretonne de l’abbaye de Landévennec qui guide avec bonheur ses hôtes parmi les milliers d’ouvrages précieux que rassemble celle-ci.

Notes

1 J. d’Ormesson, Le vent du soir, Paris, J.-C. Latès, 1985, p. 145.

2 A. De La Borderie, Histoire de Bretagne, t. 1, Rennes, 1896, p. 316. Cf. contra, H. Guillotel, « Les origines de Landévennec », M. Simon (éd.), Landévennec et le monachisme breton dans le haut– Moyen Âge. Actes du colloque du 15e centenaire de l’abbaye de Landévennec, 25-26-27 avril 1985, Landévennec, 1986, p. 97-98.

3 M. Simon (éd.), Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Âge, op. cit., p. 7.

4 Cf. P.Riché, « Le réveil de la Belle au Bois Dormant : l’histoire de la Bretagne dans le très haut Moyen Âge (Ve-VIIIe siècles) », C. Laurent, B. Merdrignac et D. Pichot (dir.), Mondes des villes et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes, PUR-SHAB, 1998, p. 24-26.

5 M. Simon, L’abbaye de Landévennec de saint Guénolé à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1985.

6 G.-H. Doble, « St Winwaloe, patron of Gunwalloe, Landewednack and other places », The saints Cornwall. Part 2 : Saints of the Lizard district, Llanerch Reprint, Felinfach, 1997, p. 89.

7 V. major Winwaloei, II, 26. Cf. trad. par Marc Simon in Landévennec et le monachisme breton…, op. cit., p. 334.

8 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, rééd. A. Colin, 1997, p. 51.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540