Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corona Monastica

 | 
Louis Lemoine
, 
Bernard Merdrignac

Avant-propos

François Kerlouégan

Texte intégral

1C’est un jour de septembre 1982 que j’ai rencontré le frère Marc Simon. Léon Fleuriot m’avait invité à la première réunion destinée à mettre sur pied le colloque du xve centenaire de l’abbaye. D’autres devaient suivre. De ces séances de travail je ne trouve aucune trace dans la chronique du monastère avant le vendredi 7 septembre 1984. Prudence du frère Marc qui n’aurait annoncé cette célébration que l’année précédant la fête, attendant que l’affaire fût bien engagée pour en parler ? Mais ce jour de septembre 1982 est bien donné dans l’avant-propos des Actes du colloque sous la signature de notre chroniqueur. D’emblée je fus conquis par ce Léonard à l’accent bien frappé, mais pas du tout « Prussien de la Bretagne », à ce qu’on dit des gens du Léon, plutôt Trégorrois, si ceux-ci ont bien le don de la parole « de sel attique assaisonné partout », comme on le prétend aussi.

2Depuis il n’y a presque pas d’année que je n’aie eu l’occasion de revenir à l’abbaye. Car, le colloque d’avril 1985 passé, était créé le CIRDoMoC, digne successeur des Matmonoc, Uurnomoc et autres Liosmonoc, sous la présidence de l’historien du haut Moyen Âge Pierre Riché, et parler du CIRDoMoC nous amène à parler du frère Marc : c’est en évoquer la mémoire vivante, c’est nommer le surintendant de nos rencontres.

3Ce fameux colloque avait en effet rassemblé nombre de chercheurs bretons, français et voisins d’outre-Manche et il allait donner naissance à une association scientifique regroupant les personnes intéressées par le monachisme celtique. Dispersés dans plusieurs universités, centres de recherche ou établissements d’enseignement, ou encore électrons libres, ils n’avaient jusqu’alors aucun lieu privilégié pour se rencontrer, échanger leurs points de vue, parler de leurs difficultés.

4Le 21 avril 1986, les statuts de l’Association étaient déposés à la sous-préfecture de Brest. Le siège social se trouvait à Daoulas mais en janvier 1988 il était transféré à Landévennec. À l’époque, la première liste des membres donnait 21 adhérents.

5Le frère Marc, c’est donc le pilier de nos rendez-vous de juillet, assemblée générale et journée d’étude, fixées au premier samedi du mois. C’est lui qui nous accueille au monastère. Dès le vendredi soir, il reçoit les premiers voyageurs, ceux qui sont venus de régions lointaines, au-delà d’outre-Couesnon et Vilaine. Car il faut savoir que venir de Brest, terminus des trains, à l’abbaye, c’est, ut uulgo dicitur, tout un poème : d’abord un autocar confortable jusqu’au Faou, puis un minibus plutôt monastique jusqu’à Argol, où nous attend le roi Gradlon, et enfin un taxi conventionné qui, par la rue de Gorréquer, nous dépose vers vingt heures devant la porte de l’abbaye. Tels sont les pays d’estuaires. Mais quel plaisir de retrouver et de contempler sans se lasser, s’il fait soleil, un des plus émouvants paysages marins qui soient ! Le frère Marc a retenu les chambres à l’hôtellerie, fait mettre de côté de quoi réconforter l’hôte affamé, prévu la sonorisation de la salle, le repas fraternel du Bureau et des orateurs, le quatre-heures, la visite aux expositions du Musée et même, quand c’est possible, le retour à Brest ou Landerneau des voyageurs qui, le dimanche matin, vont repasser la frontière. Chacun se sent accueilli, le frère Marc connaît les anciens et a vite fait de mettre à l’aise les nouveaux.

6Chose étonnante, il n’a jamais donné de communication aux journées. Mais c’est qu’il a tout dit dans la Chronique de Landévennec. Successeur et héritier du père Grégoire, animateur de Pax, le premier bulletin du monastère, il est un des rédacteurs de la nouvelle Chronique en 1975, et on le voit passer, dans ce magnifique quadrimestriel, de la réflexion spirituelle à l’histoire du monachisme bénédictin en Occident et en Bretagne. En 1981 c’est, favorisée par le père Jean de la Croix, l’éclosion d’un projet : écrire une nouvelle histoire de Landévennec, déjà prévue par le P. Grégoire, et traitée jusqu’au numéro 40 (octobre 1984), puis Kerbénéat, l’exil au pays de Galles et tous sujets connexes. Je ne voudrais pas refaire la bibliographie de notre bénédictin mais il convient de signaler l’édition des Actes, le n° 47 Abbaye de Landévennec, Landévennec 1950-2000 (Actes du Colloque du Cinquantenaire), publications abondamment illustrées.

7Préfet de la bibliothèque de l’Abbaye, considérablement enrichie en matière de Bretagne par la donation du Dr Lebreton, il a mis en ordre de marche cet instrument incomparable et a obtenu que l’abbaye héberge le fonds encore modeste du CIRDoMoC, avec la Bibliotheca Monastica, collection qui publie les communications des Rencontres et qui en est à son huitième tome.

8Toutes ces activités ont mérité la reconnaissance de la société culturelle. Le 29 septembre 2001, à Landerneau, le frère Marc a été honoré du Collier de l’Hermine par l’Institut culturel de Bretagne, en même temps que Pier Toulhouet, Rozen Milin et Dan ar Braz.

9J’ai conscience d’avoir plus ou moins dit les mêmes choses que le père Abbé dans sa contribution personnelle. Comme il l’écrit, l’honneur fait au frère Marc rejaillit sur l’abbaye. J’ajoute seulement que cette Corona est aussi le merci du CIRDoMoC et de ses amis au frère Marc, merci qui, à travers lui, s’adresse aussi la Communauté dont l’hospitalité bénédictine lui permet de vivre et de s’épanouir.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540