Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Conclusion générale

Texte intégral

1Dans une lettre adressée le 18 mars 1943 à tous les médecins de campagne de France et reproduite dans le Bulletin de l’Ordre des médecins, le Professeur Charles Richet, membre de l’Académie de médecine, écrit :

  • 1 L’objectif de cette lettre était de convaincre les médecins de campagne de faire de la propagande (...)

« J’affirme que dix millions de Français dans les villes souffrent de la famine lente ; que deux millions d’entre eux sont susceptibles de succomber à la faim, soit indirectement par suite du développement des maladies infectieuses, soit directement1. »

  • 2 Le vote de ce vœu fait suite à la présentation par les Professeurs Richet et Justin-Besançon, au n (...)

2Avec le recul que confère la connaissance des événements ultérieurs, cette déclaration frappe par son caractère éminemment alarmiste que l’on retrouve dans un certain nombre de vœux formulés, entre 1940 et 1944, par l’Académie de médecine à destination des autorités. Ainsi, le 9 février 1943, quelques semaines à peine avant la publication de la lettre de Charles Richet, les membres de l’Académie de médecine réunis en séance votent le vœu suivant2 :

« L’Académie de Médecine, constatant la diminution progressive des matières grasses délivrées par les cartes, émue par la quasi impossibilité des classes pauvres de s’en procurer sur le marché libre, tout en sachant que ce problème n’a pas échappé à la vigilance du gouvernement, croit néanmoins nécessaire d’appeler à nouveau et de façon pressante l’attention des Pouvoirs publics sur le danger de cette insuffisance de graisses tant animales que végétales et sur la perturbation apportée à l’équilibre alimentaire. Cette quantité de graisses est très inférieure au minimum vital. Si ce déficit persistait, à plus forte raison s’il s’exagérait, le nombre de morts dues directement ou non aux restrictions alimentaires augmenterait encore. »

  • 3 Voir Charles Richet, « Les séquelles des états de misère physiologique », Bulletin de l’Académie d (...)

3Faut-il comprendre ces déclarations du corps médical comme une stratégie de « dramatisation » destinée à faire pression sur le régime, dans un contexte de montée des oppositions, mais aussi à stimuler l’aide alimentaire étrangère ? Faut-il au contraire pointer un défaut d’appréciation qui aurait conduit les représentants de l’élite médicale, hantés par le souvenir de la grippe espagnole, à surévaluer les conséquences démographiques probables des pénuries et des restrictions ? Ou ne faut-il pas plutôt considérer que le scénario évoqué par Charles Richet fils et par d’autres était effectivement susceptible de se réaliser et que, contrairement à ce qui s’est produit dans d’autres pays occupés, en particulier en Grèce et aux Pays-Bas, l’histoire de la période 1940-1945 est en fin de compte celle d’une catastrophe sanitaire évitée même s’il est impossible de mesurer sur le long terme les séquelles indirectes, physiques mais aussi psychologiques, de la sous-alimentation3 ?

  • 4 Rappelons que, dans cette première période, les souffrances des déportés, découvertes par la popul (...)

4On peut en tout état de cause postuler que, dans l’immédiat après-guerre, c’est le sentiment d’avoir échappé au pire autant que la volonté de tourner la page après des années de privations – celles-ci se prolongeant d’ailleurs jusqu’à la fin des années 1940 – qui l’emportent dans l’esprit d’une grande majorité de contemporains. Dans un contexte mémoriel qui valorise l’héroïsme de la population française face à l’occupant allemand et produit une hiérarchisation rigide des formes de souffrance, on ne s’étonnera pas que les victimes de la famine, figures d’anti-héros par excellence au même titre que les victimes des bombardements ou de l’exode, n’aient pas été intégrées au processus de construction d’une mémoire collective de la guerre et de l’Occupation qui ne prend pas en compte les anonymes pas plus qu’elle ne s’intéresse aux péripéties triviales du quotidien4. Dans une lecture fataliste ou naturaliste des événements, qui prévaut parfois encore aujourd’hui, la famine des années 1940-1944, qui a coûté la vie aux plus faibles, est en outre considérée comme le corollaire inévitable de toute guerre et non comme un drame de santé publique.

5Le fait que les conséquences mortelles de la famine aient concerné en priorité des « exclus », des « laissés-pour-compte », socialement peu visibles, contribue en effet également à expliquer leur « transparence » dans la mémoire. Une relégation qu’ont pressenti certains, comme en témoigne ce texte publié à la Libération, dont l’objectif était, là encore, de capter la générosité des Alliés :

  • 5 A. Cavaillon et Mme le DrDanzig, « La situation sanitaire de la France après cinq années de guerre (...)

« La France toutefois ne demande rien – sauf cependant qu’elle ne soit pas jugée superficiellement sur la bonne mine artificielle des prostituées qui ont toujours grouillé autour de toutes les armées de tous les pays ; ni sur l’élégance des “midinettes parisiennes”, ni sur la réelle bonne santé de certains campagnards. Elle souhaite que l’on oublie pas que les plus faibles ont succombé ; elle souhaite que l’on oublie pas, pour se faire une opinion d’ensemble, d’aller visiter les quartiers populeux des grandes villes et des régions méditerranéennes. Elle souhaite que le menu des Français ne soit pas jugé d’après celui d’un restaurant de marché noir de Paris ou de Lyon, dont le taux correspond à quinze jours du salaire d’un ouvrier, ni sur le déjeuner succulent qu’on peut encore obtenir dans certaines de nos auberges campagnardes ; ni même sur le menu de déjeuner que bien des familles parisiennes tiennent à cœur d’offrir à leurs hôtes, en se privant pendant une semaine pour pouvoir y arriver. Elle souhaite qu’on la juge sur les restrictions imposées aux malades dans les hôpitaux, aux vieillards dans les hospices, à domicile dans les logis des petits rentiers et retraités5. »

  • 6 Ainsi, nous avons pu constater que, pendant les années de guerre, nombre de malades mentaux isolés (...)
  • 7 Pour reprendre le terme utilisé par le Dr Paul Carnot, « La sous-alimentation actuelle et ses cons (...)
  • 8 Telles que la limitation horaire de l’accès aux magasins.

6Nous avons tenté, dans ce livre, de préciser les frontières de ce groupe mal défini des exclus. Celui-ci est en effet très composite. Il comprend bien entendu les marginaux en tout genre dont la survie, déjà très difficile en temps normal, est rendue plus problématique encore par la crise économique et les restrictions alimentaires ; pour cette population particulièrement fragile et isolée, souvent sans domicile, les démarches nécessaires à l’obtention d’une carte d’alimentation et des tickets et coupons de ravitaillement constituent un obstacle infranchissable6, la fréquentation des soupes populaires apparaissant dès lors comme le seul recours. Il englobe également les assistés d’avant-guerre qui, du fait de l’insuffisance de leurs revenus, bénéficiaient d’aides publiques ou charitables (familles nombreuses, vieillards isolés…) ; à cette catégorie des nécessiteux viennent s’adjoindre, au cours des années de guerre, les réfugiés et les sinistrés mais également tous ceux qui, du fait du très fort renchérissement du prix des denrées de première nécessité ou de la perte ou de la diminution de leurs revenus (chômage lié à la fermeture de certaines entreprises, père prisonnier, blocage des salaires, forte dévaluation des rentes…), ne peuvent plus faire face au coût de la vie. À la catégorie des exclus, et donc des « carencés » et « cachectiques » en puissance, appartiennent encore les vieillards, les malades (surtout chroniques), les infirmes, les isolés, les « timides7 », soit tous ceux qui, généralement peu aisés, n’ont pas les capacités physiques ou psychiques d’élaborer ou de mettre en œuvre des stratégies de ravitaillement adaptées. Un autre sous-ensemble, sans doute le plus important numériquement, est constitué des pensionnaires des collectivités, hospitalières ou non hospitalières, les plus vulnérables d’entre eux (les vieillards des hospices et les aliénés des hôpitaux psychiatriques) ayant été littéralement décimés. Enfin parmi les exclus figurent également tous les « réprouvés », tous les « bannis » de la communauté nationale, les juifs en particulier, dont le sort n’a pas été analysé dans cet ouvrage mais qui, du fait de leur élimination progressive de la vie économique qui les condamne souvent au chômage forcé, viennent grossir les rangs des nouveaux pauvres et font en outre l’objet de mesures discriminatoires qui visent à limiter leurs possibilités de ravitaillement8 ; dépourvus de carte d’alimentation et évidemment exclus des systèmes d’aide publique, parfois très mobiles, les clandestins en tout genre (juifs ayant échappé aux rafles, communistes, résistants passés dans la clandestinité…) dépendent également, pour leur survie, de la solidarité de leur environnement.

  • 9 Cette lettre est reproduite sans commentaire dans le Bulletin de l’Académie de médecine du 6 juill (...)

7Incontestablement, comme le pointe l’affiche reproduite sur la couverture de ce livre, conçue pour les besoins de l’exposition « Les conséquences pathologiques de la sous-alimentation » organisée fin 1944 par la revue Diagnostics et Traitements, la responsabilité de ces morts incombe à l’occupant allemand qui, de 1940 à 1944, a mis en coupe réglée l’économie des pays occupés afin de soutenir son effort de guerre, créant une situation de pénurie extrême aux conséquences dramatiques pour les populations. Reste qu’en signant l’armistice puis en s’engageant résolument dans la politique de collaboration avec l’occupant nazi, le régime de Vichy a cautionné ce pillage aggravé par les pratiques de marché noir dont bénéficient également les Allemands. Même s’ils ont cherché à en atténuer les conséquences par la mise en œuvre du rationnement, les autorités, informées par de nombreuses enquêtes de nutrition qu’elles avaient parfois elles-mêmes suscitées, n’ignoraient pas que les rations officielles ne permettaient pas de couvrir les besoins nutritifs d’un individu. C’est ce que reconnaît implicitement le maréchal Pétain dans son allocution pour la nouvelle année 1941 dans laquelle il déclare : « Je fais appel à l’ingéniosité des Français pour qu’ils improvisent eux-mêmes les moyens de compléter leur alimentation. » Une déclaration qui revient, si ce n’est à légitimer le marché noir, à admettre que les rations officielles ne suffisent pas à garantir le minimum vital. Face à l’ampleur des prélèvements allemands, qui s’intensifient au cours des années, le gouvernement dispose d’une marge de manœuvre de plus en plus réduite. C’est ce qui ressort de la lettre envoyée par le Maréchal aux membres de l’Académie de médecine en réponse au vœu émis par cette dernière le 13 avril 19439 :

« Monsieur le Président, vous avez bien voulu, par lettre du 22 avril, me transmettre un vœu de l’Académie de médecine, appelant l’attention du Pouvoir public sur les dangers redoutables qui menacent la population française, en raison de l’insuffisance excessive de l’alimentation en viande, en corps gras et en légumes secs. J’ai l’honneur de vous faire connaître que cette grave question ne m’avait pas échappé. Mais je profite du vœu émis par l’Académie de médecine pour signaler, à nouveau, le problème au Chef du Gouvernement et pour lui demander d’examiner les mesures qui pourraient être prises en vue de remédier aux dangers graves que constitue, pour l’avenir de la race, la sous-alimentation de la population française. »

8Autant qu’une fin de non recevoir dans laquelle transparaît l’agacement provoqué par une démarche sans doute jugée irrespectueuse, cette déclaration est un aveu d’impuissance face à l’énonciation d’une réalité scandaleuse : on meurt de faim en France. Bien que conscient des conséquences politiques de la sous-alimentation, le régime de Vichy n’a pas les moyens de mettre en œuvre des mesures véritablement efficaces pour soulager les souffrances de la population, souvent évoquées dans une propagande qui s’efforce elle aussi de les mettre sur le compte des « malheurs de la guerre » ou de la « dureté des temps », mais aussi des mauvais Français qui s’enrichissent grâce au marché noir. Dès lors, il ne peut que gérer la pénurie.

  • 10 Le 3 mars 1942, le Professeur Léon Binet, chef de service à l’hôpital Necker, a fait une intervent (...)

9Cette gestion de la pénurie passe par l’attribution de rations supplémentaires à certaines catégories de la population et par l’aide financière et logistique apportée, par l’entremise du Secours national en particulier, au développement d’une assistance alimentaire directe ou indirecte, surtout dans les grandes villes. Mais ces formes d’intervention ne sont pas motivées par des considérations strictement humanitaires. Elles relèvent également d’une préoccupation d’ordre public nourrie par la multiplication des manifestations de mécontentement de la population, d’une préoccupation économique dans un contexte de main d’œuvre rare et d’une préoccupation de santé publique dominée par la peur des épidémies mais aussi par l’obsession de la dégénérescence. Surtout, elles ne visent pas d’abord à sauver les plus vulnérables, c’est-à-dire ceux qui sont promis à une mort certaine du fait de leur fragilité sociale ou biologique, mais à protéger les plus dignes d’intérêt selon les critères de la Révolution nationale. Ainsi, contrairement aux enfants, aux adolescents, aux femmes enceintes et aux femmes allaitantes, aux travailleurs mais aussi aux jeunes tuberculeux qui peuplent les hôpitaux et les sanatoriums, les malades chroniques peinent à obtenir des régimes de suralimentation accordés de plus en plus restrictivement par les autorités sanitaires. De même, en dépit d’un discours officiel très compatissant, les vieillards, isolés ou en institution, peu utiles à l’avenir de la race, apparaissent comme les sacrifiés de la politique de rationnement. Il est vrai que bien peu de voix s’élèvent pour dénoncer le sort qui leur est fait comme le montre l’analyse des articles parus dans les revues médicales qui ont continué de paraître pendant la période10. Le cas des aliénés internés dans les hôpitaux psychiatriques montre pourtant que les autorités de Vichy n’ont pas été insensibles au risque de scandale et aux pressions exercées sur lui d’autant que les médecins du cadre des hôpitaux psychiatriques ont su trouver, pour faire entendre leurs revendications, des appuis auprès de médecins et de biologistes de renom. Reste que la décision d’allouer des suppléments alimentaires aux malades mentaux a suscité bien des réserves. Ainsi, à propos la circulaire du 4 décembre 1942, le Dr Martel déclare devant l’Académie de médecine lors de la séance du 9 février 1943 :

  • 11 H. Martel, « Au sujet d’une circulaire qui attribue un supplément de ration alimentaire aux malade (...)

« Je n’ai pas la compétence requise pour donner un avis au sujet de cette mesure mais je connais beaucoup de travailleurs sobres et mal alimentés qui seraient heureux d’être aussi bien traités. Je ne parle pas des vieillards, les sacrifiés d’office : ils n’ont même pas toujours la possibilité de trouver un peu de lait écrémé11. »

  • 12 Paul Carnot, « La sous-alimentation actuelle et ses conséquences digestives », op. cit., p. 88.

10De même, alors qu’il est de ceux qui n’hésitent pas à dénoncer les inégalités de la population face aux restrictions et à défendre le principe de suppléments en faveur des malades, le Dr Paul Carnot qualifie, sans apporter de commentaire, de peu opportunes les rations supplémentaires accordées aux aliénés12. Et l’on peut supposer que les médecins ne sont pas seuls à réagir de la sorte.

11Au total, la famine provoquée par l’occupant allemand a donc mis à jour l’immense fragilité de tous ceux dont la survie en temps de crise n’est pas jugée impérative par la majorité d’une population qui n’est pas forcément acquise aux thèses d’un eugénisme radical.

Notes

1 L’objectif de cette lettre était de convaincre les médecins de campagne de faire de la propagande en faveur de la culture de plantes oléagineuses susceptibles de pallier le grave déficit en graisses de l’alimentation. Rappelons que Charles Richet, spécialiste des questions de nutrition, est le fils du prix Nobel de physiologie 1913 et eugéniste Charles Richet, décédé en 1935. Résistant, il est déporté en 1944 à Buchenwald. Après la guerre il publie plusieurs ouvrages sur l’insuffisance alimentaire et les pathologies de la misère (dont l’un porte spécifiquement sur la pathologie des déportés). Notons que les circonstances créées par les restrictions ont permis aux chercheurs en nutrition de vérifier et d’affiner toute une série d’avancées (sur les équilibres alimentaires, le rôle des vitamines, la différentiation des besoins caloriques des individus…) accomplies dans l’entre-deux-guerres.

2 Le vote de ce vœu fait suite à la présentation par les Professeurs Richet et Justin-Besançon, au nom de la commission de rationnement alimentaire, d’un rapport intitulé « Sur le besoin minimum des graisses dans l’alimentation humaine ». Le 13 avril 1943, l’Académie de médecine émet un nouveau vœu relatif à l’alimentation de la population française. Voir aussi Dr A. C. Benitte, « Répercussions des restrictions alimentaires sur la santé publique », Revue de diététique, janvier 1943, p. 3-16 ; bien que le constat de l’ampleur du phénomène de dénutrition soit sans concession, le Dr Bénitte n’est pas aussi catastrophiste dans ses conclusions.

3 Voir Charles Richet, « Les séquelles des états de misère physiologique », Bulletin de l’Académie de médecine, 1948.

4 Rappelons que, dans cette première période, les souffrances des déportés, découvertes par la population française au printemps 1945, ont également fait l’objet d’une sorte de rejet, très mal vécu par les victimes. Voir : Marie-Anne Matard-Bonucci et Edouard Lynch (dir.), La libération des camps et le retour des déportés, Bruxelles, éditions Complexe, 1995.

5 A. Cavaillon et Mme le Dr Danzig, « La situation sanitaire de la France après cinq années de guerre et d’occupation », Archives de médecine sociale, 1945, p. 301-324 et 437-449, citation p. 448. A. Cavaillon et le Dr Danzig sont respectivement secrétaire général et conseiller technique au Ministère de la santé publique.

6 Ainsi, nous avons pu constater que, pendant les années de guerre, nombre de malades mentaux isolés ne possèdent pas de carte d’alimentation au moment de leur internement.

7 Pour reprendre le terme utilisé par le Dr Paul Carnot, « La sous-alimentation actuelle et ses conséquences digestives », op. cit., p. 85.

8 Telles que la limitation horaire de l’accès aux magasins.

9 Cette lettre est reproduite sans commentaire dans le Bulletin de l’Académie de médecine du 6 juillet 1943.

10 Le 3 mars 1942, le Professeur Léon Binet, chef de service à l’hôpital Necker, a fait une intervention en faveur des vieillards à l’Académie de médecine mais cette initiative n’a pas été relayée par un vœu. Voir Léon Binet, Paul Castaigne et Madeleine Bochet, « Recherches fonctionnelles et bio-chimiques sur des personnes âgées. Leurs besoins alimentaires », Bulletin de l’Académie de médecine, 3 mars 1942. En août 1942 le Professeur Binet récidive dans un article intitulé « La dépense de fond des personnes âgées pour préciser le chiffre de leurs besoins alimentaires » paru dans la Revue de diététique (p. 3-7). Cet article s’achève par la phrase suivante (p. 7) : « Aussi, nous n’hésitons pas à présenter ce travail comme une requête en faveur du relèvement de la ration alimentaire des personnes classées dans la catégorie v. »

11 H. Martel, « Au sujet d’une circulaire qui attribue un supplément de ration alimentaire aux malades internés des hôpitaux psychiatriques », Bulletin de l’Académie de médecine, 9 février 1943.

12 Paul Carnot, « La sous-alimentation actuelle et ses conséquences digestives », op. cit., p. 88.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540