Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Quatrième partie. Des morts de faim aussi dans les catégories « fragiles » de la population urbaine

La vulnérabilité des enfants : les crises de mortalité de 1940 et 1945

Catherine Rollet et Virginie De Luca

Texte intégral

  • 1 France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », Santé et mo (...)
  • 2 Deborah Dwork, War is good for babies and other young children. À History of the Infant and Child (...)
  • 3 Pierre Buekens et Marc Debuisson, « Guerres mondiales et prévention maternelle et infantile : le c (...)
  • 4 Catherine Rollet, « The “other war” ii : setbacks in public health », in Jean-Louis ROBERT et Jay (...)

1Les guerres ne se ressemblent pas, ni dans leurs aspects militaires, ni dans leurs conséquences sur les populations1. Certaines, comme la Grande guerre, ont provoqué des millions de morts parmi les soldats, sans pour autant entraîner une hécatombe chez les civils. Ainsi, dans la population générale, la mortalité infantile n’a pas connu de crise majeure durant ce conflit dans des pays comme la Grande-Bretagne et la France. Une historienne britannique a même pu titrer un de ses livres : War is good for babies2, reliant cette situation favorable aux efforts déployés pendant la guerre, dans plusieurs pays belligérants, pour protéger efficacement la santé des mères et des enfants. Du reste, c’est de cette époque que datent certains systèmes modernes de protection maternelle et infantile (Grande-Bretagne et Belgique notamment3). Cependant, des études approfondies ont montré que des catégories vulnérables de la population, les vieillards, les jeunes femmes venant des zones rurales et embauchées dans les usines de guerre, les enfants nés hors mariage et les enfants abandonnés en particulier, avaient terriblement souffert de la guerre, ces derniers du fait notamment des ruptures dans les circuits de circulation4.

  • 5 L. H. Lumey, « The Dutch famine of 1944-1945 : short and long term consequences », Santé et mortal (...)
  • 6 Hélène Bergues, « Répercussions des calamités de guerre sur la première enfance », Population, 194 (...)

2Qu’en est-il de la Seconde guerre mondiale ? Les enfants ont-ils souffert directement de la situation de guerre et comment ? On connaît les crises exacerbées de mortalité dans un pays comme les Pays-Bas soumis à une famine sans précédent au xxe siècle, famine dont les conséquences se sont longtemps fait sentir5. Il en est de même dans des villes comme Budapest (1944-1945), Athènes (1941-1942), Varsovie (1940), et surtout, Leningrad assiégée (1941-19426). Les données dont nous disposons pour la France sont incomplètes, partielles, et souvent reconstituées après la guerre. Elles concernent pour l’essentiel la mortalité infantile. Or rien ne dit qu’il s’agisse de la classe d’âge la plus vulnérable : les tout petits bébés sont protégés par les anticorps de leur mère pendant l’allaitement tandis que les enfants plus âgés peuvent souffrir cruellement de pénuries alimentaires aggravées par des conditions de vie particulièrement défavorables.

Une mortalité excessive pour les enfants de moins d’un an

  • 7 France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », op. cit., p (...)

3Malgré les lacunes7, les tendances sont très claires. Contrairement à la Grande guerre, la Seconde guerre mondiale est traversée en France par deux crises de mortalité infantile, en 1940 et en 1945. Le niveau moyen de la mortalité infantile était de 70 ‰ avant-guerre, il atteint 93 ‰ en 1940 et surtout 112 ‰ en 1945. Le niveau d’avant-guerre n’est pas atteint avant 1947.

Tableau 1 : Deux estimations du taux de mortalité infantile (France entière, en ‰)

Tableau 1 : Deux estimations du taux de mortalité infantile (France entière, en ‰)

Sources : Michel Huber, Henri Bunle et Fernand Boverat, La population de la France, Paris, Hachette, 1950 et France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », op. cit., annexe.

4La série publiée par Michel Huber, Henri Bunle et Fernand Boverat en 1950 sous-estime la mortalité infantile de deux à cinq points. L’année 1940 est marquée par deux pics de mortalité, le premier, en début d’année, est dû à un hiver très froid, le second, à partir de mai, est lié à l’exode.

  • 8 « La mortalité infantile pendant l’année 1945 », Bulletin de l’inh, volume II, 1947, p. 59-65.

5La crise de 1945 est plus marquée que celle de 1940, elle est aussi mieux documentée. Les données publiées par l’Institut national d’hygiène (INH) en 1947 montrent que tous les départements ont été touchés, sauf exception. Par rapport à 1944, l’augmentation peut atteindre 50 % et même plus de 75 %. Les taux les plus élevés concernent l’Ille-et-Villaine, la Moselle, la Sarthe et la Seine-Inférieure (plus de 140 ‰8).

  • 9 « La mortalité infantile à Paris et à Marseille en 1946 », Bulletin de l’inh, volume II, 1947, p. (...)

6Comme le soulignent les démographes de l’INH en 1947, ce ne sont pas les départements les plus urbains (Seine, Rhône, Bouches-du-Rhône, Nord), et donc les plus susceptibles de souffrir de graves pénuries alimentaires, qui sont les plus touchés. L’augmentation de la mortalité infantile à Paris et à Marseille, par exemple, n’est que moyenne par rapport au reste de la France9. Les augmentations les plus fortes concernent les régions agricoles du Nord, de l’Ouest et du Centre. La crise de 1945 n’est pas seulement urbaine, elle est nationale et générale.

Carte 1 : Le taux de mortalité infantile en 1945

Carte 1 : Le taux de mortalité infantile en 1945

Source : Population, 1948, n° 3.

7Comment expliquer le pic de 1940 ? Qu’est-ce qui, en 1945 surtout, a provoqué la recrudescence des décès à un niveau oublié depuis les années 1920 ? Pour l’année 1945, la courbe mensuelle des taux de mortalité infantile permet de bien distinguer deux pics de mortalité, le premier, le plus important, durant l’été, qui fait penser au péril infectieux d’origine intestinale, le second, durant l’hiver, qui renvoie plutôt au risque infectieux touchant l’appareil respiratoire. Pour l’année 1945, l’INH a distingué trois causes principales de mortalité : les gastro-entérites (22 ‰), les broncho-pneumonies (18,8 ‰) et la débilité congénitale (12,6 ‰). France Meslé a utilisé les décès par âge de la première année pour distinguer la mortalité néonatale (au cours du premier mois) et la mortalité post-néonatale (au-delà de un mois). Les deux crises de 1940 et de 1945 sont dues à des pics de mortalité post-néonatale : ce sont des bébés déjà âgés de quelques mois qui ont le plus souffert. On peut parler de causes exogènes de décès, dus au péril infectieux, qu’il soit d’origine intestinal ou respiratoire. Examinons chacun de ces facteurs.

  • 10 Bulletin de l’inh, volume II, 1947, p. 97.
  • 11 Paul Vincent, « Conséquences de six années de guerre sur la population française », op. cit., p. 4 (...)

8En 1943, la régression de la rougeole est nette, en revanche la scarlatine croît et une poussée de diphtérie se fait sentir. En 1945, d’après l’INH, la part prise par les maladies contagieuses n’est que de 3,35 %. Ce sont la coqueluche, la diphtérie, la rougeole et la méningite cérébro-spinale qui ont provoqué le plus de décès10. Pourtant la morbidité (tous âges réunis) est forte durant les années de guerre avec des pics notamment en 1945. Cela voudrait dire que la mortalité contagieuse a été relativement bien contrôlée pendant les années de guerre, bien qu’il n’ait existé des vaccins ou sérums que contre la typhoïde, la diphtérie et la tuberculose (BCG). Le froid paraît en revanche avoir joué un rôle important dans la surmortalité des enfants, même des plus petits. La mortalité infantile calculée pour le premier trimestre de chaque année révèle en effet la gravité du risque encouru. Les vagues de froid ont provoqué chez les enfants une recrudescence des broncho-pneumonies, dans le contexte d’une pénurie en moyens de chauffage. L’exode en 1940, les conditions d’hébergement précaire qu’ont connu beaucoup de familles et le régime alimentaire ont dû accroître le risque. En 1945, les taux les plus élevés sont relevés dans les départements ayant le plus souffert de la vague de froid, c’est-à-dire l’Est et le Nord de la France. La surmortalité pour ce trimestre se prolonge en 1946. Cependant, d’après les contemporains, « les rigueurs d’un hiver sans chauffage ne sont que très partiellement responsables » de l’accroissement énorme de la mortalité constaté en 194511.

Tableau 2 : Taux de mortalité infantile durant le premier trimestre de chaque année (France entière, en ‰)

Tableau 2 : Taux de mortalité infantile durant le premier trimestre de chaque année (France entière, en ‰)

Source : Bulletin de l’INH, 1947

Carte 2 : Les taux de mortalité infantile par broncho-pneumonie par département en 1945

Source : Population, 1948, n° 3.

  • 12 Jean Bourgeois, « La situation démographique », Population, n° 2, 1946, p. 334.

9La question de l’alimentation a joué un rôle certain dans la montée des pathologies touchant l’appareil digestif. Tous les observateurs de l’après guerre le confirment. « Une recrudescence des cas de diarrhée et d’entérite révèle en effet une mauvaise nutrition des nourrissons qui doit fatalement entraîner une augmentation des cas mortels pour toutes les autres maladies12. » Le cercle vicieux nutrition/infection est bien décrit. Or les tout-petits souffrent dès le printemps 1941 des restrictions alimentaires. Le 3 avril 1941, le Professeur Clavelin, du Val-de-Grâce, s’adresse en ces termes au secrétaire d’État à la famille et à la santé :

  • 13 Archives inh, fonds Chevalier (Arch. inh), Lettre du Professeur Clavelin, 3 avril 1941. Les auteur (...)

« J’ai été saisi à diverses reprises des difficultés particulières qu’entraînent les restrictions alimentaires pour l’alimentation des nourrissons. Ces difficultés s’étendent aussi à l’alimentation des mères qui nourrissent au sein et au sevrage des nourrissons. Elles portent particulièrement sur l’insuffisance de la quantité de lait et sur la difficulté récente de se procurer des farines pour les bouillies des enfants13. »

  • 14 Arch. inh, le Dr Lesné cité dans le rapport « Le rationnement du lait ».
  • 15 Idem.

10Le médecin propose de nouvelles rations en fonction de l’âge des enfants. Les spécialistes s’étaient préoccupés dès le début de la guerre non seulement de la question du lait frais mais des laits condensés ou en poudre, comme aliments de suppléance. Un rapport (non daté) de l’INH est destiné à alerter les autorités sur le fait que ces laits sont indispensables aux plus jeunes enfants en raison de la mauvaise qualité du lait frais liée aux difficultés de transport et aux mauvaises conditions de pasteurisation. Dès novembre 1940, le Dr Lesné alerte l’Académie de médecine voyant réapparaître chez les nourrissons « des gastro-entérites graves que nous n’avions pas observées à Paris depuis 40 ans […] En voulant donc contraindre les mamans à ne donner à leur enfant que du lait frais, sans tenir compte de la difficulté d’en garantir la qualité ne risquera-t-on pas de voir se renouveler les tragiques expériences faites pendant la Grande Guerre où la mortalité infantile est devenue un fléau par suite de la mauvaise qualité du lait frais14 ». L’auteur du rapport regrette les dispositions prises pour la limitation de la fabrication de certains laits industriels, les seuls pouvant remédier aux difficultés d’approvisionnement et à la mauvaise qualité des laits frais. Il demande l’augmentation de la production et l’autorisation de la vente de lait entier concentré sucré et non sucré : « La décision dont il est fait état ici dépasse de beaucoup par sa gravité, le cadre des intérêts d’une industrie… Il s’agit d’un problème national, il s’agit de l’avenir de la race française15 », ajoute-t-il.

11La quantité de lait et farines disponible a certainement joué un rôle dans la fragilisation des petits enfants et de leur mère mais les observateurs évoquent plus souvent la mauvaise qualité de ces produits comme étant responsable des pics de diarrhée et de choléra infantiles. En 1945, les gastro-entérites ont été particulièrement virulentes dans quelques départements (plus de 30 ‰ en 1945).

Carte 3 : La mortalité infantile due à la gastro-entérite en 1945

Carte 3 : La mortalité infantile due à la gastro-entérite en 1945

Source : Population, 1948, n° 3.

12La dispersion est beaucoup plus grande que pour les broncho-pneumonies mais on peut distinguer deux ensembles : un ensemble méridional et même méditerranéen alors que cette région connaît traditionnellement une surmortalité d’été liée aux diarrhées, et un ensemble Normandie-Charente-Bretagne, producteur de lait. Le pic est atteint dans le Maine-et-Loire (48 ‰) et dans la Sarthe avec 43,5 ‰. Cette flambée de gastroentérites dans l’Ouest, donc dans les régions productrices, fait penser à la crise de 1911 : et si le même phénomène s’était reproduit, soit une épizootie touchant les vaches et contaminant le lait ? Seule une épidémie de tuberculose bovine a été attestée à l’époque. Il est possible aussi que le désordre économique qui marque les mois qui ont suivi le débarquement, avant la libération complète de la France un an plus tard, ait provoqué une désorganisation brutale des circuits de conditionnement et de distribution de lait dont ont souffert aussi bien les bébés nés dans les régions de production que ceux des régions méridionales. Mais on peut incriminer aussi bien la pénurie que la mauvaise qualité du lait distribué dans ces conditions difficiles. Ce problème ne concerne pas seulement les enfants de moins d’un an, mais l’ensemble des enfants et des adolescents voire les adultes.

  • 16 « L’organisation de l’hygiène du lait en France » et « Sur la distribution de lait aux nourrissons (...)
  • 17 H. Violle, A. Nabonne, « À propos de la mortalité par gastro-entérite à Marseille », Recueil des t (...)
  • 18 Idem.
  • 19 P. Gibert, « Recherche du bacille tuberculeux bovin dans le lait et les produits laitiers distribu (...)
  • 20 « La mortalité infantile pendant l’année 1945 », Bulletin de l’inh, volume ii, 1947, p. 59-60.

13Dès juin 1942, un rapport remis à l’Académie de médecine montre la nécessité de l’amélioration du contrôle et des techniques utilisées par l’industrie laitière16. Au cours du premier semestre 1942, à Marseille « où le climat peut être considéré comme un véritable « climat d’épreuve » pour ces questions d’hygiène alimentaire17 », les résultats d’une enquête montrent que les laits de consommation courante sont contaminés dès que la température extérieure s’élève au-dessus de 12°. Les médecins mettent en évidence le lien qui existe entre l’augmentation de la température – et donc la multiplication des microbes – et l’augmentation de la mortalité par gastro-entérite. En conclusion, « la distribution d’un lait de consommation en nature propre et sain, ne paraît pas pouvoir être assurée à la période estivale dans l’état actuel de la technique industrielle et commerciale de la pasteurisation et de la distribution. En outre, ces laits sont consommés crus ou après un chauffage insuffisant pour détruire la flore microbienne habituelle. Du point de vue de l’hygiène alimentaire du nourrisson, il y a là des dangers qui doivent être évités à tout prix18 ». Des études sont également menées sur le bacille tuberculeux bovin qui peut entraîner chez l’enfant de graves tuberculoses par l’intermédiaire du lait de vache qui peut contenir de grandes quantités de bacilles si les animaux sont atteints de mammite tuberculeuse. Au cours de la guerre, les observateurs notent en effet une recrudescence des cas de méningite tuberculeuse chez l’enfant. La contamination pourrait être liée à la difficulté de pasteuriser et de stériliser les laits mais aussi à la vente, les premières années de guerre, de « fromages blancs » qui ont pu subir de nombreuses et douteuses manipulations. Une enquête lancée en 1944 montre que le lait pasteurisé livré à la consommation parisienne est contaminé par le bacille de Koch : 4 % des fromages caillés et des fromages maigres sont touchés19. En 1947, les observateurs de l’INH hiérarchisent ces facteurs explicatifs de la mortalité infantile : en tout premier lieu, « augmentation de virulence des infections, auxquelles le nourrisson est si sensible. Les autres causes (manque de chauffage, mauvaise qualité du lait, difficultés de soins) auraient alors joué seulement le rôle adjuvant20 ».

  • 21 Bulletin de l’inh, volume ii, 1947, p. 179.
  • 22 « Enquête sur la maternité à Paris et ses relations avec certaines conditions de vie à Paris en 19 (...)
  • 23 Idem.
  • 24 G. Beyer, P. Beyer, « Poids de naissance des enfants nés à Clermont-Ferrand avant et pendant la gu (...)

14Entre ces deux crises de 1940 et de 1945, le maintien d’une forte mortalité (70-78 ‰) est dû à la surmortalité néonatale : au cœur du conflit, ce sont les touts nouveau-nés qui ont le plus souffert. La mortalité périnatale et les malformations congénitales sont restées élevées pendant toutes les années d’occupation. La normale ne revient que très lentement pour cet ordre de cause : en 1946 encore, les observateurs de l’INH notent pour Paris et Marseille la persistance d’un péril congénital beaucoup plus élevé qu’avant guerre21. Ceci renvoie aux conditions de santé des mères durant la guerre. Moins bien nourries pendant leur grossesse, souffrant de carences, elles ont mis au monde des enfants de plus petit poids. Une enquête est menée à la maternité à Paris du mois de juillet 1942 au mois de mars 194322. 2 506 femmes sont soumises à un examen médical au début de leur grossesse et une étude complémentaire sur la nutrition porte sur 2 125 d’entre elles. Sur l’ensemble de leur grossesse, les assistantes sociales estiment que 46 % des femmes ont une alimentation légèrement insuffisante23, 27,7 % nettement insuffisante et 26,9 % suffisante. Le repos a été également insuffisant, ce qui peut expliquer le terme plus court et les poids de naissance plus faibles. Pour l’ensemble des femmes, le terme a été de 279,6 jours avec un écart-type de 13 jours. En moyenne, les nouveau-nés pesaient à la naissance 3,25 kg. Mais 54,9 % des enfants examinés ont un poids inférieur à 3,3 kg. Au cours des huit premiers jours, 76,7 % des enfants ont été allaités, l’allaitement a été mixte dans 20,9 % des cas et artificiel dans 2,3 % des cas. C’est l’insuffisance de lait qui explique l’allaitement mixte ou artificiel dans 67,5 % des cas. À Clermont-Ferrand, les Drs G. et P. Beyer comparent les poids à la naissance des enfants d’avant-guerre avec ceux qu’ils sont amenés à observer en 194324. Au total, l’étude porte sur 4 275 nouveau-nés nés à terme. En 1937-1939, 55,9 % des enfants pesaient moins de 3,3 kg à la naissance ; cette proportion s’élève à 58,5 % en 1941, à 62,2 % en 1942 et à 60,6 % en 1943. C’est en 1942 que la moyenne des poids à la naissance est la plus basse, de 3 138grammes contre 3 230 en 1941 et 3 310 en 1939. Globalement, le poids des filles est de 150 à 200 grammes plus faible que celui des garçons. Les mêmes constats sont faits à Paris où 46 % des enfants pesaient moins de 3 300 grammes dans les années 1934-1938 contre 47 % en 1940 et 55 % en 1941. À Bordeaux, à Lyon et à Dijon, les pédiatres font les mêmes observations.

  • 25 Idem.

15Au premier plan des explications, les pédiatres mettent la sous-alimentation des femmes enceintes liée à des rations reconnues insuffisantes. Parce que le gouvernement a été interpellé à plusieurs reprises sur cette situation, un décret ministériel d’août 1942 relève de façon substantielle la ration alimentaire des femmes enceintes. « Or nous voyons effectivement, en 1943, le poids de naissance des enfants se relever légèrement ». D’autres facteurs sont aussi avancés : « Excès de travail physique de la mère, manque de ressources, habitation malsaine, inquiétude et soucis25. »

  • 26 Par exemple, l’enquête sur la maternité de Paris parue dans le Bulletin de l’inh en 1947.

16Prenant en compte l’ensemble des naissances, les pédiatres notent également une plus grande proportion de prématurés. Cette thématique de la santé de la mère et de son nouveau-né fait l’objet de nombreuses enquêtes qui rendent bien compte de l’intérêt porté à la question26.

  • 27 Adrienne Aboulenc, « Enquête sur la pratique de l’allaitement maternel dans la région parisienne ( (...)
  • 28 Lettre de Jacques Doublet à Jean Bourgeois-Pichat datée du 31 juillet 1952, aimablement prêtée par (...)
  • 29 Dr Marcelle Danzig, « Protection sanitaire et sociale de la maternité et de l’enfance pendant les (...)

17Reste que si la surmortalité entraînée par la guerre est patente, il a pu aussi exister des facteurs favorables à la santé des enfants, en particulier l’allaitement maternel et la réduction de la consommation alcoolique. L’allaitement maternel semble en effet avoir eu tendance à augmenter, bien que les données disponibles soient partielles et discutables. Sur un échantillon de 2 640 dossiers de consultations de nourrissons de la région parisienne, la fréquence de l’allaitement au sein paraît s’élever un peu entre 1 et 8 mois des générations 1943-1944 aux générations 1945-194627. En situation de pénurie, les mères se résolvent à allaiter leur bébé. C’est une stratégie de survie. Mais on voit aussi que les sevrages complets surviennent plus tôt en 1945 : 47,7 % des allaitements maternels pratiqués à 5mois pour les bébés nés en 1945 font place à l’allaitement artificiel, contre 28,6 % pour les bébés nés en 1942-1943. D’après cet échantillon, les mères allaitent un peu plus souvent leur nouveau-né mais elles arrêtent plus tôt de le faire : affaiblies elles-mêmes, ne recevant que des quantités insuffisantes de protides et de lipides, estiment-elles que leur lait n’est pas assez fortifiant pour leur bébé qui grandit ? Il est possible aussi que le choc psychologique des événements militaires ait provoqué chez certaines femmes des arrêts brusques de lactation. Nous avons recueilli le témoignage d’une femme qui a vu sa sécrétion lactée s’arrêter à l’annonce du débarquement allié. Pendant quelques jours, elle n’a pas pu donner une goutte de son lait à sa fille née en décembre 1943. Puis la lactation a repris… Le Comité national de l’enfance, qui reste actif pendant la guerre malgré l’éloignement de son président et fondateur Paul Strauss (qui meurt à Hendaye en 1942), lance, en 1940 et en 1941, des appels pressants en faveur de l’allaitement maternel, au moyen de tracts et de brochures. Les statistiques rassemblées après la guerre par le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale sur les assurés sociaux 28 confirment la légère augmentation de la proportion des mères allaitant leur enfant pendant la guerre. Dans un rapport sur la santé des mères et des enfants pendant la guerre et depuis l’ordonnance du 2 novembre 1945, le Dr Marcelle Danzig confirme que si les mères ont essayé de donner le sein en plus grand nombre, elles ont arrêté plus tôt29.

  • 30 DrArmand-Delille, « La santé des enfants de la population rurale nés pendant la période des restri (...)
  • 31 Sully Ledermann, Alcool, alcoolisme, alcoolisation, Paris, Ined/puf, 1964, p. 130-133.

18En outre, la baisse de l’alcoolisme chez les adultes a pu constituer un facteur favorable à la survie des enfants. En 1947, le Professeur Armand-Delille fait une communication à l’Académie de médecine qui tend à prouver l’effet protecteur de la baisse de la consommation alcoolique chez les enfants nés en milieu rural30. Quant à Sully Ledermann, il s’intéresse au cas de la région Bretagne-Normandie qui a vu sa consommation d’alcool se réduire drastiquement du fait de la pénurie de transports en provenance du Midi. Or si l’on compare l’augmentation de la mortalité dans cette région entre 1935-1936 et 1942-1943 à celle que l’on observe pour la France entière, la différence est frappante. À presque tous les âges, la région sort bénéficiaire de la comparaison. Les restrictions de la période de guerre ont donc des effets positifs sur la santé des populations bretonnes et normandes, y compris chez les enfants31.

Des populations vulnérables jusqu’à l’adolescence

  • 32 J. Duché, « Les incidences de la vie actuelle sur l’épidémiologie des mycoses », rtinh, 1944, tome (...)
  • 33 J. Sauté et M. Witkowski, « Biologie des poux et épouillage », rtinh, 1944, tome i, volume i.

19Les conditions d’existence n’ont pas seulement des effets sur les nourrissons et les femmes enceintes. Les jeunes enfants jusqu’aux adolescents sont aussi touchés par les problèmes liés en tout premier lieu à l’hygiène et à la promiscuité. Dès septembre 1942, les médecins constatent que le nombre d’enfants atteints de mycoses augmente. Dans les camps de jeunesse, la gale fait son apparition, la teigne semblant moins fréquente. Le développement de ces mycoses serait dû, selon les observateurs, « au manque général de savon, les malades ne peuvent désinfecter ni leur épiderme, ni leur linge, au déplacement des populations (les couchers dans les hôtels ou dans les centres d’accueil des gares), au manque de médicaments32 ». Les difficultés à se procurer de l’alcool iodé, des médicaments moins appropriés et moins rapidement efficaces tendent à allonger la période contagieuse. En 1944, le manque cruel de savon, l’entassement et la promiscuité expliquent la recrudescence des poux. « L’épidémie de typhus signalée à Marseille l’an dernier n’est-elle pas là pour nous faire craindre le pire et nous inciter à combattre par tous les moyens possibles la pullulation de ces redoutables parasites33 ? », s’inquiètent deux spécialistes de parasitologie. Une carte représentant les écoles de Marseille montre qu’elles sont toutes infectées par les parasites. Dans certaines écoles, ce sont 50 à 90 % des enfants qui ont des poux.

  • 34 Voir Dominique Veillon, Vivre et survivre en France, 1939-1947, op. cit.
  • 35 Arch. inh, « Rapport sur l’alimentation en période de restriction des enfants d’âge scolaire et de (...)
  • 36 Arch. inh, Lettre et rapport du Dr Leconte au Maréchal, 15 octobre 1940.
  • 37 Arch. inh, Lettre du Dr Huard aux préfets, 26 décembre 1940.
  • 38 Comité national de l’enfance, Archives, réunion de bureau du 25 juin 1941.

20Cette vulnérabilité des jeunes enfants transparaît aussi à la lecture des enquêtes portant sur la nutrition. Rappelons que les enfants sont soumis au rationnement comme les autres catégories de la population34. La consommation de viande est limitée à certains jours de la semaine, la quantité de sucre est strictement réglementée. Dès octobre 1940, les autorités sont alertées sur les conséquences attendues du rationnement. Un rapport est établi à la demande de M. Achard, secrétaire d’État au ravitaillement, le 7 octobre 1940. Les auteurs préviennent : « Les conséquences des restrictions actuelles pour les enfants risquent d’être extrêmement graves. » Ils ajoutent que « la ration actuelle est non seulement insuffisante du point de vue énergétique, elle est en outre profondément déséquilibrée qualitativement […] et quantitativement35 ». Le déséquilibre concerne surtout l’apport de vitamines, surtout les vitamines A, présentes dans le beurre, le fromage, le lait et le foie, autant d’aliments particulièrement rares en ces temps de restrictions. Le 15 octobre 1940, le Dr Leconte, inspecteur départemental d’hygiène des Hautes-Alpes adresse au maréchal Pétain un rapport alarmant sur la situation des enfants : « S’il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger pour reprendre un texte célèbre […], il est des règles fondamentales, vitales d’hygiène alimentaire qu’il faut respecter à tout prix, quel qu’en soit le prix36. » Dès l’hiver 1940, les problèmes sont posés et les professionnels sont alertés. Nombreux sont en particulier les rapports de médecins qui informent les autorités sur les conséquences des carences en vitamines. Tous convergent. Les rations sont revues. Le 26 décembre 1940, le secrétaire d’État à la famille et à la santé, le Dr Serge Huard, informe les préfets que, pour remédier aux carences en vitamines, une distribution régulière et gratuite de vitamines sous la forme de comprimés sucrés mais aussi de tablettes de chocolat sera organisée en faveur des enfants et des femmes enceintes37. En 1941, le Comité national de l’enfance, par la voix du Dr Georges Schreiber, entreprend de conseiller les familles pour suppléer les carences en viande : œufs frais, légumes secs comme les lentilles ou les pois cassés, macaronis, lait caillé, fromages devront être donnés aux enfants. À défaut de légumes et de fruits frais, le médecin préconise d’administrer de petites doses d’huile de foie de morue38.

  • 39 Arch. inh, Deuxième rapport sur les restrictions et la santé des jeunes par le Dr Henri Roueche, n (...)
  • 40 Comité national de l’enfance, Archives, assemblée générale du 15 octobre 1941.
  • 41 Arch. inh, Deuxième rapport sur les restrictions et la santé des jeunes, op. cit.
  • 42 « L’état de la nutrition à Marseille », rtinh, 1944, tome i, vol. 1.

21Le Dr Roueche donne une description très complète de l’effet des restrictions sur la santé des jeunes. Concernant les enfants de 2 à 6 ans : « C’est plus la variété que la quantité des aliments qui laisse à désirer » ; pour les enfants de 6 à 14 ans, « on constate une diminution de poids et de taille. Dans certaines régions frontières les enfants de cet âge ont perdu 1 kg 500 à 3 kg. » Pour les adolescents, « l’amaigrissement est très fréquent allant couramment de 3 à 5 kg, amaigrissement d’autant plus marqué que le grand enfant avance en âge. Ces adolescents ont faim… Les adolescents sont fatigués… et montrent une faible résistance à l’effort, ils sont fragiles vis-à-vis des infections et leur dentition est mauvaise et nécessite des soins constants39 ». Le tableau est donc très alarmant. En 1941, à Marseille, une étude sur l’alimentation des familles montre que la moyenne des rations est inférieure à ce qui est considéré comme nécessaire aux besoins habituels. Seuls les enfants de 2 à 7 ans voient leurs besoins couverts. Pour les autres, notamment les adolescents, la sous-alimentation apparaît inquiétante alors qu’ils sont en période de croissance. Le premier des symptômes de la sous-alimentation est l’amaigrissement. Toutefois, les enfants de familles à revenus élevés n’ont pas perdu de poids dans les mêmes proportions que les autres, parfois même leur poids s’est stabilisé. Sur 71 enfants observés, 39 ont eu une augmentation de poids suffisante, surtout des enfants de 7 à 12 ans. La même année, l’enquête menée par le Comité national de l’enfance à la demande du Secrétariat d’État à la famille et à la santé confirme les résultats observés à Marseille. Le Comité adresse un questionnaire à 463 médecins concernant la morbidité, la mortalité et la santé des nourrissons jusqu’aux adolescents. L’analyse de 118 réponses portant sur des milliers de cas met en lumière deux constats majeurs : ce sont les adolescents de 13 à 20 ans qui sont les plus touchés ; les réponses sont concordantes sur ce point40. La comparaison des rations de 1941 et 1942 montre que, bien que la valeur énergétique des rations des enfants se soit améliorée grâce aux légumes surtout, les besoins des plus de six ans ne sont pas entièrement couverts. Les enquêteurs ont remarqué chez les enfants une plus grande fatigue (chez 15 à 20 % des enquêtés) et un besoin accru de sommeil. En outre, nombreux sont ceux qui ont les extrémités cyanosées. Au total, c’est 43 % de la population enquêtée qui affirme avoir eu des engelures au cours de l’hiver 1941, confirmant les témoignages oraux recueillis41. En outre, l’augmentation de poids est insuffisante surtout chez les enfants de 8 à 13 ans. Tout comme en 1941, 50 % des enfants présentent des signes de rachitisme. Effet du rationnement ou situation latente ? Les auteurs en effet reconnaissent ne pas connaître l’incidence du rachitisme à Marseille avant la guerre42.

  • 43 « État de la nutrition pendant le premier trimestre 1945 », rtinh, 1946, tome ii, volume ii, p.854 (...)
  • 44 Idem.

22Lorsque le suivi des enfants est possible, notamment d’octobre 1943 à 1944, les chiffres sont plus alarmants encore. Ainsi à Paris, la proportion d’enfants dont la croissance pondérale est insuffisante est de 48,2 % pour les garçons et de 57,3 % pour les filles. Un retard de croissance de la taille concerne 21,6 % des garçons et 35,9 % des filles. Au total, 19,6 % des garçons et 25,4 % des filles ont une croissance insuffisante43. Le constat est identique à Marseille. La croissance de la taille a été, elle aussi, ralentie. À Paris, les observateurs estiment que le déficit de taille s’élève à 4 cm pour les enfants de 8/9 ans et à 7 cm pour les 15/16 ans. « La taille des garçons n’est pas encore revenue à ce qu’elle était en 1935 à 16 ans44. » Mais cette croissance de taille ralentie masque une perte de poids plus importante qu’il n’y paraît car elle porte sur des enfants plus petits.

Vulnérables parmi les vulnérables

  • 45 France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », op. cit.

23Certains groupes d’enfants semblent plus fragiles que d’autres. France Meslé a ainsi montré que la crise de l’année 1945 a davantage touché les petites filles que les petits garçons (le même phénomène se retrouve aux Pays-Bas45). En outre, comme pendant la Grande guerre, la Seconde guerre mondiale a provoqué une très forte surmortalité des enfants nés hors mariage, une surmortalité qui se manifeste surtout en 1941, 1942 et 1943 : durant ces trois années, le rapport entre mortalité illégitime et mortalité légitime dépasse 2.

Tableau 3 : Taux de mortalité infantile selon le statut juridique (France entière, en ‰)

Tableau 3 : Taux de mortalité infantile selon le statut juridique (France entière, en ‰)

Source : France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », op. cit.

  • 46 Idem. Voir aussi Philippe-Jean Hesse et Jean-Pierre Le Crom (dir.), La protection sociale sous le (...)

24Il est possible que la guerre ait fortement désorganisé les structures d’aide aux mères célibataires46. Beaucoup d’enfants abandonnés sont des enfants nés hors mariage : la mortalité des enfants abandonnés de moins d’un an dans les services de l’Assistance publique de Paris paraît avoir nettement augmenté pendant la guerre notamment en 1940 mais les statistiques publiées par Albert Dupoux ne font malheureusement pas apparaître l’année 1945.

Tableau 4 : Taux de mortalité des enfants abandonnés de moins d’un an (Paris, en %)

Tableau 4 : Taux de mortalité des enfants abandonnés de moins d’un an (Paris, en %)

Source : Albert Dupoux, « Sur les pas de Monsieur Vincent », Revue de l’Assistance publique, 1958, graphique III en annexe.

  • 47 Ch. Candiotti et M. Moine, La mortalité de l’enfant de première année, op. cit.

25En outre, les données rassemblées par l’INH font clairement ressortir l’aggravation des conditions de survie des enfants assistés (c’est-à-dire pris en charge par les services de l’Assistance publique au titre de la loi de 1904), particulièrement en 194547.

Tableau 5 : Taux de mortalité infantile des enfants assistés et des enfants en général (France entière, en ‰)

Tableau 5 : Taux de mortalité infantile des enfants assistés et des enfants en général (France entière, en ‰)

Source : Ch. Candiotti, M. Moine, La mortalité de l’enfant de première année, Paris, Archives sociales, 1948

  • 48 Idem, p. 52.
  • 49 Catherine Rollet, « The “other war” ii : setbacks in public health », op. cit.

26On voit que la mortalité des enfants assistés était devenue avant guerre sensiblement égale, et même inférieure à celle des enfants de la population générale : ceci s’explique par la non prise en compte des décès d’enfants assistés avant leur placement. La guerre renverse complètement cette situation puisque la mortalité dépasse alors très largement celle de l’enfance en général. La guerre crée donc des conditions spécialement difficiles pour les enfants pris en charge par la collectivité : « Les enfants assistés payèrent de nouveau à la mort un tribut nettement excédentaire48 », allusion directe à la Grande guerre49.

  • 50 « Rations d’après-guerre », rtinh, 1944, tome i, volume iii.
  • 51 « Enquête sur l’état de nutrition d’un groupe d’adolescentes de la région parisienne pendant l’hiv (...)

27Des populations en institution, notamment les adolescents, ont également fait l’objet d’observations particulières. Ainsi, dans un orphelinat de la banlieue d’Orléans, l’état de santé des adolescents âgés de 15 à 21 ans est jugé satisfaisant50. Une autre enquête est menée dans le centre d’artisanat rural de Marcoussis en Seine-et-Oise. Il reçoit des jeunes filles en internat, 70 au total, issues des milieux défavorisés de Paris51. L’enquête porte sur 35 d’entre elles âgées de 14 à 17 ans au cours du premier trimestre 1944. L’objectif est d’apprécier l’état nutritionnel et la courbe de croissance de ces jeunes filles dans le cadre d’un régime quasi végétarien. Premier constat, les troubles digestifs et les diarrhées sont fréquents. Deuxième constat : sur 35 jeunes filles de 14 à 17 ans, 13 n’ont pas encore eu leurs règles, 17 souffrent d’aménorrhée, parfois depuis 9 mois. Seules 5 d’entre elles ont des règles normales. Autre constat : globalement la croissance pondérale est satisfaisante grâce à un régime relativement abondant lié à la présence d’un jardin potager. La croissance staturale, quant à elle, est en dessous des normes.

  • 52 Dr Marcelle Danzig, « Protection sanitaire et sociale de la maternité et de l’enfance pendant les (...)

28Au total, c’est donc un ensemble de causes qui interagit sur fond de malnutrition : surcroît de bronchites, de gastro-entérites, de cas de faiblesse à la naissance, dans le contexte de pénuries et de chocs psychologiques. Analysant la situation en 1948, le Dr Danzig met bien en évidence que la crise de 1945 ne peut être expliquée par des circonstances fortuites : son caractère massif (elle touche 84 départements) et la constance de la surmortalité tout au long de l’année tendent à prouver qu’elle est liée à des « circonstances de vie qui ont frappé la population, non seulement à la fin de la guerre, mais encore pendant toutes les années de la guerre […]. Un certain nombre de ces affections n’ont été fatales qu’en raison de la fragilité de terrain sur lequel elles s’abattaient52 ». Une preuve de cette hypothèse réside dans le maintien pendant toute la guerre d’une surmortalité des tout-petits liée à la santé des mères et dans l’évolution difficile de la croissance des enfants plus grands. La situation grave à laquelle ont été confrontés les mères et les enfants a fait l’objet de nombreuses études dont la méthodologie a été réfléchie et contrôlée. La guerre a constitué un véritable laboratoire pour observer l’influence de tel ou tel facteur, vérifier des hypothèses, avancer des solutions. Dès le début de la guerre, les spécialistes ont brossé un tableau précis des effets négatifs des restrictions sur la santé des enfants. Qu’il s’agisse du poids ou de la taille des nouveau-nés ou des adolescents, du régime alimentaire, de l’étude du facteur climatique, médecins, statisticiens et démographes ont cherché à établir avec le plus de rigueur possible les faits liés à la situation de guerre. Beaucoup plus rares sont les études sur les populations les plus vulnérables placées en institution : les statistiques manquent, les rapports sont plus rares.

  • 53 Jean Bourgeois-Pichat, « La situation démographique de la Grande-Bretagne. Comparaison avec celle (...)

29Faisant le bilan de la mortalité en 1946, comparée à celle que l’on aurait observé si la tendance à la baisse de la période 1930-1938 avait persisté, les statisticiens font en 1948 un constat pour le moins frappant puisqu’ils observent une baisse de la mortalité à tous les âges au-dessus de 15ans. Seul le groupe des enfants (moins de 15 ans chez les garçons, moins de 10 ans chez les filles) connaît une surmortalité de l’ordre de 30 % pour les enfants de moins d’un an et de 144 % pour les décès par diarrhée et entérite. Commentant ces données, Alfred Sauvy conclue : « Ce contraste confirme de façon frappante le handicap exceptionnellement grave que subissent les jeunes générations depuis la guerre. » Les enfants, des tout-petits aux adolescents, ont payé un tribut très lourd à la guerre. Le bilan paraît même plus lourd que durant la Grande guerre et bien plus élevé que dans un pays comme la Grande-Bretagne53 : non, la guerre n’a pas été bonne pour les enfants, tel est le résultat de quatre années d’occupation.

Notes

1 France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », Santé et mortalité des enfants en Europe, Louvain-La-Neuve, Academia-Bruylant/L’Harmattan, 1996, p. 245-251.

2 Deborah Dwork, War is good for babies and other young children. À History of the Infant and Child Welfare Movement in England. 1898-1918, Londres/New-York, Tavistock Publications, 1987.

3 Pierre Buekens et Marc Debuisson, « Guerres mondiales et prévention maternelle et infantile : le cas de la Belgique », Santé et mortalité des enfants en Europe, op. cit., p. 269-29.

4 Catherine Rollet, « The “other war” ii : setbacks in public health », in Jean-Louis ROBERT et Jay Winter (dir.), Capital cities at war : Paris, London, Berlin. 1914-1919, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

5 L. H. Lumey, « The Dutch famine of 1944-1945 : short and long term consequences », Santé et mortalité des enfants en Europe, op. cit., p. 299-310.

6 Hélène Bergues, « Répercussions des calamités de guerre sur la première enfance », Population, 1948, n° 3, p. 501-518.

7 France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », op. cit., p.245-251. Voir aussi Alain Norvez, De la naissance à l’école. Santé, modes de garde, prime éducation dans la France contemporaine, Paris, Ined/puf, 1990.

8 « La mortalité infantile pendant l’année 1945 », Bulletin de l’inh, volume II, 1947, p. 59-65.

9 « La mortalité infantile à Paris et à Marseille en 1946 », Bulletin de l’inh, volume II, 1947, p. 176-183.

10 Bulletin de l’inh, volume II, 1947, p. 97.

11 Paul Vincent, « Conséquences de six années de guerre sur la population française », op. cit., p. 437.

12 Jean Bourgeois, « La situation démographique », Population, n° 2, 1946, p. 334.

13 Archives inh, fonds Chevalier (Arch. inh), Lettre du Professeur Clavelin, 3 avril 1941. Les auteurs remercient Hélène Chambefort, archiviste à l’Inserm, pour sa disponibilité.

14 Arch. inh, le Dr Lesné cité dans le rapport « Le rationnement du lait ».

15 Idem.

16 « L’organisation de l’hygiène du lait en France » et « Sur la distribution de lait aux nourrissons », Bulletin de l’Académie de médecine, séance du 30 juin 1942.

17 H. Violle, A. Nabonne, « À propos de la mortalité par gastro-entérite à Marseille », Recueil des travaux de l’inh (rtinh), 1944, tome I, volume I.

18 Idem.

19 P. Gibert, « Recherche du bacille tuberculeux bovin dans le lait et les produits laitiers distribués à Paris », rtinh, tome ii, volume ii, p. 731-738.

20 « La mortalité infantile pendant l’année 1945 », Bulletin de l’inh, volume ii, 1947, p. 59-60.

21 Bulletin de l’inh, volume ii, 1947, p. 179.

22 « Enquête sur la maternité à Paris et ses relations avec certaines conditions de vie à Paris en 19421943 », rtinh, 1944, tome i, volume iii.

23 Idem.

24 G. Beyer, P. Beyer, « Poids de naissance des enfants nés à Clermont-Ferrand avant et pendant la guerre (1937-1943) », rtinh, 1946, tome ii, volume ii, p. 890-894.

25 Idem.

26 Par exemple, l’enquête sur la maternité de Paris parue dans le Bulletin de l’inh en 1947.

27 Adrienne Aboulenc, « Enquête sur la pratique de l’allaitement maternel dans la région parisienne (1945-1946) et sur les causes des sevrages prématurés », Bulletin de l’inh, 1948, p. 629-635.

28 Lettre de Jacques Doublet à Jean Bourgeois-Pichat datée du 31 juillet 1952, aimablement prêtée par Jean-Noël Biraben. La prudence s’impose cependant dans l’interprétation de ces statistiques.

29 Dr Marcelle Danzig, « Protection sanitaire et sociale de la maternité et de l’enfance pendant les années de guerre et depuis l’Ordonnance du 2 novembre 1945 », Ministère de la santé publique et de la population, 8 juin 1948. Nous remercions David Pioli de nous avoir signalé ce rapport.

30 Dr Armand-Delille, « La santé des enfants de la population rurale nés pendant la période des restrictions d’alcool », Bulletin de l’Académie de médecine, 1947, tome 131, p. 691-692.

31 Sully Ledermann, Alcool, alcoolisme, alcoolisation, Paris, Ined/puf, 1964, p. 130-133.

32 J. Duché, « Les incidences de la vie actuelle sur l’épidémiologie des mycoses », rtinh, 1944, tome I, vol. 2.

33 J. Sauté et M. Witkowski, « Biologie des poux et épouillage », rtinh, 1944, tome i, volume i.

34 Voir Dominique Veillon, Vivre et survivre en France, 1939-1947, op. cit.

35 Arch. inh, « Rapport sur l’alimentation en période de restriction des enfants d’âge scolaire et des adolescents », 7 octobre 1940.

36 Arch. inh, Lettre et rapport du Dr Leconte au Maréchal, 15 octobre 1940.

37 Arch. inh, Lettre du Dr Huard aux préfets, 26 décembre 1940.

38 Comité national de l’enfance, Archives, réunion de bureau du 25 juin 1941.

39 Arch. inh, Deuxième rapport sur les restrictions et la santé des jeunes par le Dr Henri Roueche, non daté.

40 Comité national de l’enfance, Archives, assemblée générale du 15 octobre 1941.

41 Arch. inh, Deuxième rapport sur les restrictions et la santé des jeunes, op. cit.

42 « L’état de la nutrition à Marseille », rtinh, 1944, tome i, vol. 1.

43 « État de la nutrition pendant le premier trimestre 1945 », rtinh, 1946, tome ii, volume ii, p.854-894.

44 Idem.

45 France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », op. cit.

46 Idem. Voir aussi Philippe-Jean Hesse et Jean-Pierre Le Crom (dir.), La protection sociale sous le régime de Vichy, op. cit.

47 Ch. Candiotti et M. Moine, La mortalité de l’enfant de première année, op. cit.

48 Idem, p. 52.

49 Catherine Rollet, « The “other war” ii : setbacks in public health », op. cit.

50 « Rations d’après-guerre », rtinh, 1944, tome i, volume iii.

51 « Enquête sur l’état de nutrition d’un groupe d’adolescentes de la région parisienne pendant l’hiver 1943-1944 », rtinh, 1944, tome I, volume III.

52 Dr Marcelle Danzig, « Protection sanitaire et sociale de la maternité et de l’enfance pendant les années de guerre et depuis l’ordonnance du 2 novembre 1945 », op. cit.

53 Jean Bourgeois-Pichat, « La situation démographique de la Grande-Bretagne. Comparaison avec celle de la France », Population, 1948, n° 4, p. 673-677.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Deux estimations du taux de mortalité infantile (France entière, en ‰)
Légende Sources : Michel Huber, Henri Bunle et Fernand Boverat, La population de la France, Paris, Hachette, 1950 et France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », op. cit., annexe.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20108/img-1.png
Fichier image/png, 2,0k
Titre Carte 1 : Le taux de mortalité infantile en 1945
Légende Source : Population, 1948, n° 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20108/img-2.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tableau 2 : Taux de mortalité infantile durant le premier trimestre de chaque année (France entière, en ‰)
Légende Source : Bulletin de l’INH, 1947
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20108/img-3.png
Fichier image/png, 2,2k
Légende Source : Population, 1948, n° 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20108/img-4.png
Fichier image/png, 39k
Titre Carte 3 : La mortalité infantile due à la gastro-entérite en 1945
Légende Source : Population, 1948, n° 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20108/img-5.png
Fichier image/png, 42k
Titre Tableau 3 : Taux de mortalité infantile selon le statut juridique (France entière, en ‰)
Légende Source : France Meslé, « La mortalité infantile en Europe pendant les deux guerres mondiales », op. cit.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20108/img-6.png
Fichier image/png, 3,0k
Titre Tableau 4 : Taux de mortalité des enfants abandonnés de moins d’un an (Paris, en %)
Légende Source : Albert Dupoux, « Sur les pas de Monsieur Vincent », Revue de l’Assistance publique, 1958, graphique III en annexe.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20108/img-7.png
Fichier image/png, 999 octets
Titre Tableau 5 : Taux de mortalité infantile des enfants assistés et des enfants en général (France entière, en ‰)
Légende Source : Ch. Candiotti, M. Moine, La mortalité de l’enfant de première année, Paris, Archives sociales, 1948
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20108/img-8.png
Fichier image/png, 2,4k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540