Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Quatrième partie. Des morts de faim aussi dans les catégories « fragiles » de la population urbaine

Les conséquences sanitaires de la pénurie alimentaire dans une grande agglomération

Ludivine Bonnet

Texte intégral

  • 1 Gabriel Curis, Le ravitaillement de Lyon pendant la Deuxième Guerre mondiale, diplôme d’études sup (...)

1Alors que le sort des populations vivant en collectivités fermées ou semi-fermées a été abordé à plusieurs reprises, cet article se propose d’analyser le devenir de la population lyonnaise dans son ensemble, sachant que la deuxième ville de France est particulièrement touchée par les restrictions. Son ravitaillement est très difficile1. Ainsi, l’approvisionnement en céréales, en viande et surtout en lait pose un problème épineux durant toute la période. L’approvisionnement en fruits et légumes est quant à lui très irrégulier. Le Rhône, qui est l’un des départements les plus peuplés de France et l’un des plus petits par sa superficie, est en effet déficitaire pour la plupart des productions agricoles. Avec ses 700 000 habitants, l’agglomération lyonnaise concentre 70 % de la population et constitue un énorme centre de consommation, un véritable « aspirateur ». En outre, la ville est dépourvue de ceinture agricole et souffre de l’absence d’un arrière-pays. Située à l’extrémité sud du département, elle est coincée entre l’Isère et l’Ain et pâtit de l’autarcie départementale caractéristique de l’Occupation. Enfin, la population ouvrière, souvent très démunie face au rationnement, y est particulièrement importante et la ville accueille une population réfugiée nombreuse. À la Libération, l’amélioration tant espérée ne se fait pas sentir. Au total Lyon est sans doute l’une des grandes villes les plus défavorisées tout au long de la période. Elle s’en sort mieux que les grandes villes du Sud comme Marseille ou Montpellier mais moins bien que Paris.

2Notre propos est centré sur les conséquences sanitaires des pénuries et sur les ripostes collectives mises en œuvre par les autorités municipales pour lutter contre la disette qui touche les catégories biologiquement et économiquement les plus vulnérables de la population.

De lourdes conséquences sanitaires et sociales

3Les rations octroyées par le Ravitaillement général sont nettement insuffisantes. Même en complétant la ration officielle, les Lyonnais ne parviennent pas à couvrir la totalité de leurs besoins quotidiens. Les conséquences d’un tel régime sont très sérieuses. Dans un premier temps on s’inquiète seulement de ses effets sur l’organisme des enfants et on accuse les adultes de se plaindre à tort. Ainsi peut-on lire dans le quotidien Le Progrès du 9 février 1941 : « Que les gens qu’affolent les restrictions se calment un peu. Nous avons à serrer notre ceinture, certes, et à nous priver. Mais nous n’en sommes pas encore à la mort par la faim ! » À partir de 1942, les perceptions évoluent, d’abord au sein des sociétés médicales puis dans la presse généraliste. C’est le moment où l’on prend conscience que les effets de la sous-alimentation ne concernent pas seulement les marginaux mais, à des degrés divers, une grande partie de la population, ce en fonction de plusieurs critères.

  • 2 DrCarnet, « Le péril alimentaire chez les travailleurs assurés », Lyon Médical, n° 23, 29 mars 194 (...)

4Le premier de ces critères est l’âge. Les sujets âgés supportent très mal les restrictions comme l’attestent les articles traitant des hospices de vieillards. Les personnes âgées qui vivent chez elles ne connaissent pas toujours un sort meilleur. Trouver les calories manquantes nécessite de la résistance physique et beaucoup y renoncent, d’autant qu’il est déjà très difficile d’obtenir les rations allouées. Ceux qui vivent avec leur famille sont plus favorisés. Peut-être encore plus que les vieillards, les nourrissons sont particulièrement affectés. Chez eux la dénutrition fait rapidement sentir ses effets et peut devenir irréversible. Le second critère est le sexe. Les hommes sont plus touchés que les femmes car leur activité est en général plus pénible. Même à activité égale, les hommes supportent moins bien le rationnement car leurs besoins sont supérieurs. Or les rations ne tiennent pas compte du sexe. En outre, ils sont de plus gros buveurs ce qui aggrave semble-t-il les effets de la sous-alimentation. Les mères de famille sont également vulnérables du fait de l’épuisement causé par l’allongement et la multiplication des tâches ménagères en temps de pénurie. La situation familiale constitue un autre critère important. L’isolement est en effet un facteur de fragilité. Il touche surtout les hommes mais la proportion s’inverse après 65 ans du fait de la plus grande longévité des femmes. La condition des hommes isolés ou célibataires est plus difficile que celle des femmes dans la même situation. Leur fréquente inaptitude ménagère les conduit à manger régulièrement aux soupes populaires ou les livre à l’exploitation de certains restaurateurs peu scrupuleux qui rognent sur les rations2. Mais c’est surtout la taille et la composition de la famille qui entre en compte. Plus la famille est nombreuse, plus les privations et l’endettement sont grands. Les difficultés sont plus sensibles dans les familles comportant des adolescents que dans celles où il y a de jeunes enfants car l’inadéquation entre la ration et les besoins augmente avec l’âge. Or les suppléments accordés à un membre de la famille sont en général partagés. Il n’est pas rare qu’un père possédant la carte T se prive pour sa famille. Le dernier critère, sans doute le plus discriminant, est l’argent. Les familles possédant des liens avec la campagne ont certes le privilège de pouvoir s’y ravitailler mais bien souvent il faut payer et seuls les plus riches peuvent s’y approvisionner régulièrement. Il en est de même pour le marché noir. Presque tout le monde y a recours à un moment ou à un autre mais la fréquence de ce recours et surtout les quantités achetées diffèrent fortement.

  • 3 Le Progrès, 3 août 1940, rubrique « Hippocrate dit oui ».
  • 4 Lettre du 17 octobre 1941 adressée à la mairie de Lyon, citée par Gabriel Curis, Le ravitaillement (...)
  • 5 Archives départementales du Rhône (adr), 182 W 225, Ministère de l’intérieur, direction générale d (...)
  • 6 Cité par Bernard Aulas, Vie et mort des Lyonnais en guerre 1939-1945, Roanne, éd. Horvath, 1974, p (...)
  • 7 Hélène Ressicaud, Étude du déficit actuel de l’effort scolaire, thèse de médecine, Lyon, 1943.

5Les principales sources permettant d’aborder l’étude des conséquences sanitaires du rationnement et des pénuries à Lyon sont médicales : les thèses de médecine soutenues pendant la guerre, les deux revues Lyon Médical et le Journal de médecine de Lyon, et des enquêtes commanditées par la municipalité et réalisées le plus souvent par des médecins. En ce qui concerne la morbidité, on distingue les symptômes subjectifs et les symptômes objectifs. Parmi les premiers, on compte la faim, le froid et la fatigue. Quotidiennement, les Lyonnais ressentent « un état de faim intense, tout à fait particulier, fort désagréable3 ». Cette sensation s’accompagne d’un état de faiblesse, de fréquentes céphalées et de petites lipothymies qui surviennent vers onze heures et vers dix-huit heures. Plus grave, des personnes sont souvent amenées à l’hôpital après une syncope ou un malaise d’inanition dans la rue. Pour certains, le froid est encore plus insupportable. Une vieille dame déclare : « J’aime mieux ne pas manger et avoir du feu, car je souffre trop des jambes d’avoir froid4. » Les hivers 1940-1941 et 1941-1942 sont particulièrement rudes. Alors que la normale saisonnière est de 2,9°C, la température moyenne tombe respectivement à 0,5°C et à -0,7°C. La pénurie de combustible et de vêtements chauds est très sévère. Les cas d’hypothermie et d’engelures se multiplient. La fatigue, quant à elle, est essentiellement due à la modification des conditions de vie. Les problèmes de transport et de ravitaillement entraînent un surcroît d’activité : la marche à pied ou le jardinage par exemple. En outre, dans les usines, la durée de la journée de travail s’allonge. Or, alors que l’activité physique s’accroît, la ration alimentaire diminue. La dénutrition qui en résulte a pour conséquence une diminution des forces physiques et de l’attention ; l’efficacité au travail s’en trouve réduite. Ainsi dans une entreprise de construction métallique de la ville, le rendement est inférieur de 30 à 40 % à celui d’avant-guerre5. Le travailleur est pris de somnolence et de vertiges à tendance syncopale et même de syncopes vraies. « Très fréquemment », écrit un industriel, « nos ouvriers de fabrication travaillant la nuit sont surpris à dormir profondément, et même nos meilleurs ouvriers paraissent sujets à ces défaillances6 ». En juillet 1942, les professeurs de médecine Mazel et Hermann tirent la sonnette d’alarme. Leur rapport intitulé « Sous-alimentation et travail industriel », résultat d’une enquête portant sur au moins 2 000 cas, met l’accent sur la gravité du fléchissement ouvrier et prévoit une amplification du problème. Enfin, il faut signaler la multiplication et l’aggravation des accidents du travail. Cette fatigabilité anormale touche aussi les enfants. L’étourderie des écoliers a toujours été un sujet essentiel de récrimination de la part des instituteurs mais, avec les restrictions alimentaires, la baisse de l’effort scolaire est bien réelle et s’accentue avec l’âge. En outre, l’agitation et l’angoisse ambiantes influent fortement sur le comportement des enfants7.

  • 8 Pierre Albertini, L’influence des restrictions alimentaires sur la fréquence des toxémies gravidiq (...)
  • 9 adr, Mémorial de l’Oppression : fonds en cours de classement, Rapport de l’équipe « Pédiatrie » de (...)

6Les conséquences de la sous-alimentation sur la santé peuvent rapidement s’aggraver. Aux troubles subjectifs s’ajoutent des troubles objectifs, plus ou moins fréquemment observés par les médecins. Les malades soumis à la pénurie des denrées alimentaires et des médicaments (l’insuline par exemple) risquent également de voir leur état empirer. Des suppléments et des attributions spéciales en cas de régime sont certes prévus mais ils ne suffisent souvent pas et il est difficile de se les procurer. Le mauvais état général explique l’exacerbation des maladies et l’augmentation de la fréquence de certaines pathologies même si les conséquences de la sous-alimentation ne sont pas, comme on pourrait le croire, toujours néfastes. Le recul de l’alcoolisme est toujours mis en avant mais celui des maladies gravidiques est lui aussi très significatif (une diminution de plus de 50 % s’observe entre les périodes 1935-1939 et 1941-19458). En outre, les maladies infectieuses ne sont pas nettement plus fréquentes que dans les années précédant la guerre, à l’exception de la tuberculose. L’exemple de la tuberculose est intéressant car à ce titre Lyon fait figure d’exception. Alors que cette infection semble être en nette expansion dans toute la France, et particulièrement dans les régions urbaines9, à Lyon la courbe de la mortalité augmente, comme ailleurs, dès le début de la guerre mais, contrairement à ce que l’on constate dans les autres grandes villes françaises, elle reflue dès 1942. La raison est, semble-t-il, un important effort de dépistage avec la systématisation des percuti-réactions pour les enfants et le développement des consultations au dispensaire pour les adultes.

  • 10 DrGaly, Simon, Kohler, « Intoxication conjugale à forme polynévritique due à l’absorption d’une hu (...)

7Les affections peuvent également être dues à la toxicité des aliments. Les efforts pour pallier les pénuries et surtout le marché clandestin, souvent peu scrupuleux, entraînent l’apparition de succédanés dangereux. Un nombre important d’intoxications, souvent mortelles, sont causées par la consommation de produits avariés (il y a des cas de botulisme à Lyon, causés par des jambons crus achetés sur le marché noir) et par l’utilisation d’ersatz dangereux ou mal employés comme les huiles industrielles. Au printemps 1943, une mère de famille désemparée face à la pénurie de matières grasses utilise de l’huile de lin dont son mari s’était servi pour repeindre l’appartement. Les époux doivent être hospitalisés10. Le défaut d’hygiène est un autre facteur important. Il est dû au manque de savon et d’eau chaude mais aussi aux agissements de commerçants et de trafiquants de marché noir beaucoup plus soucieux de leurs profits que de la qualité des produits qu’ils proposent. Par exemple, la mauvaise qualité du lait provoque un inquiétant retour des épidémies de fièvre typhoïde. Le lait peut facilement être contaminé, certains fermiers sans scrupules le mouillant avec de l’eau. En outre, à tous les échelons, les règles les plus élémentaires d’hygiène ne sont pas respectées. Les difficultés de transport constituent une autre cause de l’altération des denrées périssables, le problème majeur étant l’allongement du temps de trajet et l’augmentation de la température liée à l’utilisation de gazogènes.

8Enfin, certaines affections sont directement causées par la sous-alimentation. L’amaigrissement, qui peut aller jusqu’à la cachexie, et le retard de croissance sont les effets les plus visibles. Chez l’adulte, il n’est pas rare de constater des amaigrissements de vingt à vingt-cinq kilos sans maladie intercurrente. En 1945, un enfant sur cinq souffre gravement de la faim depuis plusieurs années. Le Bureau municipal d’hygiène en est fortement préoccupé :

  • 11 adr, 283 W 42, Enquête du Bureau municipal d’hygiène datée du 25 avril 1945 et intitulée « Aggrava (...)

« Les écoliers de la ville de Lyon sont parvenus à un moment critique dont les suites défavorables risquent d’être définitives pour beaucoup d’entre eux. La situation qui était inquiétante est devenue alarmante11. »

9D’autres troubles surviennent comme les œdèmes de carence, affection la plus caractéristique et la plus fréquente chez les dénutris qui entraîne parfois la mort. La temporalité des troubles est importante. Certains, tels les œdèmes et les aménorrhées, se manifestent assez rapidement puis s’atténuent ou disparaissent, essentiellement sous l’effet d’une adaptation de l’organisme. Pour d’autres, plus rares comme l’ostéomalacie, un temps très long de privation est nécessaire. À cet égard, l’année 1943 marque un tournant. Il faut également remarquer que la maladie s’installe, en général, de façon lente et progressive mais qu’il existe des cas où elle se révèle de façon aiguë. Les hypoglycémies de famine en sont un bon exemple. Souvent mortelles, elles posent la question de l’existence d’un stade d’irréversibilité de la dénutrition.

  • 12 Claude Lippmann, Étude statistique des décès enregistrés à l’institut médico-légal de la faculté d (...)

10Les conséquences sur la santé publique sont multiples, elles vont des troubles subjectifs plus ou moins bénins à des pathologies graves qui entraînent parfois la mort quand ce n’est pas simplement la mort par inanition. L’étude de la mortalité lyonnaise pose problème car les statistiques sont peu fiables et incomplètes. Les statistiques annuelles publiées par la ville de Lyon et les données produites dans la thèse de médecine de Claude Lippmann 12 montrent que l’augmentation de la mortalité est sensible. En 1941 et 1942, le taux de mortalité (en ne comptant que les résidents) est d’environ 16 ‰, soit de 25 % supérieur à celui de 1939. L’année 1943 est marquée par un réel tassement, la mortalité n’étant plus que de 8 % supérieure à celle de 1939. C’est surtout la mutation des causes de décès qui est remarquable. Les suicides et les décès dus à l’alcoolisme diminuent mais ceux liés à la sous-alimentation et aux intoxications sont en nette augmentation. À l’Institut médico-légal, le nombre de morts par misère physiologique est multiplié par 20 entre les périodes 1935-1939 et 1940-1944. Ce chiffre est certainement en deçà de la réalité puisque l’Institut ne reçoit qu’une infime part des décès, ceux dont la cause est inexpliquée. Les victimes de cette surmortalité sont essentiellement les vieillards et les nourrissons. La mortalité infantile, principalement causée par la débilité congénitale, les maladies pulmonaires et la diarrhée, est extrêmement élevée à Lyon. Le taux record de 12 % est atteint durant le premier semestre 1945. À la même date il est de 7,2 % à Marseille, ville particulièrement affectée par les pénuries.

  • 13 Pour une étude complète voir Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, op. cit.
  • 14 Ibid., p. 280.
  • 15 Robert O. Paxton, La France de Vichy 1940-1944, op. cit.

11Les difficultés de la vie quotidienne ont de lourdes conséquences sociales. La misère s’étend. Alors que les prix ne cessent d’augmenter, les salaires sont bloqués. Les familles modestes sont donc contraintes de dépenser la totalité de leurs ressources sans pouvoir forcément atteindre le strict minimum puisque le renouvellement des vêtements et le chauffage sont insuffisants. L’appauvrissement n’est pas seulement matériel, il est aussi moral et intellectuel. Aucune place n’est laissée aux loisirs et l’immoralité se manifeste par la recrudescence des vols. Le nombre d’enfants « moralement abandonnés » est en inquiétante progression. Face à la dégradation des conditions de vie, les revendications ouvrières portent sur l’augmentation des salaires et une amélioration du ravitaillement. Des grèves, pourtant interdites, et des manifestations sont organisées. Rappelons que les difficultés du ravitaillement et les inégalités sociales ont constitué un des points de rupture avec le régime de Vichy13. Alors que la Révolution nationale prône la solidarité et la fraternité, la réalité est faite de profondes inégalités et de profits scandaleux. Le « climat débilitant14 » révèle des tensions sociales. Ce qui paraît le plus insupportable n’est pas la pénurie mais le sentiment d’injustice, l’impression que les autres sont plus favorisés. Les jalousies s’exacerbent et on accuse les « profiteurs » (les commerçants par exemple) d’être responsables de la pénurie. La grande majorité de la population est concernée par les restrictions et le mécontentement s’exprime au grand jour : tracts, manifestations, lettres de réclamations à la municipalité, à la préfecture, à la police… La collaboration ne préserve en rien la France, celle-ci étant au contraire parmi les pays d’Europe de l’Ouest les plus défavorisés15. À la Libération, les gouvernants se heurtent aux mêmes problèmes. Le 11 mars 1945, une grande manifestation est organisée sur la place Bellecour pour protester contre la mauvaise organisation du ravitaillement. Elle rassemble 100 000 personnes, chiffre considérable, rarement atteint dans la cité rhodanienne.

La gamme des ripostes collectives

12Face à une telle situation, la municipalité lyonnaise agit. Elle met en place des actions collectives pour aider les plus démunis et les plus fragiles mais aussi les plus dignes d’intérêt suivant les critères de la Révolution nationale. Toutes les enquêtes d’assistantes sociales comportent un paragraphe « moralité ». Ainsi vaut-il mieux être marié que concubin ou divorcé. Les Juifs, victimes de discrimination raciale, ne reçoivent qu’une aide minimale dans le cas où le chef de famille est déporté. L’étude des ripostes se fait à travers le prisme de la municipalité lyonnaise puisque l’essentiel des sources provient des archives municipales. Les ripostes individuelles ne sont pas abordées ici mais il ne faut pas oublier leur importance.

  • 16 Doyen de la faculté de médecine, suspendu de ses fonctions en 1941.

13On peut distinguer trois types d’acteurs : les entreprises, notamment à travers les comités sociaux d’entreprise ; les associations, qui peuvent être internationales (par exemple le Comité zurichois d’assistance aux enfants lyonnais fondé en 1942), nationales ou locales ; et la municipalité lyonnaise dont l’organisation en matière de secours est assez originale. Dès le début de l’Occupation, la ville étudie en effet les moyens de coordonner les diverses formes d’assistance. Sur l’initiative du Doyen Lépine16, délégué à l’assistance et aux œuvres sociales de la municipalité, des comités de coordination des œuvres d’assistance et de bienfaisance sont créés en décembre 1940. Ces comités (il y en a un par arrondissement), qui se composent d’assistantes sociales et de représentants des œuvres, sont présidés par l’adjoint d’arrondissement délégué à l’assistance ; toutes les demandes de secours doivent passer par lui. Placés sous le patronage du Secours national qui, à Lyon, joue surtout un rôle de coordination, ils ont le statut d’association loi 1901. L’objectif de cette organisation est double. Il s’agit de sauvegarder les finances publiques en évitant les abus et d’assurer une juste attribution de l’aide. Pour cela, chaque arrondissement, avec le concours des œuvres, crée un fichier des postulants à l’assistance. Ces fichiers constituent le fichier général du Bureau de bienfaisance. Ce système permet à la mairie d’agir en étroite collaboration avec les nombreuses associations privées de la cité rhodanienne. Si la municipalité décide des grands projets, elle délègue leur mise en œuvre à des œuvres qu’elle subventionne le plus souvent. Mais cette organisation que la municipalité juge efficace engendre un conflit de compétence avec le Secours national puis avec l’Entraide française. À la Libération, l’Entraide française veut en effet supprimer les comités par « refus de cette collusion des pouvoirs politiques et sociaux » mais accepte finalement le maintien de ces structures et y adjoint un vice-président, son représentant.

  • 17 Le taux de natalité de la France dans les années trente est très faible. Alors qu’en France la cou (...)
  • 18 adr, 182 W 225, Enquête sur les budgets ouvriers et les salaires par le Comité d’étude et d’inform (...)

14Des motivations de plusieurs ordres sous-tendent les actions engagées par la municipalité. Tout d’abord, on s’inquiète pour la santé publique et pour l’avenir de la nation. Le spectre de la « dégénérescence de la race » est souvent mis en avant pour démontrer l’urgence des secours à accorder aux enfants. Le relèvement de la France qui a, dit-on, perdu la guerre parce qu’elle manquait de soldats 17 doit passer par « une jeunesse saine de corps et d’esprit ». Le souci de l’ordre public constitue un second enjeu : la bataille du ravitaillement est primordiale pour éviter le désordre social et beaucoup agitent l’épouvantail d’une révolution communiste pour hâter les réformes ou tout au moins les secours d’urgence. Ceux-ci répondent enfin à une rationalité économique. Les ouvriers eux-mêmes y insistent pour appuyer leurs revendications, considérant le versement de salaires plus élevés et d’indemnités comme « une manifestation de solidarité nationale et humaine […] C’est aussi une mesure de saine gestion industrielle, la santé du personnel demeurant le plus précieux outillage à conserver18 ». Pour les pouvoirs publics, ces actions permettent aussi de contenir les dépenses d’assistance : il vaut mieux assister un vieillard à son domicile que dans un hospice ou dans un hôpital où il coûte considérablement plus cher. En effet, alors qu’en juillet 1941 les vieillards assistés perçoivent 160 francs par mois, le prix de journée est de 23 francs à l’hôtel des invalides du travail, soit environ de 700 francs par mois, somme entièrement prise en charge par les pouvoirs publics au titre de la loi de 1905.

15Pour fonder leur intervention, les différents acteurs s’appuient en général sur des enquêtes.

16Celles-ci répondent à une double finalité. En renseignant les autorités sur la situation d’une ville ou d’un groupe de population, elles permettent la mise en œuvre de réponses adaptées ou du moins considérées comme telles. Elles servent également à alarmer les décideurs et les financeurs, à appuyer des revendications et des propositions. Un troisième objectif peut leur être attribué : celui de la prophylaxie. Pour les médecins, enquêter sur la pénurie et ses conséquences permet de traiter et de prévenir plus efficacement les affections provoquées par la sous-alimentation, une population informée étant moins vulnérable. Ainsi, la Société médicale des hôpitaux de Lyon insiste-t-elle plus d’une fois sur son rôle social. Elle tente par exemple de lutter contre les fausses idées que sont l’alcool-aliment ou l’utilisation des vitamines en remplacement des aliments traditionnels.

  • 19 aml, 1190 wp 022, Bureau de bienfaisance. Compte rendu d’une réunion du 5 août 1943 à propos de la (...)

17En organisant et en rationalisant l’action des divers organismes, la municipalité intervient dans une sphère où aucun pouvoir, en théorie, ne lui est conféré. L’objectif premier est de fournir un apport énergétique supplémentaire aux populations défavorisées. Des distributions alimentaires sont organisées dans les écoles par diverses associations dont la Fondation franco-américaine pour l’enfance et la Croix-Rouge. Le Secours national prend le relais lorsque celles-ci ne disposent plus de stocks. Les goûters se composent essentiellement de lait, de pain, de confiture, de fruits secs et de biscuits caséinés. Mais les aléas du ravitaillement et l’exiguïté des ressources ne permettent pas toujours de satisfaire toutes les demandes. Par exemple, en 1945, les distributions sont moins importantes qu’en 1943 et 1944 et même temporairement suspendues. À de rares exceptions près, ces attributions sont réservées aux enfants déficients désignés par les médecins scolaires sur la base des pesées. Une participation financière est le plus souvent demandée aux parents. En 1941, deux navires américains arrivent à Marseille. Leur cargaison, composée entre autre de lait condensé et de vitamines, est un don de la Croix-Rouge américaine pour une bonne part destiné au département du Rhône. La répartition est confiée à la Fondation franco-américaine pour l’enfance. Des distributions sont également organisées en faveur des vieillards indigents pour qui les secours financiers s’avèrent souvent insuffisants. En effet, certains vieillards « non seulement, n’ont pas les ressources nécessaires pour vivre, mais ne peuvent utiliser les secours en espèce qui leur sont alloués par suite des difficultés qu’ils ont à se procurer les denrées alimentaires19 ». En 1943, le Bureau de bienfaisance décide donc la création d’un Comité lyonnais d’aide sociale aux indigents dont le rôle est de répartir des denrées provenant d’achats à la production ou de contrats de culture. L’organisation de cette œuvre incombe aux comités de coordination des arrondissements. Les vieillards nécessiteux reçoivent en outre des bons de charbon et du bois quand les stocks le permettent. Tout comme les enfants, ils bénéficient chaque année du Noël du Maréchal au cours duquel ils reçoivent un colis et assistent à un spectacle. Certaines familles jouissent aussi de ces aides en nature. Le 25 mai 1941, à l’occasion de la fête des mères, 2 000 paniers garnis sont offerts aux familles nombreuses. À partir de décembre 1942, le Secours national confie à la Fondation franco-américaine pour l’enfance le soin d’organiser dans chaque quartier des centres de goûter des mères où, chaque jour, un goûter est servi gratuitement aux mères et à leurs enfants. La seule condition est d’être munie de la carte grossesse ou de la carte J3 suppléments pour mère nourrice. Dès le mois de janvier 1943, 1 000 mères sont inscrites. Le Secours national met également en place, à partir de janvier 1942, ce qu’il appelle le « parrainage agricole » : des colis sont envoyés nominativement par des familles paysannes aux foyers les plus nécessiteux de l’agglomération lyonnaise. Les résultats sont très modestes mais le Secours national reste attaché à cette initiative qui doit permettre d’atténuer le ressentiment des citadins envers les paysans.

18Un deuxième type de riposte est la création de restaurants gratuits ou à prix réduit. Parmi diverses initiatives, on peut citer l’exemple des centres de réconfort. Cette œuvre, une des plus importantes de la ville, illustre bien la coopération entre la municipalité et les associations privées. Les mairies d’arrondissement distribuent, à partir du 1er juillet 1940, des bons de repas gratuits aux indigents. Dès le 8 juillet 1940, quatorze centres fonctionnent, principalement dans des cantines scolaires, et il est prévu d’en ouvrir d’autres. Le repas est composé d’une soupe consistante, d’un plat de légumes, de 150 grammes de pain et, par la suite, d’un plat de viande. Les tickets correspondants sont prélevés sur les cartes d’alimentation des bénéficiaires. À la fin du mois d’octobre 1940, les cantines scolaires sont rouvertes et ne peuvent donc plus servir les repas gratuits mais, en décembre, les bons sont reçus par l’Association des centres de réconfort, œuvre créée au début de la guerre et qui compte vingt-cinq centres de distribution. Du 1er juillet 1940 au 31 octobre 1941, le remboursement des repas, soit plus d’un million au total, est à la charge exclusive de la ville. Il est ensuite assuré par le Secours national. Les Comités de coordination des œuvres d’assistance sont les seuls à établir et à distribuer les cartes individuelles qui donnent droit aux repas distribués dans les centres contrôlés par le Secours national. Les personnes à faibles ressources reçoivent une carte de repas gratuits mais il existe aussi, pour des cas particuliers, des cartes d’accès à titre payant. Le nombre de repas gratuits distribués est en forte progression : 100 000 durant le mois de novembre 1941, 335 000 en novembre 1943. Après la guerre, le fonctionnement des centres de réconfort, au nombre de trente-quatre en 1945, pose de gros problèmes car les ressources financières de l’Entraide française ne lui permettent plus d’assumer seule le remboursement. L’œuvre connaît alors de graves difficultés budgétaires. Du fait de l’élévation du prix des denrées et de la main d’œuvre, le prix des bons repas ne cesse d’augmenter : 3,50 francs en juin 1945, 7 francs en novembre 1946, 11 francs en juillet 1947. Pour éviter la fermeture, le Bureau de bienfaisance participe au financement et certains centres sont supprimés. Le 31 août 1947, la dissolution de l’Entraide française entraîne l’arrêt de sa contribution. En revanche, le Bureau de bienfaisance maintient sa participation. En outre, l’inscription au budget municipal est proposée. En 1948, seize centres sont encore en activité et servent environ 50 000 repas par mois. Cet exemple montre le difficile transfert des œuvres de bienfaisance de la période de guerre à celle de paix. Le relais est souvent pris par la municipalité avec cependant une réduction du financement qui provoque le mécontentement de la population.

  • 20 aml, 1190 wp 10, Compte-rendu de la réunion des adjoints d’arrondissement, 16 février 1943.

19Les difficultés de ravitaillement conduisent également à développer des structures préexistantes. Les cantines scolaires, qui existent à Lyon depuis 1895, étaient jusque-là réservées aux enfants des familles indigentes. Dès la rentrée 1941, la municipalité décide d’y admettre tous les enfants mais se plaint de leur faible fréquentation. Au début de l’année 1942, un tiers seulement des enfants inscrits prennent leur repas à l’école. Le prix du repas est fixé à 4 francs pour la rentrée de 1941, des exonérations partielles étant prévues pour les familles nécessiteuses. L’augmentation du prix du repas est constante : 9 francs en 1944, 14 francs en 1945. Une centaine de cantines fonctionne pendant la guerre. Ce chiffre tombe à 70 en 1946, sans doute à cause du coût prohibitif du repas et des moindres difficultés de ravitaillement. L’approvisionnement, souvent difficile, est laissé à la charge des directeurs d’écoles, cependant aidés dans cette tâche par la mairie, le Secours national et diverses autres associations. La mairie organise, par exemple, le ramassage des os destinés à la préparation de la soupe. Il existe un parrainage entre des écoles rurales et des écoles urbaines mais ce système engendre de grandes inégalités entre les cantines scolaires lyonnaises car le parrainage est destiné à une seule école20. À partir de mars 1943, une fois par semaine, un « repas suisse » est servi gratuitement dans les écoles par la Croix-Rouge suisse. Ce repas composé par exemple de 20 grammes de julienne, de 100 grammes de pois secs et de 40 grammes de fromage doit être servi en supplément, ce qui signifie que les denrées prévues normalement doivent être réparties sur le reste de la semaine. Enfin, l’activité des restaurants municipaux pour mères nourrices se développe également. L’aide alimentaire directe n’est pas le seul type de secours. Les enquêtes alertent sur l’appauvrissement des milieux modestes et sur la dégradation de la santé publique. C’est pourquoi on relève le montant des secours en argent et on étend la politique de santé et de prévention, notamment à l’encontre des enfants. Ainsi multiplie-t-on les colonies de vacances et les placements à la campagne, l’objectif alimentaire étant primordial. En outre, on note une considérable augmentation du nombre de jardins ouvriers et notamment des jardins ouvriers municipaux dont le nombre est multiplié par deux entre 1939 et 1942.

20Les conséquences des restrictions sont très sérieuses pour les Lyonnais des années noires. La mortalité est en nette augmentation même si elle reste modérée par rapport aux craintes : les maladies infectieuses ne connaissent pas un fulgurant essor et les soins restent organisés malgré les pénuries de matériel médical et de médicaments. Excepté lors des opérations militaires et de l’exode, la surmortalité de guerre est donc bien essentiellement due, directement ou indirectement, à la pénurie alimentaire et industrielle. Cependant, il est impossible de la chiffrer précisément. On peut simplement affirmer que Lyon connaît, dans son ensemble, une très grave disette et que certains groupes de la population, plus fragiles, comme les vieillards ou les nourrissons, sont victimes d’une réelle famine.

21La majorité de la population survit cependant. La grande faculté d’adaptation des habitants est souvent mise en avant, mais les Lyonnais ne disposent pas tous des mêmes atouts. La débrouillardise nécessite du temps, des relations et surtout de l’argent. Et il est clair que les années noires ne sont pas noires pour tout le monde. Les moins aisés, les moins aptes au système D bénéficient de l’aide collective. En général, la prise de poids est supérieure chez les enfants fréquentant les cantines scolaires. Les goûters dans les écoles montrent également leur efficacité mais le prix des biscuits conduit certains parents à refuser l’attribution proposée à leurs enfants. Il est plus difficile d’évaluer les résultats des actions menées en faveur des vieillards et des démunis. La directrice des Centres de réconfort insiste sur les bienfaits de son œuvre, mais sans doute dans le but d’obtenir de nouveaux financements. Il semble juste de dire que les divers repas gratuits ont constitué un apport important pour les plus pauvres. Les ouvriers quant à eux ont bénéficié de l’aide apportée par l’entreprise et les restaurants à prix réduit.

  • 21 Cité par Maurice Moisonnier, « Les ouvriers du Rhône, de la France de Daladier à celle de Pétain : (...)

22Les critiques à l’encontre de ces œuvres sont cependant multiples. Les cantines d’usines sont contestées en ces termes par le journal La voix ouvrière dans son édition du 15 décembre 194221 :

« Des torrents de soupe, telle est la conception patronale de la Révolution ! Le salariat réclame une réforme profonde, totale. Lui donner de la soupe, voire des jardins, c’est lui jeter un os […] Paternalisme qu’il faut condamner car générateur de haine au même titre que la lutte des classes ! »

  • 22 aml, 1190 wp 09, Extrait du procès-verbal du Conseil municipal du 19 janvier 1948.

23Les critiques sur les détournements sont plus nombreuses. Ainsi, un conseiller municipal s’inquiétant d’un retard dans la distribution de denrées, déclare craindre « qu’elles ne fassent comme beaucoup d’autres, c’est-à-dire qu’au moment de la répartition, la plus grosse partie soit déjà allée au marché noir22. » Cependant, si justifiées soient-elles, ces mises en cause ne peuvent annihiler les bons résultats. Tant bien que mal, les diverses initiatives permettent d’éviter le pire. Les différents acteurs insistent sur le coût d’une telle politique. La municipalité lyonnaise semble effectivement avoir consenti un effort considérable. Il serait intéressant d’étudier plus précisément les financements des diverses actions. Mais à notre connaissance il n’existe pas de travaux sur les ripostes collectives déployées face à la famine dans d’autres villes françaises. Ce qui pour l’heure empêche toute comparaison.

Notes

1 Gabriel Curis, Le ravitaillement de Lyon pendant la Deuxième Guerre mondiale, diplôme d’études supérieures sous la direction de Pierre Léon, Lyon, mémoire dactylographié, 1967.

2 Dr Carnet, « Le péril alimentaire chez les travailleurs assurés », Lyon Médical, n° 23, 29 mars 1942, p. 448-452.

3 Le Progrès, 3 août 1940, rubrique « Hippocrate dit oui ».

4 Lettre du 17 octobre 1941 adressée à la mairie de Lyon, citée par Gabriel Curis, Le ravitaillement de Lyon pendant la Deuxième Guerre mondiale, op. cit., p.116.

5 Archives départementales du Rhône (adr), 182 W 225, Ministère de l’intérieur, direction générale de la sûreté nationale, rapport du service départemental des renseignements généraux à Lyon, 27 septembre 1943, objet : situation des établissements Dunoyer durant le mois de septembre.

6 Cité par Bernard Aulas, Vie et mort des Lyonnais en guerre 1939-1945, Roanne, éd. Horvath, 1974, p.100.

7 Hélène Ressicaud, Étude du déficit actuel de l’effort scolaire, thèse de médecine, Lyon, 1943.

8 Pierre Albertini, L’influence des restrictions alimentaires sur la fréquence des toxémies gravidiques, thèse de médecine soutenue à Lyon le 13 novembre 1945, Imprimerie des Missions africaines, 1945.

9 adr, Mémorial de l’Oppression : fonds en cours de classement, Rapport de l’équipe « Pédiatrie » de la Fondation française pour l’étude des problèmes humains intitulé « Retentissement des conditions de vie pendant la période 1940-1944 sur la fréquence et la gravité de la tuberculose », non daté.

10 Dr Galy, Simon, Kohler, « Intoxication conjugale à forme polynévritique due à l’absorption d’une huile contenant du triorthocrésylphosphate », Lyon Médical, n° 37, 10 septembre 1944, p. 205 (communication présentée devant la Société médicale des hôpitaux de Lyon lors de la séance du 7 mars 1944).

11 adr, 283 W 42, Enquête du Bureau municipal d’hygiène datée du 25 avril 1945 et intitulée « Aggravation de l’état général des enfants des écoles de la ville de Lyon après 4 ans de restrictions. Quelques considérations sur les distributions de vivres à l’école et sur leurs résultats ».

12 Claude Lippmann, Étude statistique des décès enregistrés à l’institut médico-légal de la faculté de Lyon pendant la période 1935-1945, op. cit.

13 Pour une étude complète voir Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, op. cit.

14 Ibid., p. 280.

15 Robert O. Paxton, La France de Vichy 1940-1944, op. cit.

16 Doyen de la faculté de médecine, suspendu de ses fonctions en 1941.

17 Le taux de natalité de la France dans les années trente est très faible. Alors qu’en France la courbe de mortalité dépasse celle de la natalité, un redressement impressionnant de la natalité s’opère en Allemagne.

18 adr, 182 W 225, Enquête sur les budgets ouvriers et les salaires par le Comité d’étude et d’information de Lyon, 15 février 1943.

19 aml, 1190 wp 022, Bureau de bienfaisance. Compte rendu d’une réunion du 5 août 1943 à propos de la création d’une Association d’entraide en faveur des assistés du Bureau de bienfaisance.

20 aml, 1190 wp 10, Compte-rendu de la réunion des adjoints d’arrondissement, 16 février 1943.

21 Cité par Maurice Moisonnier, « Les ouvriers du Rhône, de la France de Daladier à celle de Pétain : réactions aux conditions matérielles et morales », in Denis Peschanski et Jean-Louis Robert (dir.), Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale, op. cit., p. 107.

22 aml, 1190 wp 09, Extrait du procès-verbal du Conseil municipal du 19 janvier 1948.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540