Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Quatrième partie. Des morts de faim aussi dans les catégories « fragiles » de la population urbaine

Introduction

Texte intégral

  • 1 Michel Cépède, Agriculture et Alimentation en France durant la Seconde Guerre Mondiale, Paris, édi (...)

1Dans son Agriculture et Alimentation en France durant la Seconde Guerre Mondiale, publié en 1961, l’économiste Michel Cépède dresse à grands traits le portrait robot de celui qu’il nomme « le consommateur le plus défavorisé » : « habitant d’une grande ville particulièrement mal placée pour le ravitaillement, pauvre, sans amis ni parents à la campagne et ne pouvant, par sa profession, bénéficier des avantages offerts aux collectivités, telles que cantines d’usines1 ». Bien qu’elles corroborent globalement cette analyse qui met l’accent sur les critères de fragilité économique et d’isolement, les contributions rassemblées dans ce chapitre montrent que la vulnérabilité biologique constitue également un facteur essentiel dans l’identification des victimes de la sous-alimentation. Ainsi la pénurie de lait et les mauvaises conditions de sa conservation entraînent-elles de nombreux décès parmi les nourrissons, très sensibles aux infections en tout genre, en particulier en 1940 et après la Libération, en 1945.

  • 2 Cette lacune ne fait que refléter l’état de l’historiographie. Hormis dans le travail déjà cité d’ (...)
  • 3 Jean-Louis Robert, « Aspects de la démographie ouvrière à Paris (1936-1947) », in Jean-Louis Rober (...)
  • 4 On ne connaît malheureusement pas le statut de ce récit, relativement engagé, cité sans références (...)

2On peut faire l’hypothèse qu’à l’autre extrémité de la vie, les vieillards ont fourni le gros contingent des morts par dénutrition hors collectivités et on pourra dès lors regretter qu’aucune étude ne leur soit spécifiquement consacrée2 : « […] voici, en terme de classes d’âge, les vrais malheureux de l’Occupation », déclarait Jean-Louis Robert dans un article sur les ouvriers parisiens publié en 19923. Eux aussi très sujets aux infections et moins résistants au froid, affaiblis par l’âge et son cortège de petites ou de grandes infirmités, plus souvent isolés que les autres catégories d’âge, les vieux n’ont pas toujours l’énergie, même lorsqu’ils en ont les moyens, de se livrer dans la durée à l’épuisante course aux calories imposée par le rationnement et les pénuries. C’est ce dont témoigne un commissaire principal de Lyon, Noël Sergent, dans un récit datant probablement de l’après-guerre4. Au début de l’hiver 1941, appelé par des voisins qui ne l’ont pas vue depuis plusieurs jours, le fonctionnaire de police se rend chez une « dame âgée » qui habite dans un immeuble de la place Morand. Derrière la porte qu’il a fallu forcer, il trouve le cadavre d’une femme d’environ 70 ans « dans un état de maigreur faisant peine à voir ». Cette découverte macabre suscite le commentaire suivant :

« Cette malheureuse, d’après nos constatations, est réellement morte de faim car d’une visite minutieuse des lieux pas la moindre parcelle de nourriture n’est découverte. Elle avait occupé dans la vie une situation, d’après les papiers lui appartenant, son mobilier d’une certaine valeur était bien entretenu… Vivant seule, elle n’avait probablement pu s’astreindre elle-même aux fatigues qui consistaient à attendre son tour dans les queues interminables devant les magasins où l’on débitait au compte-gouttes et contre tickets juste de quoi ne pas mourir d’inanition. C’était là déjà le lot de la plupart et qui allait durer si longtemps. Ayant requis un médecin, celui-ci délivra le permis d’inhumer après avoir admis mes conclusions. Il évalua le poids de la défunte à 30 kg ; après quoi le corps fut transporté à l’Institut médico-légal en vue de l’inhumation, aucune famille n’étant connue à cette pauvre femme… Dans les temps qui suivirent, c’est-à-dire au cours de l’hiver 1941-1942, une quinzaine de vieillards furent découverts à leur domicile morts dans les mêmes conditions par carence alimentaire. »

  • 5 L’objectif de ce mémorial, conservé aux Archives départementales du Rhône et dont la réalisation a (...)
  • 6 L’autopsie n’a pas été systématique, l’état d’émaciation extrême dans lequel se trouvaient un cert (...)
  • 7 Cette liste est probablement très incomplète puisqu’elle ne prend en compte que les deux derniers (...)

3Un document retrouvé dans le fonds du Mémorial de l’oppression5 vient confirmer ce témoignage : il s’agit d’une liste de 101 personnes mortes de dénutrition6 dont les corps ont été transportés à l’Institut médico-légal de Lyon entre le 30 octobre 1941 et le 4 juin 19447. Or parmi les 96 personnes dont l’âge est connu, les plus de 60 ans représentent 60,4 %, les plus de 70 ans 34,4 % et les plus de 80 ans 8,3 %. Tous les décédés ont pu être identifiés, quelque soit leur âge, et dans une grande majorité des cas une adresse figure à côté de leur nom : ceux que l’on appellerait aujourd’hui les « sans domicile fixe » sont par conséquent minoritaires parmi les défunts.

  • 8 Seuls les cas de Lyon et de Nantes sont analysés dans cette partie. Les conclusions tirées demande (...)
  • 9 En particulier dans la région méditerranéenne où la différentiation ville/campagne adoptée dans ce (...)

4À Lyon comme dans de nombreuses autres agglomérations, grandes mais aussi moins grandes8, voire dans de petites communes rurales, dans lesquelles les conditions du rationnement se sont avérées très défavorables aux non-producteurs, en particulier aux ouvriers agricoles dont le sort n’a jamais été analysé9, la famine ne se limite donc pas au seul cercle des indigents, des mendiants, vagabonds et autres marginaux – même si ceux-ci ont très probablement été parmi les premiers et les plus durement touchés par ses conséquences mortifères – auquel viendraient s’ajouter les réfugiés et les sinistrés, victimes « directes » des opérations militaires (combats, bombardements). Le rationnement et la flambée des prix causée par les pénuries ont en effet généré une nouvelle pauvreté, beaucoup plus massive, que les associations caritatives et les municipalités s’efforcent de contenir au prix d’une intensification de leur activité mais aussi d’un renouvellement des formes de leur intervention (parrainages d’enfants, de personnes âgées voire de familles entières, création de restaurants municipaux dans lesquels les repas sont en partie payants, livraison de repas à domicile, distribution de semences, d’outils et d’engrais aux exploitants de jardins familiaux ou ouvriers). Car, souvent issus de milieux un peu plus favorisés, les nouveaux bénéficiaires de la charité publique et privée (petits rentiers, petits retraités, manœuvres et bas salaires…) sont également plus réticents à fréquenter les soupes populaires et autres lieux traditionnels de l’assistance perçus comme socialement stigmatisants. On peut d’ailleurs faire l’hypothèse que la difficulté sociale à formuler une demande de secours, autrement dit à déclarer un état de misère que l’on ne parvient pas toujours à mettre en rapport avec un contexte de crise généralisée, a conduit nombre de ces pauvres « cachés » ou « honteux » à la dénutrition et à la mort.

  • 10 Paul Carnot, « La sous-alimentation actuelle et ses conséquences digestives », Paris Médical, 30 m (...)

5Aux plus dénutris, les médecins ont la possibilité, très contrôlée, de prescrire des régimes de suralimentation. D’après le Dr Paul Carnot, le nombre des certificats médicaux demandant des suppléments alimentaires aurait atteint, en 1943, le chiffre de 450 000 pour la seule ville de Paris10. Et Paul Carnot de préciser en ces termes le profil de ceux dont l’état exige selon lui l’allocation de ces calories supplémentaires :

  • 11 Ibid., citation p. 85.

« Les plus à plaindre, ceux que nous, médecins, devons nous efforcer d’aider, les vieux, les isolés, les timides, les malades, ceux à ressources limitées surtout, ne peuvent se procurer qu’une nourriture précaire et insuffisante, qui les laissent se cachectiser peu à peu : leurs muscles fondent, leurs forces déclinent ; ils font des œdèmes ; ils se défendent mal contre les infections ambiantes, contre la tuberculose et la pneumonie notamment ; d’où, une mortalité nettement accrue chez les faibles et chez les vieillards11. »

Notes

1 Michel Cépède, Agriculture et Alimentation en France durant la Seconde Guerre Mondiale, Paris, éditions Genin, 1961, p. 372.

2 Cette lacune ne fait que refléter l’état de l’historiographie. Hormis dans le travail déjà cité d’Élise Feller, la condition des vieillards au xxe siècle n’a été abordée que par le biais de la question des retraites ou de la législation les concernant (loi de 1905, allocation aux vieux travailleurs).

3 Jean-Louis Robert, « Aspects de la démographie ouvrière à Paris (1936-1947) », in Jean-Louis Robert et Denis Peschanski (dir.), Les ouvriers en France pendant la Seconde guerre mondiale, op. cit. Rappelant que le taux de mortalité des vieux Parisiens avait déjà connu une poussée pendant la Première guerre mondiale, Jean-Louis Robert estime que la situation des vieillards de la capitale est beaucoup plus grave pendant la Seconde.

4 On ne connaît malheureusement pas le statut de ce récit, relativement engagé, cité sans références dans Marcel Ruby, La résistance à Lyon, tome II, Lyon, éditions l’Hermès, 1979, p. 869-870.

5 L’objectif de ce mémorial, conservé aux Archives départementales du Rhône et dont la réalisation avait été confiée dès 1945 au Professeur Mazel (professeur de médecine légale à la faculté de médecine de Lyon), était de recenser l’ensemble des crimes allemands perpétrés dans la région.

6 L’autopsie n’a pas été systématique, l’état d’émaciation extrême dans lequel se trouvaient un certain nombre de cadavres ayant souvent suffi à établir le diagnostic, parfois associé au froid. Le document est accompagné de deux photographies particulièrement suggestives.

7 Cette liste est probablement très incomplète puisqu’elle ne prend en compte que les deux derniers mois de 1941 et s’arrête en avril 1944. La thèse de médecine de Claude Lippmann, soutenue à Lyon en juin 1945, nous apprend qu’à partir de 1944 et sur décision administrative les corps des personnes ayant succombé à une cause non suspecte ne sont plus transportés à l’Institut. Pour sa part Lippmann a recensé, entre 1940 et 1944, 135 corps appartenant à des personnes mortes de misère physiologique, soit environ 10 % des corps transportés. Claude Lippmann, Étude statistique des décès enregistrés à l’Institut médico-légal de la Faculté de médecine de Lyon pendant la période 1935-1945.

8 Seuls les cas de Lyon et de Nantes sont analysés dans cette partie. Les conclusions tirées demanderaient à être vérifiées à par d’autres études de cas.

9 En particulier dans la région méditerranéenne où la différentiation ville/campagne adoptée dans ce chapitre n’est sans doute pas pertinente.

10 Paul Carnot, « La sous-alimentation actuelle et ses conséquences digestives », Paris Médical, 30 mars 1943, p. 85-89.

11 Ibid., citation p. 85.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540