Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Troisième partie. La sous-alimentation dans les prisons et les camps d’internement

La visite du camp : missions sanitaires du cicr auprès des prisonniers de guerre français détenus en Allemagne

Bernard Delpal

Texte intégral

1C’est un pays accablé par la défaite militaire, la débâcle, l’exode, un armistice humiliant et l’occupation qui, au cours de l’été 1940, doit subir la capture de près de deux millions d’hommes et leur envoi en Allemagne. À la fin du mois d’octobre 1940, alors que le transport des prisonniers de guerre (pg) est presque achevé, la Croix-Rouge française presse le Comité international de la Croix-Rouge (cicr) d’intervenir auprès du Reich pour adoucir des conditions de détention jugées insupportables en lançant ce cri d’alarme :

  • 1 Dépêche de la Croix-Rouge française au cicr, fin ( ?) octobre 1940, Rapport du cicr sur son activi (...)

« La situation matérielle de nos prisonniers de guerre est simplement tragique et inquiétante. Ils manquent de tout et supportent un véritable régime d’extermination préméditée1 […] »

  • 2 Sont prises en compte ici les limites du Reich de 1938, augmenté des territoires sous contrôle en (...)

2Pour des raisons simplement chronologiques, il n’est pas possible de donner à l’expression « extermination préméditée » le sens qui lui est attribué plus tard pour caractériser le système concentrationnaire des camps de la mort. Néanmoins, elle donne une idée du drame que ressentent les Français. Pour en prendre la mesure, le cicr, depuis Genève, envoie des délégués dans les camps de prisonniers de guerre, en France puis en Allemagne après leur transfert. Une administration spéciale, l’Agence centrale des prisonniers de guerre (acpg) est créée pour collecter des renseignements et préparer les missions que réclame le sort des prisonniers. De 1940 à 1947, une masse considérable d’informations est rassemblée. Elle représente une source précieuse (sinon unique) pour mieux connaître les conditions dans lesquelles les Français, parmi d’autres détenus, ont vécu leur situation en Allemagne2.

  • 3 On suit ici les suggestions de Pieter Lagrou : restituer la manière dont une population déterminée (...)
  • 4 Ont été retenus, pour cette étude, 72 sites, choisis selon les critères suivants : répartition géo (...)
  • 5 Jean-Claude Favez, Une mission impossible ? Le cicr, les déportations et les camps de concentratio (...)

3Comme les visites des délégués comportent normalement un entretien libre avec les détenus ou leurs représentants, on trouve dans les rapports, à côté de notations répétitives (celles qui correspondent à une nomenclature obligée), des observations incisives, rédigées au contact de la population captive3. C’est à partir de ces éléments que sera abordée la question de l’alimentation, de l’hygiène et de la santé des pg, en lien avec le travail. Au passage, on tentera des comparaisons entre les captifs français et ceux d’autres nationalités, facilitées par le fait que les camps visités rassemblent presque toujours trois nationalités de captifs au moins4. Nous tenterons enfin de faire la part de l’évolution des conditions de détention en tenant compte de l’impact de la guerre. En effet, comme l’a démontré Arno Mayer, la conduite de la guerre, son caractère de plus en plus « total », a eu des conséquences sur les détenus des différentes sortes de camps, sur les prisonniers de guerre, les internés civils, en un mot sur toutes les populations que compte le Reich, y compris la population allemande elle-même. Cet aspect de l’exposé permettra d’introduire des éléments de chronologie dans l’histoire des prisonniers de guerre et aussi de comparer le système dont ils relèvent avec le système concentrationnaire conçu pour l’extermination, une mise en perspective suggérée par de nombreux historiens de la Seconde guerre mondiale, dont Jean-Claude Favez, spécialiste de l’histoire croisée du cicr et des camps de la mort5.

  • 6 Rapport du cicr sur son activité, op. cit., en 3 volumes complétés par un fascicule d’annexes publ (...)

4Les sources utilisées ici appartiennent à deux catégories, l’une publiée, l’autre issue des archives du cicr récemment ouvertes aux chercheurs. Dans la première catégorie, se rangent les numéros de la Revue internationale de la Croix-Rouge contemporains de la période étudiée (1940-1945) ; puis les trois gros rapports publiés postérieurement au conflit par le cicr, sorte de vaste rétrospective de son action humanitaire, en forme de plaidoyer6. Dans la seconde catégorie, on peut ranger les rapports in extenso envoyés au cicr par les délégués, (trop) rarement accompagnés de notes confidentielles non destinées aux pays belligérants. Ont été également utilisées les fiches de synthèse (plusieurs centaines) rédigées par l’acpg pour les besoins internes du Comité (fiches non cotées, mais considérées comme archives).

Au cœur du drame français : les prisonniers de guerre

  • 7 Texte dans Rasmussen, Code des prisonniers de guerre et commentaire de la Convention du 27 juillet (...)

5La victoire-éclair sur les armées franco-britanniques permet à la Wehrmacht de capturer plus de deux millions d’hommes, parmi lesquels les Français sont les plus nombreux, loin devant les Britanniques et les Belges. Sur l’instant, en raison de la désorganisation des forces françaises, du gouvernement et des communications, situation aggravée par l’exode des civils, aucune autorité, même allemande, n’est en mesure d’apprécier exactement l’ampleur de la capture et encore moins de faire face aux problèmes matériels qu’elle pose. Les hommes sont sommairement regroupés et parqués dans des camps de fortune, acheminés à pied, en pleine chaleur, à marche forcée, vers des centres de transit, proches des gares ferroviaires, en attente d’un transport vers l’Allemagne. C’est dans ce contexte que le gouvernement de Vichy négocie avec le vainqueur afin d’obtenir le plus vite possible des listes de prisonniers avec leur adresse. Simultanément, les autorités françaises, par l’intermédiaire de la Croix-Rouge, demandent au cicr de faire envoyer les cartes de capture prévues par la Convention de Genève de 1929 sur les prisonniers de guerre et captifs assimilés (dont les internés civils7). Ce texte diplomatique international, qui met à jour la Convention de La Haye de 1907, a été ratifié par la quasi-totalité des États (Japon excepté), y compris les Neutres. Il a servi de référence pour défendre les droits et la dignité des prisonniers de guerre au cours de la deuxième guerre. C’est sur cette convention que s’appuie l’acpg, mise en place par le cicr en 1939, pour négocier avec Berlin et lancer toute initiative susceptible d’améliorer le sort des prisonniers. Son texte doit, en principe, être affiché dans les camps et servir de base au règlement des multiples différents qui surgissent entre les États capteurs ou détenteurs et les États auxquels appartiennent les captifs, ou encore les Puissances protectrices, c’est-à-dire des États non-belligérants en charge des intérêts des belligérants dans les relations internationales. Le cicr, pour sa part, malgré son statut d’organisation humanitaire, est ouvertement sollicité pour veiller à la bonne application de la Convention de 1929 (Titre VIII, Section II).

6Pour effectuer sa mission humanitaire et des visites/inspections à l’intérieur des camps, le cicr doit âprement négocier à Berlin avec l’Oberkommando der Wehrmacht (okw, organe suprême du commandement de l’armée allemande, exception faite des unités militaires de la SS) et un bureau rattaché à la Wilhelmstrasse (plus précisément avec l’Auswärtiges Amt, ou AA, dépendant des Affaires étrangères). Au cours de l’été 1940, il obtient les mêmes prérogatives que celles accordées aux représentants des Puissances protectrices, en principe les seuls à pouvoir pénétrer dans les camps et rencontrer les détenus. Durant le conflit, les délégués du cicr s’intéressent particulièrement aux conditions sanitaires de la captivité, au travail exigé par les Allemands et aux conditions morales des populations enfermées, notamment quand les colis ou les lettres ne parviennent pas à leurs destinataires.

  • 8 L’information est donnée au cicr par le chef de la délégation du cicr à Berlin le Dr Marti le 8 no (...)
  • 9 Depuis Lyon, le sdpg prépare les envois de colis vers les Fronstalag de la zone occupée et vers le (...)
  • 10 Rapport du cicr sur son activité, vol. 2, op. cit., p. 23-25. Note du Dr Marti au cicr du 8 novemb (...)
  • 11 Tel est le sens du bilan dressé le 27 janvier 1941 par le Dr Marti, depuis Berlin, à l’intention d (...)
  • 12 Sur cette réciprocité et ses effets voir Bernard Delpal, « Prisonniers de guerre en France (1914-1 (...)
  • 13 Nous utilisons ici les dénominations dont use le cicr dans ses rapports et qui se sont imposées da (...)

7Le soutien et l’activité du cicr sont indispensables au gouvernement de Vichy. Cependant, dans le domaine des prisonniers de guerre comme dans celui des relations avec le vainqueur, les hommes de Vichy veulent négocier directement avec les Allemands, sans passer par la Puissance protectrice ni le cicr. De cette volonté d’autonomie, qui, dans un autre domaine, conduit à la collaboration d’État, résultent deux initiatives notables. La première consiste à renoncer à la protection officielle des États-Unis (avec effet le 6 novembre 1940), la seconde à confier à un parlementaire, Georges Scapini, la mission de « traiter directement avec le gouvernement allemand des questions relatives aux prisonniers de guerre8. » Par décret du maréchal Pétain, Scapini est nommé chef du Service diplomatique des prisonniers de guerre (sdpg, avec des bureaux à Lyon9) avec rang d’ambassadeur. Le 16 novembre 1940, est signé à Berlin le protocole qui fait de la France la Puissance protectrice de ses propres prisonniers : les délégués du sdpg en Allemagne remplacent alors les représentants des États-Unis. L’arrangement est jugé plutôt néfaste par le cicr. Les Français renoncent, en principe, à toute visite du cicr en France occupée, et acceptent de prendre en charge la surveillance et l’administration des camps de pg en zone occupée, dont les Fronstalag, où, sur décision personnelle du Führer, doivent être rassemblés les hommes de couleur issus des colonies françaises10. Au total, la démarche solitaire ou dissidente du gouvernement de Vichy semble avoir affaibli les secours et interventions en faveur des pg français en Allemagne. C’est ainsi par exemple que sont refusées nombre de visites de Kommandos ou de camps disciplinaires. Si bien qu’à partir de la fin de l’année 1940, le gouvernement de Vichy, compte tenu des échecs répétés de Scapini, en est réduit à demander au cicr de prendre le relais chaque fois que nécessaire11. Enfin, l’absence de la Puissance protectrice et de tout recours à un pays non belligérant a terriblement affaibli la position de la France si on compare la situation des pg durant la Grande Guerre et durant la Seconde : en 1914-1918, la France pouvait s’appuyer sur tous les arguments que donne la réciprocité, dans la mesure où elle détenait près d’un demi-million d’Allemands dans ses camps, soit en métropole, soit outre-mer12. En 1940-1945, le rapport des forces lui interdit d’espérer la moindre réciprocité puisque l’une des exigences de la convention d’armistice l’oblige à libérer les quelques prisonniers allemands détenus à la mi-juin 1940, sans aucune contrepartie. Conscient de l’isolement du gouvernement qu’il représente, Georges Scapini en vient à solliciter de plus en plus ouvertement le cicr, en particulier pour contrôler l’application de la Convention de 1929 dans les domaines de l’alimentation, de la santé et du travail, soit dans les camps de base, soit là où la situation est la plus préoccupante, dans les lazarets, les dt, les camps disciplinaires et les camps des civils internés13.

Les missions des délégués et leurs observations

  • 14 Sur l’installation de délégations permanentes voir F. Bugnion, Le cicr et la protection des victim (...)

8Ce sont des médecins, les Drs Roland Marti et Pierre Descoeudres, qui installent la délégation permanente du cicr à Berlin après de très difficiles négociations14. Les autorités du Reich veulent d’abord éviter la mise en place d’une représentation permanente à Berlin et en Bavière. Mais, elles-mêmes submergées par le nombre des prisonniers, Polonais puis Occidentaux, elles admettent qu’il n’est pas réaliste d’obliger le cicr à accomplir sa mission en agissant seulement depuis l’extérieur de l’Allemagne alors que le nombre des captifs dépasse les deux millions d’hommes (estimation de la fin juillet 1940).

  • 15 Les délégués agréés par l’Allemagne sont au nombre de deux, puis quatre, huit et enfin seize en 19 (...)
  • 16 Sur les hommes de confiance (Vertrauensmänner), déjà mis en place de façon empirique en 1914-1918 (...)
  • 17 Les délégués ne doivent communiquer qu’avec le cicr. C’est ce que rappelle Carl J. Burckhardt, mem (...)

9Les visites sur le terrain absorbent une bonne part des activités des délégués du cicr. À la fois visites sanitaires et missions d’inspection, elles sont beaucoup plus nombreuses au cours de la Deuxième guerre qu’au cours de la Grande Guerre15. L’objectif premier consiste à dresser une sorte d’état des lieux puis à organiser les secours, les envois de colis et de courrier. Ensuite, soit au cours de la première visite si les travaux d’installation du camp sont assez avancés, soit au cours des visites suivantes, les délégués vérifient l’application des clauses de la Convention de 1929 et recueillent les doléances à ce sujet. Concrètement, une visite se prépare longtemps à l’avance. Les délégations permanentes du cicr (celle de Berlin ayant compétence pour tout le Reich) accomplissent les démarches requises pour obtenir de l’okw et de l’AA les autorisations et moyens de circuler. Le commandant du camp accueille le(s) délégué(s) et effectue avec lui (eux) une inspection complète du site. Les prisonniers sont prévenus. Il est recommandé par la Convention qu’ils puissent être présents, en nombre, et pouvoir, éventuellement, parler avec les représentants du cicr. Mais, en toute circonstance, ces derniers doivent pouvoir rencontrer l’homme de confiance désigné en principe par les pg eux-mêmes et s’entretenir avec lui en toute liberté, en présence des Allemands d’abord, puis en pleine confidentialité ensuite, lors de la « confession » finale16. À l’issue de la visite, la délégation présente des observations de vive voix. Plus tard, elle rédige un rapport envoyé au cicr17. C’est le Comité qui l’enregistre, le corrige ou l’adapte, puis en assure la diffusion simultanée vers la Puissance détentrice, la Puissance d’origine, et, si les gouvernements le permettent, vers les Sociétés nationales de la Croix-Rouge (c’est ainsi que la DRK, la Croix-Rouge allemande, a pu connaître les dossiers importants). Le cicr tient beaucoup à cette procédure :

  • 18 Rapport du cicr sur son activité, vol. 1 : Activités de caractère général, p. 238.

« L’État détenteur était informé des observations et des critiques éventuelles du délégué en même temps que l’État d’origine ; en possession de ces rapports de visite, les gouvernements avaient toute liberté d’en donner connaissance aux organismes et aux personnes qui le leur demanderaient, voire de les publier18. »

  • 19 Sur cette réalité du cicr et les précautions de méthode auxquelles elle doit conduire l’historien, (...)

10Cette manière de faire, conforme aux origines du cicr et à sa devise, Inter arma caritas, implique un égal empressement à secourir tous les blessés et soulager toutes les infortunes, sans distinction de nationalité, de sexe, de provenance. Elle repose sur la double neutralité dans laquelle se développe l’action des délégués du cicr : celle de l’organisme lui-même et celle du pays qui abrite son siège, les délégués étant cooptés parmi les seuls citoyens suisses. C’est à ce prix, pense-t-on au cicr, que la crédibilité de la Croix-Rouge peut être préservée19.

  • 20 Rawa Ruska, Rapport des Drs Marti et Masset, 16 août 1942 (le camp a été ouvert 3 mois plus tôt), (...)
  • 21 Évaluation proposée à partir des rapports de mission et des fiches de synthèse du cicr classées so (...)
  • 22 Sur les inquiétudes que donnent les DT aux délégués du cicr, se reporter au Rapport du cicr sur so (...)
  • 23 Le Stalag xviii A (Autriche) compte 4320 captifs, dont 3829 sont distribués entre 1152 détachement (...)

11Sur un plan général, il convient de rappeler que les délégués n’ont pas pu voir tous les sites programmés. En premier lieu, et tout au long du conflit, les camps de transit (Vorlager ou Zweiglager) leur sont presque toujours inaccessibles, au motif qu’ils ont une existence provisoire. Or, ces camps, comme le cicr réussit à le vérifier, servent à camoufler des situations dramatiques ou des prisonniers dont les Allemands ne veulent pas donner de nouvelles. Dans la même catégorie, il faut ranger les Frontstalag et Kommandos disciplinaires, notamment ceux où sont enfermés les hommes repris après une évasion. Grâce à l’opiniâtreté des délégués de Berlin, le tristement célèbre Fronstalag 325 de Rawa Ruska (près de Tarnopol) peut être visité plusieurs fois et les rapports, malgré leur formalisme et leur prudente rhétorique, en disent long sur l’univers de ces Kommandos spéciaux20. Mais c’est pour intervenir dans les dt que le cicr a probablement effectué le plus grand nombre de démarches auprès du gouvernement allemand ou de l’okw. Ces petites unités, dont les effectifs peuvent varier d’une poignée d’hommes à une ou deux centaines, sont extrêmement nombreuses (sans doute près de cent mille sur l’ensemble des territoires dépendant du Reich, rien que pour les prisonniers français21) et très disséminées. Les délégués, alertés par les représentants des prisonniers, ont la conviction, dès 1940, que ces détachements nécessitent une surveillance attentive et répétée bien que les autorités allemandes mettent constamment des obstacles à ces missions pour privilégier la visite des camps de base22. Enfin, la géographie de l’enfermement, dans le Grand Reich et les territoires sous contrôle, constitue en elle-même un redoutable obstacle. Sur le papier et sur la carte, l’organisation de l’espace paraît simple. Le territoire est divisé en une vingtaine de circonscriptions (Wehrkreis) qui comportent des divisions et districts intérieurs, où se répartissent les camps de base et les sites rattachés. Dans la réalité, les grands camps (où des effectifs de 30 000 prisonniers ne sont pas rares) ne contiennent bien souvent que le tiers ou le quart de l’effectif enregistré. Le plus grand nombre des hommes est distribué entre plusieurs centaines de Kommandos, dont certains peuvent être si éloignés que les prisonniers ne reviennent plus au camp de rattachement ! Ces commandos peuvent également être incorporés pour un temps à une Arbeitseinsatzkompanie, unité composite, provisoire, formée pour un objet déterminé (par exemple, rétablir un tronçon de voie ferrée ou déblayer des décombres après un bombardement23).

12Après avoir établi une « fiche d’identité » du camp (rattachement administratif, adresse postale, effectif au camp principal et dans les dt, effectifs par nationalités), les visiteurs suivent, pour collecter renseignements et doléances, une sorte de check-list à l’intérieur de laquelle nous avons retenu trois rubriques : la nourriture, l’état sanitaire, le travail.

  • 24 Stalag iii D, Bielsdorf (Berlin), visite du 3 février 1941. Une note confidentielle, annexée au ra (...)
  • 25 Remarque du Dr Thudichum, rapport de visite du 18 oct. 1941, Stalag XVIII C, WK 18. Le commandant (...)
  • 26 Stalag IV F, Hohenstein, visite du 26 novembre 1940.

13Aux termes de la Convention de Genève, l’État capteur doit assurer l’alimentation des prisonniers de guerre et assimilés. L’article 11 stipule que « […] la ration alimentaire […] sera équivalente en quantité et en qualité à celle des troupes de dépôt ». D’une manière générale, l’administration allemande des camps règle les quantités de nourriture et de boisson sur celles dont dispose la population civile allemande plutôt que sur celles distribuées aux troupes et toujours en leur appliquant un coefficient de minoration de l’ordre de 10 à 20 %, conformément à l’exigence de l’okw. Les restrictions imposées à la population allemande sont sans cesse invoquées par les Zahlermeister, intendants comptables chargés de fixer le poids des rations individuelles pour imposer de nouvelles restrictions aux pg. Si bien que les menus hebdomadaires affichés ne reflètent pas souvent la réalité, observent les visiteurs24. Dès l’automne 1940, le cicr reçoit des plaintes venues des camps de base (ou camps principaux), qui mettent en évidence le déficit calorique des repas distribués par les cuisines. Rares sont les sites qui atteignent les 2 000 calories réelles, seuil au-dessous duquel les carences sont considérées comme graves et menaçantes pour la santé25. Voici un exemple de ration hebdomadaire, assez représentatif pour le début de la guerre26 :

  • Viande : 350 grammes (variante : millet)
  • Graisse : 205 grammes (margarine en général)
  • Fromage : 30 grammes
  • Sucre : 165 grammes
  • Ersatz de café ou « thé allemand » : 14 grammes
  • Confiture ou marmelade : 175 grammes
  • Pain : 2 150 grammes
  • Légumes : 3 100 grammes (pois, lentilles, choux en conserve)
  • Pommes de terre : 5 550 grammes (variante : rutabaga séché)
  • 27 Classement donné par le cicr, Rapport du cicr sur son activité durant la Seconde Guerre mondiale ( (...)
  • 28 Visite de l’Oflag xiii A, Lienz, par les Drs Masset, Bubb et Friedrich, le 3 août 1942. Les délégu (...)

14Cette nourriture est distribuée par les cuisines du camp principal à trois moments de la journée : le matin, au déjeuner (en général, thé ou café, 10 à 20 grammes de margarine, une boule de 500 grammes de pain noir pour5) ; au repas de midi : soupe, pommes de terre ou rutabagas, légumes, sucre ; au repas du soir : thé, charcuterie, pain, matière grasse. Ce régime subit des variations liées aux besoins sanitaires (régimes de santé), au type de captivité, à la nationalité et au grade des captifs. D’après le classement établi par le cicr, les pg américains et britanniques sont « privilégiés ». En troisième position viennent les Français, partiellement protégés par les accords d’armistice. Puis les Norvégiens (considérés comme de race aryenne), les Belges et les Hollandais, dont le statut est assimilé à celui des Français. Viennent ensuite, dans une même catégorie de pg en danger permanent de sous-alimentation grave, les Grecs, les Yougoslaves, les Polonais et enfin les Russes27. Le type de captivité peut aussi entraîner des inégalités. On pourrait s’attendre à des différences fortes entre Stalag (pour la troupe) et Oflag (pour officiers), entre ceux qui sont astreints au travail et ceux qui ne le sont pas. Les visites dans les Oflag font apparaître que les repas collectifs ne sont guère meilleurs que ceux des Stalag. Les rations y sont jugées insuffisantes et la qualité ou l’absence d’équilibre des mets est souvent mise en cause28. Toutefois, les officiers disposent de cantines ou de petits privilèges qui adoucissent le régime ordinaire ainsi que d’une solde mensuelle (80 RM pour un capitaine). Il existe d’autres régimes d’exception : pour les malades et pour le personnel sanitaire (régimes spéciaux pour œdèmes, tuberculose pulmonaire, diabète, maladies du tube digestif, néphrites) ainsi que pour les Schwerarbeiter, les Lang und Nachtarbeiter. En principe, les prisonniers qui dépassent les horaires, travaillent la nuit et effectuent des tâches physiquement éprouvantes ont droit à des rations spéciales, par exemple de la bière, des fruits secs, du lait entier, et des suppléments de pain et de soupe.

15Si les rations sont insuffisantes, les catastrophes alimentaires qui s’annoncent à l’entrée de l’hiver 1940 sont évitées grâce au complément que fournissent les colis individuels et collectifs venus de l’extérieur du Reich. Ces derniers, encouragés par l’administration allemande au détriment des expéditions individuelles, ont assez vite la préférence du cicr :

  • 29 Arch. cicr, B -G12, note sur le Service de Secours, 25 juin 1941.

« Le très grand nombre de prisonniers de guerre français qui se trouvent en Allemagne entraîne des problèmes extrêmement complexes concernant la transmission des secours que leur destinent leurs familles et les organisations de secours […] il n’était plus possible, même pour les expéditeurs européens, de recourir à des envois individuels29. »

16Dès lors, les États d’origine, dont la France de Vichy, sont invités à recourir aux « colis standard » ou à des envois en vrac (nourriture notamment) d’un poids très supérieur aux envois individuels. On trouve en annexe du volume III du Rapport du cicr des descriptions détaillées des contenus de ces envois collectifs (Liebesgaben dans le vocabulaire administratif), qui très souvent, transitent par Genève : colis standard de vivres américain ou britannique et colis standard des Croix-Rouge nationales. Progressivement d’abord, en 1941, puis suivant un rythme accéléré ensuite, les colis ou envois collectifs constituent l’essentiel des secours puis l’essentiel de la nourriture dans les camps afin de pallier en partie l’effondrement de la contribution allemande.

17Dès que sont implantés en France occupée les premiers camps de transit, les questions d’hygiène se posent aux autorités allemandes. La concentration de plusieurs dizaines de milliers d’hommes sur des sites improvisés, dans la chaleur de l’été 1940, aboutit en de nombreux cas à des situations sanitaires graves. Après un stationnement qui paraît toujours trop long, les pg sont transportés vers les camps en Allemagne ou dans les territoires occupés adjacents. Lors d’une visite postérieure, certains racontent ces débuts terribles de la captivité :

  • 30 Récit aux Drs Marti et Masset, visite du Fronstalag 369 du 14 août 1942.

« Les prisonniers étaient groupés par cinquantaines dans des wagons à bestiaux avec lucarnes barbelées. Les voyages durèrent quatre jours en moyenne, pendant lesquels les prisonniers ne purent sortir des wagons. Ils ont souffert de la soif, n’étant autorisés qu’à boire une seule fois par jour ; ne disposant que de tinettes, ils rencontraient de grandes difficultés à satisfaire leurs besoins. Un médecin [prisonnier français] fut enfermé dans un wagon durant tout le trajet30. »

  • 31 Relation très complète sur la question dans le rapport de visite du dt 307, Stalag iii D, du 20 no (...)
  • 32 Voir la visite du St. viii B, Lamsdorf (rattaché au St. viii D, de Teschen). Lors de la visite du (...)

18Dès les premiers jours de captivité au camp principal, les médecins allemands tentent de repérer les pg contagieux, qu’il s’agisse du typhus, de la tuberculose ou de maladies de peau, extrêmement fréquentes en raison du pullulement de la vermine, facilité par les paillasses des dortoirs. Dès que les installations du camp le permettent, des visites médicales obligatoires sont instaurées, en particulier pour organiser les programmes de vaccination (contre le typhus, la tuberculose pulmonaire) et assigner les régimes. Trois types se rencontrent ordinairement : les régimes de diète (pour les maladies du tractus digestif), les régimes spéciaux (par exemple pour diabétiques) et les régimes dits de suralimentation. Un des problèmes majeurs, sur le plan sanitaire et nutritionnel à la fois, est celui de l’état des dentitions. Beaucoup d’hommes sont affectés de caries non soignées au point de devoir porter des prothèses après extraction. Les visiteurs, à chaque passage, soulignent le décalage entre les possibilités de soins dentaires et les besoins constatés. Cette situation empire rapidement avec la malnutrition, le pain noir difficile à mastiquer, les œdèmes (dont certains sont des œdèmes de la faim) et affections scorbutiques, les gingivites chroniques. Les camps sont loin d’être tous équipés d’un cabinet dentaire et moins encore d’un atelier de prothèse. Enfin, dans la plupart des cas, les prothèses sont à la charge des prisonniers à des prix élevés31. Les conséquences sont lourdes : maladies du tube digestif, ulcères, cholécystites (liées à l’insuffisance d’eau potable), diarrhées, colites32.

  • 33 Rapport de visite du dt 14, St. I A, Stablack, des 9-17 septembre 1943 (une longue visite, en rais (...)
  • 34 Rapport de visite du dt 14, à Grünheide, St. I A, le 19 septembre 1943.

19Dès les premiers mois de la guerre, le Reich cherche à combler les vides laissés dans son économie par la mobilisation des Allemands. Aussi, la capture de millions d’hommes représente-t-elle une aubaine, à condition que l’entretien de cette main d’œuvre potentielle ne soit pas d’un coût supérieur aux gains escomptés pour l’économie de guerre. C’est à Rotenhan, issu des sphères dirigeantes de l’okw, qu’il revient de surveiller cette balance entre recettes et dépenses. Sa recette est simple : l’okw doit avoir toujours le dernier mot. Autrement dit, la distribution de nourriture doit être directement proportionnée aux services rendus à l’économie de guerre. En principe le travail utile au Reich assure donc une rémunération (prévue par la Convention de Genève) et une alimentation supérieure en qualité et quantité à celle fournie aux captifs improductifs. Parmi ces derniers, l’administration allemande range les malades, les officiers et les sous-officiers qui exigent de bénéficier de la Convention de 1929, les prisonniers affectés aux tâches d’intérêt général au camp principal. En revanche, les pg affectés dans les dt, qu’ils soient contraints (s’ils sont hommes de troupe) ou volontaires (des sous-officiers et même des officiers ont cherché à travailler pour envoyer de l’argent en France), les Français venus en Allemagne au titre de la Relève et les aumôniers soucieux de partager le sort de leurs frères sont soumis au régime des Arbeitskommandos. Ce mode de gestion entraîne de formidables disparités de situation. Ici les pg d’un petit dt forestier estiment être choyés et ne veulent changer pour rien au monde. Ailleurs, notamment dans les ports de la Baltique ou les mines de Silésie, les pg se plaignent de journées de 12 à 16 heures de travail, d’une nourriture froide, infecte et irrégulière33. De façon générale, il faut abandonner l’idée selon laquelle le dt rural, dans une ferme ou un petit atelier artisanal, offre une captivité privilégiée et des conditions de vie quasi-familiales. Au contraire, la lecture de près de 210 fiches de synthèse portant sur les dt incite à penser que les relations de proximité, à l’intérieur de très petits Kommandos, peuvent être exécrables lorsque les civils allemands employeurs sont assurés de l’impunité et à l’abri de tout contrôle. On trouve même des cas de sous-traitance, quand les bénéficiaires d’un dt le louent à une entreprise, à l’organisation Todt ou à la Wehrmacht34.

L’impact de la guerre sur la situation des pg : la captivité dans la durée

20Les délégués de la Croix-Rouge tiennent à visiter plusieurs fois les camps et dt, conscients dès la première visite qu’il fallait soit s’assurer que les améliorations promises par les commandants des camps s’étaient produites, soit que les aléas de la guerre, et notamment de l’arrivée de vagues importantes de nouveaux pg, n’allaient pas entraîner des détériorations insupportables pour les premiers arrivés.

  • 35 Lors de la visite du 1er août 1941, les délégués observent qu’au Lazarett xviii B, à Spittal (près (...)

21Au cours de l’été 1940, l’arrivée massive de pg français en Allemagne et dans les territoires occupés a profondément changé les conditions des Polonais (et des Tchèques) déjà détenus. Un an plus tard, c’est au tour des Français (également des Britanniques et des Belges) de subir les conséquences de l’arrivée des prisonniers russes et yougoslaves, bien que ceux-ci aient été fort mal traités et, en tout cas, bien plus mal que les pg occidentaux35.

  • 36 Rapport du cicr, vol. 2, op. cit., p. 155-156 et vol. 2, p 257 : dans plusieurs camps de base, la (...)

22Une nouvelle conjoncture défavorable se produit fin 1944 et début 1945 lorsque l’avancée des armées alliées sur le territoire du Reich ou les zones contrôlées par lui contraint Berlin, pour ne pas perdre des pg, à les transporter vers le cœur de l’Allemagne, hors de portée des libérateurs. Transports sous les bombardements, marches harassantes, vêtements en lambeaux, entassements dans des locaux insuffisants à tout point de vue, hygiène et alimentation en régression sensible, voilà ce que subissent des centaines de milliers d’hommes. Circonstance aggravante pour les Français, depuis le débarquement et en raison des opérations sur le sol français, les envois individuels et collectifs ont diminué de façon alarmante, faute de moyens de transport36.

23À ces effets directs il faut en ajouter d’autres, que l’on peut qualifier d’indirects, comme les restrictions imposées par les Alliés à l’envoi des secours alimentaires aux pg. Au cours de l’année 1941, pour faire face à la pénurie générale, le gouvernement de Vichy voulut importer et réexpédier vers ses pg des denrées venues d’outre-mer et de certains Neutres (Portugal, notamment). Le Ministry of Economic Warfare (coordination des politiques économiques de guerre), à Londres, s’y opposa et élargit les mesures du Blocus à ces transports, en application de la « doctrine Churchill ». Les Alliés redoutaient que les envois collectifs, en vrac notamment, ne soient en partie distraits de leur destination par les Allemands, ou ne soient employés à renforcer les rations de base des travailleurs des dt, dont beaucoup quittaient le statut de pg pour devenir des travailleurs civils employés ouvertement dans l’industrie de guerre. En 1942, le Ministry of Economic Warfare exige que les envois collectifs soient réservés aux seuls camps de base visités par le cicr. Le Comité dut plier devant la volonté anglo-américaine :

  • 37 Note de C. Burckhardt (membre du Comité) au Dr Marti du 1er avril 1943 au sujet des pg français tr (...)

« Le cicr accepta la demande selon laquelle pourront seuls profiter des envois de secours les prisonniers de guerre français ne travaillant pas dans des usines d’armements pour éviter qu’une partie de [ces] prisonniers […] ne nuise à l’action de secours aux prisonniers dans son ensemble37. »

24Dans la pratique, ce dispositif fut assoupli à partir du printemps 1944, pour tenir compte du fait que de nombreux Anglo-Américains étaient incorporés dans des dt et aussi de l’impossibilité, pour le cicr, de vérifier l’affectation des membres des dt, tant leur nombre augmentait sans cesse, au fur et à mesure que la guerre s’intensifiait en Allemagne même.

25À partir de l’automne 1944, les rapports des délégués, sauf situations tenues pour exceptionnelles, convergent pour annoncer une catastrophe humanitaire en raison de la famine qui s’installe :

  • 38 Note confidentielle annexée au rapport de visite du Stalag x b effectuée le 10 octobre 1944. La no (...)

« L’état sanitaire du camp est dominé par cette question très simple : l’alimentation.[…] Dans un mois au maximum, apparaîtront les signes d’une carence alimentaire vraie.[…] L’amaigrissement est général. Beaucoup de pg français font de l’hypotension artérielle et de l’asthénie. Le médecin n’a plus à faire à des malades, mais à des affamés38. »

26Une telle observation peut s’appliquer à plusieurs milliers de sites. Les Français sont évidemment concernés, dans la mesure où ils constituent, à la fois en termes relatifs et absolus, le plus fort contingent des travailleurs des dt, une suprématie qui se renforce en 1944.

  • 39 C’est ce que découvrent les délégués lors de la visite du dt 544/17, dit Krystall-Palace, à Magdeb (...)

27Depuis que les armées du Reich reculent sur tous les fronts, la pression sur les pg s’intensifie afin qu’ils acceptent de travailler davantage et dans des conditions de nourriture, logement, hygiène, santé qui se détériorent sensiblement. C’est ainsi que les brimades pleuvent dans les camps. Les sous-officiers qui persistent à refuser de travailler dans les dt sont soumis à des privations supplémentaires de nourriture, punis pour des vétilles. L’okw intervient directement pour la formation de nouvelles Arbeitskompanien, au besoin en y envoyant les malades « légers », par l’application du taux maximal de malades autorisés39. Très ouvertement, l’okw diminue les rations que l’Allemagne a l’obligation de fournir à proportion des arrivages collectifs.

  • 40 Pouvant atteindre 30 à 40 rm. Toutefois, ces sommes ne sont plus payées en billets officiels mais (...)
  • 41 Voici des exemples de mauvais traitements et de discriminations : deux pg « israélites » français (...)

28Les punitions par privation de nourriture se multiplient, pour briser toute velléité de résistance des pg. À l’inverse, les « bons travailleurs » reçoivent des rations supplémentaires de Schwerarbeiter et des primes mensuelles40. Sont également victimes du durcissement des conditions de détention et des pressions pour obtenir plus de travail les pg classés « Israélites », bien que de nationalité française. Depuis la fin de 1942, les délégués relèvent de plus en plus de mauvais traitements, qui commencent presque toujours par une ségrégation à l’intérieur du camp d’origine, avant des affectations ou des relégations qui mettent en danger de mort les personnes repérées41.

  • 42 Sur l’ampleur de l’organisation des transports et les prouesses accomplies voir le Rapport du cicr(...)
  • 43 Voir la description précise de l’action du Pool (essentiellement porté par les États-Unis) dans la (...)

29Face au durcissement des traitements des pg et à la montée des exigences allemandes, les Alliés, avec l’aide de la Croix-Rouge, souvent par son intermédiaire, mettent en place un gigantesque programme d’alimentation de survie, par acheminement de milliers de trains-blocs qui transportent des colis collectifs, standard ou appropriés (invalides, blessés, malades, sous-alimentés en danger de carence ou affection grave42). En même temps, grâce au Pool, gigantesque organisation alliée d’achat et d’acheminement de médicaments et vitamines, depuis Toulon, via Genève et et la Bavière43, les camps de pg reçoivent des secours absolument vitaux depuis l’effondrement du système sanitaire allemand, à partir de janvier 1945.

30Si l’on observe les résultats de ces campagnes de sauvetage et de survie, on constate une forte progression des actions entre 1942 et 1944, avec recul des envois individuels et accroissement spectaculaire des envois collectifs :

Tableau 1 : Les envois aux pg, internés civils et militaires en 1942 et 1944 pour cinq nationalités (le poids de la nourriture représente 89 % du poids total)

Tableau 1 : Les envois aux pg, internés civils et militaires en 1942 et 1944 pour cinq nationalités (le poids de la nourriture représente 89 % du poids total)

31Les Français (qui représentent plus de 40 % des effectifs des pg, hors prisonniers russes) ont beaucoup reçu en quantité, mais n’ont pas été les mieux secourus à considérer la quote-part individuelle : les Britanniques et les Américains ont bénéficié de résultats bien meilleurs, grâce aux les transports collectifs.

32La France, pays qui a fourni, et de très loin, le plus gros contingent de prisonniers au Troisième Reich, exception faite des prisonniers soviétiques, qui, d’ailleurs, ne sont pas considérés ni traités comme des prisonniers de guerre par les autorités allemandes, a cru pouvoir protéger seule, sous Vichy, ses ressortissants. Elle n’y est parvenue que de façon très partielle, et l’aide massive du cicr, puis des Alliés, France Libre incluse, a pris fort heureusement pour les pg le relais de la mission Scapini, contrainte à une action marginale.

33Cette solidarité extérieure a été freinée en partie par le rôle économique que les pg français ont joué dans les dt, notamment. Les Alliés ont été réticents à secourir une population qui, malgré d’authentiques résistances, a été utilisée par les Allemands dans l’économie de guerre, au service de la guerre totale et de la population civile (notamment après les bombardements sur les villes allemandes). Les Français, par leur nombre et aussi leurs compétences, ont permis au Reich de tenir plus longtemps. Ils n’ont pas été mieux traités pour autant ; leur vie quotidienne, surtout dans les dt, a été aussi dure que celle des Polonais et des Yougoslaves, par exemple.

34Cependant, à partir de la fin de 1942, et à nouveau à partir du débarquement de juin 1944, les probabilités d’une catastrophe alimentaire et sanitaire étaient fortes. Cette catastrophe ne s’est pas produite, en raison de l’efficacité de la machine alliée, du cicr, mais aussi en raison des efforts, souvent considérables, que les Allemands ont consentis pour les pg en général (sauf les Russes), et français en particulier en 1944 et 1945. Comme l’observe le cicr, ce n’est pas par philanthropie. Eviter une famine générale, et la mortalité qui aurait suivi, c’était, pour le Reich, s’assurer la conservation d’une main d’œuvre surexploitée et indispensable. À cet égard, le sort des officiers, des malades, des punis, s’est aggravé dans la mesure où ils ne présentaient aucun intérêt pour l’okw, à la différence des pg des dt et des travailleurs civils. L’okw ne faisait guère de différence, du reste, entre les pg français forcés de travailler dans l’industrie de guerre et les travailleurs civils, puisque la France, mise hors de combat, n’était plus considérée comme pays belligérant.

  • 44 Jean-Claude Favez, « Le corps concentrationnaire : du corps corrigé aux corps imaginaires », in Mi (...)

35Enfin, comme plusieurs historiens l’ont déjà tenté, il est inévitable de comparer le sort des pg français et celui des déportés des camps d’extermination. Jean-Claude Favez, dans un article récent, observe que l’apport de la main d’œuvre concentrationnaire à l’effort de guerre nazi semble bien avoir été très faible : le véritable but des camps tenus par la SS consistait moins à fournir un travail que d’exterminer par le travail, entre autres procédés d’anéantissement44. On ne peut oublier que les énormes surplus accumulés dans les Stalag, en 1945, ont été renvoyés au pays expéditeur après l’armistice ou, quelquefois, transportés dans les camps d’extermination.

36Au moment même où roulent des trains, début 1945, pour continuer l’extermination raciale, d’autres trains, allemands ou fournis par le cicr, ou les Neutres, circulent en direction des régions où se sont maintenus les Stalag, dt et autres sites de pg. L’enfermement et les souffrances endurés de l’été 1940 au mois de mai 1945, par près de 1 700 000 Français, n’avaient pas pour finalité la mort, mais le travail au service de la guerre totale soutenue par le Reich. Beaucoup de pg, lors des dernières visites de 1945, n’évoquent plus la faim qui les tenaille, mais bien l’effroyable malaise né de cette captivité, avant même le retour.

Notes

1 Dépêche de la Croix-Rouge française au cicr, fin ( ?) octobre 1940, Rapport du cicr sur son activité durant la Seconde Guerre mondiale (1er septembre 1939-30 juin 1947), vol. III, Actions de secours, p.23.

2 Sont prises en compte ici les limites du Reich de 1938, augmenté des territoires sous contrôle en Europe.

3 On suit ici les suggestions de Pieter Lagrou : restituer la manière dont une population déterminée vit et ressent la guerre ou ses conséquences, dans « The nationalisation of victimhood. Selective violence and national grief inWestern Europe, 1940-1960 », in Richard Bessell and Dirk Schuman (dir.) Life after Death, Cambridge University Press, 2003, p. 243-257

4 Ont été retenus, pour cette étude, 72 sites, choisis selon les critères suivants : répartition géographique, taille, composition (posséder un Lazarett au moins, des DT – détachements de travail –, des camps disciplinaires, des camps pour hommes de troupe et officiers, posséder au moins le quart des détenus de nationalité française).

5 Jean-Claude Favez, Une mission impossible ? Le cicr, les déportations et les camps de concentration nazis, Payot, Lausanne, 1996 (2e édition).

6 Rapport du cicr sur son activité, op. cit., en 3 volumes complétés par un fascicule d’annexes publié à Genève par le cicr en juin 1948.

7 Texte dans Rasmussen, Code des prisonniers de guerre et commentaire de la Convention du 27 juillet 1929 relative au traitement des prisonniers de guerre, Copenhague, éditions Levin et Munksgaard, 1931 et dans le Manuel de la Croix-Rouge internationale : Conventions, Statuts, Règlements, Genève, 1942 (8e édition).

8 L’information est donnée au cicr par le chef de la délégation du cicr à Berlin le Dr Marti le 8 novembre 1940 ; Arch.-cicr, B-G 3/26.

9 Depuis Lyon, le sdpg prépare les envois de colis vers les Fronstalag de la zone occupée et vers les camps situés en Allemagne, via le cicr qui effectue les contrôles requis par le Reich avant de plomber les wagons. Rapport du cicr sur son activité, vol. 2, op. cit., p. 231-232.

10 Rapport du cicr sur son activité, vol. 2, op. cit., p. 23-25. Note du Dr Marti au cicr du 8 novembre 1940. Il estime à 200 000 le nombre des hommes de couleur ainsi retenus en France occupée. Arch. cicr, G 3/26.

11 Tel est le sens du bilan dressé le 27 janvier 1941 par le Dr Marti, depuis Berlin, à l’intention du cicr ; Arch. cicr, B-G 3/26a. Voir également le témoignage de Georges Scapini, Mission sans gloire, Paris, Éditions Morgan, 1960, p. 60.

12 Sur cette réciprocité et ses effets voir Bernard Delpal, « Prisonniers de guerre en France (1914-1920) », in André Gueslin et Dominique Kalifa (dir.), Les exclus en Europe 1830-1930, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Les Éditions ouvrières, 1999, p. 144-159.

13 Nous utilisons ici les dénominations dont use le cicr dans ses rapports et qui se sont imposées dans les actes officiels, notamment entre Genève et Berlin. Internés civils : il s’agit généralement de civils se trouvant, à l’ouverture des hostilités, sur le territoire d’un belligérant. Très différents sont les civils internés, appelés également détenus civils et déportés civils (en allemand : Häftlinge ou Schutzhäftlinge). Cette deuxième catégorie comprend toutes les personnes, adultes et enfants, qui sont arrêtées et déportées pour des motifs politiques, raciaux ou sans motif connu. Le régime nazi a toujours refusé de leur appliquer la protection de la Convention de 1929. Voir Gradimir Djurovic, L’Agence centrale de recherches du Comité international de la Croix-Rouge, Institut Henry Dunant, Genève, 1981, rééd. 1987, p. 82-84). Pour le Reich, les civils arrêtés et internés, les juifs par exemple, ne sont pas des internés civils. Cette distinction est à l’origine d’un tragique facteur d’aggravation pour les juifs et pour d’autres victimes. Nous renvoyons, sur ce point, au travail de référence de Jean-Claude Favez qui a démontré que le cicr, en reprenant à son compte ce distinguo, a validé les thèses nazies et encouru ainsi une terrible responsabilité.

14 Sur l’installation de délégations permanentes voir F. Bugnion, Le cicr et la protection des victimes de guerre, Genève, cicr, éd. de 2000 (2e éd.), p. 203. Sur les aspects juridiques de la mission et du fonctionnement du cicr, l’ouvrage est de référence.

15 Les délégués agréés par l’Allemagne sont au nombre de deux, puis quatre, huit et enfin seize en 1944. Entre le début de la guerre et l’armistice, ils ont effectué 2 729 visites d’inspection, cf. Rapport du cicr sur son activité, vol. 1 : Activités de caractère général, p. 244.

16 Sur les hommes de confiance (Vertrauensmänner), déjà mis en place de façon empirique en 1914-1918 et reconnus par la Convention de Genève de 1929 voir Yves Durand, La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français 1939-1945, Paris, Féd. Nle des combattants, prisonniers de guerre […], 1981, p. 242-243 et le point de vue anglo-saxon plus récent de Bob Moore et Kent Fedorowitch, Prisoners of War and Their Captors in World War II, Berg, 1996.

17 Les délégués ne doivent communiquer qu’avec le cicr. C’est ce que rappelle Carl J. Burckhardt, membre du Comité, au Dr Émile Exchaguet, sur le point de partir en Allemagne pour une mission de trois ans. Lettre de mission du 11 octobre 1940, Arch. cicr, G 3/26.

18 Rapport du cicr sur son activité, vol. 1 : Activités de caractère général, p. 238.

19 Sur cette réalité du cicr et les précautions de méthode auxquelles elle doit conduire l’historien, voir Jean-Claude Favez, Mission impossible ?, op. cit., p. 374 (l’obsession de la crédibilité peut conduire à une perte de crédibilité) et Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre. Populations occupées déportés civils prisonniers de guerre, Paris, Noésis, 1998, p. 188-195.

20 Rawa Ruska, Rapport des Drs Marti et Masset, 16 août 1942 (le camp a été ouvert 3 mois plus tôt), Arch. cicr, G-25. Voir aussi le témoignage de Paul Chevallier, Les chemins qui menaient à Rawa-Ruska, 2003.

21 Évaluation proposée à partir des rapports de mission et des fiches de synthèse du cicr classées sous la rubrique « Détachements de travail » (Arch. cicr, sans cote).

22 Sur les inquiétudes que donnent les DT aux délégués du cicr, se reporter au Rapport du cicr sur son activité, vol. 1 : Activités de caractère général, p. 232 et 246. Le problème se posait déjà lors du Premier conflit mondial. Voir Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre, op. cit., p. 113.

23 Le Stalag xviii A (Autriche) compte 4320 captifs, dont 3829 sont distribués entre 1152 détachements de travail (DT). Soixante-deux d’entre eux se trouvent à plus de 150 km du Stalag. Visite du 21 juillet 1941.

24 Stalag iii D, Bielsdorf (Berlin), visite du 3 février 1941. Une note confidentielle, annexée au rapport sur le Lazarett de Dieburg, St. I B, confirme, le 26 oct. 1943 : « Il est généralement difficile de contrôler la réalité des menus affichés, aussi bien dans les lazarets que dans les Lager. Ici, c’est impossible. »

25 Remarque du Dr Thudichum, rapport de visite du 18 oct. 1941, Stalag XVIII C, WK 18. Le commandant reconnaît que les prisonniers ne reçoivent pas les 2 500 calories affichées. Un scénario qui se banalise.

26 Stalag IV F, Hohenstein, visite du 26 novembre 1940.

27 Classement donné par le cicr, Rapport du cicr sur son activité durant la Seconde Guerre mondiale (1er septembre 1939-30 juin 1947), vol. III, Actions de secours, p. 25.

28 Visite de l’Oflag xiii A, Lienz, par les Drs Masset, Bubb et Friedrich, le 3 août 1942. Les délégués relèvent un privilège connu d’autres Oflag : une partie des terrains de sport ont été transformés en jardins maraîchers et les officiers sont autorisés à faire préparer les légumes frais en cuisine.

29 Arch. cicr, B -G12, note sur le Service de Secours, 25 juin 1941.

30 Récit aux Drs Marti et Masset, visite du Fronstalag 369 du 14 août 1942.

31 Relation très complète sur la question dans le rapport de visite du dt 307, Stalag iii D, du 20 novembre 1941.

32 Voir la visite du St. viii B, Lamsdorf (rattaché au St. viii D, de Teschen). Lors de la visite du 8 septembre 1942, les délégués observent que, sur 2150 pg, « […] mille édentés attendent leur prothèse […] la plupart souffrent d’ulcères gastriques, d’hémorragies et présentent un amaigrissement très supérieur aux autres pg ».

33 Rapport de visite du dt 14, St. I A, Stablack, des 9-17 septembre 1943 (une longue visite, en raison du nombre considérable des dt -3500 dépendant de ce camp).

34 Rapport de visite du dt 14, à Grünheide, St. I A, le 19 septembre 1943.

35 Lors de la visite du 1er août 1941, les délégués observent qu’au Lazarett xviii B, à Spittal (près de la Drave), les pg russes malades dorment à même le sol dans une écurie. Un an plus tard, le 4 août, les visiteurs constatent que la distribution du vaccin Giroux (antityphique), envoyé par la mission Scapini, leur est refusée.

36 Rapport du cicr, vol. 2, op. cit., p. 155-156 et vol. 2, p 257 : dans plusieurs camps de base, la ration « normale » est tombée à 1 350 calories en janvier-février 1945.

37 Note de C. Burckhardt (membre du Comité) au Dr Marti du 1er avril 1943 au sujet des pg français travaillant en Allemagne.

38 Note confidentielle annexée au rapport de visite du Stalag x b effectuée le 10 octobre 1944. La note fait écho à un entretien sans témoin avec le médecin français du camp.

39 C’est ce que découvrent les délégués lors de la visite du dt 544/17, dit Krystall-Palace, à Magdebourg, St xi a, le 20 décembre 1944 : le commandant du camp a fixé à 3 % la proportion des malades « autorisés », par application (jusque-là atténuée) d’une directive de l’okw du 8décembre 1942.

40 Pouvant atteindre 30 à 40 rm. Toutefois, ces sommes ne sont plus payées en billets officiels mais en Lagergeld (billets imprimés dans chaque camp, sans valeur au dehors).

41 Voici des exemples de mauvais traitements et de discriminations : deux pg « israélites » français de dt, bien que malades, sont refusés pour la visite médicale. Dans un Oflag, trois médecins juifs français sont forcés d’aller soigner des Russes. Eux-mêmes ne sont pas vaccinés et sont atteints du typhus exanthématique. Le commandant du camp ne veut ni les reprendre, ni les envoyer au lazaret (Oflag iv, Colditz, 16 décembre 1942, rapport Dr Schirmer).

42 Sur l’ampleur de l’organisation des transports et les prouesses accomplies voir le Rapport du cicr, vol. 3, p. 176-182 (pour acheminer les colis de Noël 1943, préparés par la Croix-Rouge britannique, il fallut faire rouler 1 300 trains en Allemagne).

43 Voir la description précise de l’action du Pool (essentiellement porté par les États-Unis) dans la RICR, Tome lxxvi, n° 518, octobre 1945, p. 852-869 (en lien avec la division pharmaceutique du cicr).

44 Jean-Claude Favez, « Le corps concentrationnaire : du corps corrigé aux corps imaginaires », in Michel Porret (dir.), Le corps violenté. Du geste à la parole, Genève, Droz, 1989, p. 185-194

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les envois aux pg, internés civils et militaires en 1942 et 1944 pour cinq nationalités (le poids de la nourriture représente 89 % du poids total)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20101/img-1.png
Fichier image/png, 3,2k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540