Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Troisième partie. La sous-alimentation dans les prisons et les camps d’internement

Morbidité et mortalité dans la France des camps

Denis Peschanski

Texte intégral

1Comme le plus souvent dans la comparaison, l’intérêt ne tient pas dans la confusion entre les systèmes d’enfermement mais dans les différences. Il tient aussi dans la mise en évidence de ce qui n’est pas spécifique à l’objet d’étude et qui relève soit de l’enfermement dans son ensemble, soit du poids des contraintes externes, soit des deux.

  • 1 Nous renvoyons pour plus de détail à notre ouvrage sur La France des camps. L’internement en Franc (...)

2Le camp d’internement est une forme spécifique et datée de l’enfermement. Rappelons que l’internement administratif visait des personnes non pour ce qu’elles avaient fait (ou étaient supposées avoir fait) mais pour le danger potentiel qu’elles représentaient. À la procédure judiciaro-policière était ainsi préférée une procédure administrative, la mesure étant prise, le plus souvent, par le préfet, représentant de l’État. On sait aussi que différentes logiques ont présidé à la politique d’internement entre le 12 novembre 1938, date de la première loi autorisant la mesure contre les « indésirables étrangers » et mai 1946, quand sortit d’un camp le dernier interné administratif. Dans les deux périodes démocratiques, 1938-1940 et 1944-1946, domina la logique d’exception. Entre 1940 et 1942, c’est la logique d’exclusion qui prévalut sous la férule de Vichy, tandis que pendant les deux années suivantes, les Allemands utilisèrent le camp pour leur politique de déportation massive et d’extermination1.

3Or, l’étude de la morbidité et de la mortalité dans les camps révèle un autre rythme, une autre chronologie. Cette histoire est déjà caractérisée par une constante : celle de l’absence de moyens à la hauteur des besoins. Elle révèle également des pics spécifiques qui ne recoupent pas les inflexions des politiques publiques. C’est ainsi une autre dimension de l’histoire des camps français d’internement que permet de mettre en valeur cette approche, tant il est vrai qu’il y a autant de lectures possibles que de questionnements différents.

Une morbidité endémique, une mortalité limitée

  • 2 Archives Nationales (an), F7 15105, Pyrénées-Orientales, rapport d’inspection d’André Jean-Faure à (...)

4Au moins en février-mars 1939, avec l’arrivée des réfugiés espagnols, de 1940 à 1943 puis, dans certains secteurs et à certains moments, en 1945, la morbidité est une constante du système des camps. On ne dispose pas de chiffres globaux mais d’études systématiques ponctuelles. À titre d’exemple, dans le camp de Rivesaltes où se retrouvèrent des hommes, des femmes et des enfants à partir du début de 1941, on note au cours du premier semestre une morbidité de 30 à 40 %. On atteindra encore 10 à 20 % au premier semestre 1942 (dans les deux cas, les chiffres sont établis chaque quinzaine2). Le premier facteur d’explication tient dans la sous-alimentation qui peut aller jusqu’à la cachexie, dite aussi « maladie de la faim. » L’un des principaux piliers de l’assistance dans les camps, le Dr Joseph Weill, a laissé une description précise des cachectiques :

  • 3 Rapport sur l’action de dépistage et sur l’organisation des secours aux sous-alimentés menacés du (...)

« Il est permis de dire que [les cachectiques] se faisaient reconnaître de loin par leur aspect minable, dû à un amaigrissement extrême et à leur masque caractéristique. La perte de poids avait atteint 20 et même 30 et 40 kg chez certains, pertes survenues pour une part importante surtout les dix dernières semaines. Leur maigreur était squelettique, impressionnante, l’atrophie musculaire et cutanée générale. Le pannicule adipeux avait dû disparaître depuis longtemps. L’index poids/taille était très bas. Fréquemment de 2,5 jusqu’à 1,9 (le plus bas). De nombreux adultes de taille moyenne ne pesaient plus que 40 kg environ. Le teint de ces malades était gris cendré ou pâle-subictérique, selon que prédominait soit une ébauche de cyanose, soit un processus hémolytique. Mais la pâleur des muqueuses et l’anémie étaient communes à tous les cas ou presque. Joint à la maigreur des traits, ces malades offraient un aspect qu’on ne pouvait souvent appeler que cadavérique. À côté de ce type sec, il y a des cachectiques avec œdèmes, localisés soit à la face, où ils pouvaient être sus – ou sous-orbitaires, frontaux mêmes, ou aux arcades zygomatiques, constituant un masque typique inoubliable. Dans d’autres cas, ces œdèmes prédominent aux jambes3. »

  • 4 Voir Robert Mencherini, Un Midi méditerranéen au temps des restrictions, des réfugiés et de la Rés (...)

5Cette description accompagne un rapport sur le camp de Rivesaltes. Il s’insère dans une vaste enquête menée sous l’égide de l’Inspection générale des camps qui, en deux mois, en janvier et février 1942, concerne 9 000 internés de la zone sud. Elle conclut que seuls 3 830 internés, soit 42,5 % des effectifs, se trouvent dans un état satisfaisant. 4 000 autres sont « menacés » ; 839 sont « pré-cachectiques » et 331 sont cachectiques. Les conclusions du Dr Weill apparaissent d’autant plus pertinentes qu’il établit une comparaison avec une étude de médecins portant sur la situation alimentaire dans l’agglomération marseillaise. Dans la grande ville française la plus touchée par les restrictions et la disette, la ration quotidienne pour un adulte est de 1 600 calories environ, ce qui est déjà très insuffisant. La moyenne à Gurs ou Rivesaltes ne dépasse pas 1 200 à 1 400 calories4. En outre, la sous-alimentation ou la mauvaise alimentation induisent toute une série de dérèglements. On pense aux fréquentes entérites gastro-intestinales. Ajoutée au stress, elle sont aussi pour beaucoup dans l’aménorrhée qui touche la majorité des femmes internées.

6Le deuxième facteur majeur de la morbidité dans les camps d’internement est l’hygiène. Les poux, les vermines de toutes sortes et les rats touchent inégalement les camps et les catégories d’internés mais sont présents partout. Due à l’improvisation des installations, la pollution des nappes phréatiques par les eaux usées peut conduire à des épidémies de paratyphoïde, en particulier à l’été et à l’automne 1940 ainsi qu’à l’été 1941. On peut mettre enfin en évidence des facteurs complètement exogènes. Ainsi, les ravages de la guerre d’Espagne et les conditions du passage de la frontière par les quelque 500 000 réfugiés de la « Retirada » ne sont d’évidence pas sans expliquer nombre de maladies et de blessures.

7Au total, la sous-alimentation et le manque d’hygiène sont à l’origine de la plupart des pathologies car en provoquant un affaiblissement de l’organisme, ils offrent un terrain privilégié à la transmission des affections dites opportunistes.

8Reste que si la mortalité a été limitée, on a assisté à des pics spectaculaires. En effet, quand les internés ne sont pas ou mal soignés, quand une grave maladie touche des organismes déjà fragilisés, quand survient un accident particulier, la mort frappe. Il reste à mesurer l’importance de cette mortalité et à en trouver les causes premières. À ce jour, on ne peut encore établir le nombre de morts en février et mars 1939 quand plusieurs centaines de milliers de personnes se trouvent internées après le passage du Perthus. Pour les années 1940-1944, Serge Klarsfeld a établi à environ 3 000 le nombre de morts, ce que nous a confirmé une étude plus systématique. Enfin, on peut estimer à un millier le nombre de décès dans les camps après la Libération, non comptés, bien entendu, les prisonniers de guerre dont le statut est différent. Même si le chiffre global est à ce jour incertain, on peut déjà conclure que la mortalité n’est pas caractéristique du système internemental français.

  • 5 Chiffre établi par Claude Laharie dans son ouvrage pionnier sur Gurs, Pau, J & D, 1985.

9Chaque catégorie et chaque moment mériteraient une analyse approfondie. Mais si l’on s’attache aux pics de mortalité, trois moments et trois catégories d’internés émergent. Il y a tout d’abord, en février et mars 1939, la mortalité des Espagnols de la Retirada. L’état de fatigue physique et physiologique s’ajoute à de nombreuses blessures de militaires mais aussi de civils pour expliquer une forte mortalité qu’on ne peut, cependant, mesurer avec précision. Ils auraient été en tout cas plusieurs milliers à décéder ainsi, en particulier au cours des premières semaines qui suivent le passage de la frontière, le long des hautes vallées pyrénéennes puis dans les camps improvisés sur les plages du Roussillon. Une fois la situation stabilisée, les chiffres de mortalité s’effondrent. On sait ainsi qu’à Gurs, construit au printemps 1939 en quelques semaines pour accueillir entre 15 000 et 18 000 internés, on compte 13 morts entre avril et septembre 19395. Les hivers 1941, principalement, et 1942 constituent un autre pic majeur puisqu’ils concentrent le tiers des morts de 1940-1944. Avec 700 morts le premier hiver et 200 le second, c’est environ 5 % de la population internée à Gurs qui décède. Construit au printemps 1939, ce camp était destiné à fonctionner pour une durée de six mois. On savait, par exemple, que le climat pluvieux et le froid de l’automne et de l’hiver rendraient l’internement très difficile à supporter. Or Gurs ne ferme ses portes qu’en 1945.

10La surmortalité des hivers 1941 et 1942 est consécutive à l’arrivée de milliers de Juifs de Bade, de Palatinat et de Sarre expulsés par les deux Gauleiter concernés. Ces derniers décident en effet de se débarrasser des Juifs qui restent encore dans leurs territoires, pour l’essentiel des femmes, des vieillards et des enfants. Ils vont jusqu’à faire sortir les fous des asiles pour les expulser, comme les autres, vers la France de Vichy. Les autorités françaises protestent avec véhémence mais finissent par céder et décident de les transférer dans des camps. Fragilisés à l’extrême, souvent très âgés, changés brusquement d’environnement et peu habitués aux mécanismes de survie collective, ces internés sont presque un millier à mourir sur un total de 7 700. Ce tragique épisode nous en apprend beaucoup sur les objectifs des autorités allemandes. Comment penser en effet qu’elles ont déjà décidé l’extermination systématique des Juifs d’Europe si elles expulsent ceux-là mêmes qu’elles ont sous leur contrôle vers la zone non occupée de la France ? L’épisode illustre aussi le poids comparé des contraintes externes et du volontarisme politique dans la politique française d’internement. Si ces milliers de Juifs allemands se trouvent en France, c’est sans l’accord des autorités de Vichy et même contre leur volonté. Pour autant le poids de l’idéologie et de la politique d’exclusion n’est pas absent ; il vient simplement en second. En effet, une fois la frontière franchie, plusieurs solutions s’offrent au régime de Vichy. Il peut considérer que ces personnes si fragiles méritent d’être accueillies dans des conditions correctes, d’autant qu’elles ne représentent pas un nombre si important. Il peut aussi considérer que leur place se trouve dans un camp d’internement, puisqu’elles répondent bien, comme juives et étrangères, à ces catégories vouées à l’exclusion dans la France nouvelle. Or, c’est cette seconde solution qui est choisie.

11Le sort des civils allemands internés à la Libération est moins connu. Il a pourtant été terrible puisque c’est dans cette catégorie qu’on a enregistré le plus important taux de mortalité. Il s’agit d’hommes, de femmes et d’enfants qui, en avril 1945, ont été transférés des zones de combat d’Alsace et du sud-ouest de l’Allemagne vers la France libérée. La mortalité si élevée s’explique par les conditions mêmes de ce transfert alors que les combats font encore rage : ceux qui rejoignent le camp de la Chauvinerie, près de Poitiers, restent ainsi 40 heures dans des wagons surchauffés et les conditions d’hygiène qu’on imagine. Mais le taux de mortalité s’explique aussi par les conditions d’internement audit camp. Parmi les 2 700 à 3 000hommes, femmes et enfants accueillis à la Chauvinerie, on enregistre 262 décès. La mortalité infantile est effrayante, la majorité des nourrissons ne survivant pas à l’internement. On retiendra encore une fois les contraintes de la guerre mais aussi les trafics locaux et l’indifférence générale qui se prolonge par l’oubli ou l’occultation. Il n’y a pas de place pour ces internés dans la mémoire sociale.

Des causes variées

  • 6 Nassim Calef, Drancy la faim… Rédigé pendant la guerre, ce mélange de témoignage personnel et de r (...)

12Les pics de mortalité ou la sur-morbidité endémique ne sont que rarement dus à une seule cause. Pour la clarté de l’exposé, nous distinguerons quatre séries de causes qui, en réalité, ont souvent combiné leurs effets. La première est la conjoncture de guerre et l’impréparation. La raison dominante de la morbidité et de la mortalité réside en effet dans les aléas de la guerre. On peut prendre trois exemples. D’abord celui des Espagnols et volontaires des Brigades internationales en 1939. Le gouvernement Daladier n’a absolument pas prévu l’arrivée de 500 000 personnes en février. Il s’attend bien à quelques dizaines de milliers de réfugiés, soit une masse raisonnable et gérable, mais son erreur tient à son appréciation des conditions de la défaite. Il escompte en effet une capitulation des troupes républicaines en deçà des Pyrénées. L’improvisation est encore longtemps de mise, comme en témoigne la construction du camp de Gurs qui constitue une véritable prouesse technique puisqu’il est érigé en quelques semaines pour accueillir 18 000 internés. Son caractère provisoire tombe tellement sous le sens que sur les côtés des baraques on a prévu des lucarnes en bois. Inutile, en effet, de disposer de vitres ou d’équivalent pendant la fin du printemps et l’été. Mais quand arrivent la pluie, le froid et la boue, alors que les grandes baraques ne sont éclairées que par deux petites loupiotes, l’interné, pour se protéger du froid, doit rester dans l’ombre. Il est évident aux gouvernants que le camp de Gurs ne fonctionnera que quelques mois, le temps que les rapatriements massifs règlent la question des réfugiés. Or s’il y a bien des rapatriements massifs, le camp d’internement reste de mise. On peut citer encore les conditions de l’ouverture de Drancy comme camp d’internement. C’est au dernier moment que la préfecture de la Seine est avertie par les autorités allemandes qu’une rafle est prévue en août 1941 parmi les Juifs étrangers de la capitale qui doivent être internés dans ce centre. Les autorités françaises qui ont la tutelle administrative sur ce camp comme sur tous les autres en zone occupée, à l’exception de celui de Compiègne, n’ont que quelques jours pour réagir. Le résultat est catastrophique, comme le décrit Nassim Calef dans un exceptionnel témoignage-récit6. L’absence de toute préparation des lieux, la pénurie totale de médicaments et l’interdiction de recevoir des colis alimentaires se combinent pour provoquer une surmortalité dramatique. Entre le 20 octobre et le 5 novembre 1941, on compte une trentaine de décès. En termes absolus, ce chiffre ne participe que peu à la mortalité générale dans les camps, mais il est très alarmant dans un temps aussi court, comme peuvent également inquiéter ces trois cents grands malades chroniques que recense le médecin du camp ou le nombre croissant des pré-cachectiques et des cachectiques. Les médecins de la préfecture obtiennent finalement des autorités allemandes la libération de 750 Juifs parmi les plus faibles, mesure d’élargissement prise il est vrai en l’absence du chef des Affaires juives à la Sipo-SD, Dannecker, qui a organisé les rafles de 1941.

13Outre par des contraintes externes, la surmortalité à Gurs pendant les hivers 1941 et 1942 s’explique également par les choix des autorités de Vichy. La mort est au rendez-vous car les conditions même de l’internement sont totalement inadaptées et que les hivers sont particulièrement rudes. Mais elle est aussi liée à la crise des camps qui caractérise l’automne 1940 et l’hiver suivant. Les camps sont surpeuplés, au moins en zone sud. La population internée en zone non occupée (y compris l’Afrique du Nord) connaît alors un pic à plus de 50 000 personnes. C’est aussi quelques mois après l’armistice que la tutelle des camps change. Alors que les camps relevaient jusque-là tous ou presque du Ministère de la défense, ils sont désormais gérés par le Ministère de l’intérieur qui n’est pas prêt à assumer une telle charge. Il faut recruter dans l’urgence des chefs de camp et tout le personnel de gardiennage. Il faut ouvrir des lignes budgétaires pour le ravitaillement des camps, assuré jusque-là par l’Intendance des armées. Sans compter que les services des préfectures continuent à gérer, en amont, la politique même de l’internement, au gré des lois qui multiplient les victimes potentielles. Des catastrophes climatiques ajoutent à la désolation, avec des inondations dans la plaine du Roussillon, la fermeture du camp de Saint-Cyprien et l’évacuation partielle de celui d’Argelès. La crise est telle que le Ministère de l’intérieur négocie avec les œuvres d’assistance, nombreuses en zone sud, l’amélioration des conditions d’internement. Cette crise des camps illustre les limites et les contradictions d’une politique volontariste. Pour les nouveaux gouvernants, l’internement s’inscrit dans une interprétation de la défaite qui fait des Juifs, des communistes, des étrangers et des francs-maçons les véritables responsables du désastre. La solution ne peut donc venir que d’une régénération intérieure de la société française qui passe par l’exclusion des éléments dit « impurs ». Ainsi l’exclusion est-elle consubstantielle du régime de Vichy, le camp occupant une place centrale dans ce dispositif. Et puis il y a le principe de réalité, car encore faut-il disposer des moyens d’une telle politique.

  • 7 Sur l’affaire D., an, f7 15104, 15105 et 15668 ; sur La Chauvinerie, an, f7 15669.

14Ce principe de réalité, ce sont aussi les pénuries de toutes sortes qui rendent la gestion des camps si difficile. Les pénuries de produits alimentaires et de charbon ne peuvent que peser sur les camps et donc participer au premier chef de la morbidité et de la mortalité. Il y a certes des produits non contingentés qu’on peut se procurer sur le marché libre mais leur part diminue avec le temps. En outre, les archives confirment que les fournisseurs ne réservent évidemment pas leurs meilleurs produits aux camps. La qualité n’est pas plus au rendez-vous pour les produits contingentés. Les pesanteurs de l’administration compliquent encore le ravitaillement. Prenons l’exemple du gestionnaire du camp de Pithiviers, dans le Loiret. Chaque fin de mois, il doit adresser au directeur départemental du Ravitaillement général un état dit n° 1, les tickets 1 et 6 de la feuille semestrielle d’alimentation devant impérativement être collés sur des feuilles « modèle 11 bis » afin de justifier l’effectif indiqué sur l’état. Cet état n° 1 doit indiquer, par catégorie, les mouvements de l’effectif au cours du mois écoulé, l’effectif à la fin du mois, les mouvements prévus pour le mois à venir. Mais il doit également fournir un état modèle n° 2 pour chaque type de denrée, un état modèle n° 3 précisant le nombre d’internés bénéficiant d’un régime spécial doublé d’un état nominatif du médecin-chef qui doit avaliser ce chiffre. En possession de toutes ces données, le directeur départemental du Ravitaillement général fait établir la quantité de chaque denrée contingentée auquel a droit le camp et envoie au gestionnaire les bons d’approvisionnement correspondants. Dès qu’il reçoit ces bons, le gestionnaire ouvre un compte particulier pour chaque fournisseur et affecte à chacun des comptes la valeur des bons. À chaque livraison d’un fournisseur, son compte est amputé d’autant et, à la fin du mois, le gestionnaire lui adresse un extrait des opérations, le solde créditeur, le cas échéant, étant reporté sur le mois suivant. Cette bureaucratie ne peut que susciter une multiplication des trafics, petits ou grands. Les petits sont fréquents et sont le fait en général du personnel de camp. Là encore prime le principe de réalité : on fait de l’internement un élément central du dispositif de contrôle social et politique, mais on paye les gardiens de camp environ 1 000 francs par mois contre 2 000 à 2 500 francs pour un ouvrier métallurgiste de la région parisienne. Mais il y a aussi des trafics à grande échelle comme en témoigne cette affaire qui éclate à l’été 1942. Une mission de l’Inspection générale des camps diligentée à Gurs relève que les grossistes D. de Perpignan et P. de Lyon ont imposé l’achat de produits de très mauvaise qualité pour une somme s’élevant à près de 3 millions de francs. Une enquête est lancée dans le même temps contre un secrétaire-greffier de la préfecture qui, vivant grand train, est suspecté d’avoir favorisé l’adjudication des fruits et légumes destinés aux camps d’Argelès et de Rivesaltes au profit de la maison D. De fait, cette maison est le principal grossiste en fruits et légumes de la région et le grand fournisseur des camps des marches méditerranéenne et pyrénéenne. On comprend mieux dès lors le sort des civils allemands au camp de La Chauvinerie, près de Poitiers. Un rapport de l’Inspection des services administratifs établit en effet qu’en 1945 le commandant du camp a émis des mandats fictifs d’un montant très élevé qui ont permis aux grossistes en légumes et au camionneur de se faire rembourser des denrées et des prestations qui n’ont pas été fournies. En outre, il a accepté des denrées dans un état de décomposition avancée en provenance de la ville dont il est maire. Il a enfin détourné une partie du lait destiné aux enfants et aux malades internés et a cumulé sa pension de retraite et son traitement, ce qui est totalement illégal7.

15Voilà autant de facteurs d’explication de la morbidité et de la mortalité dans les camps français d’internement. Encore faut-il retenir que les effets sont différents selon la durée de l’internement et les catégories concernées. Prenons un exemple extrême : les enfants juifs internés pour être déportés dans des conditions dramatiques et finalement exterminés à Birkenau ne restent que quelques semaines dans les camps français. Bien qu’ils soient souvent malades, le taux de mortalité du camp dans lequel ils transitent n’en est pas affecté. La durée de l’internement affaiblit les organismes et est facteur de cachexie. Mais ce n’est pas la règle. Que ce soit à Rouillé, chez les politiques, ou à Gurs, chez les Juifs étrangers transférés de Belgique, les internés organisent la solidarité. Il faut donc aussi tenir compte des catégories d’internés. C’est essentiel si l’on veut non seulement comprendre les causes de la morbidité et de la mortalité mais également la façon dont les internés leur font face.

Faire face

16Pour faire face, les internés doivent d’abord compter sur eux-mêmes. Cela va du système D généralisé, jusqu’à la révolte collective, rare mais spectaculaire et, entre les deux, les formes les plus diverses de la solidarité. Ils peuvent aussi s’appuyer sur les œuvres d’entraide, nombreuses au moins en zone non occupée, qui sont essentielles à la survie dans les camps. Jusqu’à cautionner l’institution ?

17Confrontés à la faim et à la maladie, les internés mettent rapidement au point des systèmes individuels de survie qui ne sont pas de véritables solutions mais un pis-aller qui n’est pas sans conséquence. À Saint-Paul d’Eyjaux (Haute-Vienne), dans un camp pour politiques qui n’est pas le pire, Georges Rougeron revient régulièrement sur le sujet. En une phrase lapidaire, mélange d’informations précises et d’humour cinglant à l’image de son journal, il résume la situation au 31 décembre 1942 : « Dernier trimestre : 212 entrées, 134 libérations ; 128 repas avec carottes, 12 avec rutas. » Trois semaines plus tard, changement de régime :

« Après les carottes, enfin épuisées, les topinambours font leur apparition, accueillis dans une défaveur générale. Aurions-nous changé notre cheval borgne pour un aveugle ? C’est d’autant plus à craindre qu’il est entré plusieurs fourgons des peu ragoûtants tubercules. »

  • 8 an, 72aj, Georges Rougeron, Journal inédit, 31 décembre 1942, 19 et 24 janvier 1943, 2 et 19 mai 1 (...)

18Et d’évoquer ensuite la figure originale de ce colonel, le « colonel rutas » comme il est surnommé dans le camp qui se porte toujours volontaire pour la corvée de pluches, s’y adonnant avec une extrême précision afin d’éviter tout gâchis et prenant soin de ramasser ensuite, plus ou moins discrètement, les pluches laissées par d’autres moins méticuleux. À Compiègne (Oise), en février 1942, la mort a déjà fait des ravages parmi les internés juifs. Aussi n’y a-t-il pas de place pour l’humour dans cette situation extrême. Le 21 février, Georges Kohn transcrit la recette de soupe aux pluches. Le principe en est simple : on va ramasser en cuisine les épluchures de pommes de terre, de navets ou de rutabagas qu’on fait macérer dans de l’eau ; si la faim est momentanément calmée, on est bien sûr malade la nuit suivante ; « mais comme le lendemain on [est] de nouveau torturé par la faim, on recommence8 ».

19Pour peu que l’internement dure, des mécanismes de solidarité se mettent en place. Quand les colis sont autorisés, une ponction est opérée pour la cantine commune, voire une redistribution est opérée dans la baraque. Dans les divers dispositifs, officiels ou officieux, mis en place pour la collectivité, les œuvres d’assistance présentes dans le camp constituent un point d’appui essentiel. Il en est ainsi souvent parmi les politiques. Ce n’est pourtant pas toujours chose facile compte tenu des antagonismes nés des fractures de la guerre d’Espagne puis du double pacte germano-soviétique. Il y a donc bien solidarité, mais souvent limitée à des groupes homogènes. Les exemples de cette entraide, et de ses limites, sont nombreux à Rouillé ou à Pithiviers (après l’automne 1942), à Saint-Sulpice-la-Pointe ou à Voves. On partage les colis et on met en place des cantines. L’exemple de Gurs montre cependant que ces mécanismes ne sont pas propres aux politiques. Les frères Ansbacher, qui ont suivi la débâcle depuis la Belgique jusqu’à Saint-Cyprien puis Gurs, sont à l’origine d’un système complexe et efficace de cantines collectives et d’aides individualisées en ponctionnant d’un commun accord les colis individuels et en s’appuyant sur l’aide des œuvres.

20Les réactions peuvent aller, mais rarement, jusqu’à la révolte collective. On connaît deux camps qui connaissent pareilles révoltes, dans les deux cas en liaison avec les pénuries alimentaires. Au début de 1941, c’est bien la faim qui motive la révolte du camp du Vernet d’Ariège. Dans ce camp à vocation officiellement répressive se trouvent regroupés pour l’essentiel des anciens d’Espagne. Si l’encadrement politique est particulièrement efficace, la révolte est d’abord la réponse à une situation d’extrême pénurie. Une part des cadres légaux du camp – ces responsables de baraques et d’îlots qui sont les interlocuteurs de l’administration centrale – sont en première ligne d’une révolte qui débouche sur des mesures répressives, comme des peines de prison pour les meneurs, mais également sur une normalisation du ravitaillement. La révolte des femmes internées à La Lande-des-Monts, près de Tours, est plus spectaculaire encore puisqu’à l’été 1943, par deux fois, les internées se regroupent et manifestent contre la situation alimentaire. L’inspecteur général adjoint des camps doit convenir dans son rapport établi peu après les événements que la protestation est légitime. Mais il conclut également qu’en cédant par deux fois aux insurgées, l’administration du camp a donné un gage à l’action subversive.

21Pour autant, en zone non occupée plus encore qu’en zone nord, les dysfonctionnements sont tels qu’ils auraient rendu le système internemental totalement ingérable sans l’action des œuvres d’assistance. De fait, l’inégalité entre les deux zones ne tient pas seulement à une utilisation différente des camps. Elle tient aussi à la place des œuvres. Celles-ci sont peu nombreuses dans le nord : la Croix-Rouge est présente avec, en particulier, ses assistantes sociales ; il y a aussi des prêtres (souvent ceux du village ou de la ville) et de rares congrégations, comme les sœurs franciscaines de Marie ; mais, côté œuvres stricto sensu, seuls le Secours national et l’ugif (Union générale des israélites de France, structure unique pour représenter les Juifs mise en place à la demande de l’occupant) sont autorisés à intervenir. Dans le sud, la situation est tout autre. Il y a certes la Croix-Rouge française, le cicr (Croix-Rouge internationale), mais aussi un grand nombre de structures nationales et internationales, juives mais aussi protestantes et, marginalement, catholiques. Citons le Joint, la Cimade, l’ose, l’ymca, le Secours suisse aux enfants, les Quakers, l’ort ou l’Unitarian Service. C’est aussi en zone sud que Vichy, en 1940, a développé l’internement administratif à grande échelle. C’est là aussi que la crise se manifeste le plus rapidement, à laquelle le Ministère de l’intérieur, nouvelle tutelle, ne peut faire face seul. Les archives montrent que la coordination des œuvres de zone sud est un souhait du ministère, efficacité oblige. De fait, en octobre 1940, elles se réunissent dans ce qu’on appelle alors le Comité de Nîmes. C’est un véritable deal que le ministère passe avec le comité quand il devient patent qu’il n’a pas les moyens de pallier la crise protéiforme qui touche les camps. Appeler à la rescousse ces associations et solliciter leur coordination, c’est d’abord un constat d’échec. C’est aussi chercher le moyen de mieux faire fonctionner le système et légitimer, de fait, ce qui le nourrit.

22Cette légitimation implicite questionne aujourd’hui. On peut même avancer que ce type de situation (et plus encore le silence de la Croix-Rouge internationale sur les camps d’extermination) n’est pas sans expliquer le soin qu’ont pris les French Doctors et les ONG qu’ils initièrent à afficher d’emblée leur volonté de ne pas se cantonner dans l’humanitaire strict et la neutralité qui, traditionnellement, l’accompagnait. L’humanitaire sans politique, c’est cautionner l’oppresseur. Il faut se méfier de tout anachronisme mais, en l’occurrence, dès la dernière guerre, des responsables d’œuvres se posent des questions analogues, ce qui explique les différences de posture : certains se cantonnent strictement au terrain légal, mais ils ne sont pas les plus nombreux ; d’autres associent d’emblée action légale et illégale. Il y a bien un double piège dans cette assistance sous couverture (et contrôle) officielle. En améliorant dans la mesure du possible la situation des internés dans les camps, on légitime le système internemental lui-même et, plus tard (méfions-nous toujours de l’anachronisme), quand vient le temps des déportations, on ne peut que s’interroger sur les choix faits : les sommes ainsi dépensées n’auraient-elles pas été mieux utilisées à la sortie des internés et à leur protection clandestine ? On l’aura compris, la réponse ne peut être simplificatrice. Le Ministère de l’intérieur a mis une double condition à l’intervention des œuvres dans les camps : elle ne doit pas apparaître un tant soit peu subversive et toute amélioration du quotidien doit être exclusivement assurée sur des fonds propres. D’emblée, le Comité de Nîmes inscrit son action dans une perspective peu conforme aux espoirs de l’administration, puisqu’il précise dans une note de janvier 1941 :

  • 9 an, f7 15089, Note pour le ministre de l’intérieur au sujet des camps d’internement, non datée (ja (...)

« Tout en reconnaissant les conditions actuelles, les organisations regroupées dans le Comité de coordination précisent qu’elles ne pourront jamais accepter le principe des camps comme normal et désirable. Elles sont convaincues que les camps doivent disparaître en faveur d’autres moyens plus humains de loger et tenir une surveillance des réfugiés dont la seule faute est d’être réfugiés, et elles sont prêtes à travailler dans ce but9. »

23Dans l’action de tous les jours, l’aide alimentaire et médicale concentre effectivement une très large majorité des moyens. C’est par centaines de tonnes qu’il faut compter les produits fournis et servis par toutes ces œuvres d’assistance. Cet effort décisif explique la baisse de la mortalité et une moindre morbidité qu’attendu. Dans le même temps, à l’initiative de fortes personnalités comme Joseph Weill de l’OSE ou Elsabeth Kasser du Secours suisse aux enfants, une des priorités absolues est de sortir des camps les milliers d’enfants qui s’y trouvent. S’ils ne sont pas tous sauvés de la déportation, beaucoup y échappent de ce fait d’autant qu’à l’extérieur des filières clandestines s’organisent. L’action des œuvres n’est pas non plus sans expliquer la baisse très sensible des effectifs internés : au début de l’été 1942, il n’y a plus qu’une dizaine de milliers d’internés dans le sud de la France, contre quelque cinq fois plus dix-huit mois plus tôt. Libérés, les internés ne sont pas pour autant sauvés et on les retrouve nombreux parmi les Juifs livrés par Vichy avant même que le premier soldat allemand ait franchi la ligne de démarcation.

24Si le tableau, comme souvent, n’est ni blanc ni noir, il est une chose claire au moins : sans l’intervention des œuvres d’assistance, la très grave crise qu’ont connu les camps français d’internement aurait débouché sur une catastrophe humanitaire en France même. Cette crise correspond à l’un des pics de mortalité et de morbidité que nous avons mis en évidence. Pour autant, si la mortalité a été une réalité, elle n’est pas caractéristique du système internemental français. On peut constater, à l’inverse, que les conditions de l’internement se combinent aux graves difficultés de ravitaillement que connaît tout le pays pour provoquer une morbidité largement répandue. On a mesuré le poids de la conjoncture et des contraintes externes. Cela nous a conduit à privilégier une approche fonctionnelle qui insiste davantage sur ces contraintes que sur une politique volontariste. Cependant, les exemples fournis appellent la nuance ou, à tout le moins, une précision. Une fois la contrainte constatée, plusieurs possibles se sont offerts aux autorités. L’internement était l’un de ces possibles et c’est là qu’interfèrent les préconstruits idéologiques et politiques. Enfin, l’analyse de la mortalité et de la morbidité est certainement une entrée intéressante pour une approche comparative. On constate qu’à la différence des camps de concentration, le système internemental n’instrumentalise pas la mort et la maladie. La balance entre poids de la conjoncture et choix politiques permet aussi de faire le départ avec les autres formes de l’enfermement en France.

Notes

1 Nous renvoyons pour plus de détail à notre ouvrage sur La France des camps. L’internement en France 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002.

2 Archives Nationales (an), F7 15105, Pyrénées-Orientales, rapport d’inspection d’André Jean-Faure à Rivesaltes, 1er août 1942 (visite du 4 juin).

3 Rapport sur l’action de dépistage et sur l’organisation des secours aux sous-alimentés menacés du camp de Rivesaltes, non daté, ad ahp 6J16. Pour ce camp, les chiffres étaient les suivants : sur 1800personnes examinées, 623, soit plus du tiers, avaient besoin d’un secours alimentaire immédiat (486 « menacés », 97 pré-cachectiques et 40 cachectiques).

4 Voir Robert Mencherini, Un Midi méditerranéen au temps des restrictions, des réfugiés et de la Résistance. Marseille et les Bouches-du-Rhône 1939-1945. Approche d’une spécificité méridionale, Université de Provence (Aix-Marseille I), mémoire d’habilitation à diriger des recherches, 1996.

5 Chiffre établi par Claude Laharie dans son ouvrage pionnier sur Gurs, Pau, J & D, 1985.

6 Nassim Calef, Drancy la faim… Rédigé pendant la guerre, ce mélange de témoignage personnel et de récit de fiction constitue le document le plus poignant sur l’internement. Il fut publié en italien peu après la Libération, à défaut de trouver un éditeur en France. On doit à Serge Klarsfeld sa publication en français, un demi-siècle plus tard.

7 Sur l’affaire D., an, f7 15104, 15105 et 15668 ; sur La Chauvinerie, an, f7 15669.

8 an, 72aj, Georges Rougeron, Journal inédit, 31 décembre 1942, 19 et 24 janvier 1943, 2 et 19 mai 1943 ; an, F9, Georges Kohn, Journal, 21 février 1942. Le journal de Georges Kohn n’a jamais été retrouvé dans son intégralité ; il est cependant très largement cité dans les archives de justice, ayant servi de témoignage à charge dans un certain nombre de procès de l’épuration. Serge Klarsfeld a publié ces notes en 2001 avec le journal de Pierre Masse (éditions ffdjf).

9 an, f7 15089, Note pour le ministre de l’intérieur au sujet des camps d’internement, non datée (janvier 1941 ?). Sur les contradictions de l’aide humanitaire, nous renvoyons à Anne Grynberg, Les camps de la honte, Paris, La Découverte, 1999, à Renée Poznanski, Les Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Hachette, 1997 et à notre ouvrage La France des camps, op. cit. Relevons que le comportement diversifié des autorités elles-mêmes n’a pas été sans conséquence : la création de l’Inspection générale des camps en deux temps (mars et, surtout, septembre 1941) participe de ces ambivalences.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540