Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Troisième partie. La sous-alimentation dans les prisons et les camps d’internement

Le sort aggravé des détenus des prisons

Corinne Jaladieu

Texte intégral

  • 1 D’après Marie Vogel, seuls deux igsa, l’un comme juif, l’autre comme franc-maçon, ont été relevés (...)
  • 2 Bien que la série soit incomplète, les rapports sont suffisamment nombreux pour nous renseigner su (...)

1L’historien qui travaille sur la prison a affaire à deux types de discours produits à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Administration pénitentiaire. Le premier, négatif et récurrent depuis l’invention de la peine de prison, est porté de l’extérieur. Il dénonce la vétusté des bâtiments et la promiscuité carcérale, donc l’inhumanité de la prison, mais aussi l’impuissance à empêcher la récidive et la contagion. Il continue d’être produit pendant la période de la guerre qui ne constitue donc pas une rupture dans le temps long de l’histoire pénitentiaire. Le second est le discours gestionnaire qui se présente comme un discours expert s’appuyant sur des inspections et des rapports réguliers. Or les inspecteurs généraux des services administratifs (igsa) restent en place sous Vichy, assurant la pérennité du fonctionnement de cette administration d’État. Ils forment en effet un corps indépendant, qui échappe complètement à la nomination politique hors de la procédure habituelle de concours1 et reste fidèle à sa mission traditionnelle de conseil, résistant aux injonctions d’allégeance politique. Leurs rapports constituent par conséquent une source précieuse et critique sur le fonctionnement réel de la prison sous Vichy, du moins pour les prisons françaises2. Le constat officiel d’une situation catastrophique des détenus y est formulé dès 1942. Quel bilan permettent-ils de dresser concernant la misère physiologique, la morbidité et la mortalité des prisonniers pendant notre période ? Quelles sont les causes de cette situation sachant qu’il faut, pour répondre à cette question, faire la part des héritages, des contingences et de la politique volontariste du régime de Vichy.

  • 3 Marie Vogel, L’Inspection générale des services administratifs et les transformations de l’Adminis (...)
  • 4 Michelle Perrot, Les ombres de l’histoire. Crimes et châtiments au xixe siècle, Paris, Flammarion, (...)

2Durant l’entre-deux-guerres, les inspecteurs sont extrêmement répétitifs dans leurs constats : le parc pénitentiaire est surdimensionné au regard des effectifs régulièrement décroissants de la population détenue, en même temps que mal approprié à une bonne gestion élémentaire des personnels et des locaux. Le délabrement du bâti, l’insuffisance quantitative et la mauvaise qualité professionnelle des gardiens, la tenue aléatoire des établissements et leur foncière inadéquation à leur fonction moderne constituent le socle des rapports3. Si les autorités sont au courant, l’opinion se désintéresse des prisons. La conclusion du séminaire sur la prison républicaine, animé par Robert Badinter et Michelle Perrot, est sans équivoque : la Troisième république n’a pas changé la prison. Même si elle a eu le mérite « d’y recourir le moins possible, convaincue qu’elle était de son inutilité », elle reste « animée d’un esprit de vengeance – la prison doit punir – et de la “loi d’airain” qui veut que la condition des détenus soit inférieure à celle des pauvres de la société4 ». Or la politique d’exclusion mise en œuvre par le régime de Vichy le conduit à recourir massivement à l’emprisonnement sans donner à l’Administration pénitentiaire les moyens de son fonctionnement.

  • 5 Archives Nationales (an), F1a/4549, Loire, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 25 (...)
  • 6 En attestent les lettres retenues par l’administration figurant dans les dossiers individuels d’éc (...)
  • 7 an, F60/1443, Administration pénitentiaire.
  • 8 Page 5 du rapport.
  • 9 an, F/1a/4513, Affaires pénitentiaires.

3Face à la dégradation de la situation dans leurs établissements, les directeurs de prison, relayés par les préfets, sont les premiers à alerter le Ministère de l’intérieur. Des responsables locaux du Secours national interpellent également le Secrétariat d’État à la santé sur les conditions d’hygiène et d’alimentation déplorables qui y règnent5. Dans un rapport au garde des sceaux Joseph Barthélémy, dressé le 3 juillet 1942 à l’issue d’une réunion des aumôniers de prison de zone sud, le Cardinal Gerlier dénonce « l’état moral et matériel désastreux des détenus ». La multiplication des arrestations aidant, la prison perd de son opacité et l’opinion s’alarme ; familles et détenus n’hésitent pas à écrire au Maréchal lui-même6, de nombreuses lettres dénonçant la nourriture et l’hygiène insuffisantes. La Résistance, faute d’organisation suffisamment efficace, joue un rôle minime dans l’alerte de l’opinion en 1941 et 1942, au moment où la situation est la plus dramatique. C’est, semble-t-il, suite à un recours personnel du garde des sceaux au Maréchal que celui-ci ordonne une enquête confiée à un haut-fonctionnaire proche de Joseph Barthélémy, l’ancien préfet André Viguié. Le 16 janvier 1942, celui-ci livre les premiers résultats de son enquête dans un rapport n° 1 dit rapport Viguié7. La portée de ce document est très grande même s’il n’est ni transmis, ni publié, non en raison d’un constat sévère sur une réalité pénitentiaire que tous les acteurs de la prison s’accordent à déplorer, mais sans doute en raison de remarques désignant clairement les responsables : « […] [j’ai] l’impression que trop de magistrats se désintéressent des difficultés que rencontre l’administration pénitentiaire8. » Suite à ce rapport interne, une longue synthèse, rédigée par l’igsa en date du 23 juin 19429, dégage les principaux enseignements d’une enquête d’ensemble réalisée durant l’année 1942 dans les prisons françaises de zone libre mais aussi dans celles de zone occupée que l’administration a eu l’autorisation de visiter. Le constat est unanime : partout les détenus souffrent de la faim et du manque d’hygiène.

  • 10 Idem, rapport de l’igsa du 23 juin 1942, p. 5.

« La situation sanitaire des prisons constitue le point le plus angoissant auquel l’Administration pénitentiaire doit faire face […] [elle] n’est plus en mesure de garantir aux prévenus toujours susceptibles d’être reconnus innocents que la prison n’est pas “griève” et qu’elle ne doit pas empirer le corps du prisonnier10. »

4Certes, cette considération concerne les seuls prévenus, éventuels innocents, mais le constat est amer.

Morbidité et mortalité dans les prisons françaises

  • 11 Celles-ci ne sont pas toujours mentionnées.
  • 12 D’après les rapports des médecins pénitentiaires figurant dans les dossiers individuels d’écrou.

5Si la situation varie d’une prison à l’autre, les deux années terribles sont partout 1941 et 1942. Les centrales de Poissy et de Riom connaissent la situation la plus dramatique. Certes à la veille de la guerre, la santé des détenus affaiblis par de longues années de détention n’est guère brillante. Comme à l’extérieur, le principal fléau, aggravé par la promiscuité, est la tuberculose (pulmonaire et osseuse). Elle cause l’essentiel des décès, le taux de mortalité annuelle s’élevant à 1 ou 2 % dans les centrales. Dans la rubrique « levée d’écrou » des registres d’écrou on trouve comme causes de décès 11 la tuberculose, les cancers et les maladies cardiaques, l’épilepsie et la folie dues à l’internement, les suicides. Les maladies les plus fréquentes 12 sont les affections respiratoires, les maladies de l’appareil digestif (gastrites, diarrhées), les rhumatismes et les grippes, les maladies de peau.

  • 13 D’après les rapports de l’igsa c’est notamment le cas à Eysses, à Lyon et à Saint-Étienne.

6Pendant la guerre, on assiste à une modification quantitative et qualitative de la mortalité. On recense à Poissy 184 morts en 1942 et 167 au cours du premier semestre 1943 ; nous ne connaissons pas le nombre d’entrées correspondant à ces périodes mais si l’on rapporte ces chiffres à un effectif moyen de 900 détenus, on obtient un taux de mortalité de 20,5 % en 1942 ! Le cas de Poissy est exceptionnel de même que celui de la centrale de Riom. Pour les neuf premiers mois de 1941, on compte 87 décès sur 510 détenus en moyenne, soit un taux de mortalité de 17 %. À titre de comparaison, le taux de mortalité annuelle s’élevait à 1,08 % en 1936, 1,8 % en 1938, 2,8 % en 1939 et 8,8 % en 1940. La situation se dégrade donc dès le début de la guerre avant de devenir dramatique en 1941. L’insuffisance alimentaire est directement responsable de 60 décès (cachexie) et favorise l’évolution de la tuberculose, également aggravée par la promiscuité et le manque d’air13, dont 18 cas s’avèrent mortels. Les restrictions alimentaires sont donc à l’origine de 69 % des décès et de 90 %d’entre eux si l’on prend en compte les victimes de la tuberculose. Le médecin signale que 95 % des décédés ont consulté pour hypo-alimentation et dénombre « environ trente-quatre bien portants dont la moyenne de poids est de cinquante-trois kilos (et) cinquante cachectiques souffrants d’œdèmes et troubles cutanés symptomatiques de carences alimentaires dont la moyenne de poids est de 48 kg et demi. » Le régime des détenus valides comporte alors 1 496 calories ; il est donc inférieur de mille calories à ce qui est considéré par tous les biologistes comme le minimum vital.

  • 14 an, F1a/4549, Loire, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 19 mai 1943 sur la maison (...)
  • 15 an, F1a/4572, Rhône, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 25 juin 1942 sur les pris (...)
  • 16 Idem.

7Selon un rapport de l’igsa de mai 1943, la situation de la prison de Saint-Etienne semble correspondre à une situation moyenne14. On y enregistre un taux de mortalité de 5,8 % en 1942. À Eysses, l’année la plus dure est également 1942 avec un taux de mortalité annuelle d’environ 3 %. Des facteurs locaux peuvent jouer dans un sens favorable. Ainsi, à l’opposé des centrales de Riom et Poissy, les prisons de Lyon ont connu des conditions moins mauvaises, tout au moins jusqu’en 1942, ce grâce à deux facteurs. Tout d’abord les détenus continuent à travailler au moins une partie de l’année, s’assurant ainsi un pécule 15 qui leur permet d’effectuer des achats à la cantine. En outre, la situation médicale est meilleure que dans la plupart des prisons, les rapports soulignant le dévouement de deux médecins pénitentiaires mais surtout une meilleure qualité des soins procurés grâce à l’ouverture à l’hôpital de l’Antiquaille d’un petit quartier de vingt-cinq places destiné à pallier l’insuffisance de l’infirmerie pénitentiaire16. À la centrale de femmes de Rennes, trois politiques décèdent entre 1940 et 1944 soit 0,8 % de la population politique. Mais cette centrale était conçue et considérée comme un modèle hygiéniste !

8Au total, les sources dont nous disposons permettent d’affirmer que seules deux centrales (Riom et Poissy), dans lesquelles le régime est plus dur que dans les maisons d’arrêt, ont enregistré des taux de mortalité autour de 20 % de la population moyenne au cours des deux années terribles de 1941 et 1942. En moyenne, dans les prisons pour lesquelles nous possédons des données comparables, la mortalité a été multipliée par 2 ou par 3, passant de 1 à 2 % des détenus à 4 à 6 %.

La dégradation de la situation sanitaire des prisons

  • 17 an, F1a/4539, Haute-Garonne, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 28 août 1940 sur (...)
  • 18 an, F1a/4550, Affaires pénitentiaires, Haute-Loire, rapport de l’igsa du 15 février 1943 sur la ma (...)
  • 19 an, F1a/4572, Rhône, Établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 25 juin 1942 sur les pris (...)
  • 20 an, F1a/4513, Affaires pénitentiaires, rapport de l’igsa du 23 juin 1942, p. 5.

9La situation générale est résumée par ce rapport du Dr Lacassagne, médecin de la maison d’arrêt de Toulouse : « Les conditions d’hygiène intérieure deviennent défectueuses par suite de surpopulation carcérale, l’aération insuffisante des dortoirs, le cubage d’air des pièces, la promiscuité inévitable restent des sources de contagion et de propagation d’épidémies en même temps qu’elles entravent la bonne tenue des locaux et compromettent en partie l’hygiène générale17. » En février 1943, à la prison du Puy, l’igsa calcule que le volume d’air est en moyenne de 6,45 m3 par personne, ce qui est nettement insuffisant, 12 m3 étant nécessaires18. Ce sont les épidémies que l’administration craint par-dessus tout et c’est cet argument qui est souvent mis en avant pour convaincre les autorités d’agir. La prison de Marseille est touchée par une épidémie de typhus, celle de Caen par une épidémie de diphtérie et de gale. Dans les prisons de Lyon, Saint-Paul et Saint-Joseph, le danger d’une épidémie de typhus est enrayé en mai 1942 grâce à l’intervention énergique et rapide du service de santé. La consignation de la prison pendant quinze jours, les mesures de désinfection et d’épouillage sont globalement efficaces même si les détenus se plaignent qu’il subsiste des parasites19. En mai 1942, l’igsa souligne que « l’état sanitaire du fort du Hâ de Bordeaux constitue un scandale permanent20 » peut avoir des conséquences désastreuses pour l’agglomération bordelaise. Les autorités allemandes ne manquent pas de signifier à Maurice Sabatier, préfet régional, le jour même de son installation, le danger qui en résulte pour la santé publique. La commission administrative des hospices de Bordeaux s’émeut de cette situation et, le 11 janvier 1942, le chirurgien adjoint des hôpitaux attire l’attention du doyen sur le surpeuplement de l’hôpital Saint-André encombré par des détenus du fort du Hâ :

  • 21 an, F1a/4540, Prisons de Bordeaux, rapport de l’igsa du 28 mai 1942 sur le fort du Hâ.

« Ces malades arrivent dans un état physique absolument déplorable dû au manque d’hygiène. Ils sont pour la plupart atteints par la vermine et de maladies de peau contagieuses quand ils n’arrivent pas mourants et à un stade de leur maladie où toute thérapeutique médicale ou chirurgicale s’avère inefficace […] il est de mon devoir de vous signaler que de tels malades constituent un danger pour les malades hospitalisés […]. Le typhus exanthématique étant une maladie transmise par les poux les personnes qui ont des contacts avec les prisonniers (visiteurs, surveillants) les libérés et les évadés de plus en plus nombreux peuvent parfaitement contaminer le public. Celui-ci connaît la situation de la prison ; si une épidémie de typhus vient à éclater à Bordeaux l’opinion ne manquerait pas d’affirmer avec raison qu’elle provient du fort du Hâ21. »

10Mais c’est surtout la tuberculose que l’on craint, les prisons étant susceptibles de devenir des centres d’essaimage.

  • 22 Anatole de Monzie, La saison des juges, Paris, Flammarion, 1943, p. 8.

11À l’origine de cette dégradation, on trouve plusieurs facteurs, parmi lesquels le surpeuplement des prisons : « La France ne s’écroule pas, elle s’écroue. L’État français n’aura bientôt pas assez de prisons ni de policiers pour contenir ses victimes22. » Les années 1939-1945 marquent une rupture dans un mouvement de reflux tendanciel amorcé sous le Second Empire et devenu sensible au début du xxe siècle. D’après le rapport Viguié, le nombre de détenus dans les prisons françaises s’élève à 18 000 en septembre 1939 et à plus de 45 000 en mars 1942. Entre ces deux dates, la population carcérale a donc été multipliée par deux fois et demi (en partie à cause de la législation de la Troisième république finissante). On constate deux grandes poussées des effectifs : + 89 % en 1940 et + 39 % en 1942. La croissance est plus faible en 1943 (+ 10 %) et 1944 (+ 7 %). Les détenus sont au nombre de 59 000 en 1944.

  • 23 an, F1a/4513, Affaires pénitentiaires, rapport de l’igsa du 23 juin 1942, p. 3.
  • 24 an, F1a/4572, Rhône, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 25 juin 1942 sur les pris (...)

12Les conséquences de cette inflation sont rapidement dramatiques pour le fonctionnement des prisons. « L’administration a été débordée par les événements23 » qu’elle a pourtant elle-même contribué à créer. Avant la guerre, de nombreux établissements avaient fermé en raison de la décrue des effectifs carcéraux. Mais la politique de réouverture d’établissements désaffectés et la création de nouveaux ne suffisent pas à absorber le flot des nouveaux prisonniers. La situation est encore plus dramatique pour les centrales car les nouvelles constructions sont impossibles en temps et budget limités et le parc existant doit accueillir un nombre croissant de prisonniers condamnés lourdement. Dans les maisons d’arrêt importantes, telles que, à Lyon, la maison d’arrêt Saint-Paul pour les hommes ou la maison de correction mixte Saint-Joseph, la surpopulation devient rapidement un problème majeur24. À Caen en 1941 et 1942, ce sont les quartiers de femmes qui sont les plus touchés : les femmes représentent désormais

  • 25 an, F1a/4527, Calvados 1940-1943, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 3 juin 1942 (...)

1340 % de la population détenue contre 20-25 % avant guerre25. Cet encombrement, la promiscuité et le manque de moyens qui en résultent influent sur la santé des détenus d’autant que l’inefficacité du service médical des prisons en matière d’hygiène et de prévention est soulignée dans tous les rapports. Certains inspecteurs se montrent particulièrement virulents, leurs rapports constituant de véritables réquisitoires contre la justice du régime :

« L’intérêt primordial de la santé publique exige un arrêt momentané des opérations de justice […] Le préfet ayant demandé le 23 janvier d’examiner si les juges d’instruction ne pourraient laisser en liberté un grand nombre de prévenus du fort du Hâ, il [le procureur général de Bordeaux] lui répondit qu’il n’était pas possible à l’autorité judiciaire de diminuer le nombre des détentions préventives, les nécessités de l’heure exigeaient une répression énergique »,

  • 26 an, F1a/4540, Prisons de Bordeaux, rapport de l’igsa du 28 mai 1942 sur le fort du Hâ.

14dénonce ainsi Jean Pinatel dans un rapport de mai194226.

  • 27 Ministère de la justice, Code des prisons, 1942.
  • 28 an, f1a/3656, Prisons, rapport du préfet de l’Yonne du 18 janvier 1943.
  • 29 Les enfants de moins de quatre ans peuvent rester en prison avec leurs mères appelées nourrices.
  • 30 Ministère de la Justice, Code des prisons, 1943.

15L’alimentation, déjà insuffisante avant la guerre, se dégrade encore du fait des pénuries. Deux facteurs peuvent expliquer la faim qui règne dans l’univers carcéral. Soit le rationnement fixé pour les prisonniers est insuffisant, soit les directeurs d’établissements pénitentiaires n’ont pas les moyens d’appliquer les circulaires du ravitaillement. Avant-guerre, les repas sont qualitativement insuffisants pour plusieurs raisons. D’abord parce que le système pénal repose sur le principe selon lequel le condamné ne reçoit de l’État que ce qui est strictement indispensable à sa survie, ce afin de ne pas mieux lotir les prisonniers que les catégories les plus pauvres de la population et de ne pas faire de la prison un hôtel du pauvre. Ensuite pour répondre à l’exigence de pénitence en obligeant le détenu à travailler au meilleur rendement possible, le pécule obtenu pouvant servir à se procurer un supplément de nourriture à la cantine sachant que, pendant les années de guerre, les directeurs d’établissements pénitentiaires sont en principe tenus d’approvisionner abondamment la cantine par l’achat de vivres non rationnés27. Le régime des détenus est alors soumis aux restrictions croissantes imposées aux Français. Mais, pour améliorer l’ordinaire, les prisonniers ne peuvent recourir au système D en vigueur à l’extérieur. La totalité des aliments contingentés est fournie par la prison à qui le détenu doit remettre sa carte de rationnement. Or les rations ne cessent de baisser. En principe les détenus reçoivent les rations fixées par circulaire 28 à l’exception des mineurs, des femmes, des enfants 29 et des malades qui ont droit à des régimes spéciaux. Voici le barème en vigueur fixé par la circulaire du ministre du ravitaillement et du ministre de la justice en date du 2 décembre 194230 : pain : 400 grammes par jour ; viande : 125 grammes le dimanche ; matières grasses : 400 grammes par mois ; sucre : 400 grammes par mois ; fromage : 360 grammes par mois ; pommes de terre : 500 grammes ou 750 grammes de rutabagas navets ou 125 grammes de légumes secs par jour ; pâtes alimentaires : 60 grammes par semaine.

  • 31 Ministère de la justice, Code des prisons, 1944.
  • 32 Note d’A. Baillet aux directeurs des services extérieurs de l’Administration pénitentiaire.
  • 33 Déposition de M. Jean Tiche, ancien directeur de l’Administration pénitentiaire de Bordeaux, le 29 (...)

16La faim est aggravée par l’absence de pécule. Les centrales en particulier sont frappées par un chômage qui s’explique par les pénuries de matières premières. Le travail se raréfie dès 1941 puis disparaît dans la plupart des cas, entraînant l’Administration pénitentiaire dans un état de dysfonctionnement tel que les principes de base de la pénalité appliquée aux centrales deviennent caduques. Cette situation est donc à l’origine d’une déficience physique parfois grave des prisonniers. Désormais la qualité de la nourriture dépend essentiellement des colis reçus de l’extérieur. Pour faire face à l’augmentation de la mortalité et aux épidémies, l’Administration pénitentiaire, incapable d’assurer sa mission fondamentale d’entretien des détenus, accepte en effet une ouverture de la prison à l’aide des familles et des institutions caritatives. L’aide familiale se fait par deux moyens : les mandats et les colis. Une note de service de l’Administration pénitentiaire du 4 mars 1941 autorise les familles à envoyer aux détenus cinquante francs par semaine, versés sur leur pécule disponible pour leurs achats de cantine. Cette somme passe à 100 francs le 25 novembre 1943 en raison de la hausse du coût de la vie. Ce type de mesure engendre des inégalités entre les détenus. Alors que le régime reconnaissait jusqu’ici un seul type de détenus, les prisonniers politiques sont désormais sous le coup d’une législation discriminatoire puisqu’ils sont considérés par le régime comme les détenus les plus dangereux en raison des liens entretenus avec l’extérieur grâce notamment aux colis. La circulaire Barthélémy prescrivant la réduction des colis familiaux à deux par mois (au lieu de quatre) pour les communistes entre en vigueur le 17 novembre 1942. Suite à de nombreuses protestations, la circulaire du 7 octobre 1943 rétablit l’égalité entre les détenus. Elle précise cependant qu’il appartient aux directeurs de prison d’apprécier si, dans certains cas, le nombre de colis peut être diminué, en particulier lorsque le personnel est insuffisant pour assurer leur stricte vérification31. Une nouvelle étape dans la différenciation de deux catégories distinctes de prisonniers est franchie suite à l’échec de la tentative d’évasion collective d’Eysses le 19 février1944, qui prouve des liens suffisamment efficaces avec l’extérieur pour faire rentrer des armes et des grenades. Le 26 février 1944, c’est l’ensemble des détenus politiques, hommes et femmes, qui est visé par la loi du 5 juin 1943 des prisons « de concentration » d’Eysses, Blois, Châlons-sur-Marne et Rennes : « Des événements d’une gravité exceptionnelle qui se sont produits récemment ayant montré qu’un grand nombre de détenus avaient reçu dans les colis objets et denrées interdits et même des armes32… », les détenus sont privés de colis familiaux, seule la Croix-Rouge de chaque département étant habilitée à en envoyer. Des directives sont données par le directeur de l’Administration pénitentiaire qui convoque notamment le 7 avril 1944 à Paris les directeurs régionaux pour un stage de trois jours, lors duquel il insiste pour que le régime des politiques soit plus sévère que celui des droit commun33. L’impératif sécuritaire pousse en effet le régime de Vichy à considérer le prisonnier politique comme plus dangereux que le criminel de droit commun. Ce n’est donc plus le délit commis qui prévaut mais sa nature. Le danger représenté par les politiques conduit l’État français à inverser la situation héritée de la IIIe République, le régime de faveur devenant celui de droit commun.

  • 34 Bulletin Officiel du ministère de la Justice, circulaire du 13 octobre 1943.

17Pour faire face à l’insuffisance alimentaire, l’Administration pénitentiaire s’ouvre également à des sociétés caritatives. Dès 1941, des dispositions sont prises pour que des associations telles que la Société de Saint Vincent-de-Paul assument la charge des achats en cantine pour les détenus malades ou indigents. En novembre 1941 ont lieu les premiers contacts entre l’Administration pénitentiaire et la Croix-Rouge en vue de la mise en place d’un service médical. Il faut attendre la circulaire du 2 octobre 1943 pour que soit instaurée une visite systématique des prisons par un représentant de la Croix-Rouge. Dès l’automne 1943, une discrimination s’applique à l’ensemble des politiques au moment où l’on décide leur concentration ; les visiteurs de prison n’ont plus le droit de visiter les détenus « communistes, terroristes, anarchistes » et ce sans distinction de sexe : « Ils peuvent néanmoins entrer dans les prisons pour y déposer colis de vivres, vêtements et objets divers34. » La circulaire du 29 décembre 1943 stipule qu’après un accord passé entre le Secours national et la Croix-Rouge, les prisons de droit commun ressortissent du Secours national et les prisons politiques de la Croix-Rouge.

  • 35 an, f1a/4540, Rapport de l’IGSA du 10 juin 1944 sur les prisons de Bordeaux.
  • 36 Jean Pinatel, Précis de sciences pénitentiaires, Melun, Imprimerie Administrative, 1945, Avant-pro (...)

18L’ensemble des mesures prises et la surveillance régulière des prisons permettent une amélioration notée dans les rapports de l’igsa dès 1943 : « Si les préoccupations sanitaires et d’ordre médical qui dominaient en 1942 se présentent aujourd’hui avec moins d’acuité », note par exemple Jean Pinatel, « elles ne doivent pas être perdues de vue. Mais au premier plan des problèmes actuels se trouvent ceux soulevés dans le domaine de la sécurité35 ». Vichy dénature, par ses choix politiques, l’essence même de la mission pénitentiaire. « Nos maisons pénitentiaires n’avaient plus de prison que le nom : elles n’étaient plus que des institutions de garde, des lieux de détention, d’où étaient bannis tous soucis d’amendement et de progrès social36. »

  • 37 an, f1a/4549, Loire, établissements pénitentiaires, Rapport de l’IGSA du 19 mai 1943 sur la maison (...)
  • 38 Idem.

19Si, en théorie, le régime des détenus communistes devient plus dur du fait des restrictions portant sur les colis, cette mesure provoque-t-elle une misère physiologique plus importante dans cette catégorie ? Une enquête de l’Inspection générale portant sur la maison d’arrêt de Saint-Étienne, qui héberge en majeure partie des détenus de longues peines dont environ 1/6e de communistes (les autres étant des droit commun) jusqu’à leur départ pour les prisons de concentration en octobre 1943, fait état de cette répercussion37. L’enquête elle-même est motivée par de nombreuses réclamations émanant de détenus qui se plaignent d’une dégradation de leur santé. Diligentée sur ordre du garde des sceaux le 22 février 1943, pour savoir si « l’équité commande de revenir pour les communistes, au régime antérieur, ou si la règle en vigueur doit faire seulement l’objet d’exceptions par prescription du médecin à allouer un ou deux colis supplémentaires38 », elle est menée par l’inspecteur général G. Dequidt. Les archives de l’infirmerie permettent une analyse comparative entre droit commun et communistes sachant qu’il est fort probable que cette appellation, et par voie de conséquence le régime restrictif des colis, ont été appliqués à l’ensemble des politiques car aucune autre catégorie n’apparaît. L’enquête prend en compte plusieurs paramètres : la fréquence des visites médicales, qui est sensiblement équivalente dans les deux catégories en janvier et juillet 1942 puis légèrement supérieure pour les communistes en décembre 1942 et mars 1943, ne permet pas de dégager de conclusion significative. L’état des pesées qui montre un amaigrissement progressif de l’ensemble des détenus mais pas de chute brusque depuis décembre 1942. Par conséquent,

« rien ne permet de conclure que la situation sanitaire des détenus se soit sensiblement aggravée. Cela est dû à l’apport réel des colis envoyés de l’extérieur, plus important pour les politiques que pour les droit commun malgré une législation défavorable. Les détenus communistes ont reçu la totalité des colis auxquels ils avaient droit, soit quatre par mois d’octobre 1941 à octobre 1942, un par mois en novembre 1941 et deux par mois en décembre 1942. Par contre j’ai relevé pour une catégorie équivalente de détenus non communistes, qu’un peu moins du tiers ne recevait pas de colis et que d’autres n’en recevaient que deux ou trois par mois. Un sondage effectué du 15 mars au 15 avril 1942 donne une moyenne de colis reçus par l’ensemble des détenus de 2,2. Ce chiffre est à peine supérieur à celui autorisé pour les communistes. Il conviendrait de tenir compte du contenu des colis et j’ai à ce sujet retenu l’observation des surveillants selon laquelle d’une façon quasi générale, les communistes étaient nettement avantagés […] Seuls les colis de détenus incarcérés pour marché noir pouvaient supporter la comparaison avec ceux que reçoivent les communistes. »

  • 39 Idem.

20L’inspecteur s’interroge ensuite sur les raisons pour lesquelles les communistes « qui n’appartiennent pas tous à des classes aisées, reçoivent à la différence des détenus tous les colis auxquels ils ont droit avec un contenu substantiel. » Il ne conclut à « aucune relation de cause à effet entre les restrictions et la situation sanitaire des détenus » mais souligne que si les nécessités liées à l’insuffisance du ravitaillement normal qui ont amené l’Administration pénitentiaire à lever l’interdiction générale des colis subsistent, on n’en a pas moins créé un régime privilégié pour les détenus appartenant à un milieu aisé ou qui bénéficient de sympathies particulières, un tel régime étant contraire au principe de l’égalité devant l’exécution des peines. Il demande donc à l’Administration pénitentiaire si des raisons politiques, plus que sanitaires, ne doivent pas l’amener à mettre fin au régime spécial et à présenter le retour au statu quo comme une mesure de bienveillance dans les prisons où les détenus ont une bonne conduite39.

  • 40 Transmis par son fils Bernard Weil.
  • 41 À Villeneuve-sur-Lot, près d’Agen.

21Outre une réflexion philosophique et politique sur le sens de son engagement dans la Résistance, le journal de détention de Paul Weil40, qui travaille comme médecin à l’infirmerie d’Eysses 41 d’octobre 1943 au 19 février 1944, contient un rapport sanitaire et médical d’un grand intérêt. Le jeune médecin en formation, engagé dans le mouvement Franc-Tireur, transcrit en effet quasi quotidiennement ses sentiments et ses réflexions dans un journal intime destiné à sa fiancée et sorti clandestinement grâce à des membres du personnel. Commencé le 16 décembre 1942 à Clermont-Ferrand, ce journal se termine à Eysses le 28 mai 1944, avant-veille de son départ pour la déportation. Paul Weil constate une nette amélioration de son sort à son arrivée dans la prison. Aussi s’exclame-t-il le 28 novembre 1943 : « Mon sort matériel est une insulte aux restrictions » ; et le 17 décembre : « C’est bien un peu monotone comme menu mais si j’étais certain que tous ceux du dehors en mangent autant à leur repas je serais tranquille. » Après l’arrivée massive de politiques à Eysses (près de 1 400 résistants), il écrit encore : « Il y a eu l’arrivée d’un groupe de condamnés de Lyon rasés de près sur la tête et qui n’en croyaient pas leurs yeux et leurs oreilles de ce qui se passait ici. Ils avaient la tête ahurie pâle et amaigrie de ton fiancé à l’arrivée à la centrale. On va les métamorphoser dans la mesure du possible. » Ce témoignage révèle que le régime théorique des prisonniers a pu être modifié par toute une série de facteurs. La relation gardiens/gardé(e)s a pu influer sur le régime réel. En outre, les détenus politiques s’organisent. Ils profitent de la venue des inspecteurs de l’administration centrale pour présenter leurs revendications, n’hésitent pas à écrire au Ministère, d’abord pour réclamer le régime politique (dès 1940) puis pour exiger une amélioration de l’alimentation. Face à l’incurie de l’administration et aux pénuries, il leur apparaît vite que seul l’extérieur est capable d’apporter les compléments nécessaires. Encore faut-il que la réglementation le permette. Aussi les revendications portent-elle sur le nombre des colis ou encore sur la possibilité d’en recevoir au parloir. La solidarité est rapidement efficace lorsque les politiques sont suffisamment nombreux et regroupés, d’autant que la résistance extérieure leur vient en aide grâce à l’activité des services sociaux. À Eysses, l’engagement de l’économe est également efficace et nombre de prisonniers peuvent reprendre des forces physiques et morales avant l’épreuve de la déportation. Les conditions se détériorent cependant après la tentative d’évasion collective du 19 février 1944 par suite de la suppression des colis et de consignes plus restrictives. Passionné par son travail, Paul Weil souligne la grande latitude qui lui est laissée par le médecin officiel de l’Administration pénitentiaire qui se contente de visiter l’infirmerie une fois par semaine. Il doit lutter principalement contre la grande misère physiologique des droit commun et contre la tuberculose, les tuberculeux constituant entre le tiers et la moitié des malades. Malgré son dévouement, il avoue souvent son impuissance. Ses interventions médicales les plus fréquentes consistent en effet à ouvrir des abcès, à ordonner de la morphine aux plus malades, à procéder à des injections de sérum anti-diphtérique, à ouvrir des panaris, à faire des intraveineuses. Il est très respectueux des droit commun comme en témoigne sa réaction lorsqu’un surveillant lui reproche de mieux soigner les politiques : « […] peu d’insultes pouvaient autant me toucher personnellement que celle-ci […] », écrit-il alors. Il définit comme un défi au temps, une « tâche sacrée », d’essayer de « sauver des forçats alors que la fleur de la jeunesse tombe. » Cet homme, qui découvre l’inhumanité du régime de centrale, s’interroge : « Pourquoi faire souffrir des hommes de la faim à ce point ? Pourquoi ne pas plutôt les supprimer de suite ? » Ce regard avisé permet d’appréhender la situation réelle des prisonniers de droit commun désavantagés par l’absence de solidarité, d’organisation, par le fait que les colis familiaux soient rares dans ces milieux défavorisés, par l’absence d’espoir dans une libération prochaine pour certains. S’ajoutent, pour les détenus de centrale, de longues années de prison antérieures à la guerre. Les droit commun abordent souvent affaiblis la période de la guerre. Au total, la prison est plus dégradante pour eux que pour les politiques, si l’on excepte les condamnés de marché noir, les prévôts et les travailleurs qui touchent des portions supplémentaires, ou encore les caïds. Le témoignage de Paul Weil montre en tout cas que la prison devient une terre de mission politique et culturelle pour les résistants qui, découvrant une réalité dont ils ignoraient tout, réfléchissent sur ce que devra être une prison plus humaine, alors même que Vichy, dans sa logique d’exclusion, lui ôte toute logique de réinsertion.

  • 42 Jean Pinatel, Précis de sciences pénitentiaires, op. cit., avant-propos.

22La période de Vichy marque donc une rupture. Le régime réfute en effet le présupposé défendu par les courants réformateurs fidèles à l’esprit des Lumières à savoir que le condamné doit être amendé par une prison plus humaine. La centrale est dépossédée de sa pénalité traditionnelle, le chômage et l’inaction se généralisent alors que l’État glorifie quotidiennement le travail et la production. « Cette période restera une des plus sombres dans l’histoire de nos institutions », déclare ainsi Jean Pinatel en 194542. Quant aux circonstances, elles sont le fruit d’une politique volontariste d’exclusion et de collaboration. Le constat officiel de la crise pénitentiaire s’accompagne cependant d’une ouverture de la prison ainsi que de propositions qui nourriront les réformes d’après guerre. La découverte de la prison par des milieux qui lui étaient jusque-là étrangers a sans doute contribué à la faire sortir du silence. Sous Vichy la prison devient visible alors qu’elle n’a jamais autant failli à sa mission fondamentale. Avec la nomination de Paul Amor, ancien prisonnier politique, à la tête de l’Administration pénitentiaire à la Libération, la réflexion engagée pendant la Seconde guerre mondiale se traduit par des réformes durables.

  • 43 Pour Philippe Combessie, « la prison cumule le double handicap d’être à la fois un des lieux où l’ (...)

23La prison sous Vichy : exception ? Plutôt révélateur de ce que peut devenir une prison lorsque la préoccupation du maintien de l’ordre et de la sécurité, y compris en régime démocratique43, ne connaît pas de limite. D’où l’importance du rôle des organisations internationales qui luttent aujourd’hui encore contre les traitements inhumains et dégradants.

Notes

1 D’après Marie Vogel, seuls deux igsa, l’un comme juif, l’autre comme franc-maçon, ont été relevés de leurs fonctions pendant la période. Marie Vogel, L’Inspection générale des services administratifs et les transformations de l’Administration pénitentiaire 1907-1948, Rapport final de la convention de recherche entre le Ministère de la Justice et l’iep de Grenoble, mars 1997, p. 83.

2 Bien que la série soit incomplète, les rapports sont suffisamment nombreux pour nous renseigner sur le fonctionnement des prisons.

3 Marie Vogel, L’Inspection générale des services administratifs et les transformations de l’Administration pénitentiaire 1907-1948, op. cit.

4 Michelle Perrot, Les ombres de l’histoire. Crimes et châtiments au xixe siècle, Paris, Flammarion, 2003, p. 51.

5 Archives Nationales (an), F1a/4549, Loire, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 25 juin 1942 sur la maison d’arrêt de Saint-Étienne.

6 En attestent les lettres retenues par l’administration figurant dans les dossiers individuels d’écrou.

7 an, F60/1443, Administration pénitentiaire.

8 Page 5 du rapport.

9 an, F/1a/4513, Affaires pénitentiaires.

10 Idem, rapport de l’igsa du 23 juin 1942, p. 5.

11 Celles-ci ne sont pas toujours mentionnées.

12 D’après les rapports des médecins pénitentiaires figurant dans les dossiers individuels d’écrou.

13 D’après les rapports de l’igsa c’est notamment le cas à Eysses, à Lyon et à Saint-Étienne.

14 an, F1a/4549, Loire, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 19 mai 1943 sur la maison d’arrêt de Saint-Étienne.

15 an, F1a/4572, Rhône, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 25 juin 1942 sur les prisons de Lyon.

16 Idem.

17 an, F1a/4539, Haute-Garonne, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 28 août 1940 sur la maison d’arrêt de Toulouse.

18 an, F1a/4550, Affaires pénitentiaires, Haute-Loire, rapport de l’igsa du 15 février 1943 sur la maison d’arrêt du Puy.

19 an, F1a/4572, Rhône, Établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 25 juin 1942 sur les prisons de Lyon.

20 an, F1a/4513, Affaires pénitentiaires, rapport de l’igsa du 23 juin 1942, p. 5.

21 an, F1a/4540, Prisons de Bordeaux, rapport de l’igsa du 28 mai 1942 sur le fort du Hâ.

22 Anatole de Monzie, La saison des juges, Paris, Flammarion, 1943, p. 8.

23 an, F1a/4513, Affaires pénitentiaires, rapport de l’igsa du 23 juin 1942, p. 3.

24 an, F1a/4572, Rhône, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 25 juin 1942 sur les prisons de Lyon. À Saint-Paul la population double alors qu’elle triple à Saint-Joseph.

25 an, F1a/4527, Calvados 1940-1943, établissements pénitentiaires, rapport de l’igsa du 3 juin 1942 sur la CP de Caen. Cette recrudescence de la criminalité féminine est liée selon lui au « relâchement des mœurs ».

26 an, F1a/4540, Prisons de Bordeaux, rapport de l’igsa du 28 mai 1942 sur le fort du Hâ.

27 Ministère de la justice, Code des prisons, 1942.

28 an, f1a/3656, Prisons, rapport du préfet de l’Yonne du 18 janvier 1943.

29 Les enfants de moins de quatre ans peuvent rester en prison avec leurs mères appelées nourrices.

30 Ministère de la Justice, Code des prisons, 1943.

31 Ministère de la justice, Code des prisons, 1944.

32 Note d’A. Baillet aux directeurs des services extérieurs de l’Administration pénitentiaire.

33 Déposition de M. Jean Tiche, ancien directeur de l’Administration pénitentiaire de Bordeaux, le 29 novembre 1944 lors du procès Baillet.

34 Bulletin Officiel du ministère de la Justice, circulaire du 13 octobre 1943.

35 an, f1a/4540, Rapport de l’IGSA du 10 juin 1944 sur les prisons de Bordeaux.

36 Jean Pinatel, Précis de sciences pénitentiaires, Melun, Imprimerie Administrative, 1945, Avant-propos.

37 an, f1a/4549, Loire, établissements pénitentiaires, Rapport de l’IGSA du 19 mai 1943 sur la maison d’arrêt de Saint-Etienne.

38 Idem.

39 Idem.

40 Transmis par son fils Bernard Weil.

41 À Villeneuve-sur-Lot, près d’Agen.

42 Jean Pinatel, Précis de sciences pénitentiaires, op. cit., avant-propos.

43 Pour Philippe Combessie, « la prison cumule le double handicap d’être à la fois un des lieux où l’exercice du pouvoir pèse le plus directement sur un certain nombre de citoyens et l’un de ceux que la société occulte le plus volontiers ». Philippe Combessie, Sociologie de la prison, Paris, La Découverte, 2001, p. 106.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540