Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Troisième partie. La sous-alimentation dans les prisons et les camps d’internement

Introduction

Texte intégral

1D’aucuns pourront trouver choquant de voir traiter dans un même chapitre des prisons, des camps d’internement français et des camps de prisonniers de guerre français en Allemagne. Ce choix ne répond pas à une volonté de mettre sur le même plan, encore moins de confondre, des systèmes d’enfermement qui, on le sait, répondent à des logiques – politiques, idéologiques et sociales – très différentes. Notre ambition est bien plutôt d’analyser le devenir, dans le contexte des restrictions alimentaires, de trois populations, certes très hétérogènes mais qui ont en commun la privation totale de liberté. Le caractère très fermé de l’institution psychiatrique, dont la fonction de réclusion l’aurait emporté sur la fonction thérapeutique, ayant souvent été mis en avant pour expliquer l’hécatombe des années de guerre, il a en effet paru légitime de mettre en regard le sort des aliénés internés et celui des détenus des prisons et des camps.

  • 1 Le nouveau règlement modèle de 1938 prévoit, sur le modèle des prisons, la création de cantines da (...)
  • 2 Ce qui fait contraste avec la situation qu’ils avaient connu pendant la Première guerre mondiale.

2Comme toutes les collectivités à la recherche de grandes quantités de nourriture, les prisons et les camps français d’internement rencontrent, du fait des pénuries, de très graves difficultés de ravitaillement. Le scénario est toujours identique : les détenus sont soumis au même régime de rationnement que l’ensemble de la population mais, alors que les quantités de denrées contingentées auxquelles donne droit leur carte d’alimentation diminuent progressivement jusqu’à ne plus garantir le maintien de la vie, ils n’ont que difficilement accès aux calories supplémentaires que procure l’achat de denrées non contingentées vendues au marché libre ou de denrées contingentées et non contingentées vendues au marché noir. On peut en effet postuler que les budgets dont disposent les administrateurs ne permettent pas d’envisager l’achat massif de produits non taxés. Dans les prisons, la désorganisation du système du travail, qui, avant-guerre, permettait aux détenus d’amasser un petit pécule et de se procurer des vivres à la cantine, aggrave la situation d’autant que, comme dans les hôpitaux psychiatriques1, l’approvisionnement en vivres de ces cantines constitue un véritable casse-tête pour les économes. Les camps de prisonniers de guerre français en Allemagne constituent un cas à part : le ravitaillement est plus facile et si les PG ont droit à des rations inférieures à celles servies à la population allemande, il faut rappeler qu’au moins jusqu’à l’automne 1944, les Allemands, soumis à un rationnement beaucoup plus favorable que les Français, ne souffrent pas de la faim2. Après cette date la situation se dégrade il est vrai rapidement et dramatiquement, affectant également gravement les PG. C’est ce dont témoigne la lettre écrite par l’ordonnance d’un officier français le 9 octobre 1944, lettre produite lors de la séance de l’Académie de médecine du 23 janvier 1945 :

  • 3 L. Ribadeau-Dumas, « Les conséquences de l’alimentation actuelle imposée à nos prisonniers de guer (...)

« Un seul repas par jour, et Dieu seul sait ce que nous touchons. Nous voyons ici tous les jours de nombreux officiers français ramasser dans les boîtes à ordures des restes de légumes, des épluchures de pommes de terre. La fin de notre captivité sera de beaucoup plus dure que le début. Jamais je n’aurais cru qu’à l’époque où nous vivons, on pouvait soigner aussi mal de pauvres bougres enfermés depuis quatre ans. Je vais essayer de partir travailler, car je ne voudrais pas claquer ici3 […]. »

  • 4 Jean Dac, Le calvaire des patriotes dans les prisons françaises 1940-1944, Clermont-Ferrand, éditi (...)

3Au total, les détenus souffrent partout cruellement de la faim et d’affections intercurrentes provoquées par la sous-alimentation et le manque d’hygiène ; le personnel employé dans les infirmeries apprend vite à identifier les symptômes de la « maladie cachectique » (amaigrissement énorme confinant parfois à l’émaciation, œdèmes de carence, pâleur cadavérique, troubles intestinaux) et nombre de médecins livrent des descriptions effrayantes. Certes l’intensité de la famine est très variable d’une prison ou d’un camp à l’autre et l’on est soulagé d’apprendre, par exemple, que le cas de la centrale de Riom, révélé par le témoignage de Jean Dac, n’est pas représentatif de la situation de l’ensemble des établissements pénitentiaires français4. La chronologie du phénomène n’est pas non plus la même partout : comme les hôpitaux psychiatriques, les prisons sont surtout touchées au cours des années 1941 et 1942 alors que les PG français sont concernés à partir de l’année 1943 et surtout 1944 et 1945. Si bien que le 23 janvier1945, les membres de l’Académie de médecine adoptent à l’unanimité le vœu suivant :

  • 5 Reproduit dans le Bulletin de l’Académie de médecine, compte rendu de la séance du 21 janvier 1945

« L’Académie de Médecine, émue à la lecture d’un grand nombre de lettres émanées de nos prisonniers, dont quatre ans et demi de détention et de sous-alimentation ont gravement compromis la santé, fait confiance au gouvernement, à la Croix-Rouge française et à la Croix-Rouge internationale qui, par leurs efforts, peuvent apporter une amélioration à leur sort devenue urgente et apaiser ainsi l’anxiété de leur famille5. »

4Reste que sans sous-estimer l’ampleur et la gravité des effets de la sous-alimentation, qui a incontestablement coûté de nombreuses vies sans qu’il soit possible, en l’absence de sources synthétiques, d’établir un bilan chiffré, les auteurs des trois contributions rassemblées dans ce chapitre sont d’accord pour affirmer que la surmortalité liée à la dénutrition a été moindre que ce que l’on aurait pu craindre. Si la perspective d’une hécatombe a été entrevue à plusieurs reprises, celle-ci a pu être évitée et ni les prisons ni les camps ne se sont transformés en mouroirs. Bien qu’affamés, les détenus ne sont pas morts de faim en masse. Plusieurs facteurs explicatifs peuvent être identifiés à la lecture des analyses proposées. Tout d’abord la forte capacité d’organisation, individuelle et collective, des détenus, qui tranche avec l’inertie de nombre d’aliénés internés, chez qui l’instinct de survie s’est émoussé ou a disparu. À notre connaissance il n’a été enregistré aucune révolte de la faim dans les hôpitaux psychiatriques… La solidarité entre détenus est une autre donnée à prendre en compte : nul doute que dans les prisons comme dans les camps, le partage des colis, qui n’a rien de symbolique en cette période de disette, a permis de sauver des vies.

5Mais si les détenus n’ont pas sombré dans la misère physiologique, c’est également parce qu’ils ont pu bénéficier d’une aide extérieure qui leur a permis de trouver les calories supplémentaires indispensables à leur survie. Tout d’abord sous forme de colis individuels. Ceux-ci matérialisent une solidarité familiale (ou amicale) qui, dans certains cas, s’est maintenue plusieurs années durant au prix d’importants sacrifices. Ensuite sous forme de colis collectifs envoyés par des associations caritatives françaises et étrangères (Croix-Rouge française et CICR, Secours national mais aussi Société de Saint-Vincent-de-Paul, Cimade, Quakers) qui ont consacré une part importante de leurs moyens financiers et humains à l’amélioration de l’alimentation et de l’hygiène des détenus. La mobilisation de la Croix-Rouge dans le sauvetage des PG français en Allemagne en 1944 et 1945 constitue sans doute l’exemple le plus spectaculaire. Mais l’action des associations caritatives a également été décisive dans les camps français d’internement, surtout dans la zone sud. Elle est permise par les autorités pour des raisons qui peuvent paraître ambiguës mais qui témoignent de l’absence de stratégie d’affamement : la crainte des épidémies (de typhus surtout mais aussi de tuberculose ou de diphtérie), la crainte des révoltes et, dans le cas des camps de PG en Allemagne, la volonté d’obtenir un rendement économique maximum des détenus, le refus de travail étant pénalisé par des privations de nourriture.

6Reste que pas plus que les aliénés internés, les détenus ne sont égaux devant la faim. Ici encore il y a des « privilégiés » et des marginaux, plus vulnérables, qui ont fourni la majorité des victimes. Dans les camps de PG, les Français sont plus favorisés que les Grecs, les Polonais et surtout les Soviétiques mais moins que les Anglais et les Américains ; les officiers que les hommes de troupe. Dans les camps d’internement, les femmes, les enfants et les vieillards meurent davantage que les hommes jeunes. Et en prison le contraste entre droits communs et politiques est flagrant : parfois détenus de longue date, majoritairement issus de familles défavorisées avec lesquelles le lien n’a pas toujours été maintenu, les premiers semblent également moins organisés et, à l’instar des aliénés internés, davantage à l’écart des circuits de solidarité collective (interne et externe) que les seconds.

Notes

1 Le nouveau règlement modèle de 1938 prévoit, sur le modèle des prisons, la création de cantines dans les hôpitaux psychiatriques. Mais en 1940, peu d’établissements en possèdent une.

2 Ce qui fait contraste avec la situation qu’ils avaient connu pendant la Première guerre mondiale.

3 L. Ribadeau-Dumas, « Les conséquences de l’alimentation actuelle imposée à nos prisonniers de guerre », Bulletin de l’Académie de médecine, compte rendu de la séance du 21 janvier 1945, p. 4244.

4 Jean Dac, Le calvaire des patriotes dans les prisons françaises 1940-1944, Clermont-Ferrand, éditions G. de Bussac, 1972.

5 Reproduit dans le Bulletin de l’Académie de médecine, compte rendu de la séance du 21 janvier 1945.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540