Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Deuxième partie. Des collectivités hospitalières inégalement touchées

Le sort des vieillards des hospices : aperçu d’une hécatombe

Isabelle von Bueltzingsloewen

Volltext

  • 1 Celle-ci ne s’était plus réunie depuis le 9 août 1944.

1Le 7 février 1945, le directeur de la maison de retraite départementale du Rhône, suspendu par Vichy en 1941 et rétabli dans ses fonctions par les autorités de la libération avec pour mission de procéder à une enquête sur le fonctionnement de l’établissement pendant les années d’occupation, soumet à la commission de surveillance1 un rapport détaillé dans lequel on peut lire :

  • 2 ad du Rhône, X 5099, Délibérations de la commission de surveillance : séance du 7 février 1945.

« Pour assurer l’inhumation de ses pensionnaires décédés, la Maison départementale dispose de deux cimetières : l’un, situé au-dessus de l’Établissement, au lieu-dit Molletant, comprend 1 050 places, l’autre, faisant suite au cimetière de la commune, comprend 450 places. L’Établissement dispose donc d’un emplacement suffisant pour inhumer au moins 1 500 pensionnaires. En tenant compte de la cadence normale des décès, au nombre moyen de 170 par an (moyenne des années 1931 à 1940), les emplacements ci-dessus permettaient de conserver les corps en place pendant plus de huit années, ce qui était suffisant. Mais la mortalité vraiment excessive, qui a décimé les vieillards de l’hospice au cours des dernières années – 291 décès en 1940, 387 en 1941, 526 en 1942, 308 en 1943 et 307 en 1944 – a amené une perturbation profonde dans le système de rotation des inhumations qui s’est trouvé accéléré de façon absolument anormale. C’est ainsi qu’actuellement, l’Établissement doit inhumer à nouveau aux emplacements déjà utilisés à cet effet au début de 1941 c’est-à-dire après quatre années seulement. Cette pratique est irrégulière, mais il n’a pas été possible de l’éviter, l’Établissement n’ayant pu faire appel à la Commune dont le cimetière est lui-même totalement occupé2. »

  • 3 Cette communication est publiée dans la revue Lyon Médical, 174, 1945-2, p. 444-445.

2Trois mois plus tard, le 16 mai 1945, lors d’une séance de la Société nationale de médecine et des sciences médicales, le Dr Defrenne présente une communication intitulée « Accroissement du taux de mortalité dans un hospice de vieillards », dans laquelle il rend lui aussi compte du « nombre anormal de décès » intervenu à la maison de retraite départementale du Rhône où il a occupé, pendant dix mois, les fonctions d’interne. Son intervention s’appuie sur des chiffres qu’il commente en ces termes : « La cause évidente de cette mortalité se trouve dans le fait que la population de l’hospice a subi des restrictions telles que certains pensionnaires sont morts littéralement de faim3. »

  • 4 Soit à une trentaine de kilomètres au nord de Lyon.
  • 5 Les autres archives produites par l’établissement au cours du xxe siècle n’ont pas fait l’objet de (...)

3Comme celle de l’hôpital psychiatrique du Vinatier, la population de la maison de retraite départementale du Rhône, située à Albigny-sur-Saône4, a donc été touchée par une famine aux effets dévastateurs. Un constat que confirme le dépouillement des procès-verbaux des délibérations de la commission de surveillance de l’établissement de la période 1940-1947, retrouvés par hasard dans une liasse non classée des archives départementales du Rhône5. Les informations fournies par ces procès-verbaux ont été croisées avec des données émanant de deux autres hospices de vieillards lyonnais, l’hôtel des invalides du travail et l’hospice des Charpennes, dans le but de répondre aux questions suivantes : quelle a été l’ampleur de la surmortalité causée par la sous-alimentation dans les collectivités dévolues aux vieillards ? Quelles sont les causes de cette famine ? Par quels moyens a-t-elle été combattue ? Enfin, le sort des vieillards en institution est-il comparable à celui des aliénés internés dans les hôpitaux psychiatriques ?

Constat du drame

  • 6 Les informations concernant l’hospice des Charpennes ont été tirées du mémoire de maîtrise d’Amand (...)
  • 7 Pour obtenir ce chiffre nous avons comparé les taux de mortalité annuelle des années 1940-1945 au (...)
  • 8 Au contraire de l’hôtel des invalides du travail qui, contrairement à ce que son nom indique, n’ac (...)
  • 9 34 % des décès supplémentaires des « années noires » ont lieu en 1942.

4La maison de retraite départementale du Rhône – que l’on appelle encore souvent l’hospice d’Albigny –, comme l’hôtel des invalides du travail et l’hospice des Charpennes accueillent pour l’essentiel des vieillards de plus de 70 ans ainsi que des infirmes et des incurables relevant de l’assistance obligatoire définie par la loi du 14 juillet 1905. Pour autant, les trois établissements n’ont pas le même statut : alors que l’hospice d’Albigny appartient au département, l’hôtel des invalides du travail, installé sur la commune de Francheville, dépend de la municipalité de Lyon, et celui des Charpennes, situé à Villeurbanne, fait partie des Hospices civils de Lyon6. Les décès intervenus à l’hôtel des invalides du travail n’ont pu être comptabilisés faute de statistiques. En revanche, à l’hospice d’Albigny, un calcul de surmortalité a permis d’établir que 1 151 vieillards sont morts « en plus » entre 1940 et 19457, ces 1 151 décès représentant 58 % des 2 000 décès enregistrés pendant la période. À l’hospice des Charpennes, la surmortalité est du même ordre qu’à l’hospice d’Albigny : 57,4 % des 1 084 décès recensés relèvent semble-t-il de la famine ou des pathologies qui lui sont associées (essentiellement la tuberculose) qui auraient fait 622 victimes en six ans. Comme avant la guerre, le taux de mortalité annuelle reste cependant beaucoup plus élevé à l’hospice des Charpennes qu’à Albigny, l’établissement hébergeant une majorité de vieillards impotents voire grabataires, souvent âgés de plus de 80 ans8. Il est également beaucoup plus élevé dans les hospices de vieillards que dans les hôpitaux psychiatriques où, bien que de plus en plus nombreux, les plus de 70 ans sont loin de former la majorité de la population. Dans les hospices comme dans les hôpitaux psychiatriques, l’année 1942 est la plus meurtrière des « années noires » : à l’hospice des Charpennes, 38,6 % des décès supplémentaires se produisent cette année-là, le taux de mortalité annuelle s’élevant à 64,3 % contre 31,6 % l’année précédente et 40 % en 1940. À l’hospice d’Albigny, le taux de mortalité annuelle, qui s’élevait à 21 % en 1940 et à 30,5 % en 1941, atteint 48,5 % en 19429.

  • 10 10 Chiffre au 1er juin 1940.

5À cette date en effet, les conséquences des pénuries et du rationnement se font très durement sentir. Comme l’ensemble des collectivités, les hospices de vieillards ont, depuis le début de la guerre, d’immenses difficultés à se ravitailler. Implantée en milieu rural, la maison de retraite d’Albigny a sans doute bénéficié d’une situation un peu plus favorable pour ses approvisionnements en comestibles. Mais, en contrepartie, les pensionnaires de l’établissement touchent des rations moins élevées que leurs congénères des hospices urbains car ils n’ont droit ni aux suppléments régionaux accordés aux communes ouvrières du département ni aux suppléments nationaux alloués aux habitants des grandes villes, en particulier aux Lyonnais. Pour nourrir ses 1 370 pensionnaires10, qui très majoritairement relèvent de la catégorie V, la plus défavorisée par le rationnement, l’établissement est par conséquent contraint d’effectuer davantage d’achats sur le marché libre. En effet, malgré les efforts d’intensification déployés, en particulier pour la culture des fruits et des légumes, la ferme ne suffit pas à fournir les compléments caloriques indispensables à la survie des vieillards. En revanche l’hospice des Charpennes, qui a moins de 700 pensionnaires à nourrir, a pu profiter des approvisionnements du magasin central des Hospices civils de Lyon.

  • 11 MM. J. Gate, M. Girardet, J. Duverne, « Petite épidémie de pellagre survenue récemment dans la mêm (...)
  • 12 La sous-alimentation s’accompagne de nombreuses autres affections dermatologiques qui s’expliquent (...)

6On sait qu’à l’hôtel des invalides du travail, qui n’héberge que 400 vieillards en 1940, le régime alimentaire des pensionnaires s’est également dégradé de façon dramatique en 1941/1942, comme en témoignent les Dr Gaté, Girard et Duverne dans une communication présentée le 16 juin 1942 à la Société médicale des hôpitaux de Lyon lors d’une séance consacrée aux conséquences sanitaires des restrictions alimentaires à Lyon11. Analysant les causes de l’épidémie de pellagre12 qui a touché quatre vieillards de l’établissement, les trois médecins de l’hôpital Saint-Pothin de Lyon mettent en avant la sous-alimentation dont souffrent de nombreux pensionnaires qui présentent « des œdèmes de dénutrition analogues aux œdèmes de famine et de guerre, qui cèdent au repos et à la meilleure alimentation mais peuvent aussi entraîner la mort si l’on n’y remédie pas ». L’article ne chiffre pas la valeur calorique de la ration servie mais les trois auteurs livrent des renseignements assez précis sur le régime alimentaire des pensionnaires qu’ils ont pu reconstituer en se rendant sur place pour étudier les menus : « Nous avons constaté que ces vieillards avaient eu strictement les rations qui leur sont allouées, c’est-à-dire une alimentation qui cet hiver a été surtout à base de légumes (surtout raves ou légumes identiques, choucroute, quelques légumes secs et des pâtes) et de confiture. La viande n’a figuré qu’une fois ou plus rarement deux fois par semaine à leur menu et en quantité très minime. Le lait a fait presque totalement défaut. Les œufs y ont été exceptionnels. Les légumes verts et plus encore les fruits frais ont été des plus rares. Si l’on ajoute à cela quelques distributions de poisson salé, les 200 grammes de pain quotidiens, le quart de vin et la ration normale de graisse, on peut se faire une idée assez exacte de l’alimentation de ces vieillards. » Aucun régime de suralimentation ne pouvant semble-t-il être prescrit aux pensionnaires de l’établissement, les malades ne peuvent être réalimentés que s’ils sont transférés à l’hôpital, mesure dont ils paraissent avoir pu bénéficier plus facilement que les aliénés internés dans les hôpitaux psychiatriques. Mais dans la plupart des cas, les vieillards affaiblis sont simplement alités à l’infirmerie dont les capacités se révèlent vite insuffisantes, l’absence de formation infirmière du personnel, au demeurant peu nombreux, et la présence très ponctuelle du médecin attaché à l’établissement constituant un obstacle majeur aux soins. La famine des années de guerre a ainsi révélé la sous-médicalisation des hospices de vieillards considérés comme des lieux d’hébergement et non comme des lieux de soins alors même que la plupart des pensionnaires souffrent de pathologies chroniques et y terminent leurs jours. Conçu pour accueillir des vieillards couchés nécessitant des soins constants, l’hospice des Charpennes a sans doute été mieux à même de faire face aux conséquences de la malnutrition.

7Comme dans les hôpitaux psychiatriques, la famine qui décime les vieillards des hospices entraîne une chute des effectifs qui déséquilibre le budget des établissements dont les recettes sont alimentées par le prix de journée versé pour chaque pensionnaire. C’est ce qui explique qu’alors même que la question du ravitaillement se pose de façon de plus en plus aiguë les directeurs d’établissement alertent à de multiples reprises leur administration de tutelle afin que leur soient envoyés de nouveaux pensionnaires. Ainsi, dans une lettre adressée à la mairie de Lyon le 3 juin 1942, le directeur de l’hôtel des invalides du travail demande que l’on s’emploie à pourvoir les places vacantes de son établissement en accélérant l’examen des demandes d’admission en instance, requête qu’il justifie en ces termes :

  • 13 am de Lyon, A 48 wp 006, hôtel des invalides du travail, pensionnaires : cartes d’alimentation et (...)

« L’effectif de l’Hôtel des Invalides du Travail est actuellement à 360pensionnaires sur 400 lits. Cette situation, qui est commune à la plu-part des hospices de vieillards, est due à la forte mortalité actuelle des personnes âgées. Toutefois, il en résultera immanquablement un renchérissement du prix de journée, les frais généraux : personnel, éclairage, chauffage, nettoyage, etc. restant les mêmes pour un effectif réduit que pour un effectif complet13. »

  • 14 ad du Rhône, X 5099, Délibérations de la commission de surveillance : séance du 18 août 1941.
  • 15 Il s’agit du fameux potage de Hongrie dont ont semble-t-il bénéficié l’ensemble des collectivités (...)
  • 16 am de Lyon, 748 wp 028, hôtel des invalides du travail, fonctionnement : ravitaillement par l’Insp (...)

8Le problème se pose également à la maison de retraite départementale mais se trouve en partie résolu par l’admission de nombreux vieillards incurables transférés des hôpitaux de Lyon dans le cadre d’un plan de réorganisation mis en œuvre par la Direction régionale de la santé et de l’assistance afin de décongestionner les hôpitaux de Lyon mais également pour des raisons financières évidentes, le prix de journée étant beaucoup moins élevé dans les hospices que dans les hôpitaux. C’est suite à l’arrivée massive de ces vieillards impotents que le directeur demande au préfet de lui donner les moyens d’améliorer les services médicaux de l’établissement « qui ont toujours été embryonnaires », en aménageant en particulier de nouvelles infirmeries14. L’évacuation de 156 vieillards de l’hôpital de Villeurbanne, réquisitionné par les Allemands après l’invasion de la zone non occupée, et l’arrivée, en 1943 et surtout en 1944, de nombreux vieillards réfugiés des hospices des Bouches-du-Rhône et du Gard contribuent également à compenser la chute des effectifs. L’établissement ne parvient cependant jamais à faire le plein de pensionnaires si bien que, malgré une importante augmentation du prix de journée également justifiée par l’inflation, les crédits dont dispose l’économe pour acheter les denrées disponibles sur le marché libre se réduisent comme peau de chagrin. Son collègue de l’hôtel des invalides du travail se heurte, semble-t-il, aux mêmes difficultés. Ainsi, en 1942, sollicité par l’Inspection générale de la santé qui lui signale qu’il peut bénéficier d’une attribution importante de farine alimentaire destinée à la confection de soupes15 au prix de 100 francs le kilo, il note au crayon sur la lettre : « Trop cher, impossible16. »

La réaction des autorités

9La portée d’une telle décision apparaît dramatique à un moment où les vieillards des hospices meurent massivement de faim et où, pour tenter d’enrayer l’hécatombe, les directeurs d’établissement, s’appuyant sur des rapports médicaux établis par les médecins attachés aux hospices, multiplient les démarches auprès des autorités afin d’obtenir des attributions supplémentaires de denrées en faveur de leurs pensionnaires. Ainsi, le 15 mai 1942, le directeur de l’hôtel des invalides du travail adresse à l’inspecteur départemental de la santé une lettre en forme de cri d’alarme :

  • 17 Ibid.

« Par suite de la raréfaction des denrées alimentaires et notamment des légumes, le ravitaillement des établissements hospitaliers se heurte, ainsi que vous le savez, à des difficultés aggravées dans la période de soudure que nous traversons. Les produits du domaine sont épuisés, les marchés sont vides. Nos vieillards, dont la ration de pain de 200 gr. par jour est insuffisamment nutritive, sont dans un état sanitaire qui laisse beaucoup à désirer, ainsi qu’il résulte des rapports de M. le Docteur Girard, médecin de l’établissement, qui vous ont été précédemment transmis. Les transferts dans les hôpitaux sont de plus en plus nombreux et la mortalité s’accroît […] Nos efforts pour assurer à nos hospitalisés une alimentation suffisante demeureront vains si une aide efficace n’est pas apportée rapidement à notre ravitaillement. Je rends hommage aux efforts déjà faits à cet égard par votre service et je saisis cette occasion de vous en remercier. Toutefois, je crois devoir vous demander de provoquer par les services compétents, l’attribution de bons de déblocage d’aliments substantiels tels que légumes secs, pâtes, farines de céréales ou légumineuses. Le Ravitaillement Général rencontre des difficultés qu’il serait puéril de méconnaître et ou de nier. Il a fait un effort extrêmement important en faveur des cantines scolaires. Il se prépare à accorder des facilités pour les colonies scolaires. Ne pour-rait-il pas se pencher sur le sort des vieillards qui méritent également toute sa mansuétude17 ? »

  • 18 Ibid.

10Dans un courrier de janvier 1942, le directeur de l’hôtel des invalides du travail avait d’ores et déjà souligné que les vieillards des hospices étaient beaucoup plus mal lotis que les malades des hôpitaux généraux car « dans les hôpitaux où les grands malades ne consomment pas la totalité de leur ration, une certaine répartition peut s’opérer [alors qu’] aucune compensation n’est possible dans notre établissement18 ». Autant d’arguments destinés à convaincre les autorités de la nécessité d’allouer aux vieillards des hospices, rendus particulièrement vulnérables à la sous-alimentation par leur âge et la longueur de leur séjour dans l’institution, des suppléments de ration. Autrement dit, de les privilégier dans la politique de rationnement au même titre que d’autres catégories de la population telles que les malades hospitalisés dans les sanatoriums.

11Les instances en charge de l’assistance et du ravitaillement, alertées de façon insistante et répétées par les directeurs d’établissement, se sont-elles montrées sensibles au sort tragique des vieillards hospitalisés et ont-elles cherché à enrayer la mortalité dans les hospices ? À lire le rapport présenté le 26 septembre 1942 par le directeur de l’hospice d’Albigny aux membres de la commission de surveillance de l’établissement, on a plutôt le sentiment d’un manque de volontarisme des autorités de tutelle visiblement débordées face au drame :

« À de nombreuses reprises je suis intervenu auprès des services de la Préfecture et du Ravitaillement Général afin d’obtenir des attributions de denrées permettant d’assurer une nourriture plus saine et plus copieuse à nos vieillards. Je dois dire que mes efforts n’ont pas été couronnés de succès. Sur un rapport alarmant de Mme Lyathaud, médecin adjoint faisant fonction provisoirement de Médecin Chef, j’ai tout juste obtenu 200 kg de riz, soit 200 grammes par pensionnaire. J’ai apporté tous mes soins à donner le plus possible de viande, d’œufs, de poisson mais depuis le 1er août, nous n’avons touché que 25 grs par jour et par vieillard, soit de légumes soit de fruits. Dès lors, nous avons dû tirer de nos cultures le maximum afin de faire vivre nos pensionnaires. Dix tonnes de pommes de terre ont été récoltées. Elles sont consommées. D’ici deux à trois semaines, le clos ne pourra à peu près plus rien nous fournir. Dès lors, je me demande avec anxiété ce que nous deviendrons. J’ai insisté auprès de M. le Préfet afin d’obtenir une autorisation régulière d’achat à la culture. Je n’ai pas obtenu officiellement satisfaction. M. l’Intendant Directeur du Ravitaillement Général du Rhône ne voit pas d’inconvénient à ce que j’achète à mes risques et périls, formule qui permet tout mais ne résout rien. »

  • 19 ad du Rhône, x 5099, Délibérations de la commission de surveillance : séance du 26 septembre 1942.

12Et le directeur de conclure en faisant état des « multiples et vaines démarches » qu’il a tentées pour obtenir des aliments pour bétail afin d’éviter l’abattage des porcs et des vaches qui fournissent chaque jour 100 litres de lait aux vieillards19.

  • 20 Contrairement à l’hospice d’Albigny, l’hospice des Charpennes n’accueille pas de vieillards réfugi (...)
  • 21 Qui a remplacé le Secours national à la Libération.

13Au fil des rapports, on constate cependant que les hospices de vieillards ont obtenu, surtout à partir de 1943, des attributions ponctuelles de farine, de légumes secs, de pommes de terre voire plus rarement d’œufs. Comme l’ensemble des collectivités hospitalières, ils ont également bénéficié de distributions de sucre destiné à la confection de confitures ainsi que de châtaignes, de gelée de raisin ou encore d’oranges (en juin 1944) qui leur ont permis, en particulier pendant les périodes de soudure, d’améliorer transitoirement le régime de leurs pensionnaires et de faire reculer le nombre des décès. Ainsi le taux de mortalité annuelle de l’hospice d’Albigny, qui avait atteint 48,5 % en 1942, retombe-t-il à 30,6 % en 1943, soit un chiffre équivalent à celui de 1941. En 1944, la mortalité reste en revanche au même niveau que l’année précédente (30,9 %) pour reculer à nouveau en 1945 (20,1 %). À l’hospice des Charpennes, le taux de mortalité annuelle, qui s’était élevé à 64,3 % en 1942, passe à 51,2 % en 1943 puis à 42,8 en 1944 et à 33,7 % en 194520. Après la Libération, alors que le rationnement se maintient pour de nombreux produits et que le ravitaillement reste extrêmement problématique, l’Entraide sociale21 et un certain nombre d’autres œuvres caritatives, qui ne s’étaient pas manifestées au cours des années de guerre, font également des dons alimentaires aux hospices de vieillards. Ainsi, en août 1945, la Croix-Rouge française cède gratuitement à la maison de retraite départementale d’Albigny 4 000 kilos de conserves familiales récupérés dans des colis que les événements n’avaient pas permis d’expédier aux prisonniers de guerre. En avril 1946, le Comité de secours mennonite fait quant à lui don de 13 200 kg de farine à l’établissement ce qui permet d’augmenter de 50 grammes par jour la ration de pain de chaque pensionnaire. Mais le mois suivant, la commission de surveillance est informée que les services du ravitaillement ont pris la décision de déduire ce don particulièrement généreux des attributions réglementaires de farine. La direction de l’hospice est alors contrainte de réduire à nouveau la ration journalière de pain distribuée aux vieillards.

  • 22 Il n’a pas été possible de déterminer si cette mesure concerne l’ensemble des hospices de vieillar (...)

14S’ils semblent avoir été largement exclus de la solidarité caritative, les vieillards n’ont donc pas été complètement abandonnés à leur sort par les autorités. Reste que les mesures prises en leur faveur, décidées au niveau local et au coup par coup, n’ont pas permis d’enrayer la famine mais seulement d’en atténuer les effets. On sait que dans le cadre de la circulaire du 4 décembre 1942, prise à l’échelon national, les aliénés internés dans les hôpitaux psychiatriques se sont vus accorder des suppléments de ration équivalents à ceux alloués aux ouvriers dans les cantines d’usine et les restaurants à prix réduits. On peut supposer que cette circulaire n’a pas été bien accueillie par les directeurs d’hospice qui pendant toute la guerre réclament en vain une mesure analogue en faveur des vieillards hospitalisés. Ceux-ci ont donc dû se suffire des rations réglementaires auxquelles leurs cartes d’alimentation leur donnaient droit, rations augmentées irrégulièrement d’un certain nombre de calories accordées à titre exceptionnel par les services du Ravitaillement général sous la pression de l’inspecteur de la santé, lui-même assailli de sollicitations pressantes émanant de l’ensemble des collectivités hospitalières. Les vieillards des hospices ne semblent pas davantage avoir bénéficié des suppléments de suralimentation accordés aux aliénés internés les plus dénutris dans la limite de 25 % des effectifs. Ce n’est qu’en janvier 1946, alors que commence à s’éloigner le spectre des pénuries, que le directeur départemental du ravitaillement décide de faire bénéficier les vieillards de la maison de retraite départementale du Rhône des suppléments alimentaires alloués aux cantines d’usine22.

15Est-ce à dire que le régime de Vichy s’est davantage préoccupé de la survie des aliénés que de celle des vieillards, dont le sort malheureux est pourtant évoqué de façon récurrente dans les discours du Maréchal ? Formulée ainsi la question peut paraître paradoxale voire provocatrice. À ce stade de l’analyse, on se contentera de faire l’hypothèse que l’absence d’une véritable stratégie de lutte contre la famine dans les hospices de vieillards s’explique probablement, comme en témoigne le cas lyonnais, par la dispersion des vieillards dans des institutions relevant de tutelles distinctes voire concurrentes, et par l’absence d’un corps constitué de médecins des hospices capable de prendre rapidement la mesure d’un phénomène commun à l’ensemble des établissements et de se mobiliser efficacement à l’échelle nationale.

Les vieillards des hospices : des victimes de l’isolement

  • 23 Celles-ci ne forment que 37 % de la population au 1er juin 1940. Rappelons que les femmes sont maj (...)
  • 24 ad du Rhône, x 5099, Délibérations de la commission de surveillance : séance du 18 mars 1941.
  • 25 Avant la guerre, les pensionnaires des deux sexes pouvaient sortir chaque jour. Cette disposition (...)
  • 26 À l’hospice des Charpennes sont également accueillis des « petits pensionnés » qui, contrairement (...)
  • 27 Sachant qu’il existait également un trafic important entre le personnel et les pensionnaires.

16De façon plus générale, on peut postuler que si les vieillards des hospices sont massivement morts de faim sous l’Occupation c’est parce que, bien qu’assistés et donc directement bénéficiaires de la solidarité nationale, leur mise à l’écart dans une institution ghetto les désignait comme victimes prioritaires en cas de crise au même titre que les aliénés internés. Sans doute l’hospice n’est-il pas une institution aussi fermée que l’hôpital psychiatrique et il est très vraisemblable qu’un certain nombre de vieillards ont survécu parce qu’ils avaient la possibilité de se ravitailler à l’extérieur. À la maison de retraite départementale d’Albigny, les épiciers cessent certes de venir vendre leurs produits dans l’établissement dès 1940 mais les pensionnaires hommes sont autorisés à sortir de l’hospice les mardis, les jeudis et du samedi matin au dimanche soir et les pensionnaires femmes23 les mercredis, les vendredis et du dimanche matin au lundi soir24. Reste qu’en réalité, seuls les vieillards valides peuvent user de ce droit de sortie qui a en outre été considérablement restreint25. Encore n’ont-ils pas tous les moyens de se procurer de la nourriture. Car si certains hospices comme l’hospice des Charpennes reçoivent des pensionnaires payants26, la plupart d’entre eux, du fait du nombre très élevé des demandes d’admission, admettent exclusivement les bénéficiaires de la loi de 1905, c’est-à-dire des vieillards ou des infirmes indigents. Sauf exception, les vieillards ne disposent donc, pour acheter des vivres, que de la somme dérisoire que constitue le « sou de poche » qui leur est versé chaque semaine. Les plus vaillants peuvent également mobiliser le petit pécule constitué grâce aux menus travaux effectués contre une modeste rémunération à l’hospice ou chez des particuliers, par exemple pour aider aux travaux agricoles, même s’il est en principe interdit de travailler au dehors. Somme à laquelle peut s’ajouter, lorsque le vieillard est non fumeur ou parvient à restreindre sa consommation, l’argent tiré de la vente de son tabac ou de celle des denrées achetées à l’extérieur et revendues au prix fort aux pensionnaires impotents27. Mais, dans la majorité des cas, la liberté de mouvement dont bénéficient les vieillards des hospices, généralement plus aptes à l’auto-organisation que les aliénés, se trouve annulée par leur incapacité économique. Celle-ci conduit des pensionnaires affamés à voler pour survivre comme en témoignent les procès-verbaux des réunions de la commission de surveillance de l’hospice d’Albigny qui, dans la section « discipline générale », attestent qu’un certain nombre de vieillards ont été enfermés en salle de discipline ou privés de sortie pour avoir chapardé des fruits ou des légumes dans les jardins potagers des villages environnants, les larcins commis à l’intérieur de l’établissement ayant également été nombreux. Les pensionnaires surpris à gaspiller du pain sont également punis.

  • 28 Les pensionnaires ne peuvent obtenir leur carte d’alimentation pour des absences inférieures à tro (...)

17Les archives consultées n’ont pas permis d’évaluer l’importance de l’apport familial (sous forme de colis ou de mandats sachant que les proches ou amis pouvaient également apporter des provisions au moment des visites) dans l’alimentation des vieillards hospitalisés. Mais dans la mesure où, outre l’indigence, le second critère d’admission dans les hospices était l’isolement familial, on peut supposer que cet apport a été limité et n’a, dans la majorité des cas, pas permis d’atténuer les effets de la sous-alimentation. En outre, il semble que les pensionnaires aient assez peu usé de la possibilité qui leur était offerte de rentrer dans leur famille avec leurs tickets d’alimentation pendant des périodes pouvant aller de trois à 15 jours, voire davantage selon le bon vouloir du directeur de l’établissement28.

  • 29 Dans le cadre de la loi du 29 mars 1941 qui réforme la loi du 14 juillet 1905. À ce sujet : Étienn (...)
  • 30 am de Lyon, 748 wp 006, hôtel des invalides du travail, pensionnaires : félicitations, réclamation (...)
  • 31 Il s’agissait donc de libérer des emplois au profit des jeunes chômeurs. Pour plus d’informations (...)
  • 32 C’est ce dont témoigne l’évolution du nombre des bénéficiaires de la loi de 1905 qui passe de plus (...)

18En revanche, les rapports produits par les directeurs d’hospice montrent que la diminution du nombre de pensionnaires constatée dans l’ensemble des établissements entre 1940 et 1945 ne s’explique pas seulement par la forte progression du nombre des décès liés à la famine. Pléthorique avant la guerre, le nombre des demandes d’admission connaît également un net recul malgré la décision prise en 1941 d’avancer de 70 à 65 ans l’âge minimal requis à l’entrée29. En outre, au cours des années de guerre, de nombreux pensionnaires font valoir leur droit à quitter définitivement l’hospice. Ainsi, à la maison de retraite départementale d’Albigny, 1 080 vieillards démissionnent entre 1940 et 1944. À l’hospice des Charpennes l’hémorragie est proportionnellement plus importante encore : on recense 1 122 départs entre 1940 et 1944 contre seulement 534 entre 1935 et 1939. On ignore tout du devenir de ces vieillards. À l’hôtel des invalides du travail, un certain nombre de pensionnaires choisissent de renoncer au bénéfice de la loi de 1905 afin d’entrer dans l’un des hospices tenus par les Petites sœurs des pauvres, qui accueillent la vieillesse la plus miséreuse, sur le motif que la nourriture y est plus abondante et les pensionnaires mieux traités par le personnel30. Selon les directeurs d’établissement trois facteurs essentiels permettent d’interpréter le recul des demandes d’admission comme la croissance du nombre de démissions. Au début de la guerre, un certain nombre de pensionnaires valides, admis au cours des années trente non pas tant en raison de leur infirmité, généralement mineure, que de leur impossibilité à trouver un emploi en période de crise, décident de quitter l’hospice et de s’embaucher dans les usines qui, du fait de la pénurie de main d’œuvre, proposent des salaires élevés. Leur départ est bien accueilli par les directeurs d’établissement qui avaient souvent déploré l’indiscipline de ces éléments perturbateurs. D’autre part, la réticence des familles à placer l’un des leurs dans une collectivité que l’on sait particulièrement touchée par les restrictions. Cette réticence, qui explique également pour une part l’effondrement des entrées dans les hôpitaux psychiatriques, témoigne du maintien d’une forme de solidarité familiale qui a sans aucun doute permis d’épargner bien des vies. Enfin l’instauration, dans le cadre de la loi du 14 mars 1941, de l’allocation aux vieux travailleurs salariés (AVTS) versée aux personnes âgées de plus de 65 ans privées de ressources suffisantes et non bénéficiaires des retraites ouvrières et des assurances sociales, à condition qu’elles cessent tout travail salarié31. Cette mesure, maintenue après la Libération, concerne en effet une partie des bénéficiaires de la loi du 14 juillet 1905 vivant en institution ou à domicile32. C’est ce qui ressort du rapport dressé en janvier 1946 par le directeur de la maison départementale de retraite d’Albigny :

  • 33 ad du Rhône, x 5099, Délibérations de la commission de surveillance, séance du 8 janvier 1946.

« Une deuxième cause de la diminution des effectifs tient au petit nombre des demandes d’hospitalisation. Ce fait est dû, vraisemblablement, à l’institution de la retraite des vieux travailleurs dont le taux, quoiqu’insuffisant pour assurer leur entretien normal, est cependant assez élevé pour retenir au foyer familial les parents âgés, mais relativement valides et susceptibles de se rendre utiles en gardant les enfants et en accomplissant les multiples courses que le rationnement actuel impose aux ménagères. Il résulte de cette situation que les nouveaux hospitalisés sont, en grande partie, de grands malades incurables, des infirmes ayant besoin de soins et d’une surveillance médicale qui rendent difficile leur maintien dans un foyer dont les membres adultes sont absents pour assurer leurs occupations journalières33. »

  • 34 ad du Rhône, x 5099, Délibérations de la commission de surveillance, séance du 2 juin 1943.

19Cette évolution du profil des vieillards hospitalisés a très probablement aggravé l’hécatombe de la guerre. Du fait du départ des pensionnaires les plus valides et les moins isolés, les hospices se sont en effet progressivement recentrés sur l’hébergement des vieillards qui, pour des raisons à la fois médicales et sociales, avaient le moins de chance de résister à la malnutrition. L’eugénisme ambiant a très certainement contribué à seller le destin de cette population dont la perspective de réhabilitation sociale était à peu près nulle. Et ce d’autant plus que ces vieillards infirmes et incurables, pour la plupart impotents, sont beaucoup moins contestataires que les pensionnaires valides qui n’hésitent pas à pétitionner et à prendre contact avec les autorités pour faire entendre leurs revendications. Ainsi, le 8 mai 1943, les pensionnaires de la maison de retraite départementale du Rhône écrivent au préfet pour protester contre les détournements de nourriture opérés par le personnel. Le préfet saisit alors le directeur de l’établissement. Lors de la séance du 2 juin 1943, ce dernier informe les membres de la commission de surveillance qu’il a pris des meures énergiques pour lutter contre ces « prélèvements coupables », menaçant de révocation immédiate « celui qui distrairait à son profit ou falsifierait des denrées destinées aux pensionnaires34 ». Un épisode qui montre que, comme l’ensemble des collectivités, les hospices de vieillards ont été concernés par le phénomène du « coulage ».

  • 35 Dans son Histoire de la vieillesse en France 1900-1960, publiée aux éditions Seli Anslan en 2005, (...)

20Au terme de cette analyse, il apparaît que la comparaison du sort des vieillards hospitalisés avec celui des aliénés internés se justifie, bien au-delà du questionnement lié à la guerre et à la famine, par la proximité de destin entre ces deux populations « reléguées » qui partagent une extrême fragilité biologique et sociale. Reste que cette contribution ne prétend donner qu’un aperçu du sort tragique des vieillards des hospices sous l’Occupation. La question mériterait d’être examinée dans le cadre d’une enquête beaucoup plus ambitieuse qui supposerait d’approfondir notre connaissance très lacunaire de l’histoire des établissements dévolus aux vieillards au xxe siècle35. L’accès aux archives, souvent conservées sur site par des établissements qui fonctionnent encore aujourd’hui, pose évidemment problème dans la mesure où, jusqu’à présent, les chercheurs n’ont guère été sollicités pour répondre à une demande d’histoire. Alors que la question du sort des malades mentaux internés nourrit une polémique qui dure depuis vingt ans, il est en effet frappant de constater que personne n’a crié au « gérontocide » ni même, dans une perspective plus modérée, dénoncé le sacrifice ou l’abandon des vieillards par le régime de Vichy. Alors qu’elle a sans doute fait un nombre considérable de victimes à l’échelle du pays, la famine qui a frappé les hospices de vieillards entre 1940 et 1945 semble avoir tout bonnement disparu de la mémoire collective. Un oubli qui traduit probablement l’absence de regard de notre société sur cette population « sans avenir » qui a fourni la majorité des 15 000 victimes de la canicule de l’été 2003.

Anmerkungen

1 Celle-ci ne s’était plus réunie depuis le 9 août 1944.

2 ad du Rhône, X 5099, Délibérations de la commission de surveillance : séance du 7 février 1945.

3 Cette communication est publiée dans la revue Lyon Médical, 174, 1945-2, p. 444-445.

4 Soit à une trentaine de kilomètres au nord de Lyon.

5 Les autres archives produites par l’établissement au cours du xxe siècle n’ont pas fait l’objet de versements.

6 Les informations concernant l’hospice des Charpennes ont été tirées du mémoire de maîtrise d’Amandine Rolland, L’hospice des Charpennes de 1934 à 1945, soutenu à Lyon III en 2002.

7 Pour obtenir ce chiffre nous avons comparé les taux de mortalité annuelle des années 1940-1945 au taux de mortalité annuelle moyen des quatre années qui ont précédé la guerre. Ce dernier s’établit à 12,8 %, le taux moyen des six années de guerre s’élevant à 30,3 %.

8 Au contraire de l’hôtel des invalides du travail qui, contrairement à ce que son nom indique, n’accueille en principe que des vieillards valides.

9 34 % des décès supplémentaires des « années noires » ont lieu en 1942.

10 10 Chiffre au 1er juin 1940.

11 MM. J. Gate, M. Girardet, J. Duverne, « Petite épidémie de pellagre survenue récemment dans la même localité, dont quatre cas dans une maison de retraite de vieillards », Lyon Médical, 12, 1943-1, p. 240-241.

12 La sous-alimentation s’accompagne de nombreuses autres affections dermatologiques qui s’expliquent aussi par le manque d’hygiène lié à la pénurie de savon, de lessive et d’eau chaude.

13 am de Lyon, A 48 wp 006, hôtel des invalides du travail, pensionnaires : cartes d’alimentation et de textile 1940-1946.

14 ad du Rhône, X 5099, Délibérations de la commission de surveillance : séance du 18 août 1941.

15 Il s’agit du fameux potage de Hongrie dont ont semble-t-il bénéficié l’ensemble des collectivités de la région lyonnaise.

16 am de Lyon, 748 wp 028, hôtel des invalides du travail, fonctionnement : ravitaillement par l’Inspection de la santé 1941-1957.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 ad du Rhône, x 5099, Délibérations de la commission de surveillance : séance du 26 septembre 1942.

20 Contrairement à l’hospice d’Albigny, l’hospice des Charpennes n’accueille pas de vieillards réfugiés.

21 Qui a remplacé le Secours national à la Libération.

22 Il n’a pas été possible de déterminer si cette mesure concerne l’ensemble des hospices de vieillards ou si l’hospice d’Albigny a bénéficié de son statut d’établissement départemental.

23 Celles-ci ne forment que 37 % de la population au 1er juin 1940. Rappelons que les femmes sont majoritaires dans la population des hôpitaux psychiatriques.

24 ad du Rhône, x 5099, Délibérations de la commission de surveillance : séance du 18 mars 1941.

25 Avant la guerre, les pensionnaires des deux sexes pouvaient sortir chaque jour. Cette disposition ne sera rétablie qu’en 1946.

26 À l’hospice des Charpennes sont également accueillis des « petits pensionnés » qui, contrairement aux payants, ne paient pas la totalité de leur pension.

27 Sachant qu’il existait également un trafic important entre le personnel et les pensionnaires.

28 Les pensionnaires ne peuvent obtenir leur carte d’alimentation pour des absences inférieures à trois jours. Rappelons que les aliénés internés ne pouvaient que rarement bénéficier de permissions.

29 Dans le cadre de la loi du 29 mars 1941 qui réforme la loi du 14 juillet 1905. À ce sujet : Étienne de Moüy, « Le nouveau régime de l’assistance aux vieillards, aux infirmes et aux incurables », Revue des établissements et des œuvres de bienfaisance, mai 1941, p. 161-166.

30 am de Lyon, 748 wp 006, hôtel des invalides du travail, pensionnaires : félicitations, réclamations 1939-1958. Lettre adressée le 29 mai 1943 au directeur de l’établissement par « un groupe de vieux travailleurs ».

31 Il s’agissait donc de libérer des emplois au profit des jeunes chômeurs. Pour plus d’informations sur cette loi : Philippe-Jean Hesse et Jean-Pierre Le Crom (dir.), La protection sociale sous le régime de Vichy, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001.

32 C’est ce dont témoigne l’évolution du nombre des bénéficiaires de la loi de 1905 qui passe de plus de 685 000 personnes en 1939 à moins de 310 000 en 1946. Chiffres tirés de Philippe-Jean Hesse et Jean-Pierre Le Crom (dir.), La protection sociale sous le régime de Vichy, op. cit., p. 175.

33 ad du Rhône, x 5099, Délibérations de la commission de surveillance, séance du 8 janvier 1946.

34 ad du Rhône, x 5099, Délibérations de la commission de surveillance, séance du 2 juin 1943.

35 Dans son Histoire de la vieillesse en France 1900-1960, publiée aux éditions Seli Anslan en 2005, Élise Feller consacre un seul chapitre au cas des vieillards en institution. On trouvera en revanche de nombreux éléments dans Élise Feller, « L’Hospice des vieux (1900-1970). De la construction à l’écroulement d’un idéal de prise en charge de la vieillesse », in Françoise Cribier et Élise Feller (dir), « Regards croisés sur la protection sociale de la vieillesse », Cahiers d’histoire de la Sécurité Sociale n° 1, 2005, p. 43-82. Cet article est complété par un très intéressant dossier documentaire intitulé « Un hospice modèle : l’hospice départemental des vieillards de la Sarthe » (p. 83-137).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540