Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Deuxième partie. Des collectivités hospitalières inégalement touchées

Les hospices civils de Lyon face à la pénurie alimentaire

Olivier Faure

Testo integrale

  • 1 Jean Imbert (dir.), Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, Privat, 1982.
  • 2 Christian Maillard, L’hôpital de 1940 à nos jours, Paris, Dunod, 1986.

1Le drame alimentaire de la période de l’Occupation, causé par la pénurie absolue imposée par l’occupant, survient à une période où, le souvenir même de la famine ayant disparu, les hôpitaux ont relâché leur traditionnelle vigilance alimentaire alors que les médecins et les malades ont augmenté leurs exigences dans ce domaine. Depuis les origines et jusqu’au milieu du xixe siècle au moins, nourrir les malades et les pensionnaires est le premier devoir et le principal souci des hôpitaux1. Médecins, religieuses hospitalières et malades communient dans la croyance qu’une alimentation abondante est le premier et le meilleur remède contre la maladie. Ils voient dans les fluctuations de l’appétit le meilleur indicateur de la santé perdue ou retrouvée. À côté du logement et plus que lui, la nourriture constitue le principal service fourni aux malades mais aussi aux vieillards, enfants et autres passagers qui peuplent les hôpitaux. Le défi alimentaire est d’autant plus grand que l’hôpital public est réservé aux plus démunis, successivement désignés par les vocables de pauvres, puis d’indigents, enfin de privés de ressources. Pour faire face à ce défi alimentaire au moindre coût, les administrateurs des hôpitaux accordent toute leur attention à la gestion des biens ruraux qui leur ont été légués au cours des siècles. Affermées ou exploitées en régie directe, les terres fournissent bétail, blé et autres productions. Dans les grands établissements, ces denrées sont transformées en nourriture consommable par des boucheries et boulangeries directement gérées par l’hôpital. Encore bien présent en 19402, ce modèle hospitalier classique est concurrencé par un autre à partir du début du xixe siècle. Dans une société où la terre n’est plus la seule richesse, les legs en argent où en immeubles urbains sont plus nombreux que les dons de terre. En outre, il devient financièrement plus avantageux de se ravitailler sur le marché plutôt que d’exploiter ses propres terres. Enfin, pendant tout le xixe siècle, les gouvernements poussent les hôpitaux à vendre une partie de leurs biens et à placer les produits de ces ventes en rentes sur l’État. Si les hôpitaux possèdent toujours des fermes, ils sont donc loin d’être auto-suffisants, si toutefois ils l’ont jamais été. Le relatif désintérêt pour les questions alimentaires vient aussi du repli thérapeutique de l’alimentation. Malgré l’opposition des religieuses et des malades, les médecins du xixe siècle ordonnent plus souvent la diète que la suralimentation et accordent progressivement plus d’importance à l’équilibre du régime alimentaire qu’à la quantité de la ration allouée. Quant aux malades, s’ils restent très sensibles aux questions alimentaires comme toute population en institution fermée, ils revendiquent de plus en plus une amélioration de la qualité des mets et une diversification des plats proposés dont ils souhaitent qu’ils se rapprochent de la nourriture plus variée et mieux préparée à laquelle ils se sont habitués dans leur vie quotidienne. Malgré des particularités, les Hospices civils de Lyon sont soumis à cette évolution inachevée.

  • 3 Archives des Hospices civils de Lyon (ahcl), Règlements, règlement général (1941) article 29 et no (...)

2Deuxième administration hospitalière de France, les Hospices civils de Lyon, créés en 1802, regroupent pas moins de douze établissements en 1940. Si la plupart sont dispersés dans la ville de Lyon, plusieurs sont installés dans le reste du département (Alix, Givors) ou même dans d’autres régions (hôpital Sabran à Giens dans le Var). À la veille de la guerre, les Hospices civils reçoivent pas moins de 57 000 personnes par an. Celles-ci sont loin d’être toutes des malades. Sur les 5 000 présents au 31 décembre 1940, on compte 1366 vieillards et près de 300 infirmes, incurables, épileptiques et autres populations d’hospice. Sur 12 établissements, trois sont des hospices et seul un établissement, l’hôpital Edouard-Herriot, inauguré en 1933, est exclusivement réservé aux malades. La grande majorité est donc constituée d’hôpitaux-hospices accueillant à la fois des malades, des vieillards et des infirmes, voire même des enfants en dépôt. Comme depuis le Moyen Âge, les hospitalisés ont pour caractéristique commune d’être des pauvres. Malgré la présence de quelques assurés sociaux, l’essentiel de la clientèle est constituée par des « privés de ressources » inscrits sur les listes de l’assistance médicale gratuite. Pourtant, le régime de Vichy change profondément la donne. Si la mesure n’a guère d’application avant 1945, la loi de 1941 met fin au monopole des pauvres en ouvrant l’hôpital public à des vieillards, infirmes, incurables, malades, blessés et femmes en couches à titre payant, « notamment (en ce qui concerne les trois dernières catégories) bénéficiaires de la loi du 1er juillet 1938 sur les accidents du travail et du décret-loi du 28 octobre 1935 sur les assurances sociales3 ».

  • 4 Compte moral administratif de l’exercice 1940.
  • 5 Maurice Garden, Histoire d’une grande entreprise de santé : le budget des Hospices civils de Lyon (...)

3La structure du budget4 confirme l’impression d’une administration hospitalière participant de deux logiques différentes. Si les remboursements de prix de journée représentent, depuis 1918, la grande majorité du financement, les Hospices civils tirent encore le quart de leurs ressources de la mise en valeur de leurs biens propres (produits de la dotation) et un dixième des produits « intérieurs » et des revenus en nature. Une partie provient des deux exploitations agricoles qui, avec la meunerie, la boucherie et la cave, constituent les services généraux. Malgré son importance apparente, la ferme de la Patinière, adjointe à l’hôpital périurbain du Perron, ne fournit pourtant que l’équivalent de 800 000 francs de recettes. Même si l’on y ajoute la ferme d’Alix et quelques fermages en nature, les Hospices civils ne produisent que le septième environ de leurs besoins alimentaires. Les dépenses alimentaires, qui représentent 13 % des dépenses « intérieures », sont loin de constituer le premier poste de dépense comme elles l’ont fait longtemps5.

Rationnement, pénurie et bureaucratie

  • 6 ahcl, Direction générale, notes de service (1934-1951), note du 6 février 1941.
  • 7 ahcl, Direction générale, notes de service (1933-1951), note du 6 février 1941.

4Les hôpitaux subissent de plein fouet la pénurie qui s’abat sur la France. Soumis dès mars 1940 au même rationnement que l’ensemble du pays, ils pâtissent en outre des effets pervers des règles strictes de la comptabilité publique, alors qu’ils doivent recevoir des populations affaiblies par la faim pour qui la traditionnelle vocation de refuge de l’hôpital reprend toute sa signification. En effet, le rationnement s’applique aux hospitalisés avec la même rigueur qu’aux biens portants. Les malades ou vieillards des Hospices civils « subissent la loi commune » à l’instar des malades qui à l’extérieur des hôpitaux « ne sont pas autrement traités que le reste de la population6 ». Ils reçoivent un certain nombre de tickets en fonction de leur âge et, pour les travailleurs de force, de leur situation professionnelle. Ces tickets sont ensuite collectés par l’administration qui les échange contre la quantité de denrées correspondante. Concrètement, le système doit fonctionner selon la procédure décrite par le président du Conseil d’administration au début de 1941 : « Chaque semaine, les établissements me font connaître un état des stocks et leurs besoins hebdomadaires. En se basant sur l’effectif moyen des malades et du personnel, les quantités ne doivent pas dépasser le produit obtenu en multipliant le dit effectif par le montant de la ration telle qu’elle est fixée par les services du ravitaillement7. » Les hospitalisés subissent donc la réduction progressive des rations mensuelles qui s’abat sur tous les Lyonnais et tous les Français entre 1940 et 1944. Il est néanmoins prévu que, outre les femmes enceintes assimilées aux J3 (13-20 ans), les malades puissent, sur certificat médical, bénéficier d’un régime dit de « suralimentation » dans lequel les rations de pain, de graisse et de viande sont augmentées. Malheureusement, aucune statistique, aucune mention ne permet de faire le point sur la politique d’attribution de ces régimes spéciaux au sein des Hospices civils.

  • 8 ahcl, Régime alimentaire (1918-1957), suppléments de denrées rationnées aux femmes enceintes, 1 pa (...)
  • 9 Ibid., Hôpital Édouard-Herriot, femmes enceintes et accouchées, 12 novembre 1941.
  • 10 Ibid., Lettre de B, 5 novembre 1941 et régime de la maternité de l’hôpital Édouard-Herriot, 12 nov (...)
  • 11 ahcl, ca 4 septembre 1940.
  • 12 ahcl, ca 23 juillet 1941.
  • 13 ahcl, Régime alimentaire, réponse de l’Hôtel-Dieu au questionnaire du 27 octobre 1941.
  • 14 ahcl, ca 26 octobre 1943.
  • 15 ahcl, ca 23 septembre 1941.
  • 16 ahcl, ca 9 février 1943.
  • 17 ahcl, ca 26 octobre 1943.
  • 18 ahcl, ca 20 juillet 1943.

5L’attribution de ces suppléments est cependant bien théorique, tant il est difficile pour les hôpitaux de se procurer ce à quoi leurs malades ont officiellement droit. Même les femmes enceintes, pourtant particulièrement choyées, natalisme oblige, sont loin de disposer des rations théoriquement attribuées. À la fin de l’année 1941, le chef du magasin central avoue que les hôpitaux n’ont jamais récupéré les suppléments de viande (180 grammes par semaine), de matières grasses (50 grammes par mois) et de fromage (25 grammes par semaine) prévues pour elles par le rationnement8. Quelques jours plus tôt, un mari signale que, cinq jours après un accouchement difficile, sa femme n’a eu droit qu’à « une pastèque et une poire pour son déjeuner. » Une note attribue ce fait au fait « qu’aucune femme enceinte ne consent à remettre à l’hôpital les tickets périodiques supplémentaires qui lui sont délivrés par la mairie pendant les trois derniers mois de sa grossesse9 ». Le mari ajoute que son épouse « se plaint de ne pas manger à sa faim » et qu’« au lieu de reprendre des forces, [elle] prend presque mal dans son lit et a toujours faim ». Fournie pour réfuter la plainte, la présentation du menu type des accouchées montre qu’elles n’ont droit qu’à un bol de lait par jour (contre un demi-litre prévu) et peuvent voir la viande de midi remplacée par du dessert. L’essentiel de leur nourriture se compose donc de légumes et de pain10. Du fait des pénuries, il n’est guère plus facile de se procurer les rations de base prévues. S’ils sont confrontés aux difficultés communes à tous les Français, les hôpitaux en connaissent d’autres, plus spécifiques, liées à leur statut d’établissement public. La plupart des denrées alimentaires, comme les autres produits, sont livrées aux hôpitaux selon la procédure des marchés publics, l’adjudication ou la soumission. La livraison d’une denrée est confiée chaque année à un petit nombre de fournisseurs qui, s’étant engagés à remplir un cahier des charges, disposent du monopole de l’approvisionnement. Par définition peu souple et pas toujours financièrement avantageux, le système du marché devient catastrophique pendant la guerre et l’Occupation. Dès le printemps de 1940, les Hospices civils ne trouvent personne pour leur fournir un grand nombre de denrées (22), essentiellement alimentaires, allant du café au thon en passant par le jambon, le tapioca et les petits pois. À cette date, des produits essentiels comme le sucre, les pâtes, l’huile d’arachide ou la farine ne peuvent plus être fournis par les circuits habituels. Il en va de même pour tous les produits importés. À l’automne, l’adjudicateur des pommes de terre demande la résiliation de son marché. Il décrit avec pertinence une situation qui se généralise le mois suivant, évoquant « l’occupation de certains départements fournisseurs, la taxation des prix, le blocage de la marchandise dans certains départements, le manque de moyens de transport, la concurrence effrénée qui fait enlever à n’importe quel prix le peu de marchandises disponibles11 ». D’autres causes viennent expliquer les retraits ou les défaillances des fournisseurs. Certains intéressés invoquent l’obligation de supporter les droits de timbre et d’enregistrement12. Plus confidentiellement et peut-être plus honnêtement, d’autres avouent qu’ils doivent « tenir compte des besoins des détaillants qui doivent servir la population13 » et sont sans doute prêts à payer plus cher que les Hospices. S’il n’est pas le plus crucial, le problème des prix pèse sur les Hospices comme sur les ménages. Le crédit d’achat de blé pour 1940 est épuisé fin novembre mais les autres postes alimentaires sont créditeurs dans la mesure où, malgré l’augmentation du coût de la vie, les restrictions n’ont pas permis d’utiliser tous les crédits ouverts. Les années suivantes, la hausse des prix annule les effets comptables du rationnement et le déficit s’ajoute à la pénurie. Au fur et à mesure de « la diminution des rations de viande et autres aliments de base14 », il faut acheter plus de produits de remplacement (non rationnés) dont le prix augmente sans cesse. En septembre 1941, le Conseil ouvre un crédit supplémentaire de plus d’un million pour l’achat de comestibles, augmentant de 40 % le crédit initial. Mais la mesure est financée par le reliquat du crédit boucherie, en partie inutilisé à cause du rationnement15. L’année suivante, c’est le rationnement accru du vin qui permet de financer les dépassements du crédit d’achat de comestibles16. En 1943, le dépassement de crédits frôle les 5 millions et il faut différer les reversements au département des ressources propres de la dotation17. Combiné à des moins perçus sur le versement des prix de journée, la situation entraîne les Hospices civils dans le déficit dès 194118.

  • 19 ahcl, Régime alimentaire (1918-1957), liasse 1940-1957.

6Ce déficit ne suffit pas à assurer aux hospitalisés une alimentation correcte pas plus quantitativement que qualitativement. Unique en son genre, le questionnaire d’octobre 1941 donne un aperçu des conséquences de la pénurie, du rationnement et de la hausse des prix sur le régime alimentaire des hospitalisés. Effectué au début de la période, il ne saurait faire oublier que la situation est encore pire deux ans après. Sans doute élaboré en vue de la centralisation des achats, il amène à la direction une collection de menus proposés dans la dernière semaine d’octobre ainsi que des tableaux statistiques comparant les consommations annuelles avant et depuis l’Occupation19. Toutes denrées confondues, les approvisionnements baissent d’un peu moins de 20 % entre 1938 et 1941, les différences entre les hôpitaux étant peu marquées. Comme le nombre de journées augmente modérément entre les deux dates (6 à 9 %), la baisse de la ration quotidienne globale entre 1938 et 1941 se situe entre le quart et le cinquième. Somme toute limitée, elle ne saurait cependant faire illusion. Le relatif maintien quantitatif des approvisionnements s’explique uniquement par l’essor massif de la consommation de légumes verts, non rationnés, qui est presque multipliée par trois. Cette augmentation du poids des légumes consommés ne peut compenser l’effondrement des entrées de viande et de féculents. En 1941, les trois hôpitaux décrits, à savoir l’hôpital Édouard Herriot, l’hôpital de la Croix-Rousse et l’hôpital de l’Antiquaille disposent d’à peine plus du cinquième de la viande qu’ils consommaient trois ans auparavant. Mais alors que la Croix-Rousse et l’Antiquaille offrent encore à leurs pensionnaires le tiers de la viande fournie avant guerre, le moderne hôpital Edouard-Herriot n’en offre plus que le cinquième. Il est vrai que la ration de viande d’avant guerre y était particulièrement abondante (316 grammes par jour contre 232 à l’Antiquaille). Elle sombre, comme dans l’ensemble des établissements, juste au-dessus de 50 grammes. La baisse de la consommation de pommes de terre est tout aussi spectaculaire. En 1941, les hôpitaux reçoivent entre un petit tiers et un quart du tonnage qui leur était imparti en 1938. L’approvisionnement en féculents divers chute quant à lui dans des proportions qui varient du tiers à la moitié. Le maintien de l’approvisionnement en œufs, le recul plus léger des fournitures en fruits frais ou secs achèvent ce sinistre tableau quantitatif. Si les rations globales par malade ont chuté d’un bon quart, les apports énergétiques ont sans doute diminué de moitié et la ration en protéines des deux tiers.

7La lecture des menus fournis lors de l’enquête d’octobre 1941 donne une vision plus quotidienne et tragique de ce que signifie la disparition quasi totale de certaines denrées. Entre le 14 et le 23 octobre 1941, les hospitalisés de la Croix-Rousse sont les plus mal lotis. Ils ont eu trois fois de la viande même si l’on ne sait pas en quelle quantité. Pendant ces dix longs jours, la viande apparaît encore sous la forme de fressure et peut-être lors d’un cinquième repas, cachée dans des tomates farcies. Le reste du temps, les menus se caractérisent par une immense monotonie, les repas étant invariablement constitués par la triste trilogie soupe, légume, fromage ou confiture. La courge, les raves, les épinards, les carottes, les pommes de terre et les choux sont les seuls légumes proposés, à l’exception de haricots verts, servis une fois. Contredisant les statistiques globales, les menus d’Edouard-Herriot semblent un peu plus attirants. Les malades y ont de la viande un jour sur deux, essentiellement du bœuf braisé qui revient trois jours de suite. Quant aux malades de l’hôpital de l’Antiquaille, ils consomment six fois de la viande dans la semaine du 20 au 26 octobre. Les mieux alimentés sont les enfants et les convalescents de l’hôpital Sainte-Eugénie qui mangent de la viande tous les jours la semaine précédente. Malgré ces différences entre établissements, le contraste avec l’avant-guerre est éloquent. Dans le dossier du questionnaire d’octobre, les menus des Hospices civils de Strasbourg servis en juin 1939 sonnent comme des reproches. Sans même parler des malades de première ou de deuxième classe, les plus modestes s’étaient vus proposer de la viande chaque midi – en alternance du veau, du porc et du bœuf toujours différemment accommodés – et presque chaque soir des œufs, des abats ou de la saucisse. Si la chose était connue, ce qui est vraisemblable, l’existence de menus spéciaux réservés à la communauté religieuse et aux « officiers », médecins, économes et agents administratifs supérieurs, ajoutait sans doute au mécontentement suscité par la pénurie et la répétition. Comparés à ceux des malades, les menus du personnel de la Croix-Rousse n’ont certes rien de somptueux mais ils sont plus variés (présence d’aubergines), plus élaborés (gratins), plus équilibrés avec la présence d’œufs et de « bifteck » et plus « bourratifs » avec le recours régulier aux crêpes.

  • 20 ahcl, Direction générale, notes de service, note du 6 février 1941.

8Il est bien difficile de mesurer les effets sanitaires de la pénurie sur les hospitalisés. L’existence de statistiques de mortalité (absentes faute de publication des comptes moraux après 1941 et de tout récapitulatif après guerre) ne résoudrait probablement pas le problème. Les hospitalisés étant par définition atteints de pathologies qui entraînent plus souvent la mort en temps de guerre qu’en temps de paix, la part d’augmentation de la mortalité imputable à la sous-alimentation ne pourrait être précisément évaluée. Si d’aventure elle l’était, il faudrait encore être en mesure de distinguer les effets de la faim avant l’entrée à l’hôpital et après. Au moment où arrivent les premières plaintes, la Direction répond, maladroitement mais non sans raison, que « subissant la loi commune, [les malades] ont des rations certainement plus copieuses qu’à l’extérieur en raison de l’importance des effectifs, des rations des malades qui ne s’alimentent pas ou presque pas. » En outre, « les difficultés (et les aléas) du ravitaillement leur sont épargnées20 ». Une étude très partielle publiée en 1943 dans le Lyon Médical ne confirme que partiellement cette vision optimiste. Portant sur

  • 21 Pierre Elore, Léo et Georges Vignon, « Quelques recherches sur la valeur énergétique de la ration (...)
  • 22 L. Justin-Besançon, « Restrictions alimentaires dans les hôpitaux de Paris pendant l’occupation », (...)
  • 23 Léon Binet et Michel Conte, « Enquête sur les malades soignés à l’hôpital Necker pendant la périod (...)
  • 24 Noël Fiessinger, « L’amaigrissement actuel », Bulletin de l’Académie de médecine, 1942, p. 422426.
  • 25 DrLevrat et DrRoche, « Les hypoglycémies de famine », Lyon Médical, 1943, p. 233-242, séance de la (...)
  • 26 26. Jean A. Roux, Contribution à l’étude des œdèmes de dénutrition, Lyon, Patissier, 1943.

99 malades d’un service, elle semble indiquer que si les rations alimentaires des femmes hospitalisées sont la plupart du temps supérieures à celles que ces dernières consommaient à leur domicile et quantitativement suffisantes, il n’en va pas de même dans la salle des hommes où la ration alimentaire est jugée insuffisante en nombre de calories, eu égard à l’état d’hypo-alimentation chronique de nombreux malades, et très insuffisante en protides et en lipides21. Le diagnostic rejoint celui porté sur les hôpitaux parisiens, en particulier sur l’hôpital Broussais. Dans cet établissement, le déficit global en calories aurait été de 35 à 40 % de 1940 à 1944 mais frôlerait les 50 % pour les lipides, les 56 % pour les protides et atteindrait 75 % pour les protides animales22. Dès lors, les œdèmes de carence et les hypoglycémies parfois mortelles, dont les malades sont généralement déjà atteints au moment de leur admission, ne peuvent être enrayés faute d’une quantité suffisante de nourriture23. Tout en admettant qu’ils ont observé des maigreurs et des amaigrissements impressionnants chez les malades à leur entrée24, certains médecins n’hésitent pas à mettre en cause la baisse drastique des rations alimentaires hospitalières dans le surgissement d’hypoglycémies de famine mortelles25. L’œdème de famine est même l’objet d’une copieuse thèse de médecine soutenue à Lyon en 194326.

  • 27 A. Guichard, « Restrictions alimentaires chez les débiles mentaux épileptiques », Lyon Médical, 19 (...)

10Les Hospices civils de Lyon ont aussi leur petit mouroir. En l’espace d’un an et demi, entre janvier 1941 et juin 1942, il décède presque autant de débiles mentaux épileptiques (22) dans le service spécialisé du Perron que pendant les dix années précédentes (26). Cette poussée de mortalité est très clairement imputée à la sous-alimentation dans un rapport lu devant la société médicale des hôpitaux et publié dans la revue officielle de la médecine lyonnaise au début de 194327. Sans que l’on puisse parler d’hécatombe, on peut donc affirmer qu’il y a eu des morts de faim parmi les malades hospitalisés aux Hospices civils de Lyon. Surtout, à cause de la malnutrition voire de la sous-alimentation qui y a régné, les malades gravement affectés par la famine n’ont pu être guéris. Ni à Lyon ni ailleurs, la situation n’est restée un mystère même si les archives administratives de l’hôpital ne font jamais état de ces situations tragiques. Et ce, bien que la question de l’alimentation ait été une préoccupation constante de l’administration.

Rigueur et prudence, débrouille et autarcie

11Les réactions de l’administration, très vite consciente de la gravité de la situation, semblent marquées du sceau du bon sens avec toutes les ambiguïtés que cela implique. On chercherait en vain dans les archives une protestation virulente contre le rationnement ou même la revendication d’un régime spécial pour les malades hospitalisés. On a déjà cité la note de service trouvant normal que les malades soient soumis au même régime que les biens portants et recommandant de dire aux éventuels plaignants qu’ils sont mieux lotis que le reste de la population. À partir de là il serait facile d’instruire le procès des administrateurs nommés par Vichy ou au moins de dénoncer leur résignation. S’il y eut des protestations en coulisse rien n’en transpira. Pourtant, la proximité du pouvoir pouvait aussi bien faciliter ces pressions que les exclure. Bref, l’administration administra et se contenta de cela. Sa plus grande hardiesse consista à réclamer et à obtenir un assouplissement des règles administratives relatives aux achats de denrées. Pour le reste, elle géra en bon père de famille dans des circonstances dramatiques, prônant l’économie et la chasse au gaspillage, réprimant les détournements. À peine plus hardie fut la politique de mise en valeur agricole des terrains appartenant aux Hospices. Bref, rien de glorieux mais rien non plus de scandaleux dans le comportement de l’administration hospitalière qui fit ni plus ni moins que les autres institutions et la plupart des Français, en faisant comme si l’occupation était une situation comme une autre et finalement acceptable.

  • 28 Jean-Pierre Gutton (dir.), Les administrateurs des hôpitaux sous l’Ancien Régime, Lyon, pul, 1999. (...)
  • 29 ahcl, ca 12 septembre 1941.
  • 30 Compte moral administratif de l’exercice de 1941.
  • 31 ahcl, ca 12 septembre 1941 et règlements, règlement général, novembre 1941, articles 11 et 12.
  • 32 ahcl, ca 29 novembre 1941.

12L’analyse sommaire des acteurs de la décision hospitalière peut fournir une première série d’explications au comportement prudent de l’administration. Comme les autres hôpitaux depuis le Directoire, les Hospices civils de Lyon sont gérés par une commission qui perpétue la tradition selon laquelle la gestion du bien des pauvres est un devoir des riches. Lyon présente pourtant des particularités. Ses établissements hospitaliers sont gérés par un Conseil général d’administration unique composé de 35 membres et présidé de droit par le maire de Lyon. Nommés concurremment par le Conseil municipal (11) et le préfet (24), les administrateurs sont en fait largement cooptés. Comme aux siècles précédents28, ce sont de grands notables recrutés dans les milieux du droit, de l’industrie et du grand négoce. Ils exercent leur tâche gratuitement et disposent de pouvoirs effectifs puisqu’ils sont à tour de rôle chargés de l’inspection d’établissements dépourvus de directeurs. Par rapport au début du xixe siècle, à peine peut on remarquer une présence plus affirmée des médecins (4 sur les 24 nommés par le préfet), une timide apparition des représentants des caisses d’assurances sociales (2) et une présence féminine symbolique (1). C’est le régime de Vichy qui met fin à la règle du patronage social de l’hôpital. La réforme des conseils d’administration contenue dans la loi hospitalière de 1941 est immédiatement appliquée, contrairement aux mesures portant sur la clientèle. Après une période transitoire (1940-1941), la loi du 20 mai 1941 réduit à 12 le nombre des administrateurs. Elle prévoit la présence parmi eux de trois médecins et d’un représentant des assurances sociales29. Les nominations accentuent les changements. Si le nouveau Conseil est toujours constitué de notables, les individus nommés représentent surtout la technostructure vichyste. Simultanément entrent au Conseil le président de la Chambre de commerce, celui de l’Union du Sud-Est des syndicats agricoles, celui de la Fédération des services publics et de santé, enfin celui du Comité départemental du ravitaillement, l’industriel Paul Massimi. En outre, le président de la Chambre de commerce, Paul Charbin, est aussi secrétaire d’État au ravitaillement au moment de sa nomination30. Traduisant peut-être l’importance accordée au ravitaillement des hôpitaux, ces nominations témoignent à coup sûr d’une mise en tutelle des Hospices civils par le gouvernement de Vichy. La mise en place d’un secrétaire général et de directeurs d’établissements qui échappent largement à l’autorité du Conseil montre qu’au-delà du contrôle politique se profile une étatisation de la gestion hospitalière. Le secrétaire général des Hospices civils est nommé par le secrétaire d’État à la santé sur proposition du préfet et simple avis du président du Conseil d’administration. Les directeurs d’établissement sont nommés par le préfet, sur présentation du secrétaire général et sur avis du directeur régional de la santé31. La réforme de l’administration hospitalière accentue donc le côté bureaucratique de l’institution, gérée par des fonctionnaires, et réduit le pouvoir des administrateurs, désormais plus proches du pouvoir que précédemment et privés du contact quotidien qu’ils avaient auparavant avec les malades32.

  • 33 Archives municipales de Lyon (aml), wp 156, Lettre au maire, 20 février 1940 et du ministre de l’a (...)
  • 34 Séances des 16 février 1942, 13 avril 1942 et 14 février 1944.

13La bureaucratisation, l’étatisation et la soumission au pouvoir ont sans doute joué leur rôle dans la gestion tranquille de la pénurie. Le contraste est frappant entre l’attitude des administrateurs avant et après l’instauration du régime de Vichy. Pendant la « drôle de guerre » et avec l’appui du maire, les Hospices civils protestent contre les difficultés de ravitaillement et obtiennent du ministre de l’agriculture l’engagement de maintenir les courants d’approvisionnement33. Après juillet 1940, aucune intervention n’est plus tentée auprès des plus hautes autorités et la fonction passe paradoxalement à la Commission générale municipale dont certains membres se font l’écho des plaintes des malades34.

  • 35 ahcl, ca 17 avril, 1er mai, 17 juillet 1940.
  • 36 ahcl, ca 30 octobre 1940.
  • 37 ahcl, ca 23 juillet 1941.
  • 38 ahcl, Régime alimentaire (1918-1957), liasse 1940-1958, lettres de l’intendant, directeur du ravit (...)
  • 39 ahcl, ca, 9 février 1943.
  • 40 ahcl, ca 11 novembre 1940 et circulaire du 23 février 1942.

14Bien qu’antérieure au régime de Vichy, la réglementation des achats publics, déjà signalée, offre une difficulté supplémentaire en temps de pénurie. Néanmoins l’obstacle est assez vite contourné car l’administration fait preuve d’efficacité dans un domaine qui ne l’oblige pas à sortir de ses strictes attributions. Alors que les règlements voulaient que les achats de gré à gré supérieurs à 6 000 francs soient soumis à l’approbation préfectorale, les administrateurs, prétextant de la non parution d’un règlement d’administration publique, se sentent autorisés à acheter de gré à gré et sans limitations de somme toutes les fournitures n’ayant pas fait l’objet d’un marché ou d’une adjudication35. Peu de temps après, l’incapacité à fournir des titulaires de marché amène le président du Conseil d’administration à autoriser les économes et chefs de service à pratiquer des achats de gré à gré36. En juillet 1941, le Conseil d’administration réclame l’application aux Hospices civils des dispenses d’adjudications et de marchés écrits prévus par la circulaire du 8 avril 1941 rédigée en partie à la lumière des graves difficultés de ravitaillement rencontrées par l’hôpital psychiatrique du Vinatier. Poussant un peu plus loin l’assouplissement, le Conseil sollicite avec succès « l’autorisation du préfet pour effectuer, sur simple facture, quand il ne pourra pas être passé de marchés écrits, et sans limitation de sommes, l’achat de toutes les fournitures nécessaires aux Hospices37 ». L’administration est aussi prompte à réclamer et pratiquer d’autres assouplissements de la gestion quotidienne. « Consommateur de gros », elle obtient vite la possibilité d’acheter fruits et légumes directement aux producteurs conformément du reste à ce que prévoyait la réglementation. Elle se démène aussi pour obtenir des services du ravitaillement la fourniture de stocks sans que l’on connaisse le résultat de ses démarches38. Conscient que « nos chefs d’établissement ont à faire face à de sérieuses difficultés quand il s’agit de concilier les règles d’exécution du budget avec le souci d’assurer le fonctionnement régulier de la formation qu’ils dirigent », le Conseil donne sans hésitation la priorité au deuxième impératif et régularise sans discuter les dépassements de crédits39. Il obtient aussi régulièrement des augmentations du plafond des avances et des limites au-delà des quelles les factures sont soumises au droit d’enregistrement40. Bref, lorsqu’il suffit d’aménager les règles bureaucratiques, l’administration fait un travail d’autant plus efficace qu’il ne rencontre aucune résistance de la part des autorités de tutelle.

  • 41 ahcl, 747 WP 156, note du 12 mars 1940.
  • 42 ahcl, Circulaires 1941-1947, circulaire du 29 novembre 1941.
  • 43 ahcl, Direction générale, notes de service, note du 13 juin 1942.
  • 44 ahcl, notes de service du 25 novembre 1941 et du 13 novembre 1943.

15À l’aise dans le maquis des règles administratives, l’administration excelle dans la recherche de l’économie et l’imposition de la rigueur. Il est vrai qu’elle ne fait qu’appliquer l’idéal très ancien de la gestion du bien des pauvres qui doit être restreinte dans les bornes de la plus stricte économie. Dès mars 1940, une circulaire rappelle cet impératif et vante l’expérience tentée à l’hôpital Édouard-Herriot où « grâce à la réorganisation de la cuisine, à la modification du mode d’achat sur les marchés et à la surveillance de la distribution, cet établissement a réalisé d’appréciables économies. » La circulaire affirme sa confiance dans les vertus de « la surveillance attentive des commandes, de leur réception, de leur conservation et de leur utilisation » pour faire face à ce que l’on imagine n’être qu’une mauvaise passe. Tirant presque fierté à ne pas mieux traiter les hospitalisés que le reste de la population, l’administration appelle à ne pas surestimer les besoins. Les « cheftaines des salles sont priées d’établir des prévisions en tenant compte des besoins réels et non en les majorant sous prétexte de ne jamais manquer de nourriture si au cours de la journée de nouveaux malades devaient se présenter41 ». Inquiète du remplacement des administrateurs par des directeurs dans la surveillance quotidienne, elle appelle ces derniers non seulement à « tenir la main à ce que les règles de la plus stricte économie soient observées partout » mais aussi à « surveiller personnellement la composition des menus et voir par lui même si les malades ont bien, dans la mesure des possibilités, la nourriture qui leur convient et des rations suffisantes42 ». Sans doute peu sûre du zèle de ces agents administratifs, l’administration les fait doubler par les économes qui « devront exercer une surveillance particulière sur la cuisine. En outre, ils devront visiter une fois par semaine, à des jours différents, un service de malades pendant le déjeuner et le dîner et tenir la main à ce que les quantités de pain et de viande correspondent bien à celles que les administrés doivent recevoir43 ». Une recommandation qui confirme l’attention mise à combattre les détournements. La croissance des détournements de denrées alimentaires, signalée dès novembre 1941, donne lieu à des renvois. Ceux-ci s’accompagnent de saisie des autorités judiciaires et le Conseil rappelle la possibilité de faire pratiquer des fouilles à n’importe quel moment. On ignore dans quelle mesure cette disposition a été appliquée ainsi que le nombre des renvois mais ceux-ci sont attestés tout au long de la période44.

  • 45 ahcl, Régime alimentaire, rapport de l’administrateur Delore sur les améliorations à apporter au r (...)
  • 46 Ibid. Circulaires du 26 juin 1924 et du 31 mars 1926.
  • 47 Séance du 22 avril 1941, Bulletin de l’Académie de médecine, tome 124, p. 429-437.

16Pourtant, la politique de contrôle ne se limite pas à éviter les détournements et à veiller à un ravitaillement limité. D’après la note de service du 13 juin 1942, les économes doivent aussi veiller « à ce que les mets qui doivent être distribués chauds ne soient point donnés froids et que leurs préparations soient faites avec le maximum de soin ». Ceci pour « tenir compte des réclamations récentes et qui sont parfois justifiées ». En 1940, il était déjà formellement exclu de donner au personnel et aux hospitalisés une « nourriture insuffisante ou de qualité inférieure ». Faute de pouvoir assurer le premier objectif, l’administration tente de maintenir le second. Plus qu’une simple concession tactique, cette attention renvoie à une mutation des sensibilités alimentaires qui s’affirme dans les hôpitaux pendant l’entre-deux-guerres. Après les restrictions de la Première guerre mondiale, les hôpitaux rétablissent très vite le régime antérieur mais augmentent encore les rations de viande, pain et légumes qui reviennent deux fois par jour en compagnie du potage45. Ce régime hyper-calorique (400 grammes de pain, de viande et de légumes par jour) est pourtant progressivement contesté et modifié. Deux circulaires de 1924 et 1926 préconisent l’introduction du poisson et des desserts (fromage et fruits) et proposent de soumettre les régimes alimentaires à l’avis médical46. L’intérêt de la médecine pour les régimes alimentaires semble croître même si l’absence d’une histoire médicale de l’alimentation conduit à la prudence. On sait qu’à la fin des années trente, existe un laboratoire de physiologie de la nutrition à l’École pratique des hautes études et un Centre de recherche sur l’alimentation. Le premier est dirigé par Lucie Randoin qui publie en 1937 un manuel de vulgarisation intitulé Vues actuelles sur le problème de l’alimentation avec des tables de la composition des aliments. Le problème semble suffisamment en vogue pour qu’en pleine guerre, la même Lucie Randoin présente devant l’Académie de médecine une communication consacrée aux « quantités minima de principes nutritifs nécessaires et les rapports et équilibres alimentaires à réaliser dans les rations destinées aux adultes47 ».

  • 48 ahcl, Rapport Delore.
  • 49 ahcl, Lettres du préfet au ca, 23 janvier 1937, de l’administrateur directeur du Perron au préside (...)
  • 50 ahcl, Lettre du maire au président des hcl, 4 novembre 1931. Délibération de la commission des dir (...)
  • 51 ahcl, Rapport de la Commission générale, 8 novembre 1936. Sans doute s’agit-il de la clinique mutu (...)
  • 52 ahcl, ca 15 janvier 1936.
  • 53 ahcl, Régime alimentaire, lettre du préfet au président du ca, 6 juillet 1939.
  • 54 Ibid., Lettre du préfet au président du ca, 5 mars 1930.

17Mais la revendication d’une autre alimentation vient aussi des malades. Dès les années vingt, certains établissements hospitaliers introduisent de la salade et quelques desserts dans les menus. Jusque-là habituelle, la réapparition très fréquente du bœuf bouilli (jusqu’à cinq fois par semaine) commence à poser problème. Les portions massives et sommairement accommodées sont l’objet de critiques tant de la part des malades que des responsables d’hôpitaux48. Les tuberculeux, plutôt jeunes et revendicatifs, sont à la pointe de la contestation et à l’origine des principaux changements. S’adressant au préfet en 1937, ils reçoivent son soutien. La proposition préfectorale de remplacer les sœurs des cuisines par des cuisiniers et aides cuisiniers professionnels est acceptée et généralisée à tous les hôpitaux en juillet 193749. Pourtant soutenus par le maire de Lyon, qui vante les effets toniques du café du matin qui leur « apporterait la bonne humeur dont le personnel bénéficierait autant qu’eux mêmes », les vieillards de l’hospice d’Alix n’obtiennent pas, en 1931, la possibilité d’échanger leur soupe du matin contre du café50. Les populations d’hospice restent aussi en retrait de la réforme du régime alimentaire votée en 1936. Entre autres pour faire face à « la concurrence qui est faite aux Hospices par d’autres organisations51 », le Conseil décide de servir aux malades à chaque repas et dans une petite assiette spéciale un fromage ou un dessert. En revanche, les populations d’hospice ne peuvent bénéficier de ces améliorations que dans la limite de vingt centimes par jour, soit un seul supplément par jour (fromage ou dessert ou café52). Cette évolution vers une alimentation plus raffinée, plus variée et mieux servie est néanmoins contrariée par les offices du blé et du vin qui font pression pour que les hôpitaux contribuent à la réduction des surplus. Si la tentative d’augmenter la ration de pain échoue53, les hospitalisés se voient attribuer cinq centilitres supplémentaires de vin, ce qui porte la ration quotidienne entre 15 et 35 centilitres par jour selon les catégories54.

  • 55 aml 747, WP 156, Bilan de l’exploitation agricole pour 1939. Lettre de Pupier à Herriot, 26 avril (...)
  • 56 Ibid., Bilan de l’exploitation agricole de la Patinière 1938, 8 mars 1938.
  • 57 ahcl, ca 20 août, 23 septembre et 18 novembre 1941.
  • 58 ahcl, ca 25 août 1942.
  • 59 ahcl, ca 5 février 1941.
  • 60 La mort du cheval Negro, qui s’est étranglé dans sa stalle, a droit aux honneurs du Conseil d’admi (...)
  • 61 ahcl, ca 23 février, 20 juillet et 12 octobre 1943.
  • 62 ahcl, 747 wp 156, Circulaire du 12 mars 1940, lettre d’Amieux à Édouard Herriot, 12 mars 1940.
  • 63 ahcl, Direction générale, notes de service (1933-1951), note du 6 décembre 1941.

18Si elle n’évite bien sûr pas les effets de la pénurie, cette attention à la qualité de l’alimentation, largement inspirée par les recherches médicales et les revendications des malades, a pu contribuer à maintenir une certaine vigilance alimentaire et éviter aux malades le sentiment que l’abandon et l’indifférence s’ajoutaient à la pénurie et à l’insuffisance. Cette vigilance se traduit aussi dans les efforts consentis pour accroître l’auto-approvisionnement. Il est vrai que les Hospices de Lyon bénéficient de la longue tradition qui en faisaient des exploitants directs de terres agricoles. Menacées par les exigences de la rentabilité, les exploitations agricoles polyculturales des Hospices avaient miraculeusement survécu. Destiné à être loué en 1938, le principal domaine agricole des Hospices, la ferme de la Patinière, située à Oullins, reste en régie directe grâce à l’administrateur-directeur de l’hôpital du Perron55. Son engagement en faveur de la ferme nous vaut quelques renseignements sur l’activité de cette dernière. En 1938, la ferme produit 50 000 litres de lait et 10 000 œufs, des betteraves (28 tonnes), du blé (205 quintaux), des fourrages, des légumes (5,3 tonnes), des fruits (5 tonnes) et possède 210 porcs56. Pendant la guerre, elle est l’objet de toutes les attentions. À la mort du chef de culture, l’administration, « considérant que l’exploitation intelligente d’un domaine aussi important présente, dans les circonstances actuelles, un intérêt de premier ordre, que le rendement maximum ne peut être obtenu qu’à la condition de placer à sa tête un agent possédant une formation professionnelle déjà éprouvée garantie par de sérieuses références, elle [l’administration] a tout intérêt à faire au chef d’exploitation une situation assez avantageuse pour stimuler son zèle ». Ainsi fut fait avec la nomination d’un élève de l’école d’agriculture de Cibeins57. L’année suivante, un quatorzième employé est mis à la disposition de l’exploitation58. La même diligence semble s’appliquer aux autres fermes. Avec les mêmes arguments qu’à la Patinière, un aide jardinier est recruté à l’ancien séminaire d’Alix pour « développer de façon plus intensive la culture du jardin potager et des serres avoisinantes59 ». En s’occupant des moindres détails concernant l’assurance, le renouvellement et l’amélioration du bétail des exploitations agricoles des Halles, d’Alix et d’Oullins60, le Conseil montre sa volonté de développer la production agricole des Hospices. À Givors (Fondation Bertholon-Mourier) et à la Fondation Rouyer-Warner, des exploitations agricoles sont improvisées61. Dès mars 1940, on décide que « tout doit être mis en œuvre pour accroître les possibilités de ravitaillement et il faut veiller à ce qu’aucun coin de terre utilisable reste inutilisé ou consacré à des plantations d’agrément. » Comme l’écrit le président du Conseil d’administration au maire de Lyon : « Un seul ordre donné : plantez des pommes de terre partout où il y a du terrain disponible62. » Cette production supplémentaire doit être réservée aux hospitalisés et la vente d’animaux élevés dans les Hospices est jugée « inadmissible dans une période où il est si difficile de procurer à nos malades l’alimentation nécessaire63. » Si elle ne fut peut-être pas glorieuse, l’administration des Hospices civils peut au moins être totalement exemptée du procès fait à d’autres institutions d’assistance d’avoir continué à vendre leurs produits alors que leurs administrés mouraient de faim.

  • 64 Maurice Garden, Le budget des Hospices civils de Lyon (1800-1976), op. cit., p. 21-29.
  • 65 ahcl, ca 23 avril 1941.
  • 66 ahcl, ca 2 et 16 octobre 1940.
  • 67 ahcl, ca 22 janvier 1941 et aml 747 wp 156, Lettre du président du ca au maire de Lyon, 31 juillet (...)
  • 68 ahcl, ca 2 juillet 1941.
  • 69 ahcl, ca 10 mars 1942.
  • 70 ahcl, ca 10 novembre et 22 décembre 1942.
  • 71 ahcl, ca 23 novembre 1943.

19En revanche, parfois poussée par les autorités supérieures, l’administration des Hospices poursuivit imperturbablement la politique de remaniement des services. À la suite de la loi de séparation de 1905, les Hospices étaient entrés en possession de deux anciens séminaires Alix (1915) et l’Argentière (1925) transformés en hospices de vieillards64. Ces établissements très éloignés et sans doute coûteux sont vite menacés de fermeture. Fermé en 1938, l’Argentière est cédé au Vinatier qui en fait une annexe65. En octobre 1940, malgré les événements, l’administration décide de désaffecter l’hospice d’Alix et de répartir les vieillards dans les établissements de centre ville (Hôtel-Dieu, Antiquaille, Croix-Rousse66). Le transfert des vieillards hommes a lieu lors du rigoureux hiver 1940-1941, sans que l’on sache à quel prix humain. En février 1941, les rigueurs de l’hiver et les circonstances économiques entraînent un afflux de malades dont certains sont dans un état d’incurabilité qui rend impossible leur renvoi. En janvier 1941, le Conseil décide donc de rouvrir le service des femmes d’Alix. Il s’ensuit un nouveau chassé-croisé de vieillards. Les vieillards hommes de l’Antiquaille sont transférés à l’Hôtel-Dieu pendant que des femmes quittent cet établissement pour regagner l’Argentière abandonné trois mois auparavant67. Les tribulations des vieillards ne sont pourtant pas terminées. Au printemps 1941, la direction de la santé et de la population impose la transformation rapide de l’hôpital-hospice du Perron en centre de triage et de soins pour tuberculeux. Voilà donc les nombreux infirmes, vieillards et incurables de l’établissement dirigés vers Givors, Villeurbanne (hospice des Charpennes) et l’Hôtel-Dieu pendant que des anormaux et une partie des épileptiques sont envoyés à l’Argentière pour être « soignés » par le Vinatier, dont on connaît la situation tragique, mais aux frais des Hospices68. L’année suivante, les survivants sont rapatriés au Vinatier puis totalement mis à la charge du département. Ce dernier propose alors, trois ans après avoir exigé l’inverse, de confier l’Argentière aux Hospices civils dont le Conseil envisage de faire un « lieu de regroupement des vieillards, anormaux et épileptiques69 ». Cependant, la décision de reprendre l’Argentière est réservée. Il est vrai qu’elle est concurrencée par la demande de la commune de Villeurbanne de confier son hôpital-hospice (plus hospice qu’hôpital) aux Hospices civils. Ceux-ci se préoccupent surtout de la situation financière de l’établissement et envisagent de le convertir en hôpital, ce qui entraînerait un nouvel exode de vieillards70. Pourtant, l’année suivante, la cession de l’établissement est acceptée « sous réserve que 150 lits soient réservés aux vieillards, infirmes et incurables pour laisser les assistés le plus près possible de leur ancien domicile et de leurs relations habituelles71 ». Au vu des déménagements successifs imposés les années précédentes aux vieillards, cette déclaration humaniste pourrait être considérée comme une manifestation de cynisme. La politique suivie à l’égard des vieillards témoigne bien plutôt d’une profonde indifférence pour leur sort et du peu de cas que l’on fait d’eux au-delà de quelques bonnes paroles généreuses mais convenues. Cette attitude, largement partagée, explique le sort des vieillards pendant la guerre, peut-être aussi tragique que celui des aliénés mais bien moins dénoncé.

20Au total, c’est bien d’inconscience dont on peut parler pour qualifier l’attitude du Conseil d’administration des Hospices civils pendant l’Occupation. Une inconscience qui réside d’abord dans le refus et l’incapacité à prendre en compte le caractère exceptionnel et tragique de la situation. Sans doute, comme beaucoup d’autres institutions et pas mal de Français, l’administration a voulu faire comme si, la situation étant ce qu’elle était, le mieux était de se rassurer en se réfugiant dans la routine bureaucratique et de conjurer le présent en se lançant dans des projets modernisateurs appliqués avec bonne conscience. Il resterait à mesurer, au crible des registres d’entrée, les effets démographiques précis de la guerre sur les hospitalisés et à étudier précisément, en particulier pour les vieillards, la politique menée dans l’entre-deux-guerres. En effet, si des circonstances précises ont des effets catastrophiques, c’est d’abord parce qu’elles s’inscrivent dans des politiques durables et des attitudes enracinées.

Note

1 Jean Imbert (dir.), Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, Privat, 1982.

2 Christian Maillard, L’hôpital de 1940 à nos jours, Paris, Dunod, 1986.

3 Archives des Hospices civils de Lyon (ahcl), Règlements, règlement général (1941) article 29 et nouveau règlement, mai 1942, article 27.

4 Compte moral administratif de l’exercice 1940.

5 Maurice Garden, Histoire d’une grande entreprise de santé : le budget des Hospices civils de Lyon (1802-1976), Lyon, pul, 1980.

6 ahcl, Direction générale, notes de service (1934-1951), note du 6 février 1941.

7 ahcl, Direction générale, notes de service (1933-1951), note du 6 février 1941.

8 ahcl, Régime alimentaire (1918-1957), suppléments de denrées rationnées aux femmes enceintes, 1 page dactyl., annotations manuscrites, 10 novembre 1941.

9 Ibid., Hôpital Édouard-Herriot, femmes enceintes et accouchées, 12 novembre 1941.

10 Ibid., Lettre de B, 5 novembre 1941 et régime de la maternité de l’hôpital Édouard-Herriot, 12 novembre 1941.

11 ahcl, ca 4 septembre 1940.

12 ahcl, ca 23 juillet 1941.

13 ahcl, Régime alimentaire, réponse de l’Hôtel-Dieu au questionnaire du 27 octobre 1941.

14 ahcl, ca 26 octobre 1943.

15 ahcl, ca 23 septembre 1941.

16 ahcl, ca 9 février 1943.

17 ahcl, ca 26 octobre 1943.

18 ahcl, ca 20 juillet 1943.

19 ahcl, Régime alimentaire (1918-1957), liasse 1940-1957.

20 ahcl, Direction générale, notes de service, note du 6 février 1941.

21 Pierre Elore, Léo et Georges Vignon, « Quelques recherches sur la valeur énergétique de la ration alimentaire des malades d’hôpital », Lyon Médical, 1943, tome I, p. 288-294.

22 L. Justin-Besançon, « Restrictions alimentaires dans les hôpitaux de Paris pendant l’occupation », Bulletin de l’Académie de médecine, 1945, p. 77-83, séance du 6 février 1945.

23 Léon Binet et Michel Conte, « Enquête sur les malades soignés à l’hôpital Necker pendant la période 1940-1944 », Bulletin de l’Académie de médecine, 1944, p. 578-584, séance du 7 novembre 1944. L’article mentionne 10 cas d’œdème de carence ou de famine pendant l’hiver 1940-1941.

24 Noël Fiessinger, « L’amaigrissement actuel », Bulletin de l’Académie de médecine, 1942, p. 422426.

25 Dr Levrat et Dr Roche, « Les hypoglycémies de famine », Lyon Médical, 1943, p. 233-242, séance de la Société médicale des hôpitaux du 16 février 1943.

26 26. Jean A. Roux, Contribution à l’étude des œdèmes de dénutrition, Lyon, Patissier, 1943.

27 A. Guichard, « Restrictions alimentaires chez les débiles mentaux épileptiques », Lyon Médical, 1943, p. 172-174.

28 Jean-Pierre Gutton (dir.), Les administrateurs des hôpitaux sous l’Ancien Régime, Lyon, pul, 1999. Olivier Faure, Genèse de l’hôpital moderne : les Hospices civils de Lyon (1802-1845), Lyon/Paris, pul/CNRS, 1982.

29 ahcl, ca 12 septembre 1941.

30 Compte moral administratif de l’exercice de 1941.

31 ahcl, ca 12 septembre 1941 et règlements, règlement général, novembre 1941, articles 11 et 12.

32 ahcl, ca 29 novembre 1941.

33 Archives municipales de Lyon (aml), wp 156, Lettre au maire, 20 février 1940 et du ministre de l’agriculture au maire, 18 mars 1940.

34 Séances des 16 février 1942, 13 avril 1942 et 14 février 1944.

35 ahcl, ca 17 avril, 1er mai, 17 juillet 1940.

36 ahcl, ca 30 octobre 1940.

37 ahcl, ca 23 juillet 1941.

38 ahcl, Régime alimentaire (1918-1957), liasse 1940-1958, lettres de l’intendant, directeur du ravitaillement à l’administrateur de l’Antiquaille, 26 juillet 1941, du président du ca au préfet, 30 octobre 1941, de Paul Massimi (administrateur des Hospices et président du Comité départemental du ravitaillement) au secrétaire général des hcl, 6 novembre 1941.

39 ahcl, ca, 9 février 1943.

40 ahcl, ca 11 novembre 1940 et circulaire du 23 février 1942.

41 ahcl, 747 WP 156, note du 12 mars 1940.

42 ahcl, Circulaires 1941-1947, circulaire du 29 novembre 1941.

43 ahcl, Direction générale, notes de service, note du 13 juin 1942.

44 ahcl, notes de service du 25 novembre 1941 et du 13 novembre 1943.

45 ahcl, Régime alimentaire, rapport de l’administrateur Delore sur les améliorations à apporter au régime alimentaire des malades, 3 octobre 1929.

46 Ibid. Circulaires du 26 juin 1924 et du 31 mars 1926.

47 Séance du 22 avril 1941, Bulletin de l’Académie de médecine, tome 124, p. 429-437.

48 ahcl, Rapport Delore.

49 ahcl, Lettres du préfet au ca, 23 janvier 1937, de l’administrateur directeur du Perron au président du ca, 30 janvier 1937, du président du ca au préfet, 26 juillet 1937.

50 ahcl, Lettre du maire au président des hcl, 4 novembre 1931. Délibération de la commission des directeurs, 23 novembre 1931.

51 ahcl, Rapport de la Commission générale, 8 novembre 1936. Sans doute s’agit-il de la clinique mutualiste qui ouvre en 1933.

52 ahcl, ca 15 janvier 1936.

53 ahcl, Régime alimentaire, lettre du préfet au président du ca, 6 juillet 1939.

54 Ibid., Lettre du préfet au président du ca, 5 mars 1930.

55 aml 747, WP 156, Bilan de l’exploitation agricole pour 1939. Lettre de Pupier à Herriot, 26 avril 1940.

56 Ibid., Bilan de l’exploitation agricole de la Patinière 1938, 8 mars 1938.

57 ahcl, ca 20 août, 23 septembre et 18 novembre 1941.

58 ahcl, ca 25 août 1942.

59 ahcl, ca 5 février 1941.

60 La mort du cheval Negro, qui s’est étranglé dans sa stalle, a droit aux honneurs du Conseil d’administration. ca 22 juin et 7 septembre 1943.

61 ahcl, ca 23 février, 20 juillet et 12 octobre 1943.

62 ahcl, 747 wp 156, Circulaire du 12 mars 1940, lettre d’Amieux à Édouard Herriot, 12 mars 1940.

63 ahcl, Direction générale, notes de service (1933-1951), note du 6 décembre 1941.

64 Maurice Garden, Le budget des Hospices civils de Lyon (1800-1976), op. cit., p. 21-29.

65 ahcl, ca 23 avril 1941.

66 ahcl, ca 2 et 16 octobre 1940.

67 ahcl, ca 22 janvier 1941 et aml 747 wp 156, Lettre du président du ca au maire de Lyon, 31 juillet 1941.

68 ahcl, ca 2 juillet 1941.

69 ahcl, ca 10 mars 1942.

70 ahcl, ca 10 novembre et 22 décembre 1942.

71 ahcl, ca 23 novembre 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540