Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Deuxième partie. Des collectivités hospitalières inégalement touchées

Introduction

Texte intégral

1Si le sort des aliénés internés dans les hôpitaux psychiatriques a fait l’objet de dénonciations déjà anciennes et de travaux historiques récents, on connaît en revanche très mal le devenir sous l’Occupation des malades hébergés dans les autres collectivités hospitalières (hôpitaux généraux, sanatoriums…) et dans les établissements d’assistance (hospices de vieillards, orphelinats…). Il est vrai que les études qui leur sont consacrées, souvent centrées sur le xixe siècle, s’achèvent traditionnellement en 1939, limite chronologique que les historiens de la santé et de l’assistance n’ont jusqu’ici que rarement franchie. En outre, les victimes de la famine, que personne n’a jamais songé à dénombrer, n’ont semble-t-il laissé aucune trace dans la mémoire de ces institutions au sein desquelles l’épisode de la guerre et des restrictions n’a pas suscité de polémique. Les trois contributions rassemblées dans ce chapitre, qui portent sur des établissements situés dans le département du Rhône, très touché par les pénuries, n’ont par conséquent d’autre prétention que d’ouvrir un chantier et de proposer des conclusions provisoires. Celles-ci demanderont à être affinées et nuancées à partir d’autres analyses de cas qui permettront, dans une seconde approche, d’esquisser une typologie susceptible de nourrir une réflexion plus ambitieuse sur la portée et la signification de la crise des années 1940-1944.

  • 1 La Revue hospitalière de France, dont la parution est en principe mensuelle, est l’organe de la Fé (...)
  • 2 Dirigée par Paul Strauss.
  • 3 La plupart des lois, arrêtés, décrets et circulaires concernant la santé et l’assistance sont repr (...)
  • 4 Pour établir un bilan national, il conviendrait de travailler à partir des données de la Statistiq (...)

2Car il y a bien eu crise. Les collectivités hospitalières ont toutes connu, du fait des pénuries, de graves difficultés de ravitaillement en denrées alimentaires et en moyens de chauffage dont témoignent notamment, quoique de façon édulcorée, la Revue hospitalière de France1 et la Revue des établissements et des œuvres de bienfaisance2 qui continuent à paraître pendant toute la guerre3. Elles ont également toutes été affectées par le phénomène du coulage et ont probablement toutes abrité, à plus ou moins grande échelle, des trafics en tout genre. Enfin même si, à ce stade de la recherche, il n’est pas toujours facile de produire des chiffres4, il est certain que les taux de mortalité ont partout augmenté d’autant que paradoxalement, alors que les administrations ont d’immenses difficultés à nourrir leurs pensionnaires, les établissements hospitaliers servent de plus en plus souvent de refuge à une population déjà affaiblie par la sous-alimentation, la « misère physiologique » devenant une cause fréquente d’admission.

  • 5 Sur le cas de l’Assistance publique de Paris on trouve quelques indications dans Robert Vial, Hist (...)

3Toutes les collectivités n’ont cependant pas été touchées avec la même intensité et il semble que l’on puisse, à partir du cas du département du Rhône, établir une hiérarchie entre les types d’établissements. Cette hiérarchie est fondée sur plusieurs critères. Tout d’abord sur le profil de la population accueillie. Par définition, les maisons de retraite hébergent de nombreux vieillards et pour certaines d’entre elles une majorité de grands vieillards d’autant plus sensibles aux effets de la malnutrition qu’au-delà de 70 ans ils figurent dans la catégorie de rationnaires la plus défavorisée par le ravitaillement (catégorie V). Les tuberculeux hospitalisés sont au contraire majoritairement jeunes et plus résistants à la faim. Les services de malades aigus des hôpitaux généraux peuvent quant à eux compter sur une rotation beaucoup plus rapide de leurs effectifs et compenser l’insuffisance quantitative des rations en donnant aux convalescents ce que les plus affaiblis ne mangent pas. La situation est très différente dans les services de chroniques qui abritent de nombreux vieillards, infirmes et incurables si bien que les taux de mortalité calculés à l’échelle de vastes établissements tels que les Hospices civils de Lyon et a fortiori l’Assistance publique de Paris ne sont pas significatifs tant les écarts entre services sont importants5. Dans les services de chroniques, les vieillards et les « longs séjours », physiologiquement plus fragiles, sont plus nombreux alors que le degré de médicalisation est moindre et que le prix de journée versé pour chaque pensionnaire est nettement moins élevé que dans les services d’aigus. Or la flambée des prix des denrées non contingentées place les établissements les moins riches (les hôpitaux psychiatriques et les hospices de vieillards) dans l’incapacité d’acheter des calories supplémentaires à leurs pensionnaires alors que la ration officielle ne peut suffire à les maintenir en vie. En outre, ces malades chroniques ne peuvent que rarement compter sur l’aide de leur famille, lorsqu’ils en ont une, les circonstances de la guerre n’étant, sauf exception, pas favorables à la revitalisation de liens souvent distendus.

  • 6 Soit 45 grammes de viande et 15 grammes de matières grasses par jour. Ces suppléments peuvent être (...)
  • 7 Cette circulaire commente les dispositions récentes (sans doute celles exposées dans la circulaire (...)

4Certes, l’arrêté du 15 juin 1941 prévoit que l’ensemble des collectivités pourra bénéficier d’attributions particulières de denrées non rationnées. Mais ces attributions, très variables d’un département à l’autre, sont par définition très aléatoires. Seules certaines institutions telles que les sanatoriums peuvent compter, pour nourrir leurs pensionnaires, qui eux aussi effectuent des séjours généralement longs, sur des suppléments conséquents de denrées rationnées. Également destinés aux tuberculeux soignés dans les dispensaires, dans les hôpitaux généraux voire, dans certains départements, aux aliénés tuberculeux des hôpitaux psychiatriques, les régimes de suralimentation prévus par la circulaire du 14 octobre 1940 et par l’arrêté du 21 décembre 19406 ne sont en effet accordés qu’au compte goutte alors que l’ensemble des malades des sanatoriums peut en bénéficier sans doute dès le début de l’année 1941. Au cours de l’année 1942, d’autres suppléments, en particulier le supplément de pain prévu par la carte T, viennent s’ajouter aux précédents, achevant de faire des sanatoriums, déjà favorisés par un prix de journée élevé qui leur permet de faire plus facilement face à l’inflation du prix des denrées alimentaires, des établissements privilégiés. La jeunesse des pensionnaires explique sans doute pour une bonne part la sollicitude dont ils font l’objet de la part d’un régime qui a en outre choisi de placer la lutte contre la tuberculose en tête de ses priorités de santé publique. Mais c’est surtout le critère de curabilité qui justifie la priorité donnée aux tuberculeux hospitalisés dans des sanatoriums comme en témoigne une circulaire du 13 décembre 1942 adressée par le Secrétariat d’État à la santé aux directeurs régionaux de la santé7 :

« J’ai l’honneur de vous communiquer ci-joint, pour information, le texte d’une circulaire de M. le ministre, secrétaire d’État au Ravitaillement au sujet du régime applicable aux tuberculeux soignés dans les sanatoria et préventoria soumis à la loi du 7 septembre 1919. Il y a là, comme vous le constaterez, une amélioration importante du régime jusque-là alloué aux tuberculeux, et la ration plus large qui leur est accordée constitue, dans les circonstances actuelles, un effort considérable. Cette nouvelle ration s’applique exclusivement aux malades traités dans les établissements soumis à la loi du 7 septembre 1919. Ils bénéficieront donc, par rapport aux autres tuberculeux, d’avantages substantiels. Les médecins auront donc un argument de grande valeur pour engager les tuberculeux à entrer dans les sanatoriums. Il importe donc que les indications de la cure sanatoriale et préventoriale soient portées avec discernement. Seuls les sujets susceptibles de bénéficier de traitements doivent être proposés. Il serait contraire aux intentions du Gouvernement de diriger sur ces établissements ou d’y maintenir les sujets qui ne doivent pas être améliorés de façon certaine. »

5Dans cette logique dictée non par un argument humanitaire mais par un impératif de réinsertion sociale, il n’est pas étonnant que le régime alimentaire des pensionnaires des hospices, pourtant particulièrement déficitaire, n’ait fait l’objet d’aucune amélioration notable. En revanche, même si les médecins-chefs des hôpitaux psychiatriques, faisant une grande publicité aux avancées permises par la découverte de l’électrochoc, ont fait valoir que la grande majorité de leurs malades étaient eux aussi curables, la décision de les favoriser dans le rationnement au même titre, quoique plus tardivement, que les tuberculeux n’en apparaît pas moins étonnante.

Notes

1 La Revue hospitalière de France, dont la parution est en principe mensuelle, est l’organe de la Fédération hospitalière de France qui, à la veille de la guerre, regroupe six Unions hospitalières régionales. Dès janvier 1940, la Fédération rend compte des difficultés d’approvisionnement des hôpitaux.

2 Dirigée par Paul Strauss.

3 La plupart des lois, arrêtés, décrets et circulaires concernant la santé et l’assistance sont reproduits dans le Bulletin du Secrétariat d’État de la Famille et de la Santé.

4 Pour établir un bilan national, il conviendrait de travailler à partir des données de la Statistique des institutions d’assistance publiées après la guerre (en 1947 pour les années 1940, 1941 et 1942 et en 1949 pour les années 1943 et 1944).

5 Sur le cas de l’Assistance publique de Paris on trouve quelques indications dans Robert Vial, Histoire des hôpitaux de Paris sous l’Occupation, Paris, l’Harmattan, 1999. Pour une analyse plus approfondie, il conviendrait d’exploiter le Recueil des arrêtés, instructions et circulaires réglementaires concernant l’administration générale de l’assistance publique à Paris consultable aux Archives de l’ap-hp.

6 Soit 45 grammes de viande et 15 grammes de matières grasses par jour. Ces suppléments peuvent être également accordés à titre exceptionnel aux malades atteints d’anémie grave et aux convalescents relevant d’une maladie grave ou d’une opération récente. Une circulaire datée du 1er octobre 1940 précise également que le rationnement de pain n’est pas applicable aux malades tuberculeux groupés en salle ou en sanatorium.

7 Cette circulaire commente les dispositions récentes (sans doute celles exposées dans la circulaire du 28 octobre 1942) prises par le Secrétariat d’État au ravitaillement en faveur des tuberculeux hospitalisés dans les sanatoriums. Elle est reproduite dans la Revue des établissements et des œuvres de bienfaisance d’août 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540