Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Première partie. Une population durement frappée : les « aliénés » internés dans les hôpitaux psychiatriques

Un réseau en action : les hôpitaux psychiatriques privés de la congrégation Sainte-Marie de l’Assomption

Olivier Bonnet

Texte intégral

  • 1 Maurice Desruelles et Jean Lauzier, « Une enquête sur l’assistance aux aliénés en France en 1931 » (...)

1Exclusivement consacrée au soin des aliénés, la congrégation Sainte-Marie de l’Assomption, fondée en Ardèche en 1825 par le père Chiron, possède, dirige et fournit en personnel féminin religieux cinq asiles psychiatriques faisant fonction d’hôpitaux publics : Privas (fondé en 1827), Clermont-Ferrand (1836), Le Puy (1852), Nice (1862) et Cayssiols près de Rodez (1936). Depuis 1925, date de la séparation pour des raisons canoniques avec les frères de Sainte-Marie, la congrégation emploie des gardiens laïcs, sous la surveillance étroite des sœurs. Sans qu’aucun d’eux n’ait une taille comparable à celle de l’hôpital psychiatrique de Clermontd’Oise ou à celle du Vinatier, ces cinq établissements reçoivent une importante population aliénée. Au 31 décembre 1931, l’asile du Puy et celui de Clermont-Ferrand sont les deux plus importants des dix-sept asiles privés français, précédant l’asile du Bon Sauveur de Caen et celui de Limoux. L’asile Sainte-Marie de Nice devance celui de Saint-Jean de Dieu à Lyon, et l’asile Sainte-Marie de Privas occupe la septième position1. Au 1er juillet 1939, les hôpitaux psychiatriques Sainte-Marie de l’Assomption reçoivent 6 076 malades au total dont 1 535 à Clermont, 1 584 au Puy, 1 128 à Nice, 1 506 à Privas et 323 à Cayssiols (Rodez).

  • 2 Cette correspondance est archivée à la maison mère de la congrégation à Chamalières. Afin d’abrége (...)

2Comme tous les malades internés dans les hôpitaux psychiatriques français, les malades mentaux internes dans les hôpitaux de Sainte-Marie ont souffert des restrictions alimentaires sous l’Occupation et comme partout leur taux de mortalité a augmenté. Mais par leur dévouement aux malades, par leur obstination à contourner le rationnement, par le réseau d’entraide constitué entre leurs différentes maisons, les religieuses de Sainte-Marie ont pu limiter les conséquences de la famine. Ces activités cachées, clandestines, sont difficiles à appréhender car elles n’ont pas laissé de traces dans les archives administratives. Mais pour organiser les échanges entre leurs hôpitaux, pour annoncer le départ ou la bonne réception des chargements de denrées alimentaires, les religieuses échangent de nombreux courriers. C’est sur cette correspondance privée entre les supérieures des différentes maisons de Sainte-Marie2, que nous avons eu le privilège de consulter et que nous croiserons avec des sources administratives, que nous nous sommes appuyé pour construire notre propos. Reste que les informations recueillies sont lacunaires dans la mesure où les sœurs communiquaient aussi par téléphone ; en outre alors que la plupart des lettres utilisées sont destinées à la maison mère de Clermont, très peu de celles émises par cette dernière ont été retrouvées.

La mortalité dans les asiles Sainte-Marie sous l’Occupation

  • 3 Nous avons en effet rapporté le nombre des décès non plus à la population totale traitée dans l’an (...)

3Bien que réévalués à la hausse par rapport à ceux que nous avions produits en 19923, les taux de mortalité annuelle enregistrés entre 1940 et 1944 dans les asiles de la congrégation Sainte-Marie sont nettement inférieurs à ceux que l’on relève dans la plupart des autres hôpitaux psychiatriques.

Tableau 1 : Évolution du taux de mortalité annuelle à l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de Clermont-Ferrand

Tableau 1 : Évolution du taux de mortalité annuelle à l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de Clermont-Ferrand

Source : Rapports annuels.

4Ainsi à Clermont-Ferrand, au cours des dix années qui précèdent la guerre, le taux annuel de mortalité évolue dans une fourchette allant de 4,4 % en 1934/35 à 6,3 % en 1930/31, la moyenne étant de 5,5 %. De 1939 à 1945, le taux de mortalité est toujours supérieur à 10 % (sauf en 1945), la moyenne s’élevant à 14,2 %, soit une augmentation de 158 %. Dès la fin des hostilités, le taux retrouve un niveau proche de la normale, avec 6,5 % en 1946.

Tableau 2 : Évolution du taux de mortalité à l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de Nice

Tableau 2 : Évolution du taux de mortalité à l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de Nice

Source : Rapports annuels.

5À Nice, au cours des dix années qui précèdent la guerre, le taux de mortalité évolue dans une fourchette allant de 6,7 % en 1938/39 à 10,4 % en 1930-1931, la moyenne étant de 8,6 %. De juillet 1939 à décembre 1945, le taux de mortalité dépasse parfois les 20 % et la moyenne est de 15,7 %, soit une augmentation de 82,6 %. Il faut attendre 1947 pour retrouver un taux proche de la normale. Bien que le taux de mortalité de l’année 1941-1942 soit de 19,6 %, le médecin-chef du service des hommes, le Dr Carrere, nouvellement arrivé dans l’établissement, est surpris par le relatif bon état général des malades :

  • 4 Rapport annuel de l’hôpital de Nice, année 1941-1942, p. 8.

« Venant d’un autre département où les malades avaient été grandement éprouvés par les restrictions, nous avons trouvé les malades de l’hôpital Sainte-Marie en bien meilleur état physique ; néanmoins nous commençons à voir quelques états de carence, quelques cas de ces cachexies alimentaires qui firent des ravages dans certains hôpitaux psychiatriques. Comment expliquer l’apparition tardive et sporadique de ces troubles, alors qu’ils existaient depuis près de deux ans ailleurs ? Ici il nous faut rendre à l’intelligente économie de l’hôpital un hommage bien mérité. Les réserves de l’hôpital, l’utilisation des ressources locales ont permis d’alimenter normalement les malades en dépit d’un prix de journée bas, peut-être le plus bas des hôpitaux psychiatriques4. »

Tableau 3 : Évolution du taux de mortalité à l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie du Puy

Tableau 3 : Évolution du taux de mortalité à l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie du Puy

Source : Rapports annuels.

6Au Puy, au cours des dix années qui précèdent la guerre, le taux de mortalité évolue dans une fourchette allant de 4,3 % en 1936 à 7,3 % en 1931, la moyenne étant de 5,6 %. De janvier 1940 à décembre 1945, le taux de mortalité dépasse une seule fois les 10 % (10,1 % en 1941), la moyenne étant de 8,2 %, soit une augmentation de 46,4 %. Dès 1945 on retrouve le niveau de mortalité d’avant-guerre.

  • 5 Lettre de Privas à Clermont, 22 octobre 1941.

7Ces tableaux statistiques témoignent des forts contrastes qui existent entre trois établissements appartenant pourtant à la même congrégation. Sous l’Occupation, le taux de mortalité annuelle moyen enregistré au Puy est même inférieur à celui enregistré à Nice avant la guerre ! Il semble donc que, pour explorer la question de la surmortalité des malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriques pendant la Seconde guerre mondiale, il faille adopter une démarche comparative et prendre en compte les spécificités de chaque situation locale : l’implantation urbaine ou rurale, le profil de la population internée, et peut-être (surtout ?) le rôle des responsables administratifs locaux. Ainsi, si au Puy ou à Rodez les religieuses ont trouvé des soutiens, voire des complicités, pour favoriser le ravitaillement, cela n’a pas été le cas à Privas où, d’après la supérieure, « le ravitaillement ne se fait pas bien du tout. D’après certaines autorités du ravitaillement, l’asile est partie négligeable – il faut conserver la partie saine – l’on nous traite en ce sens à Privas5 ».

8Cette augmentation de la mortalité est signalée – pour ne pas dire dénoncée – dans les rapports médicaux annuels. Ainsi, à l’hôpital Sainte-Marie de Clermont, le médecin-chef, le Dr Doussinet, termine son rapport pour l’année 1941 – année au cours de laquelle on a enregistré 328 décès, soit un taux de mortalité annuelle de 19 % – par ces mots :

  • 6 Rapport annuel, Clermont-Ferrand, 1941, p. 13.

« C’est sans conteste aux extrêmes difficultés de ce ravitaillement – qui est pourtant l’objet des soins attentifs de l’administration – que doivent être rapportés les deux tiers de nos décès […] C’est là un fait d’ordre général, constaté dans tous les établissements d’aliénés, qui commande une véritable fonte des effectifs asilaires. En l’absence de modifications de la situation actuelle du Ravitaillement, il y a lieu de craindre que cet état de choses, loin de s’amender, s’accuse encore à l’avenir6. »

  • 7 Rapport annuel, Clermont-Ferrand, 1942, p. 13.
  • 8 Ibidem.
  • 9 Rapport annuel, Nice, 1940-1941, p. 2.
  • 10 Rapport annuel, Nice, 1941-1942, p. 3.

9Le Dr Doussinet récidive dans son rapport de l’année suivante : « L’incidence des difficultés de ravitaillement sur l’état sanitaire des établissements psychiatriques reste la plus grosse de nos préoccupations7. » Le cri d’alarme lancé en 1941 semble avoir été entendu du gouvernement et, en 1942, le Dr Doussinet écrit encore à propos de la situation : « Elle justifie entièrement la mesure qui vient d’être prise par Monsieur le Ministre du ravitaillement, dont nous attendons une amélioration sensible du sort de nos malades8. » À Nice, la directrice, Sœur Beque, relève également pour l’année 1940/41 « les restrictions, les grandes difficultés de toutes natures pour réaliser le ravitaillement9. » L’année suivante, c’est le médecin-chef du service des malades femmes, le Dr Berthon, qui explique en ces termes l’augmentation considérable des décès enregistrés – 254 soit un taux de mortalité annuelle de 19,6 % contre 11,7 % en 1940/41 : « Cela provient du fléchissement qu’a subi du fait des restrictions sévères le régime alimentaire des malades10. »

« Aide-toi, le ciel t’aidera » ou comment limiter les conséquences d’un rationnement mortifère

  • 11 Lettre du Puy, 4 août 1940.
  • 12 Lettre du Puy, 17 août 1942.

10Deux citations montrent l’esprit qui anime les religieuses de Sainte-Marie face aux difficultés du ravitaillement. Dès août 1940, la supérieure de la maison du Puy, pressentant des temps difficiles, écrit à sa supérieure générale : « Il fera bon, croyons-nous, avoir de nombreuses provisions11. » Le 17 août 1942, elle écrit encore : « En de tels temps, il faut risquer de grandes choses pour s’assurer l’existence12 » comme exposer le capital de la congrégation en achetant ou en louant des terres agricoles mais aussi compromettre l’avenir de l’œuvre en se faisant arrêter lors de contrôles sur les routes en train d’acheminer clandestinement des provisions d’une maison à l’autre.

  • 13 Michel Boyer, « Les malades hospitalisés à Sainte-Marie [Privas] : quelques chiffres », Revue du V (...)
  • 14 Rapport administratif et médical, Le Puy, 1938-1946, p. 6.
  • 15 Lettre de la directrice de l’asile du Puy au préfet de la Haute-Loire, 30 octobre 1940.
  • 16 Brouillon du rapport médical pour l’année 1939-1940 établi par le Dr de Mourgues.
  • 17 Le Puy, Enquête du Ministère de la santé publique sur l’organisation de la protection de la santé (...)

11Contrairement à l’hôpital Saint-Jean de Dieu à Lyon, plusieurs asiles de la congrégation Sainte- Marie se trouvent confrontés à une difficulté supplémentaire : l’afflux de malades réfugiés d’hôpitaux évacués. Dès le 11 septembre 1939, l’hôpital de Clermont accueille 334 malades femmes évacuées de l’hôpital de Rouffach (Haut-Rhin). Celui de Rodez reçoit, en 1940, 150 malades de Rouffach et 80 de Maison-Blanche, puis en 1943, 297 malades de l’asile Sainte-Marie de Privas réquisitionné par les Allemands pour en faire un hôpital militaire13. Mais c’est l’hôpital Sainte-Marie du Puy qui en reçoit le plus. Il accueille, en 1939, 300 malades de Rouffach, puis, en 1940, 374 nouveaux réfugiés provenant d’Épernay (148), de Châlons-sur-Marne (168) et de Bourg Saint-Maurice (58). En 1943, Le Puy accueille encore 93 malades de Blois et 317 provenant de l’hôpital Sainte-Marie de Privas14. Dès 1940, la directrice du Puy fait face à ces arrivées massives et inattendues en faisant construire de nouveaux dortoirs ou en aménageant un vaste grenier en dortoir15. Ces malades évacués arrivent souvent dans un état de fatigue prononcée à cause du voyage. Le Dr de Mourgues, du Puy, signale que les malades de Rouffach sont arrivées « véritablement épuisées16 » après un voyage en chemin de fer de trois jours et trois nuits. Ces malades ont parfois des parasites comme ceux de Blois, atteints de gale, et ceux d’Aix, couverts de poux17.

  • 18 Lettre de Clermont, 2 mars 1941.
  • 19 Rapport annuel, Rodez, 1939-1940, p. 13.
  • 20 Lettre du Puy, 16 mai 1940.
  • 21 Lettre du Puy, 26 octobre 1940.

12Confrontées aux difficultés du rationnement, de l’encombrement des services, du manque de gardiens, mobilisés puis prisonniers pour beaucoup, les religieuses de Sainte-Marie oublient le principe du fondateur de leur congrégation, « le spirituel prime sur le temporel », et se démènent sans compter, au détriment de leurs exercices religieux : « De partout ici [Clermont] on ne voit que des sœurs débordées par le travail qu’occasionne le bouleversement général de la maison. Il y a moins de monde aux offices, aux exercices du vendredi et mercredi18. » La correspondance entre les supérieures des différentes maisons montre un engagement total, permanent, des religieuses au service de leurs malades. Alors qu’il s’apprête à quitter l’hôpital Sainte-Marie pour un autre poste, le Dr Rougean, de l’asile de Rodez, affirme qu’il a trouvé chez les religieuses « tous les jours un dévouement sans défaillance qu’il m’arrive fréquemment d’être obligé de tempérer par égard pour la santé du personnel en lui ordonnant un repos qui constitue la seule chose que j’ai des difficultés à obtenir et le seul sujet de discorde19 ». Au Puy, la supérieure signale que chacune de ses religieuses « met toute sa bonne volonté, tout son dévouement au service des nécessités20 ». La conséquence est que certaines religieuses sont très fatiguées en raison du surcroît de travail mais la supérieure ne peut exiger d’elles « qu’un repos relatif, car l’absolu, il ne faut pas y compter21 ». Au Puy, la directrice leur fait aménager une salle qui leur est spécialement réservée afin qu’elles puissent trouver un peu de repos :

  • 22 Lettre de la directrice du Puy au préfet, 30 octobre 1940.

« Nous avons préparé un Pavillon d’infirmerie où nos sœurs fatiguées, bien souvent par l’excès de travail, pourront être soignées et se reposer efficacement […] les santés, tout à l’heure, n’offrent point de résistance à une tâche continue et parfois bien laborieuse22. »

  • 23 Lettre du Puy, 21 juin 1944.

13En 1944, alors que l’administration oblige l’hôpital du Puy, déjà bien surchargé, à accueillir 50 malades femmes évacuées de l’hôpital psychiatrique de Château-Picon, sa directrice affirme que « c’est le moment de donner son plein sans souci de la peine ni de la difficulté23 ».

  • 24 14 sœurs, 8 infirmiers et 7 dames bénévoles pour 297 malades, soit un taux d’encadrement de 1 pour (...)
  • 25 Ibidem.
  • 26 Lettre de Rodez, 15 novembre 1943.

14L’évacuation de nombreux malades est donc un aspect à ne pas négliger pour mieux appréhender la surmortalité pendant l’Occupation. Souvent, ce transfèrement est fait à la va-vite, dans de mauvaises conditions et se traduit par une forte augmentation de la mortalité. Les sœurs de Sainte-Marie ont le souci du confort des malades lors de l’évacuation de l’hôpital de Privas, réquisitionné par les troupes occupantes, à Rodez, Le Puy et Clermont. Non seulement elles veillent à ce que le personnel qui les encadre soit assez nombreux24, mais elles obtiennent pour le transport, après deux jours de négociation, non pas de simples wagons de soldats mais de « bons wagons couloirs25 ». L’itinéraire initial ayant été modifié, le voyage dure cependant une journée de plus que prévu. Se pose alors la difficile question des provisions pour 326 personnes. Les religieuses sollicitent alors l’appui d’une de leurs relations, un membre du cabinet du préfet de l’Aveyron, parent d’une ancienne malade, qui obtient du préfet du Tarn que les malades reçoivent du Secours national « un bon déjeuner copieux et chaud26 ».

  • 27 Olivier Bonnet, « L’œuvre hospitalière de la congrégation Sainte-Marie de l’Assomption à Clermont- (...)
  • 28 Lettre de Clermont, 16 mars 1941.
  • 29 Lettre de Rodez, 10 août 1941.
  • 30 Lettre de Rodez, 9 décembre 1940.
  • 31 Lettre de Rodez, 10 août 1941.
  • 32 Lettre de Rodez, 9 juin 1942.
  • 33 Lettre de la directrice du Puy au préfet, 30 octobre 1940.
  • 34 Lettre du Puy, 11 décembre 1941.
  • 35 Lettre de Mère Marie Pia, 25 août 1942.
  • 36 Lettre de Mère Marie Pia, 15 mars 1943.
  • 37 Rapport administratif et médical 1938-1946, Le Puy, p. 4.
  • 38 Lettre du Puy, 25 août 1942.
  • 39 Rapport administratif et médical 1938-1946, Le Puy, p. 4.

15Pour pallier les difficultés d’approvisionnement, les religieuses retrouvent les réflexes de leur milieu rural d’origine27. Elles utilisent au mieux les moindres parcelles disponibles. À Clermont, elles se font jardinières. Le grand jardin de l’hôpital, lieu de promenade des sœurs et des malades avant-guerre, est transformé en potager : « Le grand jardin devient plus beau […] les petits pois ont poussé d’un centimètre28. » Au Puy et à Cayssiols, elles se transforment en paysannes. Sur les terres de leur nouvel asile près de Rodez, elles sèment du blé mais aussi « de grandes surfaces de carottes, rutabagas, betteraves. Tout s’annonce assez bien et nous avons bien besoin que ça nous aide car on ne peut presque rien acheter29 ». Elles développent également l’élevage. En 1940, à Cayssiols, elles rencontrent des difficultés pour engraisser 36 porcs. Est-ce un élevage clandestin car dans la correspondance elles les appellent des « habillés de soie30 » ? En 1941, les sœurs de Cayssiols élèvent 80 oies ou canards et une quarantaine de dindes et « jamais la basse-cour n’avait été aussi prospère31 ». En 1942, la porcherie de Cayssiols, construite en bois, est en très mauvais état. Les sœurs décident de la reconstruire en dur malgré le coût élevé des travaux car « il est évident qu’il faudrait en ce moment augmenter le nombre de bêtes au lieu de les diminuer à cause des difficultés d’en trouver à acheter32. » Au Puy, dès 1940, les religieuses entreprennent également d’agrandir leur porcherie car, expliquent-elles au préfet, « dans un établissement comme le nôtre, la basse cour paraît de toute première nécessité, soit pour l’utilisation des eaux ménagères et des restes des malades, ou grain récolté, soit pour son rendement en œufs et viandes diverses33 ». En 1941, la supérieure du Puy souligne en ces termes l’importance de la propriété agricole : « La tournure qu’ont pris les événements les jours passés n’inspirent pas grande confiance pour un ravitaillement meilleur. C’est surtout la propriété qui nous sauvera et nous mettons bien tous nos soins à lui faire rendre le maximum34. » En 1942, Mère Marie Pia, supérieure de la maison du Puy, annonce son projet de louer une ferme et d’acheter un tracteur car, dit-elle, « c’est une assez grosse affaire mais il s’agit d’assurer la becquée quotidienne à notre grand monde35 ». En mars 1943, la ferme est installée. Elle est gérée par les parents d’un des gardiens aidés par quatre malades de l’asile. Elle compte alors 120 moutons, une cinquantaine de poules et une dizaine de porcs36 ainsi que deux paires de bœufs pour les labours, l’objectif étant de produire des pommes de terre, des gros légumes et des céréales37. Afin de produire suffisamment de fourrage pour nourrir le cheptel, qui comprend alors 28 vaches laitières, 4 bœufs, 1 taureau, 1 cheval et 30 moutons38, les religieuses agrandissent la propriété en asséchant des terrains marécageux et en apportant de la terre arable. Elles afferment également des prairies et des champs39 :

  • 40 Lettre du Puy, 14 avril 1942.

« Je vous avais parlé de locations temporaires de champs et de prés. Nous avons eu d’excellentes occasions tout à fait dans notre voisinage. Plusieurs hectares nous ont été cédés pour rien, à seule fin que nous les travaillions et remettions au fermier une quantité de pommes de terre déterminée. Cela nous donne un peu de souci et occupe bien nos hommes mais il faut savoir se donner de la peine si l’on veut assurer à nos pauvres malades un hiver pas trop malheureux40. »

  • 41 Lettre de Rodez, 14 juillet 1940.
  • 42 Lettre de Rodez, 26 juillet 1940.

16En outre, pour lutter contre les restrictions, les sœurs n’hésitent pas à contourner le rationnement. Peut-être faut-il voir dans le respect par les hôpitaux psychiatriques publics des règles de la comptabilité publique et de la législation concernant le rationnement, une des causes du drame qui s’est joué à l’intérieur de leurs murs. Du fait des pénuries, les sœurs de Sainte-Marie rencontrent, comme les institutions et les particuliers, des difficultés à acheter de la nourriture avec leurs tickets de ravitaillement. Ainsi dès juillet 1940, la supérieure de l’asile de Rodez, qui pourtant se situe dans un département agricole, affirme qu’il faut batailler « bien entendu pour le ravitaillement. Cette semaine nous n’avons pas pu avoir de viande. La réquisition a ramassé toutes les bêtes […] Je suis encore à la recherche de vinaigre, de sel, d’huile, de pâtes. Ce n’est pas facile à trouver ». Aussi doivent-elles commencer à compter sur elles-mêmes : « Nous irons faire un tour à la bergerie41. » La semaine suivante, les sœurs de la maison de Rodez tuent un bœuf qui s’était blessé à une patte. Elles ne respectent pas la réglementation sur l’abattage et obtiennent d’un boucher voisin qu’il l’abatte discrètement42. Parce que leurs asiles sont privés, bien que faisant partie du service public, les religieuses de Sainte-Marie ont sans doute plus de souplesse dans l’usage de leurs fonds. Elles se comportent comme un grand nombre de Français, cherchant à contourner le rationnement en achetant des denrées non contingentées et parfois en recourant au marché parallèle.

  • 43 Rapport annuel Le Puy 1939-1940.

17L’alerte sur les conséquences possibles du rationnement est donnée dès 1940 lorsque le Dr de Mourgues, médecin-chef à l’asile du Puy, signale dans son rapport annuel : « Nous espérons que bientôt nous retrouverons une vie plus normale et que les restrictions que la défaite fait subir à nos malades s’atténuent pour eux. C’est une de leurs rares satisfactions de manger à leur faim43. » Mère Marie Pia, supérieure de la maison du Puy, est la cheville ouvrière de l’organisation mise sur pied dans le but de limiter les effets de la pénurie alimentaire dans les hôpitaux de la congrégation. En 1943, les sœurs disent d’elles :

  • 44 Lettre non signée de juin 1943.

« Oh ! Prions beaucoup pour notre très vénérée Mère Marie Pia. Sans elle je ne sais trop ce que nous serions devenues. Elle est pour nous et pour toutes nos chères maisons la Providence vivante du Bon Dieu44. »

  • 45 Lettre du Puy, 4 août 1940.
  • 46 Lettre du Puy, 10 novembre 1940.
  • 47 Lettre du Puy, 4 août 1940.
  • 48 Lettre du Puy, 10 novembre 1940.
  • 49 Lettre du Puy, avril 1941.

18Dès août 1940, Mère Marie Pia écrit : « Il fera bon avoir de nombreuses provisions45 ». En novembre, elle renouvelle ce conseil à la supérieure générale : « Les temps durs se prolongeront probablement. Il est prudent d’amasser des marchandises46. » Prévoyant le pire, elle accumule les réserves. En juin 1940, alors que l’armistice n’est pas encore signé, elle fait acheter à Marseille une cargaison de riz, sans doute importante puisque entre juin et août 1940, l’asile du Puy en fait parvenir 150 balles, soit 15 tonnes, à l’asile de Clermont et 10 autres tonnes à celui de Rodez47. En novembre, elle avoue sur le ton de la confidence à la supérieure générale : « Évidemment, nous ne le dirons à personne, mais nos caves sont pleines. Même en pommes de terre, nous sommes largement pourvues, plus largement en charbon48 […]. » En 1941, Mère Marie Pia achète encore un wagon de tapioca dont la cargaison est partagée entre les différentes maisons, chacune recevant cinq tonnes. Elle justifie auprès de sa supérieure son « audace » en expliquant que « le tapioca n’est pas une denrée de première nécessité mais, réduits en pain, nous trouverons bon […] d’avoir une compensation en potage49 ».

  • 50 Lettre de Clermont, 4 octobre 1941.
  • 51 Lettre du Puy, 6 décembre 1941.
  • 52 Lettre du Puy, 13 décembre 1942.
  • 53 Lettre du Puy, 10 août 1940.

19Pour nourrir leurs malades, les sœurs n’hésitent pas à acheter, au prix fort, des produits non contingentés. Ainsi, en 1941, la supérieure de Clermont apprend qu’une farine pour potage à base de pois et de haricot contenant de la graisse de porc est disponible au prix de 40 francs le kilo. Prévoyant l’usage qu’on pourrait en faire, « économiser le pain pour la soupe de nos chers malades », elle en achète 600 balles de 100 kg50 qui sont réparties entre les asiles de la congrégation. Une seule lettre fait mention du recours au marché noir. Il est vrai que le risque est grand que d’écrire : « Nous obtenons un peu clandestinement de l’orge perlé et quelques lentilles. Nous ne manquons pas à la justice, c’est l’essentiel. On gagne toujours à être discret51. » Aussi ne peut-on exclure que les religieuses du Puy aient profité en d’autres occasions de leurs bonnes relations avec le milieu agricole environnant. Mais les sœurs s’estiment également victimes du marché noir comme en témoigne la supérieure du Puy : « Cette fois encore nous n’avons pu mettre des lentilles : elles sont introuvables tant le marché noir les tient à l’abri du commerce courant52. » La constitution de réserves ne concerne pas seulement les denrées alimentaires mais aussi les tissus pour confectionner des vêtements, le fil, les couvertures. Ainsi, en août 1940, la maison du Puy achète divers articles vendus, par lots, par les hôpitaux militaires installés dans la ville. L’armée liquide le matériel qui a été peu utilisé car il y a eu peu de soldats en traitement. Après avoir vérifié la qualité sur des échantillons, prudence typique de filles de la campagne, les sœurs achètent 3 000 couvertures, 2 000 serviettes et 5 000 draps53.

  • 54 Lettre du Puy, 26 avril 1940.
  • 55 Lettre du Puy, 10 août 1940.
  • 56 Lettre du Puy, 19 septembre 1940.
  • 57 Lettre du Puy, 10 novembre 1940.
  • 58 Lettre du Puy, 6 décembre 1941.
  • 59 Lettre du Puy, 14 avril 1942.
  • 60 Lettre du Puy, 10 août 1943.
  • 61 Lettres du Puy, 30 mars 1945 et 14 avril 1945.
  • 62 Lettre du Puy, 3 janvier 1942.
  • 63 Lettre du Puy, 30 avril 1942.
  • 64 Lettre du Puy, 30 mai 1942.

20La solidarité entre les maisons est un autre moyen de lutter contre les restrictions. Avant-guerre, les hôpitaux Sainte-Marie, bien qu’appartenant à la même congrégation, fonctionnaient de façon autonome, en particulier dans le domaine budgétaire. Les contraintes du rationnement font naître entre elles un véritable réseau d’entraide. C’est l’asile du Puy, grâce à sa supérieur, mère Marie Pia, qui anime et approvisionne ce réseau. Avant-guerre, l’établissement possède deux camionnettes qui lui permettent d’aller chercher des marchandises chez les fournisseurs. La mobilisation met l’hôpital en difficulté puisque ses deux chauffeurs sont appelés sous l’uniforme54. Les religieuses confient alors à un malade évacué de Rouffach la fonction de chauffeur55. L’hôpital du Puy fait également des réserves en essence puisqu’il se propose d’en céder « 200 ou 300 litres » à celui de Clermont où le carburant fait défaut56. Le Puy utilise aussi ses relations avec des personnes extérieures à l’hôpital comme ce « Monsieur très bien » qui peut acheminer des pommes de terre à Clermont en novembre 194057. Pour assurer plus facilement les échanges entre les maisons, la supérieure du Puy acquiert un camion gazogène pouvant transporter 7 tonnes et afin de l’alimenter, achète un petit bois de coupe pour 18 000 francs. Elle fait exploiter ce bois par 4 employés et 6 malades. Cette équipe mixte, soignants et soignés, part du Puy le lundi et redescend le samedi très tard. La femme d’un employé leur fait sur place la cuisine, dans un petit appartement que la congrégation a emprunté58. Ce camion ne suffit pas à assurer tous les échanges, les camionnettes sont toujours utilisées. Mais en 1942 l’essence manque et la maison du Puy décide d’en équiper une d’un gazogène59. Pour ravitailler l’hôpital de Nice, qui se trouve éloigné et isolé des autres maisons, la supérieure du Puy loue un camion de 15 tonnes avec chauffeur60 ou même réserve des wagons de chemin de fer61. Si les transports sont officiels, les marchandises, elles, sont le plus souvent clandestines. En janvier 1942, des lentilles et de l’orge perlé parviennent à Clermont camouflés62. En avril de la même année, ce sont 400 kg de lentilles, 2 tonnes d’orge, 1 tonne de carottes et 800 kg de choux raves qui arrivent à Clermont en camouflage, même « le chauffeur ne sait pas le détail63. » Afin de diminuer le risque, elles choisissent avec soin le jour du transport, évitant le dimanche, « les routes étant plus surveillées » ce jour-là64.

  • 65 Lettre du Puy, 2 mai 1941.

21Il est un échange entre les maisons qui peut paraître surprenant : celui des tickets de rationnement. Comme l’asile du Puy ne manque pas de légumes secs, il cède ses tickets à celui de Clermont afin que ce dernier obtienne des haricots. En retour, il demande à recevoir les bons non utilisés de Clermont car « dans la Haute-Loire, on a changé la destination des tickets, en sorte que nous étant servis du n° 6 (destiné ce mois-ci au fromage), nous serions privés de fromage. Or cette matière est trop précieuse […] Le médecin inspecteur de l’Hygiène nous réclame ces bons au plus tôt pour nous délivrer le bon d’approvisionnement du fromage65 ». À l’origine de ces échanges, se trouve principalement la maison du Puy qui bénéficie d’un environnement favorable et surtout du dynamisme de sa supérieure, Mère Marie Pia. Dès avril 1940, l’asile approvisionne les quatre autres en légumes, pois, lentilles, carottes, pommes de terre, choux-raves ainsi qu’en riz. Les quantités peuvent être parfois très importantes, comme ces 10 tonnes de riz ou ces 10 tonnes de haricots secs expédiés à Rodez en mai 1940, ou encore ces 10 tonnes d’orge en février 1944. Privas reçoit du Puy, en 1942, deux camions chargés de primeurs et un wagon rempli de choux-raves. Le Puy envoie également des fruits : 5 tonnes de figues à Rodez en 1940 et du raisin à Clermont en août 1942. Rodez, qui peut quant à lui acheter des châtaignes à un prix intéressant, fait des envois à Clermont en 1941, accompagnés de quelques caisses de fromage de Roquefort. En octobre 1943, ce sont 6,5 tonnes de « dames en bogue » qui arrivent à Clermont. L’hôpital de Rodez, qui a développé son élevage de porcs, peut en envoyer 33 au Puy en mai 1941. L’asile de Privas, qui a beaucoup bénéficié des expéditions du Puy, profite de sa localisation dans une région où les vergers sont abondants pour expédier à Rodez, en septembre 1941, un wagon de poires et de prunes, fruits qui sont transformés en confiture en quelques jours. En 1942, c’est un camion de pêches qui arrive encore à Rodez.

  • 66 Lettre de mère Marie Pia, 17 novembre 1942.
  • 67 Ibidem.

22Cette solidarité entre les maisons de Sainte-Marie ne peut combler totalement le déficit des rations officielles mais permet d’en atténuer les conséquences. D’où sans doute des taux de mortalité plus bas que dans la plupart des autres hôpitaux psychiatriques. En période de pénuries et de rationnement, être isolé et sans soutien extérieur constitue sans aucun doute un facteur aggravant. Aussi la congrégation Sainte-Marie recherche-t-elle tous les soutiens possibles auprès des administrations, des hommes politiques, des militaires, sans se préoccuper de leur engagement politique. Deux objectifs sont poursuivis au nom desquels tous les moyens doivent être mobilisés : assurer la survie des malades et garantir la pérennité de l’œuvre. Aussi les supérieures n’hésitent-elles pas à faire jouer toutes leurs relations, qu’elles se trouvent dans l’administration de Vichy ou dans la Résistance à laquelle la communauté apporte un soutien logistique. Ce sont les archives de l’asile de Cayssiols (Rodez) qui nous éclairent le plus sur cet aspect. Les religieuses entretiennent les meilleures relations avec le préfet de l’Aveyron. Elles le reçoivent, avec sa famille, à l’occasion de certaines fêtes religieuses. Elles trouvent qu’il est « d’une rondeur extraordinaire », qu’il est « totalement bienveillant ». Comme le signale la supérieure de Cayssiols, à leurs réclamations, le préfet répond : « Foutez-leur tout ce qu’elles demandent ! » Lorsqu’il apprend sa nomination en Haute-Savoie, ce fonctionnaire s’offre spontanément pour aider les religieuses à obtenir de la monnaie matière pour leurs projets de construction. Lors de l’installation de la commission de surveillance, il nomme les personnes que les religieuses lui ont recommandées. Cette commission se contente d’ailleurs de recueillir les requêtes des religieuses, de les appuyer et de les présenter à la préfecture. Elle se refuse à contrôler le budget de l’asile, ce qui laisse aux sœurs une liberté dans les achats que n’ont peut-être pas les hôpitaux publics. Les religieuses bénéficient également du soutien du fonctionnaire préfectoral chargé du service des aliénés qui, lui aussi, fait des visites dominicales en famille à l’asile et qui affirme à la supérieure locale : « Ce que le chef de bureau veut, le préfet le veut aussi ! » Il informe les religieuses des augmentations des prix de journée dans les hôpitaux psychiatriques des départements voisins afin qu’elles puissent justifier le relèvement du leur et leur remet des rapports officiels de façon confidentielle. Quand le fonctionnaire dont les sœurs veulent obtenir la bienveillance est géographiquement plus éloigné ou quand la relation est plus anonyme, elles n’hésitent pas à lui rendre quelque service. Ainsi, en 1942, le nouveau directeur régional de la santé de Montpellier visite l’asile de Cayssiols. C’est un père de famille nombreuse, expulsé d’Alsace sans ses meubles. Comme le rapporte la supérieure, « au cours de sa visite, il nous a demandé, non sans gêne, si nous ne pouvions pas lui céder, lui vendre, quelques chaises canées ». Non seulement la supérieure lui répond positivement, mais elle les lui offre pour lui faire plaisir car, écrit-elle, « nous pouvons tant avoir besoin de lui ». Au Puy, en 1940, le fonctionnaire de la préfecture en charge des aliénés informe également les religieuses sur les augmentations de prix de journée obtenues dans le département du Rhône ou à Paris, les invitant à demander une augmentation du leur. En novembre 1942, c’est un représentant du Groupement des farines qui prévient mère Marie Pia « de rentrer en hâte nos marchandises. L’occupation ennemie se fait, il n’y a pas de doute, et ce sera dur à s’approvisionner en quoi que se soit66. »En 1943, le président du Groupe charbonnier fait son possible pour que l’hôpital soit approvisionné. Il intervient, en dehors de son secteur, pour que l’asile de Clermont obtienne une livraison plus rapide et plus conséquente. La supérieure du Puy use également de ses contacts avec des commerçants grossistes pour obtenir des faveurs : « Monsieur Col, primeur, a apporté deux camions à Privas, il devrait expédier un wagon de choux raves67. » C’est encore une relation, un certain Monsieur S., qui annonce aux religieuses, en janvier 1944, qu’un chargement de haricots qu’il leur avait promis est prêt. Elles enverront leur camion le chercher à Montluçon dans l’Allier.

  • 68 Lettre du 19 mars 1941.
  • 69 Dans la correspondance, les personnes qui soutiennent les hôpitaux Sainte-Marie sont le plus souve (...)
  • 70 Lettre de mère Marie Pia, 31 janvier 1942.

23Si la congrégation essaie de se concilier les faveurs des administrateurs de Vichy, elle trouve également un soutien auprès des militaires. Un officier, le chef d’escadron Ressier, en poste à l’État-Major de Clermont, écrit à la supérieure générale : « Pendant votre absence, j’ai observé à la lettre la consigne que vous m’aviez donnée, protéger Clermont et l’aider68. » Mais la congrégation s’engage également aux côtés de la Résistance. À Clermont, la congrégation est en contact étroit avec le général Daille, ancien commandant du 4e Corps d’armée, officier de l’armée d’armistice. Ce général fait profiter l’hôpital de ses relations à Vichy. C’est grâce à son entremise que du charbon est livré en 1941. En mars de la même année, il se rend à Vichy et obtient un bon de déblocage de légumes secs. La congrégation camoufle, dans l’hôpital situé au cœur de la ville de Clermont, du matériel de l’armée d’armistice soustrait aux réquisitions allemandes. Une équipe de militaires du dépôt des Gravanches travaille dans la plus grande discrétion, à l’abri des murs de l’asile, à la remise en état de ce matériel utilisé plus tard par les résistants lors des combats du Mont Mouchet. L’établissement sert également de gîte d’étape entre Lyon et Limoges à des résistants recherchés par les différentes polices, de lieu de réunion pour les cadres de la Résistance et de cache pour des résistants blessés. Au Puy également, les relations avec des officiers de l’armée d’armistice servent les intérêts de la congrégation et de ses malades. En 1941, la supérieure achète un wagon de tapioca avec l’aide d’un certain commandant R.69. Ce même commandant intervient auprès des services de Vichy pour que la congrégation puisse acheter 3 000 kilos de laine à matelas. Les sœurs ont installé une petite filature dans l’hôpital et ont appris à quelques malades à filer la laine avec quenouille et rouet. Avec cette laine, elles font des bas et des tricots pour que leurs malades résistent mieux au froid. C’est toujours ce même commandant R. qui leur obtient l’autorisation de faire circuler leur camion entre les différents hôpitaux et qui « court pour nous obtenir quelques marchandises70 ».

24Sous l’Occupation, la pénurie alimentaire a entraîné la mort par la faim de dizaines de milliers de malades mentaux internés. Si dans de nombreux hôpitaux psychiatriques le fatalisme, l’indifférence ou la négligence semblent l’avoir emporté, l’exemple des religieuses de Sainte-Marie montre que le drame n’était pas inéluctable. Les directions administratives et les personnels des hôpitaux psychiatriques se sont-ils mobilisés autant que les sœurs pour nourrir les malades ? Le contrôle budgétaire beaucoup plus minutieux exercé sur les hôpitaux publics leur en laissait-il la possibilité ? Les solutions mises en œuvres dans les asiles Sainte-Marie étaient-elles transposables dans une grande agglomération où le rationnement a été particulièrement sévère et où l’hôpital psychiatrique était plus anonyme que dans une ville comme Le Puy ou Rodez ? Autant de questions qui mériteraient approfondissement.

Notes

1 Maurice Desruelles et Jean Lauzier, « Une enquête sur l’assistance aux aliénés en France en 1931 », L’Aliéniste français, n° 2, février 1934, p. 69-126, p. 85.

2 Cette correspondance est archivée à la maison mère de la congrégation à Chamalières. Afin d’abréger les notes, la mention « hôpital psychiatrique Sainte-Marie de… » sera réduite à « hôpital de… » ou à la ville correspondante.

3 Nous avons en effet rapporté le nombre des décès non plus à la population totale traitée dans l’année mais à la population moyenne traitée dans l’année. Olivier Bonnet, « De l’assistance aux malades mentaux pendant la Seconde guerre mondiale : “une extermination douce ?” L’exemple de l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie à Clermont », in André Gueslin et Pierre Guillaume (dir.), De la charité médiévale à la sécurité sociale, Paris, éditions ouvrières, 1992, p. 185-193.

4 Rapport annuel de l’hôpital de Nice, année 1941-1942, p. 8.

5 Lettre de Privas à Clermont, 22 octobre 1941.

6 Rapport annuel, Clermont-Ferrand, 1941, p. 13.

7 Rapport annuel, Clermont-Ferrand, 1942, p. 13.

8 Ibidem.

9 Rapport annuel, Nice, 1940-1941, p. 2.

10 Rapport annuel, Nice, 1941-1942, p. 3.

11 Lettre du Puy, 4 août 1940.

12 Lettre du Puy, 17 août 1942.

13 Michel Boyer, « Les malades hospitalisés à Sainte-Marie [Privas] : quelques chiffres », Revue du Vivarais, octobre-décembre 1997, p. 277-284, p. 280.

14 Rapport administratif et médical, Le Puy, 1938-1946, p. 6.

15 Lettre de la directrice de l’asile du Puy au préfet de la Haute-Loire, 30 octobre 1940.

16 Brouillon du rapport médical pour l’année 1939-1940 établi par le Dr de Mourgues.

17 Le Puy, Enquête du Ministère de la santé publique sur l’organisation de la protection de la santé mentale dans le département, 1945.

18 Lettre de Clermont, 2 mars 1941.

19 Rapport annuel, Rodez, 1939-1940, p. 13.

20 Lettre du Puy, 16 mai 1940.

21 Lettre du Puy, 26 octobre 1940.

22 Lettre de la directrice du Puy au préfet, 30 octobre 1940.

23 Lettre du Puy, 21 juin 1944.

24 14 sœurs, 8 infirmiers et 7 dames bénévoles pour 297 malades, soit un taux d’encadrement de 1 pour 10. Lettre de sœur Aimée de Jésus à la Révérende Mère, 11 novembre 1943.

25 Ibidem.

26 Lettre de Rodez, 15 novembre 1943.

27 Olivier Bonnet, « L’œuvre hospitalière de la congrégation Sainte-Marie de l’Assomption à Clermont-Ferrand, des origines à 1945 », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, n° 739, octobre-décembre 1998, p. 285-321.

28 Lettre de Clermont, 16 mars 1941.

29 Lettre de Rodez, 10 août 1941.

30 Lettre de Rodez, 9 décembre 1940.

31 Lettre de Rodez, 10 août 1941.

32 Lettre de Rodez, 9 juin 1942.

33 Lettre de la directrice du Puy au préfet, 30 octobre 1940.

34 Lettre du Puy, 11 décembre 1941.

35 Lettre de Mère Marie Pia, 25 août 1942.

36 Lettre de Mère Marie Pia, 15 mars 1943.

37 Rapport administratif et médical 1938-1946, Le Puy, p. 4.

38 Lettre du Puy, 25 août 1942.

39 Rapport administratif et médical 1938-1946, Le Puy, p. 4.

40 Lettre du Puy, 14 avril 1942.

41 Lettre de Rodez, 14 juillet 1940.

42 Lettre de Rodez, 26 juillet 1940.

43 Rapport annuel Le Puy 1939-1940.

44 Lettre non signée de juin 1943.

45 Lettre du Puy, 4 août 1940.

46 Lettre du Puy, 10 novembre 1940.

47 Lettre du Puy, 4 août 1940.

48 Lettre du Puy, 10 novembre 1940.

49 Lettre du Puy, avril 1941.

50 Lettre de Clermont, 4 octobre 1941.

51 Lettre du Puy, 6 décembre 1941.

52 Lettre du Puy, 13 décembre 1942.

53 Lettre du Puy, 10 août 1940.

54 Lettre du Puy, 26 avril 1940.

55 Lettre du Puy, 10 août 1940.

56 Lettre du Puy, 19 septembre 1940.

57 Lettre du Puy, 10 novembre 1940.

58 Lettre du Puy, 6 décembre 1941.

59 Lettre du Puy, 14 avril 1942.

60 Lettre du Puy, 10 août 1943.

61 Lettres du Puy, 30 mars 1945 et 14 avril 1945.

62 Lettre du Puy, 3 janvier 1942.

63 Lettre du Puy, 30 avril 1942.

64 Lettre du Puy, 30 mai 1942.

65 Lettre du Puy, 2 mai 1941.

66 Lettre de mère Marie Pia, 17 novembre 1942.

67 Ibidem.

68 Lettre du 19 mars 1941.

69 Dans la correspondance, les personnes qui soutiennent les hôpitaux Sainte-Marie sont le plus souvent désignées par leur initiale, par crainte d’une dénonciation.

70 Lettre de mère Marie Pia, 31 janvier 1942.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Évolution du taux de mortalité annuelle à l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de Clermont-Ferrand
Légende Source : Rapports annuels.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20087/img-1.png
Fichier image/, 5,2k
Titre Tableau 2 : Évolution du taux de mortalité à l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de Nice
Légende Source : Rapports annuels.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20087/img-2.png
Fichier image/, 5,7k
Titre Tableau 3 : Évolution du taux de mortalité à l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie du Puy
Légende Source : Rapports annuels.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20087/img-3.png
Fichier image/, 4,6k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540