Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Première partie. Une population durement frappée : les « aliénés » internés dans les hôpitaux psychiatriques

Un établissement du dispositif de la Seine : l’hôpital psychiatrique de Maison-Blanche

Michel Caire

Texte intégral

  • 1 Les six autres sont : Sainte-Anne, Ville-Evrard, Perray-Vaucluse, Villejuif, Moisselles et Chezal- (...)
  • 2 Signalons une spécificité parisienne : les mesures de placement d’office et leur levée relèvent du (...)

1Situé sur la commune de Neuilly-sur-Marne (Seine-et-Oise) comme celui de Ville-Evrard auquel il fait face, l’hôpital psychiatrique de Maison-Blanche, l’un des sept hôpitaux psychiatriques départementaux de la Seine1, a ouvert ses portes en 1900. En 1940, il compte cinq sections, chacune dirigée par un médecin-chef assisté d’un interne, et héberge environ 2 500 malades. L’établissement présente alors quatre particularités. Il ne reçoit que des malades femmes. Son personnel infirmier est, de ce fait même, presque exclusivement féminin : la mobilisation ne touche donc que le personnel des services généraux et techniques, soit 78 appelés sur 130 agents. Il abrite un service spécial de traitement des aliénées tuberculeuses du département de la Seine. Enfin, contrairement à la plupart des autres « asiles », il ne comporte ni pensionnat – qui procure un revenu supplémentaire – ni ferme (élevage et culture). En outre, comme c’est également le cas pour les autres hôpitaux psychiatriques de la Seine, les malades reçus à Maison-Blanche transitent tous par l’hôpital Sainte-Anne, établissement central chargé d’observer et de répartir les aliénés en placement d’office (PO) ou en placement volontaire (PV)2.

L’irruption de la guerre

2En juin 1940, l’offensive allemande est suivie de la débâcle. La quasi-totalité des agents de l’hôpital reste cependant à leur poste. Le directeur, qui jugeait les mesures de défense passive insuffisantes, avait en vain demandé l’évacuation des malades en province, seul moyen de protection effective, demande qu’il avait justifiée en ces termes :

  • 3 Archives de Maison-Blanche, rapport du 10 mai 1940.

« Arguments d’humanité, d’une part, il est impossible de protéger effectivement les malades ; d’autre part la différence de traitement avec le personnel ne peut que provoquer des réactions, surtout chez les malades lucides3. »

3La préfecture avait en effet décidé de remettre des masques à gaz à tous ses agents non mobilisables mais non aux malades qui, faisant partie de la population civile, devaient en être munis par les soins de l’État. La proposition du directeur de munir aussi de masques « quelques malades tranquilles capables de rendre des services en cas de panique, donc assimilables au personnel » avait toutefois reçu un avis favorable. L’établissement ne subit pourtant aucun dommage et les réquisitions allemandes se limitent à du matériel de literie. Fait important : l’hôpital n’accueille pas de réfugiées avant la Libération. En juillet 1940, l’hôpital psychiatrique de Maison-Blanche se retrouve en zone occupée. Mais les conventions d’armistice prévoient que l’administration continuera de relever du gouvernement français. La Délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupés confie le ravitaillement, la répartition des denrées et le rationnement de la région parisienne à un Comité consultatif économique. Celui-ci est contrôlé par des services d’administration allemands installés au Palais-Bourbon, Paris et sa région étant placés sous l’autorité du gouverneur militaire de Paris. Mais les lois, décrets et circulaires promulgués en la matière par le gouvernement de Vichy s’appliquent dans les deux zones.

  • 4 2 829 746 habitants en 1936, 2 268 157 en janvier 1943.
  • 5 Archives de Paris, archives de la Direction des affaires sanitaires et sociales, sous-série 1243 W (...)
  • 6 Ce terme, proposé par Lucien Bonnafé, est préférable à ceux de « fous » ou d’« aliénés ». Ceux-ci (...)

4Le fait le plus marquant des années de guerre est le recul important du nombre des aliénés à la charge du département de la Seine, qui passe de 22 000 à 16 000 environ. Cette diminution de l’ordre de 27 % s’explique par trois facteurs. Le premier est la baisse de près de 20 % de la population de Paris entre 1936 et 19434. Le second est le fléchissement de l’alcoolisme qui entraîne une réduction des troubles mentaux liés à l’alcool. Ces deux éléments se traduisent par une chute continue du nombre des admissions5. Enfin le troisième facteur est l’augmentation majeure de la mortalité. Le sort des malades internés à l’hôpital psychiatrique de Maison-Blanche sous l’Occupation est donc, malgré les particularités présentées par l’établissement, analogue à celui des malades internés dans les autres hôpitaux psychiatriques français, la courbe des décès étant superposable à celle de l’ensemble des personnes « placées en psychiatrie6 ».

5Mais avant d’aborder la question de la mortalité, il convient de dire quelques mots sur cette source essentielle que constituent les dossiers personnels des malades internés à Maison-Blanche. Ces dossiers, bien conservés, classés par section et par année, sont répartis en trois catégories : sorties, décès, transferts. Ils nous renseignent sur les conditions de vie des malades, notamment grâce aux notes des infirmières, joliment intitulées « la vie à l’asile » et grâce à la correspondance échangée avec les familles, les lettres étant soit conservées soit recopiées dans le dossier. Ils nous donnent également quelques indications sur les relations avec l’extérieur, sur les traitements et sur les conditions de sortie. Concernant les effets de la sous-alimentation, les nouvelles adressées aux familles sont généralement fort claires : pour une malade dont le poids passe de 70 kg en janvier 1941 à 37 kg en avril 1942, le médecin-chef écrit au mari : « Quant à l’état général, il y a un très gros amaigrissement […] Cela ne s’explique que par l’alimentation. » Certaines malades sont visitées par la Société de patronage des asiles de la Seine : le fait, rare et méconnu, mérite d’être signalé. Certains dossiers attestent d’un remarquable activisme thérapeutique comme en témoigne le cas de cette malade de 56 ans, psychotique chronique, opérée en urgence à l’hôpital Sainte-Anne en janvier 1944 d’un hématome intracérébral post-traumatique. Parmi les traitements biologiques utilisés figurent les traitements pyréto-chimiques, l’auto-hémo-hyposulfite, qui constitue une autre médication de choc, et les anticomitiaux (Gardénal et Dihydan). Plusieurs tuberculeuses bénéficient en outre de pneumothorax thérapeutiques, effectués dans le pavillon sanatorial. Surtout, dès 1941, on commence à utiliser le sismothère, appareil d’électrisation de l’encéphale mis au point l’année précédente par Lapipe et Ronde-pierre à l’hôpital psychiatrique voisin de Ville-Evrard. Grâce à cette méthode de convulsivothérapie qui supplante le traitement par le cardiazol, plusieurs malades sortent « améliorées » ou « guéries ». L’une d’elles, chez laquelle le médecin note, le 15 janvier 1943, la « disparition totale de l’agitation confuso-maniaque après quatre séances d’électro-chocs », bénéficie après sa sortie de séances d’entretien, auxquelles elle se rend accompagnée par son mari. La durée de séjour varie considérablement selon les cas : certaines malades ne restent que quelques jours dans l’établissement, d’autres un mois ou deux. Et quelques-unes sortent aussi après plusieurs années d’internement. Beaucoup de sorties de PV se font sur requête de la famille alors que de nombreuses levées de PO sont accordées par le préfet de police. Nous ne sommes cependant pas en mesure de dire si les malades en PO obtenaient moins facilement leur sortie que les autres.

6En 1943, deux initiatives intéressantes visent à aider les malades sortantes de l’hôpital de Maison-Blanche. Tout d’abord la création d’une Amicale artistique, animée par des volontaires issus du personnel de toute catégorie. Son but est d’offrir des séances récréatives aux malades internées : le 10 juin 1943, une kermesse a lieu dans le parc, avec jeux divers, concours de coiffure, de pêche etc. Le 15 décembre, une représentation théâtrale et un arbre de Noël sont organisés dans la salle des fêtes en présence de 500 à 600 personnes, dont un certain nombre de malades travailleuses. Une partie de la recette des représentations est versée sous forme d’aides aux malades sortantes. D’autre part la mise sur pied d’un service de rééducation des aliénées sortantes, institué « pour rendre plus efficace l’action du Service Social » et préparer la sortie :

  • 7 Extrait de la conférence de S.-E. Mondor, Bibliothèque Administrative de la Ville de Paris (bavp), (...)

« Il est évident que les aliénées femmes, internées depuis plusieurs années, ne connaissent pas les conditions actuelles de l’existence. Un enseignement peut leur être donné pendant les quelques semaines qui précèdent leur mise en liberté, renforcé par des sorties d’essai et une prise de contact personnelle avec l’extérieur7. »

Le poids des restrictions et du rationnement

  • 8 Voir l’arrêté du 17 septembre 1940 publié au JO du 18 septembre, p. 5087.
  • 9 Circulaire n° 115 du 19 septembre 1941. Voir aussi les circulaires du 17 septembre 1940, n° 515 du (...)
  • 10 Conférence prononcée à l’Hôtel de Ville de Paris le 8 juin 1943, bavp 18 831.

7En 1942, les difficultés de chauffage obligent à regrouper les malades et à fermer plusieurs pavillons de l’hôpital. Comme ceux des autres hôpitaux psychiatriques, les malades de l’établissement sont classées dans les catégories A (adultes non travailleurs de force) et V (vieillards de plus de 70 ans). Dans les hôpitaux de la Seine, le système d’approvisionnement mis en place en 1940 reste en vigueur jusqu’en octobre 1945 : tous les mois, un bon d’approvisionnement déterminé par le taux des rations en vigueur est établi pour chaque établissement par l’Inspection départementale des services d’hygiène8. Une ordonnance globale indique le nombre de malades bénéficiaires. Pour obtenir le bon mensuel d’approvisionnement, chaque établissement doit faire état au Secrétariat d’État à la famille et à la santé, via la mairie et la préfecture, du nombre de journées d’hospitalisation enregistrées au cours du mois précédent9. Mais les rations ne permettent d’escompter que les deux-tiers du minimum indispensable pour survivre. Comme tous ceux qui n’ont que ce que leur procurent leurs tickets, les malades internées, à qui le marché noir est évidemment inaccessible, tombent dans un « état de famine lente » selon les propres termes du secrétaire d’État au ravitaillement, Max Bonnafous10.

  • 11 Ce taux est obtenu en rapportant le nombre des décès à la population moyenne de l’établissement.
  • 12 Archives de Maison-Blanche, Compte moral pour l’année 1941.

8L’hôpital psychiatrique de Maison-Blanche vit alors un terrible drame : le taux de mortalité annuel, qui était de l’ordre de 10 % avant l’Occupation, passe à plus de 14 % en 1940 et à plus de 28 % en 1941 pour atteindre 29,4 % en 194211. On compte, en 1941, 694 décès. Parmi les 69 malades internées à Maison-Blanche en mai-juin 1941, 29, soit 42 %, meurent dans les dix-huit mois suivant leur admission. Ce taux de mortalité des entrants, qui s’établit à 29 % pour l’ensemble des hôpitaux psychiatriques de la Seine, atteint près de 65 % chez les plus de 65 ans. Que seraient devenues ces malades si elles n’avaient pas été internées ? Car on sait qu’hors de l’hôpital, la mortalité est également en progression, notamment chez les vieillards. Reste que si l’on compare le nombre des décès recensés dans la population non internée de Neuilly-sur-Marne à celui des malades de Maison-Blanche et de Ville-Evrard, on constate que le rapport, qui était d’un pour six de 1930 à 1939, passe à un pour neuf (71 décès contre 616) en 1940, à 1 pour 17 (64 décès contre 1108) en 1941 et à 1 pour 19 dans les premiers mois de 1942. Sur l’origine de ces décès, le directeur de l’hôpital de Maison-Blanche est catégorique, comme en témoigne son rapport au préfet de la Seine pour l’année 1941 : « Aucune épidémie n’a sévi et il faut rechercher les causes anormales de mortalité dans le régime alimentaire auquel sont soumises nos malades12. »

  • 13 an, f23 igr 122, arrêté signé Girod, directeur des affaires départementales, 17 juin 1941.
  • 14 an, f23 igr 122, Seine-et-Oise 1942.
  • 15 Archives de Maison-Blanche, circulaire préfectorale du 27 janvier 1942, note du 15 avril 1943.

9Pour lutter contre la sous-alimentation à l’hôpital, quelques dispositions régionales et locales sont prises, parmi lesquelles la mise en culture maraîchère des terrains de l’hôpital et la création d’un groupement d’achats commun aux établissements départementaux, placé sous les auspices du directeur des affaires départementales13. Ce centre d’achat, dont bénéficient les quatre hôpitaux psychiatriques installés en Seine-et-Oise, a pour but d’assurer l’approvisionnement en fruits et légumes frais des hôpitaux psychiatriques mais aussi des hôpitaux généraux, des maisons de retraite et des écoles et instituts relevant de la préfecture de la Seine14. À l’intérieur de l’établissement, on organise également la lutte contre les vols, les fraudes et le « coulage15 ». Un poste de surveillant-contrôleur des services intérieurs est créé en janvier 1943 afin de réprimer les détournements et les larcins en tout genre : volailles enlevées dans les poulaillers des agents logés, vols de bicyclettes, de pommes de terre, de linge etc. Étant donné l’hostilité dont son titulaire est victime, le poste est supprimé en 1945. Cependant, les détournements de nourriture au détriment des malades semblent avoir été rares : nous n’avons trouvé trace que d’un seul cas dans les nombreux dossiers du personnel consultés. Il s’agit d’une surveillante, dans le vestiaire de laquelle sont retrouvés, le 4 juillet 1942, divers objets volés et 500 grammes de pain enveloppés dans un torchon. Pour le directeur de l’hôpital, « ce qui est le plus grave, ce sont les 500 grammes de Pain, qui, incontestablement, provenaient d’un prélèvement opéré sur la ration des malades ». Les collègues de la surveillante l’accusent « d’une façon formelle, de s’approprier les provisions et même le menu journalier des malades. Elle l’a toujours fait. Plusieurs fois elle a été prise sur le fait. De plus lorsque son placard était ouvert on y voyait du pain fantaisie, du chocolat, des fruits, du cake, du fromage etc. Un jour qu’elle faisait visiter le pavillon aux surveillantes nouvellement nommées à la 2e section, [on] a pu constater qu’elle avait mis de côté dans son placard deux pains entiers de margarine. Une chose irréfutable, depuis 2 jours, les malades au dortoir ont leur ration de pain augmentée et leur dessert doublé ». « En raison de la gravité des faits reprochés », la surveillante est relevée de ses fonctions pour inaptitude morale en application de la loi du 17 juillet 1940. Elle ne sera jamais réintégrée.

  • 16 À l’exclusion cependant de celles chargées des seules fonctions de direction ou de surveillance (c (...)
  • 17 Archives Maison-Blanche, note du 9 décembre 1942.

10Pour prévenir de tels méfaits, on s’efforce d’améliorer la situation matérielle du personnel : en 1943, les infirmières, assimilées aux travailleurs de force16, se voient attribuer la carte T et les agents logés des parcelles pour cultiver des légumes et construire un poulailler. En outre, une cantine pour le personnel ouvre ses portes en décembre 1942, sur le modèle prévu par la loi du 9 septembre 1942. Des attributions sans contrepartie de tickets (en vin, pommes de terre, pâtes, légumes secs) sont ainsi consenties mensuellement au personnel sur présentation d’un état d’effectif. Le directeur des affaires départementales insiste sur la nécessité d’une « séparation absolue entre l’administration de la cantine et l’administration de l’établissement. En aucun cas, il ne devra y avoir mélange des denrées destinées à vos administrés avec celles destinées à votre personnel. À la cuisine, les menus devront être différents et exécutés dans des récipients différents17 ».

11À l’hôpital de Maison-Blanche, la mort fauche des centaines de femmes amaigries et mal vêtues, regroupées dans des pavillons mal éclairés, mal entretenus et mal chauffés. Les premières victimes sont naturellement les malades isolées alors que la courbe de poids des internées recevant visites et colis reste souvent plate. Une communication, présentée en novembre 1943 par Jacques Vié, médecin-chef à Maison-Blanche, et son interne Pierre Marty devant la Société médico-psychologique, évoque en ces termes le sort tragique de ces malades dont « toute l’activité s’est orientée vers l’acquisition de substances alimentaires » :

  • 18 Jacques Vié, Pierre Marty, « Résurgence des instincts alimentaires à la faveur de la disette chez (...)

« Les malades employées aux épluchures dévorent les légumes crus […] Celles qui jouissent de quelque liberté récoltaient, surtout en 1942, les champignons par kilogrammes dans les pelouses de l’asile et les consommaient crus, sur place. Beaucoup ont mangé de l’herbe dans les cours, choisissant parfois le pissenlit, le trèfle ou le plantain18. »

12Dans les observations des infirmières ce sont toujours les mêmes observations qui reviennent : « croit toujours être plus mal servie que les autres », « toujours pénible, se jette sur toute la nourriture », « toujours se plaint de ne pas assez manger », « difficile à maintenir, vole aux autres malades », « vole le manger de sa voisine » ou encore « doit être isolée au moment des repas sinon vole ses compagnes ». Les indications contenues dans le dossier d’une femme de 47 ans, qui « récrimine souvent au sujet de la nourriture » et « réclame beaucoup » « s’imaginant toujours avoir une portion moins grosse que ses compagnes », montrent que son poids a décru de 64,5 kg en avril 1940 à 39 kg en mai 1942. Bien que « passée au régime de la viande » le 6 mars 1942 et malgré les traitements – Stovarsol, sérum antidysentérique, extraits surrénaux –, elle meurt de « cachexie progressive avec entérite ».

Une mesure efficace : le régime de suralimentation des malades

  • 19 Voir an, ab xix 4031, classeur 1, régime de suralimentation. Ce système génère une multitude de ci (...)
  • 20 Petit Journal du 14 décembre 1940.
  • 21 Loi instituant l’Ordre des médecins.
  • 22 an, ab xix 4109, régimes alimentaires et suppléments. Lettre du préfet de la Mayenne, 6 janvier 19 (...)

13Si les hôpitaux généraux connaissent un sort un peu meilleur, c’est parce qu’un régime de suralimentation a pu être accordé à certains malades, cette prescription devant cependant conserver un caractère exceptionnel et s’appliquer exclusivement aux « tuberculeux présentant des lésions indiscutables et en activité, (aux) tuberculeux osseux, (aux) personnes présentant un état d’anémie grave, ainsi qu’(aux) convalescents de maladies graves ou d’interventions chirurgicales sérieuses ». Dans les autres cas, le médecin peut prescrire certains aliments (du lait notamment) mais à condition d’en supprimer d’autres (la viande par exemple19). En outre, dès 1940, les « civils et militaires atteints de tuberculose pulmonaire ou de toute autre maladie exigeant de la suralimentation constatée par des certificats médicaux » peuvent bénéficier de la carte d’alimentation T de même que les ménagères ayant au moins trois enfants, les femmes enceintes pendant les six derniers mois de grossesse, les femmes allaitant au sein ainsi que les mutilés et infirmes20. Ces régimes et ces suppléments sont attribués selon des modalités strictes. En ville, le médecin doit adresser chaque mois au directeur du service d’hygiène une liste des personnes soignées par lui en indiquant la nature du régime prescrit et sa durée. Si le directeur constate un abus, il le signale au conseil départemental de l’Ordre des médecins qui peut prononcer contre le médecin fautif une des peines prévues par la loi du 7 octobre 194021. Dans certains départements, le préfet nomme des médecins habilités puis assermentés pour examiner les demandeurs et délivrer les certificats nécessaires22. Dans les établissements hospitaliers, l’ordonnance est globale et mentionne seulement le nombre de malades bénéficiaires. Ce système s’applique également aux hôpitaux psychiatriques. Ainsi, à Maison-Blanche, les aliénées tuberculeuses bénéficient des suppléments prévus en faveur des tuberculeux : un quart de litre de lait et 15 grammes de margarine par jour et 4 rations hebdomadaires de 70 grammes de viande au lieu de deux. Certes, malgré ces suppléments, le pourcentage des décès dans le pavillon sanatorial, déjà très élevé avant-guerre, passe de 18,7 % en 1940 à 27,1 % en 1941. Mais, dans le même temps, celui des autres malades internées augmente bien davantage, passant de 8,4 % à 20 %. « Cette augmentation de mortalité moindre dans le pavillon sanatorial est le fait de suppléments alimentaires », explique le médecin-chef du pavillon sanatorial, Jacques Vié, devant la Société médico-psychologique lors de la séance du 22 juin 1942 à l’issue de laquelle il est décidé de transmettre au ministre un « vœu » qui semble avoir concouru à la circulaire Bonnafous. On a, depuis, beaucoup dénoncé le fait que les régimes de suralimentation aient été réservés aux seuls malades atteints de maladies somatiques et que les malades mentaux internés en aient par conséquent été privés. Mais si les « placés en HP » auraient aussi dû en bénéficier, c’est moins au titre de malades qu’en tant qu’internés, privés de leur liberté et donc de la capacité de trouver de quoi survivre.

Les effets de la circulaire Bonnafous

14En 1943, le taux de mortalité annuelle à l’hôpital psychiatrique de Maison-Blanche passe de 29,4 % à un peu moins de 18 %. Il continue de reculer en 1944, atteignant 15 %. Les nouvelles entrantes de mai-juin 1942 ne sont « plus » que 19,4 % (12 sur 62) à mourir dans les dix-huit mois qui suivent leur admission (contre 42 % pour l’année précédente). Celles entrées en mai-juin 1943 seulement 3,4 % (2 sur 59).

  • 23 Hélène Sérieux-Bonnafous a été interne à Maison-Blanche avant la guerre.
  • 24 Voir la circulaire « Mortalité dans les hôpitaux psychiatriques » (3 mars 1942) publiée dans la Re (...)

15Cette amélioration est due aux mesures prises par le secrétaire d’État à la santé et par le secrétaire d’État à l’agriculture et au ravitaillement, Max Bonnafous, dans le cadre d’une circulaire datée du 4 décembre 1942, dite depuis circulaire Bonnafous, qui, selon Lucien Bonnafé lui-même, « apporta une effective atténuation à la famine ». Cette circulaire fait état de « démarches effectuées depuis plusieurs mois auprès du Secrétaire d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement » en particulier, dit-on, par l’épouse de Max Bonnafous, Hélène Sérieux-Bonnafous, fille du grand aliéniste Paul Sérieux et elle-même psychiatre23. Ce que le secrétaire général de la santé, Aublant, considérait comme « difficile » quelques mois plus tôt, à savoir allouer des suppléments alimentaires aux malades internés24, est donc enfin décidé, dans une période pourtant critique : au débarquement en Afrique du Nord le 8 novembre 1942 a répondu l’occupation de la zone libre le 11 novembre, la perte des colonies africaines aggravant la pénurie alimentaire. La circulaire Bonnafous décide l’« attribution supplémentaire de denrées contingentées aux malades internés dans les hôpitaux psychiatriques ». Ces suppléments correspondent à ceux alloués aux cantines d’usines et restaurants à prix réduit auxquels s’ajoutent, pour 25 % des effectifs, les suppléments prévus par le régime de suralimentation. Une mesure dont le directeur de l’hôpital psychiatrique de Maison-Blanche se félicite, précisant dans son rapport pour l’année 1943, que l’alimentation des malades internées a été « l’objet d’améliorations sensibles » bien que « trop faibles encore » :

« Au début de l’année le bénéfice des attributions consenties aux cantines d’entreprises a pu être étendu à nos administrées, ce qui nous a donné un apport de 200 grammes de pâtes et de 4 kg de pommes de terre par mois et par tête. Au cours du 4e trimestre la ration de pain a été relevée à 300 grammes pour l’ensemble des consommateurs et cette décision a permis d’améliorer la composition des menus par un surcroît d’aliments nourrissants. Par contre la viande et les matières grasses sont restées, comme pour l’ensemble de la population, très au-dessous des besoins. »

16Seule la fin de la guerre permet le retour progressif à une situation convenable.

Une quantification impossible

17De 1939 à 1944, la courbe des taux annuels de décès à l’hôpital de Maison-Blanche suit celle des décès dans l’ensemble des hôpitaux psychiatriques français. Mais combien de ces décès sont attribuables à la famine ? Les diagnostics médicaux portés dans les dossiers ne permettent pas de répondre : sans aucun doute les diagnostics de cachexie « progressive » ou « œdémateuse » se rapportent dans leur grande majorité à la mort par sous-alimentation, mais qu’en est-il de la « cachexie tuberculeuse » ou encore de la « cachexie sénile » ? Quelle est la part de la sous-alimentation dans la mort des tuberculeuses, des épileptiques, des méningoencéphalites syphilitiques ? Pour déterminer le nombre des victimes de la famine, il a été proposé de comparer le taux de mortalité des années de guerre à celui d’avantguerre. Mais comment déterminer le nombre des malades internées qui ne seraient pas mortes à l’hôpital psychiatrique s’il n’y avait eu ni guerre, ni occupation étrangère, ni régime de Vichy ? Et combien auraient survécu si elles avaient bénéficié du même régime que les autres malades ou du même régime que les autres Français ?

18En outre, pendant la période de guerre, plusieurs facteurs ont pu jouer un rôle soit aggravant, soit réducteur, soit encore trompeur. Le premier est l’âge moyen des entrantes : la diminution du nombre d’entrées signalée plus haut concerne-t-elle toutes les classes d’âge ? Y a-t-il eu, parmi les nouvelles admises, moins de jeunes adultes physiquement bien portants, et autant voire plus de vieillards ? On sait en effet que les décès sont d’autant plus nombreux que les personnes âgées sont nombreuses : ainsi, en 1963, les plus de 65 ans représentent plus de la moitié des malades de Maison-Blanche et, cette année-là, le taux de mortalité dépasse à nouveau les 14 %. Or on ne peut exclure que, face aux difficultés d’approvisionnement, certains hospices et maisons de retraite aient été tentés plus souvent qu’avant guerre de transférer leurs pensionnaires à l’hôpital psychiatrique. Deux exemples parmi bien d’autres : une femme de 95 ans, venant de l’hospice de Pantin, placée d’office le 7 janvier 1941 à Maison-Blanche, y meurt le23. Une autre, âgée de 85 ans, venant de la maison de retraite de Saint-Ouen, placée d’office le 24 janvier, meurt quatre jours plus tard. Le second facteur déterminant est l’état physiologique des entrantes, indépendamment de leur âge. Beaucoup de malades arrivent en effet dénutries, parfois cachectiques, comme l’indique parfois le certificat d’entrée, et décèdent dans les premiers jours ou les premières semaines suivant leur internement, ce constat se vérifiant particulièrement pour les malades transférées d’une autre collectivité (hospice, maison de retraite mais aussi prison ou camp d’internement civil). Ainsi, une malade « dénuée de ressources », que sa famille déclare ne plus pouvoir nourrir, pèse 38,5 kg à son entrée le 6 août 1941 ; elle survit jusqu’au 28 décembre 1942, date à laquelle elle a encore maigri de quatre kilos. Un troisième facteur est constitué par l’arrivée des nouvelles thérapeutiques (électrochoc) qui réduisent la durée de séjour de certaines malades et par conséquent le risque de mourir à l’hôpital. Enfin l’évolution du nombre des transferts – essentiellement vers les hôpitaux psychiatriques de province sous contrat avec la préfecture de la Seine – peut également influer sur le taux de mortalité : à Maison-Blanche il passe de 238 en 1943 à 54 en 1944 puis remonte à 273 en 1945. Or certains malades ont pu décéder peu après leur arrivée dans un autre établissement.

Volonté eugéniste ou indifférence coupable ?

  • 25 bavp, ms 910, f ° 345-346. René Bouffet (1896-1945), en fonction depuis septembre 1942, est arrêté (...)

19Dans un rapport adressé à la Commission administrative du département de la Seine le 14 novembre 1942, le préfet de la Seine commente en ces termes l’augmentation vertigineuse du nombre des décès enregistrés dans les deux hôpitaux psychiatriques de Neuilly-sur-Marne25 : « Cette situation […] ne laisse pas d’être inquiétante eu égard au petit nombre de places encore disponibles [au cimetière communal de Neuilly-sur-Marne] et a remis à jour d’une façon urgente la question de [son] agrandissement. » Et le préfet de proposer comme seul remède d’accorder une subvention à la commune pour agrandir son cimetière dans lequel la plupart des malades décédés dans les deux hôpitaux psychiatriques de Neuilly sont effectivement inhumés.

  • 26 Voir la lettre de Ferdinand Hui, chef des services de l’assistance, 12 mars 1942, publiée dans la (...)

20D’où la question : comment considère-t-on les aliénés dans la France de l’Occupation ? Une pseudo-indifférence fondée sur de sordides préoccupations financières aurait-elle pu être de mise sachant qu’« en raison de la réduction des malades », on licencie du personnel dans certains établissements26 ? Les théories eugénistes, dont on ne trouve que peu de partisans déclarés parmi les aliénistes français, auraient-elles eu quelque faveur au sein de la haute administration de l’État français ? Rappelons qu’Alexis Carrel a mis en cause le principe de l’irresponsabilité pénale des aliénés, évoquant la possibilité de leur appliquer la peine de mort s’ils ont commis un crime, comme à tout autre criminel. Selon lui, la disparition de la folie passe par une meilleure connaissance de l’homme, par l’eugénisme et par des changements profonds dans l’éducation et les conditions sociales. « En attendant », la société doit pouvoir disposer des « êtres inutiles et nuisibles » que sont les anormaux, les « déficients » (fous, aliénés) et les « criminels » (bandits) « d’une façon plus économique » qu’en les mettant en prison ou dans des asiles d’aliénés : la société ne pouvant « continuer à prétendre discerner les responsables des non-responsables », il faut remplacer ces institutions par des « institutions beaucoup plus petites et moins coûteuses » dans lesquelles les « criminels les moins dangereux » seront conditionnés « par le fouet » ou par un autre moyen « plus scientifique, suivi d’un court séjour à l’hôpital ».

  • 27 Alexis Carrel, L’homme, cet inconnu, Paris, Plon, édition de 1947, citation p. 387-389.

« Quant aux autres, ceux qui ont tué, qui ont volé à main armée, qui ont enlevé des enfants, qui ont dépouillé les pauvres, qui ont gravement trompé la confiance du public, un établissement euthanasique, pourvu de gaz appropriés, permettrait d’en disposer de façon humaine et économique. Le même traitement ne serait-il pas applicable aux fous qui ont commis des actes criminels27 ? »

  • 28 Gynécologue accoucheur, Raymond Grasset, qui a été arrêté à la Libération, bénéficie d’un non-lieu (...)

21Carrel a-t-il pu influencer, comme on l’a dit, le Dr Raymond Grasset, secrétaire d’État à la famille et à la santé d’avril 1942 à août 194428 ? Ses idées sont en tout cas partagées par le Dr Georges Petit, président de la Société internationale pour l’étude des questions d’assistance, qui, en 1943, publie un long texte intitulé « Le problème social de la famille » dans lequel on peut lire :

  • 29 Revue des établissements et des œuvres de bienfaisance, 1943, p. 193-203. Cuénot, généticien franç (...)

« L’eugénique, cette science nouvelle, passionne tout le monde et M. Lucien Cuénot, l’éminent zoologue nancéen a exprimé sa pensée sur la nécessité d’améliorer la race humaine, ainsi : il faut combattre l’alcoolisme, interdire l’union et la reproduction des consanguins, éliminer les individus tarés, malades et dégénérés, les femmes incapables d’allaiter, les idiots, les aliénés, etc. qui constituent les familles cacogéniques à descendance anormale ou malade, et favoriser le développement des familles aristogéniques, qui engendrent des lignées de choix […] Douze États des US sont entrés résolument dans l’action, et ont institué le certificat prénuptial et prescrit la stérilisation de certains sujets29. »

Le devoir de l’administration

  • 30 an, f23 igr 122, Seine-et-Oise 1942. En juin 1942, Mondor a obtenu de la Direction départementale (...)
  • 31 bavp, ms n° 200, 53 p. dactylographiées, non daté (1943).

22À l’opposé, S.-E. Mondor, sous-directeur des affaires départementales de la préfecture de la Seine30, dans une conférence sur les établissements départementaux d’assistance prononcée en 1943 devant le Conseil municipal de Paris et le Conseil départemental de la Seine31, déclare, après avoir présenté très clairement le problème du ravitaillement dans les hôpitaux et les mesures prises depuis 1941 pour y remédier :

« Nos médecins se sont élevés à plusieurs reprises contre l’insuffisance des rations, plus particulièrement dans les hôpitaux psychiatriques. Les malades mentaux ont besoin plus que tous autres d’une alimentation solide et régulière. À l’instigation de M. le Ministre Secrétaire d’État à la Santé, nos malades aliénés bénéficient depuis le 1er janvier dernier des attributions spéciales prévues pour les consommateurs des cantines d’usines. Cette mesure n’a d’ailleurs pas été sans provoquer une certaine émotion parmi le corps médical et c’est ainsi qu’au cours d’une séance à l’Académie de Médecine du 9 février dernier, M. le Dr H. Martel a demandé le renvoi de la question à la Commission du Rationnement alimentaire, en faisant remarquer que “beaucoup de travailleurs sobres et mal alimentés seraient heureux d’être aussi bien traités”. »

23Expliquant ensuite que « le ravitaillement de la population ne lui procure actuellement que 1100 calories », Mondor poursuit par ces mots : « C’est un devoir inéluctable pour l’Administration départementale d’alimenter ses ressortissants avec un rendement minimum de 1800 calories. » Et il ajoute :

  • 32 Ce terme de « déchet sans valeur » évoque les lebensunwerte Leben des Nazis, ces êtres jugés indig (...)

« Nous sommes évidemment obligés de faire subsister nos aliénés, bien que certaines hautes personnalités prétendent que les Services publics, au cours d’une crise aussi sévère, ont autre chose à faire que d’entourer de sollicitude une humanité inutile, charge éternelle des collectivités, pour tout dire un déchet sans valeur32. En réalité, les déments sont des malades comme les autres, parfaitement capables de guérir dans 60 % des cas. Nous nous devons également de maintenir ouvertes nos maisons de retraite et nos écoles ; ce serait une véritable faillite pour l’assistance départementale si nous devions rompre l’engagement tacite vis-à-vis des malheureux. Et s’il faut arriver à choisir, nous insisterons auprès de vous pour que nos protégés ne soient pas les premiers sacrifiés. »

  • 33 Lucien Bonnafé, « Du bon usage du témoignage », op. cit., p. 745. Le terme d’hécatombe par carence (...)

24Ces diverses déclarations montrent de grandes divergences au sein de la classe dirigeante. Mais qu’en 1943 un représentant de l’autorité préfectorale comme Mondor puisse prendre publiquement une position aussi nette pour la défense des malades mentaux internés tend à démontrer l’absence de politique éliminatrice. Une absence dont témoignent également un certain nombre de faits évoqués plus haut : le régime de suralimentation accordé aux aliénées tuberculeuses, la sévérité des sanctions prises contre un agent détournant la nourriture des malades, la circulaire « Bonnafous » et l’inversion corrélative de la courbe des décès à partir du début de l’année 1943, les traitements, poursuivis même dans des cas désespérés, les innovations institutionnelles mises en œuvre au cours des années de guerre, en particulier la création des premiers dispensaires d’hygiène mentale et des premiers services sociaux dans les hôpitaux psychiatriques. Ce qui tendrait à rapporter « l’hécatombe par carence33 » au contexte de la guerre, de l’occupation étrangère et de ses conséquences.

Une responsabilité collective ?

  • 34 an, F22 2028, situation alimentaire et sanitaire en France, III-A-2-7, dactylographié, non daté. L (...)

25Fin 1943, l’évolution de la situation sanitaire française est suivie de près à Alger. Un rapport conservé dans les archives du Comité français de libération nationale34 intitulé : Le crime contre la santé française, dénonce la recrudescence de la tuberculose, la réquisition par les Allemands des stocks de sérum anti-diphtérique alors que la diphtérie progresse elle aussi, mais aussi les « rations de famine » accordées à la population :

« Il y a un autre problème encore, moins terrible peut-être pour sa répartition (sic, pour répercussion) d’avenir, mais il n’en est pas moins affreux dans son atroce réalité. Dans les asiles d’aliénés de France, nos gens meurent de faim. Un Médecin digne de foi a fait, dans un service de femmes, la statistique de ses décès. Le poids des malades décédées était en moyenne de 32 kg. Certaines femmes, à leur mort, de taille normale, étaient arrivées à peser 23 kg. Et ceci se passe, ce qui est encore plus grave, dans un département particulièrement privilégié au point de vue nourriture. Voilà ce qu’on fait les Allemands, ce qu’ils continuent à faire. C’est un crime que nous ne pourrons jamais leur pardonner, car il y avait de quoi ravitailler la France […] L’Allemand veut détruire le peuple de France[…] »

  • 35 Louis Le Guillant et Lucien Bonnafé, « La condition du malade à l’hôpital psychiatrique », op. cit(...)
  • 36 Georges Daumézon, « Le poids des structures », Esprit, 1952, p. 941-943, citation p. 943.

26Quelques années plus tard en 1952, dans la revue Esprit, Louis Le Guillant et Lucien Bonnafé accusent « la politique fasciste “d’assistance” aux aliénés appliquée par l’occupant et le gouvernement de Vichy » d’avoir apporté « une solution radicale » à l’encombrement des hôpitaux psychiatriques qui prévalait avant guerre35. En écho, un autre psychiatre, Georges Daumézon écrit : « De 1940 à 1944, nous, Français, nous avons laissé mourir de faim 40 000 aliénés36. »

Notes

1 Les six autres sont : Sainte-Anne, Ville-Evrard, Perray-Vaucluse, Villejuif, Moisselles et Chezal-Benoît. Le département possède en outre deux colonies familiales situées l’une à Dun-sur-Auron (Cher), l’autre à Ainay-le-Château (Allier).

2 Signalons une spécificité parisienne : les mesures de placement d’office et leur levée relèvent du préfet de police de Paris alors que les hôpitaux psychiatriques dépendent du préfet de la Seine.

3 Archives de Maison-Blanche, rapport du 10 mai 1940.

4 2 829 746 habitants en 1936, 2 268 157 en janvier 1943.

5 Archives de Paris, archives de la Direction des affaires sanitaires et sociales, sous-série 1243 W, art. 25 à 30 : 452 entrées mensuelles en moyenne entre le 1er août 1939 et fin 1940 ; de semestre en semestre, de 1941 au 1er semestre 1944 : 380, 326, 297, 253, 231, 204, 212 entrées mensuelles, auxquelles il conviendrait d’ajouter les admissions à la Maison nationale Saint-Maurice. Ces chiffres sont proches de ceux produits par Lucien Bonnafé dans son article intitulé « Du bon usage du témoignage », L’Information Psychiatrique, 8, 1996, p. 747 : « Pour Paris, le nombre des internements passe de 5 845 en 1938 à 2 325 en 1944. »

6 Ce terme, proposé par Lucien Bonnafé, est préférable à ceux de « fous » ou d’« aliénés ». Ceux-ci ne représentent en effet qu’une part des internés auxquels s’ajoutent les épileptiques, les déments (maladie d’Alzheimer) ou encore les malades cérébro-organiques.

7 Extrait de la conférence de S.-E. Mondor, Bibliothèque Administrative de la Ville de Paris (bavp), Ms n° 200.

8 Voir l’arrêté du 17 septembre 1940 publié au JO du 18 septembre, p. 5087.

9 Circulaire n° 115 du 19 septembre 1941. Voir aussi les circulaires du 17 septembre 1940, n° 515 du 14 novembre 1941, n° 53 du 11 mars 1942, n° 632 du 9 avril 1942, n° 681 du 29 mai 1942, n° 713 du 22 juillet 1942. À sa sortie, la mairie dont dépend l’établissement remet au malade son titre d’alimentation par l’intermédiaire de l’économe. Précision apportée par l’Agence Française d’Information de Presse (afip) du 12 juillet 1942. Toutes les dépêches de l’afip citées sont conservées aux an, 72 AJ 1853, rationnement alimentaire 1940-1942.

10 Conférence prononcée à l’Hôtel de Ville de Paris le 8 juin 1943, bavp 18 831.

11 Ce taux est obtenu en rapportant le nombre des décès à la population moyenne de l’établissement.

12 Archives de Maison-Blanche, Compte moral pour l’année 1941.

13 an, f23 igr 122, arrêté signé Girod, directeur des affaires départementales, 17 juin 1941.

14 an, f23 igr 122, Seine-et-Oise 1942.

15 Archives de Maison-Blanche, circulaire préfectorale du 27 janvier 1942, note du 15 avril 1943.

16 À l’exclusion cependant de celles chargées des seules fonctions de direction ou de surveillance (circulaire du 4 mars 1943).

17 Archives Maison-Blanche, note du 9 décembre 1942.

18 Jacques Vié, Pierre Marty, « Résurgence des instincts alimentaires à la faveur de la disette chez des psychopathes », Annales Médico-Psychologiques, 1943, tome II, p. 393-396.

19 Voir an, ab xix 4031, classeur 1, régime de suralimentation. Ce système génère une multitude de circulaires et d’arrêtés publiés par l’afip, entre autres le 6 décembre 1941 et les 24 mars, 27 mars, 6 avril, 21 mai, 12 juin et 4 août 1942.

20 Petit Journal du 14 décembre 1940.

21 Loi instituant l’Ordre des médecins.

22 an, ab xix 4109, régimes alimentaires et suppléments. Lettre du préfet de la Mayenne, 6 janvier 1941. Arrêtés du préfet de la Manche, 10 octobre et 21 novembre 1940.

23 Hélène Sérieux-Bonnafous a été interne à Maison-Blanche avant la guerre.

24 Voir la circulaire « Mortalité dans les hôpitaux psychiatriques » (3 mars 1942) publiée dans la Revue des établissements et des œuvres de bienfaisance, 1943, p. 11.

25 bavp, ms 910, f ° 345-346. René Bouffet (1896-1945), en fonction depuis septembre 1942, est arrêté par la résistance le 19 août 1944 et révoqué. Il meurt en avril 1945 des suites d’une intervention chirurgicale.

26 Voir la lettre de Ferdinand Hui, chef des services de l’assistance, 12 mars 1942, publiée dans la Revue des établissements et des œuvres de bienfaisance, 1942, p. 312.

27 Alexis Carrel, L’homme, cet inconnu, Paris, Plon, édition de 1947, citation p. 387-389.

28 Gynécologue accoucheur, Raymond Grasset, qui a été arrêté à la Libération, bénéficie d’un non-lieu pour charges insuffisantes en 1947. Dans sa Chronique de la Santé publique durant les saisons amères (1942-1944) intitulée Au service de la médecine, publiée à Clermont-Ferrand en 1956, il ne dit mot de l’hécatombe des malades internés mais se vante d’avoir évité la réquisition par les Allemands de l’hôpital psychiatrique du Vinatier en février 1944 en menaçant « d’ouvrir les portes et de libérer les aliénés ».

29 Revue des établissements et des œuvres de bienfaisance, 1943, p. 193-203. Cuénot, généticien français de renommée internationale, est fondateur du musée-aquarium de Nancy. « Éliminer » ne peut évidemment signifier mettre à mort, cette solution étant inimaginable pour les femmes incapables d’allaiter.

30 an, f23 igr 122, Seine-et-Oise 1942. En juin 1942, Mondor a obtenu de la Direction départementale du ravitaillement général le droit pour les hôpitaux d’acheter « en culture » c’est-à-dire directement aux producteurs.

31 bavp, ms n° 200, 53 p. dactylographiées, non daté (1943).

32 Ce terme de « déchet sans valeur » évoque les lebensunwerte Leben des Nazis, ces êtres jugés indignes de vivre victimes en Allemagne de l’opération T4.

33 Lucien Bonnafé, « Du bon usage du témoignage », op. cit., p. 745. Le terme d’hécatombe par carence (alimentaire, affective, des autorités…) nous semble en effet plus approprié que ceux d’holocauste, de génocide ou d’extermination.

34 an, F22 2028, situation alimentaire et sanitaire en France, III-A-2-7, dactylographié, non daté. Le document émane du Commissariat aux affaires sociales du cfln (Alger 1943-1944), codirigé par le docteur Eugène Aujaleu, Inspecteur de la santé et de l’assistance de 1941 à 1943 et à ce titre parfaitement informé de la situation.

35 Louis Le Guillant et Lucien Bonnafé, « La condition du malade à l’hôpital psychiatrique », op. cit., p. 847.

36 Georges Daumézon, « Le poids des structures », Esprit, 1952, p. 941-943, citation p. 943.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540