Version classiqueVersion mobile

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Première partie. Une population durement frappée : les « aliénés » internés dans les hôpitaux psychiatriques

Un établissement épargné par la famine ? L’asile privé Saint-Jean de Dieu de Lyon

Anne Marescaux

Texte intégral

1L’ordre de Saint-Jean de Dieu a pour fondateur un Portugais, Jean Ciudad, né en 1495. En 1539, alors qu’il est libraire à Grenade, une prédication de Jean d’Avila provoque chez lui un tumultueux repentir. Cris, larmes, destruction de sa boutique sont autant de manifestations publiques de sa contrition et autant de raisons, pour les défenseurs de l’ordre public, de le faire enfermer avec les déments. À la suite de cet internement de neuf mois, il fonde son premier hôpital à Grenade. Lorsqu’il meurt en mars 1550, le futur Saint-Jean de Dieu a plusieurs disciples qui se répandent en Europe puis en Amérique. Ils y créent des maisons pour recevoir les pauvres, les malades et les aliénés. À la veille de la Révolution française, l’ordre possède 33 établissements en France. Sept d’entre eux sont consacrés aux aliénés, dont l’hospice de Charenton, fondé en 1641.

  • 1 Tous ne reçoivent pas des aliénés.
  • 2 Sur la mise en place du réseau d’asiles privés religieux : Hervé Guillemain, Les directions de la (...)

2Dissout en 1793, comme nombre d’ordres et de congrégations, l’ordre de Saint-Jean de Dieu est restauré trente ans plus tard par Paul de Magallon, ancien capitaine devenu infirmier à l’Hôtel-Dieu de Marseille, et par Xavier Tissot. Les deux hommes, qui ont pris l’habit religieux, accueillent des déments dans un château de Lozère avant d’acquérir, en avril 1825, le domaine de Champagneux, situé route de Vienne, à Lyon, dans le quartier du Moulin à vent. Au début de l’année 1832, l’asile d’aliénés Saint-Jean de Dieu de Lyon compte 150 pensionnaires. À cette date les frères tiennent également des hôpitaux à Nantes, à Lommelet (près de Lille), à Dinan ainsi qu’en Lozère et dans l’Ain1. Ils obtiennent le soutien financier et les recommandations de quelques membres de la noblesse, à nouveau aux commandes du pays depuis la Restauration. Il est vrai qu’à cette époque, et jusqu’au vote de la loi de 1838, les établissements prenant en charge les aliénés sont peu nombreux et que, dans ce domaine, les ordres et les congrégations ont pris de l’avance sur les institutions publiques (on peut citer également la congrégation de Sainte-Marie de l’Assomption, créée par le père Chiron avec l’aide de Paul de Magallon, ou celle du Bon-Sauveur). En 1838, ces ordres et congrégations comptent en effet douze asiles d’aliénés alors que dans la grande majorité des départements de province, aucune autre structure n’est prévue pour accueillir ce type de malades2.

  • 3 Registres de mutations journalières des années 1930 et 1940, conservés à l’hôpital Saint-Jean de D (...)

3En quoi le caractère confessionnel de l’asile influe-t-il sur son fonctionnement ? Tout d’abord l’établissement n’accueille que des malades hommes. D’autre part les religieux, propriétaires des murs, occupent les fonctions administratives et gèrent l’établissement. Ils sont les seuls à être chefs de service. Outre les médecins, il existe cependant une catégorie (masculine) de personnel laïc, qui, dans les registres de l’époque3, est tantôt appelée « employée » tantôt « domestique ». Enfin le profil social de la population internée est différent de celui des aliénés des hôpitaux psychiatriques publics. Certes, l’hôpital fait office d’asile public pour le compte du département de la Loire. Il s’agit là d’une pratique courante car, après le vote de la loi de 1838, tous les départements ne se dotent pas immédiatement d’un asile d’aliénés, loin s’en faut. Nombre d’entre eux préfèrent, comme le prévoit la loi, signer un contrat avec des hôpitaux privés qui accueillent alors les malades du département. Mais les asiles privés tels que Saint-Jean de Dieu accueillent également un nombre important de pensionnaires, c’est-à-dire des malades qui ne vont pas dans les hôpitaux publics et dont les familles paient, parfois grassement, le « séjour ». Ces « payants » ne sont pas seulement originaires du département ou des départements limitrophes mais viennent de la France entière. La réputation de l’ordre rend l’établissement très attractif. De par son origine sociale, la population internée à Saint-Jean est donc différente de celle internée à l’hôpital psychiatrique du Vinatier. Il s’agit là d’une distinction majeure.

  • 4 Ce rapport a été fourni par l’ancien archiviste de la congrégation, le frère Philbert.

4Une autre différence importante tient à la mémoire du drame qui s’est joué dans les deux établissements entre 1939 et 1945. La surmortalité des malades de l’hôpital psychiatrique du Vinatier n’a jamais été niée. Son ampleur a même suscité une polémique qui dure depuis plus de vingt ans. Tel n’est pas du tout le cas à Saint-Jean de Dieu : comme si cet hôpital avait, d’une certaine manière, bénéficié de la mémoire particulièrement noire attachée à celle de son voisin. Ici, la mortalité des malades liée à la sous-alimentation semble avoir été occultée dès l’après-guerre, le fait que l’établissement soit tenu par un ordre religieux tenant lieu de facteur explicatif. La première pierre du processus d’oubli est posée par le rapport administratif 1938-19454. Ce rapport, qui qualifie d’« assez normal » le fonctionnement de l’hôpital pendant le conflit, ne contient que quelques lignes particulièrement elliptiques sur l’inflation du nombre de décès parmi les malades internés. Or, même si elle n’atteint pas les proportions effarantes de celle enregistrée à l’hôpital psychiatrique du Vinatier, cette inflation n’en a pas moins été très marquée. Les chiffres de surmortalité publiés après la guerre sont donc en dessous de la réalité.

5De ce constat découlent trois interrogations : pourquoi tant de malades sont-ils morts à l’asile de Saint-Jean sous l’Occupation ? Pourquoi les décès ont-ils été nettement moins nombreux qu’à l’hôpital psychiatrique voisin du Vinatier ? Le seul fait que l’hôpital ait été tenu par un ordre religieux suffit-il à expliquer le différentiel de mortalité entre les deux établissements ?

La surmortalité des années de guerre : un fait incontestable

Graphique 1 : Évolution du taux de mortalité annuelle à l’asile Saint-Jean de Dieu de Lyon (1935-1945)

Graphique 1 : Évolution du taux de mortalité annuelle à l’asile Saint-Jean de Dieu de Lyon (1935-1945)

Source : Registre des décès.

  • 5 Ce taux est obtenu en rapportant le nombre des décès à la population moyenne de l’établissement.

6Il ressort de la lecture de ce graphique qu’alors que le taux de mortalité était resté compris entre 7,5 % et 8,5 % par an entre 1935 et 19395, ce qui place d’ailleurs l’établissement dans une moyenne élevée pour l’époque, ce taux grimpe à 12,7 % dès l’année 1940. Deux pics se distinguent nettement : 1941 et 1943. En 1943, le taux de mortalité annuelle atteint 19,4 %, ce qui représente plus du double du taux enregistré avant la guerre. Au passage, on notera que ces deux pics ne correspondent pas aux maxima de décès enregistrés à l’hôpital psychiatrique du Vinatier, où la mortalité atteint son apogée en 1942. Faute d’archives, aucun argument solide ne peut expliquer ce décalage. Entre 1935 et 1939, le nombre moyen de décès est de 90 par an pour une population qui oscille entre 1 100 et 1 160 malades. Entre 1940 et 1944, la moyenne est de 155 décès par an pour une population sensiblement inférieure, du fait de la mortalité mais aussi du recul des admissions dont rend compte le graphique n° 2 (1126 malades présents en moyenne en 1940 et seulement 801 en 1944). Au total, durant les cinq années de guerre et d’occupation, l’hôpital a compté 326 morts de plus qu’au cours des cinq années précédentes. Ce chiffre est évidemment beaucoup moins frappant que celui de 2 000 morts supplémentaires établi pour l’hôpital psychiatrique du Vinatier. Il n’en est pas pour autant négligeable. Les années 1945-1949 sont très peu mortifères en comparaison : 223 décès sont recensés ce qui représente à peine plus de quarante décès par an soit presque quatre fois moins qu’entre 1940 et 1944 pour une population plus importante.

Graphique 2 : Évolution du nombre des entrées à l’asile Saint-Jean de Dieu de Lyon (1935-1945)

Graphique 2 : Évolution du nombre des entrées à l’asile Saint-Jean de Dieu de Lyon (1935-1945)

Source : Registre des entrées.

7L’évolution de l’âge moyen des malades décédés est également significative. Celui-ci baisse en effet dès 1940, la diminution étant surtout notable en 1941 chez les « placés d’office » (PO), c’est-à-dire les malades internés à la demande de l’autorité publique. Pour cette catégorie de malades, l’âge moyen au décès passe de 54 ans en 1939 à 50 ans en 1941. Pour l’ensemble des catégories, les malades décédés entre 1940 et 1944 sont en moyenne 3 ans plus jeunes qu’entre 1935 et 1939. L’âge moyen au décès remonte dès 1945 (55 ans et demi).

8Pour expliquer la chute des effectifs de malades (près de 400 malades de moins en 1945 qu’en 1939), la direction de l’établissement choisit de mettre l’accent sur la baisse du nombre des entrées, baisse attribuée aux restrictions sévères qui touchent l’alcool. Les alcooliques forment, en effet, les gros bataillons des internés avant guerre. La diminution du nombre d’internements n’est cependant ni l’unique ni même la principale explication de ce recul marqué des effectifs. Or dans les dossiers médicaux, on cherchera en vain le terme de « dénutrition » pour expliquer les causes de décès. La cause déclarée qui se rapproche le plus de la réalité est une pudique « cachexie par carence » invoquée en tout et pour tout à six reprises. Les médecins sont, il est vrai, plus loquaces dans la partie médicale du rapport 1938-1945. Ils évoquent les effets des restrictions alimentaires en ces termes :

« L’augmentation du nombre de décès, commune en cela avec les établissements similaires, trouve son explication dans les restrictions alimentaires de toutes sortes auxquelles les malades furent soumis. Cette sous-alimentation, d’une part entraîna l’apparition de syndromes de carence, d’autre part mit les malades en état de moindre résistance vis-à-vis d’affections intercurrentes qui, de ce fait, entraînèrent des issues fatales. »

  • 6 Pierre Scherrer, Un hôpital sous l’Occupation, op. cit.
  • 7 Entretien avec le Docteur Vignat, 12 octobre 2000.

9L’asile de Saint-Jean de Dieu a donc bien été touché par le phénomène de surmortalité lié aux restrictions. Ici comme ailleurs, un certain nombre de facteurs ont aggravé la sous-alimentation. Ainsi le phénomène du coulage, difficilement quantifiable. Pierre Scherrer l’évoque pour l’hôpital psychiatrique d’Auxerre mais ne semble pas considérer qu’il ait eu une grande importance6. Pour le Dr Vignat, médecin-chef de service à l’hôpital Saint-Jean de Dieu, « les religieux avaient un idéal qui se maintenait quelles que soient les circonstances. Pour eux, détourner de la nourriture à leur profit ou en détourner vers l’extérieur à des fins de marché noir n’était pas supportable, et même si l’un d’eux en avait eu l’idée, la communauté l’aurait très rapidement remis au pas7. » Cette « remise au pas » s’avère effectivement parfois nécessaire, comme le prouve ce rappel à l’ordre du prieur général daté du 30 avril 1945 :

  • 8 Archives de l’ordre Saint-Jean de Dieu, registre de correspondance.

1/L’argent et les colis envoyés à nos malades […] ne peuvent être utilisés qu’en faveur du malade qui les possède et vous devez distribuer le contenu des colis avant qu’il ne se perde. Si le malade refuse et que les denrées ne peuvent être conservées, il est d’usage d’en faire profiter les malades pauvres plutôt que de les laisser perdre. Il n’est pas permis de les vendre au profit de la caisse de la salle ou pour un autre motif à la fantaisie du frère. 2/Le pécule, ou récompense de nos malades […] doit être distribué aux malades enfants ou jeunes pour lesquels il est destiné et cela dans les conditions fixées par le supérieur. Il n’est pas permis d’en faire un autre emploi […] Enfin, il n’est pas permis de vendre les douceurs ou les autres affaires données pour le soulagement et l’assistance des malades. Il n’est pas non plus permis de majorer les prix de vente des affaires pour se créer un avoir ou de petits bénéfices8.

10Même si l’on peut admettre qu’il y a eu moins de coulage dans les établissements desservis par un personnel religieux, certaines irrégularités semblent donc avoir existé. Quelques religieux prennent des libertés avec le règlement, libertés qui ont pu être préjudiciables à certains malades, notamment les plus pauvres. Or les plus pauvres sont précisément ceux que l’idéal de charité plaçait sur un piédestal. Les employés laïcs, dont certains travaillent en cuisine, ont-ils succombé aux mêmes tentations ? Dans un contexte de pénurie et de disette, on peut imaginer que oui.

11Signalons enfin que le rapport 1938-1945 indique, pour l’année 1941, une chute des dépenses consacrées à l’achat de denrées alimentaires. Cette diminution explique-t-elle le pic de mortalité enregistré cette année-là et faut-il la mettre sur le compte des pénuries ? Dès l’année suivante, les dépenses alimentaires repartent à la hausse pour rester ensuite à un niveau élevé, ce qui n’empêche d’ailleurs pas le pic de mortalité de 1943.

  • 9 AD du Rhône, 283 W 60.

12Quant aux dépenses consacrées au chauffage, c’est-à-dire au charbon, produit sévèrement contingenté, elles sont multipliées par 2,5 au cours de la période de guerre. Si l’on en croit un rapport des Renseignements généraux9 daté du 30 novembre 1945, les cent kilos de charbon coûtent, en moyenne, 161 francs en 1945 contre 51 francs en 1939, soit une multiplication par environ 3,2. Toujours en 1945, la consommation de charbon de l’hôpital représente 78 % de celle de 1939 alors que deux unités ont été fermées du fait de la diminution du nombre de malades. La qualité d’établissement hospitalier donnant, en principe, droit à une consommation équivalente à 70 % de la consommation d’avant-guerre, Saint-Jean de Dieu n’est pas en mauvaise posture et la direction n’a jamais jugé utile d’abattre les arbres du parc pour chauffer certaines salles. Est-ce là un des facteurs qui permet d’expliquer, en regard de l’hécatombe qui s’est produite à l’hôpital psychiatrique départemental du Vinatier, la moindre sur mortalité des malades internés dans l’établissement ? Et quels sont les autres facteurs qui permettent d’expliquer cet écart entre les deux hôpitaux alors que l’asile de Saint-Jean de Dieu accueille une population exclusivement masculine et par conséquent plus vulnérable à la sous-alimentation ?

Une surmortalité limitée par rapport à celle des malades internés à l’hôpital psychiatrique du Vinatier

13Un premier facteur, fondamental, tient à la taille de l’établissement. En 1939, l’asile Saint-Jean de Dieu héberge une population moyenne de 1 160aliénés. Les malades sont alors 2,5 fois moins nombreux que ceux du Vinatier. Or on sait que ce sont les hôpitaux les plus grands qui ont été les plus affectés par le drame de la famine (c’est le cas de l’hôpital psychiatrique de Clermont-d’Oise par exemple).

  • 10 Du nom du ministre de la Santé, Marc Rucart.
  • 11 Tous ne sont cependant pas affectés à l’asile de Lyon.

14La qualité des soins apportés aux malades est également un facteur à prendre en compte, même si elle est difficile à évaluer. La circulaire Rucart du 13 octobre 193710 préconise que « chaque service ne comprenne pas un nombre de malades supérieur à 400 ». Cette proportion est respectée à l’asile Saint-Jean de Dieu puisque l’établissement compte trois médecins-chefs pour 1 160 malades en 1939. Tout au moins l’est-elle sur le papier car on ignore si les placés d’office, soit, pour faire vite, les malades du département de la Loire, bénéficient du même encadrement médical que les malades placés par leur famille. En d’autres termes, il est fort possible que le nombre de soignants par malade soit très supérieur pour les pensionnaires payants auxquels est vraisemblablement affecté un médecin-chef à temps plein. Mais il est vrai que la proportion de 400 malades par service, c’est-à-dire par médecin, est très diversement respectée dans les hôpitaux publics. En outre, on sait que les médecins de l’asile de Saint-Jean de Dieu forment chaque année un petit nombre de religieux aux soins infirmiers, dans le cadre d’une école dont le diplôme est reconnu par l’État11. Une (très petite) partie du personnel est donc qualifiée. Or on peut imaginer que des malades mieux soignés résistent mieux à la faim et au froid.

  • 12 Les chiffres de septembre 1939 n’apparaissent pas dans les registres de mutations journalières qui (...)
  • 13 Pour les placés d’office, le taux de mortalité de l’année 1942 est même le plus faible enregistré (...)
  • 14 Voir le rapport administratif 1938-1945.

15Un autre facteur a certainement contribué à limiter la surmortalité parmi les internés : la mobilisation a moins massivement touché le personnel de Saint-Jean que celui du Vinatier12. Mais le rapport entre le taux d’encadrement et le taux de mortalité des malades est aléatoire. Ainsi, en 1941, la mortalité est particulièrement élevée alors que le taux d’encadrement est très bon. En revanche, en 1942, le taux d’encadrement se détériore alors que le taux de mortalité recule13. Au début du conflit et peut-être en 1944-1945, l’hôpital ne compte plus aucun médecin dans ses rangs sans que le taux de mortalité en soit, semble-t-il, affecté. Plus décisif est le fait que, à la différence de ce qui s’est produit au Vinatier, ni le chef de ferme ni le prieur (qui dirige l’établissement) n’ont été retenus longtemps hors des murs. C’est un point essentiel pour la bonne gestion des ressources de la ferme et plus généralement pour celles de l’établissement. Ajoutons que ni locaux, ni matériel n’ont été réquisitionnés, à l’exception toutefois d’un camion à gazogène de cinq tonnes14 emmené par les Allemands, qui occupent l’hôpital pendant une journée, le 1er septembre 1944. Rien de comparable là encore avec la situation que connaissent d’autres établissements, notamment en zone occupée.

  • 15 Voir les registres de mutations journalières aux dates concernées.

16Enfin, l’asile Saint-Jean de Dieu n’accueille pas de réfugiés avant 1944. Les 15 et 24 mars arrivent 250 vieillards évacués de Saint-Barthélémy, asile de vieillards tenu par la congrégation à Marseille15. Cet établissement a en effet été occupé par l’armée allemande. Le 20 mars, la direction de Saint-Jean de Dieu déclare 1170 malades à la préfecture, soit le nombre d’aliénés internés augmenté des réfugiés en provenance de la cité phocéenne. À la même période, l’hôpital psychiatrique du Vinatier reçoit des malades venant du Centre d’hygiène mentale de Marseille. Mais, alors que la situation alimentaire est particulièrement préoccupante, l’hôpital psychiatrique départemental doit accueillir des réfugiés tout au long du conflit. Or, comme l’a montré Pierre Scherrer à propos des malades évacués des hôpitaux psychiatriques de la Seine et de Blois, la mortalité de ces réfugiés est beaucoup plus élevée que celle des autres internés. Certes, l’état physique des vieillards transférés à Saint-Jean de Dieu de Lyon en mars 1944 ne paraît pas très bon non plus puisque l’un d’entre eux décède le lendemain de son arrivée. Mais la plupart de ces vieillards quittent l’hôpital dès le mois d’octobre, leur présence affectant par conséquent assez peu la courbe des décès.

  • 16 Ce bombardement fait 19 victimes dont 17 malades.

17Ce d’autant moins que le taux de mortalité de l’année 1944 est réduit par un événement imprévisible : le 26 mai 1944, l’hôpital reçoit un chapelet de bombes américaines16 et évacue une centaine de malades vers l’hôpital psychiatrique du Vinatier. Ces malades sont, si l’on peut dire, triés sur le volet : on n’y recense que seize pensionnaires mais uniquement des pensionnaires de troisième classe. Manifestement ces malades sont en très mauvais état physique et une proportion importante d’entre eux décède dans les semaines qui suivent, ces décès étant comptabilisés dans les statistiques de l’hôpital du Vinatier.

  • 17 Sachant que la très grande majorité des placés volontaires le sont en régime spécial.
  • 18 Il se situe entre 100 et 110 de 1941 à 1943 ce qui correspond à un doublement par rapport à la pér (...)

18À ces conditions favorables s’en ajoute une autre, plus importante encore : une proportion notable des malades internés à l’asile Saint-Jean de Dieu sont des pensionnaires dont les familles paient le séjour chaque trimestre. Ces malades appartiennent au « régime spécial » et sont quasiment tous des placés volontaires (PV), internés le plus souvent à la demande de la famille et non d’une autorité publique17. Ce régime spécial se compose de trois, voire de quatre classes, dont les tarifs flambent au cours des années de guerre. Le prix de la pension en troisième classe est très proche de celui payé par le département de la Loire pour les malades placés d’office qui relèvent du « régime commun ». On peut donc supposer que peu d’améliorations sont apportées au quotidien de ces malades. Il en va différemment pour les malades de première classe, qui représentent, à Saint-Jean, la majorité des pensionnaires. Bien que l’on ignore le nombre moyen de pensionnaires de première division soignés dans l’établissement (faute de connaître les chiffres d’admissions annuelles), on sait en revanche que le nombre annuel d’entrées en placement volontaire augmente brusquement entre 1940 et 194118 alors que le nombre de placements d’office chute tout aussi brutalement.

19Il n’est pas aisé de définir précisément à quels avantages donnent droit les différents tarifs. Sans doute s’agit-il d’améliorations hôtelières et alimentaires. Un service, le service Saint-Louis, et une infirmerie, l’infirmerie Saint-Roch, sont réservés aux pensionnaires de première division qui disposent également d’une bibliothèque et d’un réfectoire particulier. Les autres classes (ou divisions) du régime spécial sont logées dans le bâtiment Notre-Dame. Certaines lettres de familles évoquent des soins plus attentifs, une surveillance accrue. Ainsi un malade très dépendant peut se voir attacher un membre du personnel.

  • 19 Archives de l’hôpital Saint-Jean de Dieu.

20Les conditions d’hygiène sont également meilleures. La preuve en est donnée par un rapport de l’inspecteur général de l’hygiène daté du 8 mars 1933. Établi par le Dr Chalut, ce rapport signale au préfet du Rhône la fin d’une épidémie de typhoïde qui sévit dans l’hôpital depuis le mois de décembre 1932. Tout en soulignant la bonne administration de la « maison », le rapport signale que la maladie a touché 91 malades mais qu’elle « a respecté un certain nombre de salles, les salles indemnes étant celles des pensionnaires aisés vivant dans des conditions de propreté beaucoup plus favorables19 ». À titre de comparaison, voici ce qu’écrit Pierre Scherrer au sujet de l’hôpital psychiatrique d’Auxerre, où il a pris ses fonctions de médecin-directeur en mai 1942 :

  • 20 Pierre Scherrer, Un hôpital sous l’Occupation, op. cit., p. 17-18.

« J’ai parlé des deux derniers pavillons en soulignant les parcs plantés d’arbres dont ils disposaient. Il s’agissait, en effet, des « pensionnats », c’est-à-dire des résidences des malades payants qui, selon le règlement, bénéficiaient, en première classe, d’un infirmier par malade, en deuxième classe d’un infirmier pour quatre. Ils vivaient entourés de leurs meubles personnels et jouissaient également d’un régime alimentaire bien meilleur20. »

21On peut émettre l’hypothèse que, dans un établissement privé tel que Saint-Jean de Dieu, les pensionnaires bénéficiaient d’un traitement au moins aussi favorable que celui des pensionnaires internés à l’hôpital public d’Auxerre. Ainsi, pendant la guerre, l’hôpital Saint-Jean de Dieu continue de procurer à qui peut les payer différentes douceurs (cigarettes, bière, pastilles, fruits, timbres, papier à lettres, etc.) comme l’attestent les dossiers médicaux.

22Ces avantages divers expliquent sans doute que, pendant les années de guerre, les malades du régime commun meurent plus que les pensionnaires alors que ceux-ci, parce que plus âgés en moyenne, avaient, avant la guerre, un taux de mortalité supérieur. Parmi les malades pensionnaires, ce sont ceux de la première division qui meurent le moins : alors qu’en 1941 ils représentent 70 % des entrées de placés volontaires, ils ne représentent que 30 % des décès en 1942.

  • 21 Qui sont mentionnées dans les registres des sorties.

23Ajoutons cependant que les bons soins ne sont pas la seule explication de cette moindre mortalité : le nombre de sorties dans un « état précaire21 » est important dans cette population, un certain nombre de familles préférant sans doute que leur malade passe ses derniers jours en leur sein. Or les pensionnaires représentent environ 20 % de la population de l’asile Saint-Jean de Dieu, contre moins de 5 % à l’hôpital psychiatrique du Vinatier. La faible mortalité des pensionnaires a donc eu des répercussions non négligeables sur le taux de mortalité général enregistré dans l’établissement.

  • 22 Il ne reste apparemment aucune archive sur la production de ces fermes, ni à l’hôpital, ni dans le (...)
  • 23 L’établissement possède également un millier de poules.

24Les ressources dont dispose l’établissement sont également un facteur à prendre en compte pour expliquer la moindre mortalité des malades internés à l’asile Saint-Jean de Dieu. Comme tous les hôpitaux psychiatriques, l’établissement possède un terrain agricole. Pour être exact, il possède même deux fermes : l’une est située route de Vienne, et comprend un potager de 4 hectares et demi et un terrain de 28 hectares ; l’autre est située à Manissieux (commune voisine de Saint-Priest) et s’étend sur 23 hectares22. Sur ces terrains, on cultive du blé, de l’orge, du maïs, des pommes de terre et dans le potager, des haricots et des petits pois. Les quantités cultivées avant-guerre n’étaient visiblement pas suffisantes pour nourrir tous les malades puisque l’hôpital avait passé contrat avec des paysans de Saint-Priest pour la fourniture de denrées de même nature. La baisse des effectifs a-t-elle permis l’autosuffisance alimentaire ? Le rapport administratif 1938-1945 indique que « semences et engrais ont été attribués dans des conditions satisfaisantes » et que « des contrats de culture autorisés par la préfecture du Rhône ont été passés, à partir de 1942, avec des propriétaires dans diverses communes de la région. Ils ont porté sur la location annuelle de 8 à 9 hectares ensemencés principalement en choux et en rutabagas ». Quant au cheptel, « il a été maintenu à peu près dans sa consistance d’avant-guerre », soit une quinzaine de vaches et cinq cents porcs environ fournissant cinq cents kilos de viande par semaine23.

25L’établissement s’est-il soustrait aux prélèvements du Ravitaillement général ? Si oui, comment ? Si non, quelle part de ces produits versait-il ? Comment a-t-on pu nourrir le cheptel alors que les aliments pour bétail faisaient gravement défaut, obligeant nombre d’établissements à sacrifier une partie importante de leur troupeau ? Autant de questions auxquelles on ne peut répondre ici. Certes l’hôpital produisait des denrées non contingentées (fruits, légumes…) qui ont pu permettre d’améliorer l’ordinaire des malades. Les rations allouées par les cartes étaient en effet tout à fait insuffisantes bien que, selon le rapport administratif 1938-1945, « les tickets ont toujours été honorés […] tous les malades de l’établissement étant soumis au même régime alimentaire et recevant les mêmes rations ». Tous les malades disposaient d’ailleurs du même type de carte. Le fait est curieux dans un établissement comptant, parmi ses internés, des adolescents, des vieillards et des malades travailleurs, qui n’appartiennent pas à la même catégorie de consommateurs.

26Fort de ses liens avec le cardinal de Lyon, Monseigneur Gerlier, fervent maréchaliste, l’ordre de Saint-Jean a-t-il réussi à obtenir des soulagements alimentaires par ce biais ? Ce n’est pas impossible car une série de petits faits semblent indiquer que les religieux entretiennent de bons rapports avec les autorités en place (franchissements de la ligne de démarcation pour se rendre à Vichy ; constitution d’une réserve de vin qui permet, après le bombardement qui a détruit les canalisations, de remplacer l’eau…). En outre on sait que les frères ont pratiqué le troc, au moins à petite échelle.

  • 24 L’anecdote est rapportée par l’un des anciens employés de l’hôpital, dont les parents, paysans de (...)

27Ainsi, l’établissement possédant des poules « racées », avait la possibilité d’échanger une douzaine d’œufs pondus par ces poules contre 18 œufs « vulgaires24 ». En ces « années noires », le plus petit profit n’est pas à négliger. Enfin la bonne réputation de l’ordre a sans aucun doute bénéficié à l’établissement qui a pu compter sur des soutiens auxquels ne pouvait prétendre un établissement public. Sa dimension internationale a probablement également joué en sa faveur. Pendant le conflit, les liens ne se distendent pas et les frères se rendent souvent dans les autres « maisons », qu’elles soient françaises, italiennes ou espagnoles. Un tel réseau a des donateurs, peut-être nombreux, certainement très aisés. Même s’il est impossible, vu l’état des sources, d’évaluer l’aide obtenue, gageons que cette aide a existé.

28Au final, étudier la surmortalité à l’asile Saint-Jean de Dieu ne revient pas à étudier celle de l’hôpital psychiatrique du Vinatier en négatif (ou plutôt en positif). Mais il est vrai que cette étude de cas permet de mieux cerner tout ce qui a fait défaut au grand hôpital public et, a contrario, les solutions dont disposait Saint-Jean de Dieu pour limiter les effets des restrictions et de la sous-alimentation. L’accumulation de circonstances désastreuses (mobilisation, réquisitions, nombre considérable de réfugiés accueillis…) qu’a connu l’hôpital psychiatrique du Vinatier ne s’est pas produite à l’asile Saint-Jean de Dieu. Les malades internés sont moins isolés socialement et issus pour partie de familles aisées, l’exploitation agricole a tant bien que mal fonctionné, l’ordre a sans aucun doute pu compter sur des possibilités de financements plus étendues et a pu bénéficier d’un soutien plus efficace de la part des autorités. Même s’il est indéniable que des malades sont morts de faim à l’asile Saint-Jean de Dieu entre 1940 et 1944, l’ensemble de ces facteurs suffit à expliquer que la surmortalité y a été nettement moindre qu’au Vinatier.

Notes

1 Tous ne reçoivent pas des aliénés.

2 Sur la mise en place du réseau d’asiles privés religieux : Hervé Guillemain, Les directions de la conscience. Histoire sociale et culturelle des maladies psychiques et des pratiques thérapeutiques en France (1830-1939), thèse Paris XII, 2004.

3 Registres de mutations journalières des années 1930 et 1940, conservés à l’hôpital Saint-Jean de Dieu.

4 Ce rapport a été fourni par l’ancien archiviste de la congrégation, le frère Philbert.

5 Ce taux est obtenu en rapportant le nombre des décès à la population moyenne de l’établissement.

6 Pierre Scherrer, Un hôpital sous l’Occupation, op. cit.

7 Entretien avec le Docteur Vignat, 12 octobre 2000.

8 Archives de l’ordre Saint-Jean de Dieu, registre de correspondance.

9 AD du Rhône, 283 W 60.

10 Du nom du ministre de la Santé, Marc Rucart.

11 Tous ne sont cependant pas affectés à l’asile de Lyon.

12 Les chiffres de septembre 1939 n’apparaissent pas dans les registres de mutations journalières qui constituent notre principale source. Le nombre de religieux et d’employés a pu être très variable selon les périodes. En outre, un certain nombre d’employés des services généraux n’apparaissent pas dans les registres parce qu’ils ne vivent pas dans l’établissement. Le rapport personnel/malades ne concerne que les religieux et les gardiens.

13 Pour les placés d’office, le taux de mortalité de l’année 1942 est même le plus faible enregistré pendant les années de guerre.

14 Voir le rapport administratif 1938-1945.

15 Voir les registres de mutations journalières aux dates concernées.

16 Ce bombardement fait 19 victimes dont 17 malades.

17 Sachant que la très grande majorité des placés volontaires le sont en régime spécial.

18 Il se situe entre 100 et 110 de 1941 à 1943 ce qui correspond à un doublement par rapport à la période d’avant-guerre.

19 Archives de l’hôpital Saint-Jean de Dieu.

20 Pierre Scherrer, Un hôpital sous l’Occupation, op. cit., p. 17-18.

21 Qui sont mentionnées dans les registres des sorties.

22 Il ne reste apparemment aucune archive sur la production de ces fermes, ni à l’hôpital, ni dans les archives de la congrégation. Les seules sources sont donc les matrices cadastrales et les témoignages d’anciens employés de l’établissement embauchés après la guerre. L’un de ces employés a eu l’occasion de visiter la ferme en 1940, avec un groupe de jeunes agriculteurs catholiques.

23 L’établissement possède également un millier de poules.

24 L’anecdote est rapportée par l’un des anciens employés de l’hôpital, dont les parents, paysans de Saint-Priest, entretenaient des rapports commerciaux avec la congrégation et pratiquaient ce type d’échange.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Évolution du taux de mortalité annuelle à l’asile Saint-Jean de Dieu de Lyon (1935-1945)
Légende Source : Registre des décès.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20081/img-1.png
Fichier image/png, 5,9k
Titre Graphique 2 : Évolution du nombre des entrées à l’asile Saint-Jean de Dieu de Lyon (1935-1945)
Légende Source : Registre des entrées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20081/img-2.png
Fichier image/png, 14k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search