Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Première partie. Une population durement frappée : les « aliénés » internés dans les hôpitaux psychiatriques

Morts sans ordonnance : les aliénés et la faim à l’hôpital psychiatrique départemental du Rhône

Isabelle von Bueltzingsloewen

Texte intégral

1« Monsieur,

  • 1 En gras dans le texte.

Je sollicite de votre bienveillance de bien vouloir m’accorder les trois autorisations suivantes. Comme vous le savez je me couche aussitôt après le repas de onze heures, dans l’après-midi je passe mon temps à faire des copies. La position couchée pour écrire étant peu commode et pénible serait-il possible 1° – de conserver mes vêtements dans ma cellule jusqu’au coucher ? En raison de l’amaigrissement considérable que j’ai subi et qui est uniquement dû aux sévères restrictions alimentaires qui sont imposées il n’est pas recommandable de rester en chemise en raison de la perte de calories qui en résulte. 2° – d’aller me peser afin de contrôler si la perte de poids continue malgré le traitement par cachets de vitamines ordonné par le Docteur Requet. 3° – de m’accorder un peu de supplément de nourriture en soupe et en légumes seulement. Un peu de soupe en plus ne peut guère priver les autres malades puisqu’il y en a toujours en plus […] Au début de la guerre mon poids était de près de 88 kilogrammes1 et il y a deux mois il était descendu à 54 kilogrammes. Ce qui représente une perte d’environ 35 kilogrammes. J’éprouve une grande faiblesse et des douleurs avec perte importante de force dans les masses musculaires des membres surtout des jambes ainsi que des vertiges. Par moment la colonne vertébrale est douloureuse aussi. Je répète le petit supplément de nourriture ne porterait que sur la soupe et les légumes. »

  • 2 Les dossiers médicaux des malades internés à l’hôpital du Vinatier depuis 1876, date de l’ouvertur (...)

2Cette lettre, rédigée le 29 août 1941 sur des feuilles arrachées à un cahier d’écolier, a été retrouvée dans le dossier médical de Joseph S.2. Elle n’est donc jamais parvenue à son destinataire, le directeur de l’hôpital psychiatrique du Vinatier. Il est vrai qu’à cette date l’établissement n’a plus de directeur, Gaspard Coudurier ayant été relevé de ses fonctions par le gouvernement de Vichy. Mais peut-être cette information n’est-elle pas parvenue jusqu’à Joseph S., interné dans le service du Dr Requet, l’un des cinq médecins-chefs en charge des malades de l’hôpital. Joseph S., qui a tenté de s’évader à deux reprises, relève en effet de la catégorie des malades « médico-légaux » et à ce titre est isolé dans une cellule. Né en 1897, trépané à l’âge de 20 ans suite à une blessure de guerre qui lui a donné droit à une pension, il a été interné à l’asile du Vinatier en 1928 après avoir tiré trois coups de revolver sur sa sœur. Le diagnostic établi est celui de délire de persécution. Depuis 1933, date à laquelle il a été déclaré incurable, sa sortie de l’établissement est devenue très improbable.

3Comme l’ensemble des aliénés internés dans les hôpitaux psychiatriques, Joseph S. souffre durement du rationnement. Qu’il soit persécuté n’enlève rien à la valeur de son témoignage. Sa lettre montre qu’il est parfaitement conscient de sa déchéance physique et, à travers elle, du scénario de mort qui est en train de se jouer. Contrairement à d’autres malades, chez qui tout instinct de conservation a disparu, il cherche à survivre. Les notes consignées par le médecin-chef dans son dossier médical indiquent qu’il profite des rares moments où il quitte sa cellule non chauffée – pour aller à la messe par exemple – pour trafiquer avec les autres pensionnaires en vendant ses affaires au prix fort. On apprend également qu’il a bénéficié d’un régime de suralimentation à base de lait, de sérum de cheval, de confiture, de purée et de sirop de sucre. Des suppléments alimentaires justifiés par son amaigrissement mais surtout par la tuberculose pulmonaire diagnostiquée en février 1943 dont il finit par mourir le 1er mai de la même année. Il a alors 46 ans et a passé 15 ans à l’hôpital du Vinatier.

4La reconstitution du parcours de Joseph S. permet d’incarner le drame qui s’est joué, entre 1940 et 1945, derrière les murs des hôpitaux psychiatriques français. Comment interpréter ce drame ? Tel est l’enjeu de cette contribution qui présente le cas d’un établissement particulièrement touché par la famine : l’hôpital psychiatrique départemental du Rhône.

Chronique d’une catastrophe annoncée

  • 3 Ces registres d’entrées sont appelés livres de la loi en référence à la loi de 1838 qui organise l (...)
  • 4 Qui consiste à comparer le nombre des malades décédés entre 1940 et 1945 au nombre de malades qui (...)

53 165 malades sont morts à l’hôpital psychiatrique du Vinatier entre 1940 et 1945. C’est ce que permettent d’établir les registres d’entrées3 et les registres de décès de l’établissement, qui ont continué d’être très scrupuleusement tenus pendant les années de guerre. Nombre de ces malades, à l’instar de Joseph S., ont d’ailleurs été enterrés dans le cimetière de l’hôpital qui a continué de fonctionner jusqu’au milieu des années soixante. Mais parmi ces 3165 malades combien sont morts de faim ? Les diagnostics de décès mentionnés dans les registres ne permettent pas de répondre avec précision. Certains, tels que « cachexie d’origine alimentaire », « cachexie carentielle » ou « dénutrition avec cachexie, œdème et diarrhée », sont très explicites. Mais d’autres sont beaucoup plus vagues, le médecin constatant la mort se contentant d’indiquer « collapsus cardiaque » ou plus souvent « cachexie » et le détour par le dossier médical ne permettant pas forcément de trancher. Se pose en outre le problème des malades qui, comme Joseph S., sont morts de tuberculose. Dans la mesure où la tuberculose faisait déjà d’importants ravages dans les hôpitaux psychiatriques avant la guerre, il paraît en effet difficile d’imputer l’ensemble des décès par tuberculose à la famine même si l’on sait que la sous-alimentation a entraîné une forte recrudescence de la maladie, en particulier dans ses formes les plus graves. Le dénombrement n’étant pas possible, il a fallu se contenter d’évaluer le nombre de victimes. Pour ce faire nous avons procédé à un calcul de surmortalité4 qui nous a permis de confirmer la validité du chiffre de 2 000 victimes qui avait été conservé dans la mémoire de l’institution depuis 1945, sachant que cette approche statistique n’est pas sans poser problème : elle suppose en effet que le profil des malades internés dans l’établissement sous l’Occupation soit resté le même qu’avant guerre ce qui n’est pas le cas. Si l’on rapporte ce chiffre de 2 000victimes au nombre total de décès enregistrés, on peut estimer que 63 % des décès intervenus à l’hôpital du Vinatier entre 1940 et 1945 ont été provoqués, directement ou indirectement, par la malnutrition, dont les effets ont été aggravés par le froid pendant les mois d’hiver.

  • 5 Ceux-ci sont obtenus en rapportant le nombre des décès à la moyenne des malades traités dans l’ann (...)
  • 6 Le taux de mortalité annuelle qui était de 11,1 % en 1939 passe à 20,7 % en 1940.

6Le calcul des taux de mortalité annuelle5 de la période 1940-1945 a permis d’établir que la famine a débuté de façon étonnamment précoce, faisant des morts dès 19406. Plus précisément, l’analyse des dossiers médicaux des malades décédés au cours de l’année 1940 montre que les premiers décès « suspects » interviennent au cours de l’automne. Ainsi, suite à la mort, le 28 novembre 1940, d’un malade de 57 ans atteint de paralysie générale, le Dr Requet indique comme cause du décès « hémophtisie » mais rend compte de sa perplexité en demandant une autopsie et en consignant dans le dossier médical le commentaire suivant :

« En somme mort subite, non motivable par le crachement de sang, mais peut-être par défaillance brusque du cœur (à rapprocher des nombreuses morts subites de ces derniers temps). »

  • 7 Un certain nombre de toiles de Sylvain Fusco, redécouvertes dans les années soixante-dix dans le c (...)

7À cette date, le Dr Requet n’a donc pas encore établi un lien direct entre la sous-alimentation et la multiplication des décès constatés dans son service. Sans doute parce qu’il était tout simplement inimaginable qu’on puisse mourir de faim en France en 1940, la population française n’ayant pas connu la famine pendant la Première guerre mondiale, au contraire des populations d’Allemagne et d’Autriche-Hongrie, soumises aux conséquences dramatiques d’un blocus très rigoureux. Dans un second temps, comme nombre de ses collègues, il incrimine une carence vitaminique liée au déséquilibre de la ration alimentaire servie aux malades. Ainsi lorsque, le 29 décembre 1940, il constate le décès de Sylvain Fusco, schizophrène peintre qu’il a beaucoup investi7, il indique comme cause de la mort « béribéri ». Ce qui ne l’empêche pas de noter dans le dossier médical :

« Avait énormément maigri du fait des restrictions. Finalement jambes enflées (comme tant d’autres), hypothermie (34°), dyspnée et mort. »

8Comme la plupart des internés morts de dénutrition à la fin de l’année 1940, Sylvain Fusco fait partie, de par sa pathologie et de par la longueur de son séjour dans l’institution où il a été admis dix ans plus tôt, du groupe des malades les plus vulnérables à la sous-alimentation, le fait qu’il soit un homme le rendant plus fragile encore. Son jeune âge (37 ans) ne l’a pas protégé des conséquences des restrictions alimentaires dont les vieillards, nombreux dans les hôpitaux psychiatriques, ont été les premières victimes.

9Deux facteurs expliquent la diminution de la ration alimentaire des malades internés. L’analyse des procès-verbaux de la commission de surveillance de l’hôpital, qui se réunit chaque mois, montre que dès le début de l’année 1940 l’établissement connaît, comme l’ensemble des collectivités hospitalières et non hospitalières, des difficultés d’approvisionnement pour certains produits de consommation courante en raison des réquisitions opérées par l’armée sur les stocks des marchands de gros et d’un dysfonctionnement grave du système d’adjudication et de passation de marchés qui réglait les relations entre l’hôpital et ses fournisseurs. Au fur et à mesure que les pénuries s’installent, les fournisseurs habituels de l’établissement se dérobent, préférant écouler leur marchandise raréfiée à meilleur prix auprès d’autres acheteurs qui acceptent de les payer comptant. En outre, les grossistes refusent désormais d’assurer la livraison des marchandises ce qui, pendant toute la guerre, pose d’énormes difficultés à l’hôpital malgré l’achat de deux camions à gazogène.

  • 8 Les cartes T sont délivrées aux malades travaillant à la ferme de l’hôpital.
  • 9 La catégorie J3 n’ayant, rappelons-le, été créée qu’en 1941.

10Mais, plus encore que les difficultés de ravitaillement qui sont encore relatives en 1940 mais iront en s’aggravant par la suite, c’est l’instauration du rationnement qui provoque la malnutrition puis la famine. Certes, contrairement à ce qui a été souvent affirmé, les aliénés internés n’ont pas reçu des rations inférieures à celles du reste de la population et ont d’ailleurs été répartis entre les mêmes catégories : A, T8, V et J39. Mais, comme l’ont montré de nombreux biologistes de l’époque dans le cadre de leurs travaux sur les conséquences du rationnement, les rations allouées étaient insuffisantes pour permettre la survie d’un individu si celui-ci n’était pas en mesure de compléter les calories réglementaires par des calories supplémentaires. Celles-ci pouvaient être fournies par les denrées non contingentées disponibles sur le marché libre ou par les denrées contingentées vendues à un prix exorbitant au marché noir. Or c’est précisément parce que les malades des hôpitaux psychiatriques n’ont pas eu accès à ces calories supplémentaires qu’ils sont massivement morts de faim. Il est vrai que les collectivités pouvaient en principe, comme les particuliers, procéder à l’achat sur le marché libre de denrées non contingentées qui auraient pu permettre de distribuer des calories supplémentaires à chaque malade ou aux malades les plus affaiblis. Mais encore fallait-il parvenir à se procurer ces denrées dont la liste, encore relativement longue au début de la guerre, s’est considérablement raccourcie par la suite.

  • 10 C’est d’ailleurs dans cet établissement qu’ont été recensées le plus de victimes de la famine.
  • 11 Les établissements hébergeant moins de 1 000 malades sont dirigés par des médecins.
  • 12 À ce sujet : Marion Rochet, « Saint-Alban-sur-Limagnole : un hôpital psychiatrique pendant la guer (...)
  • 13 Celle-ci s’explique par le recul de l’alcoolisme mais aussi par la réticence des familles à faire (...)

11De ce point de vue, l’hôpital psychiatrique départemental du Rhône a été doublement pénalisé par rapport à d’autres établissements. D’une part, par son implantation dans une grande ville elle-même située dans une région très sévèrement touchée par les pénuries. D’autre part, par sa taille. Au 1er janvier 1940, l’établissement abrite en effet 2895 malades ce qui le place au second rang français après l’hôpital psychiatrique interdépartemental de Clermont d’Oise qui, à la même date, en héberge près de 5 00010. Pour augmenter, même de façon minime, la ration des malades, il aurait donc fallu trouver d’énormes quantités de nourriture et l’on conçoit que les solutions de fortune, plus ou moins légales, « bricolées » ici et là par certains médecins-directeurs11 de petits établissements ruraux très investis dans leur rôle de nourricier n’aient pas pu être mises en œuvre à l’échelle d’un immense établissement tel que l’hôpital du Vinatier. Ainsi lorsque Paul Balvet, fort de son expérience de médecin-directeur de l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban-sur-Limagnole en Lozère où il a développé, depuis 1940, une stratégie efficace de lutte contre la sous-alimentation12, vient prendre ses fonctions de médecin-chef à l’hôpital du Vinatier au début de l’année 1943, il éprouve un fort sentiment d’impuissance face à une famine dont l’ampleur dépasse très largement les possibilités d’une action individuelle. En outre, comme tous les établissements publics, l’hôpital psychiatrique du Vinatier doit se soumettre à des règles de comptabilité très rigides. Cette rigidité fait en particulier obstacle à la constitution de stocks et interdit d’acheter des denrées à n’importe quel prix en fonction des disponibilités d’un marché approvisionné de façon de plus en plus aléatoire. Le problème est aggravé par la diminution constante des recettes de l’établissement qui s’explique par la baisse des effectifs de la population internée, elle-même liée à la forte mortalité des malades conjuguée à un recul très marqué des admissions13. Ainsi, au 1er janvier 1944, l’établissement n’héberge plus que 1573 aliénés soit 1322 de moins qu’au 1er janvier 1940. Alors que 1 069 nouveaux malades avaient été admis au cours de l’année 1940, le nombre des admissions est de 921 en 1941, de 867 en 1942 et de 480 seulement en 1943. Cette situation conduit d’ailleurs les autorités préfectorales et sanitaires à réaffecter autoritairement certains pavillons, en l’occurrence les plus modernes. Ainsi, en 1943, un centre d’observation et de triage pour mineurs délinquants est installé sur le territoire de l’hôpital malgré l’opposition du directeur et des médecins-chefs qui craignent le démantèlement progressif de l’établissement et ne manquent pas de rappeler que celui-ci abrite déjà la nourricerie départementale à laquelle est affectée une grande partie du lait produit par la ferme.

  • 14 La production de denrées rationnées a malgré tout l’avantage de faciliter le ravitaillement et de (...)

12Car, comme la grande majorité des hôpitaux psychiatriques, l’hôpital du Vinatier possède une exploitation agricole. Cette ferme, qui couvre plus de 60 hectares, aurait dû en principe permettre de cultiver ces calories supplémentaires (essentiellement fournies par les fruits, les légumes et certaines légumineuses) qui ont fait si cruellement défaut aux aliénés internés. Et de fait on peut légitimement penser que sans les apports de la ferme l’hécatombe aurait été plus importante encore. Mais il a fallu d’abord reconvertir l’exploitation qui, dans les années trente, s’était spécialisée dans la production de viande (essentiellement du porc) et de lait pour accroître sa rentabilité. Or la viande et le lait sont des produits sévèrement contingentés qui ne peuvent être consommés sur place qu’en échange des tickets d’alimentation qui y donnent droit et n’apportent par conséquent aucun supplément aux malades14. L’absence du chef de culture, mobilisé puis prisonnier, rend l’adaptation de la ferme aux impératifs créés par la pénurie difficile d’autant que, comme dans l’ensemble des exploitations agricoles, les conditions sont très défavorables à une intensification de la production. Aux problèmes créés par la pénurie de semences, d’engrais, de nourriture pour le bétail et d’essence s’ajoutent des difficultés liées au manque de main d’œuvre. Celle-ci est en effet pour une bonne part constituée de malades. Or malgré leur statut de travailleur qui leur donne droit à quelques suppléments (essentiellement de pain) ces derniers sont très affaiblis par les restrictions.

  • 15 Entre 1939 et 1942, le taux de mortalité annuelle a par conséquent été multiplié par 3,5.
  • 16 Même si le prix de journée des hôpitaux psychiatriques a beaucoup augmenté pendant la guerre, l’éc (...)
  • 17 Seuls quelques établissements psychiatriques possèdent des pavillons de tuberculeux.

13En 1941, on assiste donc à une flambée de la mortalité qui progresse encore en 1942. Le taux de mortalité annuelle, qui était de 20,7 % en 1940, passe à 33,1 % en 1941 et à 38 % en 194215. Si tout le monde s’accorde sur l’impérieuse nécessité d’aliter les malades dénutris, les infirmeries des pavillons s’avèrent rapidement trop petites. Alors que l’hôpital du Vinatier se situe à proximité du plus grand hôpital général de Lyon, l’hôpital de Grange-Blanche, les transferts sont très peu nombreux, se limitant de fait aux malades nécessitant une intervention chirurgicale. Cette réticence à accueillir des aliénés dans les hôpitaux généraux, où le prix de journée est il est vrai beaucoup plus élevé que dans les hôpitaux psychiatriques16, en dit long sur la stigmatisation dont les malades mentaux, considérés comme dangereux, font l’objet. L’hôpital du Vinatier ne disposant d’aucun appareil radiologique, les aliénés tuberculeux sont conduits, tel Joseph S., aux consultations du dispensaire d’hygiène sociale de la rue des Charmettes pour y être dépistés. Mais si le diagnostic de tuberculose est confirmé, ils ne peuvent pour autant être hospitalisés dans un service adapté. Ils retournent donc à l’asile dont les locaux ne permettent pas toujours de les isoler des autres malades17.

  • 18 Et moins de 500 au 1er janvier 1945. Une partie d’entre eux prend ses repas sur place contre paiem (...)

14Outre le faible degré de médicalisation des hôpitaux psychiatriques, le phénomène du coulage, c’est-à-dire les détournements de nourriture opérés par le personnel exclusivement laïc de l’établissement, soit près de 650 personnes au 1er janvier 194018, a également constitué un facteur aggravant de la famine. Cette réalité a d’ailleurs nourri jusqu’à aujourd’hui un fort sentiment de culpabilité parmi les infirmiers. On sait aussi qu’un certain nombre d’aliénés internés ont pu survivre grâce aux petits travaux qu’ils effectuaient pour le personnel qui les rétribuait avec des denrées alimentaires prélevées sur la nourriture destinée à l’ensemble des malades de la division d’où une répartition très inégalitaire des rares calories disponibles. Même lorsqu’ils étaient visibles, ces prélèvements ne suscitaient pas forcément d’opposition de la part des malades lésés dont la capacité protestataire était souvent très érodée par la maladie. À l’hôpital du Vinatier ces pratiques délictueuses, qu’on découvre au détour des dossiers individuels des personnels, ne font jamais l’objet de discussion lors des réunions de la commission de surveillance et ne sont pas davantage mentionnées dans le rapport annuel adressé par le directeur au préfet. Il est vrai qu’on ignore, dans la mesure où les notes de service rédigées par le directeur n’ont pas été conservées, si l’administration a tenté de lutter énergiquement contre le coulage comme ont entrepris de le faire un certain nombre de médecins-directeurs de petits établissements qui pouvaient souvent s’appuyer sur un personnel congréganiste chargé de surveiller les magasins, les cuisines et la distribution des repas. Reste que le coulage n’est pas un phénomène propre aux hôpitaux psychiatriques. Il est attesté dans l’ensemble des collectivités où travaille un personnel qui, surtout en ville, souffre lui-même durement des restrictions alimentaires, l’allongement de la durée du travail venant aggraver les difficultés de ravitaillement. On peut dès lors faire l’hypothèse que l’administration a pu être tentée de considérer le coulage comme une forme de compensation en nature pour les efforts consentis, parfois sans contrepartie financière, par des employés par ailleurs très mal payés.

Un drame de l’exclusion

  • 19 Parmi lesquels le psychiatre Patrick Lemoine, ancien chef de service à l’hôpital du Vinatier.

15L’hypothèse selon laquelle la famine dans les hôpitaux psychiatriques aurait été intentionnellement provoquée par le gouvernement de Vichy dans le but d’exterminer les malades mentaux ne résiste pas à la procédure d’administration de la preuve. Alors que les travaux consacrés à l’opération T4 ont montré que le génocide par le régime nazi des malades mentaux internés dans les asiles allemands a nécessité la mise en œuvre d’un processus organisationnel extrêmement sophistiqué qui, malgré son caractère secret, a généré une masse considérable d’archives, aucune trace d’un quelconque projet exterminateur n’a été retrouvée dans les archives françaises. Après 20 ans de controverse, cette thèse, qui conduit à banaliser l’extermination des malades mentaux allemands mais aussi polonais et russes, ne compte d’ailleurs plus que quelques défenseurs19. Reste que si le sort tragique des aliénés français ne peut être assimilé à celui des aliénés allemands, il n’en pose pas moins un problème d’interprétation.

  • 20 Cette thèse a été en particulier mise en avant par les rédacteurs de la pétition « Pour que douleu (...)
  • 21 Médecins du cadre psychiatrique. C’est ainsi qu’on appelle les médecins qui ont passé le concours (...)
  • 22 En l’occurrence Max Bonnafous ce qui explique que cette circulaire a été improprement dénommée cir (...)
  • 23 26,1 %.

16Bien que très en retrait sur la thèse génocidaire, la thèse de l’« abandon à la mort20 », qui consiste à affirmer que le régime de Vichy n’est pas à l’origine de la famine mais qu’il n’aurait rien tenté pour sauver les aliénés internés de la mort, n’est pas non plus sans poser problème. Certes, le cas de l’hôpital psychiatrique départemental du Rhône montre qu’au niveau local l’inertie a été de mise face à la multiplication des décès consécutifs à la sous-alimentation : bien que les autorités de tutelle, en particulier le préfet, aient été alertées à de multiples reprises par le directeur, les médecins chefs, le pharmacien-chef ainsi que par les membres de la commission de surveillance de l’établissement, aucune mesure n’a été prise en faveur des malades mentaux si ce n’est le déblocage, en octobre 1942, de 11 000 kilos de farine alimentaire (qualifiée de potage de Hongrie) qui a permis d’améliorer momentanément le régime des internés. En revanche, la circulaire prise, sous la pression des médecins du cadre mobilisés depuis l’automne 194121, par le Secrétariat d’État à la santé après accord du secrétaire d’État au ravitaillement22 en date du 4 décembre 1942, témoigne de la volonté du pouvoir central d’enrayer la famine dans les hôpitaux psychiatriques. Cette circulaire prévoit en effet l’allocation à l’ensemble de la population internée de suppléments de ration (en pâtes, légumes secs, pommes de terre, vin, viande et matières grasses) équivalents à ceux accordés aux ouvriers dans les cantines d’usines et les restaurants à prix réduits. En outre, elle autorise les médecins-chefs à délivrer d’autres suppléments, dits de suralimentation (soit 45 grammes de viande et 15 grammes de matières grasses par jour), aux malades les plus affaiblis, ce dans la limite de 25 %des effectifs. Même s’il est probable que les bons spéciaux accordés aux hôpitaux psychiatriques n’ont pas été honorés dans leur intégralité par les services départementaux du ravitaillement, l’arrivée de ces suppléments de ration a permis de faire régresser la mortalité de façon notable. À l’hôpital du Vinatier, le taux de mortalité annuelle, qui est de 21,8 % en 1943, marque un recul de plus de 40 % par rapport à celui de l’année précédente, la tuberculose continuant de tuer de nombreux malades. Comme dans nombre d’autres établissements, les décès repartent à la hausse en 194423 sans cependant atteindre les niveaux des deux années noires de 1941 et 1942. Cette nouvelle poussée est liée à l’aggravation des pénuries dans les semaines qui suivent la libération de Lyon début septembre 1944, mais surtout à l’arrivée de nombreux aliénés réfugiés des hôpitaux du sud de la France évacués dans des conditions très précaires en prévision du débarquement. En mars/avril 1944, ce sont ainsi plus de 450 malades qui arrivent de Marseille en l’espace de quelques jours. À la fin du mois de mai, l’établissement accueille aussi 100 malades évacués de l’asile Saint-Jean de Dieu de Lyon touché par un violent bombardement allié. Au total, l’hôpital psychiatrique du Vinatier, qui a lui-même été menacé de réquisition à plusieurs reprises après l’invasion de la zone sud, doit « absorber » plus de 1 000 réfugiés, dont l’arrivée par convois parfois nombreux désorganise son fonctionnement, rendant plus aiguë encore la question du ravitaillement. Ce sont ces malades « déplacés » qui ont payé le plus lourd tribut à la famine.

  • 24 C’est en tout cas ce qu’affirme cette dernière dans un courrier adressé au Dr Balvet le 27 novembr (...)
  • 25 En l’absence de cantine, les familles devaient compter sur les infirmiers pour acheter des denrées
  • 26 Il est vrai que le montant des frais d’enlèvement des corps a pu être dissuasif pour certaines fam (...)

17Certains de ces malades réfugiés sont morts de faim parce qu’ils ont été subitement privés de l’aide alimentaire apportée par leur famille pour compenser l’insuffisance des rations. Ainsi, Pauline D., morte de « cachexie d’origine alimentaire » à l’hôpital psychiatrique du Vinatier le 9 décembre 1944, a été brusquement coupée de sa sœur après son transfert de l’asile d’Aix-en-Provence le 5 avril 1944. On peut supposer que cette sœur, qui venait semble-t-il lui rendre visite chaque semaine24, lui apportait des provisions qui permettaient d’atténuer les effets de la sous-alimentation. L’importance de la solidarité familiale dans la survie des malades est attestée par l’examen de la correspondance échangée entre les médecins-chefs et les proches, qui mentionne souvent l’envoi de mandats25 ou de colis alimentaires. Le sacrifice a pu être considérable pour certaines familles qui, surtout en milieu urbain, peinaient déjà à assurer leur propre ravitaillement. D’autant plus considérable qu’une très grande majorité des malades internés à l’hôpital psychiatrique du Vinatier est issue des couches modestes de la population, les familles plus aisées préférant faire interner leurs malades à l’asile Saint-Jean de Dieu ou dans des maisons de santé privées telles que la clinique Saint-Vincent de Paul ou celle de Champ-vert. Car contrairement à de nombreux autres établissements publics et aux asiles privés, l’hôpital psychiatrique départemental du Rhône n’accueille qu’un nombre infime de pensionnaires payants : au 1er janvier 1940, 36 malades seulement ont le statut de pensionnaire. L’origine sociale des malades internés a donc été un facteur aggravant de la famine. Mais, dans la plupart des cas, c’est la fragilité voire l’absence du lien familial, dont témoigne l’indigence de la correspondance avec la famille ou le nombre élevé d’enterrements dans le cimetière de l’établissement, qui est en cause. Ainsi, seuls un beau-frère et un cousin de Joseph S. demandent de loin en loin de ses nouvelles : pour autant son corps n’est pas réclamé au moment de son décès26. La guerre et la famine n’apparaissent donc que comme le révélateur d’un isolement qui concerne particulièrement les internés de longue date qui séjournent parfois, sans perspective de sortie, depuis plusieurs décennies dans l’institution.

  • 27 En utilisant par exemple la procédure relativement souple des sorties d’essai.

18Aussi lorsque, pour lutter contre la famine, des médecins-chefs tentent de faire sortir certains malades qu’ils jugent capables de vivre au dehors à condition d’être pris en charge par leurs proches27, ils se heurtent souvent à la réticence voire au refus catégorique des familles. Brusquement confrontées, en des temps particulièrement difficiles et en l’absence de dispositif d’aide publique, à la nécessité d’entretenir un des leurs, généralement incapable de subvenir à ses besoins, celles-ci ont tendance à ignorer la réalité de la sous-alimentation parfois mise en avant par les médecins eux-mêmes. Ainsi, le 8 décembre 1941, le Dr Requet écrit en ces termes à des parents qui, malgré son insistance, tardent à venir chercher leur fils interné depuis septembre 1939 :

« Votre fils ne va toujours pas bien. Dès qu’il est debout, les jambes enflent beaucoup. Ce qu’il lui faut c’est une meilleure nourriture que nous ne pouvons pas lui donner à cause des restrictions. C’est pour cela que je vous conseille de le reprendre avant qu’il ne soit trop tard. »

19Cette stratégie de harcèlement est efficace puisque le malade sort quelques jours plus tard.

20Mais dans la grande majorité des cas, à l’éventualité d’une sortie, inenvisageable lorsque le malade est un « médico-légal », qu’il est très délirant, agité ou au contraire catatonique, s’oppose la réalité d’un abandon familial qui reflète un abandon social. C’est parce qu’ils ne peuvent plus travailler et donc trouver une place dans la société que les malades ont été internés à l’hôpital psychiatrique où, une fois prononcée la sentence d’incurabilité, rien n’empêche de les y oublier jusqu’à ce que leur mort, annoncée par télégramme à des proches devenus depuis longtemps lointains voire inaccessibles, vienne soudain rappeler qu’ils ont existé.

21Cette conception d’un hôpital psychiatrique ghetto, en ce qu’elle renvoie à une hiérarchie des individus fondée sur un critère d’utilité sociale, relève d’un eugénisme diffus qui a incontestablement contribué au drame de la famine. Eux-mêmes tenaillés par la faim et incapables d’établir une hiérarchie dans la souffrance, les Français ont été insensibles au sort des aliénés internés si bien qu’il a pu leur paraître exorbitant de les voir désignés comme prioritaires dans l’attribution de denrées de plus en plus rares. C’est sans doute ce qui explique aussi pourquoi les hôpitaux psychiatriques, au contraire d’autres milieux fermés tels que les prisons dans lesquelles interviennent la Croix-Rouge et le Secours national, sont restés à l’écart des circuits de la solidarité caritative. Nombreux sont les médecins-chefs qui ont tenté de lutter contre cet état de fait, plaidant inlassablement la cause des aliénés internés auprès des autorités. Reste que la plupart d’entre eux sont surchargés de malades : en 1940 les cinq médecins-chefs de l’hôpital du Vinatier ont la responsabilité de 2895 malades soit un taux d’encadrement d’un pour 579. On peut dès lors faire l’hypothèse que, tout en cherchant à sauver un maximum de vies, ils ont pu éprouver un sentiment de soulagement face à la disparition de leurs malades les plus chronicisés, disparition ressentie comme dramatique mais qui leur permettait de consacrer davantage de temps à ceux qu’ils espéraient pouvoir guérir grâce au développement de nouvelles thérapeutiques, en particulier l’électrochoc. Introduit à l’hôpital du Vinatier par le Dr Balvet à l’été 1943, celui-ci permet en effet de faire sortir certains malades, pour l’essentiel des grands mélancoliques, au bout de quelques semaines de cure. C’est d’ailleurs au nom de la curabilité de leurs malades que les médecins justifient leur demande insistante de suppléments alimentaires. Ce qui est une façon d’entériner le discours eugéniste ambiant.

22Le fait que les thèses eugénistes et les pratiques agressives qui en découlent – en particulier la stérilisation non volontaire des malades mentaux, aient été, depuis les années trente, rejetées par une majorité de médecins du cadre psychiatrique n’a donc pas empêché une forte ambivalence des discours et des comportements. Dans le contexte de la défaite et de la révolution nationale, certains sont allés plus loin comme en témoigne cet extrait d’un article publié en 1943 dans le Journal de Médecine de Lyon par le Dr Requet et son interne d’alors, Léon Reverdy :

  • 28 MM. Requet et Reverdy, « Santé psychique 1941-1942 », Le Journal de Médecine de Lyon, 1943, p. 187 (...)

« L’époque fantastique que nous vivons ne pouvait pas et en premier lieu ne pas modifier profondément l’évolution de l’aliénation mentale en France mais elle l’a fait dans un sens tout à fait inattendu, c’est à savoir sous la forme d’une amélioration progressive et profonde de la santé psychique […] Le résultat pratique de cette évolution, c’est que la population masculine de l’hôpital du Vinatier qui était de 1015 malades le 31 décembre 1937, est passée à 544 à la mi-décembre 1942, c’est-à-dire cinq ans après. Donc, régression considérable de l’ampleur des services qui s’orientent vers un état plus normal : voilà la conclusion matérielle. Mais il en est une autre, plus générale, qui est en quelque sorte la philosophie qu’il faut tirer de ces faits : par la diminution du nombre des cas de maladie et de leur gravité d’une part et par l’augmentation de la mortalité des cas déclarés, peu curables, voire chroniques d’autre part, l’époque actuelle se présente sous la forme d’une amélioration de la santé publique par une véritable sélection naturelle à savoir : moins de morbidité chez les sujets sains d’un côté et plus de mortalité chez les insuffisants d’un autre. Ce qui est exactement l’opposé de ce qui se passait avant-guerre où l’on voyait la maladie sévir de plus en plus, en nombre et en gravité, dans les couches saines de la population, cependant que les progrès de l’hygiène et de la technique empêchaient de disparaître un nombre de plus en plus considérable d’incurables et d’anormaux28 […]. »

  • 29 Sur cet aspect : Isabelle von Bueltzingsloewen, « Révolution au quotidien, révolution du quotidien (...)

23Si elle ne traduit pas une volonté exterminatrice, la famine qui, entre 1940 et 1945, a décimé les aliénés internés à l’hôpital psychiatrique du Rhône, ne procède pas de la fatalité. Elle renvoie à une dissolution du lien social qui s’est amorcée bien avant la guerre. C’est parce que, bien qu’assistés, les aliénés internés forment une population retranchée de la communauté nationale qu’ils sont morts en masse dans le contexte des pénuries alimentaires provoquées par l’Occupation. C’est ce qu’ont bien compris les psychiatres les plus progressistes qui, dès la Libération, entreprennent de dénoncer la faillite du système asilaire et de reconfigurer l’assistance psychiatrique sur des bases nouvelles. L’heure est à l’humanisation des établissements psychiatriques qui s’ouvrent progressivement aux thérapeutiques collectives (sociothérapie, ergothérapie). L’objectif de ces thérapies nouvelles, déjà expérimentées dans quelques établissements dans les années trente, est de donner aux malades internés les moyens de réintégrer une société dont ils étaient jusqu’ici exclus29. Vingt-cinq ans plus tard, ce projet ambitieux de « réadaptation sociale » a débouché sur la politique de secteur, politique fondée sur le maintien des malades mentaux dans la communauté grâce à l’externalisation de la prise en charge. L’hôpital psychiatrique ghetto a aujourd’hui bel et bien disparu. Les malades mentaux sont-ils pour autant à l’abri d’une crise comparable à celle de la guerre ? Rien n’est moins sûr. L’épisode de la canicule de l’été 2003 a permis de mesurer leur « transparence » et de comprendre qu’ils risquent toujours, si l’on n’y veille pas, de mourir de faim ou de soif sans faire de bruit.

Notes

1 En gras dans le texte.

2 Les dossiers médicaux des malades internés à l’hôpital du Vinatier depuis 1876, date de l’ouverture de l’établissement, sont conservés sur site. L’accès à ces dossiers est évidemment soumis à dérogation.

3 Ces registres d’entrées sont appelés livres de la loi en référence à la loi de 1838 qui organise l’assistance aux aliénés dans le cadre des asiles.

4 Qui consiste à comparer le nombre des malades décédés entre 1940 et 1945 au nombre de malades qui seraient morts si le taux moyen de mortalité des cinq ou dix années d’avant guerre s’était maintenu.

5 Ceux-ci sont obtenus en rapportant le nombre des décès à la moyenne des malades traités dans l’année.

6 Le taux de mortalité annuelle qui était de 11,1 % en 1939 passe à 20,7 % en 1940.

7 Un certain nombre de toiles de Sylvain Fusco, redécouvertes dans les années soixante-dix dans le cadre du mouvement d’art-thérapie, sont exposées au Musée de l’art brut à Lausanne.

8 Les cartes T sont délivrées aux malades travaillant à la ferme de l’hôpital.

9 La catégorie J3 n’ayant, rappelons-le, été créée qu’en 1941.

10 C’est d’ailleurs dans cet établissement qu’ont été recensées le plus de victimes de la famine.

11 Les établissements hébergeant moins de 1 000 malades sont dirigés par des médecins.

12 À ce sujet : Marion Rochet, « Saint-Alban-sur-Limagnole : un hôpital psychiatrique pendant la guerre », L’Information Psychiatrique, octobre 1996, p. 758-766.

13 Celle-ci s’explique par le recul de l’alcoolisme mais aussi par la réticence des familles à faire interner les leurs.

14 La production de denrées rationnées a malgré tout l’avantage de faciliter le ravitaillement et de résoudre le problème épineux du transport.

15 Entre 1939 et 1942, le taux de mortalité annuelle a par conséquent été multiplié par 3,5.

16 Même si le prix de journée des hôpitaux psychiatriques a beaucoup augmenté pendant la guerre, l’écart reste énorme.

17 Seuls quelques établissements psychiatriques possèdent des pavillons de tuberculeux.

18 Et moins de 500 au 1er janvier 1945. Une partie d’entre eux prend ses repas sur place contre paiement.

19 Parmi lesquels le psychiatre Patrick Lemoine, ancien chef de service à l’hôpital du Vinatier.

20 Cette thèse a été en particulier mise en avant par les rédacteurs de la pétition « Pour que douleur s’achève » mise en circulation en mars 2001. Elle est très proche de la thèse de l’« extermination douce » développée par Max Lafont en 1987.

21 Médecins du cadre psychiatrique. C’est ainsi qu’on appelle les médecins qui ont passé le concours du médicat des hôpitaux psychiatriques. Ils forment un groupe peu nombreux mais très homogène.

22 En l’occurrence Max Bonnafous ce qui explique que cette circulaire a été improprement dénommée circulaire Bonnafous. C’est Raymond Grasset qui est alors secrétaire d’État à la famille et à la santé.

23 26,1 %.

24 C’est en tout cas ce qu’affirme cette dernière dans un courrier adressé au Dr Balvet le 27 novembre 1944.

25 En l’absence de cantine, les familles devaient compter sur les infirmiers pour acheter des denrées.

26 Il est vrai que le montant des frais d’enlèvement des corps a pu être dissuasif pour certaines familles.

27 En utilisant par exemple la procédure relativement souple des sorties d’essai.

28 MM. Requet et Reverdy, « Santé psychique 1941-1942 », Le Journal de Médecine de Lyon, 1943, p. 187-189, citation p. 187-188. Le 13 juin 1944, Léon Reverdy soutient devant la faculté de médecine de Lyon une thèse intitulée Crise en psychiatrie.

29 Sur cet aspect : Isabelle von Bueltzingsloewen, « Révolution au quotidien, révolution du quotidien : les transformations de la pratique psychiatrique à l’hôpital du Vinatier dans les années cinquante », in Isabelle von Bueltzingsloewen et Olivier Faure (dir.), Questions à la « révolution psychiatrique », Lyon, éditions La Ferme du Vinatier, 2000, p. 19-35.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540