Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Première partie. Une population durement frappée : les « aliénés » internés dans les hôpitaux psychiatriques

Introduction

Texte intégral

  • 1 C’est tout au moins le chiffre que nous avons choisi de retenir provisoirement, en attendant vérif (...)

1Les aliénés internés dans les hôpitaux psychiatriques comptent parmi les catégories de la population qui ont payé le plus lourd tribu à la famine qui a frappé la France entre 1940 et 1944. Plus de 40 000 d’entre eux ont succombé à la faim, au froid et aux maladies pulmonaires (tuberculose mais aussi infections en tout genre) sans qu’on puisse espérer un jour les identifier et égrener leur nom dans quelque mémorial1. Sans chercher à établir un palmarès macabre, il semble également que parmi les collectivités, hospitalières et non hospitalières, les hôpitaux psychiatriques figurent en très bonne place, si ce n’est au premier rang.

2Comment expliquer cette spécificité morbide ? Tel est l’enjeu des cinq contributions rassemblées dans ce chapitre qui ont pour point commun d’examiner toutes les hypothèses, y compris celle de l’« extermination douce », qui domine le champ mémoriel depuis plus de vingt ans. Fruit d’un travail engagé depuis plusieurs années dans un climat souvent passionné voire passionnel, elles montrent que les historiens sont sortis d’une abstention qui leur a été reprochée à de multiples reprises, et non sans virulence parfois, comme en témoigne cette citation extraite du livre d’André Pichot : La Société pure. De Darwin à Hitler publié en 2000 :

  • 2 André Pichot, La société pure. De Darwin à Hitler, Paris, Flammarion, 2000, p. 226. Précisons que (...)

« Des études plus approfondies seraient nécessaires pour en décider plus précisément, mais les historiens de la Seconde Guerre mondiale et du régime de Vichy ne se bousculent pas pour étudier ce genre de questions, la mortalité des malades mentaux est manifestement le dernier de leurs soucis (comme celui de l’administration de l’époque2). »

  • 3 Il est par exemple fréquent de lire qu’il n’y a pas eu de morts par sous-alimentation à l’hôpital (...)
  • 4 Voir Gaële Nicolas-Quenet, La vie quotidienne à l’hôpital psychiatrique de Quimper de 1938 à 1945, (...)
  • 5 À la veille de la guerre, la France métropolitaine compte 101 hôpitaux psychiatriques, publics et (...)
  • 6 L’hôpital psychiatrique de Dury-les-Amiens (Somme) constitue un cas extrême : évacué dès le 1er ju (...)

3Chacun des contributeurs s’est efforcé, à l’échelle d’un établissement, de reconstituer aussi minutieusement que possible le scénario catastrophe qui a conduit à l’hécatombe, étape indispensable à l’identification des causes du drame et des facteurs qui l’ont éventuellement aggravé ou au contraire atténué. Cette juxtaposition d’études de cas permet d’appréhender la grande diversité des situations locales qui constitue une dimension forte du phénomène étudié. Car même si, contrairement à certains mythes tenaces3, la faim a fait des victimes dans tous les hôpitaux psychiatriques, certains établissements ont été beaucoup plus éprouvés que d’autres. En d’autres termes, un aliéné interné à l’asile Sainte-Marie de Clermont-Ferrand ou à l’hôpital psychiatrique Saint-Anathase de Quimper4 avait beaucoup plus de chance de rester en vie qu’un aliéné interné à l’hôpital psychiatrique Saint-Robert (Isère) ou à l’hôpital psychiatrique du Vinatier (Rhône) sachant que la comparaison ne peut être étendue à l’ensemble des établissements français5 puisqu’environ un quart d’entre eux ont été totalement ou partiellement évacués au cours de la période pour cause de réquisition ou de bombardement6.

  • 7 Qui sont quatre fois plus nombreux.
  • 8 Seul le département de la Seine possède deux établissements de ce genre. L’asile agricole de Cheza (...)
  • 9 Au nombre de 14 à la veille de la guerre, ils sont plus souvent désignés sous le nom de quartiers (...)

4Cette approche comparatiste fait ressortir deux facteurs majeurs de différenciation. Tout d’abord la taille de l’établissement : nul doute qu’en ces temps de restrictions alimentaires, la moindre importance du nombre de malades à nourrir a permis de mettre en œuvre des stratégies de lutte contre la famine inenvisageables à l’échelle d’hôpitaux beaucoup plus peuplés tels que l’hôpital du Vinatier ou celui de Clermont-d’Oise qui héberge près de 5 000 internés à la veille de la guerre. De toute évidence, le statut des établissements a également joué un rôle décisif. La surmortalité a en effet été moindre dans les asiles privés faisant fonction d’asile public, tenus par des ordres religieux ou des congrégations, que dans les hôpitaux psychiatriques publics7. On ne sait pas en revanche quel a été le sort des aliénés internés dans des maisons de santé privées – pour lesquelles on n’a aucune archive – ou celui des aliénés hébergés par des familles de nourriciers dans le cadre des colonies familiales8 sachant qu’il existe également, dans un certain nombre d’hôpitaux généraux, des « quartiers d’aliénés » qui n’ont jusqu’ici fait l’objet d’aucune enquête spécifique9. Enfin la situation géographique des établissements constitue un autre facteur important à prendre en compte, certains départements, particulièrement déficitaires sur le plan agricole, ayant été très sévèrement touchés par les pénuries et par les restrictions. C’est la combinaison de ces trois paramètres (taille, statut, situation géographique) qui explique pour l’essentiel les écarts de mortalité constatés entre établissements. Mais d’autres facteurs ont joué, en particulier la composition (par âge et par sexe) et le profil social de la population internée qui expliquent qu’à l’intérieur d’un même établissement tous les malades ne sont pas égaux devant la famine. Le nombre des malades réfugiés, l’engagement et la capacité d’initiative du directeur, de l’économe et des médecins-chefs de l’établissement, qui ont parfois mobilisé l’ensemble du personnel dans leur entreprise de sauvetage des malades, la présence ou au contraire l’absence d’un personnel congréganiste sur lequel, y compris dans les hôpitaux publics, l’administration a pu s’appuyer pour lutter contre le coulage ont également pu considérablement influer sur la courbe de mortalité des malades internés. Sans oublier l’attitude contrastée des autorités locales en charge de l’assistance et du ravitaillement : celle-ci permet de poser la question de l’influence des théories eugénistes sur des fonctionnaires qui, chargés de répartir la pénurie, en viennent à définir des priorités selon un critère d’utilité sociale largement admis par la société.

5Les cinq auteurs insistent sur l’importance de la circulaire Bonnafous de décembre 1942, qui accorde des suppléments alimentaires non négligeables aux aliénés internés, désignés comme prioritaires au même titre que d’autres catégories de la population (les ouvriers d’usine, les femmes enceintes, les tuberculeux, les enfants des écoles…). Cette circulaire, dont on n’a que fort peu parlé jusqu’ici, alors qu’elle met radicalement en cause la thèse du génocide, permet de faire reculer notablement la mortalité dans les hôpitaux psychiatriques. Mais elle est sans effet sur ce qui fonde la fragilité de la population des aliénés internés : son isolement. Un isolement rendu possible par la rigidité du système de l’internement qui, dans nombre de cas, entraîne la disparition sociale du malade, préfiguration de sa disparition physique. Sans sombrer dans le déterminisme et gommer l’importance du contexte politique et idéologique, il paraît par conséquent impératif de réinscrire le drame de la guerre dans le temps beaucoup plus long d’une histoire de l’institution psychiatrique qui, pour le xxe siècle, n’a pas encore été écrite. Mais aussi de conduire une réflexion historique plus ambitieuse sur l’évolution du rapport de la société à la folie.

Notes

1 C’est tout au moins le chiffre que nous avons choisi de retenir provisoirement, en attendant vérification. Le chiffre de 48 500 produit par Claude Quétel et Olivier Bonnet en 1991 nous paraît en effet trop élevé. Voir Claude Quétel et Olivier Bonnet, « La surmortalité asilaire en France pendant l’Occupation », op. cit.

2 André Pichot, La société pure. De Darwin à Hitler, Paris, Flammarion, 2000, p. 226. Précisons que dans le débat, André Pichot se positionne nettement contre la thèse génocidaire. Dans l’introduction de son livre il fait également grief aux historiens de ne pas suffisamment prendre en compte l’eugénisme dans leurs travaux et de considérer la stérilisation et l’extermination des malades mentaux par le régime nazi comme un épiphénomène.

3 Il est par exemple fréquent de lire qu’il n’y a pas eu de morts par sous-alimentation à l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban-sur-Limagnol (Lozère) où l’ensemble du personnel s’est, il est vrai, efficacement mobilisé pour améliorer le ravitaillement. Le « sauvetage » des malades de l’hôpital psychiatrique de Ville-Evrard (Seine) n’est pas non plus corroboré par les statistiques de décès de l’établissement.

4 Voir Gaële Nicolas-Quenet, La vie quotidienne à l’hôpital psychiatrique de Quimper de 1938 à 1945, mémoire de maîtrise soutenu en 2000 à l’université de Brest.

5 À la veille de la guerre, la France métropolitaine compte 101 hôpitaux psychiatriques, publics et privés. Au 31 décembre 1939, le nombre des internés est un peu inférieur à 110 000.

6 L’hôpital psychiatrique de Dury-les-Amiens (Somme) constitue un cas extrême : évacué dès le 1er juin 1940, il est ensuite occupé sans interruption par les troupes allemandes jusqu’à la fin août 1944. Il est ensuite réquisitionné par les troupes alliées et n’est restitué au département qu’en avril 1947.

7 Qui sont quatre fois plus nombreux.

8 Seul le département de la Seine possède deux établissements de ce genre. L’asile agricole de Chezal-Benoît (Cher) constitue également un cas spécifique.

9 Au nombre de 14 à la veille de la guerre, ils sont plus souvent désignés sous le nom de quartiers d’hospice.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540