Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Introduction

Aux origines de la sous-alimentation : pénuries et rationnement alimentaire

Dominique Veillon

Texte intégral

1Depuis les grandes secousses de la Révolution française, les Français avaient perdu jusqu’à l’idée même de disette. Certes, lors de la guerre de 1870-1871, le siège de Paris avait entraîné pour les habitants de fortes épreuves mais celles-ci étaient restées limitées à la capitale et surtout, cantonnées dans le temps. Pendant la guerre de 1914-1918, seuls les départements occupés du Nord de la France avaient connu un rationnement important ; ailleurs, la distribution du sucre, du pain et du lait avait été réglementée mais le consommateur pouvait se procurer toutes les autres denrées alimentaires librement.

  • 1 En cours de classement, les abondantes archives du ravitaillement conservées aux Archives national (...)

2La situation est bien différente pour la période 1939-1945. La défaite, l’occupation allemande des deux-tiers du territoire et la naissance d’un État français aux ordres du vainqueur bouleversent les conditions économiques et retentissent sur la vie quotidienne des Français. Dans un pays à dominante rurale, disparate, cloisonné, les pénuries s’installent rapidement. Toutes les régions sont touchées mais la hiérarchie des manques n’est pas la même partout. Afin de répondre à la montée des difficultés, les autorités mettent en place un système à la fois strict et complexe : le rationnement1.

La mise en place du rationnement

  • 2 Jean-Marie Flonneau, « Législation et organisation économiques au temps des restrictions », in Dom (...)
  • 3 Le 20 octobre 1940 est introduite une modification applicable à partir de janvier 1941 : les enfan (...)

3Le rationnement correspond à une série de mesures prises par les autorités en vue d’assurer une plus juste répartition entre les consommateurs et les utilisateurs de biens dont on ne dispose plus qu’en quantité limitée. Depuis la fin des années trente, face à la menace d’un nouveau conflit, l’État s’est attribué un rôle majeur dans l’économie. Le gouvernement Daladier s’est en effet lancé dans une politique dirigiste concrétisée par la loi du 23 octobre 1938 sur « l’organisation de la nation en temps de guerre » qui prévoit la possibilité pour l’État de réglementer par décret l’importation, la taxation, le rationnement et la mise en vente de certaines ressources. Mais, à la différence de l’Angleterre et de l’Allemagne, la France entre en guerre sans organiser un véritable rationnement alimentaire, abstention qui s’explique par la volonté de ménager le moral des Français. Certes, en décembre 1939, des mesures modestes sont prises en particulier l’instauration de trois jours sans viande (lundi, mardi, mercredi) et de deux jours sans alcool (mardi, jeudi) ; mais ces mesures « sont appliquées seulement et bien faiblement en février et avril 19402. » Le décret du 29 février 1940 met en place un rationnement plus strict mais celui-ci ne devient effectif qu’en septembre 1940. Dès lors, l’achat de denrées est subordonné à la présentation d’une carte d’alimentation délivrée par la mairie sous certaines conditions. Celle-ci est nominative et donne lieu à des dates précises à la délivrance de coupons et de tickets. Tous les mois, un arrêté du secrétaire d’État au ravitaillement fixe, pour chaque denrée rationnée, les quantités allouées aux consommateurs. Ceux-ci sont répartis en plusieurs catégories, selon leur âge et leur profession : E/les enfants jusqu’à 6 ans, J/de 6 à 12 ans3, A/de 12 à 70 ans, V/vieillards de plus de 70 ans, T/travailleurs exerçant un métier pénible et C/cultivateurs. Si la carte de rationnement (carte d’alimentation) apparaît en théorie dès février 1940, c’est Vichy qui la rend effective. Toute l’impopularité de la mesure pèse alors sur les Allemands accusés de vouloir affamer la population.

  • 4 Jean-Marie Flonneau, « Législation et organisation économiques au temps des restrictions », op. ci (...)

4Sous la pression de l’occupant allemand qui multiplie les réquisitions, le gouvernement de Vichy est contraint de mettre en place une réglementation ambitieuse mais élaborée sans véritable plan d’ensemble. On crée toute une série d’organismes confiés à des professionnels, organismes qui se superposent, se juxtaposent ou se chevauchent. Désormais, acquisition, répartition, circulation et commercialisation des denrées et autres produits sont contrôlées. C’est le triomphe d’un étatisme tatillon et bureaucratique encore renforcé en octobre 1941. En matière de rationnement, le dirigisme s’installe en plusieurs étapes. La loi du 17 septembre 1940 fixe pour la première fois le taux des rations de pain, de fromage, de matières grasses et de viande. Le décret du 22 décembre étend le rationnement à d’autres produits : farine, pâtes alimentaires, riz et légumes secs. Ce système, fondé sur l’échange entre tickets et denrées ou autres produits, impose la mise en œuvre de contrôles sévères. Les exigences allemandes, la difficile remise en route de l’économie, en particulier de l’agriculture, qui souffre du manque de main d’œuvre du fait de l’absence de nombreux prisonniers de guerre, entraînent une grave crise alimentaire lors de l’hiver 1940-1941, sans doute l’une des pires qu’ait eu à supporter la population durant la guerre. Une population qui accepte mal les nouvelles catégories qui lui sont imposées alors que jusque-là, seuls les critères sociaux lui servaient de repères. Désormais, appartenir à la bourgeoisie ou à la classe ouvrière ne suffit plus, l’étiquette A ou T se révélant plus importante. L’arrêté du 15 juin 1941 introduit une nouvelle subdivision dans la catégorie J, les J3 qui regroupent les adolescents de 12 à 21 ans. En outre, le lieu de résidence est désormais pris en compte, les urbains et en particulier les habitants des grands centres touchant des rations supérieures à celles des ruraux. Cet arrêté prévoit également des allocations spéciales aux collectivités, hôpitaux, écoles et cantines mais on ne sait pas si elles ont effectivement été distribuées. Le contrôle se veut aussi rigoureux pour les produits industriels dont la répartition est étroitement surveillée. Après les bons de chaussures, instaurés en janvier 1941, que l’on doit se procurer à la mairie, apparaît une carte pour les vêtements en juillet 1941. Face à ces mesures, l’opinion publique se montre très sévère, le printemps 1941 marquant le début d’une désaffection vis-à-vis du gouvernement. Comme le souligne Jean-Marie Flonneau, « l’opinion accuse l’administration du Ravitaillement d’affamer les Français pour mieux nourrir les Allemands et elle prend la répartition officielle pour cause de la rareté alors qu’elle n’en est que la conséquence4. »

5Peu habitués à la pénurie, les Français se trouvent brutalement plongés dans un univers où tout fait défaut. Les problèmes qui se posent alors à nombre de départements sont analogues à ceux qui touchaient la France d’Ancien Régime. On relève deux temps forts annuels de difficultés alimentaires liés au rythme saisonnier. Le premier se situe au printemps au moment de la soudure, le second en hiver au plus fort des intempéries. Plusieurs causes expliquent les pénuries : le blocus et la fermeture des circuits habituels qui empêchent en particulier l’arrivée des denrées coloniales (huile, café, cacao) mais aussi une main d’œuvre insuffisante (près de deux millions d’hommes sont prisonniers dans les stalags dont un grand nombre d’ouvriers agricoles), la division de la France en zones, le versement d’une forte indemnité au Reich. Si l’on ajoute les prélèvements allemands qui frappent toutes sortes de produits dont le blé et la viande ainsi que le manque de semences, on comprend mieux les difficultés auxquelles se heurte la population. Reste que le mot « restrictions » n’a pas le même sens dans tous les départements. Il existe de grandes différences entre des départements où l’agriculture est variée comme la Seine-et-Marne ou le Loiret, pourtant tous deux occupés par les Allemands et mis à contribution pour nourrir les régions déficitaires, mais qui arrivent malgré tout à s’en tirer, à l’exception des îlots urbains, et ceux qui manquent de tout comme le Var ou les Alpes-Maritimes. Les départements nourriciers de l’Aveyron, du Gers ou du Cantal s’en sortent également bien. Malgré les impositions et les réquisitions, la Vendée se nourrit convenablement en pain, viande, volaille, légumes et beurre mais souffre des restrictions en matières grasses, huile, sucre, riz, pâtes et en produits textiles et chaussures. L’Hérault, les Alpes-Maritimes, le Var, qui dépendent de l’extérieur pour leur approvisionnement, rendu difficile par le manque de transports, font en revanche figure de « départements affamés ».

  • 5 En mai 1941, un rapport général souligne le problème crucial représenté par le manque de viande da (...)
  • 6 Dans son Journal quotidien d’occupation parisienne (10 mai 1940-23 décembre 1944), le docteur Gilb (...)
  • 7 Le taux d’extraction de la farine de blé passe de 72 % à 90 % puis à 98 %.
  • 8 Cité par Dominique Veillon, Vivre et Survivre en France sous l’Occupation, op. cit., p. 118.

6De tous les manques, celui de la viande est le plus criant. Pour un adulte, la quantité allouée est en moyenne de 360 grammes par semaine ; elle ne cesse de diminuer ensuite5, abaissée à 250 grammes le 28 mars 19416 jusqu’à atteindre dans certaines régions 120 grammes en 1943 et, 60 grammes en 1944. Ce déficit s’explique par les réquisitions allemandes mais aussi par l’attitude adoptée par les trafiquants et les marchands de bestiaux qui détournent une partie de la marchandise pour la vendre au marché noir. S’agissant du pain, la ration de base, qui avait été fixée à 350grammes par jour en octobre 1940, est abaissée à 275 grammes en mars 1941. Or le pain est considéré comme un élément essentiel de l’alimentation d’où le mécontentement de l’opinion publique qui s’alarme également de sa qualité toujours plus médiocre7. Le 27 février 1941, un Avignonnais relève : « La ration de pain va être diminuée de 20 % en mars. On mettra dans le pain châtaigne, pomme de terre et sarrasin. » Même doléance de la part d’un habitant du territoire de Belfort : « Le pain est noir et dur, on l’appelle le pain de l’aumône8. » Comme sous l’Ancien Régime, le manque de pain provoque des émeutes et l’on voit des ménagères encadrées par le parti communiste manifester en réclamant du pain pour leurs enfants. La collecte du lait subit elle aussi le contrecoup de la guerre du fait de la diminution des pâturages et des difficultés de transport. Dans un département comme l’Hérault, le déficit quotidien est de 8 000 à 10 000 litres entre 1941 et 1943. À Périgueux, la situation dramatique de la distribution entraîne, à l’automne 1943, la mort d’une quarantaine d’enfants. On enregistre cependant des écarts très sensibles entre Paris, où tout est mis en œuvre pour honorer les rations des enfants et des femmes enceintes, et Marseille, Montpellier ou Bordeaux qui connaissent des ruptures dans leur approvisionnement. Quant aux pommes de terre, elles sont remplacées en maints endroits par des rutabagas et des topinambours. Pour pallier la difficulté à trouver du café et du cacao, on voit apparaître des ersatz ou produits de remplacement : de l’orge, du malt, des glands, des cossettes de betterave et, dans le meilleur des cas, de la chicorée. Le troc est largement utilisé pour se fournir en denrées manquantes. Les matières grasses (beurre et huile) sont difficiles à obtenir, les rations officielles n’étant pas garanties par l’inscription dans une épicerie. Elles passent de 200 grammes par semaine au 2 août 1940 à 100 grammes le 25 septembre puis à 135 grammes le 27 avril 1941 pour redescendre à 110grammes le 26 septembre de la même année.

  • 9 Dr Gilbert Vial, Journal quotidien d’occupation parisienne, op. cit., p. 157.

7Ce tableau doit cependant être affiné. Il y a en effet des degrés dans les restrictions. Dans les départements à culture unique tels que l’Hérault, la pénurie est réelle. On a beau arracher la vigne pour planter des légumes, les résultats sont dérisoires en raison de la sécheresse. La Seine-et-Oise constitue un autre cas intéressant du fait des conflits qui éclatent entre communes rurales et urbaines. En juin 1941, les habitants des communes rurales se voient en effet attribuer des rations de pain et de viande inférieures à celles allouées aux habitants des communes urbaines. Or nombre d’entre eux ne sont pas des agriculteurs mais des travailleurs urbains et ne bénéficient donc d’aucun avantage en nature ou de droits spécifiques comme l’abattage familial. Le facteur chronologique doit également être pris en compte. La soudure bien sûr mais également les hivers 1940-1941 et surtout 1942-1943 et 1944-1945 qui sont particulièrement éprouvants. En 1942, « la soudure des légumes est difficile et la pénurie de moyens de transports empêche l’arrivée de primeurs de Bretagne et de Vendée. Depuis quarante jours nous attendons 8 kg de choux-fleurs qui n’arrivent pas. Il y a des gens pour qui c’est tragique9 ». La conjoncture politique, en particulier l’occupation de la zone sud, provoque des déplacements de population, comme ces quelques milliers de réfugiés de la vallée du Rhône qui partent s’installer à Nice au moment où la libération de l’Afrique du Nord entraîne l’arrêt des livraisons de blé dur, de vin, de dattes et d’olives. La conjoncture militaire joue également un rôle : confronté à une perspective de débarquement allié, le Calvados est transformé en un gigantesque chantier ; il s’ensuit une diminution des surfaces agricoles de 6 à 7 % d’où l’apparition de problèmes supplémentaires dans un département jusque-là relativement épargné.

  • 10 Voir Jean-Louis Panicacci, « Les Alpes-Maritimes », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (d (...)

8Dernier problème à évoquer : celui des prix. À Paris, d’après la Confédération des producteurs et des consommateurs, les prix ont augmenté continûment de septembre 1939 à février 1942, le litre de lait passant de 1,80 franc à 2,70 francs, le kilo de beurre de 21,50 francs à 46 francs, le kilo de pâtes alimentaires de 8,80 francs à 11,50 francs, le lapin de 16,60 francs à 34,50 francs le kilo, les œufs de 0,85 franc à 1,80 franc pièce. Au même moment dans le Cantal, le kilo de beurre est vendu entre 25 et 36 francs, le litre de lait coûte entre 1,50 et 1,85 franc à la ferme, le kilo de pommes de terre entre 2 francs et 2,50 francs. En 1943 et 1944, le marché noir l’emporte : le kilo de beurre se négocie de 100 à 200 francs, puis de 300 à 350 francs en 1944, la douzaine d’œufs à 150 francs. Du début de la guerre à octobre 1941 dans les Alpes-Maritimes, le prix des denrées rationnées augmente de 12 % pour le sucre, 15 % pour les pâtes, 35 % pour la viande, 50 % pour le lait, 80 % pour les œufs, 85 % pour les pommes de terre alors que dans le même temps le prix des denrées non rationnées s’envole littéralement : le prix des oignons augmente de 120 %, celui des haricots verts de 140 %, celui des tomates de 380 %10.

Le rationnement vu par les médecins

  • 11 Séance du 10 septembre 1941. Il va même plus loin en précisant que sur les 2 400 calories indispen (...)
  • 12 Dès octobre 1940, André Martel dénonce « les dangers de la sous-alimentation pour l’enfant et l’ad (...)
  • 13 Séance du 17 novembre 1942. Voir également la communication de Charles Richet, Guy Lesueur et Géra (...)
  • 14 Voir Jean-Louis Panicacci, « Les Alpes-Maritimes », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (d (...)
  • 15 Archives de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, Bulletin officiel du ministère de la Santé.
  • 16 « L’Académie de Médecine, en raison de faits graves de dénutrition et d’amaigrissement excessifs p (...)
  • 17 Séance du 17 novembre 1942, « Rapport de M. Le Noir sur l’état du rationnement alimentaire en Fran (...)
  • 18 Le braconnage a connu son âge d’or durant la guerre.
  • 19 « Je rentre de Rouen […] Ravitaillement difficile mais avec un peu de relations et d’argent, on tr (...)

9Dans quelle mesure les autorités médicales se sont-elles penchées sur le problème des restrictions ? Dès septembre 1940, l’Académie de médecine nomme une commission chargée de mener des travaux sur le rationnement de la population française. Cette commission comprend onze personnes : Montel, Roussy, Lesné, Le Noir, Bertrand, Lathery, Debré, Mayer, Tanon, Duhamel et Baudoin. Dans un premier rapport présenté à la fin de l’année 1940, le Dr Lesné formule les observations suivantes. Après avoir calculé que la ration quotidienne fixée par les cartes d’alimentation correspond à 1 220 calories, il montre que cette ration, insuffisante en quantité, l’est aussi en qualité, qu’elle est déséquilibrée et difficile à compléter. Ce constat rejoint celui d’Alfred Sauvy qui, en tant qu’expert à la Commission économique industrielle, souligne la quasi impossibilité pour les familles d’arriver aux 2 400 calories quotidiennes indispensables11. Les premiers à en faire les frais sont les enfants de 7 à 14 ans12, les femmes enceintes, les travailleurs manuels et les vieillards. Pour toutes ces catégories, des suppléments sont réclamés. Certains vœux formulés par l’Académie de médecine sont suivis d’effets, d’autres non. Si la situation des femmes enceintes, des adolescents et des travailleurs s’améliore quelque peu, les vœux formulés en faveur des vieillards restent lettre morte. Ce sont eux qui souffrent le plus, leur ration étant de 100 à 200 calories inférieure à celle des adultes. Les conséquences de cette inégalité se traduisent dans les statistiques de mortalité de la ville de Paris et du département de la Seine. De 12,7 ‰ en 1937, la mortalité générale s’est élevée à 16,8 ‰ en 1941. Mais celle des vieillards a augmenté de plus d’un quart13. Cette surmortalité des vieillards est constatée dans la plupart des grandes villes. Ainsi à Nice où, en janvier 1941, 510 vieillards décèdent au lieu d’une moyenne de 350 au cours des années précédentes14. « L’insuffisance alimentaire jointe à d’autres facteurs a provoqué, au cours de l’année 1941, une recrudescence de la mortalité nettement accusée surtout chez les vieillards et les nourrissons, en particulier dans les grandes villes de la zone occupée », est-il relevé dans la circulaire 63 du 26 mars 194215, les saisons froides se révélant particulièrement néfastes pour ces deux extrêmes. À cette augmentation de la mortalité s’ajoutent une diminution de la résistance physique et de la capacité de travail physique et intellectuel, un amaigrissement général16, une augmentation de la fatigabilité, des œdèmes de carence ainsi qu’une diminution du poids des nouveau-nés et des enfants conjuguée à un arrêt de la croissance. Les médecins se voient alors dans l’obligation de déconseiller l’allaitement maternel aux mères. Le rapport sur l’état du rationnement alimentaire dressé par le Professeur Le Noir au début de l’hiver 1942-1943 est franchement alarmiste17. La valeur nutritive des aliments ne cesse de baisser, le pain contient du son quand ce n’est pas de la paille, la teneur en matières grasses des fromages est diminuée de même que celle du lait, les viandes sont maigres. On considère alors que le consommateur ne peut obtenir que 1 000 à 1 100 calories avec sa carte de rationnement. Quant aux rares denrées en vente libre – volailles, lapins, gibier18, coquillages, fruits et légumes – elles sont, de par leur prix, pour la plupart inaccessibles à la majorité des acheteurs19 ou tout au moins ne peuvent apporter qu’un supplément occasionnel. « Au total », ajoute le rapport, « la ration alimentaire d’une grande partie de la population est inférieure à la ration minima, fixée par les physiologistes et les médecins de tous les pays comme étant nécessaire au maintien de l’équilibre. » Et Le Noir de comparer cette situation avec celle des Allemands en 1916.

  • 20 Pour l’année 1942, on dénombre 13 500 000 colis familiaux qui représentent 279 000 tonnes de denré (...)
  • 21 Séance du 8 janvier 1943, Bulletin de l’Académie de Médecine de janvier 1943.

10Certes, tout le monde ne connaît pas le même sort. Il existe une discrimination entre ville et campagne à l’exception des régions à culture unique. De même, dans chaque village, les non-producteurs sont désavantagés par rapport aux consommateurs-producteurs. En outre, remarque le rapport, il est « indiscutable qu’une partie importante des habitants des villes reçoit une nourriture insuffisante. Quelle en est la proportion, et jusqu’où va l’insuffisance, il est bien difficile de répondre à ces deux questions de façon catégorique. Mais on peut admettre », souligne le Professeur Le Noir, « que la moitié de la population des villes ainsi qu’une fraction moindre de la campagne est en état de sous-alimentation et que, pour certaines catégories de population à revenus peu élevés, le régime qui leur est imposé est un régime de famine lente. » Outre pour les vieillards et les malades, cette remarque vaut pour les sujets de la catégorie A, qui ne peuvent compléter leur ration par des achats plus ou moins occasionnels ou grâce à une aide ponctuelle (colis familiaux20, élevage de lapins, entretien d’un jardin potager, etc.). Encore faut-il souligner que ce marché D couvre seulement les besoins de quelques jours par mois. Quant au marché noir, il joue un rôle limité car « il ne répartit ses avantages que sur un trop petit nombre de personnes » si l’on en juge par l’exemple des Parisiens. En janvier 1943, l’Académie de médecine se penche sur le cas d’adultes hospitalisés pour cause d’insuffisance alimentaire21. Plusieurs cas sont étudiés qui démontrent que ces formes de pathologie sont difficilement réversibles. Ainsi W., 38 ans, pesait 50 kg avant l’exode. Il ne pèse plus que 38 kg à son entrée à l’hôpital, sa ration quotidienne n’étant que de 1 200 calories par jour. À l’hôpital il reçoit une ration de 2 500 calories, du lait et des farines étant ajoutés à la ration de base. Mais en cent jours, il ne reprend que 6 kg. Autre observation : celle d’un homme de 71 ans, qui, malgré sa situation plutôt aisée, n’a absorbé que 1 800 calories par jour environ de juin 1940 à décembre 1941. Malgré un régime de suralimentation relative de l’ordre de 2 200 calories, il n’a pas repris de forces et présente un œdème de la faim.

11La ration des enfants de moins de 6 ans est à peu près suffisante. En revanche les enfants de 6 à 14 ans ont une ration insuffisante de même que les sujets de 14 à 20 ans pour qui le déficit est plus important encore. Les premiers ont droit, en plus de la ration adulte, à 1/4 de litre de lait par jour (soit 1 100 à 1 200 calories) et à 250 grammes de chocolat par mois. Les seconds touchent, en plus de la ration adulte, 75 grammes de pain par jour, 360 grammes de viande et 250 grammes de chocolat par mois et éventuellement 1/4 de litre de lait écrémé par jour. Il importe donc, autant que faire se peut, de compléter ces rations par des achats de denrées en vente libre et de réserver les maigres attributions de matières grasses aux enfants et adolescents. Les femmes enceintes dans la deuxième partie de leur grossesse ont une ration d’environ 1900 calories, les travailleurs effectuant des travaux pénibles une ration d’environ 1 500 calories. D’où le vœu émis par l’Académie de médecine qui préconise que les enfants en bas âge, les vieillards et les malades puissent être protégés contre le froid et surtout bénéficier de suppléments alimentaires.

  • 22 Bulletin de l’Académie de Médecine, 20 mars 1945.
  • 23 Il est préconisé de mélanger le pain à la soupe parce qu’il est souvent caché et oublié par les ma (...)
  • 24 Bulletin de l’Académie de Médecine, décembre 1944.
  • 25 Voir Maryse Juteau, L’hôpital psychiatrique de Villejuif, 1938-1948, Villejuif, Centre hospitalier (...)

12La mortalité ne cesse également de s’élever dans les collectivités (hospices, asiles et prisons), « c’est-à-dire partout où les modalités du rationnement ont été le plus rigoureusement observées22 » Dès juin 1941, des médecins d’asiles soulignent les difficultés posées par l’alimentation de la population internée et réclament l’octroi de suppléments. La carte d’alimentation des malades internés permet alors d’escompter 1 100 à 1 300 calories qu’il faut compléter par des aliments non contingentés (légumes verts, fruits). Un plat unique leur est servi sous forme de soupe et de pain mélangés sans matières grasses23. Une enquête sur l’hospice de Charenton, présentée par le Professeur Lhermitte en décembre 1944, montre que de novembre 1940 à février 1941, le taux de mortalité mensuelle a été multiplié par 4 pour s’élever encore de mars à septembre 1941, la troisième période, qui s’étend d’octobre 1941 à mars 1942, étant la plus néfaste24. À partir d’avril 1942, une légère amélioration se fait sentir qui se poursuit ensuite en dépit de la tuberculose qui continue à se manifester. Une enquête alimentaire effectuée par Lucie Randoin à l’hôpital Sainte-Anne en juillet 1942 révèle également une forte augmentation du taux de mortalité dans cet établissement25.

  • 26 Allocution du Professeur Balthazard, Bulletin de l’Académie de Médecine, séance du 8 janvier 1943.

13L’année 1942 est dominée par la forte progression du nombre de cas de tuberculose dans une population affaiblie par la disette. Le président de l’Académie de médecine attire l’attention des autorités en janvier 194326. Mais la maladie ne cesse de s’étendre, l’augmentation de la gravité des cas étant signalée dans de nombreuses villes en dépit des efforts faits pour améliorer le régime alimentaire des tuberculeux.

L’apport des enquêtes alimentaires

  • 27 Presse Médicale, juillet 1942 et Bulletin de l’Académie de Médecine, novembre 1942.
  • 28 Enquête effectuée par les Dr Gounelle et Mande, citée en novembre 1942 dans le Bulletin de l’Acadé (...)
  • 29 Bulletin de l’Académie de Médecine, séance du 17 novembre 1942.
  • 30 Robert Mencherini, « Conséquences sanitaires et sociales dans les Bouches-du-Rhône », in Dominique (...)
  • 31 Voir Rémi Foucault et Jacques Renard, « La Mayenne », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (...)

14Un certain nombre d’enquêtes alimentaires effectuées pendant la période permettent d’esquisser des comparaisons entre diverses populations. À Paris en 1942, Gabriel Richet évalue le ravitaillement à 1 500 calories dont 1 000 sont procurées par la carte d’alimentation, 200 par le marché libre, 200 par le marché D, les 100 dernières calories étant occasionnelles. Ce qui correspond à 30 grammes de lipides, 40 grammes de protides (dont 12 grammes de protides animales) et 260 grammes de glucides27. Une enquête de juin-juillet 1941 porte sur 65 familles de sous-officiers que l’on peut qualifier de « milieu modeste mais homogène et relativement favorisé ». La ration s’élève ici à 1 764 calories (vin non compris), dont 200 calories fournies par le marché libre, mieux approvisionné qu’en 1942. Cette enquête conclut que malgré un amaigrissement notable de 5 à 10 kg, ces sujets ont relativement bien supporté ce régime, au moins pendant quelques mois28. Une autre enquête effectuée en mars 1941 par Gounelle, Raoul et Marche porte sur une population de détenus29. Ceux-ci absorbent 1 437 calories par jour en moyenne. Mais le déséquilibre de leur ration, presque nulle en protides animales et faible en lipides, entraîne des troubles importants. Pour étudier la situation alimentaire des Marseillais, Robert Mencherini s’est appuyé sur les enquêtes alimentaires produites par l’Institut national d’hygiène (INH) portant à la fois sur des familles et sur des collectivités (écoles, casernes de pompiers, marins30). Ces enquêtes tentent de cerner au plus près la consommation réelle de la population. En 1941, la ration effective est de 1 553 calories, dans le second semestre 1942, elle n’est plus que de 1 422 calories (la ration officielle s’établissant à 1 396 calories) puis elle s’élève à nouveau en 1943. Et Robert Menchérini de conclure : en 1941, les rations effectives sont inférieures de 20 à 30 % aux besoins d’un adulte qui travaille ou d’un enfant qui ne joue pas, les adultes qui font un travail manuel pénible et les femmes qui allaitent étant particulièrement touchés. Seuls les enfants de 2 à 7 ans voient leurs besoins couverts. La situation se dégrade en 1942, la sous-alimentation devenant sérieuse. Légumes verts et fruits constituent en effet l’essentiel des repas, très pauvres en viande, fromage, œufs et vin. La ration est donc fortement déséquilibrée. Suffisante en carotène ainsi qu’en vitamines C et B, elle est très insuffisante en vitamine A. Les premiers à en pâtir sont les jeunes qui souffrent du manque de lipides et de protides. En 1943, les enquêteurs constatent une amélioration de la ration des adultes grâce à l’apport de féculents, mais les rations n’en restent pas moins déséquilibrées. La tuberculose, favorisée par l’encombrement des logements dû aux sinistres, frappe une population globalement sous-alimentée. Le facteur social joue un grand rôle : les quartiers aisés, qui bénéficient d’une meilleure alimentation, sont moins touchés que les quartiers défavorisés. L’enquête menée par le Mouvement populaire des familles dans une ville moyenne, Laval, située au cœur d’un département privilégié, la Mayenne, présente un tableau très différent31. La consommation alimentaire des familles est étudiée à partir de budgets types. Celui d’Henri Paillard, cheminot de 38 ans, est révélateur. En novembre 1943, la quantité réelle consommée par le ménage est la plupart du temps satisfaisante. Alors que la ration officielle de pain est fixée à 25,5 kg par mois, la ration effectivement consommée est de 39,5 kg. La ration de beurre consommée est de 2,925 kg alors que la ration officielle s’établit à 950 grammes. Grâce aux liens familiaux, qui se sont resserrés dans cette période de crise, le ménage, qui entretient également un jardin potager, remédie au manque de viande. Il doit en revanche se contenter du quota de lait autorisé. Ses dépenses mensuelles pour la nourriture sont en forte augmentation, avoisinant 54,8 % de ses ressources.

  • 32 Bulletin de l’Académie de Médecine, séance du 17 novembre 1942.
  • 33 AN, F22 2028, Santé, travail.

15De ces observations éparses on peut conclure que si le rationnement varie suivant les lieux, dans les zones urbaines il a toujours été au-dessous du minimum. Au-dessous de 1 700 calories quotidiennes, des troubles apparaissent. On entre dans le régime de la « famine lente ». Les villes les plus durement touchées sont Paris, Marseille, Bordeaux, Lyon et Montpellier. Entre 1940 et 1944, l’Académie de médecine attire à plusieurs reprises l’attention des pouvoirs publics sur les dangers encourus par la population. Entre ces deux dates, on dénombre pas moins de 142 rapports, enquêtes et études portant sur l’alimentation et le rationnement. En novembre 1942, des membres de l’Académie mettent en cause les données produites par certaines études concernant par exemple la part des lipides dans les rations officielles qui ne tiennent pas compte du fait que le beurre est riche en eau, que la viande contient 5 % de graisse au lieu de 10 %, le lait 25 % au lieu de 35 %, le fromage 10 % au lieu de 30 %. Et d’ajouter que « contrairement à ce qui est trop souvent dit, les aliments que procure une carte d’alimentation constituent pour une majorité de personnes l’essentiel de sa ration et non pas comme il a été dit faussement l’accessoire32. » Ce constat rejoint celui timidement émis par quelques rares préfets et autres représentants de l’autorité. Ainsi, en janvier 1944, l’intendant général du ravitaillement, Casanove, écrit en ces termes au président de la Commission d’armistice : « […] la valeur énergétique de la ration normale en France est manifestement inférieure à celle couramment admise. Elle n’atteint que 950 à 1 000 calories par jour, et est une des plus faibles d’Europe et ne représente qu’environ 30 % de la valeur de celle du consommateur allemand ordinaire. Elle est même inférieure à la ration qui fut attribuée en Allemagne pendant la période la plus dure de la guerre 1914-191833. » D’où l’obligation pour les habitants de chercher ailleurs plus de 50 % de leur nourriture.

  • 34 On relève 4 zones de mortalité élevée en France : le Midi avec Marseille et Montpellier, Bordeaux, (...)
  • 35 Dans les Alpes-Maritimes, le taux de mortalité atteint 15,9 % en 1941, 16,4 % en 1942 et 16,1 % en (...)
  • 36 La perte de poids des aliénés internés est beaucoup plus importante. Voir Maryse Juteau, L’hôpital (...)

16Au total, entre 1938 et 1943, le taux de mortalité augmente de 5,1 % pour l’ensemble de la France34 mais de 57 % dans les Bouches-du-Rhône35, de 37 % dans le Var tandis qu’il diminue de 10,9 % dans la Mayenne où l’on enregistre une forte baisse de la mortalité par alcoolisme et par tuberculose, l’Indre étant le département où le recul de la mortalité a été le plus important. Pour une partie de la population, la guerre s’est soldée par une perte de poids variable estimée de 7 à 10 kg par adulte36. Les J3 et les femmes en âge de procréer présentent un maximum de carences, les enfants de 6 à 16 ans ont un poids inférieur à la normale dans de nombreuses régions dont les Bouches-du-Rhône. Rachitisme et avitaminose sont largement répandus. Dans les villes, on enregistre aussi un fort taux de mortalité infantile imputable à la mauvaise qualité du lait et au froid.

  • 37 Cité par Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions, op. cit., int (...)

17Les contraintes de la guerre et de l’Occupation ont entraîné une pénurie qui s’est aggravée au fil des années. À partir de janvier 1942, le mécontentement de la population est général, l’administration, les fonctionnaires, l’autre en général (les ruraux, les commerçants, les juifs, etc.) étant accusés de s’enrichir sur le dos des malheureux. Si ces contraintes ont entraîné de nombreuses séquelles morales, elles ont aussi laissé des traces visibles sur la santé. Le rationnement a également modifié les mentalités. Les consommateurs ont été soumis à la hantise du ravitaillement et, dans bien des ménages, l’alimentation a retrouvé la fonction qu’elle occupait au xixe siècle. Le pain en particulier a repris une place primordiale. Si bien que ces lignes écrites par Lamartine en 1848 peuvent très bien s’appliquer à la France de 1940-1945 : « on dirait que la société humaine en France se compose de pain et de viande. Il semble que vous vouliez remplacer notre devise : “Liberté, égalité, fraternité” par deux mots immondes : “vendre et acheter37”. » Et pourtant, comment oublier que pendant la guerre il y a des gens qui, en France, sont tout simplement morts de faim.

Notes

1 En cours de classement, les abondantes archives du ravitaillement conservées aux Archives nationales n’ont pu être exploitées pour cet article.

2 Jean-Marie Flonneau, « Législation et organisation économiques au temps des restrictions », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions en France (1939-1949), op. cit., p. 43-59, citation p. 46.

3 Le 20 octobre 1940 est introduite une modification applicable à partir de janvier 1941 : les enfants sont divisés en deux catégories, les J1 de 3 à 6 ans et les J2 de 6 à 12 ans.

4 Jean-Marie Flonneau, « Législation et organisation économiques au temps des restrictions », op. cit., p. 55.

5 En mai 1941, un rapport général souligne le problème crucial représenté par le manque de viande dans de nombreux départements : « Le nombre et le poids des bêtes livrées à la consommation sont réduits d’environ 20 % […] Dans le Nord et le Pas-de-Calais, les consommateurs reçoivent moins de 180 gr par semaine, 90 gr en Côte-d’Or tandis que l’Aube dispose de 250 gr par semaine ». AN, 72 AJ 1853, Le problème de la viande, 9 mai 1941.

6 Dans son Journal quotidien d’occupation parisienne (10 mai 1940-23 décembre 1944), le docteur Gilbert Vial relève que « le 14 septembre 1941, les Parisiens ont – officiellement – 100 gr de viande avec os, par semaine », les Allemands ayant prélevé à la Villette 4 650 têtes de bétail sur 5 000. Archives IHTP, Arc 114.

7 Le taux d’extraction de la farine de blé passe de 72 % à 90 % puis à 98 %.

8 Cité par Dominique Veillon, Vivre et Survivre en France sous l’Occupation, op. cit., p. 118.

9 Dr Gilbert Vial, Journal quotidien d’occupation parisienne, op. cit., p. 157.

10 Voir Jean-Louis Panicacci, « Les Alpes-Maritimes », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions, op. cit., p. 195-213.

11 Séance du 10 septembre 1941. Il va même plus loin en précisant que sur les 2 400 calories indispensables, les 1 200 les plus accessibles coûtent 4 francs, les 1 200 autres impliquant une dépense six fois plus élevée. À ce sujet : Michel Margairaz, « L’État et les restrictions en France dans les années quarante », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions, op. cit., p. 25-41.

12 Dès octobre 1940, André Martel dénonce « les dangers de la sous-alimentation pour l’enfant et l’adolescent ».

13 Séance du 17 novembre 1942. Voir également la communication de Charles Richet, Guy Lesueur et Gérard Duhamel sur le sort des vieillards publiée dans le Bulletin de l’Académie de Médecine du 5 janvier 1943.

14 Voir Jean-Louis Panicacci, « Les Alpes-Maritimes », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions, op. cit., p. 209.

15 Archives de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, Bulletin officiel du ministère de la Santé.

16 « L’Académie de Médecine, en raison de faits graves de dénutrition et d’amaigrissement excessifs parfois constatés chez un grand nombre de personnes insuffisamment alimentées (perte entre 10 % et 33 % du poids) […] demande qu’une ration quotidienne supplémentaire de pain soit accordée pour trois mois […] à tout adulte des catégories A et V dont le poids est inférieur de plus de 10 kg à celui prévu par la règle de Quételet […] », séance du 13 octobre 1942.

17 Séance du 17 novembre 1942, « Rapport de M. Le Noir sur l’état du rationnement alimentaire en France au début de l’hiver 1942-1943 », Bulletin de l’Académie de Médecine de novembre 1942.

18 Le braconnage a connu son âge d’or durant la guerre.

19 « Je rentre de Rouen […] Ravitaillement difficile mais avec un peu de relations et d’argent, on trouve ce que l’on veut », Dr Gilbert Vial, Journal quotidien d’occupation parisienne, op. cit.

20 Pour l’année 1942, on dénombre 13 500 000 colis familiaux qui représentent 279 000 tonnes de denrées. Voir Jean-Pierre Azéma, De Munich à la Libération, Paris, Seuil, 1979, p. 82 et Dominique Veillon, Vivre et survivre en France sous l’Occupation, op. cit., chapitre VI.

21 Séance du 8 janvier 1943, Bulletin de l’Académie de Médecine de janvier 1943.

22 Bulletin de l’Académie de Médecine, 20 mars 1945.

23 Il est préconisé de mélanger le pain à la soupe parce qu’il est souvent caché et oublié par les malades et parce que les vols sont nombreux.

24 Bulletin de l’Académie de Médecine, décembre 1944.

25 Voir Maryse Juteau, L’hôpital psychiatrique de Villejuif, 1938-1948, Villejuif, Centre hospitalier Paul Guiraud, manuscrit non daté, p. 89.

26 Allocution du Professeur Balthazard, Bulletin de l’Académie de Médecine, séance du 8 janvier 1943.

27 Presse Médicale, juillet 1942 et Bulletin de l’Académie de Médecine, novembre 1942.

28 Enquête effectuée par les Dr Gounelle et Mande, citée en novembre 1942 dans le Bulletin de l’Académie de Médecine.

29 Bulletin de l’Académie de Médecine, séance du 17 novembre 1942.

30 Robert Mencherini, « Conséquences sanitaires et sociales dans les Bouches-du-Rhône », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions, op. cit., p. 419-432.

31 Voir Rémi Foucault et Jacques Renard, « La Mayenne », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions, op. cit., p 79-101.

32 Bulletin de l’Académie de Médecine, séance du 17 novembre 1942.

33 AN, F22 2028, Santé, travail.

34 On relève 4 zones de mortalité élevée en France : le Midi avec Marseille et Montpellier, Bordeaux, Lyon et la région parisienne. À Paris, les vieillards sont particulièrement touchés : d’après l’Institut national d’hygiène et les Statistiques de la ville de Paris publiées au cours du premier semestre 1945, « leur mortalité a augmenté de 41,18 % par rapport à celle des années qui ont précédé le rationnement ». Voir également A. Chevallier et M. Moine, « L’évolution de la mortalité en France sous l’Occupation », Bulletin de l’Académie de Médecine, 23 janvier 1945.

35 Dans les Alpes-Maritimes, le taux de mortalité atteint 15,9 % en 1941, 16,4 % en 1942 et 16,1 % en 1943 contre une moyenne de 13,4 % pour la période 1939-1948. Voir Jean-Louis Panicacci, « Les Alpes-Maritimes », in Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions, op. cit., p. 195-213.

36 La perte de poids des aliénés internés est beaucoup plus importante. Voir Maryse Juteau, L’hôpital psychiatrique de Villejuif, op. cit., p. 53.

37 Cité par Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions, op. cit., introduction, p. 18.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540