Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Introduction

Réflexion historiographique

Laurent Douzou

Texte intégral

1Notre projet a pour origine une question complexe qui a suscité, dès qu’elle fut publiquement soulevée, de vives passions : comment se peut-il que plus de 40 000 malades mentaux soient morts de faim dans les hôpitaux psychiatriques français entre 1940 et 1944 ? Ce qui a posé problème, ce ne sont pas les faits : nul ne conteste qu’il y ait eu plus de 40 000 morts. Ce qui a posé problème, c’est d’une part l’interprétation qu’on pouvait – et qu’on peut – faire d’une telle hécatombe dans des enceintes hospitalières censées soigner les malades, d’autre part la question de savoir pourquoi un drame de santé publique d’une telle ampleur n’a pas été porté à la connaissance du plus grand nombre au lendemain de la guerre. Bien entendu, ces questions en posaient d’autres en filigrane : celles du régime de Vichy, de l’attitude des Français sous ledit régime, de la mémoire des années noires, autant d’interrogations qu’on croise, à moins qu’il ne faille dire sur lesquelles on bute, dès que ces années troubles sont soumises à examen. Comme dans d’autres domaines, la discussion qui s’est engagée dans le dernier quart du xxe siècle n’a pas toujours brillé par sa sérénité ; entre acteurs du domaine psychiatrique, entre psychiatres et historiens, on s’est empoigné, en public, en petit comité, par voie épistolaire, parfois rudement.

2La tâche qui m’a été assignée est d’évoquer l’historiographie de la question. Sous cette appellation bonhomme et familière aux historiens – puisque toute étude commence par un état des lieux historiographique –, se cache une triple difficulté. Peut-on prétendre sérieusement connaître la production variée et inégale qui a caractérisé un champ aussi vaste relatif à des domaines bien distincts ? Comment faire quand ledit champ n’a été l’objet au mieux – et tardivement – que de synthèses partielles ? Peut-on faire comme si la question n’avait pas une forte charge polémique ? Plutôt que de viser une illusoire exhaustivité, je poserai quelques jalons qui permettront d’alimenter la réflexion.

  • 1 Max Lafont, L’extermination douce. La mort de 40 000 malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriq (...)

3Le premier élément à prendre en compte, c’est le fait que, contrairement à ce qui a été répété à l’envi, la réalité de la surmortalité dans les hôpitaux psychiatriques entre 1940 et 1944 n’a pas été occultée jusqu’à ce que la thèse du Dr Max Lafont, soutenue en 1981, publiée en 1987, vienne la révéler au grand public1. Témoin, en décembre 1952, le numéro spécial consacré par la revue Esprit à la « misère de la psychiatrie ». Au fil des pages de ce numéro qui voulait contribuer à changer les hôpitaux et la pratique psychiatriques, revient à trois reprises l’évocation des 40 000 malades mentaux morts de faim et de froid pendant la guerre. Georges Daumézon, Lucien Bonnafé et Louis Le Guillant y font explicitement référence. De même, réfléchissant aux changements en cours dans l’univers des hôpitaux psychiatriques, Philippe Langlade, dans un article intitulé « Qui sommes-nous ? », écrit :

  • 2 Philippe Langlade, « Qui sommes-nous ? », Esprit, décembre 1952, p. 798.

« Le silence est si parfaitement organisé, que derrière les murs et au fond de jardins toujours bien entretenus, 40 000 malades mentaux ont pu mourir de faim, de froid, de tuberculose, pendant l’occupation…, on ne l’a su qu’après. Les rapports décrivant les conséquences de la famine, les certificats de décès, où certains ont tenu à inscrire la mention : “morts de faim”, ont glissé sans bruit ni scandale dans la masse des pièces administratives. Les fous, les vieillards devaient mourir les premiers, c’était dans l’ordre2… »

  • 3 Lucien Bonnafé, Louis Le Guillant, « La condition du malade à l’hôpital psychiatrique », Ibid., p. (...)

4Aucun article, en revanche, n’est dans son entier dédié à cette réalité encore toute proche. Connue à l’évidence des spécialistes, elle ne donne pas lieu à une analyse approfondie, Lucien Bonnafé et Louis Le Guillant se bornant à dénoncer dans « la politique fasciste « d’assistance » aux aliénés appliquée par l’occupant et le régime de Vichy3 » une solution radicale à l’encombrement des hôpitaux psychiatriques. Le phénomène est même passé sous silence par Henri Duchêne dans sa contribution présentant les travaux de l’Institut national d’hygiène. Pointant la montée en puissance des internements de 1835 à 1950, l’auteur assortit ce constat d’une courbe et du commentaire suivant :

  • 4 Henri Duchêne, « Aspect démographique », Ibid., p. 878.

« […] cet accroissement s’est fait avec une constance et une régularité implacables. On n’observe de légères rémissions que pour les années de guerre, phénomène qui s’inscrit sur notre courbe pour 1939-1945 et 1914-1918, les chiffres de 1870 n’étant pas connus. Enfin entre 1940 et 1952 de nombreux commentaires seraient indispensables pour fournir les éléments de discussion, quant à la signification des variations. Bornons-nous à souligner la reprise à partir de 1945 d’une ascension de la courbe qui regagne rapidement, à partir de 1948, les niveaux d’avant-guerre4. »

5Le démographe, en somme, escamote la triste réalité que les praticiens se contentent quant à eux de rappeler en quelques lignes dans le corps de leurs exposés.

6Manifestement, le souvenir des morts de faim reste donc vivace chez les psychiatres et trouve place dans l’argumentaire visant à modifier les conditions d’exercice de leur métier et de l’internement des malades mentaux. Ainsi, en 1955, Georges Daumézon revient-il à la charge :

« Un rationnement, dont chacun savait qu’il ne permettait à personne de vivre, et dont chacun savait aussi que seuls les malades internés ne pouvaient matériellement s’y soustraire, leur a été appliqué avec une hypocrite et implacable “équité”. »

  • 5 MM. Daumezon, Caron, Leculier, « Augmentation de la mortalité dans un hôpital psychiatrique depuis (...)
  • 6 Roger Gentis, Les Murs de l’asile, Paris, éditions François Maspero, cahiers libres 163, 1971.

7Il faut préciser que le Dr Daumézon n’est pas un témoin par ouï-dire, il a été un acteur de cette histoire mortifère et, en qualité de médecin-directeur de l’hôpital psychiatrique de Fleury-les-Aubrais (Loiret), a fait au Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française, qui s’est réuni fin octobre 1942 à Montpellier, une communication qui était un début d’enquête sur la mort par dénutrition dans les hôpitaux psychiatriques5. Seize ans plus tard, en 1971, Roger Gentis publie aux éditions Maspero un brûlot, Les Murs de l’asile6, où il écrit après avoir mentionné l’extermination par Hitler des malades mentaux :

« Ailleurs, ça s’est passé plus simplement, il n’y a même pas eu à prendre de mesures particulières : en France, par exemple, pendant l’Occupation, la famine à elle seule a fait plusieurs dizaines de milliers de morts dans les hôpitaux psychiatriques. »

8Placée dans une parenthèse, sa philippique ne met en cause, on l’aura noté, aucun plan concerté. Six ans plus tard, en 1977, les éditions sociales font paraître un livre intitulé : Dans cette nuit peuplée. 18 textes politiques de Lucien Bonnafé, psychiatre. En page de garde, non numérotée, figure l’incipit suivant :

« L’image qui annonce la couleur de ce livre est L’ARBRE ROUGE de Séraphine Louis dite Séraphine de Senlis
née le 2 septembre 1864
carrière de servante
s’adonne à la peinture de 1905 au 1er février 1932 date de son internement à l’hôpital psychiatrique de Clermont-d’Oise […]
Le 28 décembre 1941 on note les symptômes de carence de la pathologie concentrationnaire.
En 1942 “cueille de l’herbe pour la manger la nuit” et “mange des détritus” comme les internés y étaient alors contraints.
Elle meurt le 11 décembre 1942 l’une parmi les 40 000 “fous” et “folles” qui furent alors exterminés dans les hôpitaux psychiatriques français par la faim et le froid. »

9Cette fois, le terme d’extermination est employé. Il l’est aussi dans le corps du texte :

  • 7 Lucien Bonnafé, Dans cette nuit peuplée. 18 textes politiques de Lucien Bonnafé, psychiatre, Paris (...)

« L’extermination des malades et les difficultés matérielles d’entretien des hôpitaux durant la guerre ont achevé le fantôme d’assistance qui existait auparavant, le coup d’œil neuf que nous jetons sur la situation nous présente la condition absurde et tragique de l’univers concentrationnaire7. »

  • 8 Ibid., p. 221.
  • 9 Le peintre schizophrène Sylvain Fusco est mort de faim à l’hôpital psychiatrique du Vinatier le 30 (...)
  • 10 Lucien Bonnafé, Dans cette nuit peuplée, op. cit., p. 221-222.

10Plus avant dans l’ouvrage, Lucien Bonnafé évoque encore « une réflexion profondément marquée par le vécu de ce moment historique de l’occupation et de la “collaboration” durant laquelle 40 000 hospitalisés dans les hôpitaux psychiatriques furent exterminés en France, contraints à mourir de faim et de froid. Ce destin tragique du monde des exclus est bien censuré aujourd’hui. Il faut s’interroger sur le fait que ce drame soit si rarement évoqué. On trouvera, ce faisant, quelques moyens de comprendre la suite de l’histoire8. » Se trouvent ainsi réunies trois notions : l’extermination, la censure exercée sur la mémoire, la mort de froid et de faim. La référence à Séraphine de Senlis annonce l’invocation à venir, dans différents textes, de deux autres artistes : Camille Claudel et Sylvain Fusco9. Enfin, comme il avait déjà été fait dans le numéro d’Esprit de décembre 1952, Lucien Bonnafé prend acte de ce que l’effroyable surmortalité des années 1940-1944 « a suscité, porté par l’élan de la libération, un ample mouvement à visées libératrices10. »

11Notons qu’à cette date le glissement sémantique conduisant à user du terme d’extermination – glissement qu’il faudrait dater plus finement – ne provoque pas de remous particuliers. En avril 1979, le Dr André Requet, médecin-chef à l’hôpital psychiatrique du Vinatier de 1934 à 1969, donne, sur une pleine page, une interview au journal Quotidien Rhône-Alpes à l’occasion d’une exposition d’œuvres de Sylvain Fusco. Une photo le montre en compagnie de Fusco. Dans son interview, Requet décrit sans fard la tragédie qui s’est jouée à Bron pendant la guerre, employant des termes qui seront souvent reproduits par la suite :

  • 11 Le Journal. Quotidien Rhône-Alpes, 9 avril 1979, p. 16.

« C’était une époque horrible, à l’hospice. Les produits que nous recevions étaient absolument insuffisants pour nourrir trois mille malades. J’ai vécu des scènes affreuses comme dans les camps de concentration. Des malades se mangeaient les doigts… Ils faisaient des rêves exclusivement alimentaires […] Nous vivions dans une ambiance de “camp de la mort11” ».

12Dans cette même interview, il précise ceci, qui est moins souvent cité et qui n’est pourtant pas dénué d’intérêt pour nous, à propos de la table-ronde qui avait réuni les docteurs Beaujard, Balvet et Requet sous la présidence du professeur Colin : « […] la table-ronde, que nous avons eue en public, à l’issue du vernissage Fusco, s’est déroulée dans le plus profond silence : malaise, mécontentement, culpabilisation… : nous n’avions, sans doute, pas dit ce qu’il fallait dire, puisque nous avions surtout parlé de la famine à l’asile de Bron, dont Fusco fut précisément la première victime. »

  • 12 Max Lafont, L’extermination douce, op. cit., p. 22.
  • 13 Se reporter à l’article d’Olivier Bonnet et Claude Quétel, « La surmortalité asilaire en France pe (...)
  • 14 Pierre Urand, Le train des fous, Paris, éditions Messidor, 1988, réédité en 2001 aux éditions Syll (...)

13Récapitulons. Premièrement, le Dr Requet compare la situation dont il a été le témoin direct à l’hôpital du Vinatier à celle des camps de la mort. Deuxièmement, il fait état d’une gêne palpable à l’évocation en public de la famine. Une part de cette gêne semble avoir été due au fait que des voix se sont élevées pour s’étonner qu’on puisse imputer la mort de Fusco à la famine à une date où les Allemands n’étaient pas encore présents à Lyon : les enseignements de la démonstration de Robert Paxton sur les responsabilités propres de Vichy, pourtant disponibles depuis six ans en traduction française, n’ont manifestement pas encore été assimilés par tous. C’est dans ce contexte que germe l’idée d’une thèse de médecine qui serait consacrée à cette question12. C’est Max Lafont qui s’y attelle. La soutenance a lieu en 1981, non sans tensions puisqu’il faut l’autorité et l’implication personnelles du professeur Colin pour qu’elle soit validée. En 1987, la thèse est publiée sous le titre L’extermination douce. L’écho donné au livre en juin 1987 par le Dr Claudine Escoffier-Lambiotte dans Le Monde porte à la connaissance d’un vaste public une réalité qui n’avait pas été tue13 mais qui n’avait pas eu de véritables prolongements hors du monde de la psychiatrie. Dès lors, les morts de famine se déclinent de différentes façons, du Train des fous de Pierre Durand publié en 1988 et traitant de la famine à l’hôpital psychiatrique de Clermont-d’Oise14 au Droit d’asiles de Patrick

  • 15 Patrick Lemoine, Droit d’asiles, Paris, Odile Jacob, 1998. L’ouvrage est dédié « à la mémoire de S (...)
  • 16 Pierre Scherrer, Un hôpital sous l’Occupation. Souvenirs d’un psychiatre, Paris, Atelier Alpha Ble (...)
  • 17 Le texte de la circulaire n° 186 du 4 décembre 1942 est reproduit dans l’article d’Olivier BONNET (...)
  • 18 Pierre Scherrer, Un hopital sous l’Occupation, op. cit., p. 32.

14Lemoine paru dix ans plus tard15 avec en première de couverture une toile de Sylvain Fusco, en passant par Pierre Scherrer, auteur en 1989 d’Un hôpital sous l’Occupation. Souvenirs d’un psychiatre16. Nommé en mai 1942 à la direction de l’hôpital psychiatrique d’Auxerre, où il restera jusqu’en 1975, Pierre Scherrer ne reprend pas à son compte le concept d’extermination. Mais il affirme que les malades mentaux sont bien morts de faim en état de cachexie, non pas d’une cachexie liée à des affections psychiatriques mais d’une cachexie imputable à une carence alimentaire. Il rappelle aussi que tous les psychiatres ne sont pas restés inertes et note qu’en décembre 1942 Max Bonnafous, secrétaire d’État au ravitaillement du gouvernement de Vichy, décide que les hôpitaux psychiatriques bénéficieront des mêmes suppléments d’alimentation que les cantines d’usines. En outre, le quart de leur population recevra des rations de suralimentation17. L’attention du ministre sur le sort tragique des malades mentaux internés a été appelée par sa propre femme, Hélène Sérieux, elle-même médecin des hôpitaux psychiatriques : « La mesure prise était providentielle, mais elle intervenait bien tard18. »

  • 19 Cité par François Maspero, Les abeilles et la guêpe, Paris, Le Seuil, 2002, p. 193.
  • 20 Annales Médico-Psychologiques, compte rendu de la séance du 27 octobre 1941.

15Il y a évidemment plus que des nuances entre les interprétations des uns et des autres. Entre l’extermination, fut-elle qualifiée de douce, et la vision d’une opposition professionnelle tardivement mais effectivement victorieuse, grâce à l’entremise de la fille d’un des grands noms de la psychiatrie française, il y a loin, vraiment. Mais laissons ce débat pour constater que, depuis le milieu des années 1980, l’évocation de ce drame de santé publique a quitté le cercle étroit des spécialistes pour venir, par exemple, sous la plume de François Maspero avec Le Sourire du chat en 1985, puis tout récemment en 2002 avec Les Abeilles et la guêpe. François Maspero, il est vrai, n’a pas seulement été l’éditeur de Roger Gentis, dans le sillage du remue-ménage de 1968, il est aussi le neveu d’André Ceillier, médecin-chef à l’hôpital psychiatrique de Clermont-d’Oise. Peu de temps après sa prise de fonction, dans un rapport daté du 19 juillet 1941, Ceillier avait alerté la commission de surveillance de l’établissement sur les ravages de la famine, montrant que dans le service des hommes dont il avait la responsabilité « la mortalité qui, pour les premiers semestres des années 1938, 1939 et 1940, représentait un pourcentage presque invariable de 2,6 % à 2,9 % s’était brusquement élevée dans le premier semestre de 1941 à 32,47 %19 ». Le 27 octobre 1941, lors d’une séance de la Société médico-psychologique au cours de laquelle les docteurs Dublineau et Bonnafé avaient présenté une communication consacrée à l’apparition des œdèmes de carence dans divers asiles, le même Ceillier avait pris la parole pour déclarer : « Dans certains hôpitaux psychiatriques, la ration alimentaire est nettement inférieure à ce qui est nécessaire pour le maintien de la vie20. » Du coup, les instances supérieures de la société décidaient de se constituer en « comité secret » réservé aux seuls membres titulaires et d’émettre un « vœu » à l’adresse du gouvernement, vœu dont le contenu est resté secret.

  • 21 Et projeté dans les salles en 1971.
  • 22 Se reporter à Denis Peschansky, Vichy, 1940-1944 : contrôle et exclusion, Bruxelles, Complexe, 199 (...)
  • 23 Max Lafont, L’extermination douce, Bordeaux, éditions Le bord de l’eau, 2000, p. 169.

16Les écrits de François Maspero, où se juxtaposent les dates de 1941 et de 2002, ont l’avantage de nous rappeler que, depuis les interventions au cœur de la mêlée en 1941 et 1942 jusqu’au militantisme post-soixantehuitard, en passant par la volonté d’imaginer une psychiatrie différente de celle qui était en vigueur jusqu’en 1939, la question des morts de faim des années 1940-1944 s’est inscrite en filigrane de la réflexion visant à rendre possibles et à promouvoir d’autres pratiques. Reste que si la tragique situation des hôpitaux psychiatriques n’a pas été oubliée après-guerre, comment expliquer la virulence des réactions suscitées par la publication de la thèse du Dr Lafont ? Les hypothèses ne manquent pas et un très long développement serait nécessaire pour les évoquer toutes. La plus plausible est celle du rejeu d’une faille ancienne dans le contexte de la redécouverte de Vichy au tournant des années soixante-dix, c’est-à-dire au moment où le terme d’extermination a fait surface s’agissant des malades mentaux morts de faim dans les hôpitaux psychiatriques. C’est l’occasion de rappeler que, contrairement à une idée tenace, l’historiographie de la France des années noires, qui est pléthorique, a été profondément renouvelée pendant les trente dernières années, au cours desquelles on a publié à son sujet comme jamais auparavant : de 1964 à 2001 inclusivement, on dénombre pas moins de 11 600 publications sur la période 1939-1945. Sur ce total, plus de 3600 sont dédiées à l’Occupation en général (vie quotidienne, récits de vie, journaux, etc.). On a, à dater du début des années soixante-dix, mis l’accent sur le versant d’ombre de ce passé trouble au détriment de sa face lumineuse, celle de la Résistance. Le Chagrin et la pitié de Marcel Ophuls réalisé en 196921, La France de Vichy de Robert Paxton publié en 1973 ont fait voler en éclats la vision d’un pays unanimement résistant ou, à tout le moins, unanimement digne et solidaire. Depuis lors, le régime de Vichy a été placé au centre de l’historiographie de la période tout comme la vie des Français sous Vichy. La France de Vichy et la France sous Vichy. Au cœur de cet examen, il y a eu la politique de répression et d’exclusion menée par l’État français22. La proscription des francs-maçons, la chasse aux communistes, la traque des Juifs, le sort réservé aux étrangers ont fait l’objet d’études diverses et poussées. La politique de collaboration d’État a également été décortiquée, en particulier pour ce qui concerne les déportations des Juifs. En 1945, quand on parlait des camps, on citait Dachau, Buchenwald, Ravensbrück ; un demi-siècle plus tard, les noms qui viennent spontanément à l’esprit sont ceux d’Auschwitz, Sobibor, Treblinka, Maïdanek. La Shoah s’est peu à peu imposée à nous comme la réalité la plus singulière, le trait le plus irréductible de la Seconde Guerre mondiale. L’évolution de la perception et de la caractérisation des effets de la famine dans les hôpitaux psychiatriques s’est inscrite dans ce mouvement. N’est-il pas significatif que le tournant sémantique se soit opéré dans les années soixante-dix ? Donc, un rejeu douloureux et inconfortable. Au reste, dans la deuxième édition de L’Extermination douce, Max Lafont note que ses maîtres lyonnais évoquaient les faits, comme les docteurs Balvet et Requet avaient témoigné antérieurement auprès de leurs internes. Parmi ceux qui enseignaient cette réalité il cite le Professeur Colin mais « personne n’était vraiment effaré d’apprendre que les malades psychiatriques avaient été décimés pendant l’Occupation23. » En somme, à dater des années soixante-dix, on s’est mis à entendre ce qui se disait depuis longtemps à mots couverts ou dans des cercles restreints.

  • 24 C’est ce qui incite Olivier Bonnet et Claude Quétel, op. cit., p. 32, à conclure leur étude en ces (...)
  • 25 Se reporter à Isabelle von Bueltzingsloewen, « Les “aliénés” morts de faim dans les hôpitaux psych (...)
  • 26 Dominique Veillon, Vivre et survivre en France, 1939-1947, op. cit., p. 7.
  • 27 Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions en France (1939-1949), (...)

17Il est probablement entré beaucoup de remords mais aussi de confusion dans cette assimilation des décès par famine à une extermination. D’une politique d’extermination concertée, les archives ne portent pas trace24. Il est probable que les facteurs explicatifs de l’ahurissante mort de plus de 40 000 malades mentaux sont multiples, du regard porté socialement sur ces malades au relâchement des liens familiaux en passant par une somme de petites lâchetés ou d’indifférence, sans omettre l’accoutumance de tout un pays à de très sévères restrictions. D’où l’idée, pour tester ces hypothèses et si possible les lier en gerbe, d’opter pour une démarche comparatiste en prenant en compte non seulement les hôpitaux psychiatriques mais aussi d’autres institutions fermées qui ont donné lieu à des synthèses récentes (prisons, camps d’internement…) ou semi-fermées (hospices de vieillards, hôpitaux généraux, sanatoriums, orphelinats) ainsi que des groupes de la population particulièrement exposés aux conséquences de la malnutrition25. D’où l’idée aussi, pour ne pas projeter les catégories de notre présent sur les années noires, de mieux cerner le quotidien. Qu’il n’ait pas toujours été suffisamment pris en compte s’explique par le fait que l’historiographie a tardé à le considérer comme un objet d’histoire à part entière. Comme l’a écrit Dominique Veillon, « tout se passe comme si l’événement politique ou social, en raison de sa valeur, était seul capable d’être “historisé”, quand la monotonie répétitive d’une existence terre à terre ne serait pas digne d’attention 26 ». Précisons : le quotidien était – et demeure – omniprésent dans la masse des témoignages publiés mais il a été tardivement considéré d’un point de vue scientifique donc problématique. Or, sa prise en compte est essentielle. Dans la France défaite et placée sous l’éteignoir par les nazis, la vie quotidienne a d’emblée et continuellement été placée sous le signe de la pénurie des produits de première nécessité. Avec le temps, les restrictions, symbolisées et organisées par le rationnement, se sont aggravées, obligeant les contemporains de ces temps de privation à concevoir et à mettre en œuvre ce qu’il faut bien appeler des stratégies de survie. Les effets de cette longue chaîne de privations ont été considérables comme l’a montré l’enquête menée de 1988 à 1994 par une trentaine de correspondants départementaux de l’IHTP27. Cette réalité doit, à mon sens, constituer la toile de fond de notre projet. C’est, en effet, sur cette réalité mais aussi sur les représentations fortes qu’elle véhiculait qu’est venue se greffer la situation des catégories les plus vulnérables de la population. Le bon sens commande de ne pas placer ces catégories sur un même plan : il en est qui ont manifestement payé un tribut plus lourd que d’autres. Leur dénominateur commun

18– dont l’intitulé de cet ouvrage rend compte – était cependant de se situer aux marges d’une population elle-même en proie à de très graves difficultés. Ajoutons, afin d’éviter tout malentendu : il ne s’agit pas d’atténuer les faits et leur portée par une contextualisation fonctionnant comme alibi ou dédouanement. Il s’agit de faire sa place à un contexte extrêmement particulier sans en faire pour autant l’explication unique de réalités complexes.

  • 28 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, réédition 1997, p (...)
  • 29 Ibid., p. 125.

19Il me reste à formuler un vœu, celui que nous puissions travailler, dans un effort commun d’intelligence, par-delà et grâce à nos approches différentes, à tenter de comprendre comment la société française des années noires a pu abandonner sur le bord de la route tant de victimes qui n’avaient pas voix au chapitre. Comprendre donc, comme y invitait Marc Bloch, et pour cela faire en sorte que notre rencontre soit fraternelle28. Comprendre pour échapper à ce qu’il appelait les « creux réquisitoires », les « vaines réhabilitations » : « Robespierristes, anti-robespierristes, nous vous crions grâce : par pitié, dites-nous simplement, quel fut Robespierre29. »

Notes

1 Max Lafont, L’extermination douce. La mort de 40 000 malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriques en France sous le régime de Vichy, op. cit.

2 Philippe Langlade, « Qui sommes-nous ? », Esprit, décembre 1952, p. 798.

3 Lucien Bonnafé, Louis Le Guillant, « La condition du malade à l’hôpital psychiatrique », Ibid., p.847.

4 Henri Duchêne, « Aspect démographique », Ibid., p. 878.

5 MM. Daumezon, Caron, Leculier, « Augmentation de la mortalité dans un hôpital psychiatrique depuis juin 1940. Ses causes », Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française d’octobre 1942, Cahors, 1944, p. 382-386.

6 Roger Gentis, Les Murs de l’asile, Paris, éditions François Maspero, cahiers libres 163, 1971.

7 Lucien Bonnafé, Dans cette nuit peuplée. 18 textes politiques de Lucien Bonnafé, psychiatre, Paris, éditions sociales, 1977, p. 46.

8 Ibid., p. 221.

9 Le peintre schizophrène Sylvain Fusco est mort de faim à l’hôpital psychiatrique du Vinatier le 30 novembre 1940. Quelques-unes de ses œuvres sont exposées au musée de l’art brut à Lausanne.

10 Lucien Bonnafé, Dans cette nuit peuplée, op. cit., p. 221-222.

11 Le Journal. Quotidien Rhône-Alpes, 9 avril 1979, p. 16.

12 Max Lafont, L’extermination douce, op. cit., p. 22.

13 Se reporter à l’article d’Olivier Bonnet et Claude Quétel, « La surmortalité asilaire en France pendant l’Occupation », Nervure, tome IV, n° 2, mars 1991, p. 22-32 qui cite, par exemple, l’article publié dans les colonnes du Monde le 3 septembre 1980 par Claire Brisset sous le titre « Faut-il raser les hôpitaux psychiatriques ? » : « On a oublié que 60 000 malades mentaux sont morts en France pendant la Seconde Guerre mondiale dans les hôpitaux psychiatriques. Morts de faim. » Voir également Olivier Bonnet, « De l’assistance aux malades mentaux pendant la Seconde guerre mondiale : “une extermination douce ?” L’exemple de l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie à Clermont », in André Gueslin (dir.), De la charité médiévale à la sécurité sociale, Paris, éditions de l’Atelier, 1992, p. 185-193.

14 Pierre Urand, Le train des fous, Paris, éditions Messidor, 1988, réédité en 2001 aux éditions Syllepse. Henry Rousso réfuta énergiquement l’ouvrage et celui du docteur Lafont dans Vingtième siècle, Revue d’histoire, 21, janvier-mars 1989, p. 156-157 : « Le placard vichyste est déjà bien encombré sans qu’il soit besoin de l’enrichir de nouveaux cadavres. »

15 Patrick Lemoine, Droit d’asiles, Paris, Odile Jacob, 1998. L’ouvrage est dédié « à la mémoire de Sylvain Fusco et d’André Requet, à tous les aliénés, mes frères ».

16 Pierre Scherrer, Un hôpital sous l’Occupation. Souvenirs d’un psychiatre, Paris, Atelier Alpha Bleue, 1989.

17 Le texte de la circulaire n° 186 du 4 décembre 1942 est reproduit dans l’article d’Olivier BONNET et Claude Quétel, op. cit., note 64, p. 32.

18 Pierre Scherrer, Un hopital sous l’Occupation, op. cit., p. 32.

19 Cité par François Maspero, Les abeilles et la guêpe, Paris, Le Seuil, 2002, p. 193.

20 Annales Médico-Psychologiques, compte rendu de la séance du 27 octobre 1941.

21 Et projeté dans les salles en 1971.

22 Se reporter à Denis Peschansky, Vichy, 1940-1944 : contrôle et exclusion, Bruxelles, Complexe, 1997.

23 Max Lafont, L’extermination douce, Bordeaux, éditions Le bord de l’eau, 2000, p. 169.

24 C’est ce qui incite Olivier Bonnet et Claude Quétel, op. cit., p. 32, à conclure leur étude en ces termes : « Nous n’affirmons pas mais nous estimons qu’il n’y a pas eu “extermination douce”. »

25 Se reporter à Isabelle von Bueltzingsloewen, « Les “aliénés” morts de faim dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation », op. cit.

26 Dominique Veillon, Vivre et survivre en France, 1939-1947, op. cit., p. 7.

27 Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau (dir.), Le temps des restrictions en France (1939-1949), op. cit.

28 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, réédition 1997, p.127.

29 Ibid., p. 125.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540