Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Morts d'inanition »

 | 
Isabelle Von Bueltzingsloewen

Introduction

La difficile identification des victimes d’une famine sélective

Isabelle von Bueltzingsloewen

Texte intégral

  • 1 Henry Rousso, « L’économie : pénurie et modernisation », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida(...)

1« Si les aspects les plus dramatiques et meurtriers de l’Occupation, en particulier la répression et les persécutions, ont pris un demi-siècle après une place centrale dans le souvenir des années noires, il n’en reste pas moins qu’à l’époque, pour les générations qui ont vécu cet événement exceptionnel, autrement plus fortes et plus prégnantes étaient les conséquences des restrictions, du marché noir, de la baisse générale du niveau de vie, de la désorganisation des échanges et des transports, de l’arrêt de certaines entreprises par manque d’énergie ou de matières premières ou de la mise en friche de terres cultivables faute de main d’œuvre suffisante, difficultés économiques et matérielles qui ont touché, très inégalement il est vrai, la presque totalité des Français », note l’historien Henry Rousso dans un article paru en 19931. Un constat que reprend Dominique Veillon dans son ouvrage Vivre et survivre en France 1939-1947, publié en 1995 :

  • 2 Dominique Veillon, Vivre et survivre en France 1939-1947, Paris, Payot, 1995, p. 100.

« Les préoccupations des habitants, essentiellement matérielles, se font chaque jour plus pesantes, au point de bouleverser l’ordre des priorités et de favoriser l’égoïsme et le repli sur soi. Manger à sa faim devient pour beaucoup une obsession2. »

2De cette obsession, les contemporains ont très souvent rendu compte, parfois avec humour comme en témoigne ce dialogue fictif, retranscrit par Louis le François dans un ouvrage paru à New York en 1942 sous le titre pour le moins évocateur de J’ai faim… ! Journal d’un Français en France depuis l’Armistice :

  • 3 Louis Le François, J’ai faim… ! Journal d’un Français en France depuis l’Armistice, New York, Bren (...)

« Pourquoi parles-tu toujours de nourriture ? N’existe-t-il pas d’autres sujets ? – Si, bien sûr ! L’art, la science, la philosophie, l’amour. – Pourquoi ne les mentionnes-tu donc jamais ? – J’ai faim3. »

  • 4 Jacques de Lesdain, « Le ravitaillement de Paris », L’Illustration, n° 5108, 1er février 1941.

3La presse se fait également l’écho de cette préoccupation lancinante du ventre vide, qui l’emporte sur toutes les autres : « La question du ravitaillement domine toutes les pensées, fournit les sujets de conversation et prime toutes les considérations […] Le primum vivere est la pensée unique ou presque unique de l’heure pour la plus grande majorité d’entre nous », écrit ainsi Jacques de Lesdain dans un article paru dans L’Illustration du 1er février 19414.

  • 5 D’après les chiffres produits par la Croix-Rouge, ce sont 250 000 Grecs qui seraient morts de faim (...)
  • 6 Voir en particulier l’enquête menée sous la direction d’Henry Rousso et de Dominique Veillon dans (...)
  • 7 À ce sujet : Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité n (...)
  • 8 Paul Sanders, Histoire du marché noir 1940-1946, Paris, Perrin, 2001, p. 156.

4De fait, pour la plupart des Français qui l’ont vécue, la période de la Seconde guerre mondiale et de l’Occupation évoque en premier lieu l’immense difficulté à vivre au quotidien. La pénurie des produits de première nécessité, soumis à un rationnement de plus en plus sévère, oblige nombre d’entre eux à mettre en œuvre de véritables stratégies de survie. La faim, dont le spectre avait cessé de hanter les imaginaires, redevient une expérience largement partagée qui structure bien des existences recentrées, dans une tension parfois extrême, sur la satisfaction au jour le jour des besoins vitaux. Sachant que la France n’a pas connu d’épisode de famine aigu et généralisé comme celui qui a frappé la population grecque en 1941-19425 ou la population des Pays-Bas entre janvier et avril 1945, peut-on pour autant parler de famine ? Dans les travaux consacrés à la question, les historiens ont préféré évoquer « le temps des restrictions6 ». Cette pudeur entérine le scénario généralement admis selon lequel les Français ont certes durement souffert, quoiqu’à des degrés très divers, des « privations » qui leur ont été imposées mais que, grâce à leur capacité d’adaptation, à leur inventivité et à leur débrouillardise, illustrées par tant de témoignages, ils sont tant bien que mal parvenus à tenir. Au prix d’un amaigrissement parfois très important, ils ont réussi à lutter contre la sous-alimentation en élaborant une gamme étendue de ripostes individuelles et collectives, légales, semi-légales ou illégales (troc, marché rose, marché gris, marché noir). On admet cependant que l’aggravation des difficultés de ravitaillement est rapidement devenue, comme l’attestent d’innombrables rapports émanant des préfets, un sujet ultra sensible qui a contribué de façon non négligeable à la désaffection qui a frappé le régime de Vichy à partir du printemps 19417. On estime également que « l’étude des conditions de vie sous l’Occupation permet de comprendre un peu mieux la léthargie politique de la majorité des Français pendant cette période8. »

  • 9 La grippe a cependant fait plus de 11 000 morts en 1940. Rappelons que la grippe espagnole avait f (...)

5Cette vision lénifiante, voire quelque peu héroïque, ne prend pas en compte les Français qui, sous l’Occupation, sont morts de faim mais aussi de froid ou de pathologies afférentes à la dénutrition. Même si, en dépit des craintes exprimées à de multiples reprises par les représentants du corps médical, aucune épidémie comparable à la grippe espagnole de 1918-1919 n’a été enregistrée9, la sous-alimentation a en effet favorisé la recrudescence des maladies infectieuses, en particulier la tuberculose dans ses formes les plus évolutives mais aussi la diphtérie pour certaines années alors que la pénurie de médicaments essentiels à la survie de certains malades chroniques (l’insuline surtout dont la distribution est sévèrement réglementée dès 1940) a également eu des conséquences mortelles.

  • 10 Outre les intervenants, nous tenons à remercier vivement les modérateurs qui ont accepté d’animer (...)
  • 11 Les paysans ont en effet consommé une quantité importante d’aliments riches (viande, beurre, œufs) (...)
  • 12 Lors de la séance du 23 janvier.
  • 13 Dont André Chevallier est le premier directeur de 1941 à 1946. À ce sujet : Jean-François Picard, (...)

6C’est à ces victimes qu’est consacré cet ouvrage collectif issu d’un colloque organisé à Lyon par la Ferme du Vinatier (Centre hospitalier Le Vinatier) et l’équipe RESEA-EMIS du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) les 20 et 21 novembre 200310. Combien furent-elles ? Faute d’enquêtes statistiques suffisamment détaillées – les spécialistes de démographie historique ont longtemps donné la priorité aux études portant sur le temps long –, il est impossible de le dire avec certitude. Les statistiques générales de mortalité, qui ne rendent pas compte des forts contrastes entre des régions dominées par de grands centres urbains où la mortalité a fortement progressé et des régions rurales éloignées des grandes agglomérations où, sous l’effet d’une amélioration globale du régime alimentaire de la population11, elle a au contraire reculé de façon parfois importante, contribuent en effet à les masquer. C’est ce que constatent André Chevallier et Marcel Moine dès le début de l’année 1945 dans une note intitulée « Sur l’évolution de la mortalité en France pendant l’occupation » présentée à l’Académie de médecine12 à partir des statistiques recueillies par l’Institut national d’hygiène13 :

« Si cette étude est rapportée à l’ensemble du territoire […] elle montre seulement une augmentation modérée du nombre des décès. Cette augmentation présente un maximum pour l’année 1941 où elle correspond à un excédent d’environ 11 p. 100 par rapport à l’année 1938 ; elle s’abaisse ensuite progressivement jusqu’en 1944. Mais, si au lieu de considérer le taux moyen pour l’ensemble du pays, on étudie le taux pour chaque département, on constate des variations très importantes portant sur certains d’entre eux. Il devient alors possible de délimiter des zones où ces variations sont soit positives, soit négatives, suivant leur localisation. Les augmentations et les diminutions arrivent à se compenser dans une certaine mesure, si bien que le résultat global laisserait volontiers croire que les conséquences de l’occupation ont été relativement peu importantes sur la mortalité française. Un examen un peu plus poussé montre qu’il n’en est rien. »

  • 14 Paul Vincent, « Conséquences de six années de guerre sur la population française », Population, n° (...)
  • 15 Cette exposition, dont on sait peu de chose si ce n’est qu’elle est initiée par le Ministère de la (...)

7Le dénombrement des victimes civiles du conflit (morts lors de l’exode, victimes de la répression et de la déportation, victimes des bombardements et des opérations militaires terrestres, morts dans le cadre du STO) ne les prend pas non plus en compte. Peuvent-elles d’ailleurs prétendre au statut de victimes de guerre ? La question a semble-t-il posé problème dès l’immédiat après-guerre, les démographes ayant préféré les recenser dans une rubrique à part, celle des « victimes indirectes de la guerre ». « Il est vrai qu’aux décès par faits de guerre, il y a lieu d’ajouter environ 300 000 décès indirectement occasionnés par la guerre, par suite des conditions d’existence très dures faites à la population par les rigueurs de l’occupation et par le déroulement des hostilités sur le territoire français (exodes, sous-alimentation, manque de chauffage, etc.) », spécifie ainsi Paul Vincent dans un article publié dans la livraison juillet/septembre 1946 de la revue Population14. Ce chiffre de 300 000 est très supérieur à celui avancé un an plus tôt par le Professeur Guy Laroche, de la faculté de médecine de Paris, dans le cadre de l’exposition consacrée aux conséquences pathologiques de la sous-alimentation durant l’occupation allemande, exposition qui avait pourtant pour objectif de convaincre le grand allié américain de la nécessité de fournir une aide alimentaire substantielle à la population française15. Tout en soulignant que la mortalité par dénutrition est difficile à repérer, Guy Laroche estime en effet à 120 000 le nombre des morts par « misère physiologique ». Entre ces deux estimations, produites alors que les statistiques de mortalité disponibles sont encore provisoires, l’écart est considérable.

  • 16 Alfre Auvy, « La population française pendant la Seconde guerre mondiale », in Jacques Dupâquier ( (...)
  • 17 Ils n’entrent en effet dans aucune des six catégories de victimes civiles distinguées à savoir : d (...)
  • 18 Chiffre cité p. 165.
  • 19 Voir en particulier l’article publié par le Professeur Parturier dans la Revue de diététique de ja (...)
  • 20 Jean-Pierre Bardet et Jacques Dupâquier (dir.), Histoire des populations de l’Europe, tome III : L (...)
  • 21 Christian Bachelier, « Bilan et coût de la guerre mondiale », in Jean-Pierre Azéma et François Béd (...)
  • 22 Citation p. 164. Apparemment ce chiffre, qui a probablement également été tiré du rapport produit (...)
  • 23 Pieter Lagrou, « Les guerres, les morts et le deuil : bilan chiffré de la Seconde Guerre mondiale  (...)

8Plus de quarante ans après les faits, reprenant le dossier pour sa contribution au tome IV de l’Histoire de la population française, Alfred Sauvy, à qui a été confiée la rédaction du chapitre consacré à la Seconde guerre mondiale, confirme que la mortalité civile a bien augmenté sous l’effet des privations mais beaucoup moins que pendant la Première guerre mondiale et « dans des proportions très inférieures aux craintes » et aux rumeurs qui circulèrent à la Libération16. Reste que dans son bilan des pertes militaires et civiles françaises pour faits de guerre, qui s’établit autour de 600 000 victimes (316 000 militaires et 264 000 civils) et s’appuie selon toute vraisemblance sur un rapport publié en 1948 par la Commission consultative des dommages et des réparations, les décès par carence alimentaire n’apparaissent pas17. Sauvy évalue en revanche la surmortalité des années de guerre à 64 000 décès, ces décès supplémentaires venant s’ajouter aux 600 000 victimes de guerre18. Mais ce chiffre, obtenu en comparant le taux de mortalité annuelle des années de guerre au taux de mortalité moyen des cinq années ayant précédé le conflit, ne permet pas d’avantage d’appréhender le nombre des décès causés par les pénuries alimentaires, de médicaments et de moyens de chauffage. Pendant la période 1940-1945, les morts par sous-alimentation sont en effet en partie compensées par la régression significative d’un certain nombre d’autres causes de mortalité. Et Sauvy de rappeler que les restrictions n’ont pas eu que des conséquences néfastes puisqu’elles ont permis, surtout chez les hommes, un recul très net des maladies afférentes à l’obésité et des pathologies souvent mortelles causées par l’alcoolisme (cirrhoses du foie, psychoses alcooliques) ce que n’avaient d’ailleurs pas manqué de souligner les médecins contemporains19. Les chiffres produits par Sauvy sont repris dans le tome III de l’Histoire des populations de l’Europe, paru en 1999, les articles de Jean-Jacques Becker et de Jean-Pierre Bardet n’apportant aucune précision supplémentaire 20. Le chiffre de 600 000 victimes directes du conflit est également confirmé par Christian Bachelier dans sa notice parue en 1995 dans 1938-1948. Les années de tourmente, de Munich à Prague. Dictionnaire critique21. Mais Bachelier estime pour sa part que la surmortalité « porte l’ensemble des pertes de guerre, directes et indirectes, à 1 450 000 pour la France » sans qu’il soit toutefois possible de déterminer à quoi correspondent précisément ces 850 000 morts supplémentaires22. Ces estimations sont contestées par l’article iconoclaste de Pieter Lagrou publié en 2002 dans le collectif intitulé La Violence de guerre 1914-194523. Lagrou estime en effet que le nombre des victimes directes de la guerre a été fortement majoré et ne dépasserait pas 400 000. Mais Lagrou ne quantifie pas davantage la surmortalité liée aux restrictions alimentaires, se contentant d’indiquer, qu’en France comme dans les autres pays d’Europe occidentale, les pénuries ont eu un impact limité et qu’il lui paraît difficile de les qualifier de phénomène de violence. À débattre… même s’il ne s’agit évidemment pas de mettre toutes les formes de violence sur le même plan ou de s’inscrire dans un processus de concurrence des victimes dénoncé à juste titre par certains. On ne peut cependant qu’approuver Lagrou lorsqu’il déclare :

  • 24 Citation p. 320.

« Le débat autour des statistiques de mortalité est loin d’être clos : il semble tout au contraire, à la vue des données disponibles, qu’il s’agisse là d’un chantier d’histoire sociale à ouvrir de toute urgence, si l’on veut pouvoir parler, en connaissance de cause, de l’impact de la violence de guerre lors du dernier conflit mondial24. »

  • 25 À ce sujet : Jean-Louis Robert, « Aspects de la démographie ouvrière à Paris (1936-1947), in Jean- (...)

9Reste aux historiens contemporanéistes à surmonter leur désintérêt pour les questions démographiques, perçues comme excessivement arides25.

  • 26 Si possible comparative car ce n’est pas le moindre des mérites de l’article de Pieter Lagrou que (...)
  • 27 Étant donnée l’imprécision des causes de décès retenues et l’étiologie mal définie de nombreuses p (...)
  • 28 Paul Sanders, Histoire du marché noir 1940-1946, op. cit., p. 161.
  • 29 Et plus largement d’un intérêt nouveau pour l’histoire des victimes qui renvoie à une valorisation (...)
  • 30 Cette famine a fait 15 000 morts en quelques semaines. Précisons qu’il y a eu aussi des morts de f (...)
  • 31 Bibliothèque administrative de la ville de Paris (bavp) 18.831. Plusieurs ministres et secrétaires (...)

10En attendant les résultats d’une enquête statistique d’envergure qui intègrerait l’ensemble des victimes des années de guerre et d’occupation26, ce quelle que soit la cause de leur mort – à partir du moment où cette dernière ne peut pas être considérée comme naturelle27, on peut retenir, dans une première approche, le constat établi par Paul Sanders dans un chapitre de son livre sur le marché noir intitulé « La lourde facture de la santé publique » : « Si un grand nombre de Français échappait aux formes les plus dures de malnutrition et à ses effets secondaires, une importante minorité a été sévèrement touchée28. » Plus précisément, l’objet de notre ouvrage, qui participe de la dynamique historiographique de redécouverte de la souffrance de guerre29, est d’identifier les catégories de la population qui ont le plus souffert des privations alimentaires. Contrairement à celle, beaucoup plus massive et spectaculaire, qui a frappé les Pays-Bas au début de l’année 194530, la famine qui a sévi en France entre 1940 et 1945 s’est en effet déployée à bas bruit et a été très sélective, les critères de sélection étant, on le verra, à la fois d’ordre géographique, biologique et social. Aussi peut-on la qualifier de famine lente par opposition aux « grandes » famines qui déciment les populations de façon beaucoup plus indifférenciée. Le terme de famine lente est d’ailleurs celui qu’emploie le secrétaire d’État à l’agriculture et au ravitaillement du second gouvernement Laval, Max Bonnafous, lors d’une conférence d’information donnée le 8 juin 1943 devant le Conseil municipal de Paris et le Conseil départemental de la Seine, dans laquelle il reconnaît que « la situation est très tendue » et évoque le chiffre de 10 millions de Français « qui n’ont que leurs tickets pour vivre et ne disposent que de ressources très réduites31. »

  • 32 Ce terme est employé pour désigner les malades mentaux jusqu’en 1952.
  • 33 Max Lafont, L’extermination douce. La mort de 40 000 malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriq (...)
  • 34 Voir Isabelle von Bueltzingsloewen, « Quand l’enquête naît de la polémique. Les “aliénés” morts de (...)

11Les collectivités situées dans les régions affamées ont été particulièrement touchées par les conséquences des restrictions alimentaires et de moyens de chauffage, la pénurie d’eau chaude, de produits détergents (savon, lessive) et de produits textiles (draps, vêtements) ayant en outre entraîné une dégradation des conditions d’hygiène qui a considérablement aggravé la situation sanitaire. Plusieurs cas de figure ont été examinés dans ce recueil. En premier lieu celui des asiles d’aliénés, rebaptisés hôpitaux psychiatriques par un décret de 1937. Le nombre massif d’« aliénés32 » internés morts de faim et de froid entre 1940 et 1944 justifie à lui seul l’accent mis sur cette population aux caractéristiques très particulières, dont le sort tragique a suscité une vigoureuse polémique depuis la publication, en 1987, du livre de Max Lafont : L’extermination douce33. Le nombre des contributions consacrées aux hôpitaux psychiatriques s’explique également par le fait que cet ouvrage collectif a été motivé par l’enquête historique sur la famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation commanditée en 2001 par l’hôpital psychiatrique du Vinatier (Lyon/Bron) avec le soutien du Conseil général du Rhône34. Afin d’interpréter les causes de cette famine, que l’on pouvait croire spécifique aux hôpitaux psychiatriques, il a en effet paru impératif de s’interroger, dans une démarche comparatiste, sur le devenir d’autres populations « reléguées » dans des institutions fermées ou semi-fermées, l’objectif étant de déterminer si certaines de ces institutions ont été épargnées par les conséquences de la sous-alimentation et, si oui, pour quelles raisons. Deux types de collectivités ont été successivement étudiés. Les collectivités hospitalières parmi lesquelles on a distingué le cas des hôpitaux généraux, celui des hospices de vieillards et celui des sanatoriums. Les prisons et les camps d’internement, ce dernier sous-ensemble regroupant les camps français d’internement et les camps d’internement des prisonniers de guerre français en Allemagne.

12Le phénomène de sous-alimentation n’ayant pas été limité aux collectivités, il a paru indispensable, dans un dernier chapitre, d’étendre l’enquête à d’autres groupes fragiles de la population urbaine en s’intéressant plus particulièrement au sort des enfants. Ce chapitre est aussi l’occasion d’analyser de manière approfondie les ripostes élaborées par les autorités centrales et locales – dont l’action sur le terrain a souvent été relayée par des associations – afin d’atténuer les effets des restrictions sur la santé de la population et de limiter le nombre des victimes de la famine. À quels objectifs, plus ou moins clairement formulés, répondent ces mesures d’assistance alimentaire ? À quelles catégories de la population s’adressent-elles ?

13D’autres catégories, considérées comme non-prioritaires, en sont-elles explicitement exclues ? Ces interrogations ne sont pas neutres. Elles montrent que la question de la famine sous l’Occupation comporte une forte dimension politique et idéologique. Car des priorités définies en temps de crise, par le régime mais aussi, par exemple, par les membres de l’élite médicale ou par les responsables d’associations caritatives, dépend la survie d’un certain nombre d’individus qui ont en commun de ne bénéficier d’aucune forme de solidarité, familiale ou collective, à une période où, il est vrai, le « chacun pour soi » a probablement souvent battu en brèche les valeurs d’équité et de partage.

Notes

1 Henry Rousso, « L’économie : pénurie et modernisation », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), La France des années noires, tome I, Paris, Le Seuil, 1993, p. 427-451, citation p. 428-429.

2 Dominique Veillon, Vivre et survivre en France 1939-1947, Paris, Payot, 1995, p. 100.

3 Louis Le François, J’ai faim… ! Journal d’un Français en France depuis l’Armistice, New York, Brentano’s, 1942, p. 174, 13 mars 1941. Louis Le François est de toute évidence un pseudonyme.

4 Jacques de Lesdain, « Le ravitaillement de Paris », L’Illustration, n° 5108, 1er février 1941.

5 D’après les chiffres produits par la Croix-Rouge, ce sont 250 000 Grecs qui seraient morts de faim, essentiellement au cours de l’hiver 1941-1942. Voir Mark Masower, Inside Hitler’s Greece. The experience of Occupation 1941-1944, New Haven/Londres, Yale University Press, 1993.

6 Voir en particulier l’enquête menée sous la direction d’Henry Rousso et de Dominique Veillon dans le cadre de l’Institut d’histoire du temps présent entre 1988 et 1994. Cette enquête a donné lieu à une publication collective sous la direction de Dominique Veillon et de Jean-Marie Flonneau dans les Cahiers de l’ihtp, n° 32-33 parus en mai 1996.

7 À ce sujet : Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale 1936-1944, Paris, Le Seuil, 1990. Notons cependant que le rôle des difficultés matérielles dans l’évolution de l’opinion publique est abordé de façon très allusive.

8 Paul Sanders, Histoire du marché noir 1940-1946, Paris, Perrin, 2001, p. 156.

9 La grippe a cependant fait plus de 11 000 morts en 1940. Rappelons que la grippe espagnole avait fait 165 000 victimes en France. Le typhus en revanche, dont l’apparition était très redoutée par les autorités, n’a fait que quelques morts à la prison de Marseille.

10 Outre les intervenants, nous tenons à remercier vivement les modérateurs qui ont accepté d’animer ces deux journées : Jacques Hochmann (psychiatre), Jean-Marie Guillon, Danièle Voldman et Jacqueline Sainclivier (historiens) ainsi que Carine Delanoë-Vieux, chef de projet de la Ferme du Vinatier, qui a été pour beaucoup dans l’organisation et le bon déroulement de cette rencontre. Nos remerciements vont également aux partenaires financiers de cette manifestation : les universités de Lyon II et de Lyon III, Le centre hospitalier Le Vinatier (Lyon/Bron), le Conseil général du Rhône, la drac Rhône-Alpes, la Ville de Lyon et l’hôpital Saint-Luc-Saint-Joseph.

11 Les paysans ont en effet consommé une quantité importante d’aliments riches (viande, beurre, œufs) qu’ils vendaient autrefois.

12 Lors de la séance du 23 janvier.

13 Dont André Chevallier est le premier directeur de 1941 à 1946. À ce sujet : Jean-François Picard, « Aux origines de l’Inserm : André Chevallier et l’Institut national d’hygiène », Sciences Sociales et Santé, volume XXI, n° 1, mars 2003, p. 5-26.

14 Paul Vincent, « Conséquences de six années de guerre sur la population française », Population, n° 3, juillet-septembre 1946, p. 429-440, citation p. 437.

15 Cette exposition, dont on sait peu de chose si ce n’est qu’elle est initiée par le Ministère de la santé publique, est organisée (successivement ?) au Palais de la Radiodiffusion (boulevard des Champs-Elysées) et au Centre d’information pour la nutrition (Paris XVe). Le comité d’organisation est formé des Professeurs Laroche, Richet, Justin-Besançon, président de la Croix-Rouge française, et Mouriquand, du Dr Gounelle et du Dr Saidman, directeur de la revue Diagnostics et traitements. L’article du Professeur Laroche, qui introduit le recueil, s’intitule « Aperçu général sur la sous-alimentation ».

16 Alfre Auvy, « La population française pendant la Seconde guerre mondiale », in Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, Paris, Armand Colin, 1988, p. 147-180, citation p. 164.

17 Ils n’entrent en effet dans aucune des six catégories de victimes civiles distinguées à savoir : déportés raciaux, requis morts en Allemagne, victimes des bombardements, victimes des opérations terrestres, exécutés à la Libération et massacrés par les Allemands.

18 Chiffre cité p. 165.

19 Voir en particulier l’article publié par le Professeur Parturier dans la Revue de diététique de janvier-février 1942 sous le titre « Bienfaits des restrictions » (p. 14-19).

20 Jean-Pierre Bardet et Jacques Dupâquier (dir.), Histoire des populations de l’Europe, tome III : Les temps incertains 1914-1998, Paris, Fayard, 1999.

21 Christian Bachelier, « Bilan et coût de la guerre mondiale », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), 1938-1948. Les années de tourmente, de Munich à Prague. Dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1995, p. 159-168.

22 Citation p. 164. Apparemment ce chiffre, qui a probablement également été tiré du rapport produit en 1948 par la Commission consultative des dommages et réparations, inclut le déficit des naissances et le déficit migratoire.

23 Pieter Lagrou, « Les guerres, les morts et le deuil : bilan chiffré de la Seconde Guerre mondiale », Bruxelles, Complexe, 2002, p. 313-327.

24 Citation p. 320.

25 À ce sujet : Jean-Louis Robert, « Aspects de la démographie ouvrière à Paris (1936-1947), in Jean-Louis Robert et Denis Peschanski (dir.), Les ouvriers en France pendant la Seconde guerre mondiale, Paris, Institut d’histoire du temps présent, 1992, p. 155-163. Jean-Louis Robert rappelle à juste titre qu’alors que la démographie historique est au cœur des analyses historiques produites sur la période moderne elle occupe une place très marginale dans l’historiographie du xxe siècle.

26 Si possible comparative car ce n’est pas le moindre des mérites de l’article de Pieter Lagrou que d’aborder la question des victimes de la Seconde guerre mondiale dans une perspective comparatiste.

27 Étant donnée l’imprécision des causes de décès retenues et l’étiologie mal définie de nombreuses pathologies, ce critère est évidemment très délicat à appliquer.

28 Paul Sanders, Histoire du marché noir 1940-1946, op. cit., p. 161.

29 Et plus largement d’un intérêt nouveau pour l’histoire des victimes qui renvoie à une valorisation de l’image et du statut de la victime dans notre société. Voir Benoît Garnot (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ?, Rennes, pur, 2000.

30 Cette famine a fait 15 000 morts en quelques semaines. Précisons qu’il y a eu aussi des morts de faim en dehors de cette période aux Pays-Bas.

31 Bibliothèque administrative de la ville de Paris (bavp) 18.831. Plusieurs ministres et secrétaires d’État, parmi lesquels Laval lui-même, sont venus cette année-là donner des conférences d’information à l’Hôtel de Ville de Paris.

32 Ce terme est employé pour désigner les malades mentaux jusqu’en 1952.

33 Max Lafont, L’extermination douce. La mort de 40 000 malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriques en France sous le régime de Vichy, Nantes, éditions de l’arefppi, 1987.

34 Voir Isabelle von Bueltzingsloewen, « Quand l’enquête naît de la polémique. Les “aliénés” morts de faim dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation », Vingtième Siècle, n° 76, octobre-décembre 2002, p. 99-115. Cette enquête, qui fera l’objet d’une publication prochaine, a été menée de 2001 à 2003 dans le cadre de la Ferme du Vinatier, unité culturelle de l’hôpital du Vinatier, et du groupe de recherche ems (Enfermement, Marges et Société – Ministère de la recherche et université Lyon III) dirigé par Olivier Faure.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540