Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma, et après ?

 | 
Maxime Scheinfeigel

6. Des mutants

Occurrences numériques

Frédéric Astruc

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Que peut le numérique ?

Nous allons tenter d’explorer ici les potentialités du long métrage numérique fictionnel selon deux axes : esthétique et narratif. Notre approche pourrait se formuler ainsi : en quoi cette technologie qui modifie parfois en profondeur le rapport du réalisateur à son film lui ouvre par ailleurs tout un champ de possibles ? Aussi, ce n’est pas tant l’éventail de l’offre numérique qui va mobiliser notre attention que la mise à nu de certaines de ses différences avec le film pellicule. En d’autres termes : si tant est que le numérique procure des bénéfices à la fiction, quels sont ces bénéfices ? Cette étude repose sur un corpus de deux films : Time Code de Mike Figgis (1999) et Miami Vice de Michael Mann (2006).

Pourquoi ces films-là ? En premier lieu, parce que nous avons à faire à deux œuvres diamétralement opposées sur le plan de leur mode de production : Time Code est un film indépendant américain à petit budget, tandis que Miami Vice est une superproduction h...

Auteur

Frédéric Astruc est maître de conférences à l’université Paul Valéry-Montpellier 3

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540