Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'espace rural au Moyen Âge

 | 
Monique Bourin
, 
Stéphane Boisselier

Thème III. Autres approches et autres régions pour « penser » l'espace rural, entre Méditerranée et Atlantique

Les droits d'usage et la gestion de l'inculte en France méridionale : un terrain de comparaison « avant la Peste »

Monique Bourin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Robert Durand, Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux et xiieet xiiie siècles, Paris, (...)
  • 2 Stéphane Boisseluer, Naissance d'une identité portugaise, La vie rurale entre Tage et Guadiana de (...)

1C'est autour de ces deux piliers de l'originalité sociale portugaise, l'encadrement public et la solidarité villageoise que Robert Durand1 conclut sa thèse. L'un et l'autre ont souffert à partir du xiie siècle : il en décrit la lente désagrégation. Le schéma n'est pas fondamentalement différent, me semble- t- il, chez Stéphane Boissellier2, au Sud du Tage, un peu décalé dans la chronologie, et naturellement avec des modalités un peu différentes. On me pardonnera d'en rester à ces deux œuvres françaises pour décrire les solidarités paysannes au Portugal, faute de comprendre la langue portugaise.

  • 3 Chris Wickham, Communita e clientele nella Toscana del xii secolo. Le origini del comune rurale ne (...)

2Loin de moi l'oubli des nuances régionales. Je crois pourtant que ce schéma est globalement opératoire comme modèle « ibérique » à qui observe les solidarités paysannes. Comme Chris Wickham l'a synthétisé récemment dans Communita e clientele3, le modèle ibérique inscrit l'histoire des communautés dans celle d'une progressive aliénation de leur autonomie par la seigneurie, tandis que, dès que l'on se situe nettement au Nord des sociétés pyrénéennes, prévaut assez largement un autre processus, celui de communautés qui se construisent dans et par leur affrontement avec la seigneurie.

3Dans aucun des deux schémas cette évolution n'est confondue avec celle du bien-être et de la croissance. Comme le remarque Robert Durand, une paysannerie sans maître, libre et responsable ne doit pas être transformée en une société vivant un bonheur idyllique : la société pré-seigneuriale est rude. Ce sont des hommes traqués, dans une insécurité quotidienne. Dans les deux schémas, le lien est fait entre libertés et solidarités villageoises ; dans un cas, elles se construisent ensemble ; dans l'autre, ibérique, elles s'émous- sent ensemble, au profit du lien seigneurial qui les rogne peu à peu.

  • 4 Ce poids des affaires agraires n'est pas spécifique des villes méridionales ; il a souvent été rem (...)
  • 5 Cf. Robert Fossier, La terre et les hommes en Picardie jusqu'à la fin du xiiie siècle, Paris-Louva (...)

4On n'assimilera pas, évidemment, les solidarités paysannes avec les réglementations agraires, qui n'en sont qu'une des modalités. Dans le Portugal de Robert Durand, les solidarités judiciaires et fiscales, voire les solidarités religieuses, ont une importance au moins équivalente comme ciment des communautés et des inimitiés. Il en va de même dans le Languedoc avec lequel je voudrais essayer de mener la comparaison : s'il est étonnant combien en général, dans les archives urbaines, les affaires agraires pèsent lourd, dans les archives des communautés villageoises, ce sont les autres domaines, les affaires spirituelles ou fiscales notamment et la gestion des autres biens communs tels que le four, qui sont au premier plan de la documentation conservée4. Dans les archives conservées par les communautés, qui renvoient au soin porté à la gestion des affaires communes, l'attention au terroir paraît aussi vive à Narbonne que dans les villages voisins. Mais il se peut que la relative faiblesse des affaires agraires dans l'écriture des communautés villageoises soit une caractéristique méridionale, car il est vrai que dans la Picardie de l'assolement triennal5, la situation est inverse. Et il reste difficile de savoir si cette relative absence dans la documentation villageoise languedocienne tient à une situation peu conflictuelle ou peu communautaire. Mais même si la vie agraire, et notamment la gestion des incultes, n'est pas le domaine dans lequel les traces écrites des activités communes de la paysannerie sont les plus nombreuses, elles peuvent néanmoins servir de fil directeur à une comparaison des forces et des formes des solidarités villageoises.

  • 6 Ainsi pour le Languedoc, la thèse novatrice d'Aline Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc (x(...)
  • 7 Sur ce point tes travaux sont très nombreux, mais il suffira de renvoyer aux pages méthodologique- (...)

5Il faut sans aucun doute redonner à l'espace inculte la part qui lui revient dans les ressources disponibles et dans les préoccupations des paysans médiévaux ; l'historiographie récente de la période médiévale l'a un peu négligée, même si l'on sent aujourd'hui revenir l'intérêt par le biais des études environnementales6. Cette relative absence du sujet dans les études historiques tient sans doute aux orientations propres des historiens mais correspond aussi à l'équilibre de la documentation qui ne l'impose pas comme le souci majeur de la vie agraire : la documentation pèse plus lourd lorsqu'il s'agit de l'ager que du saltus, notamment dans les archives des communautés villageoises languedociennes, qui ignorent les statuts communaux. L'espace cultivé semble avoir joué un rôle longtemps plus structurant pour la communauté que celle du saltus. Dans l'immense travail de recomposition des terroirs qui accompagne le regroupement de l'habitat dans les castra, la documentation semble indiquer que le saltus est venu en creux, en négatif d'une construction élaborée principalement autour des parcelles les plus intensives7. C'est pour la surveillance de la vaine pâture et pour le respect de l'interdiction d'enclore les champs, pour la protection des vignes et la défense des prés, des jardins et des ferragines que la vigilance s'organise et que se mettent en place les corps de gardes municipaux, les bandiers ; et avant eux les gardes seigneuriales. Il est bien révélateur que jamais les archives communales, qui rapportent de nombreux cas de taies, dommages faits aux vignes, aux prés, aux olivettes et dans une moindre mesure aux champs, punies par ces bandiers, ne rapportent jamais l'indice de surveillance de l'inculte. La pâture des troupeaux des villageois et l'usage de l'inculte, y est sans contrôle. Ce n'est que dans un deuxième temps que l'attention se porte sur les espaces incultes et dans un esprit différent : plus défensif que constructif. Contre les « autres ». C'est le troupeau venu d'ailleurs qui est interdit.

6J'ai bien conscience de l'incongruité d'une comparaison entre des territoires éloignés par plus d'un millier de kilomètres et je n'oublie pas le poids essentiel de la reconquête et des formes spécifiques d'installation des paysans dans l'histoire portugaise. Il est difficile à un « continental » de s'y aventurer : je ne le ferai que fort peu et avec beaucoup de précaution, pour susciter la discussion, sans rien oser affirmer. En un temps où, entre 1250 et 1350, les évolutions politiques, et notamment le renforcement des pouvoirs centraux de ce côté des Pyrénées ont, me semble-t-il, rapproché ces sociétés initialement si différentes, la comparaison reste audacieuse. On peut la tenter, mais il est difficile de dresser un constat précis des éléments de discordance et des ressemblances, aussi bien dans l'environnement que dans les traditions culturelles, qui jouent l'un et l'autre un rôle fondamental dans l'histoire des solidarités rurales.

7Je m'en tiendrai donc à quelques suggestions fondées principalement sur des sources languedociennes.

Conflits et démographie

  • 8 Thérèse Sclafert, Cultures en Haute Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Age, Paris 1959.
  • 9 Jean Paul Boyer, Hommes et communautés du Haut Pays niçois médiéval. La Vésubie (xiiie-xve siècle) (...)

8Il est habituel de considérer qu'en cette fin du xiiie siècle, la surcharge démographique et l'ampleur des défrichements ont multiplié les conflits, entre communautés voisines et entre communautés et seigneurs. Je ne renie pas ce qu'après bien d'autres j'ai pu écrire sur la question. Notamment la chronologie dressée pour les Alpes méridionales par Thérèse Sclafert reste une référence8. Pourtant Jean-Paul Boyer reprenant le problème à propos des communautés de l'arrière-pays niçois a souligné combien cet acteur si souvent mis en avant qu'est la démographie, était loin de rendre compte de toute l'évolution de la gestion de l'inculte9. Il est révélateur que les conflits se poursuivent bien après la Peste Noire, dont on sait qu'elle fut catastrophique dans cette partie de l'Europe. Conflits hérités d'une génération précédente ? Plutôt d'une succession de générations et pas seulement « du monde plein ».

9L'intérêt de la comparaison avec le Portugal se retrouve ici, car, je ne crois pas me tromper en voyant dans le Portugal, comme dans une bonne partie de la péninsule Ibérique, une région qui n'a pas vraiment souffert de surpopulation au cours du xiiie siècle. Stéphane Boissellier souligne ainsi l'importance des incuits au sein même des terroirs, sauf les plus intensément mis en valeur, dans une lente alternance entre les longues périodes de jachère et les temps de mise en culture et il évalue leur part, entre Tage et Guadiana, à la moitié de l'espace agraire. L'évolution des revendications sur les incultes et des formes d'appropriation, individuelle ou collective n'y fait donc que peu intervenir la « surcharge » démographique. Observer la gestion de l'inculte dans l'espace portugais présente donc un intérêt particulier pour répondre à la question : faut-il lier selon un rapport de causalité simple la pression démographique et les revendications de plus en plus nettes que les communautés font de « leur » territoire ?

10L'exemple des campagnes languedociennes ne confirme guère un tel lien comme cause quasi-exclusive des conflits qui animent alors les campagnes. Le schéma y est le même que celui de l'arrière-pays niçois. Les documents ne révèlent aucune rupture apaisante après la Peste. Sans doute la conservation des documents, de plus en plus fréquente, accroît-elle notre chance que nous parvienne l'écho de conflits tardifs. Mais même si l'on tient compte de l'amélioration de notre information, il est clair que perdurent les conflits par-delà la décharge démographique.

  • 10 Des dénombrements ont été laits en 1344 au moment où sont envisagés un démembrement du ressort de  (...)

11Avant la Peste, la pression démographique semble en Languedoc assez inégale. Il est évidemment difficile de calculer la richesse nourricière des divers terroirs ; la plaine est féconde et la montagne aride. Elles ne peuvent évidemment porter la même densité humaine. Le nombre des feux, en tout cas, infirme l'idée, couramment admise, que la montagne médiévale est très peuplée : au centre des finages des Corbières, les villages regroupent une population modique. Juste avant la Peste il n'en est que deux pour dépasser les cent feux10. Dans la plaine, la densité est d'un tout autre ordre. Or, l'intensité de l'attention portée à l' incultum n'apparaît pas comme fondamentalement plus intense dans l'un ou l'autre milieu, ni plus conflictuelle.

12On ne peut penser que cette première impression d'homogénéité entre la plaine, les Corbières ou les rebords méditerranéens de la Montagne noire en ce qui concerne les conflits noués autour de l'utilisation des incultes, provient d'un artifice de la documentation. Les institutions villageoises y sont différentes, en général beaucoup plus autonomes de la puissance seigneuriale dans la plaine et l'on pourrait inférer de cette différence que les documents risquent d'occulter la vie villageoise et les conflits des communautés dans la « montagne » et, par voie de conséquence, conduire à les surestimer en plaine. Il n'en est rien, les différences de documentation ne cachent pas que la situation est également conflictuelle et sur des thèmes très proches. En fait ce ne sont pas des images très éloignées que renvoient, ici et là, les divers documents. Les enjeux et les tensions autour du saltus n'épargnent pas les zones les plus hautes de la région, Corbières et Montagne noire.

Les bois

  • 11 Sur les espèces repérées par l'analyse anthracologique et les études de bois de construction, voir (...)
  • 12 Ici encore voir la thèse d'Aline Durand (cf. note 6).

13Proche à condition de mettre à part l'usage des bois : la montagne est déjà, pour une large part, déboisée, mais le commerce des bois, pour toutes ses utilisations, y demeure essentiel, alimentant un commerce en direction de la plaine. Les bas pays sont aussi déboisés qu'aujourd'hui ; peut-être les quelques bosquets, faits aujourd'hui de pins, régulièrement déracinés par les tempêtes, étaient-ils d'autres espèces car les documents médiévaux renvoient plutôt à des rouvres et à des chênes verts, non à des pins11. Quant à la rareté du boisement est l'image qui prévaut chez les historiens12.

  • 13 En 1318-1320, le pape fait construire des galères, cinq à Marseille et cinq auprès de Narbonne, ai (...)

14De fait, les bois sont rares dans les confronts des parcelles vendues ou reconnues. Pourtant dans les premières années du xive siècle, c'est à Narbonne qu'on choisit de construire une partie des galères qui doivent permettre de repartir à l'assaut de la Terre sainte13. Mais à y regarder de près, le bois vient pour une large part, par flottage, de la haute vallée de l'Aude, aux environs de Quillan. Il vient aussi en abondance de la Montagne noire, et rejoint l'Aude à Homps, en suivant la vallée de l'Ognon. C'est donc à une certaine altitude, sans doute surtout au-dessus de 400-500 m, que la forêt est bien présente. Une forêt où l'on se procure les hêtres, les chênes, et aussi des sapins (abies).

  • 14 (A.D. Hérault, archives communales de Bessan, n° 37). Quelques années plus tard, en 1343 (Idem (...)
  • 15 Entre Montblanc et Béziers, malgré la « débilité » des terres lorsqu'elle est décrite en 1345. Un (...)
  • 16 A.D. Hérault, A.C. Bessan, n° 28, année 1299.

15Mais il se peut que sur le rebord de la Montagne noire, le boisement descende un peu plus bas qu'aujourd'hui aux environs de Minerve, et près de Cessenon. Et sans modifier l'image très forte d'une plaine déboisée et de montagnes couvertes de bois, d'autres documents, moins riches, confirment cependant la persistance de la ripisylve, au moins à l'état de restes, dans la première moitié du xive siècle. Pour la basse vallée de l'Hérault, par exemple, les documents montrent l'existence de bois près des moulins de Bessan14 : on y signale en 1337 une populatio arborum etplantate riperie Eraudi qui pourrait évoquer un reboisement récent des rives, ou du moins un entretien actif du boisement au bord des fleuves. D'autres exemples renvoient à une situation de marginalité des bois, sur de mauvaises terres ou entre des finages15. On sent la valeur du bois et la tentation du boisement, même dans la plaine, notamment chez les seigneurs, tentation que les communautés cherchent à entraver lors des accords qu'ils passent avec eux : ainsi la communauté de Servian achète au monastère de Cassan des droits dans un tènement où elle précise qu'il sera interdit de faire un bois16.

  • 17 En 1309, des commissaire sont envoyés pour enquêter sur le fait des forêts (Histoire générale de L (...)

16Peut-être plus présent qu'on ne le dit souvent dans le paysage languedocien, les espaces boisés, où qu'ils soient, prennent au cours du xiiie siècle une valeur croissante. Le bois est devenu denrée recherchée et à l'instar des mesures de protection royales17, certaines seigneuries, plutôt montagnardes évidemment, comptent dans leur personnel des forestiers. Pour leur protection, ils sont de plus en plus rarement lieux d'un pacage, destructeur des taillis et autres bois régulièrement coupés et régénérés, à l'exception de la haute futaie. Il est trop de formes dégradées, garrigues et autres formations végétales plus rases encore pour que la forêt ne soit pas réservée de plus en plus souvent à des usages pour laquelle elle est irremplaçable : bois de construction ou de chauffe.

  • 18 La forêt de Ramondens, qui est partagée entre les soeurs de Prouille, les Templiers et deux grande (...)
  • 19 Sur ce point, voir M. Gramain, Ibidem, p. 137-152.

17Certes les bois de chênes en certains versants de la Montagne noire et de ses prolongements, moins élevés des monts de Pardailhan et de Faugères reçoivent des troupeaux de porcs18. Les parties les plus hautes sont le domaine de l'élevage bovin, si rare dans la région19. La tendance générale n'en est pas moins à l'expulsion du bétail hors des bois, bien que les communautés villageoises tiennent à conserver leurs droits d'envoyer les bêtes dans les bois et que ce soit là objet de conflit. Mais dans bien des cas, là où le pacage subsiste dans les bois, c'est au profit des seigneurs et de ceux à qui ils louent ce droit.

  • 20 A.D. Aude, H 119.
  • 21 Diebus lune quibus mercatum tenebitur Carcassone vel si dictum mercatum ad atium diem mutaretur, d (...)

18Même s'il n'est pas tout à fait exclu que la haute futée (la fuste) soit présente jusque dans la plaine, le bois que mentionnent les documents des Corbières est la lenh, le bois de feu, utilisé sur place et vendu en ville, transporté en fagots, à dos d'âne ou de femme ! Certains documents, comme les franchises que le village de Montlaur obtient de l'abbaye de Lagrasse en 133120, révèlent des pratiques brutales qu'il faut interdire ou réserver, pour les formes adoucies acceptables, aux habitants du village : il est interdit d'arracher, d'extirper les racines ou de couper les branches, hormis pour l'usage propre des villageois. La fabrication de charbon de bois est sévèrement contrôlée. Le droit de transporter du bois hors du territoire du village est limité au lundi, jour du marché de Carcassonne21.

Où sont les chasseurs ?

  • 22 A.M.P. A/12/6/7.
  • 23 Reg.Aven. 122, 502-517 ; col. 152, p. 29-40 ; pour Alaigne, col. 146, ? 71-183. Rien ne prouve que (...)
  • 24 A.D. Hérault, A.C. Roujan, DD3.
  • 25 A.D. Hérault, G 609 (1289).
  • 26 A.D. Hérault, A.C. Bessan n° 37.

19Dans la valeur d'usage des bois, la chasse semble absente ou bien secondaire ; en tout cas elle en n'engendre que peu de conflits. Elle est une grande absente de la documentation, surtout si on compare les rares mentions à celles, surabondantes, qui évoquent les conflits de pâtures, de bans ou de tailles. Dans la documentation municipale rien qui ressemble aux clauses concernant le loup ou l'ours ; rien non plus qui évoque ce que Robert Durand intitule « la traque nocturne du lapin ». Ni les tarifs des dîmes, ni les coutumes de seigneurie n'envisagent un prélèvement sur ce type de produit. La chasse au gros gibier est sans doute depuis longtemps l'apanage seigneurial : lorsque les habitants de Pézenas veulent, en 1367, organiser une battue aux ours et aux loups, — et cela ne se présente qu'une fois dans les très riches archives de la ville - ils doivent en demander l'autorisation22. Dans la documentation languedocienne, les traces les plus abondantes et précises proviennent des comptes de l'archevêque de Narbonne, dans sa lointaine baylie d'Alaigne, quasi-montagnarde, ou dans l'île de Sainte- Lucie23. Ailleurs, elles sont minces. En 1289, lorsque les habitants de Roujan qui viennent d'obtenir les droits d'usage du monastère de Cassan dans un tènement, veulent y chasser, ils devront prévenir le bayle du monastère à Roujan, deux ou trois jours auparavant24. Tel ou tel moyen de chasse trop efficace peut être interdit, comme la chasse aux filets, dans l'accord entre les seigneurs de Coujan, un habitat en cours de disparition, et les habitants du village voisin de Murviel25. Certes la chasse est contrôlée jusque dans des boisements sans doute assez limités au bord des rivières26 et elle fait partie des « libertés et franchises » revendiquées par les habitats de la châtellenie de Cessenon, qui peuvent chasser les bêtes sauvages, sur les rebords de la Montagne noire, où s'étend la châtellenie. Mais le Languedoc ne paraît ressembler de ce point de vue ni à la Sicile ni au Portugal ; si quelque Tartarin s'y glissait, nous n'en savons rien.

Un accès gratuit

20La seigneurie ne prélève rien non plus sur l'usage des incultes. Dès lors qu'ils ne sont pas interdits, les espaces incultes sont libres d'accès. Rien d'équivalent, semble-t-il, au montaticum ibérique. La propriété seigneuriale des incultes est toujours fortement affirmée, dans toutes les transactions qui concernent les seigneuries castrales : elles reprennent les formulations carolingiennes et précisent que les seigneurs disposent des pascuaria, silvae, garrice, arbores, les montes et podii et petrae, de même que des eaux et de leurs cours.

  • 27 Sur ce point, voir la thèse de Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. La rédaction des cartula (...)

21Mais le droit des populations à en user est tout aussi clairement affirmé. Ainsi dans l'acte IX du cartulaire d'Aniane, daté de 814-822, mais qui est d'une authenticité douteuse et qu'il faudrait sans doute plutôt considérer comme un acte de la fin du xie siècle27, il est bien écrit « pascua etiam ad animalia alenda absque ullius bominis impedimento, ubi voluerint et illi et homines habeant. Cetera vero que restant et silva et pascua utantur et cornes et habitatores civitatis Agatensis sicut antiquitus usufuit. »

  • 28 Cartulaire de Maguehnne, ed. J. Rouquette et A. Villemagne, Montpellier, 1913, acte n° 344.

22Et cet usage fonde même une sorte de propriété puisque les habitants de Gigean en 1215 sont en mesure d'échanger leurs droits, ou leurs prétentions, sur un défens : contre l'abandon de leurs revendications concernant les droits d'usage sur le bois et la garrigue de Monte Ceve, ils obtiennent l'abolition de toutes les corvées28.

23On est loin pourtant d'une situation claire. L'enjeu est en effet le droit d'interdire. Il se définit par les objets, les auteurs et les « victimes » de l'interdiction. Les objets : interdire l'usage, ou plutôt les usages de l'inculte et interdire le défrichement. L'interdiction du défrichement est mentionnée ici et là, à la demande des communautés villageoises, ou du moins de certaines d'entre elles, qui prennent conscience que les ressources en bois se raréfient et que l'approvisionnement du four commun risque d'en pâtir. Ce n'est pas tant l'usage privé qui semble inquiéter, que cette utilisation collective pour le four, qui ne connaît pas de répit dans l'année. L'interdiction des usages est variée ; elle va de lever le bois mort à couper du bois vif, pour son propre usage ou pour le vendre ; de faire paître les bêtes, de jour ou de nuit et de les abreuver. Malgré cette diversité, la description des droits d'usage est pauvre : aucune précision concernant l'état de la forêt, futaie ou taillis. Aucune précision concernant le type d'utilisation du bois coupé. Tout au plus peut-on — et c'est peut-être même trop solliciter les documents — supposer le bois mort réservé au feu, le feuillage pour l'alimentation des bêtes ou les litières et le bois vif au travail des fustiers.

24En revanche, les sources révèlent avec précision les parties des conflits. Seigneurs et paysans, et paysans entre eux. Paysans autonomes, représentés par leurs syndics ou consuls ou paysans représentés par leurs seigneurs qui s'affrontent notamment au travers des leurs sujets. Il ne fait aucun doute que les seigneurs ont gagné le droit à contrôler l'inculte. Mais que ce contrôle ne peut pas s'effectuer sans tenir compte des intérêts des habitants de la seigneurie.

  • 29 José Angel Garcia de Cortazar, La soeiediui rural en la Espana médiéval, Madrid, 1988, notamment p (...)

25La pression est ici tout à fait de la même nature que celle qui est signalée par de nombreux auteurs à propos de l'espace ibérique, notamment par Garcia de Cortazar29. L'espace est approprié d'une manière de plus en plus restrictive pour les droits collectifs, marqué par une sorte d'accroissement de l'individualisme (qui peut être celui d'une collectivité !).

Le droit de defens

26Le droit de propriété des seigneurs sur l'espace inculte, cet espace que les documents appellent l'eremum ou erm, n'est ni total ni parfait. Certes, au xiie siècle, les seigneurs ne se privent pas d'accorder largement l'usage des pâtures collectives d'un village aux établissements religieux et notamment aux cisterciens.

  • 30 G. Mouynès, Cartulaire de la seigneurie de Fontjoncouse, Bulletin de la commission archéologique, (...)

27Mais la politique des cisterciens — et des autres — est, de plus en plus nettement au cours du xiiie siècle, de transformer ce droit en un droit réservé sur une partie du territoire et de constituer des « défens » interdits au pacage collectif. Les seigneurs locaux pratiquent d'ailleurs exactement de même, avec, semble-t-il, un peu de retard. L'impression — peut-être fallacieuse car les communautés sans conflits sont sans histoire — est qu'il n'y a pas de village sans un conflit de cet ordre. Exemple : la communauté de Villesèque en 1343 veut se défendre contre le monastère de Fontfroide et le grangier de la Salle Verte qui veulent bénéficier des droits d'usage dans le territoire de Villesèque, alors que leurs forestiers interdisent aux villageois tout usage des terres de la grange. Et les villageois affirment que cela est contraire aux franquesia et immunitas du castrum30. Le défens peut être l'interdiction d'accès à la vaine pâture ou l'interdiction d'accès à l'erm.

  • 31 Ainsi en 1296 les habitants de Canet et leur seigneur Bérenger Guilhcm en 1296 (A.D. Haute- Garonn (...)

28Les villageois s'organisent donc pour limiter ces défens seigneuriaux. D'abord, semble-t-il, contre des domaines ecclésiastiques : après avoir protesté et essayé d'empêcher le défens, ils négocient ensuite en tentant d'obtenir l'interdiction du finage aux troupeaux de ce domaine, si ce domaine est interdit aux leurs. Sans doute avec plus de succès s'ils sont, à travers leurs consuls, les maîtres de l'usage de leur finage, et peut-être selon le rapport des intérêts respectifs à obtenir l'accès aux droits de l'autre partie. Plus tardivement, ce type de conflit apparaît aussi entre le ou les seigneurs du village et leurs sujets. Les défens seigneuriaux ne peuvent être interdits, mais ils sont bornés31.

29Le défens ne peut être empêché, mais la négociation cherche à introduire des atténuations à l'interdiction totale du défens : ainsi les habitants de Villesèque, pour poursuivre cet exemple, reconnaissent bien que le bois de la Mata est une « devèse », mais refusent que les seigneurs leur imposent de payer 5 sous pour le jour et 10 sous pour la nuit, lorsque les intempéries hivernales les contraignent à y mettre leurs animaux en danger de mort.

  • 32 A.D.Aude, H 119.

30Dans la gestion commune des droits, certaines communautés vont jusqu'à négocier avec leurs seigneurs la création d'un défens d'une nature un peu différente : une partie « en défens » du territoire villageois, sera d'un usage limité aux habitants du castrum, selon des normes protectrices des ressources. Ainsi le défens que les habitants de Montlaur obtiennent de l'abbaye de Lagrasse en 133 132 moyennant un cens de 28 sous par an. Outre les restrictions à la vente de bois, il est interdit d'y faire du charbon de bois sauf pour l'usage des fabres du village. Il est interdit d'y prendre les buis, sauf pour y faire le feu la nuit, pour les bergers. Et le défrichement y est interdit, sauf à ceux qui agrandissent leurs propres parcelles : in oreriis suarum possessionum.

31Le défens est donc peut-être un moyen de tirer des revenus d'un accès théoriquement gratuit à l'inculte. Sur le défens arraché aux paysans, les seigneurs vendent l'accès aux étrangers. Ou négocient avec les paysans locaux de ne pas le faire, éventuellement en leur redonnant, moyennant redevance, l'accès à cette part de l'inculte.

Refus de l'étranger

32Les seigneurs considèrent comme leur le droit de concéder l'accès à l'inculte. Les villageois considèrent qu'eux et eux seuls ont droit à y avoir accès. Et cherchent à instaurer l'interdiction aux étrangers d'accéder à l'espace inculte.

  • 33 José Angel Garcia de Cortazar, La sociedaA rural, cf. note 24, p. 144.
  • 34 A.D. Hérault, Cartulaire de Fontcaude, P 102.

33Mais qu'est-ce qu'un étranger ? Le problème signalé par Garcia de Cortazar33, selon lequel le droit aux montes est lié à la résidence ou du moins à la possession d'une maison dans le village, ne semble pas recevoir en Languedoc une réponse précise : parmi bien d'autres, un village comme Puisserguier se contente de dire nullus forensis a loco de Podio Sorigario possit sive audeat immittere depascendi seu abeurandi animalia sua, grossa sive minuta, infra territorium supradictum34 ? Mais peut-on refuser l'accès du territoire aux troupeaux de celui qui y possède des terres, même s'il n'y a pas de maison ? Et s'il les loue ?

34Une fois de plus, la définition passe du personnel au réel. Au milieu du xiiie siècle, il est encore envisageable de considérer que le lien personnel prime. L'abbé de saint Chinian peut laisser mettre du bétail à une condition que ceux qui les envoient soient ses hommes : l'interdiction ne vaut que nisi de hominibus suis. Mais peu à peu la définition de territoires villageois l'emporte.

  • 35 A.M.P. M12/6/1 et suivants.

35Entre communautés voisines notamment. Un lent travail de définition se fait jour. Il comporte d'abord le bornage du territoire. Les villae carolingiennes étaient bornées, bien qu'on ne dispose pas d'un énoncé précis et linéaire de confins. Mais la redistribution de l'espace par la constitution de la seigneurie castrale a de toute façon brouillé les cartes. Le phénomène est bien connu. Le finage est encore en devenir dans la lente agonie des villae, peu à peu absorbées par les castra. Le bornage des territoires villageois est assez tardif en Languedoc : les traces écrites remontent à la fin du xiiie siècle et plus encore de la première moitié du xive siècle. Les textes sont nombreux mais les principes de définition de ces limites ne sont en général pas explicites : les arbitres tiennent sans doute compte, pour établir le compromis, de la densité de parcelles appartenant à des habitants de chacun des villages voisins, pour les zones contestées qui appartiennent au terroir cultivé ; et des habitudes de pacage pour le partage des garrigues. Ainsi lorsque les habitants de Pézenas et de Caux en 1285 s'opposent à propos du bois dit de Sallèles35, les raisons avancées pour justifier les prétentions des hommes de Caux sont la disparition du village de Vébian, qui a son propre décimaire, situé entre Pézenas et le bois, tandis que les hommes de Pézenas affirment avoir coupé du bois pour le chauffage de leur four. Les uns renvoient à une preuve de leurs droits d'usage, les autres évoquent le partage religieux du territoire. Les uns comme les autres manifestent l'absence d'une limite coutumière et l'incertitude générale des territoires et des droits.

36Si la définition réelle du territoire l'emporte peu à peu, elle n'est pas sans créer une difficulté : quels sont les droits du propriétaire forain ? Le problème dépasse la question des droits d'usage. Où se paye la taille, qui elle aussi se fait réelle dans les mêmes années ? Où vont les amendes pour ban ? Qui a droit d'envoyer ses troupeaux dans le territorium cas tri, en cours de délimitation ? Si l'appartenance à la communauté villageoise, qui se manifeste par le droit à participer au parlement du village, ne semble pas engendrer de conflit, le paiement de la taille et la pâture des troupeaux suscitent plus de tensions. Va et vient entre le paiement des tailles et le droit au pacage, l'un justifiant l'autre ? Le conflit du bois de Sallèles, comme la plupart des conflits entre communautés, surtout dans la plaine, naissent du problème des tailles, sur lequel se greffe celui du droit à la pâture collective, vaine ou inculte.

37La situation est encore indécise. Les textes évoquent souvent la nouveauté : noviter turbati. Et aucun statut ne prévoit d'autoriser une charge de bétail limitée aux propriétaires forains. Il semblerait que l'on soit dans un système du tout ou rien.

38Chacun chez soi, ou plutôt chaque communauté chez elle, la règle est acquise dans la plaine à la fin du xiiie siècle.

  • 36 A.D. Hérault 1B 10396.

39Dans la plaine, les accords de compascuité entre communautés sont très rares, exceptionnels même. Il peut arriver, rarement, que deux communautés voisines concluent un accord de compascuité. Ainsi les habitants de Villespassans et de Saint-Chinian qui s'acceptent réciproquement leur bétail. Elles n'en définissent pas moins un étranger puisque l'accord vaut à condition qu'ils ne soient nisi de cabana vel extranea36. En revanche, - et c'est là la grande différence entre la situation des Corbières et celle de la plaine — la compascuité est attestée entre villages des Corbières. Villesèque proteste contre les seigneurs et villageois voisins, de Durban, Mendoureile, Montpesat et Lastours qui veulent leur interdire, chacun dans son territoire, dépaissance, lignerage et ramassage de l'herbe « comme il était d'usage ». La moindre densité de l'occupation et le caractère plus compartimenté encore des terroirs, font que l'image du territoire est moins évidente et la définition d'un espace communal moins évidemment justifiable.

  • 37 A.M. Ginestas, DD1.

40Aucun document n'invoque des conflits liés au bétail transhumant, du moins directement. Pourtant le déplacement du bétail existe. Chez les grands établissements religieux, depuis le xiie siècle. L'intensité de la demande en « cortals » sur les versants de la Montagne Noire lui est sans doute liée. Mais ni drailles ni nourriguiers ne sont explicitement cités. Et il faut se garder d'images trop simples à projeter sur les indices ténus de déplacement du bétail. Une enquête sur les droits de l'évêché, tout neuf, de Saint-Pons-de-Thomières, héritier des droits de l'abbaye renvoie une image surprenante. Les témoins racontent des troupeaux de porcs et de vaches, paissant l'hiver dans la forêt des Angles, donc en altitude, auxquels se mêlent des troupeaux équins appartenant à l'abbaye cistercienne de Fontfroide, proche de Narbonne. Et ils racontent aussi la présence en été « aux temps des moissons et des vendanges » de ces mêmes troupeaux, de porcs et de bovins dans la plaine, quelques kilomètres au Nord de Narbonne. Certes les moutons semblent à part, et dans cette même enquête, l'un des témoins évoque ses déplacements causa estivandi in montaneis, mais avec un bétail qui semble fait d'animaux gros et menus, bovins, ovins, caprins et porcins37.

41Les conflits des communautés villageoises et des ecclésiastiques se multiplient pour le paiement des bans. Les ecclésiastiques prétendent en effet n'avoir à payer que les taies, les dommages faits, et non les bans lorsque leurs troupeaux migrent. Il est difficile de dire si cette multiplication des conflits tient à de meilleures archives, à des migrations plus nombreuses et plus amples ou à des communautés plus sourcilleuses de leurs droits sur des territoires qu'ils se sont totalement appropriés en les délimitant. Il n'est pas exclu que l'espace se trouve soumis à deux tendances opposées, d'une part, pour une petite part de la société, celle d'une utilisation à vaste rayon d'action, pour le pacage, et d'autre part la définition, individualiste ou du moins communautaire, d'un territoire restreint, défini et réservé.

  • 38 G. Mouynès, Cartulaire de la seigneurie de Fontjoncouse, Bulletin tic la commission archéologique (...)

42La situation est mouvante. Il n'est pas question, comme l'ont fait au même moment certains villages provençaux de limiter la quantité de bétail que chaque villageois peut mener à dépaître dans les garrigues du finage. Certes l'idée d'une limite n'est pas absente des esprits : un conflit oppose en 1327 d'une part l'archevêque de Narbonne seigneur de Fontjoncouse, dans les Corbières, et les habitants du lieu et d'autre part Gaubert de Donos, seigneur du village voisin de Donos à propos d'un lieu nommé Ripaut. La sentence prévoit que Gaubert et ses successeurs pourront mettre leur bétail, cujuscumque generis existat, de jour et de nuit dans ce terroir de Ripaut, mais qu'ils ne pourront y introduire aucun bétail étranger, pas même de leurs hommes de Donos et que le troupeau personnel de ses bergers ne pourra excéder 50 têtes, ovins ou caprins38.

43Mais la restriction de l'accès à l'inculte, limité aux propriétaires ou proportionnel à la surface de terres possédées, n'est pas attestée. Même si une oligarchie conduit les affaires communes, l'accès libre de chacun aux droits d'usage demeure un principe fondamental. Même lorsque les tailles sont payées en proportion de la propriété foncière. Non seulement les solidarités villageoises ne sont pas mises à l'épreuve dans ce domaine, mais elles conduisent à une définition de plus en plus « égoïstement communautaire » du territoire. D'autre part, les résistances paysannes semblent efficaces, ou du moins actives, contre les prétentions seigneuriales à disposer sans limite de leurs droits sur l'inculte.

  • 39 B.N. Fonds Doat, 157, P 58. Texte cité par G. Romestan, « Les consuls de Béziers et l'abolition de (...)

44Le profit croissant né de la laine, qui est nettement signalé par les contemporains39 comme l'élément le plus marquant de la croissance économique régionale dans la première moitié du xive siècle, est sans doute pour une part dans ce contrôle accru des incultes, la vaine pâture ne remplissant pas tous les nouveaux besoins. La valeur croissante du bois comme matière première et source d'énergie aussi. Et la croissance démographique a sa part dans cette utilisation plus intense et plus intensive de l'espace. Dans la définition de plus en plus rigoureuse et exclusive d'un territoire villageois. C'est bien probable et logique. L'appropriation de l'inculte va de pair avec l'extension de Xager et sa stabilisation. Mais nous assistons aux conséquences d'une forme d'appropriation de l'espace, qui est une tardive manifestation de Xincastellamento avec la reconstitution des territoires et la géométrie rigoureuse de l'espace cultivé qu'il institue.

45Les conflits autour de la définition du territoire des « aldeas » prennent sans doute dans la péninsule Ibérique des caractéristiques spécifiques, liées à la transhumance — encore que le développement de la transhumance soit un fait attesté autour de la Méditerranée en général — et liées à un accroissement de la demande d'élevage ovin. Mais par-delà des différences notables, la volonté, plus ou moins réalisée, de réserver l'usage des incultes aux habitants du village n'est-elle pas un dénominateur commun de l'histoire européenne du Moyen Age central, quel que soit le cheminement des libertés et des solidarités villageoises ? En somme la forme ultime de l'encellulement.

46Ajoutons-y le triomphe du juriste et du droit, qui n'en est pas indépendant. En Languedoc en tout cas, la société est devenue au xiiie siècle terriblement chicanière. Cette défense du droit des individus et des communautés, ces procès à répétition qui fleurissent pour l'utilisation des incultes me paraissent aussi renvoyer au poids des « lawyers » et à l'idée que l'on se fait alors de leur utilité sociale.

Notes

1 Robert Durand, Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux et xiieet xiiie siècles, Paris, Fondation Gulbenkian, 1982.

2 Stéphane Boisseluer, Naissance d'une identité portugaise, La vie rurale entre Tage et Guadiana de l'Islam à la Reconquête, Lisbonne, Imprensa Nacional — Casa de Moeda, 1998.

3 Chris Wickham, Communita e clientele nella Toscana del xii secolo. Le origini del comune rurale nella piana di Lucca, Viella, Roma 1995, p. 206-210. (Trad. fr., Communautés et clientèles en Toscane au xiie siècle. Les origines de la commune rurale dans la région de Lucques, Rennes 2001.)

4 Ce poids des affaires agraires n'est pas spécifique des villes méridionales ; il a souvent été remarqué pour les chartes de franchises dans leur ensemble.

5 Cf. Robert Fossier, La terre et les hommes en Picardie jusqu'à la fin du xiiie siècle, Paris-Louvain 1968, t. 2, p. 711 sq\ Voir aussi Gérard Sivéry, Terroirs et communautés rurales dans l'Europe du Moyen Age, Lille, 1990.

6 Ainsi pour le Languedoc, la thèse novatrice d'Aline Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiiesiècles), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1998. La plupart de ces études environnementales partent de disciplines archéométriques, elles-mêmes d'abord appliquées aux périodes pré- et protohistoriques. Ainsi Aline Durand de l'anthracologie ou Marie Pierre Ruas de la carpologie

7 Sur ce point tes travaux sont très nombreux, mais il suffira de renvoyer aux pages méthodologique- ment décisives de la thèse de Pierre Toubert, Les structures du Latium médiéval, Rome/Paris 1973.

8 Thérèse Sclafert, Cultures en Haute Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Age, Paris 1959.

9 Jean Paul Boyer, Hommes et communautés du Haut Pays niçois médiéval. La Vésubie (xiiie-xve siècle), Nice, 1990. Je signalerai aussi la thèse en cours de Juliette Lassalle sur la proche vallée de la Roya.

10 Des dénombrements ont été laits en 1344 au moment où sont envisagés un démembrement du ressort de !a viguerie de Béziers et un réaménagement des circonscriptions judiciaires et administratives de la sénéchaussée de Carcassonne. Ces dénombrements étaient conservés aux Archives Municipales de Pézenas d'où ils semblent avoir aujourd'hui disparu. Cf. Monique Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Ltinguedoc (xe-xive siècles). Genèse d'une sociabilité, Paris, 1987, volume 2, p. 213 sq.

11 Sur les espèces repérées par l'analyse anthracologique et les études de bois de construction, voir la thèse d'Aline Durand (cf. note 6) p. 381 sq.

12 Ici encore voir la thèse d'Aline Durand (cf. note 6).

13 En 1318-1320, le pape fait construire des galères, cinq à Marseille et cinq auprès de Narbonne, ainsi qu'il est rapporté dans les comptes de Bérenger d'Olargues, Reg. Av. 28, publiés par J.- P. Sosson, « Un compte inédit de construction de galères à Narbonne 1318-1320 » Bull. hist. belge de Rome, XXXIV, 57-318. Une étudiante de Paris 1, Julie Dennebouv, l'a étudié au cours de la dernière année universitaire (2000-2001) sous l'aspect de la provenance des bois, sous la direction de J.-P. Rieth et la mienne. Ce travail permet en particulier de déterminer les essences des bois portés à Narbonne. Il faut reconsidérer les identifications rapides l'édition.

14 (A.D. Hérault, archives communales de Bessan, n° 37). Quelques années plus tard, en 1343 (Idem N° 87), le bois de Pons et Radulphe de Polhe, près des moulins neufs.

15 Entre Montblanc et Béziers, malgré la « débilité » des terres lorsqu'elle est décrite en 1345. Un bois est aussi signalé entre Coujan et Murviel, le bosc de Fabrègues (A.D. Hérault G 609).

16 A.D. Hérault, A.C. Bessan, n° 28, année 1299.

17 En 1309, des commissaire sont envoyés pour enquêter sur le fait des forêts (Histoire générale de Languedoc, X, col. 505 « explectabunt forestas nostras neenon pasnagia, pasturagia et alia emolumenta ». Le lien est évident entre pacage et forêt. Des sergents y existaient déjà qu'il s'agit de rendre plus efficaces. En 1316, la nomination est faite « pro melioracionem et reformacionem forestarum » (Ibidem, col. 566). En 1317 (Ibid., col. 585) en Toulousain, le roi nomme des commissaires sur le fait des forêts « dejuribus fegiis forestarum seu aquarum recelatis ». Mais les témoignages indirects font remonter jusqu'au rgène de Saint Louis les premières protections royales des forêts (A.D. Hérault, A.C. Cessenon, DDl).

18 La forêt de Ramondens, qui est partagée entre les soeurs de Prouille, les Templiers et deux grandes seigneuries laïques, abrite des troupeaux de porcs. Pour la partie qui correspond à la seigneurie de Prouille, aux 60 porcs de la grange s'ajoutent 60 porcs nourris et des glands sont en outre vendus (cf. Monique Gramain, « Les formes de l'élevage en Bas-Languedoc aux xiiie et xive siècles », L'élevage en Méditerranée Occidentale, ed. du CNRS, Paris 1977, p. 147) Les documents concernant la grange de Ramondens ont été publiés par J. Guiraud, Inventaire de Notre-Dame de Prouille, Paris 1907, 2 vol.

19 Sur ce point, voir M. Gramain, Ibidem, p. 137-152.

20 A.D. Aude, H 119.

21 Diebus lune quibus mercatum tenebitur Carcassone vel si dictum mercatum ad atium diem mutaretur, die illi in qua mutaretur sit eis licitum extra castrum et terminalia ipsius castri de Montelauro ad aliam villam seu castrum cum uno vel duobus suis animalibus... et illi qui animalia non babebunt, se et uxores dumtaxat oneratas portare ad vendendum.

22 A.M.P. A/12/6/7.

23 Reg.Aven. 122, 502-517 ; col. 152, p. 29-40 ; pour Alaigne, col. 146, ? 71-183. Rien ne prouve que l'île de Sainte-Lucie (insula cauquina) où les chasseurs viennent chercher des gibiers pour la cour de l'archevêque aux environs de Noël soit forestière ; les documents contemporains évoquent surtout des formations dégradées où se cueille le vermillon.

24 A.D. Hérault, A.C. Roujan, DD3.

25 A.D. Hérault, G 609 (1289).

26 A.D. Hérault, A.C. Bessan n° 37.

27 Sur ce point, voir la thèse de Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. La rédaction des cartulaires languedociens, soutenue devant l'université de Paris 1 en 2000, sous presse aux éditions du CTHS.

28 Cartulaire de Maguehnne, ed. J. Rouquette et A. Villemagne, Montpellier, 1913, acte n° 344.

29 José Angel Garcia de Cortazar, La soeiediui rural en la Espana médiéval, Madrid, 1988, notamment p. 138 sq.

30 G. Mouynès, Cartulaire de la seigneurie de Fontjoncouse, Bulletin de la commission archéologique, de Narbonne, I, 1876-77, p 240 sq.

31 Ainsi en 1296 les habitants de Canet et leur seigneur Bérenger Guilhcm en 1296 (A.D. Haute- Garonne 56 H 4344 n° 19). Ceux de Montblanc et Noble homme Jean de Montemoro (A.D. Hérault, G 602) et bien d'autres exemples...

32 A.D.Aude, H 119.

33 José Angel Garcia de Cortazar, La sociedaA rural, cf. note 24, p. 144.

34 A.D. Hérault, Cartulaire de Fontcaude, P 102.

35 A.M.P. M12/6/1 et suivants.

36 A.D. Hérault 1B 10396.

37 A.M. Ginestas, DD1.

38 G. Mouynès, Cartulaire de la seigneurie de Fontjoncouse, Bulletin tic la commission archéologique de Narbonne, t. 1

39 B.N. Fonds Doat, 157, P 58. Texte cité par G. Romestan, « Les consuls de Béziers et l'abolition de la gabelle des draps », Actes du congrès de la fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, (Béziers 1971) Montpellier 1972, p. 191-220.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540