Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'espace rural au Moyen Âge

 | 
Monique Bourin
, 
Stéphane Boisselier

Thème II. Dans le Portugal chrétien, du nord au sud, la Reconquête et les spécificités régionales

L'action de Sainte-Croix sur le paysage agraire du Bas Mondego aux xiie et xiiie siècles

Maria Helena DA Cruz Coelho

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La décennie des années quatre-vingt fut une époque de reprise et de renouvellement de l'histoire rurale au Portugal. Et le nom de celui à qui on rend hommage aujourd'hui figure parmi les historiens qui ont impulsé les nouvelles perspectives.

  • 1 Pour une mise au point générale des études d'histoire rurale au Portugal, voir Maria Helena da Cru (...)

2C'est A. H. de Oliveira Marques qui, très précocement dans le panorama de l'évolution historiographique portugaise, a publié une première étude sur la vie agraire, en 1962, sous le titre Introduction à l'histoire de l'agriculture au Portugal. La question céréalière au Moyen Âge. L'œuvre est restée durant de longues années comme un travail pionnier mais sans suite. Et ses principales répercussions se firent sentir plutôt en histoire moderne qu'en histoire médiévale1.

  • 2 Publiée à Coimbra par le Centro de História da Universidade de Coimbra en 1977 et, dans une second (...)
  • 3 Le cartulaire Baio-Ferrado du monastère de Grijó (xie-xiie siècles), Paris, Fundação Calouste Gulb (...)

3Dans les études médiévales, c'était alors le moment de développer, à la suite de l'histoire politique, une histoire institutionnelle. Et celle-ci s'est tournée vers les institutions religieuses, jusqu'alors moins abordées, telles que les monastères. Or, comme chacun sait, les monastères sont des centres religieux et spirituels mais n'en sont pas moins des centres temporels et seigneuriaux. Dans leur étude, on ne peut négliger d'explorer la formation et la constitution de leur patrimoine, le mode d'exploitation de celui-ci et l'étendue de leur pouvoir juridictionnel. Ainsi, le glissement depuis une histoire institutionnelle vers une histoire agraire est quasiment inévitable. C'est ce que j'ai expérimenté en étudiant Le monastère d'Arouca du xe au xiiie siècle comme thèse de licence, présentée en 19712. C'est aussi exactement ce qu'a réalisé le Prof. Robert Durand dans son introduction à l'édition du « Cartulaire Baio Ferrado » du monastère de Grijó en 19713.

4Avec des parcours académiques certes très différents, il est sûr que l'on constate à nouveau dans les années quatre-vingt une convergence dans la présentation de travaux dans le domaine de l'histoire rurale.

  • 4 Publiée ensuite à Paris, Fundação Calouste Gulbenkian - Centro Cultural Português, 1982.

5Robert Durand présentait en France, en 1980, sa thèse de doctorat Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux xiie et xiiie siècles4. Dans cette œuvre, il focalise son appareil à appréhender les hommes dans le passé, dans la vaste perspective de l'espace entre les fleuves Douro et Tage. Il traversait une période de Reconquête durant laquelle le royaume du Portugal se construisait encore. Il s'affrontait avec des siècles dans lesquels l'oralité prévalait encore dans de nombreux secteurs de la vie sociale, grâce à quoi le domaine des sources écrites n'était pas encore « indomptable ». Il diversifiait l'analyse en de nombreux champs, depuis les divers cadres de la paysannerie jusqu'à l'intégration de celle-ci dans la seigneurie et aux hiérarchies sociales et fonctionnelles des hommes qui travaillaient la terre et dominaient la campagne. Il appliquait aux sources portugaises les méthodologies et interprétations en histoire rurale qui innovaient en France et dans les autres pays européens.

  • 5 Avec une 2e édition, également en 2 volumes, à Lisbonne, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1989.
  • 6 Publiée à Lisbonne, Universidade Nova, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, 1989.

6Trois ans plus tard, je défendais, à la Faculté de Lettres de Coimbra, ma thèse de doctorat »: Le Bas Mondego à la fin du Moyen Âge5. J'avais rapproché l'objectif de ma machine à « filmer » les hommes sur un espace beaucoup plus petit et homogène, déterminé essentiellement par un fleuve — Mondego — et limité par une cité — Coimbra — une ville — Montemor — et la mer. J'avançai dans le temps et cherchai à connaître ces xive et xve siècles mouvementés et dynamiques, siècles dans lesquels la production documentaire croît significativement, exigeant de nouvelles méthodes d'analyse. Je m'attardais au long de ce travail sur la géographie du peuplement et du dépeuplement de la région, sur l'analyse de l'action des seigneurs dans la valorisation de la zone, sur l'exploitation de leurs domaines et sur le degré de leur juridiction et les affrontements de pouvoir, cherchant en définitive à connaître la vie et les réponses de la paysannerie à la pression seigneuriale. Les années quatre-vingt commençaient donc par deux travaux de fond sur le monde rural portugais du Moyen Âge. Il ne m'incombe pas de les apprécier, d'autant plus que je suis l'auteur de l'un d'entre eux. Je sais seulement qu'ils constituèrent une référence pour les autres travaux sur l'histoire rurale au Portugal, étant donné que, désormais, les chercheurs possédaient des modèles à suivre, à corriger et à dépasser. À ces deux travaux, il faut ajouter encore la thèse de doctorat d'Iria Gonçalves, présentée en 1984 »: Le patrimoine du monastère d'Alcobaça aux xive et xve siècles6. C'est à nouveau le monde rural qui est analysé mais, cette fois, dans une perspective institutionnelle, dans laquelle la terre et les hommes étaient dominés par le pouvoir temporel, juridictionnel et spirituel du plus important monastère cistercien portugais, aux xive et xve siècles.

  • 7 Pour les connaître, consulter la mise au point déjà citée sur l'histoire rurale ou encore, relatif (...)

7De nombreux autres travaux académiques, notamment des mémoires de maîtrises et des thèses de doctorat, ont succédé aux précédents encore dans les années quatre-vingt, puis dans les années quatre-vingt-dix7. Je n'irai pas plus loin dans ce domaine de l'histoire de l'histoire, que j'ai parcouru brièvement seulement pour saluer Robert Durand et, en quelque sorte, justifier ma présence ou, mieux, l'aimable invitation qui m'a été faite.

8Et dans la perspective d'aller à la rencontre des goûts et de la période d'étude du Professeur Robert Durand, j'ai décidé de réfléchir un peu — sur la base des recherches effectuées pour ma thèse — sur l'action du monastère de Sainte-Croix sur le paysage du Bas Mondego aux xiie et xiiie siècles.

  • 8 Sur les années initiales de la vie du monastère, lire l'introduction (par Leontina Ventura) de l'é (...)

9La fondation du monastère de Sainte-Croix, en 1131, est dûe à la volonté de quelques chanoines de la cathédrale de Coimbra, encore dans la phase des difficiles adaptations que la réforme grégorienne exigea du clergé portugais. Il est évident que ce monastère de chanoines réguliers de Saint- Augustin, sur lequel s'appuie spirituellement et idéologiquement le roi Afonso Henriques quand il s'établit à Coimbra, va disputer l'incontestable primauté de la cathédrale de Coimbra. Il s'exempte de la juridiction épiscopale, se soumettant directement à la volonté papale, avec les conséquences inhérentes sur le plan religieux et dans la perception des droits ecclésiastiques. Il va accumuler un très vaste patrimoine en amont et en aval du Mondego, essentiellement par des donations royales et privées, mais aussi par des achats qu'il se disputera avec le domaine épiscopal. Il recevra des monarques des chartes d'immunité qui font de lui un puissant seigneur politique8. S'il reste difficile d'affirmer qu'il a dépassé le pouvoir foncier et juridictionnel de l'évêché, il est hors de doute qu'il l'a fortement concurrencé.

10Un rôle moteur lui incombe, sans aucun doute, dans la politique de peuplement et de mise en culture du Bas Mondego, qui s'est certainement propagée parmi les autres seigneurs — cathédrale, monastères, églises, nobles et monarques —, également possesseurs de biens dans la région.

  • 9 O Baixo Mondego..., I, p. » »0- »1 et 274-276.

11Sainte-Croix établit sur certains points clé du territoire des granges généralement administrées par des frères convers. Cette exploitation directe est difficile à repérer dans la documentation, comme nous le savons, mais elle existait aux alentours de Coimbra et sur le littoral atlantique9.

12Mais sa politique innovatrice fut d'avoir su attirer des hommes sur les domaines qu'il voulait voir peupler et cultiver, à travers des contrats ad popu- landum et ad laborandum. C'est sur la base de ces groupes d'hommes libres, leurs vassaux comme ils se définissent eux-mêmes, que le monastère peut mettre en marche toute la grande œuvre de valorisation de l'espace — abattre les forêts ou drainer les eaux pour obtenir des terrains de culture, implanter des noyaux de peuplement et réguler les eaux du Mondego et de ses affluents pour s'en servir comme source d'irrigation ou comme force motrice.

  • 10 Ibidem, I, p. 11-17 et II, fig. 2 (cf. Figure 7).

13La conjoncture démographique était favorable à cette entreprise. On vivait alors une époque de croissance du nombre des hommes exigeant plus d'espaces cultivés. Nous assistons alors, aux xiie et xiiie siècles, à une significative mobilité de la terre10. Les petits propriétaires, essentiellement avec des terres aux alentours de Coimbra ou dans les terres fertiles de la plaine, ne supportaient plus la pression démographique.

14Les pères, dans la nécessité de diviser leurs biens équitablement entre tous leurs enfants, comme c'était alors la règle, étaient en train de fragmenter leur héritage. Et au bout de deux ou trois générations, ces lopins ne suffisaient déjà plus à nourrir leurs possesseurs. De plus, la pression des grands propriétaires, principalement ecclésiastiques, alors en train de constituer leurs domaines, contribuait à absorber cette petite propriété. Il restait seulement aux petits propriétaires la solution de se défaire de la terre, parfois sans même la diviser — réunissant parents et enfants en commun dans la vente — pour en recevoir quelque argent. Le prix qu'ils percevaient était, en général, faible, ce qui prouve la modestie de la propriété.

15Sans terres, ces hommes constituaient une main d'œuvre disponible pour être encadrée par ceux qui possédaient de vastes domaines. C'était ainsi le cas de Sainte-Croix, qui désirait fixer des hommes et défricher des terres dans ses multiples domaines, notamment sur les plus éloignés de la maison mère et les moins attractifs. Comme nous le savons, les hommes recherchent dans un premier temps les terres fertiles le long des rivières et des cours d'eau ou celles bien situées aux alentours d'une cité et près des voies de communication. C'est seulement quand les bouches exigent plus de pain que les hommes se lancent dans l'aventure de conquérir de nouveaux et plus lointains espaces en développant une agriculture extensive qui, en général, utilise les terres de qualité inférieure. Dans le Bas Mondego, les terrains alluviaux et les terres en plaine, très productives, avaient été recherchées précocement par les habitants, qui avaient fixé leurs habitats dans les zones de collines ou sur les versants (adémias), sites un peu élevés sur la plaine, pour fuir les crues. De fait, tout cet espace du cours inférieur du Mondego est très plat et les terres des rives sont parmi les plus fertiles du pays, véritable « don » du Mondego. C'est seulement autour de Montemor et Santa Eulália que se dressent quelques élévations, où ont été construits très tôt des châteaux »; et encore plus loin, la rive droite du Mondego, au bord de la mer, est également ponctuée par quelques chaînes de collines.

  • 11 Comme le démontre le plus récent travail de synthèse sur le sujet, qui rend compte, pour la zone d (...)

16Sainte-Croix, avec un domaine polarisé, à partir de Montemor, autour des chaînes littorales et de la mer et, de l'autre côté, autour du centre urbain de Coimbra, va définir une stratégie multiple — fixation de populations dans des villages littoraux lui garantissant un accès à la mer et des profits de la pisciculture et des salines »; conquêtes de terres sur la forêt, disséminant des villages parmi les chaînes du littoral »; drainage de marais pour obtenir des terres cultivables ; densification du maillage de l'habitat autour de Coimbra. Et, en renforçant le peuplement sur la façade atlantique, le monastère ranimait des axes de peuplement très anciens puisque cette aire du Bas Mondego a connu une occupation pré-historique11.

  • 12 Une synthèse sur ces contrats, sous forme de tableau, se trouve dans O Baixo Mondego.... Il, appen (...)

17Cette ferme politique de peuplement et de mise en culture s'ébauche au xiie siècle, avec 7 contrats collectifs, et s'intensifie au siècle suivant, durant lequel le monastère octroie 30 chartes12, indépendamment des contrats individuels que nous ne prenons pas en compte pour l'instant. Au xiie siècle, le monastère impose très tôt ses divers objectifs, qu'il développe et intensifie durant le siècle suivant. Parfois des localités reçurent deux contrats, ce qui ne nous semble pas être le symptôme de l'échec d'une première tentative mais plutôt le renforcement de la politique colonisatrice de la part d'un seigneur particulièrement attentif à son patrimoine. Ajoutons que, si quelques contrats tentaient de créer un noyau de peuplement, d'autres se limitaient à structurer une aire cultivée, ce qui n'est jamais facile à distinguer. Mais, dans quelques cas, les deux types de contrat, ad popidandum et ad laborandum, avaient des objectifs convergents et se renforçaient mutuellement quand ils étaient adressés à la même zone.

  • 13 C'est le cas de Brunhelas (1198).
  • 14 A Antuzede, on espère 10 colons ; on recherche 30 hommes pour planter une vigne à Chão de Eimide ; (...)

18La majorité des contrats, toujours des accensements perpétuels et héréditaires, sont directs — un seul mentionnant un prêtre comme intermédiaire13 — et sont ouverts, adressés à tous les hommes désireux de peupler et cultiver le lieu. Et même quand les noms de quelques-uns sont spécifiés, ceci ne semble pas interdire la venue d'autres colons. Il est vrai que dans quelques cas on spécifie le nombre idéal de colons à installer ou le nombre de casaux à établir au sein du site, certainement pour optimiser les relations entre les hommes et la terre14.

19Les incitations au démarrage de cette difficile entreprise de défrichement sont de nature variée. Exceptionnellement, comme cela se produit en octobre 1183 pour le peuplement de Cucos, dans la serra de Alhadas, le monastère remet aux premiers habitants une bêche, une faux, une vache, un quartier (quarteiro, un quart de muid) de blé et un autre de millet. Cela revenait, de manière exemplaire, à donner à chaque homme les instruments de travail, la semence et le bétail pour démarrer dans la nouvelle exploitation.

  • 15 C'est ce qui arrive à Vale de Porto da Silveira (1290), Aldeia Viçosa (1290) et à Silveira e Valtr (...)
  • 16 Il s'agit de Aldeia Viçosa.

20Dans d'autres cas, comme dans la difficile entreprise de drainage des marais, c'était le monastère qui s'engageait à le faire, exigeant seulement des hommes qu'ils assurent un écoulement permanent des eaux15. Cette œuvre d'assèchement des marécages entreprise par Sainte-Croix au xiiie siècle est véritablement remarquable et comparable aux entreprises contemporaines du reste de l'Europe. Et les coûts n'étaient pas modestes. À cause de ceci, le monastère autorisait la libre construction de moulins sur ses domaines avec certaines redevances, mais imposa le monopole de construction de ces engins dans un village où il avait asséché les marais16, afin d'éviter la destruction de l'œuvre de régularisation des flux hydrauliques. De fait, ces travaux hydrauliques permettaient d'obtenir des terres de culture de forte productivité mais aussi, dans quelques cas, une force motrice qui faisait tourner des engins de panification — moulins et azenhas— et d'autres engins à vocation plus « industrielle », comme les foulons.

  • 17 Le développement de la vigne en amont et en aval du Mondego est une constante de ces siècles, comm (...)
  • 18 Nombreux exemples avec les contrats de Lavos ( 11 » »), Taveiro (1182), S. Veríssimo ( 1202), Antu (...)
  • 19 Ainsi à Preguiçosa (1236), avec progression de 1/10 à 1/7.
  • 20 A Lavos (11 » »), on attend 3 ans pour la vigne et » » ans à Chão de Eimide (1214).

21L'incitation la plus ordinaire au défrichement était dans la perception des cens, devenant très tôt des cens « partiaires » (c'est-à-dire des cham- parts), qui sont en eux-mêmes les plus distributifs car ils divisent entre les maîtres et les paysans le profit ou le déficit des bonnes et mauvaises récoltes. Le prélèvement des redevances variait également selon les terres (défrichées ou à défricher) et très souvent aussi selon les productions (différences, par exemple, entre les cens céréaliers, viticoles ou pesant sur l'ail et les oignons). Chaque fois que l'on cherchait à accroître une culture — en général la vigne17 — ou à essarter un nouvel espace, le champart était abaissé, en relation avec les productions déjà existantes ou avec les terres déjà mises en culture18. Parfois, le prélèvement pour ces productions et terres nouvelles était progressif, partant d'un taux faible pour augmenter chaque année jusqu'à atteindre le taux définitif19. Il était également fréquent que le monastère attende quelques années pour la plantation et maturation des produits, réclamant seulement ensuite le champart de ces nouvelles récoltes20.

  • 21 Ceci se produit à Taveiro (1182), S. Facundo (1211) et Aldeia Viçosa (1290).
  • 22 Par exemple à Lavos (11 » »), Taveiro (1182), Arazede (1237) ou Lírio e Brenha (1244).
  • 23 Ceux-ci, à Taveiro (1182), donnent « in foro soldadam ».
  • 24 On exige d'eux le charroi à Arazede (1237) et Lares (1259).

22Les champarts s'accompagnaient généralement de quelques paiements fixes — cens — en nature ou en animaux et aussi très fréquemment du service de charroi (angaria), surtout pour ceux qui disposaient de bétail. Ces paiements prenaient certainement en compte les possibilités économiques et les conditions sociales de chacun, ce qui faisait que les pauvres (cavões [brassiers], cabaneiros) en étaient moins grevés21. Mais, sans rien laisser au hasard, Sainte-Croix réclamait également des droits sur la chasse (sur les lapins et sur le gros gibier, comme l'ours et le cerf)22 ou même sur certaines activités dérivant du monde rural, que ce soient celles des ministeriales liés à l'artisanat23 ou celles des convoyeurs (almocreves) en liaison avec le transport et la commercialisation des produits24.

  • 25 Le monastère stipule, par exemple, 4 ans dans la charte de Cucos (1183) et 3 ans à Aldeia Viçosa ( (...)

23Finalement, pour que les hommes ne se démobilisent pas et n'abandonnent pas les travaux et le lieu, le monastère, dans quelques cas, autorisait la vente de l'usufruit des terres par les colons seulement au bout de quelques années, terres comportant alors, certainement, déjà des améliorations25.

  • 26 Cela se produisait à Taveiro (1182), avec la réglementation des dégâts humains ou animaux sur les (...)

24Les accensements collectifs codifiaient la vie économique des exploitants du monastère. Mais cette réglementation des droits et devoirs et la vie en communauté avaient d'autres implications. Dès le début, face au majordome (mordomo), agent seigneurial percepteur des redevances, les hommes se sentaient co-responsables du paiement des cens et commençaient même à ébaucher quelques tentatives de fraude et de dissimulation des récoltes. De même, pour que le travail et les relations se déroulent paisiblement, il fallait de l'ordre et la paix. Les conflits individuels, de propriété, partage des eaux et des pâturages, devaient être jugés et les fautifs punis. Le monastère fixait donc les amendes des délits dans certaines chartes26. Et, avec le temps, il devint nécessaire de désigner quelqu'un — un juge — pour appliquer la justice.

  • 27 Voir O Baixo Mondego..., I, p. 662-663. On pressent cette organisation, à travers la présence d'un (...)
  • 28 Ainsi Eimide ( 1182) et Lírio e Brenha ( 1244) payaient la dîme à l'église de S. Mamede de Quiaios

25L'assemblée des voisins (concilium) le choisissait, comme à Antuzede en 1203, et le présentait au seigneur, encore que ce pût être le seigneur qui le nommât dans d'autres localités. Alors, d'une simple domination monastique, on passait à une seigneurie collective des hommes résidant dans la communauté, avec la création d'un municipe rural, quoique restant sous la tutelle du seigneur27. Et parce que ce seigneur était le grand monastère de Sainte-Croix, le patronage de nombreuses églises lui appartenait. Des églises généralement implantées au chef-lieu de ses immunités de vastes dimensions où les communautés proliféraient28, églises qui, à travers leurs curés, dirigeaient la vie spirituelle des hommes et percevaient d'eux les redevances ecclésiastiques, notamment les dîmes.

26En somme, la politique des moines de Sainte-Croix modela et humanisa le paysage rural du Bas Mondego. Elle fit défricher de nouveaux espaces, conquis sur les forêts et les eaux. Elle organisa le développement de certaines cultures, notamment la vigne. Elle dynamisa l'exploitation de la côte maritime avec l'impulsion donnée à la pêche et à la saliniculture. Elle mit en marche une œuvre majeure de drainage des marais et de régularisation des flux du Mondego et de ses affluents, entreprise qui fut secondée par les monarques et autres seigneurs et prolongée durant les xive et xve siècles. Elle établit un réseau de villages ponctuant le littoral et les chaînes qui le protègent sur la rive droite du Mondego, de même qu'elle fit défricher les denses forêts de sa rive gauche. Et, au-delà de quelques habitats plus dispersés dans la zone centrale du cours du fleuve, elle développa, systématiquement, une constellation de villages proches du centre urbain de Coimbra, au prix d'un assèchement des marais qui offraient la perspective de bonnes terres et de l'utilisation des ressources hydriques (cf. Figure 6). Mais l'action de Sainte-Croix a modelé aussi le paysage social du Mondego. À travers les contrats collectifs, notamment de peuplement, elle a créé les bases de communautés rurales durables. Les hommes, fixés sur une terre et associés par des droits et devoirs communs, créaient les inévitables solidarités de voisinage, économiques, juridiques et même religieuses. Elles développaient des relations horizontales qui, au cours du temps, leur permettraient d'assumer collectivement leurs décisions et de choisir ceux qui les feraient exécuter, engendrant ainsi un pouvoir local municipal que le seigneur accepterait sous sa tutelle.

27La base de l'organisation sociale de cet espace était posée, relayée ensuite par l'action royale et par l'action d'autres seigneurs, qui renforceraient le puzzle des structures d'encadrement, parmi lesquelles les zones immunistes, les seigneuries domaniales, les domaines royaux, les municipes et les paroisses.

  • 29 La thèse de doctorat de Margarida Sobral Neto, Regime senhorial, sociedade e vida agrária. O mos- (...)

28Il est sûr que ce fut la politique de Sainte-Croix qui, aux xiie et xiiie siècles, imprima le plus tôt et le plus fortement les marques de la physionomie agraire et humaine de cet espace, qui, en dépit des évolutions et transformations, perdurent à travers tout le Moyen Âge et l'Ancien Régime29.

  • 30 Margarida Sobral Neto, op. cit.. p. 36, démontre que la réforme manuéline des chartes vint consacr (...)

29C'est ce que prouvent les « forais novos » (chartes réformées) concédés par le roi D. Manuel à tant de ces localités de Sainte-Croix qui avaient plongé leurs racines dans les siècles médiévaux30.

  • 31 Lire, à ce propos, Maria Helena da Cruz Coelho, « Contestação e resistência dos que vivem da terra (...)

30C'est encore ce que prouve l'attachement des hommes à ces usages et coutumes ancestrales pour lutter contre la pression de la politique seigneuriale aux xive et xve siècles31 puis à l'époque moderne, résistant au paiement de rentes sur les nouvelles cultures et à l'exigence d'autres cens et de services.

31L'identité humaine et sociale du Bas Mondego s'est créée aux xiie et xiiie siècles avec le monastère de Sainte-Croix pour principal protagoniste. Et dans la longue durée des permanences agraires et dans la continuité des us et coutumes des communautés rurales, ces « vieilles cicatrices » accompagneront la vie des hommes de cette région jusqu'à l'extinction, à l'époque libérale, de ce régime seigneurial.

Figure 6 — Contrats agraires collectifs de peuplement et de mise en culture octroyés par Sainte-Croix de Coimbra

Figure 6 — Contrats agraires collectifs de peuplement et de mise en culture octroyés par Sainte-Croix de Coimbra

↔ Bourgade

λAlentours de

Figure 7 — La mobilité et la valorisation de la terre

Figure 7 — La mobilité et la valorisation de la terre

Figure 8 – Contrats agraires collectifs de peuplement et de mises en culture octroyés par Sainte-Croix aux terres du Bas Mondego (xiiexiiie siècles)

Figure 8 – Contrats agraires collectifs de peuplement et de mises en culture octroyés par Sainte-Croix aux terres du Bas Mondego (xiie xiiie siècles)

Notes

1 Pour une mise au point générale des études d'histoire rurale au Portugal, voir Maria Helena da Cruz Coelho, « Balanço sobre a História Rural produzida em Portugal nas últimas décadas », A Cidade eo Campo. Colectânea de Estudos, Coimbra, Centro de História da Sociedade e da cultura, 2000, p. 23-40. En outre, il ne faut pas oublier - et c'est ainsi dans l'article cité- la répercussion pour les modernistes portugais de la thèse d'Albert Silbert, présentée à la Sorbonne en 1964, sur Le Portugal méditerranéen à la fin de l'Ancien Régime.

2 Publiée à Coimbra par le Centro de História da Universidade de Coimbra en 1977 et, dans une seconde édition, par la Câmara Municipal de Arouca, en 1980.

3 Le cartulaire Baio-Ferrado du monastère de Grijó (xie-xiie siècles), Paris, Fundação Calouste Gulbenkian — Centro Cultural Português, 1971.

4 Publiée ensuite à Paris, Fundação Calouste Gulbenkian - Centro Cultural Português, 1982.

5 Avec une 2e édition, également en 2 volumes, à Lisbonne, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1989.

6 Publiée à Lisbonne, Universidade Nova, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, 1989.

7 Pour les connaître, consulter la mise au point déjà citée sur l'histoire rurale ou encore, relatifs aux seuls siècles médiévaux, les articles de Maria Helena da Cruz Coelho, « A história medieval portuguesa - caminhos percorridos e a percorrer », Media Aetas. Boletim do Núcleo de História Medieval da Universidade dos Açores, Ponta Delgada, 1990, p. 1-17 et « Historiografia na Idade Média », Portugal Modcrno. Artes e Letras, Lisboa, Pomo, 1992, p. 192-19 » »; également Armando Luís de Carvalho Homem, Amélia Aguiar Andrade, Luís Carlos Amaral, « Por onde vem o medievismo em Portugal ? », Revista de História Económica e Social, 22, Lisboa, 1988, surtout les pages 122-127. Et pour un inventaire systématique des études d histoire rurale médiévale, voir le Repertório bibliográ- fico da historiografia portuguesa, 1974-1994, Coimbra, Faculdade de Letras, Insrituro Camões, 199 ».

8 Sur les années initiales de la vie du monastère, lire l'introduction (par Leontina Ventura) de l'édition du cartulaire Livro Santo de Santa Cruz, par Leontina Ventura et Ana Santiago Faria, Coimbra, INIC, Centro de História da Sociedade e da Cultura da Universidade de Coimbra, 1990, p. 9-44.

9 O Baixo Mondego..., I, p. » »0- »1 et 274-276.

10 Ibidem, I, p. 11-17 et II, fig. 2 (cf. Figure 7).

11 Comme le démontre le plus récent travail de synthèse sur le sujet, qui rend compte, pour la zone de Brenha, de fouilles archéologiques réalisées à Junqueira et Várzea do Lírio, avec la collecte d'un important matériel, et qui y inventorie également 22 sites d'éventuel intérêt archéologique, en plus de 14 sites à Alhadas, 12 à Quiaios et, sur le littoral, 3 à Buarcos. Antuzede, elle aussi, aurait eu une occupation pré-historique (Raquel Vilaça, Subsídios para o estudo da pré-história recente do Baixo Mondego, Lisboa, 1988, p. 23-30, 46- »3).

12 Une synthèse sur ces contrats, sous forme de tableau, se trouve dans O Baixo Mondego.... Il, appendice I. L'analyse détaillée de ces contrats, avec quelques autres octroyés par des particuliers, le roi ou d'autres institutions religieuses, se trouve dans le vol. I, aux p. 41-69 (cf. Figure 8).

13 C'est le cas de Brunhelas (1198).

14 A Antuzede, on espère 10 colons ; on recherche 30 hommes pour planter une vigne à Chão de Eimide ; à Preguiçosa il devait y avoir 4 colons sur la terre défrichée mais autant que possible sur la terre restant à défricher ; 10 laboureurs à Lares mais autant de brassiers que possible ; il pouvait y avoir seulement 7 casaux à Fontes et ils devaient appartenir seulement aux hommes habitants dans l'immunité de Quiaios »; tandis qu'il y avait 6 casaux à Brunhelas. Les cotes de toute cetre documentation se trouvent dans notre thèse de doctorat.

15 C'est ce qui arrive à Vale de Porto da Silveira (1290), Aldeia Viçosa (1290) et à Silveira e Valtravesso (1292).

16 Il s'agit de Aldeia Viçosa.

17 Le développement de la vigne en amont et en aval du Mondego est une constante de ces siècles, comme l'a pertinemment étudié Robert Durand dans son article « La vigne et le vin dans le bassin du Mondego au Moyen Âge (xiie -xiiie siècles) », Arquivos do Centro Cultural Português, vol. V, Paris, 1972.

18 Nombreux exemples avec les contrats de Lavos ( 11 » »), Taveiro (1182), S. Veríssimo ( 1202), Antuzede (1206), Torre de Buarcos (1218), Preguiçosa (1236), Lírio e Brenha (1244) et Fontes (1261).

19 Ainsi à Preguiçosa (1236), avec progression de 1/10 à 1/7.

20 A Lavos (11 » »), on attend 3 ans pour la vigne et » » ans à Chão de Eimide (1214).

21 Ceci se produit à Taveiro (1182), S. Facundo (1211) et Aldeia Viçosa (1290).

22 Par exemple à Lavos (11 » »), Taveiro (1182), Arazede (1237) ou Lírio e Brenha (1244).

23 Ceux-ci, à Taveiro (1182), donnent « in foro soldadam ».

24 On exige d'eux le charroi à Arazede (1237) et Lares (1259).

25 Le monastère stipule, par exemple, 4 ans dans la charte de Cucos (1183) et 3 ans à Aldeia Viçosa (1290) et Feteira (1291).

26 Cela se produisait à Taveiro (1182), avec la réglementation des dégâts humains ou animaux sur les terres, et à Travela ( 121 ») et Vassal Meão ( 1223), avec la fixation des peines pour homicide et vio­lation de domicile, tandis qu'à Lírio et Brenha (1244), il était stipulé que le droit de chasse au lapin était soumis à l'autorisation des hommes du lieu, sous peine d'amende. A Taveiro (1182), S. Veríssimo ( 1202) et S. Facundo ( 1211 ), la charte prescrivait que tout coupable d'agression contre un voisin ou un frère du monastère ne venant pas à résipiscence à la troisième injonction devait être expulsé du lieu et perdre tous ses biens.

27 Voir O Baixo Mondego..., I, p. 662-663. On pressent cette organisation, à travers la présence d'un juge, du concilium ou d'amendes judiciaires, à Antuzede, comme nous l'avons noté, Alhadas, Eimide, Redondos, Póvoa Nova de Torre de Buarcos, Lírio et Brenha, mais elle pouvait être implantée dans beaucoup d'autres localités ne nous ayant pas transmis de traces écrites.

28 Ainsi Eimide ( 1182) et Lírio e Brenha ( 1244) payaient la dîme à l'église de S. Mamede de Quiaios.

29 La thèse de doctorat de Margarida Sobral Neto, Regime senhorial, sociedade e vida agrária. O mos- teiro de Santa Cruz e a região de Coimbra (1700-1834), présentée à la Faculdade de Letras de Coimbra en 1992 et maintenant publiée sous le titre Terra e conflito. Região de Coimbra (1700- 1834), Viseu, Palimage Editores, 1997 démontre bien la permanence, sur la longue durée, des bases économiques et sociales posées par le monastère à l'époque médiévale.

30 Margarida Sobral Neto, op. cit.. p. 36, démontre que la réforme manuéline des chartes vint consacrer la seigneurie du monastère dans les immunités de Louriçal, Verride, Redondos, Quiaios, Alhadas, Maiorca, Cadima, Zambujal, Arazede. Voir aussi Luis Fernando de Carvalho Dias, Forais manuelinos do reino de Portugal e do Algarve. Estremadura, Lisboa, 1962.

31 Lire, à ce propos, Maria Helena da Cruz Coelho, « Contestação e resistência dos que vivem da terra », Homens, espaços epoderes. Séculos xi-xvi, 1- Notas do viver social, Lisboa, Livros Horizonte, 1990, p. 23-36.

Table des illustrations

Titre Figure 6 — Contrats agraires collectifs de peuplement et de mise en culture octroyés par Sainte-Croix de Coimbra
Légende ↔ Bourgade
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19896/img-1.png
Fichier image/png, 423k
Titre Figure 7 — La mobilité et la valorisation de la terre
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19896/img-2.png
Fichier image/png, 295k
Titre Figure 8 – Contrats agraires collectifs de peuplement et de mises en culture octroyés par Sainte-Croix aux terres du Bas Mondego (xiie xiiie siècles)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19896/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M

Auteur

Université de Coimbra

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540