Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'espace rural au Moyen Âge

 | 
Monique Bourin
, 
Stéphane Boisselier

En guise de présentation...

Monique Bourin et Stéphane Boissellier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Nota : Les contributions des intervenantes portugaises sont traduites en français par S. Boissellie (...)

1En 1998, Robert Durand, professeur d'histoire médiévale à l'université de Nantes, a pris sa retraite (en tant qu'enseignant mais non pas en tant que chercheur, comme l'atteste sa bibliographie) ; le capital de sympathie et d'estime dont il bénéficie auprès de tous ceux qui le connaissent, a conduit ses amis, collègues et élèves à organiser plusieurs actions pour célébrer non pas son départ mais son action et son œuvre. Les manifestations de sympathie de ses amis (amis à titre professionnel mais surtout dans un cadre associatif et privé), envers l'homme et envers le scientifique, ont été regroupées dans un volume intitulé Chemins d'historien. Mélanges pour Robert Durand (Nantes, Apogée, 1999), qui contient des témoignages personnels et quelques études érudites. D'autre part, une journée d'étude, motivée elle aussi par l'amitié – l'introduction de M. Bourin en témoigne –, mais de contenu plus strictement scientifique, a été organisée par des collègues et élèves le 24 septembre 1999 au Centre culturel Calouste-Gulbenkian (Paris)1 en hommage au chercheur ; elle réunissait un petit groupe d'universitaires sur une thématique précise, choisie en raison de son importance dans l'œuvre de Robert Durand - mais on aurait pu en retenir bien d'autres.

2La qualité des contributions offertes ce jour-là méritait largement une édition ; il ne nous a donc pas semblé judicieux de laisser ces travaux inédits– six contributions en français sur le Portugal médiéval n'est pas chose si fréquente dans l'édition française – ni de les intégrer dans un plus vaste volume de mélanges, ce qui aurait annulé leur spécificité thématique. De plus, l'originalité « géographique » des travaux de R. Durand (en excluant ses recherches d'histoire locale nantaise et vendéenne) impliquait de faire la plus large place au Portugal. Mais nous souhaitions aussi que les thèmes majeurs de cette œuvre apparaissent dans des contributions consacrées à d'autres régions en contrepoint des études portugaises. En espérant que le rassemblement des communications de cette journée d'étude peut constituer une référence et une étape dans la recherche, comme R. Durand a toujours procédé lui-même, ce sont donc ces « actes » qui sont publiés, à peu de choses près, dans ce volume, ramassés et limpides, à l'instar de l'œuvre de R. Durand.

3Au-delà de son caractère voulu et assumé de témoignage, ce volume atteindra l'utilité par l'effort de réflexion générale et théorique – d'ailleurs présent dès la table-ronde qui en est à l'origine ; ainsi en est-il de l'introduction problématique et de la conclusion prononcées par R. Fossier et R. Delort. Les animateurs des trois « sessions » articulant la journée ont accepté de rédiger une présentation aux articles dont ils avaient dirigé la discussion. Ces « sessions » structurant la journée d'étude avaient une logique géographico-culturelle (régionale), qui s'imposait dans une étude de l'organisation de l'espace ; cette structure a été conservée pour la publication mais le cadre national que constitue actuellement (et dès le xiiie siècle) le Portugal – retenu comme principale originalité des études de R. Durand pour un public français – ne doit pas faire illusion : on confrontera avec profit les observations faites par A. Andrade et P. Martínez, de même que les données de Ph. Josserand avec celles de M. H. Coelho et S. Boissellier, ce qui prouve une fois de plus que la différenciation culturelle au sein de la péninsule Ibérique est plus latitudinale que longitudinale. Suivant spontanément les mêmes principes que ceux formulés en introduction par R. Fossier, tous les auteurs ont naturellement inscrit leur réflexion dans un cadre régional (d'étendue d'ailleurs très variable) ; au-delà de l'évident comparatisme que le lecteur peut en retirer, aidé en cela par les fortes conclusions de R. Delort, il sera fructueux de comparer les méthodes d'approche des auteurs, insistant, qui sur les dimensions écologiques de l'espace, qui sur la polarisation et la réticulation des noyaux d'habitat, qui sur le rôle des activités de production, qui sur l'action des institutions, qui sur la conception de l'espace par les érudits ; bien sûr, sont présents dans tous les articles les mêmes agents et marqueurs de l'organisation spatiale(châteaux - inévitables en Espagne – terroirs, églises) et les mêmes mécanismes sociaux qui l'informent (mouvements des hommes, relations de pouvoir et de dépendance, activités productives).

4Enfin, le plus agréable dans l'organisation de ces mélanges est de recevoir une aide amicale et désintéressée ; elle ne nous a pas fait défaut, avec une chaleur qui exprime le capital d'amitié(s) dont jouit R. Durand, et nous sommes donc heureux de pouvoir remercier ici, chaleureusement, d'une part les auteurs des contributions, d'autre part, la Fondation C. Gulbenkian (siège de Lisbonne), en la personne de M. José Blanco, et l'UMR 8°589, qui ont permis l'édition de ce volume.

Notes

1 Nota : Les contributions des intervenantes portugaises sont traduites en français par S. Boissellier.

. Outre l'accueil offert par le Centre Gulbenkian, cette manifestation a reçu l'appui financier de cette même institution (grâce à la bienveillance de son directeur, le professeur F. Béthencourt) mais aussi des UMR du CNRS 5648 (Lyon 2), 5591 (Toulouse 2) et 8589 (Paris Sorbonne), diversité qui est elle aussi un hommage rendu au chercheur ; que tous les efforts manifestés alors à travers ces institutions soient ici sincèrement remerciés.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540