Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

Sacrés médiévistes !

Annick Martin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Parmi les historiens, il y a ceux pour qui l’Histoire commence en 1789, en 1871, en 1918, ou, pourquoi pas (il faut bien alléger les programmes !), en 1958… Il n’y a guère que les médiévistes, pour croire encore que l’Histoire commence au Moyen Âge. Tout le monde sait bien que le mariage chrétien, par exemple, n’existait pas avant le xiie siècle, pas plus que le bouton de culotte ou la braguette. L’erreur est humaine,n’est-il pas vrai ? Mais au diable la polémique ! Parmi les médiévistes, ceux qui s’intéressent au métier de prédicateur ont depuis longtemps remarqué que, pour capter la bénévolence de leur auditoire tant bourgeois que populaire, quelques bons exempla bien placés valaient mieux qu’une longue dissertation sur les vertus théologales pour « faire passer le message ». À l’un des plus brillants de sa génération, en guise d’hommage entre complices, je voudrais dédier quelques-uns de ces exempla trouvés sous la plume de Théodoret de Cyr, un évêque du ve siècle, pour lui rappeler que dès l’Antiquité les pasteurs forgeaient déjà de ces historiettes exemplaires pour dénoncer les hérétiques.

2Ils se trouvent, non pas dans un sermon, mais dans le livre IV de son Histoire ecclésiastique, consacré à la politique religieuse de l’empereur arien Valens (365-378) et à ses conséquences sur la vie des Églises d’Orient. Valens veut, comme son prédécesseur Constance, imposer la foi homéenne dans son empire, ce qui provoque la résistance des évêques nicéens comme Basile de Césarée de Cappadoce dont l’histoire, rapportée au chapitre 20, fournit précisément à Théodoret l’occasion de forger ce que j’oserai, en la circonstance, appeler des exempla. Résumons-la brièvement. L’empereur envoie le préfet du prétoire pour l’obliger à plier ou, s’il refuse, pour l’exiler. C’était compter sans la liberté de parole (parrhêsia) de l’évêque, insensible tant à la corruption qu’aux menaces. Basile tint tête au préfet et l’entreprise échoua. L’empereur comptait bien revenir à la charge mais son jeune fils tomba malade et fut sur le point de mourir, et sa femme fut atteinte de maux divers. Valens

« […] reconnut la cause de ses malheurs et supplia l’homme divin de venir à sa résidence. […] Le grand Basile, arrivant au palais et voyant le fils de l’empereur près de la fin, promit qu’il reviendrait à la vie, s’il était jugé digne de recevoir le très saint baptême de mains pieuses, puis, ceci dit, se retira. L’empereur […] fit baptiser l’enfant par les membres de son entourage qui appartenait au parti d’Arius. Mais ce fut aussitôt la fin de la vie que cet enfant reçut. »

3Valens se repentit, admira l’évêque et lui fit don de terrains pour les pauvres dont il s’occupait.

« C’est ainsi que le grand Basile échappa à la première attaque de Valens. Mais quand l’empereur revint, ayant oublié ce qui s’était passé la première fois – car il était assiégé par des gens qui cherchaient à le tromper –, il renouvela ses instances pour le faire entrer dans le parti adverse ; par la suite, faute d’avoir pu le persuader, il fit rédiger l’édit d’exil. Mais quand il essaya de le signer de sa main, il ne put même pas tracer l’amorce d’une lettre car le calame se brisa. Après qu’un deuxième et un troisième calame eurent subi le même sort et qu’il se fut efforcé de signer cet édit impie, sa main droite s’agita et fut prise d’un tremblement. Saisi de crainte, il déchira le papier des deux mains. Le Maître de l’univers avait ainsi prouvé que c’était lui qui avait permis que les autres endurassent ces malheurs et qui avait fait paraître Basile supérieur à toutes les embûches. À travers ce qui était arrivé à Basile, il avait montré sa propre puissance, à travers le sort des autres, il proclamait le courage de ces héros. C’est donc ainsi que Valens fut déçu dans l’espoir qu’il avait nourri en attaquant. »

4Derrière le narrateur affleure sans cesse le prédicateur, que l’évêque Théodoret ne cesse jamais d’être pour ses lecteurs, afin de tirer la leçon de ce double exemplum. Dans le duel en apparence inégal entre l’empereur et l’évêque, la victoire appartient à Dieu, seul véritable maître de l’univers. Il exalte son serviteur et abat ses contempteurs. L’abrogation de l’édit d’exil de Basile en est ici la manifestation visible. Victoire de l’orthodoxie sur l’hérésie, quand bien même celle-ci aurait l’empereur pour chef, telle est la leçon exemplaire. Basile avait su résister jusques et y compris à l’amitié de l’empereur : « j’en fais grand cas liée à la religion mais sans ce lien j’affirme qu’elle est funeste », avait-il rétorqué au préfet Modestus qui la lui promettait en échange de sa soumission à la foi homéenne. Toutefois, l’impériale « déception » n’entraîne pas la conversion de l’empereur et de son entourage : c’est que, dans toute cette histoire, le héros n’est pas l’empereur – dont on serait pourtant en droit d’attendre la reconnaissance de la foi nicéenne conformément à ce genre de récit –, mais l’évêque dont la résistance, mise à l’épreuve, fait éclater la vraie foi.

5Dans une séquence postérieure qui se déroule cette fois à Antioche (IV, 26), le même Valens est aux prises avec un autre homme de Dieu, en la personne d’Aphraate « l’inspiré », un ascète très populaire qui vivait dans les faubourgs de la ville. Comme l’évêque Basile, il use lui aussi de la parrhêsia, liberté de parole, vertu de ceux qui détiennent la vérité et ne craignent pas de la dire face aux grands. Dans un dialogue assez vif avec l’empereur alors qu’il passait près du palais pour se rendre au gymnase militaire où les fidèles, persécutés, étaient contraints de faire leurs assemblées, celui-ci lui reproche de sortir de sa retraite, à quoi il rétorque : « Tu as mis le feu à la maison paternelle et nous courons de tous côtés pour essayer de l’éteindre. »

« L’empereur garda un silence menaçant. Mais un des chambellans impériaux qui osa menacer ouvertement l’homme divin subit le châtiment que voici. Comme il était chargé de s’occuper du bain, il descendit aussitôt après cette algarade pour en préparer un à l’empereur. Une fois entré à l’intérieur, saisi de folie, il descendit dans l’eau bouillante avant qu’elle ne fût mélangée, et mourut. L’empereur était assis à attendre que celui-ci lui fît signe d’entrer. Au bout d’un bon moment, l’empereur envoya d’autres gens pour lui faire savoir la cause du retard. Entré à l’intérieur et après avoir tout bien examiné, ils le trouvèrent mort dans l’eau non refroidie, tout ramolli par la chaleur. Quand l’affaire eut été rapportée à l’empereur, ils reconnurent la force de la prière d’Aphraate, mais ils ne se détachèrent pas pour autant de leurs croyances impies ; au contraire, comme Pharaon, ils endurcirent leur cœur ; et […] l’insensé demeura tout aussi enragé contre l’orthodoxie. »

6Là encore, pas de conversion, mais l’affirmation de la résistance de l’orthodoxie mise à rude épreuve. En la circonstance, le but recherché par le narrateur/prédicateur est atteint : l’hérétique périt par la folie.

7À travers ces trois récits dans lesquels sont enchassés ce qu’on peut qualifier d’exempla antiariens, c’est bien le même schéma qu’on retrouve : mise à l’épreuve de l’homme de Dieu, évêque ou simple ascète, qui, par divers moyens, prière, miracle, voit sa détermination récompensée et assuré le triomphe de l’orthodoxie, et ce, quand bien même ceci ne conduit pas à la conversion de l’hérétique. La situation difficile dans laquelle se trouve alors l’Église nicéenne d’Orient explique que ce qu’il convient d’exalter en effet c’est « le courage et la force d’âme » du saint homme. L’image biblique de Pharaon suffit à annoncer la fin tragique de « l’insensé », comme celle du chambellan fou. Par un jeu de mise en scène dont tout bon prédicateur a le secret, Théodoret, tout en utilisant l’histoire avec laquelle il est contraint de composer, sait la plier à son objet apologétique : assurer par tous les moyens, y compris l’exemplum, le triomphe de l’orthodoxie.

Auteur

Université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540